Conférence “Étudier l’architecture thermale des Pyrénées”

A l’invitation de l’Association Guillaume Mauran, 

Viviane Delpech, chercheur en histoire de l’art et patrimoine au laboratoire ITEM de l’UPPA,

donnera une conférence le 03 mai 2024 à Tarbes (amphithéâtre de la Bourse du Travail),

sur le thème “Étudier l’architecture thermale pyrénéenne : sources, méthodes, concepts.

PARLEMENT(S) ET COURS SOUVERAINES EN FRANCE ET EN EUROPE, SOUS L’ANCIEN RÉGIME

Le 26 avril 2024 à l’ Université Panthéon-Assas-Paris II,
 
dans le cadre du séminaire PARLEMENT(S) ET COURS SOUVERAINES EN FRANCE ET EN EUROPE, SOUS L’ANCIEN RÉGIME – Discours, pratiques judiciaires, sociabilité et théories politiques (org. par Isabelle Brancourt, Institut d’histoire du droit & Jean Gaudemet, Paris II),
 
Frédéric Bidouze (maître de conférence à l’université de Pau et des Pays de l’Adour) et Sonia Scognamiglio (Université « Parthenope », Naples) seront répondants à la conférence de Francesco Di Donato (Université de Naples) « Les robins et la Révolution française ».
 
https://univ-droit.fr/recherche/actualites-de-la-recherche/manifestations/50357-parlement-s-et-cours-souveraines-en-france-et-en-europe-sous-l-ancien-regime-2
 

Rejoindre Zoom Réunion

https://u-paris2-fr.zoom.us/j/97121561975?pwd=VnBDTzBEMlNhK2lQZXBvQmNyYnlxUT09

ID de réunion: 971 2156 1975

Code secret: 029819

 

 

Le numérique dans le projet ANR AcRoNavarre (2017-2023)

Par Dénes Harai – 22 février 2024

Séminaire de recherche de l’Institut d’Histoire de la Réformation, Université de Genève

12 h – 14 h | A04.2713 (CMU)

Il est possible de suivre le séminaire à distance.

Pour plus d’informations, veuillez contacter le Secrétariat.

La Revolution française, une passion qui divise ou divise “encore” les Français

Le Cercle Historique de l’Arribère à Navarrenx a le plaisir de vous convier à sa conférence du

VENDREDI 26/01/24 à 18h30 en la salle du théâtre de la mairie de Navarrenx (1er étage à gauche), entrée gratuite donnée par :

Frédéric BIDOUZE, Maître de Conférences en  histoire moderne à l’Université de Pau et Pays de l’Adour et dont le thème sera “La Revolution française, une passion qui divise ou divise ‘encore’ les Français”.

Resumé

Depuis ses premiers mois de mai à juillet 1789, la Révolution française a divisé les Français. Elle a d’abord déchiré un peuple tout au long des années de gestation démocratique, entre 1789 et 1795 ; par la suite les historiens ont été ‘pour’ ou ‘contre’ selon leurs opinions politiques dépendantes des contours à donner aux nombreux régimes politiques qui se sont succédés jusqu’à la constitution de la Vème République en 1958. Que reste-t-il des querelles intellectuelles, savantes ou idéologiques en ce début du XXIème siècle ? Quel est le sens encore à donner à des conflits qui ont forgé l’histoire démocratique et patriotique des Français ? l’histoire de la Révolution est-elle encore un enjeu de l’actualité médiatique et politique ?

Présentation de l’ouvrage “La Révolution des Œillets au Portugal” par Victor Pereira

Victor Pereira, maître de conférences à l’UPPA en histoire contemporaine et chercheur au laboratoire ITEM, présentera ce jeudi  18 janvier 2024 de 18h00 à 19h00 à la librairie Tonnet à Pau, son ouvrage sur “La Révolution des Œillets au Portugal”.

Au Portugal, il y a 50 ans, le 25 avril 1974, de jeunes officiers, soutenus par une grande partie de la population, renversaient l’Estado Novo, régime autoritaire mis en place par António de Oliveira Salazar en 1933. La fin de cette dictature de près de 40 ans signera également l’arrêt de mort d’un empire colonial européen majeur.
Trop souvent réduite à un coup d’État pacifique qui ne dure que quelques heures, la Révolution des OEillets et ses conséquences (décolonisation, mobilisations sociales, quête d’une voie socialiste originale) sont encore mal connues.
Cet ouvrage offre une synthèse actualisée du processus révolutionnaire portugais.
Il analyse non seulement la dynamique révolutionnaire, les oppositions entre partis politiques et militaires, les inquiétudes diplomatiques (cette prise de pouvoir démocratique est aussi socialiste), mais aussi les différents mouvements sociaux qui tentèrent de transformer radicalement la société portugaise, pour enfin penser ensemble ces éléments qui le sont rarement.

 

https://www.librairie-tonnet.fr/agenda-149056/victor-pereira/

Les idées mènent le monde 2023

Du 1 décembre 2023 au 3 décembre 2023

Les 9es rencontres littéraires Les idées mènent le monde

Tout public, gratuit

L’UPPA renouvelle sa participation aux rencontres littéraires Les idées mènent le monde. Plusieurs enseignants-chercheurs de l’UPPA interviendront pour des conférences et des tables rondes sur le thème : “Nos raisons d’espérer“.

Le laboratoire ITEM sera représenté par :

– D. Harai “La naissance d’Henri IV (1553): une raison d’espérer d’il y a 470 ans” – 1er décembre 2023

https://www.youtube.com/watch?v=lVgoIhGNuj

– F. Bidouze “Espérance et Révolution française de 1789: magie et effets pervers d’un élan commun” – 3 décembre 2023, 10h30-11h30.

https://www.youtube.com/watch?v=lVgoIhGNuj(ouvre un nouvel onglet)

Rendez-vous : Palais Beaumont – Salle Lamartine

Allée Alfred de Musset – 64000 Pau

Prix de la Fondation Auschwitz

Mélina Burlaud, étudiante en doctorat d’histoire contemporaine au laboratoire ITEM à l’UPPA (collège SSH) sous la direction de Victor Pereira, est lauréate de la «Bourse de recherche de la Fondation Auschwitz 2022-2023»  pour son projet de thèse de doctorat intitulé « La musique au camp de Gurs : 1939-1944 », en cotutelle avec l’Université d’Oldenburg, Institut für Musik, Kulturgeschichte der Musik.  

La Séance académique de remise des Prix de la Fondation Auschwitz 2022-2023 se déroulera le mardi 28 novembre à 18 h à l’Hôtel de Ville de Bruxelles.

Simin Palay, la naturalisation d’un Bigourdan en terre béarnaise

Conférence de Patricia Heiniger-Casteret à la Médiathèque D’Este, à Billère, le 18 novembre 2023 à 15h.

Modestes couturiers tisserands, les parents et grands-parents de Simin Palay lui transmettent leur savoir-faire ainsi que le goût de l’écrit, du calcul, de la musique, de la poésie et du chant.
Il s’avère très tôt excellent orateur et chanteur. Mais on lui doit surtout, nombre de beaux poèmes en béarnais et autres articles, pièces, romans et recueils de chants.
Le poète rejoint le mouvement félibrige puis devient cofondateur de l’école Gaston-Fébus. Il contribue à de nombreux articles dans « Les Reclams de Biarn e Gascougne ». On lui doit la création du Musée Béarnais et du groupe de chants traditionnels Lou Ceu de Pau. Il publie en 1910 le tome 1, puis en 1932 le tome 2 de son « Dictionnaire du Béarnais et du Gascon moderne », œuvres majeures de la deuxième partie de sa vie.

Modernité du Second Empire

Conférence inaugurale du cycle sur le Second Empire, donnée par Frédéric Bidouze au Château de Pau, le samedi 23 septembre à 14h30.

Sommaire

Louis-Napoléon Bonaparte fut le premier président de la République française puis le dernier souverain régnant de l’histoire de France sous le nom de Napoléon III. A lui seul, il incarne les grandes contradictions d’une société originale, fascinée à la fois par la liberté et l’ordre, la question sociale et le grand capitalisme industriel et bancaire, le rêve égalitaire et la gouvernance des meilleurs, le rejet d’une incarnation somptuaire et l’amour du faste et du beau. 

Frédéric Bidouze est agrégé d’histoire et maître de conférences à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

En savoir plus

Les villes fortes du Sud-Ouest

Colloque “Les villes fortes du Sud-Ouest : de leur conception à la fin des guerres de Religion (1453-1629)

Du 6 octobre 2023 au 7 octobre 2023


Navarrenx (Pyrénées-Atlantiques) – Salle La Grange
Journées organisées par Hugues Paucot et Dénes Harai

Depuis les travaux réalisés à Bayonne par Jacques de St-Georges, ingénieur du roi Edouard Ier, puis de Sicard de Lordat, ingénieur attitré de Gaston Febus en Béarn et Bigorre, jusqu’à la fin des guerres de Religion, nombre d’ingénieurs militaires se sont succédés dans les territoires qui forment aujourd’hui le sud-ouest de la France. Maître maçons dépêchés par le pouvoir royal français ou navarrais, italiens embauchés par François Ier ou l’un des Henri, qu’il soit de France ou de Navarre, vont tour à tour y façonner le paysage et les fortifications. Malgré leur investissement précoce d’une terre d’élection de la fortification bastionnée, les Italiens, comme Anchise de Bologne, seront progressivement remplacés par une école française, dont plusieurs acteurs issus du creuset protestant béarnais. Tous y laisseront la trace de leur passage, même si certaines époques seront plus fécondes que d’autres. Ainsi, la période des guerres de Religion ne sera pas une période particulièrement riche pour le développement de l’architecture militaire dans le sud-ouest, où, là comme ailleurs, on observe la fin des grands chantiers royaux et le développement de fortifications privées. Malgré cela, quelques réalisations constituent des exceptions notoires et nous ont laissé des vestiges originaux, témoins de cette époque, comme à Navarrenx ou à Mont-de-Marsan.


A l’inverse, les guerres avec l’Espagne, puis, plus encore sans doute, celles de Religion, conduiront à la présence et aux mouvements quasi permanents de troupes, auprès desquelles les populations locales trouveront, selon les circonstances, une source de sécurité, de profits, de terreur ou de désolations. Car ces villes fortes sont aussi un lieu de vie dans lequel coexistent, de manière plus ou moins conflictuelle, une population et une garnison. Comment ces troupes arrivaient-elles à cohabiter avec la population ? Quels étaient leurs effectifs, leurs cadres de vie, leurs pratiques religieuses ? Quelle confiance avaient-elles dans la protection que leur offrait les fortifications ? Toutes ces interrogations posent donc des questions intéressantes et qui pourraient nous éclairer pour mieux appréhender le tissu socio-économique de ces villes et la mentalité des troupes amenées à y vivre, tant en temps de paix qu’en temps de guerre. Enfin, comment, face au pouvoir des édiles, le roi de France, le roi de Navarre, le vicomte de Béarn ou leurs représentants (vice-rois, lieutenants généraux, gouverneurs, capitaines etc.) réussissaient-ils, ou pas, à imposer leurs volontés ?
Tenter de répondre à ces questions sera l’objet du colloque auquel nous vous proposons de participer.


Les thèmes qui pourront ainsi être traités sont les suivants :

  • Les villes fortes du Sud-Ouest : de la conception à la réalisation – les travaux (types, logistiques, acteurs)
  • Les garnisons (effectifs, cadres de vie, insertion socio-économique, relations avec les civils, pratiques religieuses), en temps de paix et temps de guerre à l’époque moderne
  • Présences et interventions des pouvoirs souverains (français, navarrais et béarnais)


Comité scientifique


Philippe CHAREYRE, UPPA, Pau
Nicolas FAUCHERRE, AMU, Aix-Marseille
Dénes HARAI, UPPA, Pau
Hugues PAUCOT, CHAr, Navarrenx, et UPPA, Pau
Pierre-Jean SOURIAC, Université Jean Moulin – Lyon


Comité d’organisation


Bernard DESBONNET, CHAr, Navarrenx
Maïté CAPDOUZE, CHAr, Navarrenx
Dénes HARAI, UPPA, Pau
Jean-Louis MONTAGNE, CHAr, Navarrenx
Marie-Antoinette OUALI, CHAr, Navarrenx
Joseph MIQUEU, CHAr, Navarrenx
Hugues PAUCOT, CHAr, Navarrenx, et UPPA, Pau

Programme

Vendredi 6 octobre

 16h00 – Visite des fortifications avec Hugues PAUCOT et la participation de La Compagnie des Écharpes Blanches

18h00 – Dominique BIDOT-GERMA (UPPA) Navarrenx avant la place forte

20h00 – Dîner C.H.Ar. (sur réservation : item@univ-pau.fr)

 

Samedi 7 octobre

9h00 – Accueil

9h45 – Introduction du colloque par les organisateurs et Maïté CAPDOUZE, présidente du Cercle Historique de l’Arribère (C.H.Ar.)

10h00 – Mots de bienvenue de Mme Nadine BARTHE, Maire de Navarrenx

FORTIFIER LES FRONTIERES MERIDIONALES Session présidée par Dénes HARAI (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

10h15 – Julien GUINAND (Université Catholique de Lyon) La politique royale de fortifications du sud-ouest du royaume des Valois au XVIe siècle

10h45 – Nicolas FAUCHERRE (Aix-Marseille Université) Narbonne et Bayonne, les verrous français face à l’Espagne

11h15 – Hugues PAUCOT (Université de Pau et des Pays de l’Adour / C.H.Ar.) Le sud-ouest : terre privilégiée d’exportation des innovations des ingénieurs italiens du Cinquecento ?

11h45 – Discussion

12h00 – Pause méridienne

LES VILLES DU SUD-OUEST DANS LA TOURMENTE DES GUERRES DE RELIGION Session présidée par Hugues PAUCOT (Université de Pau et des Pays de l’Adour / C.H.Ar.)

14h00 – Dominique FOURNIER (Association « Fer et savoir-faire ») Été 1569 : Navarrenx – Poitiers. Des Machines et des Ruses

14h30 – Grégory CHAMPEAUD (Université de Bordeaux Montaigne, CEMMC) Entre peur obsidionale et refus de l’entrée d’Henri de Navarre : le parlement et les murs de Bordeaux au temps des guerres de religion

15h00 – Didier POTON (Université de La Rochelle) Royan : la reddition de la dernière « place de sûreté » protestante en Saintonge (mai 1622)

15h30 – Discussion

15h45 – Pause

NAVARRENX, LE VERROU DU BEARN Session présidée par Philippe CHAREYRE (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

16H15 – Pierre-Jean SOURIAC (Université de Lyon) Navarrenx, place protestante ?

16h45 – Dénes HARAI (Université de Pau et des Pays de l’Adour) Les munitions de bouche de Navarrenx dans la seconde moitié du XVIe siècle

17h15 – Discussion

Écrits et pratiques de l’écrit autour de Gaston III dit Fébus (1331-1391)

Conférence donnée par Véronique Lamazou-Duplan, Maître de conférences en Histoire médiévale à l’UPPA.
 
Médiathèque de Lescar, vendredi 23 juin à 18h.
 
 
 
Software: Microsoft Office

L’actualité de la recherche en Afrique : nouvelles approches méthodologiques en sciences sociales et humanités


Sciences sociales et humanités en Afrique I


Ce séminaire organisé par les laboratoires l IRAA-CNRS (USR 3155), Laboratoire TREE (UMR 6031), Laboratoire ITEM EA 3002 de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour(UPPA), aura lieu le vendredi 02 juin 2023 en Salle Chadefaud à l’Institut Claude Laugénie.

La journée est également accessible à distance, via Teams :
Cliquez ici pour rejoindre la réunion

Argumentaire :
Les débats scientifiques, les questionnements, les enjeux et perspectives de recherches en Afrique ne cessent de croitre depuis l’arrivée des explorateurs sur ce continent auparavant dit sans histoire. Dorénavant, l’Afrique est au cœur de tous les débats académiques à l’échelle continentale et mondiale. Chez les chercheurs africanistes ainsi que les universalistes, les interrogations sur la méthodologie de la recherche, les perspectives scientifiques ainsi que les moyens exigent une réflexion partagée qui aboutit à une solution commune pour le développement de l’investigation sur ce vaste continent dont le développement social, économique et politique sollicite toujours des réponses scientifiques multidisciplinaires.
Au fil du temps, les champs de recherches ont connu un renouveau méthodologique dans la pratique de la recherche, mobilisant de nouvelles méthodes et théories, de nouveaux concepts ainsi que de nouveaux champs d’investigation.
C’est dans ce contexte que l’Institut de Recherche sur l’Architecture Antique, IRAA-CNRS (UAR 3155), le Laboratoire TREE (UMR 6031) et le
Laboratoire ITEM (EA 3002) de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA), organisent un séminaire offrant un cadre de réflexion sur les nouvelles thématiques de recherche en Sciences Sociales et Humanités. Il rassemble des travaux de doctorants et chercheurs en archéologie, en histoire, en géographie, en économie et en sociologie sur l’Afrique. Dans ce cadre, nous adoptons un aspect méthodologique multidisciplinaire tout en présentant des méthodes d’analyse et d’interprétation des données à travers toutes les disciplines concernées.

Buzet, un château et un vignoble à travers les âges

Le 2 juin 2023, Pierre Courroux, maître de conférence en histoire médiévale à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, coordonne au Château de Buzet sur Baïse (47160), une journée d’étude organisée dans le cadre du Master Histoire, Cultures, Patrimoines.

Cette journée débutera par une visite du Château et de son parc. En raison du nombre limité de places disponibles, une inscription préalable est demandée ( contact : pierre.courroux@univ-pau.fr).

PROGRAMME

10H
Visite guidée du château de Buzet et de son parc

12H
Pique-nique dans le parc du château
(Les participants doivent apporter leur repas)

13H45
CARINE GALANTE
Introduction de la journée d’étude au château

14H00-14H45
PIERRE COURROUX
Buzet au Moyen Âge

14H45-15H30
SANDRINE LAVAUD
Les vignobles de l’Agenais à la fin du Moyen Âge : territoires  et identité

15H30-15H45 Pause

15H45-16H30
LAURENT JALABERT et STÉPHANE LE BRAS
La cave coopérative de Buzet-sur-Baïse et son histoire. Valorisation d’un patrimoine, valorisation d’un territoire

 

Retour en images sur les Nocturnes de l’histoire 2023 à Pau

Aux Archives Départementales des Pyrénées Atlantiques avec Véronique Lamazou-Duplan

« Retour aux sources ! » Archives dévoilées

A bord de la frégate d’Hermione avec Viviane Delpech, Annabelle Lafuente et Philippe Chareyre

Conférences « Voyages au fil des lettres »

Usine des Tramways (Archives communautaires de l’Agglomération Pau Béarn Pyrénées) avec Dénes Harai et Corinne Demirdjian

« Retour aux sources ! » Archives dévoilées Actes royaux de Navarre du XVIe siècle

Cinéma CGR Pau Saint-Louis avec Pierre Courroux

« De l’histoire au cinéma » Coup de projecteur sur le Moyen Âge

Médiathèque André-Labarrère avec Dominique Bidot-Germa et Thierry Cassou

Recherches récentes sur l’histoire de Pau

Soutenance HDR – Laurent Dornel

M. Laurent Dornel, maître de conférences en histoire contemporaine au laboratoire ITEM de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour,

soutiendra son Habilitation à Diriger des Recherches le vendredi 7 avril 2023 à partir de 14 heures

en Salle Chadefaud (Institut Claude Laugénie)

Le dossier est intitulé :

“Altérités et circulations migratoires (France impériale 1880-1920)”

Il comprend un mémoire de synthèse et un mémoire inédit intitulé Indispensables et indésirables. Les travailleurs coloniaux de la Grande Guerre

Le jury est composé de :

Manuela MARTINI, professeure, Université Lyon 2 (LARHRA UMR 5190)

Isabelle MERLE, directrice de recherche, CNRS (CREDO UMR 7308)

Anne RASMUSSEN, directrice d’études, EHESS (Centre Alexandre Koyré)

Philippe RYGIEL [garant], professeur, ENS de Lyon (LARHRA UMR 5190)

Emmanuelle SAADA, professeure, Columbia University (New York)

Todd SHEPARD, professeur, Johns Hopkins University (Baltimore)

Xavier VIGNA, professeur, Université Paris Nanterre (IDHES, UMR 8533)

Invitée : Isabelle LESPINET-MORET, professeure, Université Paris 1 Panthéon Sorbonne (CHS UMR 8058)

 

Résumé du mémoire inédit:

À partir de 1916, afin de pallier la grave pénurie de main-d’œuvre et de répondre aux exigences de l’économie de guerre, le gouvernement français décide de prendre en main non seulement le recrutement de travailleurs dans les colonies (Indochine, Afrique du Nord, Madagascar) et en Chine, mais aussi leur acheminement, leur affectation professionnelle et leur gestion quotidienne. Cette première expérience d’immigration « organisée » conduit quelque 220 000 hommes en métropole.

Pour préparer leur acclimatation au sein de l’appareil productif, les autorités françaises puisent abondamment dans les sciences coloniales et diffusent de très nombreuses notes et circulaires qui reprennent les poncifs racialistes en vogue, constituent une véritable science militaro-administrative et légitiment une tentative d’assignation raciale au travail. De leur côté, les autorités coloniales s’opposent au départ de ces hommes qu’elles considèrent comme leurs sujets avant tout définis comme des indigènes dont la vie est réglementée par l’arbitraire des codes ou des régimes de l’indigénat en vigueur dans toutes les colonies. Cette opposition, qui génère une très abondante production écrite (correspondance avec les autorités métropolitaines, rapports divers, etc.), est doublement motivée : d’une part, les prélèvements de la métropole menacent une activité économique déjà fragilisée par le manque structurel de main-d’œuvre ; d’autre part, s’exprime très tôt la peur que l’émigration de ces hommes ne les affranchisse d’une manière ou d’une autre de la férule coloniale. Mais en métropole, des voix s’élèvent aussi pour protester contre l’emploi des coloniaux : dans leur majorité, ni les entrepreneurs, ni les organisations ouvrières ni à priori « l’opinion publique » ne souhaitent l’arrivée de travailleurs perçus comme de potentiels concurrents dont la présence dans les différentes branches de l’économie de guerre risque en outre de permettre le maintien prolongé des soldats français au front. Indispensables au fonctionnement de l’économie de guerre, les travailleurs coloniaux sont dans le même temps perçus comme radicalement et ontologiquement autres et apparaissent bientôt comme des indésirables.

Les nouvelles circulations impériales, riches de puissantes contradictions, font émerger des problèmes inédits : afin d’assurer la continuité de l’autorité coloniale, comment adapter l’indigénat en métropole ? Quels dispositifs administratifs, discursifs, réglementaires ou juridiques l’administration impériale invente-t-elle alors ? Quelles sont les attitudes des travailleurs coloniaux eux-mêmes ? Parviennent-ils à s’affranchir du nouvel ordre disciplinaire établi par la métropole souvent en concertation avec les autorités coloniales ? Comment empêcher les amours interraciales qui subvertissent radicalement la domination coloniale, par essence raciale et sexuelle ? Et que faire des enfants métis qui naissent en métropole ?

Cet épisode migratoire encore peu connu, mais qui a laissé un matériau pléthorique (archives, articles, livres, etc.) est déterminant. En effet, il définit les travailleurs coloniaux comme inassimilables et indésirables, et jette ainsi sur l’immigration coloniale un discrédit durable.

Jeudi d’ITEM / Table ronde PauSES-ITEM-ITS à l’UPPA

19ème session de l’œuvre de Pierre Bourdieu en Pratiques

Vivre et travailler à la campagne

Diversité des trajectoires, des représentations, des pratiques. Des natif-ve-s aux « néo-ruraux » ou « nouveaux » habitant-e-s


Jeudi 6 avril 2023, 14h – 16h

Salle Chadefaud, Institut Claude Laugénie – UPPA

Conférence également accessible à distance :
Cliquez ici pour rejoindre la réunion

Dans le cadre de la 19ème Session des Journées de « l’œuvre de Pierre Bourdieu en pratiques », l’Association PauSES, le Laboratoire ITEM de l’UPPA et l’ITS-Pierre Bourdieu organisent dans le cadre du Jeudi d’ITEM, une table-ronde le jeudi 6 avril 2023 de 14h à 16h sur le thème,

« Vivre (et travailler) à la campagne : diversité des trajectoires, des représentations, des pratiques. Des natif-ve-s aux « néo-ruraux» ou « nouveaux habitant-e-s… » 

Jusque dans les années 1980, en France, les travaux de sciences sociales portant sur les espaces ruraux ont surtout analysé les processus d’exode rural, de modernisation de la production agricole, de dépaysannisation, au sens socio-économique (Henri Mendras, « La fin des paysans », 1967), comme socio-culturel  (Pierre Bourdieu, « Le bal des célibataires »). Depuis lors, les recherches s’intéressent également aux processus concomitants, parfois alternatifs et peut-être accentués par les effets de la crise sanitaire de 2020-2022, de nouvelles installations d’habitant-es, venu-e-s de milieux urbains. L’importance relative des nouvelles installations et des nouvelles pratiques dans l’usage des espaces ruraux, et peut-être de nouveaux régimes de régulations socio-culturelles, peuvent-ils permettre d’aller jusqu’à repérer un processus de re-paysannisation ? Il s’agit alors au cours de la table-ronde de questionner entre autres ces processus, d’en mesurer, quantitativement et qualitativement, la portée et les enjeux afin de savoir, notamment quelle diversité sociologique observe-t-on en milieu rural ?Quels types d’activités, de pratiques et de représentations permettent d’appréhender dans les territoires étudiés et analysés par les chercheur-e-s, les différentes formes de capital culturel et de capital économique des habitant-e-s ?

 Ces questions sur le travail à la campagne, sur les productions agricoles, économiques, sur la famille, sur la jeunesse éducative, etc. serviront d’introduction aux échanges sur les objets de recherche respectifs des chercheur-e-s intervenant à cette table-ronde :

-Alice ANTON, ITS, Docteure en Sciences de l’Education, Directrice des formations à l’ITS-Pierre Bourdieu (Pau)

– Evelyne PONS, CEEC, Conseillère principale d’Education au Collège Jeanne d’Albret (Pau)

Clara Deville,  CSO, Docteure en sociologie, Sciences-Po (Paris)

Animateurs : Abel KOUVOUAMA, ITEM/PauSES et Dénes HARAI, ITEM



 

 

Colloque “Une histoire environnementale de l’hydroélectricité”

Colloque scientifique, Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA), 6-7 décembre 2023.

