Archives par mot-clé : Tsiganes

Terrains tsiganes

Revue Ethnologie française

Ethnologie française 2018/4 (N° 172)

Coordinateurs du dossier : Martin Olivera (Université de Paris VIII) et Jean-Luc Poueyto (Université de Pau et des Pays de l’Adour, ITEM EA 3002)

Pages : 192

Éditeur : Presses Universitaires de France

Mise en ligne : 05/10/2018

ISBN : 9782130802150

Sommaire

Depuis le milieu des années 1970, l’ethnologie des Tsiganes a produit un certain nombre de monographies qui, toutes, ont en commun de montrer comment les x (nom de la communauté spécifiquement étudiée : Rom KalderashSlovensko RomaRom GaboriGadjkene Manouches, etc.) construisent, matériellement et symboliquement, leur différence au sein d’une société. La rencontre (la fameuse rencontre ethnographique) se fait en effet avec une communauté particulière, et non avec les Tsiganes (ou les Gitans, les Roms… tout autre terme générique), c’est-à-dire la totalité. L’ethnologue observe les Tsiganes entre eux, et les Tsiganes entre eux ne s’appellent pas « Tsiganes ». Une affirmation, parfois explicite, le plus souvent implicite, ressort de l’ensemble de ces travaux : le niveau de la totalité n’est pas celui de la réalité des rapports sociaux. Autrement dit : les Tsiganes n’existent pas. Ils sont une invention des sociétés au milieu desquelles ils vivent, en l’occurrence les sociétés européennes. D’ailleurs, les travaux qui s’intéressent à l’« image des Tsiganes » nous en apprennent plus sur les fantasmes de ces sociétés que sur la réalité de ceux auxquels cette étiquette est attribuée.

Une ethnologie des Tsiganes est-elle dès lors possible ? C’est à ce défi que s’attelle ce numéro important de la revue Ethnologie française.

Roms, Tsiganes, Nomades. Un malentendu européen

Le dernier ouvrage de Catherine Coquio et Jean-Luc Poueyto vient de paraître :

Roms, Tsiganes, Nomades. Un malentendu européen

« Roms », « Tsiganes », « Nomades » : autant de mots équivoques par lesquels se reconduisent des malentendus qui se sont montrés meurtriers dans l’histoire. Au cours des XIXe et XXe siècles, sous l’effet de décisions politiques et d’institutions savantes, des classifications désignant des groupes « exotiques » jugés inaptes à la vie sociale ont fait de ceux-ci un problème. Sous le nom de « question rom », ce problème est devenu celui d’une vaste « minorité » à traiter à l’échelle européenne alors qu’un nouvel antitsiganisme se répand dans « l’Europe ouverte ». Le malentendu s’aggrave.

Cet ouvrage dresse un état présent des connaissances sur le sort des Tsiganes en Europe pendant la Seconde Guerre mondiale, sujet passé sous silence alors que d’importants travaux ont renouvelé les perspectives. On y passe ensuite au crible les catégories et représentations mobilisées à propos de cet « autre », afin de comprendre les ressorts sociaux, politiques et culturels de cette haine collective de moins en moins ambivalente, et les contradictions qu’elle révèle sur l’Europe comme système de valeurs et « civilisation ». Sciences humaines, droit, littératures, art, philologie et philosophie sont interrogés pour penser autrement les relations entre mondes tsiganes et non tsiganes, et la singularité des formes de vie.

Ce livre est issu du colloque international Tsiganes, Nomades : un malentendu européen, qui s’est tenu à Paris et à Pau en octobre et novembre 2011. Il comprend trente-quatre contributions de disciplines différentes. Catherine Coquio est professeur de littérature comparée à l’Université Denis-Diderot (Paris 7, Cerilac), elle travaille sur les modes d’inscription et d’effacement de la violence historique et la teneur politique de l’art. Jean-Luc Poueyto est anthropologue du monde manouche, spécialiste de l’illettrisme et des relations entre écrit et oral ; membre de l’ITEM, il enseigne à l’Université de Pau.