L’hydroélectricité est l’une des premières filières de production d’énergie considérée comme renouvelable à avoir été développées à grande échelle en Europe. Depuis les premières centrales hydroélectriques à la fin du XIXe siècle jusqu’à nos jours, elle a joué un rôle clé dans la production d’électricité et a façonné les paysages là où s’implantaient les grands ouvrages. Ce faisant, le développement de l’hydroélectricité ne s’est pas réalisé sans impacts sur l’environnement, ceux-ci variant en fonction de l’ampleur et de la localisation des projets. La construction de barrages hydroélectriques a ainsi pu entraîner la submersion de vastes espaces et la modification d’habitats naturels, au risque de porter atteinte à la biodiversité et à la qualité de l’eau, tout en créant de nouveaux écosystèmes lacustres. De même, ces aménagements ont transformé les cours d’eau et leurs processus naturels (fluctuations du niveau de l’eau, accumulation des sédiments…), affectant ainsi les biotopes aquatiques. Enfin, au-delà des conséquences environnementales directes des ouvrages hydroélectriques, l’industrialisation permise par le développement de la « houille blanche » (scieries, papeteries, électrochimie, électrométallurgie, micro-centrales pour éclairage public et fourniture de force pour les ateliers et usines) a elle-même transformé les socio-écosystèmes à des échelles variables. 

Ces différents constats sont aujourd’hui à prendre en compte dans les choix qui président à l’élaboration du mix énergétique le plus décarboné possible. Ils justifient, s’il en était besoin, le recours à la perspective de l’histoire environnementale pour mieux comprendre le développement de l’hydroélectricité et son impact sur les territoires. S’inscrivant dans le sillage des nombreuses études qui interrogent les changements sociaux, économiques et techniques qui conditionnent et sont conditionnés par les énergies et leurs convertisseurs, ce colloque vise à répondre à plusieurs questions. Quelle histoire environnementale de l’hydroélectricité peut-on écrire ? Quels sont les apports de cette approche pour l’histoire des systèmes énergétiques, des politiques énergétiques et de leurs impacts économiques et sociaux ?

Pour répondre à ces questions, il conviendra tout d’abord de privilégier la longue durée, du XIXe siècle à nos jours. Il s’agira également d’envisager une approche multiscalaire ouverte aux études locales, nationales, européennes, mondiales, en encourageant les analyses inter- et trans-nationales. Les circulations de capitaux, de représentations, de conflits, de techniques ou de personnes, par exemple entre l’Amérique du Nord et l’Europe, pourront faire l’objet de communications. Une attention aux territoires sous domination coloniale sera particulièrement bienvenue, s’agissant notamment des transferts de pratiques et techniques entre colonies et métropoles. En outre, l’étude ne sera pas limitée aux espaces de montagne – bien que ceux-ci soient bien sûr au cœur du sujet –, car le déploiement hydroélectrique ne s’y limite pas. 

Trois axes sont proposés pour les communications. Ils sont davantage indicatifs que prescriptifs car ils se recoupent largement. Des propositions transversales seront donc possibles.

Axe 1 – L’impact environnemental : enjeux écologiques, sociaux et culturels

La question de l’impact environnemental permettra d’interroger les conséquences de la production hydroélectrique sur les milieux, la biodiversité, les pratiques pastorales, ou encore les autres activités, en soulignant les spécificités de ces implications environnementales au gré des différentes étapes de la « vie sociale » et de la trajectoire matérielle des barrages : construction (avec submersion), fonctionnement, fin de vie (Lopez, 2019). Ces effets directs ou indirects sur l’environnement pourront être mis en relation avec l’évolution de l’« opinion publique » et avec la manière de penser, à travers le temps, l’énergie, l’industrie, ou encore la croissance de la production. On s’interrogera aussi, dans cette partie, sur la notion de paysage hydroélectrique et sur les phénomènes de patrimonialisation de celui-ci, un processus à l’œuvre notamment en Suisse, où l’on observe une forme de construction identitaire autour de ces paysages anthropisés (Walter, 2004 et 2015 ; Bouvier et Varaschin, 2009). En outre, des communications pourront interroger en particulier la manière dont l’hydroélectricité participe de la composition et de la recomposition de collectifs, qui promeuvent ou s’opposent à l’hydroélectricité et peuvent fracturer les alliances préexistantes ou attendues. Par la diversité des acteurs qui se trouvent réunis par l’objet hydroélectrique, quelles « classes géo-sociales » – au sens de Nicolaj Schultz et Bruno Latour – peut-on identifier et comment évoluent-elles ? En s’intéressant au vocabulaire des luttes, quelle vision de la nature et du progrès portent les acteurs mobilisés par l’hydroélectricité ? Alors qu’elle a provoqué de grandes et longues luttes pour la défense de l’environnement, à partir de quand et selon quels processus l’énergie hydroélectrique devient-elle une énergie « verte » ?

Axe 2 – Aspects industriels et technologiques

Concernant la dimension industrielle et technologique du sujet, on pourra questionner, sous l’angle de l’histoire environnementale, la place de l’hydroélectricité dans la trajectoire économique et sociale des territoires et interroger les transformations intervenues dans différentes entreprises, considérées comme autant d’études de cas. Il s’agira, en outre, de questionner l’impact de la mise en place des innovations techniques sur les écosystèmes, que celles-ci accentuent leur dégradation ou, au contraire, atténuent l’impact des activités industrielles sur l’environnement. Ces innovations et leurs impacts sur les milieux posent la question de la valeur de l’énergie hydroélectrique : est-ce une énergie pertinente dans les mix énergétiques du XXIe siècle ? Ou bien une énergie vieillissante ? Dans tous les cas, il conviendra d’insister sur la notion de réseaux d’acteurs, combinant acteurs publics et privés à différentes échelles – la frontière entre les deux sphères se brouillant parfois, notamment lorsque des privatisations interviennent. Les propositions attentives aux changements qui s’opèrent dans le monde du travail, au sein du secteur et dans les entreprises hydroélectriques, seront également bienvenues.

Axe 3 – Politiques publiques

Le volet consacré aux politiques publiques devra interroger les différents échelons de la prise de décision et du débat public : local, national, européen (avec éventuellement des focus sur les institutions européennes – Conseil, Commission, Parlement) et international. Il conviendra notamment de questionner ce paradoxe, de plus en plus présent chez les pouvoirs publics au cours de la période, entre, d’un côté, un désir d’industrialisation, et, de l’autre, la volonté de limiter les externalités négatives des activités énergétiques et industrielles et leur impact sur l’environnement. De cette tension intrinsèque résulte souvent la recherche d’un processus de régulation qui satisfasse tous les acteurs, ce qui n’est pas sans susciter parfois des conflits environnementaux entre initiateurs-promoteurs et opposants aux aménagements. L’étude de ces différents aspects supposera une prise en compte et une analyse des discours publics relatifs au développement de l’hydroélectricité. Les interactions entre entreprises du secteur et pouvoirs publics, y compris et en particulier lorsque les entreprises hydroélectriques sont publiques comme EDF (1946) ou la SHEM (après 1937), semblent intéressantes à documenter. Le rôle des organisations internationales en Europe et surtout hors d’Europe devra également être pris en considération, à l’instar de celui de la Banque mondiale dans le financement de la filière hydroélectrique (Grandi, 2020). On pourra également inclure dans cette partie l’analyse de la relation qui existe parfois entre le secteur hydroélectrique et l’armée ou les conflits, ou encore les différences entre contexte démocratique et contexte dictatorial dans la conduite des politiques énergétiques, par exemple à travers des approches comparatives incluant l’Espagne franquiste et l’Italie fasciste (Armiero et al., 2022 ; Coral Broto 2015).

Modalités de soumission et de sélection

La sélection des communications se fera sur la base d’un résumé n’excédant pas les 3 000 caractères (espaces compris). Chaque proposition doit inclure les nom, prénom et affiliation(s) de l’intervenant, ainsi qu’une brève biographie (500 caractères maximum), une bibliographie et cinq mots-clés. Elle doit également préciser l’axe (ou les axes) du colloque dans lequel elle s’inscrit.

Date limite d’envoi des propositions : le lundi 29 mai 2023.

Adresse électronique d’envoi : colloque.hydroelectricite @ gmail.com

Les résumés seront soumis à un comité scientifique pour évaluation. Une réponse sera donnée fin juin – début juillet.

Comité d’organisation

  • Laurent Jalabert
  • Laurent Dornel
  • Sébastien Repaire

Comité scientifique 

  • Anne Dalmasso
  • Laurent Dornel
  • Alexandre Fernandez
  • Steve Hagimont
  • Laurent Jalabert
  • Fabrizio Loreto
  • Javier Martinez
  • Jean-Michel Minovez
  • Sébastien Repaire
  • Alexis Vrignon

Bibliographie indicative

Ambroise-Rendu (Anne-Claude), Trespeuch-Berthelot (Anna), Vrignon (Alexis) (dir.), Une histoire des conflits environnementaux. Luttes locales, enjeu global (XIXe-XXIe siècles), Limoges, PULIM, 2019.

Armiero (Marco), Biasillo (Roberta), Graf von Hardenberg (Wilko), La natura del duce. Una storia ambientale del fascismo, Turin, Einaudi, 2022. 

Blanc (Nathalie), Genin Bonin (Sophie), Grands barrages et habitants : les risques sociaux du développement, Paris – Versailles, Éditions de la Maison des sciences de l’homme – Éditions Quae, 2008.

Bouneau (Christophe), Entre David et Goliath. La dynamique des réseaux régionaux. Réseaux ferroviaires, réseaux électriques et régionalisation économique en France du milieu du XIXe siècle au milieu du XXe siècle, Pessac, Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, 2008.

Bouvier (Yves), Varaschin (Denis) (dir.), Le patrimoine industriel de l’électricité et de l’hydroélectricité. Actes du colloque international de Divonne-les-Bains et de Genève, Chambéry, Presses Universitaires Savoie Mont Blanc, coll. « Patrimoines », 2009.

Briffaud (Serge), Heaulmé (Emmanuelle) et al., « The Nature of Resources. Conflicts of Landscape in the Pyrenees During the Rise of Hydroelectric Power », in Renewable Energies and European Landscapes, Dordrecht, Springer, 2015, pp. 135‑153.

Ciuffetti (Augusto), Luca Mocarelli (Luca) (dir.), Dighe, laghi artificiali e bacini idroelettrici nell’Italia contemporanea, Soveria Mannelli, Rubbettino Editore, 2021.

Corral Broto (Pablo), Protesta y ciudadanía. Conflictos ambientales durante el franquismo en Zaragoza (1939-1979), Saragosse, Publicaciones de Rolde de Estudios Aragoneses, coll. « Aragón Contemporáneo », 2015.

Dalmasso (Anne), « Barrages et développement dans les Alpes françaises de l’entre-deux-guerres », Revue de géographie alpine, n° 96, 2008, pp.45-54.

Debofle (Pierre), Sanchez (Jean-Christophe) (dir.), Pays pyrénéens et environnement, Bagnères-de-Bigorre, Société Ramond, 2016.

Evans (Bruno) « L’énergie hydraulique… et le développement d’un territoire industriel », in François Jarrige et Alexis Vrignon (dir.), Face à la puissanceop. cit., pp. 171-182.

Fernandez (Alexandre), « L’économie politique du gaz, de l’eau et de l’électricité en Espagne (vers 1840-vers 1950) : un observatoire européen », Histoire, économie & société, 2018/3, pp. 5-13.

Gouy-Gilbert (Cécile), Dalmasso (Anne), Jakob (Michael) (dir.), Alpes électriques. Paysages de la houille blanche, Renage, Éd. Dire l’entreprise, 2011.

Grandi (Elisa), « World Bank’s Missions in Colombia: Rojas’ Regime, Domestic Opposition, and International Economists (1949–1957) », Research in the History of Economic Thought and Methodology, vol. 38B, 2020, pp. 55-73.

Hagimont (Steve), Pyrénées. Une histoire environnementale du tourisme, Ceyzérieu, Champ Vallon, coll. « L’environnement a une histoire », 2022.

Heaulmé (Emmanuelle), « Hydroélectricité et conflits paysagers dans la montagne pyrénéenne du début du XXe siècle à la création du parc national », Projets de paysage, no 10, 2014, [en ligne] https://journals.openedition.org/paysage/pdf/11458.

Humair (Cédric), Gigase (Marc), Lapointe Guigoz (Julie) (dir.), Système touristique et culture technique dans l’Arc lémanique. Analyse d’une success story et de ses effets sur l’économie régionale (1852-1914), Neuchâtel, Alphil-Presses universitaires suisses, 2014.

Jarrige (François), Vrignon (Alexis), Face à la puissance. Une histoire des énergies alternatives à l’âge industriel, Paris, La Découverte, 2020.

Landry (Marc), Kupper (Patrick) (dir.), Austrian Environmental History, La Nouvelle-Orléans, University of New Orleans Press, 2018.

Lopez (Fanny), L’ordre électrique. Infrastructures énergétiques et territoires, Genève, MétisPresses, 2019.

Lorenzetti (Luigi), Valsangiacomo (Nelly) (dir.), Alpi e patrimonio industriale. Cultura e memoria, XIX-XX sec., Mendrisio, Mendrisio Academy Press, 2016, [en ligne] https://www.montagneinrete.it/uploads/tx_gorillary/patrimonio_industriale_book__1482484184.pdf.

Mathis (Charles-François), Massard-Guilbaud (Geneviève) (dir.), Sous le soleil. Systèmes et transitions énergétiques du Moyen Age à nos jours, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2019.

Minovez (Jean-Michel), L’industrie invisible. Les draperies du Midi, XVIIe-XXe siècles. Essai sur l’originalité d’une trajectoire, Paris, CNRS Éditions, 2012.

Parrinello (Giacomo), « Systems of Power. A Spatial Envirotechnical Approach to Water Power and Industrialization in the Po Valley of Italy, ca.1880–1970 », Technology and Culture, vol.  59, n° 3, juillet 2018, pp. 652-688.

Veitl (Philippe), L’invention d’une région : les Alpes françaises, Grenoble, PUG, 2013.

Walter (François), Les figures paysagères de la nation. Territoire et paysage en Europe (16e-20e siècle), Paris, Éditions de l’EHESS, 2004.

Walter (François), Planzi (Lorenzo), Steinauer (Jean), Paysages sous tension. Électricité et politique en Suisse occidentale, Neuchâtel, Alphil-Presses universitaires suisses, 2015.

Journée d’étude Relire l’histoire des Pyrénées

“Relire l’histoire des Pyrénées. Nouveaux objets, nouvelles recherches”

Journée d’étude organisée dans le cadre du Master HCP, coordonnée par Laurent Jalabert (ITEM/UPPA)

17 mars 2023

 

Journée hybride, accessible en présentiel à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (ICL- Salle Chadefaud) ou en visioconférence : Cliquez ici pour rejoindre la réunion

Nocturnes de l’Histoire

29 mars 2023

“Faire de l’Histoire aujourd’hui”

Le mercredi 29 mars se déroulera la 3e édition des Nocturnes de l’Histoire, manifestation nationale suscitée par quatre associations d’historiens de l’enseignement supérieur, visant à faire sortir les chercheurs des laboratoires de recherche et de l’université pour aller à la rencontre de tous les publics.

A Pau et au port de Bayonne (Anglet), les chercheurs du laboratoire ITEM de l’UPPA et leurs invités se mobilisent pour proposer diverses manifestations et activités (coord. Dénes Harai, Julien Marchesi et Louis Genton).

PROGRAMME

Les Nocturnes de l’Histoire

Faire de l’Histoire aujourd’hui

29 mars 2023

A Pau

10h30-12h Lycée Louis Barthou

Rencontre avec des historiens et des étudiants en histoire

Animée par François FOULON (professeur d’Histoire et Géographie, lycée Louis Barthou), Louis GENTON (historien médiéviste) et Julien MARCHESI (historien contemporanéiste), UPPA, ITEM EA 3002

Événement réservé aux lycéens, étudiants de CPGE et équipes pédagogiques de l’établissement

14h-15h30 Centre historique de Pau

Balade « Coups de cœur de l’Inventaire du Patrimoine »

Découvrez une sélection inédite de maisons pour en apprendre un peu plus sur Pau au fil des siècles avec Cécile DEVOS (chercheure à l’Inventaire du patrimoine, Ville de Pau, et chercheure associée à l’UPPA, ITEM EA 3002) RDV à la place des États (annulation en cas de pluie ou de neige)

Sur inscription à l’office de tourisme : www.tourismepau.com ou au 05 59 27 27 08 Entrée gratuite

16h-17h Usine des Tramways (Archives communautaires de l’Agglomération Pau Béarn Pyrénées)

« Retour aux sources ! » Archives dévoilées Actes royaux de Navarre du XVIe siècle

Visite et présentation de documents avec Corinne DEMIRDJIAN (archiviste) et Dénes HARAI (historien moderniste, UPPA, ITEM EA 3002)

RDV à l’Usine des tramways Sur inscription à l’office de tourisme : www.tourismepau.com ou au 05 59 27 27 08 Entrée gratuite

18h-19h Archives départementales 64

« Retour aux sources ! » Archives dévoilées

Avec un chercheur et les Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques découvrez des documents originaux rarement montrés au public : Autour des actes signés Fébus, par Véronique LAMAZOU-DUPLAN (historienne médiéviste, UPPA ITEM EA 3002)

RDV aux Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques Cité administrative, Boulevard Tourasse, Pau Entrée gratuite, inscription obligatoire : archives@le64.fr

18h-19h30 Médiathèque André-Labarrère

Recherches récentes sur l’histoire de Pau

Avec Dominique BIDOT-GERMA (historien médiéviste, UPPA, ITEM EA 3002) et Thierry CASSOU (docteur en histoire contemporaine, UPPA)

RDV à l’amphithéâtre de la médiathèque intercommunale André-Labarrère 10 Place Marguerite Laborde, Pau Entrée gratuite dans la limite des places disponibles

18h-19h30 CCI Pau Béarn

« La fabrique de l’histoire » Ecrire l’histoire des petits vignobles

Table ronde avec Laurent JALABERT (historien contemporanéiste, UPPA, ITEM EA 3002), Nicolas FALXA (doctorant en histoire contemporaine, UPPA, ITEM EA 3002), et Stéphanie LACHAUD (historienne moderniste, CRH «Centre de recherches historiques»,CNRS-EHESS, UMR 8558)

RDV à la Chambre de Commerce et d’Industrie Pau Béarn 21 Rue Louis Barthou, Pau Entrée gratuite dans la limite des places disponibles

20h-23h Cinéma CGR Pau Saint-Louis

« De l’histoire au cinéma » Coup de projecteur sur le Moyen Âge

Projection du film Le dernier duel (2021) de Ridley Scott précédée d’une présentation historique par Pierre COURROUX (historien médiéviste, UPPA, ITEM EA 3002)

RDV au Cinéma CGR Pau Saint-Louis 11 Rue du Maréchal Joffre, Pau https://www.cgrcinemas.fr/pau/ Plein tarif : 6 € Tarif Réduit : 5 € Tarif étudiant : 4 €

Au Port de Bayonne (Anglet)

18h-19h30 Frégate L’Hermione

Conférences « Voyages au fil des lettres »

 Séance animée par Philippe CHAREYRE (historien moderniste, UPPA, ITEM EA 3002) :

  • Les correspondances transatlantiques entre les ports basques et le Nouveau Monde : exemple du navire bayonnais Le Dauphin par Annabelle LAFUENTE (doctorante en histoire moderne, UPPA, ITEM EA 3002)
  • Le voyage de Viollet-le-Duc au Pays Basque à travers sa correspondance par Viviane DELPECH (historienne de l’art contemporain, UPPA, ITEM EA 3002)

RDV à la frégate L’Hermione, port de Bayonne, Anglet Sur inscription : billetterie.bayonne@hermione.com Entrée payante (au profit de la restauration de la frégate) Plein tarif : 12€ Tarif étudiant : 8€

Patrimoine industriel, culture et économie en zones rurales et montagneuses

Journée d’étude, vendredi 3 mars 2023

Université de Pau et des Pays de l’Adour

Organisé par le laboratoire ITEM (UPPA)

et le Pavillon de l’Architecture de Pau

Journée hybride, en présentiel et en visioconférence (lien TEAMS) : Cliquez ici pour rejoindre la réunion

Inscrite dans le cadre du programme national « Petites villes de demain », cette journée d’étude s’intéresse à la problématique intemporelle du patrimoine industriel et de son influence socioéconomique dans la structuration des territoires, en particulier dans les zones rurales et montagneuses, de l’ère moderne à nos jours. En plus de constituer des marqueurs visuels de l’identité locale, les infrastructures générées par l’industrie, nombreuses dans ces aires géographiques, représentent en effet un patrimoine matériel considérable, dont l’immense valeur et le potentiel bien réel peuvent parfois être ignorés pour diverses raisons sociales, culturelles, historiques, voire politiques.

Dans le but de contribuer à la réflexion sur la valorisation de ce type de patrimoine (réhabilitations, reconversions, adaptabilité etc.) en tant qu’atout à la fois social, culturel et économique, le propos portera dans un premier temps sur une approche historique et théorique, visant à démontrer la valeur intrinsèque de ces architectures, puis sur des études de cas et des retours d’expérience, proposant des exemples de réalisations concrètes ou de projets non exécutés dans des territoires faiblement peuplés aux questionnements similaires. La mise en contexte nationale voire internationale permettra ainsi d’éclairer les situations rencontrées à l’échelle régionale et locale, notamment dans les Pyrénées occidentales.

La complexité du patrimoine industriel et de ses enjeux vis-à-vis de la société implique une approche multidisciplinaire fondamentale, réunissant aussi bien des chercheurs spécialistes d’histoire et d’histoire de l’art que des acteurs de terrain, professionnels des collectivités territoriales, entrepreneurs, architectes et élus. Ces présentations et ces échanges viseront à enrichir la réflexion actuelle sur des typologies architecturales, qui, s’adaptant de tous temps aux évolutions de la société par le principe inhérent de la reconversion des espaces et des usages, relèvent de l’histoire et du legs des générations, mais s’ancrent également, encore et toujours, dans le système socioéconomique contemporain.

Programme

9h45 Accueil (Laboratoire ITEM-UPPA et Pavillon de l’Architecture de
Pau)
Introduction – Viviane Delpech (Histoire de l’art contemporain et
patrimoine, Université de Pau et des Pays de l’Adour)

Session 1
Approches historiques et théoriques

10h Conférence inaugurale
Paul Smith (Secrétaire général du CILAC)
A la ville… et à la campagne. Le patrimoine industriel dans tous ses
états

10h30 Dénes Harai (Histoire moderne, Université de Pau et des Pays de
l’Adour)
D’une ressource à exploiter à un patrimoine à explorer: les mines
pyrénéennes des souverains de Navarre (XVIe siècle)

11h Pause

11h15 Jean-Loup Gazzurrelli (Histoire contemporaine, Université
Toulouse-Jean Jaurès)
Une émanation de fortes traditions industrielles et rurales dans la
campagne béarnaise: le Tissage Larrousse de Coarraze (64)

11h45 Erwan Irachilo (Histoire contemporaine, Université de Pau et des Pays de l’Adour)
La gestion des entreprises aéronautiques sud-aquitaines sous le
prisme de l’architecture usinière: un patrimoine au cœur de
l’organisation du travail

12h15 Déjeuner

Session 2
Valorisation culturelle et économique du patrimoine industriel. Études de cas et retours d’expérience

14h15 Michel Oçafrain (maire de Banca) et Mikel Indo (animateur du
Centre d’interprétation du Patrimoine Minier et Métallurgique
d’Olhaberri)
Les mines de Banca et le centre Olhaberri, près de Baïgorry (64)
Projet réalisé par V2S architectes

14h45 Paul Canet et Nathalie Torrejon (architectes, Cabinet Thal.archi)
L’urbanisme durable selon Thal.archi. Création d’un écoquartier:
l’exemple de Rontignon (64)

15h15 Roberto de Uña (Agence A6a) et Philippe Jolivet (AAPJ)
Le projet de l’Atelier de l’espadrille à Mauléon (64)
15h45 Fernando Tabuenca (architecte, Tabuenca & Leache)
Au-delà de l’industrie : la réhabilitation du Palacio del Condestable
à Pampelune

16h15 Pause

16h30 Table-ronde : La reconversion des sites industriels
En présence de: Maryse Larrousse (Tissage Larrousse, Coar-
raze), Michel Oçafrain (maire de Banca), Paul Smith (CILAC),
Nathalie Torrejon (Cabinet Thal.archi), Fernando Tabuenca
(Cabinet Tabuenca & Leache)

17h Conclusion/Clôture

Les médias : le Quatrième pouvoir?

Congrès international du réseau réseau MEMITÀ (Memory&Identity and Media Studies)

Les médias : le Quatrième pouvoir? Identité, mémoire et patrimoine

Pau, du 7 au 9 décembre 2022


Le réseau international MEMITÀ (Memory&Identity and Media Studies) organisera son prochain Congrès en France, avec ses partenaires les Universités de Rennes 2, de Pau et des Pays de l’Adour, sur une base hybride.
Pour cette nouvelle édition, la question retenue a été: “Identité et mémoire dans les médias : configurations et recompositions du quatrième pouvoir”. À vocation interdisciplinaire, le Congrès
Memità se propose d’organiser des panels et des communications portant sur les représentations culturelles, les ancrages sociaux, les valeurs, les codes et les modes de fonctionnement selon les approches des différentes disciplines participant au réseau : littérature, langues, didactiques, édition, communication, histoire, sociologie, arts visuels, cinéma et documentaires, etc.


Axes de recherche envisagés:
– Les médias en tant que Quatrième pouvoir : configurations et recompositions.
– Les médias et l’opinion publique : des fabriques d’identité ?
– Les médias et la face cachée de la réalité.
– Les médias et la fabrique des marques culturelles, signes d’identité.
– Les médias, la mémoire et le patrimoine : récupération, transmission, et valorisation.

Le Congrès aura lieu sur le Campus de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (Amphithéâtre de la présidence), en collaboration avec l’Université Rennes 2.

Les journées seront également retransmises en visioconférence via TEAMS : Cliquez ici pour participer à la réunion

Les langues officielles sont le français, l’espagnol et l’anglais.

Programme

Frais d’inscription:
– Présentiels: 80 €; on-line: 45 €
– Universités partenaires du réseau présentiel : 50 €; on-line: 30 €


Comité d’organisation:
– Dolores Thion Soriano-Mollá (cellam, Université Rennes 2 et Laboratoire Item, Université de Pauet des Pays de L’Adour, Francia)
– Juliette Richaud (Université de Pau et des Pays de l’Adour, Francia)
– Rafael Esquinas (Université de Pau et des Pays de l’Adour, Francia)
– Nathalie Brillant Rannou (cellam, Université Rennes 2)
– Floriana Di Gesù (Università degli Studi di Palermo, Italia)
– Assunta Polizzi (Università degli Studi di Palermo, Italia)
– Ambra Pinello (Università degli Studi di Palermo, Italia).


Séminaire itinérant “Les Réveillées”

Retours sur un demi-siècle d’ethnographie musicale en France (1939-1984)

Durant les décennies qui furent autant celles de la “fin des paysans” que celles des “trente glorieuses”, Claudie Marcel-Dubois (1913-1989) et Maguy Pichonnet-Andral (1922-2004), deux chercheuses CNRS membres du Centre d’ethnologie française, le laboratoire incorporé au musée des arts et traditions populaires, ont sillonné la France rurale et les outremers pour enquêter sur les pratiques musicales, qui étaient majoritairement le fait de non-professionnels, et leur insertion dans la vie quotidienne des communautés villageoises.

Celles qui sont regardées comme les fondatrices de l’ethnomusicologie du domaine français ont orienté leurs investigations dans trois directions principales :

  • les vocalités dans leur diversité (chant monodique, polyphonique ou improvisé, langage sifflé, déploration funèbre, etc.) 
  • les instruments de musique populaire, qu’il s’agisse de leurs processus de fabrication, des techniques et styles de jeu, des répertoires ou encore des modalités de transmission des uns et des autres 
  • la place des phénomènes sonores d’origine humaine dans la vie quotidienne des communautés villageoises, tant sur son versant laborieux (pastoralisme) que sur son versant festif

Les archives sonores, photographiques et textuelles qu’elles ont ainsi constituées ont été numérisées entre 2000 et 2015 par les institutions patrimoniales qui en assurent aujourd’hui la conservation : les Archives nationales et le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée.

Un programme de recherche initié en 2013 au Laboratoire d’anthropologie et d’histoire de l’institution de la culture, sous l’impulsion de Daniel Fabre, a permis de rendre ces quelque quarante mille fichiers accessibles dans Didómena, l’entrepôt des données de la recherche de l’EHESS ; il a aussi entrepris leur éditorialisation dans un site dédié, Les Réveillées. Ce programme trouve son aboutissement avec un séminaire itinérant, porté par les laboratoires InVisu et Héritages, qui bénéficie aussi du soutien du ministère de la Culture (direction générale des patrimoines et de l’architecture), du réseau des ethnopôles et de la FAMDT.

Le séminaire se fixe pour objectifs :

  • De faciliter l’appropriation du corpus d’enquêtes et des sites internet qui le mettent à portée,
  • Mais aussi de réinscrire la démarche des enquêtrices dans le mouvement biséculaire de collectage et de légitimation des musiques de tradition orale, amorcé avec la publication du Barzaz Breiz (1839) et relancé par les associations de musiques et danses traditionnelles issues du folk music revival des années 1970. 

Les sept séances programmées tour à tour à Pierrefitte-sur-Seine, Rennes, Carcassonne, Arudy, Bayonne, Lyon et Marseille, ont été conçues comme des temps de dialogue entre chercheurs spécialistes du patrimoine culturel immatériel et artistes attachés à cette esthétique. Toutes sont ouvertes aux publics intéressés. Chacune comportera l’écoute commentée d’enregistrements historiques ainsi qu’une séquence de musique vivante.

En savoir plus…

4ème séance :

Mardi 8 novembre, Musée d’Ossau, 4 place de l’Église, 64260 Arudy

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Les recherches organologiques des ethnomusicologues du Centre d’ethnologie française (2e approche) : sonnailles et conditionnement sonore des animaux. Siffleurs et langage sifflé en vallée d’Ossau – Patrimoine sonore et transmission de l’occitan Visite commentée de l’exposition Trucs et création musicale de la Companhia Hart Brut

Fête de la science 2022- Pierre Courroux au château de Buzet

Dans le cadre du la fête de la science 2022, Pierre COURROUX, historien en histoire médiévale, propose le 14 octobre 2022 au château de Buzet, une conférence intitulée “Des ruines à l’histoire : faire revivre le château et village du Haut-Buzet”.

La conférence sera suivie d’une présentation de planches de bande dessinées “vin et changement climatique” proposée par le collectif palois “l’Encre Sympathique”.

Appel à communication “BD et environnement “

Appel à communication “BD et environnement : les temps enfiévrés (1960-2010)”

Organisée dans le cadre du Réseau Régional de Recherche sur la Bande Dessinée de Nouvelle Aquitaine « 3RBD »

Depuis plus de trente ans, la question climatique, débattue sur la scène internationale, a conduit à l’émergence d’un vaste champ de recherche en transition studies (encore appelées en France transitions écologiques) se consacrant à l’étude des dynamiques de restructuration des systèmes liées aux politiques de transition durable de type « post-crise ». Ainsi, les recherches scientifiques couplant les effets de la transition physique de la planète consécutifs au changement climatique avec ses conséquences sociales se multiplient-elles, interrogeant notamment tous les grands champs des sciences humaines et sociales. Si l’étude des changements globaux sur le temps long est très sollicitée par les sciences dites exactes, la capacité à prévoir le futur et donc à anticiper les changements sociaux devient cruciale pour les décideurs politiques. La constitution en 2019, sous les auspices du ministère des Armées d’un groupe de « réflexion » du nom de Red Team Défense participe alors de ces efforts de prospective : réunissant une dizaine d’auteurs et de scénaristes de science-fiction travaillant avec des scientifiques et des experts militaires, il a pour objectif de faire émerger des scénarios s’attachant à anticiper des risques environnementaux, technologiques, économiques et sociétaux susceptibles, à l’horizon 2030-2060, d’engendrer différents types de conflictualités potentielles. Et parmi les « experts » de la société civile réunis, le monde de la bande dessinée est représenté par le scénariste Xavier Dorison (Le Troisième Testament, Long John Silver, Le Château des animaux, Undertaker, entre autres) et le dessinateur François Schuiten (Les Terres creuses, Les Cités obscures). En effet, la BD constitue un vaste réservoir d’univers, de conceptions du monde et de la société, de visions du présent et de l’avenir, souvent construits sur la base d’éléments existants ou en émergence.


Les préoccupations « naturalistes » incorporent progressivement le champ de la BD dans les années 1960, sous le biais de deux facteurs : d’une part, la sensibilisation aux questions de préservation (et gestion) de la Nature s’ouvre à un plus large public, par le biais notamment de la médiatisation des catastrophes majeures d’origine anthropique provoquant alors de fortes répercussions sur les milieux dits naturels et la société2 ; d’autre part, l’apparition puis le renforcement d’une nouvelle offre éditoriale en direction d’un public adulte3 favorisent de nouveaux thèmes traités par la BD, dont le grand domaine de l’environnement. Comme le soulignait en 1982 Louis Gérard (alors directeur d’édition chez Casterman), les hebdomadaires illustrés « jeunesse » qui s’étaient multipliés en France après 1945 avaient « légué » des lecteurs adultes, engendrant « une première explosion de la BD vers 1969-1970 » 4 , suivie d’une décennie faste pour ce champ de l’édition.


Cet appel à communication vise plus particulièrement à étudier le traitement des questions environnementales par le grand domaine de la Bande Dessinée durant les temps pré transition studies « toutes puissantes », à savoir avant 2010. En effet, de nos jours et pour le cas français, nombreuses sont les controverses environnementalistes traitées par le support BD : citons entre autres le développement « inexorable » des algues vertes nappant les plages bretonnes (Inés Léraud, Pierre Van Hove, Algues vertes – l’histoire interdite, la revue dessinée/Delcourt, 2019), les ravages sanitaires découlant des épandages massif dans les Antilles françaises de chlordécone entre 1973 et 1992 (Jessica Oublié, Vinciane Lebrun, Katherine Avraam et Nicola Gobbi, Tropiques toxiques – le scandale du chlordécone, Les Escales, 2020) ou encore le projet d’enfouissement des déchets nucléaires à Bure (Gaspard d’Allens, Pierre Bonneau, Cécile Guillard, Cent mille ans – Bure ou le scandale enfoui des déchets nucléaires, la revue dessinée/Seuil, 2021 ; Étienne Davodeau, Le Droit du sol – journal d’un vertige, Futuropolis, 2021).


Ainsi, par exemple, si le rôle fondateur joué en France par le dessinateur Pierre Fournier (1956-1973) a été déjà étudié5 , beaucoup reste à faire. Par exemple, les scénarios des BD publiées dans les années 1970 (« albums » comme « illustrés » reflètent-ils les thématiques interrogées par la toute jeune écologie politique, incarnée par la candidature de René Dumont aux élections présidentielles du printemps 1974 ? Retrouve-t-on dans leurs pages la contestation de l’extension du camp militaire du Larzac, du « tout voiture », des habitats collectifs de type « grands ensembles », le traumatisme réel engendré en Bretagne par le naufrage de l’Amoco-Cadiz (1978) ou encore les mobilisations populaires contre la construction des centrales nucléaires (Fessenheim, 1971 ; Bugey, 1971 ; Plogoff, 1978-1981 ; Port-de-Lanne, 1980 ; Golfech, 1980-1981 ; etc.) ? Et ces événements, alors largement médiatisés, sont-ils à l’origine de nouvelles fictions ?


De même, le I er Sommet de Terre tenu à Stockholm (juin 1972) initiant une première collaboration internationale dédiée à l’amélioration des conditions de vie (« Une seule
Terre ») et aboutissant au lancement du Programme des Nations Unies pour l’Environnement a-t-il eu un retentissement direct sur les productions de bandes dessinées ? Et quelque vingt ans plus tard, quels furent sur ce même plan les effets du Sommet de la Terre de Rio-de- Janeiro qui assura une promotion formidable à la notion de sustainable development (développement durable « en français de France » vs développement soutenable pour les Québécois) ?


Au final, les organisateurs ne souhaitent pas restreindre le type éditorial des bandes dessinées étudiées (des albums traditionnels aux mangas en passant par la grande diversité
des « illustrés » : hebdomadaires, mensuels et autres fumetti – « BD de hall de gare »), ni les genres visés (SF, anticipation, « réaliste », westerns, super-héros, etc.) et encore moins les pays d’édition et/ou d’origine des auteurs.

Comité d’organisation


Julie Gallego, maîtresse de conférences de latin à l’UPPA (laboratoire ALTER)
Laurent Jalabert, professeur d’histoire contemporaine à l’UPPA (laboratoire ITEM)
Jean-Yves Puyo, professeur de géographie à l’UPPA (laboratoire TREE)

Calendrier


Ouverture de l’appel à participation : I er juin 2022


Les propositions de communications sont à envoyer aux adresses suivantes :


julie.gallego @ univ-pau.fr

laurent.jalabert @ univ-pau.fr

jean-yves.puyo @ univ-pau.fr


Le résumé (fichier .doc, .docx, .odt ou pdf) sera présenté en 500 mots +/-10%, en Times New Roman, taille 12, avec maximum trois illustrations. Le corpus retenu sera indiqué avec précision.
Les propositions feront figurer les coordonnées précises du ou des auteur(e)s (nom, prénom, université, adresse électronique et numéro de téléphone), ainsi qu’une courte bio-bibliographie de 10 lignes maximum présentant l’auteur et ses principales recherches en lien avec la bande dessinée.


Appel prolongé jusqu’au 20/09/2022

Réception des propositions jusqu’au 20/09/ 2022

Retour aux participant(e)s vers le 30 septembre 2022


Journée d’étude : 2 décembre 2022 à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (campus de
Pau)

 

Comité scientifique :

Duplan-Lamazou Véronique, MCF en histoire médiévale (UPPA)

Chauvaud Frédéric PR en histoire contemporaine (Université de Poitiers)

Laffage-Cosnier Sébastien, MCF HDR en STAPS (Université de Franche-Comté)

Meunier Christophe, PRCE en géographie, INSPÉ centre Val-de-Loire

Venayre Sylvain, PR en histoire contemporaine (Université de Grenoble-Alpes)

Vrignon Alexis, MCF contractuel (UPPA)

Adelphine Bonneau – Professeur invitée

Adelphine Bonneau (univ. Sherbrooke, Canada) est archéologue, géochimiste et archéomètre de formation. Elle est invitée au laboratoire ITEM du 23 au 30 mai 2022.

Après un postdoctorat à l’Université Laval, Canada puis un 2e à l’Université d’Oxford, Royaume-Uni, Adelphine Bonneau rejoint en septembre 2021, l’Université de Sherbrooke en tant que professeure avec un poste bifacultaire entre le département de chimie et le département d’histoire.

Elle se spécialise dans l’étude des matières colorantes et de l’art rupestre, du verre européen de l’époque moderne, notamment les perles de verre, et dans la datation des matériaux archéologiques par le radiocarbone.

Durant son séjour, Adelphine Bonneau donnera une conférence dans le cadre des Jeudis d’ITEM, le mercredi 25 mai 2022 De pacotilles à parures » : une vision contrastée des perles de verre de chaque côté de l’Atlantique : fabrication, usage, échanges, à 14h00, en salle Chadefaud de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Eloísa RAMIREZ VAQUERO Professeur invitée

Du 2 mai 2022 au 6 mai 2022

Eloísa Ramírez Vaquero, catedrática à l’Universidad Pública de Navarra (UPNA)

Professeure invitée au laboratoire ITEM du lundi 2 au vendredi 6 mai 2022

Eloísa Ramírez Vaquero est Professeure (Profesora catedrática) en Histoire médiévale à l’UPNA. Elle enseigne en Licence Histoire et Patrimoine, en Master, dirige des doctorats, en particulier au sein du campus d’excellence international de la Vallée de l’Ebre, Campus Iberus, qui regroupe les universités de Saragosse, de Lleida, Publique de Navarre, de la Rioja (masters interuniversitaires, programme conjoint de doctorat) et dont l’UPPA est partenaire associé. Elle a récemment exercé deux mandats de vice-présidente de l’UPNA et est investie dans de nombreuses responsabilités administratives et académiques.

Ses champs de spécialité : l’histoire du royaume et des rois de Navarre, des groupes sociaux, l’histoire urbaine ; l’histoire politique et culturelle, les questions patrimoniales, le tout plutôt pour le second Moyen Âge (XIIe-XVe siècles).

Professeur invitée à l’UPPA/ITEM du 2 au 6 mai 2022 (org. Véronique Lamazou-Duplan), au sein d’un laboratoire avec qui elle a déjà de nombreuses fois travaillé en étroit partenariat. Citons entre autres :

  • Avec V. Lamazou-Duplan, 2008-2010, programme Aquitaine-Navarre, Les cartulaires des rois de Navarre, prolongé au sein de plusieurs programmes ibériques. Résultats : deux journées d’études (publiées aux PUPPA), publication des cartulaires des rois de Navarre (entre 2010 et 2016), une exposition transfrontalière montée à Pau puis à Pampelune (2010-2011)
  • Avec V. Lamazou-Duplan, 2013-2015, programme international Archives familiales… / ARCHIFAM (Casa de Velázquez). Résultats : séminaires et colloques, dont les résultats ont été publiés aux éditions de la Casa de Velázquez en 2021.
  • Avec Ph. Chareyre, 2017-2022, programme ANR AcroNavarre. Résultats : plusieurs colloques dont les travaux ont été publiés aux PUPPA ou sont encore sous presse…

AGENDA

Elle participera à des réunions de travail et séminaires, interviendra lors de conférences destinées aux étudiants et chercheurs :

Memoria y representación femenina en la Navarra medieval

Lundi 2 mai, 16h-17h30, Salle Chadefaud, ICL UPPA.

Conférence pour les étudiants du Master HCP, de l’École doctorale SSH, MEEF et Licence, ouverte aux chercheurs de l’UPPA.

Trabajando con testamentos e inventarios de bienes: Navarra s. XIII-XIV

Jeudi 5 mai 2022, Jeudi d’ITEM, à 16h. En présentiel (salle Bulle, Bibliothèque Universitaire) ou en distanciel via lien Teams.

Conférence ouverte aux chercheurs de l’UPPA, aux étudiants du Master HCP, de l’École doctorale SSH, MEEF et Licence.

Résumé :

Testamentos e inventarios de bienes resultan fuentes bien conocidas, aunque utilizadas de manera desigual y diversa. Los primeros, sobre todo, desde un punto de vista jurídico o desde la perspectiva de las mentalidades y actitudes ante la muerte. Los segundos, en general como simples apéndices de otro tipo de acciones jurídicas (embargos, ejecuciones testamentarias). El objetivo aquí es presentarlos como instrumentos de trabajo relacionados con la vida de las personas (en este caso del mundo urbano), analizando los objetos y su relevancia para el dueño; o los espacios vitales que esos inventarios y testamentos muestran.

Les testaments et les inventaires de biens sont des sources bien connues, bien qu’elles soient exploitées de manière inégale et de différentes façons. Les premiers, surtout, d’un point de vue juridique ou dans la perspectives d’une histoire des mentalités et des attitudes face à la mort. Les seconds sont en général considérés comme de simples annexes à d’autres types d’actions en justice (saisies, exécutions testamentaires). L’objectif ici est de les présenter comme des instruments de travail liés à la vie des gens (dans ce cas dans le monde urbain), en analysant les objets et leur pertinence pour leur détenteur, ou pour les espaces de vie que ces inventaires et testaments révèlent.

Le métier de sociologue selon Pierre Bourdieu

Rencontre avec Frank Poupeau – Librairie La Curieuse, Libraire Troquet Arudy

5 avril 2022  à 18h30

 

Franck Poupeau est sociologue, directeur de recherche au CNRS. Sous la direction de Pierre Bourdieu, il a d’abord travaillé sur l’école avec une thèse soutenue en 2001 : « Enseigner en « banlieue ». Sociologie de l’éducation et crise du système d’enseignement ». Puis son terrain de recherches s’est déplacé outre-Atlantique, avec des travaux sur les inégalités urbaines et politiques de l’eau en Amérique du Sud et aux Etats-Unis et le changement politique en Bolivie qu’il interroge dans « Altiplano-Fragments d’une révolution (Bolivie, 1999-2019) », publié aux Editions Raisons d’agir, en 2021. Il a également coordonné la publication de « Microcosmes, théorie des champs », aux Editions Raisons d’agir, en 2022, des textes inédits de Pierre Bourdieu, et la réédition de « Interventions, 1961-2002, Science sociale et action politique », aux Editions Agone.

Vingt ans après la mort de Pierre Bourdieu, la rencontre avec Franck Poupeau sera donc l’occasion d’échanger sur le « métier de sociologue », tel que le concevait Pierre Bourdieu (méthode, concepts…) et montrer, pour reprendre le titre du documentaire de Pierre Carles, que « La sociologie est (également) un sport de combat » !

En liaison avec cette intervention, des panneaux de l’association Pau-SES, présentant la pensée de Pierre Bourdieu, seront installés à la librairie, Au CocoTiers (espace de travail partagé) et à la médiathèque (sous réserve).

Nocturnes de l’Histoire 2022

Le mercredi 30 mars se déroulera la 2e édition des Nocturnes de l’Histoire, manifestation nationale suscitée par quatre associations d’historiens de l’enseignement supérieur.

A Pau, à l’UPPA, les chercheurs des deux laboratoires ITEM et IRAA s’associent pour proposer diverses manifestations et activités (coord. V. Lamazou-Duplan et L. Callegarin).

L’amélioration sanitaire actuelle laisse entrevoir que nous puissions réaliser pleinement ce programme, en présentiel et en partenariat avec Ville de Pau, le Musée national et domaine du Château de Pau et le lycée Louis Barthou.

Programme prévisionnel

10h30-12h Rencontre-débat au Lycée Louis Barthou (Réservé aux lycéens et équipes pédagogiques de l’établissement)

10h-11h30 Les Halles de Pau Café historique à la Brasserie L’esprit des Halles

14h30-16h Déambulations historiques. Du château à la ville…

16h-17h Atelier à l’Usine des Tramways Retour aux sources ! Archives dévoilées

18h-20h Château de Pau. Musique et Flash Conf’ La fabrique de l’Histoire

  • Intermèdes musicaux
  • RV avec des chercheurs qui ouvrent la boîte à outils de l’histoire
  • Musique et retour aux sources ! Archives et œuvres dévoilées

17h-20h Médiathèque A. Labarrère Flash Conf’ La fabrique de l’Histoire

19h-20h Atelier au Musée des Beaux-Arts Retour aux sources! Le médailler de Pau

Télécharger le programme complet des Nocturnes de l’Histoire 2022 à Pau

lien vers calameo

En attendant le 30 mars, nous vous donnons rendez-vous sur le Chaîne YouTube de l’UPPA, sur laquelle vous pourrez visionner gratuitement les capsules vidéos tournées dans le cadre des Nocturnes de l’Histoire 2021:

Essais nucléaires, des mémoires polynésiennes

Chaque semaine, La marche du monde sur RFI vous propose de découvrir l’histoire de nos sociétés contemporaines. Sur les cinq continents, nous recherchons des témoignages, mais aussi des archives radiophoniques et musicales, pour revivre les évènements et les mouvements qui éclairent l’actualité. En Afrique, en Asie, en Amérique, en Europe et au Proche-Orient, rafraîchissons-nous la mémoire et partageons notre histoire ! 

Podcast “Essais nucléaires, des mémoires polynésiennes” par Alexis Vrignon (ITEM-UPPA), 28 février 2022 :

https://rfi.my/8CcG

2 Juillet 1966, le lagon de Moruroa prend feu. C’est le tout premier des 193 essais nucléaires menés pendant 30 ans par la France en Polynésie. Une histoire coloniale et militaire dont les Polynésiens ont été tenus à l’écart. Mais comment se sont-ils adaptés à cette intrusion soudaine d’une industrie nucléaire qui modifie leur santé, leur environnement et leur façon de vivre ? À l’écoute des témoignages inédits recueillis en Polynésie par l’historien Alexis Vrignon, nous découvrons la diversité et la complexité des mémoires polynésiennes.

L’essai nucélaire Dione, conduit en 1971 dans l’archipel de Mururoa, atoll de l’archipel des Tuamotu, situé en Polynésie française. Getty Images – Galerie Bilderwelt

À paraître

«Des bombes dans le Pacifique», d’Alexis Vrignon, en co-direction avec Renaud Meltz, aux éditions Vendémiaire. 

Sciences Ouvertes, le podcast de la Recherche à l’UPPA – Histoire des petits vignobles

Sciences Ouvertes, le podcast de la Recherche à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA), est réalisé par la journaliste Stéphanie Savariaud avec la direction de la communication de l’UPPA.

A travers une série de dix épisodes les chercheurs de l’UPPA partagent leur savoir et le résultat de leurs recherches sur des enjeux sociétaux majeurs.

Les différents épisodes donnent la parole aux chercheurs et à leurs partenaires, autour des cinq missions interdisciplinaires de l’université :

  • Représenter et construite les territoires du futur,
  • Adapter les écosystèmes littoraux, forêts et montagnes pour les rendre plus résilients,
  • Concilier développement, environnement sécurisé et biodiversité,
  • Subsidiarité énergétique au niveau des territoires,
  • Questionner les frontières et relever le défi des différences.

Dans ce premier épisode, Sciences Ouvertes se penche sur l’histoire des petits vignobles, dont celui de Buzet dans le Lot-et-Garonne, qui fait l’objet de travaux de recherche du laboratoire ITEM, Identitiés, territoires et mobilités depuis 2014. 

Pierre Philippe, directeur général de la coopérative des vignerons de Buzet , Laurent Jalabert, professeur d’histoire contemporaine et directeur du laboratoire ITEM et Pierre Courroux, chercheur et spécialiste de l’Albret, reviennent sur cette collaboration fructueuse pour l’entreprise:

https://podcast.ausha.co/sciences-ouvertes/d-histoire-et-de-vin-le-petit-vignoble-de-buzet

Appel à communications – Journée d’étude “La parure”

L’ appel à communications pour la journée d’étude organisée par les étudiants du Master 2 Histoire, Civilisations, Patrimoine “La parure : entre identité et transgression ; De l’individu à la communauté : Intégrer et transgresser les codes de l’Antiquité à nos jours”, est ouvert jusqu’au 01 mars 2022.

Supervisée par M Julien Marchesi et M Louis Genton, cette journée aura lieu à l’université de Pau et des Pays de l’Adour, le 22 avril 2022, en salle Chadefaud de l’Institut Claude Laugénie.

Les propositions de communications (présentations rapides et problématisées de 25 à 30 minutes) sont attendues au plus tard le 01 mars 2022 à l’adresse suivante : orga.jemasters@gmail.com

Les contributions en visioconférence seront également acceptées.

Doctoriales de la biodiversité

Les Doctoriales de la biodiversité ont eu lieu du 01 au 04 février 2022 à la Maison de la nature du Bassin d’Arcachon, dans la Réserve ornithologique du Teich.

Organisées par Biosena, ces doctoriales ont accueilli 42 jeunes chercheurs et chercheuses (doctorant·es) de toutes disciplines autour des problématiques du territoire, des cas pratiques concernant la préservation de la biodiversité, des services écosystémiques et de la gouvernance environnementale, issus des acteurs du territoire.

L’accent était tout particulièrement donné aux nouveaux indicateurs de l’état de la biodiversité. Ces indicateurs permettent d’appréhender les capacités de résilience d’un socio-écosystème, de comprendre sa capacité d’anticipation d’une crise ainsi que son potentiel de réponse, de récupération puis d’autoévaluation, afin de diminuer sa vulnérabilité.

Ce séjour formateur a été l’occasion pour 7 doctorants de l’UPPA, dont Elodie Rivière (laboratoire ITEM), d’échanger avec les acteurs du territoire et de collaborer sur les problématiques de Nouvelle-Aquitaine. Il a également permis de les conforter dans l’importance de l’interdisciplinarité et son apport dans les travaux de recherche.

De gauche à droite : Berk Öktem (Sciences économique, TREE), Élodie Rivière (Histoire, ITEM), Arnold Messie (Sciences Juridiques – Droit public, TREE), – – , Asmae Ourdi (Sciences de gestion, TREE), Tematuanui Hantz (Sciences de l’ingénieur, LFCR) et Edel Lheureux (Écologie aquatique, Ecobiop).
Une pensée à Marjolaine Huguet (Géographie, TREE) qui n’apparaît pas sur la photo. 

Rencontre Lexique Amoureux de Pau

Médiathèque André Labarrère, Pau,

Samedi 18 décembre 2021 à 11H00

L’équipe ayant composé le Lexique amoureux de Pau propose une première présentation au public samedi 18 décembre à 11h, dans l’auditorium de la médiathèque André-Labarrère, à Pau

Charlotte Abadie-Laborde, Jean-Jacques Castéret, Cécile Devos, Mathilde Lamothe, Jean-Louis Maffre et Renée Mourgues dévoileront la genèse de cet ouvrage paru aux éditions Cairn, ainsi qu’une partie de son contenu.

Né sous la bonne étoile de l’Usine des tramways, ce livre décortique Pau par le menu : béret, poule au pot, Section Paloise et évidemment de la culture et du patrimoine, en belles images, clins d’œil et hommages amoureux à découvrir, lire et relire. 

En savoir plus

Écosystèmes montagnards du Moyen Âge à nos jours

Colloque Colloque final du projet Ecosystèmes montagnards du
Moyen Âge à nos jours.
Trois cas haut-savoyards : Sales, Salève, Glières

Entre 2018 et 2021, le Département de la Haute-Savoie a engagé un programme collectif de recherches portant sur les écosystèmes montagnards de son territoire. Les alpages des Glières, de Sales à Sixt-Fer-à-Cheval et du Salève ont constitué trois cas étudiés par des chercheurs de plusieurs disciplines, historiques et environnementales, afin de mieux comprendre les usages et gestions de ces espaces par l’Homme.

A NOTER , Samedi 4 décembre, participation de Mélanie Le Couédic (ITEM UPPA) :

10h – 12h30 Table ronde

  • Stéphan Dégeorges, architecte conseil au CAUE 74
  • Stéphane Gal, maître de conférences HDR en histoire moderne, Université Grenoble Alpes
  • Juliette Knockaert, ingénieure de recherche en archéologie, spécialisation archéozoologie et biogéochimie au Centre Camille Jullian, Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme
  • Mélanie Le Couédic, ingénieure de recherche en analyse de sources, Université de Pau et des Pays de l’Adour
  • Vanessa Py-Saragaglia, chargée de recherche, laboratoire GEODE -Université Toulouse-Jean Jaurès

Les stations thermales secondaires en France aux XIXe et XXe s

Le numéro 38 de e-Storia. Les cahiers de Framespa vient de paraître.

Le dossier, coordonné par Géraldine Baglin et Nicolas Meynen, porte sur “Les stations thermales secondaires en France aux XIXe et XXe siècles. Une autre histoire du thermalisme ?“. 

Présentation du dossier

Ce dossier a pour ambition de réhabiliter les stations thermales secondaires en France et de mettre au jour leur histoire économique, sociale et architecturale. Par ce biais, il vise à affiner les connaissances du phénomène thermal et de son développement, et à éclairer la variété des modèles et des formes du thermalisme. Il s’agit non seulement de comprendre les conditions de création et d’évolution de cette catégorie de stations thermales mais aussi de déterminer s’il existe un modèle architectural qui leur est propre et de mesurer l’impact qu’elles ont eu sur l’épanouissement de leur territoire, notamment dans les domaines urbain et touristique.

Les six articles composant ce dossier se répartissent en trois entités : la première correspond à trois études de cas du bassin midi-pyrénéen, la seconde propose une approche comparative à partir d’exemples issus de deux autres régions françaises (Bourgogne-Franche-Comté, Grand-Est), enfin, la dernière démontre, à partir des études menées notamment dans le cadre du programme européen FEDER Thermalisme, Culture, Villégiature dans les Pyrénées (2017-2021), la pertinence scientifique d’analyser conjointement les patrimoines culturels matériel et immatériel.


A noter, les contributions à ce dossier de nos collègues du laboratoire ITEM de l’UPPA :

Viviane Delpech Dans l’ombre du prestige. Établissements de bains isolés et micro-stations thermales des Pyrénées occidentales

 – Mathilde Lamothe Lectures patrimoniales du thermalisme : quand le patrimoine culturel immatériel et le patrimoine architectural et paysager se nourrissent réciproquement

Du site au territoire

Journée d’étude “Du site au territoire. Exemples d’applications sous Systèmes d’Information Géographique en archéologie et en Histoire”

Le 26 novembre 2021

Coordonnée par Mélanie Le Couédic, la journée d’étude Du site au territoire. Exemples d’applications sous Systèmes d’Information Géographique en archéologie et en Histoire” se tiendra en Salle Bulle, à la bibliothèque universitaire de Pau.

PASSE SANITAIRE OBLIGATOIRE

Cette journée est organisée dans le cadre du MASTER HCP. Séminaire transversal 1. Hommes, territoires, environnement  (ITEM/IRAA). Elle s’insère également dans le programme région Nouvelle Aquitaine MARGES.

Télécharger le programme

Matinée

Modérateur : Jean-François Bernard

9h accueil

9h30 Construire un SIG du sanctuaire Gallo-Romain des Bouchauds (Saint-Cybardeaux, Charente). Véronique Picard, IRAA

10h10 L’étude du peuplement de l’Antiquité tardive dans la péninsule Ibérique (Projet DYNAT-INC). Du terrain aux SIG. Leticia Tobalina, Casa de Velázquez

10h50 pause

11h Le Nouvel Atlas Archéologique de St Pierre (Martinique) (Naasp).

David Billon, INRAP

11h40 Le traitement des données du site de Castéja (Bordeaux, Gironde) dans Qgis. Amaia Legaz, HADES

12h30 déjeuner

Après-midi

Modérateur : Laurent Callegarin

14h30 Spatialiser des sites et des territoires à partir des sources écrites, quelques exemples. Mélanie Le Couédic, ITEM

15h10 Cartographier les bastides. Jean-Paul Valois, chercheur associé à ITEM

15h50 pause

16h Organiser une base de données d’objets médiévaux et la cartographier. Cécile Lagane, CRAHAM, université de Caen

MATé La Science Ouverte !

Pour continuer la dynamique autour de l’ouverture des données lancée lors des Journées Annuelles de MATE-SHS (Bordeaux, 24 et 25 juin 2021),

le groupe thématique “Ouverture des données” et le groupe local SO MATé de votre réseau préféré MATE-SHS s’associent pour lancer un nouvel événement :

MATé La Science Ouverte !

Jeudi 23 septembre – 9h30-12h

La dynamique de l’ouverture des données : panorama d’outils

animation : Mélanie LE COUÉDIC et Florence REVELIN

La « Fabrique numérique du passé ». Vers une plateforme open data pour les données géohistoriques
Laurent Costa, ArScan

L’e-infrastructure DATA-DRIIHM, un aiguilleur de la Science Ouverte pour renforcer l’interdisciplinarité et le partage des données des Observatoires Hommes-Milieux
Émilie Lerigoleur, GEODE, Kristell Michel, EVS, Corinne Pardo, ECCOREV, Marie-Laure Trémélo, ESPACE, Pascal Dayre, IRIT

Données du patrimoine Culturel Immatériel : de la collecte à la publication, quelle sauvegarde ?
Patricia Heiniger-Casteret, Mélanie Le Couédic, ITEM UPPA

Contribuer directement dans l’open data : l’open science avec OpenStreetMap – Application avec le projet de recherche « Décisif »
Delphine Montagne, TREE

Télécharger le programme sur 4 matinées de septembre et octobre (23,30 sept et 7,14 oct) 

Lien vers le site web de l’événement : https://mateshs-od-2021.sciencesconf.org/  

(inscription obligatoire)

Navarra 1521-2021 Guerra, identidad y conflictividad

Jornadas de estudio internacionales

18 de septiembre 2021 (Jornada 1)

Casa de Cultura de Villava/Atarrabia 9:30-14:00


En esta jornada se presenta el caso del tercer intento de recuperación del reino, por parte de la dinastía
Albret contextualizado con las revoluciones o revueltas existentes en otros reinos peninsulares contra
Carlos V, como fue el caso de las comunidades de Castilla y las germanías de Valencia. Además, se presentan casos como el de Hungría en el que entran en guerra los partidarios de dos dinastías por la Corona de este reino, y el interesante caso de los reyes naturales de Navarra y las guerras de religión.

En el trasfondo de estas guerras se encuentran elementos identitarios en el ámbito político, religioso y social, que chocan dando lugar a varias guerras en toda Europa. Además, para el caso de Navarra se añade el componente de la guerra de independencia, iniciada en 1512 por la invasión y conquista del reino por Fernando el Católico.

Por la tarde se realizará una visita guiada a “la Pamplona de la época de la conquista de Navarra”.

 

9h45- 10h. Apertura. Unai Hualde Iglesias, Presidente del Parlamento de Navarra, Marian Pérez, miembro de la organización, Álvaro Adot, miembro del comité científico.
Moderador: Adot Lerga, Álvaro (ITEM, UPPA)
10h-10h30. Anchústegui, Esteban (UPV): Identidad y conflictividad político-social en la época de la conquista de Navarra.
10h30-11h. Vicente Blasco, Dámaso Vicente (UVA): Nacionalidad y extranjería en las Comunidades de Castilla.
11h-11h30. Valor Moncho, Pilar (UCH Cardenal Herrera): La revuelta de las germanías.
11h45-12h15 Monteano, Peio (historiador, técnico de archivos AGN): La participación de los navarros en la guerra de 1521.
12h15-12h45. Harai, Dénes (ITEM, UPPA): Una corona, dos reyes: identidad y conflictividad en Hungría.
12h45-13h15. Chareyre, Philippe (ITEM, UPPA): Los reyes de Navarra y las guerras de religión : implicaciones feudales e identitarias.
13h15-13h35. Monjo, Emilio (CIMPE): Identidad religiosa y lenguas “vulgares”: 450 aniversario de la edición del catecismo en euskera (Abc edo Christinoen instructionea) de Joanes Leizarraga.
13h35- 14h. Debate.

Les archives familiales dans l’Occident médiéval et moderne

Les archives familiales dans l’Occident médiéval et moderne. Trésor, arsenal, mémorial

Edité par Véronique Lamazou-Duplan

Avec la collaboration de Maria Lurdes Rosa, Eloísa Ramírez Vaquero, Tünde Mikes, Arsenio Dacosta et José Ramón Diaz de Durana

Collection de la Casa de Velázquez n° 185

ISBN 9788490963340

Madrid, 2021, XII-555 p.

Au Moyen Âge et aux temps modernes, les familles aristocratiques, nobles, mais aussi marchandes et paysannes, conservent et transmettent les documents utiles pour défendre leurs droits, administrer, construire leur domination et leur mémoire. Centré sur la péninsule Ibérique, ouvert à des comparaisons dans l’Occident chrétien, ce livre étudie le phénomène de l’archivage touchant l’histoire, les droits et la mémoire des familles, la genèse de ces archives familiales, leur histoire au fil des générations, leur statut et leur rôle : trésor, arsenal, mémorial.

Ce volume rassemble les textes de 46 historiens et archivistes qui ont noué un dialogue original et fécond. Ils proposent une réflexion sur les archives dites de famille, confrontant regards, recherches et expériences, sur un sujet inscrit à la croisée de champs scientifiques largement renouvelés : pratiques de l’écrit, histoire des archives (archivistique historique – Archival Science), de la parenté. Dans une péninsule Ibérique ouverte à la comparaison avec d’autres aires géographiques, toutes les dimensions des archives familiales sont interrogées : archives des familles royales – ou du royaume ? –, nobles, dans leur diversité, mais aussi marchandes et paysannes ; entre genèse et remaniements, fabrique des archives de la « famille », du lignage, de la Maison. Dépassant la classique césure entre Moyen Âge et modernité, la production, la conservation, la transmission et réorganisation des archives familiales, désormais sujets d’étude per se, sont saisies en mouvement, dans leur historicité et dans la transversalité sociale des pratiques.

L’auteur

Véronique Lamazou-Duplan est maître de conférences en Histoire du Moyen Âge à l’université de Pau et des Pays de l’Adour/ ITEM EA 3002. Ses recherches portent sur le monde urbain, la vie familiale, les pratiques de l’écrit aux XIVe et XVe siècles. Elle a dirigé les publications suivantes : Le cartulaire dit de Charles II roi de Navarre (2010, co-édition Principe de Viana-UPPA), Signé Fébus, comte de Foix, prince de Béarn. Marques personnelles, écrits et pouvoir autour de Gaston Fébus (2014, co-édition Somogy Editions d’art – UPPA), Écritures du pouvoir, coll. « Les cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb (VIIIe-XVe siècle) », vol. 2 (2019, éditions Ausonius). La Casa de Velázquez lui a confié la coordination scientifique du programme ARCHIFAM (2013-2015) qui a conduit à la publication de ce volume sur Les archives familiales dans l’Occident médiéval et moderne. Trésor, arsenal, mémorial dont elle a été l’éditrice principale et coordinatrice.

Intérêt et originalité de l’ouvrage

Cet ouvrage présente une triple originalité.

La première est de rapprocher les regards et les travaux d’historiens et d’archivistes. Professionnels des archives et historiens spécialistes d’archivistique et plus largement des pratiques de l’écrit, nouent dans ce livre un dialogue fécond, dans le cadre de champs de recherche renouvelés et très dynamiques.

Ce livre centré sur la péninsule Ibérique (Portugal, domaines insulaires et marges pyrénéennes inclus) et ouvert à des comparaisons dans l’Occident chrétien (France, Flandre, Italie…), propose, non pas une classique histoire des familles à partir des archives, mais étudie en soi le phénomène de l’archivage touchant l’histoire, les droits et la mémoire des familles. Il révèle les liens complexes entre archives et familles lors de la genèse de ces fonds puis dans l’histoire de leur accroissement et de leur conservation, au fil des générations et des évolutions familiales. On mesure alors le statut et le rôle de ces archives familiales, à la fois trésor, arsenal, mémorial.

Ce faisant, troisième originalité, ce livre dépasse les périodisations classiques de l’histoire, en inscrivant sa démarche dans la longue durée, entre Moyen Âge et Modernité.

Ce livre, tant par la méthode suivie que par les résultats présentés, est donc un point d’étape important dans un champ renouvelé de la recherche et peut également servir de guide aux chercheurs.

Public concerné

Enseignants-chercheurs, étudiants, professionnels (professionnels des services d’archives, des bibliothèques, du patrimoine écrit…), grand public curieux d’histoire et fréquentant les archives, propriétaires d’archives privées…

Diffusion

Disponible à la vente sous forme papier auprès de la Casa de Velázquez et de nombreuses librairies.

Accessible via un lien vers la version en accès libre sur Open Edition Books, sur le site des éditions de la Casa de Velázquez

La fabrique urbaine. Orthez du Moyen Âge à la Renaissance

La journée d’étude La fabrique urbaine. Orthez du Moyen Âge à la Renaissance a eu lieu le 4 juin à Orthez. Journée du Séminaire transversal Hommes, territoires, environnement du MASTER HCP de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, elle clôturait l’opération CORTES (Chantier d’histoire 2020 financé par une bourse d’innovation pédagogique, E2S ANR).

Elle a commencé par une visite commentée par Benoît Cursente “Orthez médiéval : une ville double” partant du Pont Vieux pour arriver place du foirail.

Après une visite du château de Moncade et avant celle du musée Jeanne d’Albret, plusieurs communications se sont succédé:

  •  En guise d’introduction, Véronique Lamazou-Duplan (UPPA/ITEM) « Questions sur quelques lieux d’Orthez dans les sources textuelles de la fin du Moyen Âge »
  • Nadine Béague (INRAP/IRAA), « Les nouvelles données archéologiques sur l’église Saint- Pierre et le développement urbain d’Orthez »
  • Bernard Sournia (Conservateur en chef honoraire du patrimoine), « Enquête archéologique sur Saint-Pierre d’Orthez : chronologie et modèles »
  • Philippe Chareyre et Mélanie Le Couédic (UPPA/ITEM), « Autour du censier d’Orthez de 1536 et de l’Opération Cortes »

Temporalité(s) biographique(s)

Journée d’étude Temporalité(s) biographique(s)

Rupture, événement et sens

Le 11 juin 2021

Université de Pau et des Pays de l’Adour

Collège Sciences Sociales et Humanités –  Laboratoire ITEM

Sous la direction de Frédéric Bidouze et Abel Kouvouama

La biographie fascine, la biographie passionne et la biographie dérange aussi. L’évolution du genre a suscité jusqu’à nos jours de très nombreuses études et révélé à juste titre que l’exercice était selon François Dosse (2005), « un bon terrain d’expérimentation pour l’historien », pouvant « mesurer le caractère ambivalent de l’épistémologie de sa discipline ».

L’événement et la biographie sont indissociables dans leurs troublantes rencontres et en même temps les gommages successifs qui sont contraints par une irrépressible obligation de donner un sens à une vie.

Cette journée d’études qui se veut une première étape appelle la rencontre de chercheurs autour des aspects autant épistémologiques qu’exemplaires à travers des destins et des trajectoires particuliers dont l’étude transcenderait des variables comme l’irréversibilité, le sens de l’événement, et cet événement comme porteur de sens et générateur de nouvelles cohérences (Michèle Leclerc-Olive, 1997).

En présentiel à l’Amphithéâtre de la Présidence

En raison du contexte sanitaire et des places limitées, vous êtes invité(e)s à nous rejoindre en ligne :

Rejoindre la conférence

Contact : frederic.bidouze@univ-pau.fr

Soutenance de thèse – Alain Bousselin

Le 27 mai 2021

Alain BOUSSELIN soutiendra sa thèse de Doctorat en “Histoire des sciences” à 14h00, à l’UPPA.

Rejoindre la visioconférence

Directeurs de thèse : JALABERT (ITEM) et J. CRESSON (LMAP)

Sujet :

“Richard Feynman et la mécanique quantique : Genèse, développement et pérennité du concept d’intégrale de chemin”

Résumé :

Après le bouleversement à la fois intellectuel et philosophique qu’ont suscité qu’ont suscité la théorie des quanta et celle de la relativité restreinte, le vingtième siècle a été confronté au besoin d’approfondir la nature exacte des interactions fondamentales.

La contribution du physicien Richard Feynman suggéra, avec beaucoup d’audace, la formulation mathématique des intégrales des chemins.

Les travaux de Feynman en mécanique quantique à travers la genèse, le développement et la pérennité du concept d’intégrale de chemins constituent l’objet de notre thèse.

Territoires pastoraux dans la longue durée

Mercredi 14 avril 2021

Séminaire du master HCP. Journée du programme TPAST. Territoires pastoraux dans la longue durée : approche comparée Alpes-Pyrénées, UPPA/USMB, MARGES

Amphithéâtre de la présidence sur inscription

PROGRAMME :

9h15 accueil

Modérateur: Sylvain Burri

9h30 Laurent Ripart, L’implantation monastique dans les Alpes occidentales (IXe-XIIe siècles)

10h15 Jean Pierre Derrier, Comptes de châtellenies : méthodologie de saisie et conception d’un outil numérique d’exploitation. Application à la châtellenie de Maurienne au XIIIe et au XIVe siècle.

11h pause

11h15 Fabrice Mouthon, Inventaires après décès des paysans de Megève, fin XIVe-milieu XVe siècle

Modératrice: Anne Berdoy

14h Dominique Bidot-Germa, Parcours, conflits et « paix » : la montagne béarnaise et le bas pays (XIIIe-XVe siècle)

14h45 Mélanie Le Couédic, Mise en série et en espace d’accords pastoraux pyrénéens de l’époque moderne – contemporaine

15h30 Marc Conesa, La Solana d’Andorra :  800 ans de conflit sur un territoire pastoral. Sources, acteurs, problèmes

16h15 pause

16h30 Alain Champagne, Archives modernes et la spatialisation des données historiques au Pays Basque

Quelle autonomie pour le chercheur : enquête de liberté?

Journée d’Étude organisée  par les étudiant.e.s du master Histoire,  Cultures, Patrimoines
Sous la direction de Philippe Chareyre

Vendredi 02 Avril 2021 – 9h à 17h

Université de Pau et des Pays de l’Adour – Amphithéâtre de la Présidence

Cliquez ici pour rejoindre la réunion

PROGRAMME

Matin

9h00: Introduction

9h15: Anouk Bertaux Mémoires troubles: le chercheur face aux “passés qui ne passent pas

10h05: Caroline Le Mao Traite négrière, esclavage et Nouvelle-Aquitaine: une histoire sensible

10H55 : pause

11h05: Laurent Jolly Censures et autocensures en situation coloniale et postcoloniale: retour d’expérience historienne de la Corne de l’Afrique

Après-midi

13h30: Mathilde Lamothe L’éthique dans les enquêtes de terrain: entre confidentialité des données et diffusion des savoirs

14h20: Laurent Jalabert La posture du chercheur dans la recherche en histoire très contemporaine: accès aux sources et autocensure

15h10: Philippe Pujo Chercheur créateur: la liberté n’est pas toujours là où l’on croit

16h00: TABLE RONDE – CONCLUSION DE LA JOURNÉE D’ÉTUDE (modération Laurent Dissard)

17h00 fin de la journée

Les Nocturnes de l’Histoire

Le 31 mars 2021

Initiées par les quatre associations d’historiens de l’enseignement supérieur et de la recherche (Antiquité, Moyen Âge, Temps Modernes, Époque contemporaine), Les Nocturnes de l’Histoire visent  à faire sortir les chercheurs des laboratoires de recherche et de l’université pour aller à la rencontre de tous les publics.

Les laboratoires ITEM EA 3002 et IRAA USR 3155 de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, qui regroupent les historiens, archéologues, historiens de l’art, anthropologues des quatre périodes historiques, ont reçu le label 2021 des Nocturnes de l’Histoire.

En raison des conditions sanitaires, le programme de manifestations initialement prévu a dû être sensiblement allégé et adapté à un déroulé presqu’exclusivement en distanciel.

Néanmoins, en partenariat avec la Ville de Pau, le Musée national et domaine du Château de Pau et le lycée Louis Barthou, un programme élaboré sous forme de capsules vidéo permettra au public de visionner gratuitement sur les sites des Nocturnes de l’Histoire, de l’UPPA et des partenaires investis dans ce projet, des mini-conférences portant sur le patrimoine historique local et présentées dans des lieux emblématiques de la culture palois.

Téléchargez le programme complet

Mercredi 31 mars, à partir de 18h00:

Rendez-vous sur la chaîne YouTube de l’UPPA, de la Ville de Pau, ainsi que sur la page web du Musée national et domaine du Château de Pau pour visionner les capsules vidéos.

Contacts :

Véronique LAMAZOU-DUPLAN,

Université de Pau et des Pays de l’Adour,

Laboratoire ITEM

veronique.lamazou-duplan @ univ-pau.fr

Laurent CALLEGARIN,

Université de Pau et des Pays de l’Adour,

Laboratoire IRAA

Laurent.callegarin @ univ-pau.fr

Jeudis d’ITEM – Pierre Courroux

01 avril 2021 – 13H30-15H00

Rejoindre la conférence

D’Hastings à Azincourt : Les motifs des chroniqueurs médiévaux et la bataille idéale

Résumé de la présentation : Comme tous les historiens depuis l’Antiquité, les chroniqueurs médiévaux sont très mal renseignés sur les batailles rangées. Quand bien même ils seraient présents en personne (ce qui est fort rare), et placés de manière idéale pour contempler tout le champ de bataille (ce qui n’arrive jamais), ils devraient encore savoir où regarder dans la mêlée et comment interpréter le chaos général. Heureusement, ces lacunes ne les ont jamais empêché de raconter malgré tout les batailles. A l’aide d’un index des motifs trouvés dans leurs chroniques, je souhaite montrer qu’ils racontent en général comment une bataille aurait dû se dérouler, et non ce qui s’est effectivement passé.
 
Biographie : Pierre Courroux est Enseignant chercheur contractuel à l’Université de Pau depuis 2019. Il y travaille sur l’histoire du château de Buzet et l’histoire des Albret à la fin du Moyen Âge. Il a soutenu en 2013 une thèse sur l’écriture de l’histoire dans les chroniques médiévales françaises. De 2017 à 2019, il a mené à bien un projet sur Les motifs dans les récits de bataille médiévaux, en tant que Newton Fellow de la British Academy. Il a récemment publié une biographie de Charles d’Albret, connétable d’Azincourt (Ausonius, 2019) et coédite avec A. Jamme le Roman de Sylvestre Budes, chronique d’un mercenaire du XIVe siècle (Belles Lettres, à paraître en 2021).

Jeudis d’ITEM – Emilie Sentucq

04 février 2021

L’évolution du rôle des femmes dans la pastorale en Soule

Voir la conférence

Résumé

La pastorale est l’héritière du théâtre des mystères (Moyen Age). Elle a pour  particularités : d’être jouée en Souletin (dialecte basque) en Soule (la plus petite province du Pays Basque), de plein air, par des amateurs, … . Elle est organisée par un village différent, et a un thème ou un sujet (personnage) nouveau chaque année. Il y a  2 à 3 représentations par an.

Les ouvrages fondamentaux sont écrits uniquement par des hommes, cela peut expliquer pourquoi la présence des femmes y est aussi discrète. Pourtant des archives photographiques et sonores illustrent l’inverse.

Quelle est donc la proportion de femmes qui pratique une activité culturelle traditionnelle au Pays Basque? Quelle(s) place(s) et quel(s) rôles sont réservés ou donnés aux femmes?

Après un BTS audiovisuel, une licence CIAN, un master Art et Technologies Numériques, Emilie Sentucq opère depuis plus de 13 ans dans l’audiovisuel en tant que technicienne vidéo, spécialisée dans les ralentis en sport. Actuellement en 4 éme année de thèse, elle est également formatrice pour un constructeur présent à l’international et chef de projet .

Disparition de l’anthropologue Patrick Williams

Patrick Williams, anthropologue, médaille d’argent du CNRS, longtemps directeur du Laboratoire d’anthropologie urbaine (Institut interdisciplinaire d’anthropologie du contemporain du CNRS, Paris), est décédé vendredi 15 janvier à Paris.  

Patrick Williams n’a cessé, tout au long de sa carrière (de sa vie ?) de s’investir en tant que chercheur mais également en tant qu’auteur dans trois domaines, celui des mondes tsiganes, celui de la musique et celui de la littérature.

En tant qu’anthropologue, il est surtout connu, mondialement, comme une des figures majeures de l’anthropologie des Tsiganes, mondes qu’il connaissait intimement. Après avoir beaucoup fréquenté les enfants et adolescents manouches de son âge à Guzon, dans la Creuse, là où sa grand-mère tenait un café, il avait en effet épousé Juliette, une Rom Kalderash de Paris devenant ainsi, en tant que mari, père, beau-père, grand-père, arrière-grand-père à la tête d’une famille de plus en plus nombreuse. De formation littéraire et grand connaisseur de Cendrars, ce n’est qu’une fois marié qu’il s’était alors intéressé à l’anthropologie, partant ainsi de son « terrain » pour aller vers une approche théorique, à l’encontre de la plupart des parcours d’anthropologues. Entré au CNRS en 1984, il publia alors sa thèse qui s’appuyait sur une incontestable observation participante sous le titre Mariage tsigane, Une cérémonie de fiançailles chez les Rom de Paris, chez L’Harmattan, ouvrage qui allait très vite devenir une référence en la matière (traduit également en hongrois). Après avoir dirigé en 1987 les actes d’une rencontre organisée avec la revue Etudes Tsiganes, revue à laquelle il collabora tout au long de sa carrière, Patrick Williams publia en 1991 un Django qui articulait tout autant une biographie de ce musicien avec une réflexion anthropologique touchant notamment à son héritage musical auprès des musiciens manouches français ou allemands. Pour autant, ce n’est pas seulement en tant qu’anthropologue des mondes tsiganes Reinhardt mais également en tant que fin connaisseur et critique du jazz, que Patrick Williams fut fasciné toute sa vie par ce génial inventeur que fut Django Reinhardt, approche originale qui lui évita ainsi de rabattre de façon grossière la singularité du guitariste manouche sur son appartenance familiale.

En 1993 parut ensuite Nous on en parle pas, des vivants et des morts chez les Manouches, une ethnologie qui montre combien le maintien de l’identité manouche est lié au rapport que les Manouches entretiennent avec leurs morts, ceux-ci n’étant évoqués, intensément, que dans la sphère de l’intimité familiale mais jamais de manière publique. Cet ouvrage, traduit depuis en italien, en bulgare, en anglais (E.U), en espagnol (Mexique) reste l’étude la plus connue de Patrick Williams, succès probablement dû également à une écriture dont la pudeur laisse au lecteur la possibilité de s’approprier et donc de comprendre au mieux les bribes de description et d’interprétation finement proposées par l’auteur. Dans les années 2000, tout en contribuant à de multiples publications collectives, dont notamment celle qu’il dirigea avec Michael Stewart, Des Tsiganes en Europe, Patrick Williams va diriger avec Jean Jamin pendant près de dix ans à l’EHESS le séminaire « Jazz et anthropologie », accueillant de multiples invités passionnés pour un public tout aussi passionné, séminaire qui donnera lieu en 2010 aux éditions du CNRS, à Une anthropologie du jazz, soit une« rencontre improbable entre le Cotton Club et l’EHESS », comme il aimait à présenter l’ouvrage.  Tout en publiant l’intégrale des enregistrements des compositions de Django Reinhardt dans un coffret de quatre C.D pour Le chant du monde, Patrick Williams qui était également poète et performeur, se produisit de nombreuses fois sur scène (entre autres  à Pau, invité par le laboratoire ITEM-UPPA)  avec son ami Raymond Boni, guitariste de jazz, pour des sessions durant lesquelles il lisait des extraits de Les quatre vies posthumes de Django Reinhardt, Trois fictions et une chronique. Cet ouvrage, très littéraire, présente trois fictions signées de pseudonymes et mettant en œuvre les vies possibles d’un Django Reinhardt qui n’aurait pas disparu le 15 mai 1953, suivies enfin d’une réflexion d’ordre anthropologique sur Django, « celui qui étonne les autres ». Et comme Django, Patrick Williams, décédé vendredi 15 janvier, n’a cessé de nous étonner.

Publications

·      1984, Mariage tsigane, Une cérémonie de fiançailles chez les Rom de Paris, L’Harmattan, Paris

·      1989, (dir.) Tsiganes : Identité, évolution, actes Etudes tsiganes, Paris

·      1991, Django, Editions du Limon (réédité en 1998 par les Editions Parenthèses)

·      1993 (réédité 2016) Nous on en parle pas, Les vivants et les morts chez les Manouches, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme, Paris

·      1996, Les Tsiganes de Hongrie et leurs musiques, Cité de la Musique/Actes Sud, Arles (épuisé)

·      Articles et direction de numéros dans la revue Etudes Tsiganes et autres revues scientifiques

·      2011, (dir. Avec Michael Stewart), Des Tsiganes en Europe, Editions de la Maison des Sciences de l’Homme

·      2010, Jean Jamin, Patrick Williams, Une anthropologie du jazz, CNRS Editions, Paris (dans sa dédicace, Patrick qualifiait cet ouvrage de « rencontre improbable entre le Cotton Club et l’EHESS »)

·      2010, Les quatre vies posthumes de Django Reinhardt, Trois fictions et une chronique Editions Parenthèses

Voir également Léo Piasere, L’ethnographe imparfait, Ed. EHESS, 2010, ouvrage issu d’une longue complicité entre les deux anthropologues, et parcouru en filigrane par la figure de Patrick Williams

Catherine Coquio et Jean-Luc Poueyto  ont réalisé une notice de disparition parue le 19 janvier dans Le Monde : https://www.lemonde.fr/disparitions/article/2021/01/19/patrick-williams-anthropologue-du-monde-gitan-est-mort_6066817_3382.html

 

Jeudis d’ITEM – Alfonso Pinilla

14 janvier 2021 – 13H30 – 15H00

La Transición española: un jardín de senderos que se bifurcan  (conférence en espagnol)

Voir la conférence

Résumé :

En el curso analizaremos la transición española a la democracia desde una perspectiva teórica novedosa, atendiendo a las siguientes cuestiones: las causas que generan el cambio político, los actores que en él intervinieron, sus respectivas interacciones -dictadas por la correlación de fuerzas presentada- y, por último, la naturaleza de la mutación política que resultó: un cambio gradual, pero real, de la dictadura franquista en democracia, homologable al occidente europeo. Veremos las principales encrucijadas del proceso, la violencia ejercida, las negociaciones desarrolladas y las propias contradicciones de una época que aún es objeto de debate en la actualidad política española.

 

Benoît Pace – Soutenance de thèse

Université de Pau et des Pays de l’Adour

14h00

Compte tenu du contexte sanitaire actuel, cette présentation se fera en visioconférence (via l’application Microsoft Teams) : Cliquez ici pour participer à la réunion

En savoir plus

Histoire du Crédit Agricole Pyrénées – Gascogne

 

Par Laurent Jalabert

L’histoire du Crédit Agricole Pyrénées-Gascogne est le reflet de l’histoire économique et sociale d’un territoire, celle du passage à une économie dans laquelle les organismes bancaires et financiers jouent un rôle croissant, puis déterminant dans l’organisation économique. L’évolution séculaire traitée dans ce livre, de 1902 jusqu’à nos jours, témoigne de l’importance financière du groupe Crédit Agricole, appliquée ici à trois départements du Midi aquitain, le Gers, les Pyrénées-Atlantiques et les Hautes-Pyrénées.

Le volontarisme de cette caisse régionale, prospère en ce début de vingt-etunième siècle, est lié à divers facteurs propres aux cultures des espaces concernés, le mutualisme notamment, qui s’appuie ici peut-être plus qu’ailleurs sur la force des notabilités (maires, conseillers généraux, syndicats agricoles, coopératives agricoles, artisans, commerçants, instituteurs, etc.) et de leurs pratiques sociales. Mais plus encore, la Caisse a su cultiver un lien de proximité avec les habitants, sociétaires et clients, et s’implanter au sein de son territoire par des stratégies d’entreprise que met en valeur l’ouvrage.

Des zones rurales où elle domine depuis un siècle, elle a conquis le monde urbain depuis la fin des années 1960 et accentue son emprise aujourd’hui par le biais des initiatives en faveur des entreprises, start-up, la création de centres d’affaires etc. Ce lien de proximité s’est érigé en culture d’entreprise. C’est certainement ce qui en fait sa force de pénétration dans les Pays de l’Adour. L’histoire du Crédit Agricole Pyrénées-Gascogne est celle d’un acteur économique majeur du Midi aquitain.

 

Cairn Editions

EAN : 9782350688640

208 Pages  – Décembre 2020

En savoir plus

 
 

 

Jeudis d’ITEM – Jean-Jacques Castéret

Le 26 novembre 2020

De la chanson à l’hymne : la patrimonialisation d’Aqueras montanhas / Se canti

13h30-15h

Résumé

La chanson Aqueras montanhas autrement nommée Se canti est une évidence pour tous, tout autant considérée comme l’hymne du Béarn que de l’ensemble occitan : de Bordeaux aux vallées occitanes d’Italie où elle fut hymne co-officiel des Jeux Olympiques d’hiver de Turin en 2006, en passant par le Val d’Aran en Espagne et la Haute-Loire. Par ailleurs, même si elle ne possède aucun des traits stylistiques d’une œuvre médiévale, une tradition tenace toujours très vivace la désigne comme “la chanson de Gaston Fébus”. Nous tenterons ainsi d’identifier les jalons qui, entre patrimonialisation et emblématisation, font en 250 ans de cette simple chanson de tradition orale un hymne des pays occitans.

Jean-Jacques Castéret est directeur de l’Ethnopôle occitan au Centre international de recherches et documentation occitanes – Institut occitan de cultura, responsable du Séminaire annuel en ethnomusicologie de la France (CIRDOC-InOC/Direction générale des patrimoines du ministère de la Culture). Il est membre associé au Laboratoire ITEM de l’UPPA.

A l’ombre de la ligne de fuite Une alternative des possibles

Robert ZIAVOULA, Patrice YENGO, Abel KOUVOUAMA

Editions PAARI

2020 – 256 p.

ISBN : 978-2-84220-111-1

Les écrits qui sont rassemblés dans cet ouvrage ont fleuri patiemment pendant trois années consécutives à l’occasion des tables-rondes et séminaires co-organisés au sein de l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO) à Paris, par le Centre d’Études en Sciences Sociales sur les Mondes Africains, Américains et Asiatiques (CESSMA) ; cela en partenariat avec le Laboratoire Identités, Territoires, Expressions Mobilités (ITEM) de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et le Réseau Interdisciplinaire Afrique Monde (RIAM).
Les auteurs, Sonia Dayan-Herzbrun, Michèle Leclerc-Olive, Robert Ziavoula, Idrissa Mane, Lucette Labache, Abel Kouvouama, Régine Tchicaya-Oboa et Patrice Yengo ont entrepris individuellement et collectivement d’interroger ce que recouvrent entre autres les vocables suivants : clos, ouvert, ombre, ligne de fuite.


Certes, il y a plusieurs manières de les appréhender dans le domaine des sciences sociales et humaines. Cependant, en considérant les temporalités variées sous lesquelles on les appréhende, ainsi que les différents contextes socio-historiques et les multiples « foyers d’expériences » des individus, on est conduit à prendre en compte les manières de dire, de faire et de se représenter le monde, la nature, la culture, etc.
Ces mots et ces signes permettent implicitement, en tant que catégories de pensée et de pratique, d’analyser non seulement les concepts de frontière, de limite, de seuil, de transgressivité, mais également, d’identité, de subjectivité, de mémoire et de trace.
Quelles que soient les sociétés proches ou lointaines, le clos, l’ouvert, l’ombre, la ligne de fuite sont l’indice de traces laissées sur un espace donné (mur, tableau, rue, etc.), ou réfractant dans une zone soustraite au rayonnement lumineux. De même, parce qu’elle est marquée à la fois par des ombres, des lignes de fuite, la rue fascine, fait peur et attire tout à la fois. Elle donne à l’individu un sentiment de liberté et de plénitude. Identifier les différents acteurs qui occupent la rue, analyser les différents lieux où se déploient les notions de clos, d’ouvert, d’ombre, de ligne de fuite, telle est la matrice des textes réunis dans cet ouvrage collectif.

Sommaire

Actes royaux et princiers à l’ère du numérique (Moyen Âge – Temps modernes)

Olivier Canteaut, Olivier Guyotjeannin, Olivier Poncet

Collection : Cultures, Arts et Sociétés (CAS) (n°10)

Éditions : Presses Universitaires de Pau et des Pays de l’Adour (PUPPA)

  • Numérique : Gratuit
  • Papier (broché) : 12€

Résumé

La validité des corpus numériques des époques médiévale et moderne a fait l’objet d’un engouement renouvelé, tant en raison d’un retour aux sources de la part des historiens que du développement des outils numériques. Ces derniers ont bénéficié des recueils existants our tester des méthodes et des techniques. En retour les potentialités des nouveaux outils (Web sémantique, interopérabilité) obligent à concevoir autrement la constitution de ces corpus. La présentation de plusieurs projets conduits au niveau européen est l’occasion de dresser un bilan des expériences et des expérimentations de l’édition, mais aussi de questionner les  bénéfices tout comme les limites de l’exploration des corpus. Ces nouveaux territoires de la connaissance historique sont au coeur de ce volume.

La journée d’étude du 16 mars 2018, tenue à l’École nationale des chartes et réunissant des spécialistes de l’analyse et de l’édition d’actes royaux et princiers médiévaux et modernes, s’inscrit dans le projet ANR AcRoNavarre (Université de Pau et des Pays de l’Adour, Casa de Velázquez, École nationale des chartes, Universidad Pública de Navarra, Archives départementales des  Pyrénées-Atlantiques) qui ambitionne de recenser et d’éditer électroniquement les actes des souverains de Navarre produits entre la fin du xve et la fin du xvie siècle.

Caractéristiques détaillées

Numérique

Papier (broché)

  • Nombre de pages : 134
  • ISBN : 2-35311-108-4
  • ISSN : 2261-2300
  • EAN : 9782353111084
  • Version : édition n°1
  • Prix : 12€
  • Librairie J. VRIN

Auteurs et contributeurs

Sous la direction de

Téléchargements

Les stations thermales secondaires en France aux XIXe et XXe siècles

COLLOQUE : Les stations thermales secondaires en France aux XIXe et XXe siècles. Une autre histoire du thermalisme ?

Dans le cadre du programme européen Feder TCV-PYR

Cette rencontre se déroulera le vendredi 18 septembre 2020 à la Maison de la Recherche de l’Université Toulouse Jean Jaurès.

Elle aura pour ambition de mettre au jour l’histoire économique, sociale et architecturale des stations thermales secondaires en France. Elle doit permettre de déterminer si l’approche du thermalisme, fondée majoritairement sur l’étude des stations les plus renommées,correspond aussi à ces stations plus modestes. Les réflexions amèneront à éclairer la variété des modèles et des formes du thermalisme, et ainsi à enrichir la connaissance du phénomène.

Philosophie, Utopie et Politique chez Morelly

Par Abel Kouvouama

Parution aux Presses de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour

Cet essai est une réflexion de philosophie sociale et de prospective politique sur le « Code de la nature », une œuvre majeure de Morelly, philosophe français méconnu du XVIIIe siècle qui a vécu à Vitry-le-Francois, près de Reims. La démarche de Morelly y réside dans une réflexion critique sur la meilleure forme de gouvernement et sur l’organisation sociale qui soit la plus conforme à la « nature originelle » de l’homme; cela en analysant les institutions politiques présentes de la société française moderne, dans le but de modifier la conduite réelle des gouvernants et des gouvernés. Il apporte alors des réponses philosophiques et éthiques sur les contraintes quotidiennes de la société française moderne lorsque celle-ci dans ses valeurs fondamentales issues des Lumières s’écarte de l’idéal de justice, de liberté et d’égalité entre les hommes. Les idées émises par Morelly ont servi et peuvent servir de matrices de connaissance dans l’analyse des systèmes de pensée et de représentations utopiques et idéologiques des mondes moderne et contemporain.

Collection Anthroposocius
100 pages – 12 × 17 cm
ISBN 978-2-35311-121-3 – septembre 2020

Parution “Joseph Kessel”

Dolores Thion Soriano-Mollá et Christian Manso (Laboratoire ITEM, Programme de recherche Patrimoines d’encre) ont apporté leur contribution au volume I des Romans et nouvelles de Joseph Kessel que viennent de publier les éditions Gallimard dans La Pléiade (n°649) sous la direction de Serge Linkès.



Ils se sont penchés sur Une balle perdue, roman de l’écrivain-reporter, consacré à la très brève révolution d’octobre 1934 déclenchée par la Généralité de Catalogne, l’instance politico-administrative de cette région désireuse de se soustraire au gouvernement républicain de Madrid.

Témoin des affrontements entre indépendantistes catalans et représentants de l’ordre de la II° République, Joseph Kessel publie des reportages dans des journaux parisiens: Le Matin puis Marianne. Un an après, en 1935, il fait paraître dans Marianne son roman sous forme de
feuilleton.

Dolores Thion Soriano-Mollá et Christian Manso ont examiné avec grand soin, à l’aide de nombreuses sources journalistiques françaises et espagnoles, le processus d’élaboration de ce roman, lequel en sa forme définitive a été substantiellement tronqué, sans doute en raison d’impératifs éditoriaux.

Joseph Kessel. Romans et récits – tome I

Collection Bibliothèque de la Pléiade (n° 649), Gallimard, juin 2020.

Appel à Communications – Cahier d’Histoire immédiate

Dossier spécial du Cahier d’histoire immédiate (2021)

“La crise syrienne et la question kurde (2011-2021)”

La révolution syrienne qui éclate en mars 2011 et le conflit internationalisé qui s’en suit tendent à reconfigurer les données d’un Moyen-Orient qu’on pensait déjà complexe. Au fil des événements qui secouent la région, on trouve notamment les Kurdes de Syrie, visibilisés progressivement comme des acteurs à part entière dans le conflit. Finalement, diabolisés ou héroïsés, volontairement ou malgré eux, les Kurdes de Syrie, de Turquie et d’Irak, se retrouvent ainsi pris, à divers degrés, dans la tourmente à la fois syrienne et internationale. Notre recherche se situe donc d’emblée à deux échelles : celle du terrain, des groupes en présence et de l’évolution du conflit, et celle du discours façonnant une grille de lecture sur les Kurdes et le conflit auquel ils prennent part.

Car dans cette révolution, devenue guerre civile puis guerre internationalisée, on perçoit surtout les acteurs visibles et visibilisés du conflit. Or, notre regard doit aussi porter sur ceux qui définissent la grammaire du conflit en cours pour mieux en orienter les lectures. Parmi les chercheurs également, la question kurde tend à déchaîner les passions. Or, il s’agit pour nous ici, selon la formule de l’historien et politologue Hamit Bozarslan, de « rompre avec l’hypothèse de la singularité kurde  » et d’éclairer le lecteur en faisant part des imbrications avec les thématiques nationales des différents États concernés. Les 10 ans du conflit « syrien » sont donc l’occasion de faire un état des lieux des usages de cette « question kurde ». D’ailleurs, la guerre en Syrie en a-t-elle dévoilé de nouveaux usages ? 

Une réflexion multiscalaire et multidisciplinaire permettra d’interroger le contenu effectif de cette rhétorique. Revendiquer une spécificité kurde, c’est aussi l’occasion de présenter une grille de lecture ethnicisée du conflit en cours, reléguant à l’arrière-plan les premiers slogans de dignité et de démocratie brandis par les Syriens. Rien d’étonnant en soi, l’instrumentalisation de la fameuse question kurde à des fins politiques reprend de plus belle entre les acteurs régionaux et internationaux. Alors que les tractations se font dans les sommets internationaux, du côté des intéressés, on subit surtout l’exode, la destruction et la radicalisation, parallèlement au renforcement des luttes entre les élites locales et de la construction des pouvoirs respectifs. C’est pourquoi il est nécessaire d’opérer un désenclavement de la question kurde pour mieux saisir certaines logiques en cours.

Il s’agira de définir les différentes utilisations de la question kurde dans l’interprétation du conflit : à quel moment cette grille de lecture s’est imposée ? Pour quels buts politiques ou militaro-stratégiques ? Afin de mieux interroger le concept de question kurde, qui s’avère en fait plurielle, nous souhaitons décrypter les différentes réalités sociales et politiques observables sur le terrain. Comment le conflit a-t-il été vécu par les acteurs dits kurdes ? Après l’élan d’ethnicisation, une fois l’illusion retombée, comment re-fabriquer le tissu sociétal ? Dans une situation post-conflit, quel sens donne-t-on à cette question kurde ? Qui se considère partie de cette « question » ? Cela peut nous amener à nous pencher sur les Kurdes « à la marge », qui ne s’identifient pas aux mouvements kurdes – ou n’y sont plus identifiés – et sont touchés par la paupérisation ambiante. Ces regards en marge peuvent nourrir des approches plus inclusives nous mettant à l’abri des biais ethnicisant et nationalistes. L’objectif sera ici de montrer à partir d’articles de terrain la diversité des socialisations kurdes en dehors des étiquettes habituelles et traditionnelles, notamment imposées par les élites politiques, qui prennent le dessus dans les analyses et écrasent les sociétés civiles et les individus. 

Les coordinateurs de ce numéro spécial encouragent une recherche qui se libère du poids du politique et des différents nationalismes pour mieux observer les réalités du terrain et les utilisations récentes de la question kurde dans le contexte syrien. Les articles de terrain récents qui montrent la diversité des réalités sociales et politiques dites kurdes ainsi que toute autre approche innovante, collaborative ou multidisciplinaire (sciences politiques, histoire, anthropologie, géographie, histoire de l’art, sociologie, etc.) seront particulièrement appréciés.

Modalités de soumission

Les collègues intéressé(e)s par cet appel à contributions sont prié(e)s d’envoyer dans un premier temps une proposition d’article résumée d’environ 250 mots, ainsi qu’un titre et une courte notice bibliographique, avant le 15 juin 2020 aux coordinateurs de ce numéro spécial : 

Laurent Dissard (laurent.dissard@univ-pau.fr)

Solène Poyraz (solene.poyraz@gmail.com)

Les articles choisis (max. 45 000 signes espaces, notes et bibliographie compris) seront à envoyer avant le 1er octobre 2020. Ils feront l’objet d’une double évaluation anonyme et de demandes de modifications éventuelles avant acceptation définitive. La publication est envisagée en février 2021.

Espace symbolique, espace construit

Dans le cadre du programme européen Feder TCV-PYR et du Master Recherche HCP, Patricia Heiniger-Castéret et Mathilde Lamothe organisent une journée d’étude intitulée ” Espace symbolique, espace construit”.

Elle aura lieu le 13 mars 2020 à l’Université de Pau, au bâtiment des Lettres, en salle 217.

Aucun espace quel qu’il soit, n’est vacant. L’homme passe et trace des signes d’un langage qui lui est propre : dates, noms, phrase, croix ou bateaux sur des pierres en haute montagne ; rosaces, fleurs ou sirènes sur le linteau des portes ; blason de famille, graffitis, autocollants ou tags sur les panneaux ou murs en déshérence, fleurs et végétaux. Autant de signes qui dessinent les contours de territoires habités et d’espaces de vie. Le quotidien est traversé par des faisceaux de signes que l’on perçoit  au premier abord comme des expressions esthétiques qui semblent être posés là pour agrémenter les univers de vie. La comparaison de ces signes observés dans plusieurs terrains, plusieurs univers et à des époques diverses, leurs places sur les supports et dans les espaces de vie amène à produire des analyses qui élargissent la perception esthétique pour nous faire rentrer dans une dimension mystique de l’espace. Ainsi se dessinent un dedans et un dehors, un dedans organisé et protégé par des faisceaux d’éléments symboliques et un dehors dangereux perçu comme chaotique.  

Hors-Champs

Séminaire TERRAE 2020. Hors-champs. Regards croisés sur les forêts et les incultes au Moyen-Age

Coordonné par Sylvain BURRI

17 janvier 2020, 14h-17h30 : Biodiversité et écologie des forêts médiévales

  • Corinne BECK (Université de Valenciennes, ArScAn UMR 7041 41) : Géohistoire des espaces forestiers médiévaux
  • Péter SZABÓ (Institute of Botany of the Czech Academy of Sciences) : Medieval al forests in Central al Europe: from history to ecology

14 février 2020, 10h-17h : Actualité de la recherche sur le pastoralisme

  • Christine RENDU (FRAMESPA UMR 5136 CNRS-UT2J) : L’occupation et l’exploitation agro-pastorale de la haute montagne pyrénéenne au premier millénaire de notre ère : essai de synthèse
  • Carine CALASTRENC (TRACES UMR 5608 ; FRAMESPA UMR 5136 CNRS-UT2J) : Rechercher des cabanes. Les nouveaux outils de
    détection archéologique en haute montagne
  • Mélanie LE COUÉDIC et Alain CHAMPAGNE (ITEM EA 3002 UPPA) : Les cayolars et leur environnement (Pays basque) : approche croisée entre histoire et archéologie
  • Sylvain BURRI (TRACES UMR 5608 CNRS-UT2J) : Compter les moutons. Une histoire à vous rendre chèvre…

28 février 2020, 10h-16h : Industries forestières

  • Isabelle COMMANDRÉ (Inrap Méditerranée) : Les verreries forestières du Tarn et du Haut Languedoc (Moyen Âge-époque moderne)
  • Graziella RASSAT (Universités de Limoges et de Poitiers, GEOLAB UMR 6042 42) : Les forêts charentaises : des “territoires
    ressources” pour les métallurgistes du fer. Approche interdisciplinaire et multiscalaire.

6 mars 2020, 10h-16h : Construire en bois dans la péninsule ibérique

  • Marta DOMINGUEZ EZ-DELMAS (Universiteit van Amsterdam) : Oak forests and timber in the north of Spain in: supplying construction activities in the Early Modern Period (1400-1800).
  • Ricardo CÓRDOBA DE LA LLAVE (Universidad de Córdoba) : L’emploi du bois dans la construction hydraulique en Andalousie aux
    XVe et XVIe siècles

3 avril 2020, 14h-17h30 : Faune sauvage et chasse

  • Fabrice GUIZARD (Université polytechnique Hauts-de-France, ArScAn UMR 7041) : Gestion faunistique et ressources cynégétiques dans l’incultum altomédiéval.
  • Vianney FOREST (Inrap Méditerranée) : La chasse et l’animal sauvage dans le Midi de la France au Moyen Âge d’après les restes
    osseux

Télécharger le programme

 

L’artefact dans ses multiples facettes de l’ Antiquité à nos jours

Actes du premier séminaire interdisciplinaire et transfrontalier ED SSH481- ITEM, Université de Pau et des Pays de l’Adour, 12-13 avril 2018

Résultat de recherche d'images pour "l' artefact dans ses multiples facettes"

Sous la direction de Giuseppe Indino

Presses de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour

Collection Ecole Doctorale SShH, n°4

Décembre 2019, 304 pages

ISBN : 978-2-35311-104-6

Ce séminaire, interdisciplinaire et international, a pour ambition de réfléchir sur l’artefact, questionné dans ses multiples facettes. À ce titre, toutes les formes d’artefact feront l’objet d’une analyse croisant différentes approches. Qu’est-ce qu’un artefact pour un historien, un archéologue, un géographe, un sociologue, un économiste ? Comment chacun l’appréhende-t-il dans son domaine de recherche et d action ? En quoi le questionnement de l’artefact éclaire-t-il des approches qui peuvent finalement se compléter et interagir ? Les exemples qui seront présentés tenteront ainsi d’illustrer ces différents questionnements.

Aragon-Aquitania, relatos sin fronteras

ZARAGOZA, 6 DE FEBRERO DE 2020

Aula de la INSTITUCIÓN FERNANDO EL CATÓLICO

Dirección
DOLORES THION (UPPA)
LUIS BELTRÁN ALMERÍA (Universidad de Zaragoza)

El grupo de investigación GENUS de la Universidad de Zaragoza, en colaboración con investigadores de la Universidad de Pau y de los Países del Adour, organiza el encuentro «Aragón-Aquitania, relatos sin fronteras» en el que tendrán lugar sesiones dedicadas al estudio de las categorías de la novela actual, las relaciones
Aragón-Aquitania a través de sus relatos y los imaginarios y las correspondencias literarias franco-españolas.
Este encuentro de investigadores continua los encuentros celebrados por la red Tendencias culturales transpirenaicas, que vienen celebrándose desde hace una década.

Les jeudis d’ITEM

Le laboratoire ITEM (Identités, Territoires, Expressions, Mobilités) EA 3002de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour

a le plaisir de vous convier au troisième Jeudi d’ITEM* de l’année universitaire 2019-2020 


“La chanson congolaise de variétés et le bar comme terrain d’observation socio-anthropologique”
par Abel Kouvouama, ITEM EA 3002 

le jeudi 19 décembre 2019 à 13h30
Salle 6, Institut Claude Laugénie
Entrée libre, dans la limite des places disponiblesIdentités, Territoires, Expressions, Mobilités (ITEM)

Institut Claude Laugénie

Avenue du Doyen Poplawski

64000 PAU

* Les Jeudis d’ITEM se veulent une série de rencontres scientifiques mensuelles, sous forme de séminaire, permettant aux enseignants-chercheurs, chercheurs et doctorants du laboratoire de présenter leurs thèmes, terrains et méthodes de recherche. Cette démarche vise, à travers le dialogue, à mettre en évidence les conditions de production des connaissances, la diversité des difficultés existant parfois dans le rapport au « terrain » ou aux « archives », les enjeux et les modalités de valorisation des recherches. 
 Veuillez trouver le programme 2019-2020 des Jeudis d’ITEM ci-dessous:

  • 10/10/19  – Laurent Dissard – Sauvegarder le passé dans la Turquie des années 1960
  • 21/11/19 – Dénes Harai – Un chapitre inédit de la vie d’Henri IV (1572)
  • 19/12/19 – Abel Kouvouama – La chanson congolaise de variétés et le bar comme terrain d’observation socio-anthropologique
  • 16/01/20 – Leticia Tobalina – Dynamiques spatiales et temporelles entre l‘Èbre et les Pyrénées (IIIe-VIIe s.)
  • 06/02/20 – Véronique Lamazou-Duplan – Un festin d’exception aux Jacobins de Toulouse. Fébus et Charles VI (1390). Recherche, reconstitution et exposition
  • 13/02/20 – Victor Pereira – Les Portugais dans les camps d’internement français (1939-1940)
  • 12/03/20 – Viviane Delpech – Le patrimoine thermal dans les Pyrénées du Moyen Âge à nous jours
  • 16/04/20 – Laurence Espinosa – Manhunt Unabomber : Conversation avec une cabane, une boîte aux lettres et un feu tricolore
  • 14/05/20 – Maurice Daumas – Comment on devient féministe… ou pas

MARGES. Vivre et gérer les zones périphériques

13 décembre 2019. Journée d’étude coordonnée par Mélanie Le Couédic et Alain Champagne (Salle 220 – Bâtiment LLSH, Université de Pau et des Pays de l’Adour).

Programme

9h Alain Champagne : accueil et introduction

Les marais littoraux

9h30 Eric Normand : Les cabanes de marais de Brouage, un des axes d’étude du PCR marais charentais

10h30 Julien Grellier : Micro-histoire du marais de Brouage à travers l’étude des cabanes du XIXe siècle à nos jours

11h30 Thierry Sauzeau : Faire reculer la mer, gagner de nouvelles terres: marais charentais aux XVIIe-XIXe siècles

La montagne

14h Aurélien Woifflard : Administrer l’indivision en Soule au XIXe siècle: source, méthode et données spatiales

15h Mélanie Le Couédic : Approche spatio-temporelle des accords pastoraux pyrénéens

16h Patricia Heiniger-Castéret : Enquête ethnographique sur les lies et passeriesRoncal/Barrétous, Jaca/Aspe

Plus d’information sur le programme: https://item.univ-pau.fr/fr/programmes-de-recherche/programmes-en-cours-2/programmes-en-cours/marges.html

Contre-cultures en Europe et aux États-Unis (1945-1991)

Le numéro 52 des Cahiers d’histoire immédiate vient de paraître chez Cairn Editions.

Qu’apporte le concept de contre-culture? En quoi, malgré ses limites, est-il pertinent ? Les différentes contributions présentées ici proposent des réponses nuancées mais argumentées. Certes, la contre-culture désigne des mouvements par essence transnationaux et constitue le pendant obligé de la culture de masse née comme elle au cours des sixties. Aux Trente Glorieuses correspond ainsi, selon Arthur Marwick, une « révolution culturelle » caractérisée à la fois par l’affirmation d’une consommation culturelle de masse et par sa critique radicale. Mais tous les mouvements contre-culturels présentent des spécificités. 

Caroline Moine (“Médias et contre-cultures en Allemagne de l’Ouest: logiques nationales et dynamiques transnationales”) souligne la précocité du mouvement contestataire en Allemagne, ses emprunts au répertoire anglo-saxon, mais en montre la spécificité. En effet, la contre-culture allemande s’affirme dans un pays encore tourmenté par les fantômes du nazisme qui refuse parfois de manière ambiguë le modèle américain ; sous l’effet notamment de la répression d’État, elle se radicalise à partir de 1967 jusqu’à faire siennes les méthodes du terrorisme, avant d’éclore en une multitude de propositions culturelles, sociales et politiques alternatives. 

Claude Chastagner (“Atlantic Crossings: les circulations contre-culturelles au sein de l’aire anglophone, 1960-1970″), insiste sur les circulations contre-culturelles au sein de l’aire anglophone. S’il est communément admis que l’impulsion contre-culturelle fut étatsunienne, il ne faut pas oublier que certains mouvements contre-culturels sont antérieurs au grand mouvement américain, tel cet acte majeur de désobéissance civile en 1958, à Trafalgar Square, à Londres, au cours duquel 60 000 à 100 000 manifestants composés d’étudiants et de pacifistes convergent dans l’une des premières manifestations anti-nucléaires contre la bombe atomique. Claude Chastagner s’attache ainsi à analyser les circulations théoriques entre les États-Unis et la Grande-Bretagne mais également des pratiques politiques, sociales et artistiques contre-culturelles entre ces deux pays qu’unissait une « relation spéciale ». 

La Movida, analysée par Magali Dumousseau Lesquer (“La transition culturelle du Madrid de l’après-franquisme. De la contre-culture du Rrollo au “label” Movida), revêt elle aussi une dimension politique originale : véritable transition culturelle, elle accompagne, dans les années qui suivent la mort de Franco, un double processus de transition démocratique et d’intégration économique dans la Communauté économique européenne. 

Jean-Luc Poueyto (“Contre-Culture ou industrie culturelle ?”), à partir de l’exemple du rock, propose quant à lui une réflexion sur les liens complexes entre contre-culture et industrie culturelle, soulignant notamment que la première peut s’affirmer comme le lieu de nouvelles pratiques culturelles populaires. 

Pour finir, Stève Bessac-Vaure (“Le théâtre anarchisant d’Armand Gatti (1956-1969), une contre-culture?”), à partir de l’exemple du théâtre d’Armand Gatti, propose une réflexion sur la distinction entre contre-culture et avant-garde.

Vous avez dit communs ?

Pratiques, Patrimoines, Paysages, Liens sociaux et économiques.

Vendredi 29 novembre

Salle 14 (matin) et 20 (après-midi)

Ex UFR LLSHS Université de Pau et des Pays de l’Adour

Journée d’étude coordonnée par Patricia Heiniger-Casteret (ITEM, 3002) et Rémy Berdou (CIRDOC – Institut Occitan de Cultura /ITEM EA 3002)

Dans le cadre du séminaire « Réseaux, pouvoirs, expressions et représentations » et du programme européen FEDER TCV-PYR « Thermalisme, culture, villégiature dans les Pyrénées »

PROGRAMME

9h30 Accueil et introduction à la journée

Patricia Heiniger-Castéret, Anthropologue, MCF, (ITEM EA 3002, UPPA) Jean-Jacques Castéret, Directeur de l’Ethnopôle Occitan, Centre international de recherche et documentation occitanes – Institut occitan de cultura.

Le cadre conceptuel

10h00 Les communs comme nouvelle catégorie patrimoniale ?

Marie Cornu, Directrice de recherches au CNRS, (Institut des Sciences sociales du politique, UMR 7220, ENS Paris Saclay, Université Paris X Nanterre)

Exemple de systèmes d’accès à la ressource pour les éleveurs pyrénéens

14h00 Les communs pastoraux au sein des systèmes de ressources indivises pyrénéens : comparaison transfrontalière et trans-valléenne

Anaïs Lanas, Doctorante en géographie (Univ. del País Vasco / Univ. Pau et des Pays de l’Adour, UMR 5319 Passages ; A.T.E.R., UPPA)

14h30 Le syndicat des habitants d’Assouste, une exception dans la gestion des communs pastoraux ossalois

Rémy Berdou, Ethnologue responsable des partenariats de l’Ethnopôle occitan et de l’action territoriale Gasconha-Pyrénèus, (CIRDOC – Institut occitan de cultura, doctorant en ethnologie, ITEM EA 3002, UPPA)

15h15 Se partager et accéder aux communs d’altitude. Études de cas dans les Pyrénées de l’ouest (XVIIIe– XXes.)

Mélanie Le Couédic, Ingénieure de recherche, archéologue (ITEM EA 3002, UPPA)

16h00 Le paysage des communs: histoire agraire d’une production culturelle en Iparralde

Dominique Cunchinabe, Chercheur indépendant en anthropologie et écologie historique

Les idées mènent le monde

Les sixièmes Rencontres Littéraires Les Idées mènent le Monde se dérouleront du 22 au 24 novembre 2019 au Palais Beaumont à Pau sur le thème “En quoi croire encore ?” .

Retrouvez les chercheurs d’ITEM aux “Idées mènent le Monde” :

http://www.lesideesmenentlemonde.fr/1560-les-rencontres-litteraires.htm

Vendredi 22 novembre 2019

Laurent Dissard, Dénes Harai, Mathilde Lamothe, Viviane Delpech, 17h30 Auditorium Lamartine, Palais Beaumont, Pau

Histoire d’y croire… encore

Théories du complot, négationnisme, fake news… nous vivons une crise profonde où tout semble être remis en cause, même notre Histoire qui semblait jusqu’à présent plus ou moins crédible. Un historien, une historienne de l’art, et une anthropologue discutent de cette question.

Samedi 23 novembre 2019

Frédéric Bidouze, 10h30 Auditorium Lamartine, Palais Beaumont, Pau

“Le ‘Croire en commun’ des Français et 1789. Le mythe de la liberté contre la réalité de la nécessité”

Maître de conférences en histoire moderne, spécialiste de l’Ancien Régime au XVIIIe siècle et des débuts de la Révolution française. C’est en se référant à 1789 que cette conférence invite à réfléchir sur la culture politique des Français. L’histoire comme répétition de scénario de la vie d’un peuple qui, parfois conscient de sa schizophrénie, n’en finit pourtant jamais de l’ignorer comme maladie infantile de sa démocratie.

Dimanche 24 novembre 2019

  • Maurice Daumas, 10h30 Auditorium Lamartine, Palais Beaumont, Pau

« Je crois en Dieu. L’Église et l’égalité des sexes. »

Professeur émérite d’histoire moderne, co-directeur du programme de recherche “Misogynie” à l’université de Pau. Dans l’Église catholique, les femmes sont écartées du pouvoir, qui ne peut être exercé que par ceux qui ont accès à l’ordination : les hommes. Comment l’Église peut-elle aller impunément à l’encontre de l’égalité des sexes, qui est aujourd’hui un droit fondamental de la personne ?

  • Christian Thibon 12h, Auditorium Lamartine, Palais Beaumont, Pau

“Rwanda, Burundi, RDC Kivu au lendemain de génocides et crimes de masse, que croire encore entre mémoires, oubli et pardon ?”

Professeur émérite de l’UPPA, agrégé d’histoire. La question du pardon est au coeur des sorties de crise dans la Région de Grands Lacs. Au regard de leur histoire immédiate, comment ces sociétés confrontées à des crimes de masse, et plus encore à des génocides perçus comme irréparables, peuvent–elles pardonner, peuvent-elles autant demander le pardon que donner le pardon, sans que l’ordre du pardon n’entache ni l’ordre de la justice, ni celui de la mémoire et de la vérité, encore moins inaugurer une amnésie.

les cayolars de Larrau entre sources écrites et sources archéologiques

Conférence

“A la recherche des structures pastorales d’altitude : les cayolars de Larrau entre sources écrites et sources archéologiques”

Vendredi 22 novembre 2019, 21h, à Larrau (Pays Basque)

Par Alain Champagne et Mélanie Le Couédic (Archéologues, Laboratoire ITEM, Université de Pau et des Pays de l’Adour) dans le cadre du projet région Nouvelle-Aquitaine MARGES, Vivre et gérer les zones périphériques : estives et marais littoraux de Nouvelle-Aquitaine du Moyen Âge à nos jours

Colloque international “Voyages réels, voyages imaginaires”

Bucarest, 24-25 octobre 2019

La thématique du voyage parcourt les sciences humaines et sociales, les lettres et les langues depuis très longtemps. Il est intéressant néanmoins de constater que les approches peuvent parfois se révéler complémentaires et/ou contradictoires, en fonction des angles privilégiés par les chercheurs. De sorte que cette thématique, qui est fondamentalement interdisciplinaire et internationale, suppose des réflexions d’ordre épistémologique, conceptuel et thématique.

 La mobilité, l’errance, la rencontre, l’altérité, l’ailleurs, l’exotisme, etc. sont autant de notions qui sont mobilisées dans les différents travaux sans que pour autant elles soient pensées en lien entre chaque discipline. Comment ces dernières articulent-elles ainsi leurs réflexions, notamment au sein des catégories établies du réel et de l’imaginaire ?

Nous proposons au cours de ce colloque international et interdisciplinaire de nous appuyer plus spécifiquement sur les concepts heuristiques que sont le sujet, le lieu et le récit.

La seconde guerre mondiale en Haut-Béarn

À l’occasion des 80 ans du début du deuxième conflit mondial, trois temps de découverte autour de la Seconde Guerre Mondiale en Haut Béarn sont proposés depuis mai 2019 par la Communauté de Communes du Haut-Béarn en partenariat avec plusieurs acteurs du territoire et l’Office National des Anciens Combattants et du laboratoire ITEM de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Labellisé par Le Ministère des Armées dans le cadre des opérations de mémoire liées au 75ème anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’acte III de ces manifestations se poursuit en octobre.

Juifs fuyant la France occupée, réfractaires au STO, évadés du camp de Gurs, résistants se soustrayant à la répression, des hommes et de femmes cherchent à échapper à leur situation, souvent précaire, au risque de périls parfois plus importants encore.

Ces manifestations visent à questionner ce qui pousse des individus à partir, à s’évader, et selon quelles modalités, par quels biais ces mobilités ont lieu. Pour ce faire, plusieurs études de cas régionales, s’inscrivant dans une perspective de micro-histoire et d’histoire sociale, seront présentées, avec un focus particulier sur le franchissement des Pyrénées :

  • Les 10 et 11 octobre > Auditorium Bedat à Oloron Sainte-Marie

LA SECONDE GUERRE AU PIED DES PYRENEES – Conférences

Pendant la Seconde Guerre mondiale, au pied des Pyrénées, les évasions de France vers l’Espagne ont constitué un moyen de sauver des pourchassés et un acte de Résistance à l’occupation. Elles reposaient sur des organisations clandestines, actives mais extrêmement menacées.

L’Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre et l’Université de Pau et des Pays de l’Adour proposent d’en redécouvrir l’histoire et les mémoires conservées des Pyrénées-Orientales aux Pyrénées-Atlantiques.

  • Du sam. 28 sept. 2019 au sam. 19 oct. 2019 > Médiathèque des Gaves – Oloron Sainte-Marie

Exposition du Service Départemental des Pyrénées Atlantiques de l’ONACVG

Origines, construction et développement d’un mouvement qui, né de rien en Juin 1940, incarnera, quatre ans plus tard, l’honneur de la France et garantira sa place aux côtés des nations victorieuses. Pour illustrer cette page de l’histoire de la Seconde Guerre Mondiale, découvrez le destin de quelques Basques et Béarnais, membres des Forces Françaises Libres et le rôle des ports basques de Bayonne et Saint Jean-de-Luz en Juin 1940.

  • 13 octobre > BEDOUS

LES PYRÉNÉES DE LA LIBERTÉ – Randonnée transfrontalière entre Aumet, plateau de Lhers, et le refuge de la Mina, val de Hecho, Anso, par le col de la Cuarde.

Sur les sentiers du Plan Local de Randonnée de la Communauté de Communes du Haut-Béarn Juifs fuyant les persécutions, aviateurs devant rentrer en Angleterre, jeunes voulant rejoindre la France libre ou échapper au STO, des milliers de personnes ont tenté, parfois au péril de leur vie, de passer les Pyrénées. Pour les aider, des Aspois devenus passeurs ont pris des risques considérables.

 

Renseignements : Pays d’art et d’histoire Pyrénées béarnaises 0687946429

Télécharger le programme (875.6 KB)

Prix de l’OIV 2019

Le 17 juillet dernier à Genève, le Jury International de l’OIV (Organisation Internationale de la vigne et du vin) a primé, dans la Catégorie Histoire, l’ouvrage Les petits vignobles. Des territoires en question (Moyen Âge-XXIe s.), dirigé par Stéphane Le Bras (CHEC – Université Clermont Auvergne) et préfacé par Laurent Jalabert (ITEM – UPPA).

Publié aux Presses Universitaires de Rennes et Presses Universitaires François Rabelais, les petits vignobles y sont appréhendés par des historiens et géographes depuis la période médiévale jusqu’à l’ultra-contemporain. Cet ouvrage permet de saisir les évolutions, les permanences et les mutations de territoires dont la définition varie sur le temps long. De même, l’approche plurielle permet, par le biais du « petit », de réinterroger et réévaluer le « grand », qu’il s’agisse de la viticulture nationale dans son ensemble ou des grands territoires régionaux (Bourgogne, Bordelais, Languedoc, etc.).

Cet ouvrage a été réalisé dans le cadre d’un projet de recherche « Petits vignobles aquitains » porté par Laurent Jalabert du laboratoire ITEM de l’UPPA, en collaboration avec Stéphane Le Bras (CHEC – UCA)

Financé par la Communauté d’agglomération de Pau, la Région Nouvelle Aquitaine (Liquoreux) et des partenaires privés par le biais de la chaire HCP (Vignerons de Buzet, Armagnac Dartigalongue), ce projet de recherche propose d’étudier de petits territoires viticoles du Midi aquitain (Jurançon, Irouléguy, Madiran, Buzet, Tursan), en les comparant à d’autres espaces à l’échelle nationale et internationale.

Ce programme bénéficie d’un partenariat avec la Chaire UNESCO sur le Vigne et le Vin (MSH de Bourgogne) à laquelle appartient l’Université de Pau.

La cérémonie de Remise des Prix aura le lieu le mardi 15 octobre 2019 à Paris (18h30, Ambassade du Chili).

Flaran 2019

Abbaye d’Arthous
Hastingues, Landes

organisées sous la responsabilité scientifique
d’Emmanuelle Charpentier et de Didier Lett

Le village à l’épreuve du genre dans l’Occident médiéval et moderne

Comité d’organisation :
Dominique BIDOT-GERMA
(Université de Pau et des Pays de l’Adour – ITEM EA3002)
Alain CHAMPAGNE
(Université de Pau et des Pays de l’Adour – ITEM EA3002)
Emmanuelle CHARPENTIER
(Université Toulouse – Jean Jaurès)
Guilhem FERRAND
(Université Toulouse – Jean Jaurès)
Sandrine LAVAUD
(Université Bordeaux Montaigne)

Eaux-Chaudes, la ville d’eaux des Dames

Conférence de restitution de l’inventaire du patrimoine

Par Viviane Delpech, docteur en histoire de l’art, chercheur à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour

Jeudi 4 juillet 2019 à 18h au cinéma de Laruns

Dans le cadre du projet européen FEDER TCV-PYR (Thermalisme Culture Villégiature Pyrénées), les universités de Toulouse-Jean Jaurès, de Pau et des Pays de l’Adour et de Perpignan-Via Domitia ainsi que les services régionaux d’Inventaire de Nouvelle-Aquitaine et d’Occitanie procèdent à l’inventaire du patrimoine lié au thermalisme dans l’ensemble du massif pyrénéen.

A l’issue de ce travail de recensement et de recherche en vallée d’Ossau, Viviane Delpech, docteur en histoire de l’art et chercheur au laboratoire ITEM de l’UPPA, présentera les principaux résultats de son étude portant sur le patrimoine bâti et paysager des Eaux-Chaudes. Il s’agira, en s’appuyant sur l’histoire de la station, de retracer son évolution urbaine et architecturale depuis son premier âge d’or au XVIe siècle -et les séjours de la cour de Navarre- jusqu’au nouveau tourisme sanitaire et social des Trente Glorieuses, tout en abordant les spécificités de ce patrimoine résultant exclusivement de la villégiature thermale et mêlant procédés locaux et prérogatives nationales. Cette approche matérielle implique une fondamentale dimension sociale, faisant émerger les profils, tantôt illustres, tantôt modestes, des acteurs de la station (curistes, employés etc.) et relatant ainsi son histoire humaine aussi bien que son rôle dans l’essor du thermalisme moderne.

Entrée libre et gratuite

L’oeuvre de Jean Copans

L’oeuvre de Jean Copans et les zones critiques d’une anthropologie du contemporain


Paris, 11 et 12 Juin 2019
Fondation Maison des sciences de l’Homme

Auteur prolifique, engagé dans la vie de multiples institutions, pédagogue hors pair, les recherches de Jean Copans restent à l’écart des débats et des hommages qui alimentent tant l’anthropologie que les études africaines, ou encore la sociologie politique. Alors que l’anthropologie du contemporain est toujours en quête d’un épistème, l’œuvre de Jean Copans est curieusement restée un angle mort de cette quête. Paradoxalement, l’un des fils conducteurs du travail revendiqué par Jean Copans est celui « Des crises d’identité de l’anthropologie » dans lesquelles il n’a cessé de souligner les tensions entre la nécessaire unité théorique de la discipline face à l’éclatement des objets, des terrains et des définitions revendiquées par les auteurs. Ces journées d’études se proposent de prendre le temps d’examiner les multiples facettes d’une œuvre protéiforme.


Collaborateur assidu et prolifique des Cahiers d’études africaines et de la revue Politique africaine, le nombre de recensions d’ouvrages signées de sa plume témoigne d’une intense activité de lecture du travail des autres. Peut-être est-ce d’ailleurs cette ouverture et cette capacité à recevoir la pensée de ses collègues qui constitue l’une des facettes importantes de sa démarche de chercheur ? Impliqué dans la recherche en train de se faire, ses lectures et ses commentaires en font à la fois un chroniqueur, un observateur et un analyste du temps présent. Et si ses traductions de l’ouvrage F.G. Bailey Stratagems and Spoils (1969) – traduit sous le titre Les règles du jeu politique (1971) -, et de l’ouvrage de Mahmood Mamdani, Citizen and Subject (1996) (Citoyen et Sujet. L’Afrique contemporaine et l’héritage du colonialisme tardif, 2004), font dorénavant partie du corpus incontournable des sciences sociales, et notamment de l’anthropologie politique, ses retours critiques sur ces mêmes ouvrages sont restés moins connus.


Comment qualifier son itinéraire et sa trajectoire dans des jeux de catégories qui, à peine énoncés, procèdent d’un réductionnisme ? Car de lecteur assidu, Jean Copans est aussi de ces passeurs et traducteurs lorsqu’il introduit les débats et les controverses de la revue Current anthropology dans le milieu des anthropologues français, et qu’il y prend une part active. Jean Copans a formé un bon nombre de jeunes collègues, africains ou pas, en poste pour un bon nombre d’entre eux, en Europe ou en Afrique. Quant à ses travaux, de la classe ouvrière en Afrique (noire) à ses engagements sur les sécheresses de 1973, en passant par ses réflexions sur les intellectuels en Afrique (La longue marche de la modernité africaine. Savoirs, intellectuels, démocratie), sur les nationalismes (voire le séminaire de Balandier 1964 et sa note sur le nationalisme Gikuyu au Kenya), sur la mouridologie dans ses échanges avec Cruise O’Brian, ou encore, la sociologie politique de l’Afrique et l’aventure Politique Africaine (il en fut l’un des piliers fondateurs, et ultérieurement, l’un de ses critiques) ; ils présentent tous une actualité surprenante, tant au regard de la multiplicité des objets et des terrains, que des résonances avec une vision de l’anthropologie du contemporain qui, étrangement, l’a maintenu à l’écart, ou tout au moins, l’a posé dans une altérité, disons « académique.


L’hologramme Jean Copans motive les initiateurs à consacrer deux journées d’études permettant de donner une juste place à l’anthropologue. Ces journées visent à scruter son oeuvre dans une histoire du temps présent (sans céder au présentisme), et ce faisant, à comprendre ce qu’il nous dit de l’anthropologie du contemporain, de l’actualité d’une science de l’Homme. De plus, les liens mentionnés entre l’auteur, son oeuvre et l’anthropologie du contemporain invitent aussi à articuler ce projet à un retour réflexif sur l’anthropologie de l’Afrique contemporaine, et à inscrire celle-ci dans une perspective internationale.


Comité d’organisation :
Benoit Hazard, (IIAC & co-rédacteur en chef des Cahiers d’études africaines), Jean Bernard Ouédraogo (IIAC Laios), Ricardo Ciavolella (IIAC), Abel Kouvouama (ITEM, Université de Pau et des Pays de l’Adour), Gérald Gaillard (Université de Lille), Patrice Yengo (IMAF-EHESS), Tarik Dahou (DR IRD, Paloc), Franck Beuvier (IIAC).


XXXIX Congrès de la Société des Hispanistes Français

Le 39ème Congrès de la Société des Hispanistes Français (Frontières dans le monde ibérique et ibéro-américain) se tiendra à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour du 5 au 7 juin 2019 (Amphithéâtre de la Présidence).

Isabel Ibañez et Olivier Caporossi (ITEM EA 3002) y coordonneront notamment un atelier sur les frontières dans la construction de l’Etat moderne hispanique.

En savoir plus

Les sciences sociales et humaines face aux écritures de soi

Epistémé et production comparée des savoirs (France-Roumanie)

Du 6 juin 2019 au 7 juin 2019

Séminaire international franco-roumain

Université de Pau et des Pays de l’Adour / Bâtiment de droit – Salle du conseil

L’ambition scientifique de ce séminaire franco-roumain sur les « Sciences sociales et humaines face aux écritures de soi, épistémè et production comparée des savoirs » vise, dans une démarche comparatiste, à associer des chercheurs confirmés, des doctorants et post-doctorants d’une part, de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (des Laboratoires Identités, Territoires, Expressions, Mobilités-ITEM, et Les Afriques dans le Monde – LAM, site de Pau) et d’autre part, de l’Institut des Etudes Africaines de l’Université de Bucarest, à la réflexion sur les discours, les « foyers expériences » des individus et sur les lieux d’énonciation des sciences sociales et humaines, ainsi que sur les normes d’intellection et de compréhension du système des relations internationales institué au lendemain des accords de Yalta en 1945 ; les conséquences qui en découlent sont principalement, la bipolarisation du monde en deux blocs Est-Ouest, avec d’une part celui du Pacte de Varsovie et d’autre part, celui de l’OTAN. L’ordre mondial lié intrinsèquement au principe de bipolarité a vu se multiplier les tensions, les rivalités et les enjeux socio-politiques dans la quasi-totalité des pays d’Europe, d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine[1]. Ainsi, la guerre froide ayant des répercussions à l’échelle mondiale, l’opposition Est-Ouest[2] deviendra aux niveaux économique et socio-politique, le principe structurant de la conflictualité idéologique ainsi que de la plupart des conflits, dont ceux entre les pays du Nord, industrialisés et les pays du Sud. Les pays du Pacte de Varsovie avec en tête l’URSS et les autres pays socialistes et communistes apporteront leur soutien non seulement aux pays du Tiers-Monde, mais également aux pays de tous les continents, ainsi qu’aux partis et mouvements de libération et de jeunesse se réclamant de l’idéologie marxiste et révolutionnaire pour un ordre international « plus juste ». De ce fait, les différentes positions prises par les différents blocs idéologiques et les grilles d’analyse élaborées ici et là affectaient également la lecture des situations internes et externes par la plupart des chercheurs des sciences sociales et humaines.

L’intérêt scientifique de ce séminaire consiste d’une part, à offrir aux chercheurs, doctorants et post-doctorants de nos institutions respectives France (ITEM, LAM de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour) et de Roumanie (IEA de l’Université de Bucarest), l’occasion et la possibilité de confronter directement leurs analyses et leurs travaux dans une perspective comparative ; d’autre part, d’esquisser les nouvelles orientations théoriques et de prouver la capacité des sciences sociales et humaines à identifier, avec un recul temporel nécessaire, les questions découlant de ces « régimes d’historicité » et des différentes expériences caractéristiques des situations d’acteurs et des objets d’étude, dans les contextes aussi bien avant qu’après la chute du mur de Berlin.

[1] Patrice Yengo, Abel Kouvouama, L’idée du socialisme et ses expériences au Sud du Sahara,   in Grange Juliette et Musso Pierre (ed.), Les Socialismes. Actes du colloque de Cerisy, juin-juillet, Éditions Le Bord de l’Eau, 2011.

[2] Grosser P., Les temps de la guerre froide. Réflexions sur l’Histoire de la guerre froide et les causes de sa fin, Bruxelles, Editions Complexe, 1995.

Contact : Abel Kouvouama

Colloque TCV-PYR/FEDER

Thermalisme et patrimoines dans les zones de montagne en Europe du XVIIIe au XXIe siècle

13-14 juin 2019 : Université de Pau et des Pays de l’Adour (9h00-18h00)

15 juin 2019 :  Visite du site des Eaux-Bonnes (10h30-15h30)

Ce premier colloque international organisé dans le cadre du programme de recherche FEDER TCV-PYR par les Universités de Pau et des Pays de l’Adour, Toulouse Jean – Jaurès et Perpignan Via Domitia, s’intéresse au patrimoine thermal et de villégiature de montagne en Europe du XVIIIe siècle à nos jours.


Le thermalisme contemporain se développe en effet dans les zones de montagne à la fin du XVIIIe siècle, lorsque les préoccupations thérapeutiques, renouvelées par le vitalisme, se doublent d’un engouement sans précédent pour les spectacles de la nature qui touche alors à l’âme. Ce thermalisme, à la clientèle parfois mondaine s’ouvre aussi aux militaires et aux indigents. Il s’épanouit au XIXesiècle comme le prouve la multiplication de sites à différentes échelles. Après la Première Guerre mondiale, sous l’action des médecins et dans le but de gagner en crédit dans un contexte de révolution de la médecine clinique et chimique, le thermalisme se réoriente vers une offre plus médicalisée et une clientèle moins fortunée. Ce mouvement est amplifié à partir de 1947 et la progressive généralisation de la prise en charge des cures par les assurances maladies. Mais l’âge d’or est passé laissant place à une période de crise ces dernières décennies. Pour y répondre, le thermalisme tente de diversifier son offre et de reconquérir une image plus ludique. Entre-temps, dès le début du XXe siècle, est venue se greffer une activité hivernale grâce aux sports d’hiver.


Dans un milieu montagnard contraint (géographie, climat, risques), l’activité thermale a marqué la morphologie urbaine qui a pu prendre des formes originales en comparaison d’autres villes à la même époque. Cependant, l’impression d’unité qui se dégage découle de la rigueur d’organisation dont elles ont fait l’objet, parfois précocement, le plus souvent au prix d’emprunts massifs : ce sont des villes nouvelles bâties autour des thermes et en fonction des paysages alentours. Des paysages qui guident l’urbanisation et que divers aménagements visent à faire fructifier, que l’on songe aux parcs, aux promenades, aux belvédères, aux routes, aux chemins de fer, aux refuges ou encore aux hôtels des voyageurs et plus généralement à l’architecture qui invite à l’évasion. En effet, le phénomène du thermalisme génère une architecture privée et publique qui a ses spécificités locales et régionales mais qui s’insère dans la réception de modèles nationaux voire cosmopolites. C’est sans doute cette organisation précoce mais aussi les solutions trouvées aux problèmes techniques, sociaux, financiers et écologiques posés par le thermalisme et par l’accueil et l’organisation des loisirs des visiteurs, qui font l’originalité des sites thermaux et touristiques et déterminent toujours une part de leur attractivité. Des patrimoines spécifiques ce sont ainsi développés, qui témoignent et participent du changement des interrelations entre les sociétés et leurs environnements.

Ce colloque propose d’étudier les liens entre le développement du thermalisme et l’essor de patrimoines spécifiques qui lui sont liés du XVIIIe siècle à nos jours, à l’échelle des montagnes européennes autour de quatre axes
spécifiques :

1. Le patrimoine bâti

Autant que l’architecture des établissements thermaux et des aménagements qu’ils génèrent (en matière de gestion de l’eau par exemple) qui pourront faire l’objet de communications spécifiques, c’est au cadre de la ville thermale que s’intéressera le colloque, notamment autour des approches globales en matière d’urbanisme des cités balnéaires en montagne et de toutes les constructions accessoires aux thermes, mais indispensables à la vie de société : casino, kiosques à musique, cafés, villas, parcs (urbains ou non), lieux de promenade, édifices religieux, hôtels, espaces ludiques, etc. Il est bien sûr permis ici de s’interroger sur les acteurs, publics et privés, de ces équipements, sur leurs attentes, leurs logiques, leurs réseaux et les éventuels conflits engendrés pour définir l’aménagement légitime d’un site. La circulation de modèles architecturaux, les influences théoriques et formelles reçues par l’architecture liée au thermalisme, les réseaux professionnels d’architectes et de bâtisseurs concernés pourront aussi être explorés.

2. Le Patrimoine culturel immatériel (PCI)

Le PCI renvoie ici aux pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire –ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés– que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus
reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel et qui sont encore vivants. Il s’agira ici de proposer des communications sur les éléments du PCI qui sont liés à la villégiature thermale, à savoir des pratiques autour desquelles curistes
et habitants des espaces de montagne se retrouvent : fêtes spécifiques, pratiques médicales, cérémonies religieuses (processions etc.), pratiques et événements sportifs (alpinisme ou « pyrénéisme », Tour de France), qui perdurent toujours aujourd’hui. Il sera possible aussi de s’interroger ici sur les usagers des cités thermales en tant que récepteurs et créateurs d’imaginaires culturels pour et mieux comprendre les relations entre public local et public international.

3. L’impact de la villégiature thermale sur l’aménagement des montagnes et la transformation des paysages

Le colloque souhaite aussi s’intéresser aux transformations paysagères induites par les aménagements thermaux. La villégiature qu’engendre le thermalisme ou plus récemment les activités balnéo-thermales exploite de nouveaux besoins prophylactiques et esthétiques puisés dans les montagnes, il crée dans le même mouvement un nouveau patrimoine paysager et conduit aussi à transformer ces paysages et le regard qu’on leur porte. La patrimonialisation de l’environnement thermal et de ses traces dans le paysage est toujours en jeu aujourd’hui et pose de nouvelles questions aux acteurs des territoires qui sont souvent confrontés à la crise de ces espaces et/ou à la naissance de “friches” thermales. De leur apparition à leurs transformations plus contemporaines et aux effets qu’elles induisent sur l’aménagement local, le colloque souhaite promouvoir des approches par le temps long incluant des problématiques très contemporaines en matière de reconversion, de réhabilitation, de développement durable et de contraintes environnementales.

4. Valoriser le patrimoine thermal

Enfin, le colloque s’interrogera sur l’héritage très contemporain de ces patrimoines et de leur valorisation. Outre les difficultés propres à l’inventaire, aux problématiques de la conservation et de la transformation de ces espaces –très différentes d’un territoire à l’autre à l’échelle européenne–, c’est aussi la valorisation de ces héritages qui sera questionnée : développement d’une économie thermo-balnéo-touristique, création d’événements culturels, valorisation par les nouvelles technologies numériques. Ce dernier point sera particulièrement développé.

Contacts: item @ univ-pau.fr ou secretariat-item@univ-pau.fr

En savoir plus : http://tcvpyr.iutbayonne.univ-pau.fr/

Projet MARGES

Journées d’étude “Vivre et gérer les zones périphériques. Estives et marais littoraux de Nouvelle-Aquitaine du Moyen-Age à nos jours”, 23 et 24 mai 2019

Cette journée d’étude portera sur le programme région « MARGES. Vivre et gérer les zones périphériques. Estives et marais littoraux de Nouvelle-Aquitaine du Moyen Âge à nos jours » (Criham (Poitiers-Limoges EA 4270), LienSs (Littoral, Environnement et Sociétés UMR 7266 La Rochelle), ITEM EA 3002 Pau).

Elle sera l’occasion d’un premier état des lieux sur les travaux sur la montagne en Soule et en Ossau, sur les marais littoraux en Charente et sur les données thématiques et spatiales disponibles. Une présentation sera consacrée aux missions du Parc National des Pyrénées en terme de patrimoine, et quatre communications porteront sur les thèses en cours en anthropologie, géographie et histoire.

23 mai 2019  Bâtiment DEG – Salle des Séminaires, université de Pau

9h30 Accueil des participants

10h Introduction

Modératrice: Christine Rendu – CR, CNRS, FRAMESPA UMR 5136

ETAT des LIEUX
  • Alain Champagne– MC – ITEM, Université de Pau et des Pays de l’Adour: Présentation du projet MARGES
  • Mélanie Le Couédic – IR– ITEM Université de Pau et des Pays de l’Adour; Historique des travaux sur la Soule et Ossau
PRÉSENTATION DES THÈSES EN COURS
  • en écologie historique, Dominique Cunchinabe (ITEM)
  • en anthropologie, Rémi Berdou (ITEM)
  • en géographie, Anaïs Lanass (Passages)
  • en histoire, Aurélien Woifflard (ITEM)
  • 12h Discussion
  • 14h Accueil des participants

 Modératrice: Patricia Heiniger-Castéret – MC – ITEM, Université de Pau et des Pays de l’Adour

Le Patrimoine au Parc National des Pyrénées
  • David Penin – Chargé de mission Culture – Parc National des Pyrénées: Les missions du parc en terme de patrimoine
  • Léa LaFourcade– Stagiaire – Parc National des Pyrénées: Le projet d’inventaire des savoir-faire en matière de patrimoine bâti
Etat des travaux sur les marais littoraux et données
  • Thierry Sauzeau– PR– Criham Poitiers-Limoges EA 4270): Les projets de recherche sur les marais littoraux
  • Alain Champagne– MC – ITEM, Université de Pau et des Pays de l’Adour: Le Programme Collectif de recherche  « marais charentais »
  • Discussion et pause
  • Mélanie Le Couédic – IR– Université de Pau et des Pays de l’Adour: L’état lieux des données spatiales : stockage, gestion, archivage, modélisation (Soule et Ossau)

• 16h30 Discussion

24 mai 2019, sortie de terrain en vallée d’Ossau

Plus d’information sur le programme 

Contacts : Alain Champagne & Mélanie Le Couédic

46ème Semaine internationale d’études médiévales d’Estella

La ville des paysans. Villes neuves, petites villes, villes-marchés”.

16 au 19 juillet 2019 / Estrella – Lizarra

Le lundi 6 mai 2019, Ana Herrera (Gobierno de Navarra), Koldo Leoz Garciandía (maire d’Estella-Lizarra) et le Professeur Pascual Martínez Sopena (univ. de Valladolid) ont officiellement présenté à la presse l’argumentaire scientifique et le déroulement de la 46e Semaine internationale d’études médiévales d’Estella . Ce même jour, le comité scientifique, auquel participe depuis trois ans Véronique Lamazou-Duplan, a longuement travaillé au programme de la 47e Semaine internationale d’études médiévales d’Estella (juillet 2020).

Cette 46ème édition sera consacrée à :
“La ville des paysans. Villes neuves, petites villes, villes-marchés”.

Le tissu urbain européen est en grande partie hérité du Moyen Âge. Dans sa forme la plus étendue, il s’est exprimé par l’apparition de milliers de petites agglomérations entre le XIe et le XIVe siècle. Les historiens qui les ont étudiées les nomment, entre autres, petites villes, market towns, centri minori, villes neuves.

Ce processus a été sous-évalué comparé au nombre très limité de métropoles d’échelle régionale ou de grand rayonnement, neuves et anciennes, nées ou réactivées durant la même période. Aux villes neuves sont associées des migrations de court, moyen ou grand rayon ; le plus souvent, elles se constituèrent en noyaux de taille relativement modeste où s’expérimentèrent des formes d’urbanisme planifié. Souvent développées de par la volonté des princes et des seigneurs, ces agglomérations exercèrent des fonctions centrales sur des régions de dimension variable. Elles accueillirent des marchés et des activités artisanales, tout en étant le siège territorial de pouvoirs sociaux et politiques (l’Église et les seigneuries en général, les monarchies) ; elles générèrent en outre une dynamique particulière autour de leurs institutions municipales.

L’objectif de cette Semaine est de dégager le rôle des villes neuves médiévales dans l’histoire européenne. Son évaluation globale est confiée à la conférence introductive (B. Cursente), tandis que ses perspectives cartographiques font l’objet d’une réflexion particulière (E. Jean-Courret). Il faut toutefois souligner que la diversité historique du continent a donné lieu à un phénomène présentant des faciès différenciés. Il aurait pu faire l’objet d’un examen strictement comparatif, fondé sur une grille de problèmes communs. Le choix a été fait de sélectionner des approches qui font référence à des problèmes spécifiques, plus pertinents ou mieux étudiés, dans certaines régions du continent et des territoires hispaniques.

Ainsi, les problèmes associés aux mouvements migratoires seront analysés à partir du cas de l’Europe centrale (N. Berend) tandis que l’étroite relation entre villes et marchés sera circonscrite à l’ouest de la France (J. Petrowiste). L’Angleterre sera le banc d’essai pour l’étude des seigneuries ecclésiastiques et nobiliaires (C. Liddy), et l’Italie, pour les terre nuove dont les grandes communes furent les promotrices, de même les centri minori en général (Ginatempo). Les études concernant l’aire hispaniques seront centrées en particulier sur les relations entre ville et plat pays en Catalogne (Farias), sur les différents scénarios d’un phénomène commun : l’importance des initiatives des monarchies et des pouvoirs municipaux. Seront successivement approchés les cadres juridiques et la planification urbaine dans la Couronne d’Aragon (Villanueva), la longue évolution du phénomène dans la Couronne de Castille (Martínez), les villes de la côte septentrionale (Alvarez) et les villes de frontière pour le Portugal (da Costa). Enfin, la Navarre offre un terrain approprié pour étudier les “centres mineurs” qui se développent en dessous des bien connues “bonnes villes” du royaume (Ramírez).

Est également prévue la présentation de 10 communications par des doctorants et des jeunes chercheurs, lors des sessions de l’après-midi. Le vendredi matin sera dédié à un séminaire et à une table-ronde.

Les doctorant(e)s et jeunes chercheurs pourront soumettre leurs propositions avant le 20 juin, par courrier électronique (informacionsemestella@gmail.com). Le Comité scientifique évaluera les propositions et en retiendra au maximum 10. La décision sera communiquée le 30 juin.

La Grande Guerre de René Marie Castaing

La Grande Guerre de René Marie Castaing, peintre palois

Lettres, carnets, dessins (1915-1919)

Sous la direction de Laurent Jalabert

Editions Cairn

128 pages, avril 2019

ISBN: 978-2-35068-665-3

Pendant toute la Première Guerre mondiale, René Marie Castaing, jeune artiste-peintre engagé volontaire, consigne dans des carnets ses impressions de guerre.

Il crayonne au fil des pages des dessins, réalistes, témoins de sa perception du conflit, des hommes, des paysages…

Sur ces feuilles, il retranscrit sa vision de la guerre, dans le vif, manifestant ses humeurs, parfois naïves, parfois moroses, d’autres fois plus émerveillées.

Comme tous ceux qui ont traversé le conflit, on sent au fil des pages poindre la lassitude, l’énervement, l’agacement, ou tantôt l’espoir de la fin du feu des armes, l’attente du retour.

A ces carnets s’ajoutent surtout des lettres, régulières, adressées à ses proches, père, mère, frères et soeurs qu’il illustre là encore de son crayon et qui constituent l’essentiel des documents retranscrits dans cet ouvrage.

CPIM 2019

LES CULTURES POLITIQUES DANS LA PÉNINSULE IBÉRIQUE ET AU MAGHREB  (VIIIe-XVe siècle)

SESSION 2019 : Expériences impériales

Bielle (Pyrénées-Atlantiques)

Séminaire international de formation avancée

Inscriptions au séminaire closes au 23 mai 2019

Présentation générale

Ce séminaire vise à proposer un examen croisé des cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb au Moyen Âge (VIIIe-XVe siècle). Dans toute la mesure du possible, et sans jamais rien retirer aux singularités des contextes respectifs, l’étude sera fondée sur une démarche résolument comparatiste et pluridisciplinaire, associant historiens, archéologues, historiens de l’art et littéraires.

A l’encontre des approches essentialistes et différentialistes, fondées sur le mythe de l’existence de deux blocs homogènes et affrontés, il s’agira de mettre en regard différentes expériences politiques, de part et d’autre de la frontière islamo-chrétienne, afin de susciter des rapprochements, de relever des écarts, voire de révéler des situations d’interaction ou d’interdépendance, en matière de fonctionnement étatique et de culture politique, par-delà les antagonismes religieux. Certes la référence religieuse a valeur fondatrice et imprègne institutions et idéologies de combat (jihad, Reconquista, croisade), mais les acteurs de cette histoire, au travers de leurs pratiques de gouvernement et de leurs imaginaires politiques, mobilisent des répertoires bien plus vastes et plus divers qu’il s’agira d’identifier et de mieux appréhender.

C’est à l’exploration de ces cultures politiques, associant à la fois registres textuels et manifestations matérielles du pouvoir, que sont invités les jeunes chercheurs qui participeront au séminaire. Il permettra aux formateurs, doctorants et étudiants de master de se côtoyer plusieurs jours, dans le cadre de formats pédagogiques variés (conférences, présentations, ateliers).

Coordinateurs :

Daniel Baloup (Université Toulouse – Jean Jaurès), Yann Dejugnat (Université Bordeaux Montaigne) et Véronique Lamazou-Duplan (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

Comité d’organisation :

Amaia Arizaleta (Université Toulouse – Jean Jaurès), David Bramoullé (Université Toulouse – Jean Jaurès), Laurent Callegarin (EHEHI, Casa de Velázquez), Laurence Cabrero-Ravel (Université de Pau et des Pays de l’Adour), Anna Caiozzo (Université Bordeaux Montaigne), Isabelle Cartron (Université Bordeaux Montaigne), Martine Charageat (Université Bordeaux Montaigne), Florian Gallon (Université Toulouse – Jean Jaurès), Fabienne Guillén (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

Site Web : http://ausonius.u-bordeaux-montaigne.fr/sessions/session-2019

Renseignements pratiques

La troisième session du séminaire se tiendra à Bielle (Pyrénées-Atlantiques), du 1er au 4 octobre 2019. Elle réunira six formateurs, 12 doctorants ou jeunes docteurs, et des étudiants de Master (ces derniers étant issus des universités organisatrices). 

Le séminaire est gratuit. Les institutions organisatrices assument les frais d’hébergement des participants, à Bielle. Pour les doctorants et les jeunes docteurs dont la candidature aura été retenue, le voyage jusqu’au point de regroupement de Pau reste à leur charge.

Chaque journée de travail sera partagée entre la présentation de leurs travaux par quatre doctorants ou jeunes docteurs, et les interventions de deux formateurs qui prononceront une conférence et animeront un atelier pratique (sur les sources, la bibliographie, les notions, etc.). 

Les langues de travail seront le français, l’espagnol, le portugais et l’anglais.

Inscriptions au séminaire international jusqu’au 23 mai 2019 (minuit, heure de Madrid). Accéder au formulaire.

Publication des résultats : 7 juin

Pour tout renseignement concernant la logistique, veuillez contacter Ghizlane Bencheikh : ghizlane.bencheikh @ u-bordeaux-montaigne.fr +33 (0)5 57 12 45 55

Présentation de la session 2019

Pour l’histoire des empires, la péninsule Ibérique et le Maghreb constituent des laboratoires exceptionnels. En effet, ces deux régions furent les pôles d’impulsion majeurs d’une succession de trajectoires impériales qui se sont déployées dans les directions les plus diverses : des califats et des sultanats d’Occident aux différentes revendications impériales de la royauté castillano-léonaise, en passant par les configurations variées de la Couronne d’Aragon.

Les pionniers de cette histoire (Menéndez Pidal, Laroui) se sont longtemps focalisés sur l’ « idée impériale », dont ils soulignaient l’originalité, l’homogénéité et la continuité. Conçue comme un projet cohérent et unitaire, elle était envisagée comme l’émanation de la conscience que partageaient les peuples de former une unité « hispanique » ou « maghrébine ». Sans totalement disparaître, cette historiographie fut marginalisée par une autre, celle de la formation des Etats-nations, qui opposa les « réalités » de la construction des Etats territoriaux aux « mirages » impériaux.

Aujourd’hui, l’histoire des empires opère un retour en force, fondé sur de nouvelles approches. Tout en menant un travail de déconstruction des grands récits impériaux, les chercheurs conçoivent désormais les empires comme des entités politiques instables, hybrides et éminemment pragmatiques. Ils les abordent comme des expériences politiques, en se focalisant sur ce qui « fait » empire et sur la mise en évidence de cultures impériales, à la fois diverses et connectées, irréductibles à un modèle unique.

C’est à l’exploration de ces expériences impériales, dans leurs dimensions textuelles et matérielles, que sont invités les participants de cette session 2019. La réflexion s’articulera autour de trois grands thèmes :

–          Gouvernements impériaux. Dominant plusieurs entités politiques et des populations diverses, les empires se caractérisaient par une flexibilité, un pragmatisme et une adaptabilité, qui furent une des clés de leur longévité. Au delà du constat de la diversité des répertoires impériaux, on s’efforcera d’identifier des pratiques, des modes et des logiques de gouvernement qui relèveraient de fonctionnement impériaux.

–          Imaginaires politiques. Ces formations impériales engendrèrent-elles une conscience politique commune ? L’analyse des mots, des gestes, des lieux et des objets permettra d’appréhender les éléments susceptibles de structurer un imaginaire impérial commun mais aussi de révéler des identités contradictoires, reflétant les tensions entre les groupes sociaux sur lesquels les empires s’appuyaient et avec lesquels ils devaient composer.

–          Interactions impériales. Ces empires ne se sont pas construits de manière isolée. D’une part, les empires ont cherché à s’insérer dans les traditions impériales antérieures pour se légitimer. D’autre part, ils puisèrent des éléments dans d’autres modèles impériaux contemporains, par-delà les barrières religieuses et idéologiques. On s’intéressera aux processus de remploi, d’imitation et d’émulation, en étant attentif aux modalités d’appropriation, de recombinaison et au rôle des intermédiaires. Enfin, ces empires n’ont pas manqué de susciter, en réaction, des formes de contestation et de dissidence, qu’on analysera au miroir des modèles impériaux auxquels elles prétendaient s’opposer.

Coordinateur scientifique : Yann Dejugnat (Université Bordeaux Montaigne).

Formateurs : Yann Dejugnat (Université Bordeaux Montaigne, coordinateur), Flocel Sabaté (Universitat de Lleida), Tawfiq Ibrahim (Chercheur indépendant), Javier Domingo (Pontificia Università della Santa Croce, Rome), Marta Lacomba (Université Bordeaux Montaigne), Susana Calvo Capilla (Universidad Complutense de Madrid).

Presentacion de la sesión 2019

Au nom de la Reine

Henri de Navarre, lieutenant général de Jeanne d’Albret (1572)

Dénes Harai (UPPA, ITEM), chercheur du projet ANR AcRoNavarre, vient de publier un livre qui fait le point sur un chapitre inédit de la vie d’Henri IV.

Au nom de la reine : Henri de Navarre, lieutenant général de Jeanne d’Albret (1572), Pau, Presses de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, 2019.

Résumé

L’une des rares périodes encore peu connues de la biographie d’Henri de Navarre, futur roi de France sous le nom d’Henri IV, est celle du séjour du prince dans le Sud-Ouest, dans la première moitié de 1572, comme lieutenant général de sa mère, Jeanne d’Albret, reine de Navarre et vicomtesse souveraine de Béarn. Les cinq mois qui vont de la mi-janvier à la mi-juin sont quasiment absents de l’historiographie relative à la vie du Béarnais au destin doublement royal, tant les évènements marquants de cette année cruciale – signature par Jeanne d’Albret du contrat de mariage d’Henri avec Marguerite de Valois le 11 avril ; décès de Jeanne le 9 juin ; mariage royal le 18 août ; massacre de la Saint-Barthélemy le 24 août – ont capté l’attention des historiens. Grâce à une documentation riche et variée au centre de laquelle prennent place cinquante actes produits par le prince de Navarre, ce livre éclaire pour la première fois les circonstances de la nomination, la composition de l’entourage et les grands axes de l’action du lieutenant général. En complétant la biographie d’Henri IV, il invite aussi à réfléchir sur l’année de la Saint-Barthélemy depuis le Béarn, petit pays au cœur de la grande histoire de France à la Renaissance.

Abstract

One of the rare little-known periods of the biography of Henri of Navarre, future king Henri IV of France, is the prince’s sojourn in what is now the south-west of France in the first half of 1572, where he acted as lieutenant general for his mother, Jeanne d’Albret, queen of Navarre and sovereign viscountess of Béarn. The five months from mid-January to mid-July are practically absent from the historiography relative to the life of the Béarnais whose destiny was to wear two crowns, as the major events from later that same year have so captivated the attention of historians: Jeanne d’Albret’s signing of the marriage contract of Henri and Marguerite de Valois on April 11th, Jeanne’s death on June 9th, the royal wedding on August 18th, and the Saint Bartholomew’s Day massacre on August 24th. Thanks to the rich and varied documentation including fifty royal decrees produced by the prince of Navarre, this book unveils the circumstances of Henri’s nomination as lieutenant general, his entourage and the primary axes of his actions in this role. In filling in this gap in Henri IV’s biography, this book is also an invitation to reflect upon the infamous year of 1572 from the perspective of Béarn, a small country at the heart of the greater history of France during the Renaissance.

ISBN : 2-35311-102-5

PUPPA, 140 pages

Mars 2019, 11 EUR

Un Béarnais, peintre de l’horreur de Buchenwald

Conférence SSLA

Le 11 avril 2019

La Société des Sciences Lettres et Arts de Pau et du Béarn

a le plaisir de vous inviter à la conférence de

Laurent JALABERT
Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour

aux Archives Départementales, boulevard Tourasse à Pau

Georges Despaux est un artiste peintre originaire de Salies-de-Béarn. Fils de pépiniéristes, malheureux dans la gestion de l’entreprise familiale, il vit au Pays basque pendant la Deuxième Guerre mondiale. Arrêté à Bayonne le 1er février 1944, puis déporté comme prisonnier politique à Buchenwald de mai 1944 à avril 1945, il parvient comme d’autres artistes à se procurer le minimum nécessaire pour dessiner quelques scènes de la vie du camp, dans des conditions précaires, sur des feuilles de documents administratifs qu’il récupère et dont certains ont été conservées depuis sa sortie du camp au printemps 1945. Ces dessins sont un témoignage de l’horreur concentrationnaire. La conférence reviendra sur le parcours atypique de G. Despaux, et présentera sa vision de l’internement à Buchenwald.

Exposition Refuges

Du 4 avril au 1er juin, la Médiathèque André Labarrère de Pau présentera l’exposition “Refuges” de l’artiste plasticienne Leila Sadel, précédemment installée au Musée d’Aquitaine à Bordeaux.

Ce projet artistique a été mis en place dans le cadre du programme de recherche Passages et frontières en Aquitaine : expériences migratoires et lieux de transit  mené par des chercheurs en France et en Espagne et associant l’UPPA (Laboratoire ITEM), le musée d’Aquitaine et le Rahmi (Réseau aquitaine pour l’histoire et la mémoire de l’immigration).
Pendant une année, l’artiste est partie à la rencontre de personnes migrantes installées dans l’agglomération bordelaise depuis quelques semaines ou plusieurs années, afin de faire leur connaissance et de comprendre leurs trajectoires. Puis, après avoir collecté leurs indications, elle a réalisé des photographies de lieux qui ont été significatifs dans leurs parcours, où ils ont reconstruit des repères, ainsi que des photographies d’objets qu’ils ont pu emporter avec eux quand ils ont quitté leur pays d’origine. Au travers de ces photographies de lieux et d’objets et de récits qui relatent les rencontres, Leila Sadel tente de révéler ces expériences individuelles de l’exil.

Chacun pourra se faire une première idée de cette exposition en consultant l’article paru dans Rue89 : https://rue89bordeaux.com/2019/01/musee-daquitaine-leila-sadel-expose-histoires-singulieres-migrants/?fbclid=IwAR3k7XVDbp2pzeqjSGGU_c4xMoX9EmMKIdkBQO5LU02uh-1qEL7DFX4AZD8

Cette exposition s’accompagne d’un cycle de conférences sur les migrations contemporaines (Médiathèque Labarrère). Le 17 avril, Catherine Wihtol de Wenden évoquera la question de l’asile aujourd’hui en France et en Europe.

Le 11 mai, Victor Pereira et Laurent Dornel proposeront une conférence à deux voies sur la question des passages et des frontières en Aquitaine aux XIXe et XXe siècles. 

Littérature et Inférences anthropologiques

Auteur : Abel Kouvouama

Éditeur : Paari editeur

Collection / Série : GERMOD

Résumé :

Les sociétés contemporaines et les individus éprouvent au quotidien le besoin toujours croissant de comprendre la richesse de la diversité culturelle et sociale.  Avec l’intitulé donné à cet ouvrage, Littérature et inférences anthropologiques, ce sont des choses écrites et des choses dites ici et ailleurs touchant à l’anthropologie, à la sociologie, à la philosophie et à la littérature dont il est question. Ces inférences anthropologiques regroupent des textes d’âges différents à valeur épistémologique, interdisciplinaire et ayant non seulement une certaine unité thématique, méthodologique, mais concernent également de terrains proches et lointains, des mondes sociaux, des espaces géographiques du Congo-Brazzaville et de France compris entre 1978 et 2018.

L’imaginaire et le pouvoir sont explorés ici à travers la question de l’Etat et de l’identité culturelle ethnique. Et dans le rapport de l’anthropologie à la littérature dans l’espace d’Afrique centrale notamment, il s’agit de souligner l’importance des mots dans les textes écrits comme dans l’oralité chez les écrivains congolais. Ainsi, l’étude interdisciplinaire de la formation des subjectivités dans les sociétés d’Afrique centrale permet-elle d’appréhender aussi la question du rapport individu/communauté dans le champ littéraire ? De réfléchir sur les nouveaux contextes sociaux, économiques et politiques où se construisent les nouvelles formes de subjectivité littéraire à partir des vecteurs de la mondialisation.

La pratique anthropologique se situe aux interstices de l’altérité et de l’identité ; elle invite à une pédagogie de la différence construite dans l’unité de l’humain. Espace de réflexion sur l’Autre et sur soi, espace d’engagement et espace d’expérimentation du social, l’anthropologie dans son renouvellement tant du point de vue des méthodes que des thématiques se doit d’associer de plus en plus le regard éloigné et le regard proche dans la transversalité des situations, des imaginaires sociaux et des systèmes symboliques. Et les questions abordées ici, quel que soit le champ des sciences sociales et humaines dans lequel elles peuvent être rangées, s’inscrivent dans un même continuum de pensée réflexive et critique.

Date de parution
14/03/2019

160 pages ; 22 x 15 cm ; broché

ISBN 978-2-84220-100-5

L’œuvre de Pierre Bourdieu en pratiques

17ème édition

Du 27 mars 2019 au 10 mai 2019

Par : Association PauSES, Lycées L. Barthou (Pau), A. Camus (Mourenx), UPPA (ITEM et Département de sociologie, UPPA), Institut du Travail Social Pierre Bourdieu, Commune de Lasseube.

Trajectoires migratoires, Trajectoires sociales, Trajectoires historiques
Rencontres avec le sociologue Stéphane BEAUD ( université de Poitiers )

  • Vendredi 1er février 2019 à 19h 30 : exposition sur l’œuvre de Pierre Bourdieu à la Librairie Social Club Caractères à Mont de Marsan
  • Mercredi 27 mars 2019 à 9h 00 : rencontre des Lycéens du Lycée Louis Barthou avec Stéphane BEAUD
  • Mercredi 27 mars 2019 de 14h 00 à 15h 30 : Conférence-débat avec les étudiante-s du Département de sociologie dans l’Amphithéâtre 600 en Droit à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour
  • Mercredi 27 mars 2019 de 17h 30 à 19h : Présentation et séance de dédicace du livre de Stéphane BEAUD à la Librairie Tonnet
  • Mercredi 27 mars 2019 à 20h à la Mairie de Lasseube : Table-ronde sur l’immigration avec les Associations de Lasseube en présence de Stéphane Beaud.
  • Jeudi 28 mars 2019 de 10h à 12h : rencontre des Lycéens du Lycée de Mourenx avec Stéphane BEAUD
  • Jeudi 28 mars 2019 de 14h à 16h : conférence-débat à l’Institut du Travail Social Pierre Bourdieu
  • Vendredi 9 mai 2019 à 20h à Lasseube : Conférence-débat : un siècle d’histoire de l’immigration par Eric CAUP, historien (Lycée Jules Supervielle d’Oloron Sainte-Marie), membre de l’Association Atout Jeune-Famille de Lasseube.

Traiter les données archéologiques tardo-antiques

Le 12 avril 2019

Journée d’étude ” Traiter les données archéologiques tardo-antiques. Approches, méthodes et traitement de l’information”

Université de Pau et des Pays de l’Adour – Amphithéâtre de la Présidence

Organisateurs : Leticia TOBALINA, Alain CAMPO, Sébastien CABES Doctorants en Archéologie (UPPA, Laboratoire ITEM EA 3002)

Présentation

Nous proposons une journée d’étude tournée vers l’usage de la donnée archéologique dans l’étude de l’Antiquité Tardive. La journée proposera essentiellement des conférences de chercheurs et enseignants confirmés. Des jeunes chercheurs travaillant sur cette période de part et d’autre des Pyrénées seront aussi invités à y participer (des doctorants mais aussi des masters).


L’étude de l’Antiquité Tardive intéresse l’archéologie depuis peu de temps. Il s’agit encore d’une période peu étudiée, encore confuse, avec des résultats inégaux. Pour cerner cette période, les sources textuelles ont été davantage utilisées que les vestiges archéologiques. Les récentes études et les nouvelles approches tendent à montrer que l’Antiquité tardive est une période historique cohérente, véritable transition entre l’Antiquité dite « classique » et le long Moyen Âge.

Cependant, les interrogations et les problèmes d’ordre historique et méthodologique restent encore nombreux pour les archéologues et les historiens qui s’y intéressent :
– Quelles sont les différentes approches utilisées pour étudier l’Antiquité tardive ?
– Quelles sont les limites de l’exploitation de la donnée archéologique pour l’étude de cette période ?
– Une même donnée peut-elle nous permettre de traiter des sujets différents ou des sujets similaires sous un angle différent ?
– Quelle est la spécificité des sources tardo-antiques par rapport au Haut-Empire ou au Moyen Âge central ?
– Des thématiques identiques sur cette période sont-elles traitées de la même manière de part et d’autre des Pyrénées ?


En partant de ces questions, cette journée d’étude a pour objectif d’initier une réflexion, de croiser les regards et de présenter les différentes utilisations de la donnée archéologique en fonction des chercheurs et des sujets d’études. Il s’agira aussi de réfléchir autour des problèmes que pose la donnée archéologique pour l’étude de l’Antiquité tardive.


• Une modalité « poster » sera aussi proposée pour les étudiants de master qui souhaitent montrer leurs travaux. (Taille des posters : A1).

Contact:

antiquitetardive.uppa @ gmail.com

Marquer, modeler, manipuler, énoncer

Journée d’étude “Marquer, modeler, manipuler, énoncer: actes du quotidien et protection symbolique”

Le 8 mars 2019

Cette journée d’étude abordera quelques points anthropologiques sur la façon de nommer l’espace de vie et de le protéger par des gestes, des éléments architecturaux ou par des végétaux.

Associé à ces lieux symboliquement construits la “manipulation” du temps, par des expressions festives, permet l’intégration de classes d’âge à l’espace social.

Journée d’étude organisée dans le cadre du programme européen Feder TCV-PYR.

Contacts :

patricia.heiniger-casteret @ univ-pau.fr

mathilde.lamothe @ univ-pau.fr

Programme

10h – Introduction à la journée

10h30 – “La protection du serpent : le motif de la rampe d’escalier” Dominique Cunchinabe (Chercheur indépendant, doctorant en anthropologie, UPPA- ITEM EA 3002)

14h – “Les stratégies de protection symbolique de la maison” Mathilde Lamothe  (Ingénieur de recherche projet FEDER TCV-PYR, Chargée de mission inventaire du patrimoine culturel immatériel UPPA-ITEM EA 3002)

15h – “Les signes protecteurs dans le rite du feu de la Saint-Jean”Patricia Heiniger-Castéret (Maitre de conférence en anthropologie, Responsable de l’axe Patrimoine culturel immatériel en Aquitaine, UPPA-ITEM EA 3002)

CPIM 2018

Les cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb, du VIIIe au XVe siècle (CPIM)

Séminaire international de formation avancée

Du 2 octobre 2018 au 5 octobre 2018

Bielle en Ossau

Session 2018 –  Écritures du pouvoir

Comme en 2017, le Séminaire international sur les Cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb, du VIIIe au XVe siècle (CPIM) s’est tenu du mardi 2 au vendredi 5 octobre 2018, à Bielle, en vallée d’Ossau, hébergé au Village Vacances Arriumage tant pour les séances de travail que pour le séjour. Durant quatre jours, se côtoient ainsi formateurs et participants d’horizons différents (nationalités diverses, doctorants, post-doctorants, étudiants de Master), ce qui permet de tisser des liens, débattre… Cette seconde session a réuni 37 participants inscrits auxquels sont venus se joindre des collègues et des extérieurs.

Coorganisé par les universités de Bordeaux-Montaigne, Pau et Pays de l’Adour, Toulouse-Jean Jaurès, et leurs laboratoires respectifs, en partenariat avec l’École des Hautes Études Hispaniques et Ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), cette école thématique propose un examen croisé des cultures politiques dans les aires géographiques envisagées et connectées, en particulier au Moyen Âge. Sans jamais rien retirer aux singularités des contextes respectifs, l’approche est fondée sur une démarche résolument comparatiste et pluridisciplinaire.

En 2018, la réflexion a porté sur les Écritures du pouvoir en péninsule Ibérique et au Maghreb, du VIIIe au XVe siècle (coordinateur scientifique V. Lamazou-Duplan, université de Pau et des Pays de l’Adour). Les différents sens et dimensions des écritures du pouvoir ont été interrogés (l’écriture au service du pouvoir ou réfléchissant au/le pouvoir), que ce soit à travers les chancelleries, les acteurs et les lieux d’écriture, l’écriture de l’histoire, des traités politiques, des correspondances, sans oublier la forme (inscriptions, calligraphie, numismatique…), les écrits de la pratique du/d’un pouvoir ou la fabrique des archives…

Cet atelier doctoral international offre 12 places pour des doctorants, post-doctorants et jeunes chercheurs, recrutés sur appel à candidature et sur sélection des dossiers déposés sur la plate-forme numérique de la Casa de Velázquez. En 2018, ont été retenues les candidatures de doctorants ou de post-doctorant espagnols (5, thèses des universités de l’Autonoma de Madrid, de Salamanca, de Valencia), français (4, thèses des universités de Paris-Sorbonne, Poitiers, ENS Lyon, Toulouse Jean Jaurès), d’une Algérienne (thèse EPHE), d’un Allemand (thèse The Warburg Institute, Londres). Trois des candidats sélectionnés n’ont malheureusement pas rejoint le groupe, empêchés par des raisons de santé, des obligations professionnelles ou familiales. Lors des matinées, les jeunes chercheurs ont exposé leurs recherches (30 mn), répondu aux questions et suggestions qui leur étaient faites par l’auditoire.

Six enseignants-chercheurs français et espagnols, dont les travaux portent sur la thématique, dans des disciplines variées (philologie, littérature et civilisation, histoire, histoire de l’art), ont été sollicités pour prononcer des conférences plénières et animer des ateliers dirigés en groupes plus restreints :

Amaia Arizaleta (Université Toulouse – Jean Jaurès) ; Pascal Buresi (CNRS-EHESS) ; Martine Charageat (Université Bordeaux Montaigne) ; Véronique Lamazou-Duplan (Université de Pau et des pays de l’Adour) ; Eloísa Ramírez Vaquero (Universidad Pública de Navarra) ; Juan Carlos Ruiz Sousa (Universidad Complutense, Madrid).

[voir programme joint]

Ce séminaire est également ouvert aux étudiants de Master Recherche des trois universités organisatrices. Au cours de ces quatre jours consécutifs de formation et de cohabitation, 6 étudiants bordelais, 4 étudiants toulousains, 6 étudiants palois ont ainsi eu l’opportunité d’entrer en contact direct et intensif avec une recherche internationale et spécialisée.

Un ouvrage regroupant les contributions des formateurs, des doctorants et des jeunes docteurs qui avaient participé à CPIM 2017 a été offert aux participants. Le volume correspondant à CPIM 2018 est en préparation, l’objectif est qu’il soit disponible pour le prochain séminaire 2019.

Rendez-vous est déjà pris la première semaine d’octobre 2019… à Bielle, en vallée d’Ossau, cadre idéal à une école thématique tournée vers la péninsule Ibérique et les échanges culturels.

Participants à la session 2018 :

Mohammed Assem (EPHE) ; Sami Benkherfallah (Université de Poitiers) ; Guillermo Chismol (Universitat de València) ; Víctor de Castro León (Universidad de Salamanca) ; Matthias Gille Levenson (ENS Lyon) ; Alejandro Peláez Martín (Universidad Autonoma de Madrid) ; Johan Puigdengolas (Université Toulouse Jean Jaurès) ; Iria Santás de Arcos (Universidad de Salamanca) ;  Blai Server (Universitat de València)

Coordinateurs CPIM :

Daniel Baloup (Université Toulouse – Jean Jaurès), Yann Dejugnat (Université Bordeaux Montaigne), Véronique Lamazou-Duplan (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

Comité d’organisation :

Amaia Arizaleta (Université Toulouse – Jean Jaurès), David Bramoullé (Université Toulouse – Jean Jaurès), Laurent Callegarin (Casa de Velázquez), Laurence Cabrero-Ravel (Université de Pau et des Pays de l’Adour), Anna Caiozzo (Université Bordeaux Montaigne), Isabelle Cartron (Université Bordeaux Montaigne), Martine Charageat (Université Bordeaux Montaigne), Florian Gallon Bramoullé (Université Toulouse – Jean Jaurès), Fabienne Guillén (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

À l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, ce projet est porté par le laboratoire ITEM (EA 3002 Identités, Territoires, Expressions, Mobilités), en partenariat avec l’École doctorale SSH. Il a reçu en 2018 le soutien de la Fédération de recherche Espace Frontière Métissage, du laboratoire Langues Littératures Civilisations de l’Arc Atlantique, devenu ALTER, et du Conseil de la Recherche LLSHS.

Pour plus d’informations, site CPIM : http://ausonius.u-bordeaux-montaigne.fr/cpim

La session 2017 a fait l’objet d’une publication aux Editions Ausonius en 2018 :

“Le recours aux armes”

Daniel Baloup (éd.)
Collection Scripta Mediaevalia (33) Editions Ausonius
Bordeaux, 2018 – 131 p.   25 €

En dépit de progrès récents, la place accordée aux violences armées dans l’étude des cultures politiques médiévales en péninsule Ibérique et au Maghreb apparaît encore insuffisante. Elle est surtout inégale, et varie selon les types de violence observés. La proposition adressée aux auteurs du présent volume les invitait à renverser le point de vue généralement adopté sur ces questions : plutôt que de percevoir le recours aux armes comme un aléa dont l’irruption menacerait l’équilibre du jeu politique jusqu’à parfois annuler celui-ci, il leur a été demandé de l’envisager comme la conséquence d’un choix rationnel, pleinement intégré à la stratégie des acteurs. Leurs contributions traitent d’assassinats, d’émeutes ou de guerres : au-delà de l’ampleur et de la durée de la mobilisation, l’objet de la réflexion collective reste en effet l’articulation de la violence armée aux cultures politiques.

In spite of recent progress, the treatment given to violent acts of arms in the study of political medieval cultures in the Iberian Peninsula and North Africa seems still rather weak. It is especially uneven, varying considerably as it regards the type of violence observed. What this volume asked from its contributors was that their papers shed a new light on the question putting so as to completely challenge the points of view hitherto adopted: rather than considering the reliance on armed force as some kind of accident that came to menace the balance of the political game, sometimes to the extent that it totally overcomes this game, they were invited to see the use of armed force as the consequence of a rational choice, one that was completely integrated into the strategy of people who were in positions of power. Their papers talk about assassinations, riots and wars: beyond the scale and duration of these acts of violence, the goal of the collective response remains the articulation between armed violence and political cultures.

Un chapitre inédit de la vie d’Henri IV

Conférence de Dénes Harai (UPPA, EA 3002 ITEM) pour la Société des Amis du Château de Pau

Samedi 9 mars 2019 à 15h

Musée national et domaine du château de Pau

2, rue du château
64000 Pau


L’une des rares périodes encore peu connues de la biographie d’Henri de Navarre, futur roi de France sous le nom d’Henri IV, est celle du séjour du prince dans le Sud-Ouest, entre janvier et mai 1572, comme lieutenant général de sa mère, Jeanne d’Albret, reine de Navarre et vicomtesse souveraine de Béarn.

Dénes Harai (Université de Pau et des Pays de l’Adour, EA 3002 ITEM) évoquera ce chapitre inédit de la vie du monarque à travers les documents rassemblés dans le cadre du projet Actes royaux de Navarre, 1484-1594 (AcRoNavarre), soutenu par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR). 
https://chateau-pau.fr/evenement/un-chapitre-inedit-de-la-vie-dhenri-iv

Mémoires des camps, fonctions de l’art

22 février 2019

Université de Pau et des Pays de l’Adour, Bâtiment des Lettres – Salle du Conseil

Dans le cadre du projet de recherche « La mémoire des camps d’internement des années de la seconde guerre mondiale : étude muséographique et muséologique des mémoriaux européens », et à la suite des rencontres qui ont eu lieu les 15 et 16 février 2018 puis le 12 octobre 2018, le laboratoire ITEM de l’université de Pau organise une troisième et dernière journée d’étude : « Mémoires des camps/Fonctions de l’art ».


Qu’elles aient été le fait d’artistes professionnels plus ou moins confirmés, d’autodidactes ou d’artistes occasionnels, nombreuses ont été les activités artistiques développées dans les conditions précaires ou d’absolu dénuement qui étaient celles des camps de transit, d’internement et d’extermination durant les années de la seconde guerre mondiale.
Tantôt tolérées tantôt interdites, ces activités ont souvent trouvé leur inspiration dans les faits d’une quotidienneté sans commune mesure avec la vie ordinaire. Quand elles sont parvenues jusqu’à nous, leurs manifestations ou leurs traces sont porteuses d’une signification qui ne s’arrête pas à leur dimension documentaire et d’une puissance d’émotion qui ne saurait s’évaluer à partir des seuls critères esthétiques : en elles se conjoignent l’expérience de la sourance et de la mort et l’aaffirmation de la vie jusque dans les plus misérables conditions. Témoignages de l’horreur, elles sont
aussi des preuves de l’effort pour la dépasser.
Que savons-nous de ces pratiques et de la manière dont ont été réalisées ou se sont déroulées ? Comment pouvons-nous les appréhender, en parler ou les faire connaître ? Que nous disent-elles plus largement des dimensions existentielles, testimoniales et mémorielles de l’art ?
Pour donner toute son ampleur à ces dernières questions, nous souhaiterions aussi nous interroger sur les formes et les fonctions que peuvent aujourd’hui prendre des œuvres artistiques dans le contexte commémoratif des déportations, des détentions et des exactions commises pendant toute cette période.T

Contacts:


Jean Luc Poueyto jl.poueyto@gmail.com


Sabine Forero-Mendoza sabine.forero-mendoza@univ-pau.fr

Régionalisme, ruptures et innovation architecturale

Journée d’étude internationale

Le 20 février 2019

Organisée par Eusko Ikaskuntza Iparralde-Société d’Études Basques, la Universidad del País Vasco-Euskal Herriko Unibertsitatea et l’Université de Pau et des Pays de l’Adour

Bizkaia Aretoa, Bilbao

Direction scientifique et coordination 

Viviane Delpech, chercheur, Université de Pau et des Pays de l’Adour, vice-présidente Recherche d’Eusko Ikaskuntza Iparralde

Comité scientifique

Esteban Castaner Muñoz, professeur, Université de Perpignan-Via DomitiaViviane Delpech, chercheur, UPPAJean-Baptiste Minnaert, professeur, Université Paris-SorbonneFrancisco Javier Muñoz Fernández, profesor titular, Universidad del País Vasco-Euskal Herriko Unibertsitatea

A propos

La question de l’architecture contemporaine, d’autant plus dans les régions à forte identité comme le Pays basque, soulève un débat intemporel qui interroge les historiens de l’architecture depuis plusieurs décennies et aux quatre coins du monde. Il semble communément admis que l’architecture régionaliste, basque ou autre, implique un paradoxe apparemment insoluble opposant les ambassadeurs de la modernité et du progrès aux tenants de la tradition et de l’identité, comme si les uns et les autres étaient fondamentalement antinomiques et absolument incompatibles. Or, cette analyse réductrice correspond à une interprétation empreinte des clichés du modernisme et du traditionalisme qui ne reflète pas la réalité où, plutôt qu’elles ne s’affrontent, coexistent et parfois se confondent divers partis esthétiques et influences géographiques.

Dans le contexte de la mondialisation où elle cherche à préserver ses racines autant qu’à innover, la production architecturale, régulièrement portée sur la scène médiatique, interroge la société sur son rapport au temps et son identité. C’est pourquoi l’évolution de la création en architecture peut paraître difficile à envisager, car elle renvoie à des questionnements existentiels sur l’essence et la permanence de la culture et de la vie. Ainsi les débats générés par l’architecture contemporaine sont-ils révélateurs des tensions qui, à toute époque, surgissent entre passé et avenir, tradition et progrès, sécurité de l’acquis et peur instinctive de l’inconnu et du changement.

Dans la mesure où l’architecture régionaliste est bien étudiée et connue, cette journée d’étude souhaite se focaliser sur l’esthétique en rupture avec les formes traditionnelles et historicistes de la construction et les stéréotypes tenaces qui en découlent. Il s’agit de réfléchir aux façons dont la création architecturale s’affranchit de normes et de conventions locales souvent archaïques pour s’adapter au mode de vie et au goût contemporain, en s’intéressant aux modèles nouveaux insérés dans un paysage porteur d’histoire mais en analysant aussi comment dialoguent l’héritage vernaculaire et l’innovation architecturale. Plus encore, il s’agira de démontrer que les régions marquées du sceau du pittoresque et de l’historicisme promu au XIXe siècle, avec, par exemple, les clichés néo-labourdin, anglo-normand, néo-mauresque ou hellénique, sont capables d’innovation, vivent en phase avec leur temps et ne sont pas enfermées dans le carcan d’un archaïsme conservateur satisfaisant avant tout les imaginaires romantiques.

Cette problématique, outrepassant les limites du Pays basque, sera mise en perspective par l’exposé de cas concernant l’ensemble du monde occidental, en particulier la péninsule ibérique, le monde méditerranéen et l’Europe continentale. Entre héritage ancestral, aspiration vers l’avenir et pulsion de vie, l’exploration de l’innovation architecturale dans des contextes identitaires forts, tels que le Pays basque péninsulaire, la Catalogne, l’Andalousie, la Grèce ou encore la Russie, permettra de faire émerger les traits saillants et les singularités de la modernisation de l’art de bâtir en tant que témoin matériel des évolutions de la société qui la produit.

Journées de formation au Patrimoine Culturel Immatériel

Du 18 février 2019 au 22 février 2019

Le Laboratoire ITEM de l’UPPA, l’Ethnopôle InOc Aquitaine (Opérateur régional pour l’occitan, Pôle national de recherches et de ressources en ethnologie, ONG expert PCI auprès de l’UNESCO) et la Direction générale des patrimoines du Ministère de la Culture et de la Communication, en association avec le Parc National des Pyrénées, organisent des journées de formation sur le Patrimoine culturel immatériel.

Vivant et contemporain le Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) comprend, selon la convention de l’UNESCO qui lui est dédiée (2003), les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire – ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés – que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel. Ce patrimoine culturel immatériel, transmis de génération en génération, est recréé en permanence par les communautés et groupes en fonction de leur milieu, de leur interaction avec la nature et de leur histoire, et leur procure un sentiment d identité et de continuité contribuant ainsi à promouvoir le respect de la diversité culturelle et la créativité humaine.


Des arcanes de l’UNESCO et du Ministère de la Culture à l’enquête de terrain ; de la rédaction de fiches d’inventaire à l’élaboration d’un dossier de labellisation ; de la réalisation d’archives brutes à leur valorisation via les outils numériques (sites, réseaux sociaux) ; cette formation abordera les questions d’inventaire et de sauvegarde du PCI tant aux plans théoriques que pratiques.


Le patrimoine culturel immatériel imposant une expertise partagée entre praticiens, chercheurs et institutions patrimoniales, cette co-construction sera mise à l’épreuve des territoires de montagne qui constitueront, cette année, le terrain vivant d’expérimentation de cette semaine de formation.


La formation se déroulera :
Du lundi 18 au vendredi 22 février 2019 en Vallée d’Ossau, au Village Vacances Arriu Mage, 1 Rue Marc Debaigt, 64260 Bielle.


Inscription avant le 13 février 12h:
r.berdou @ in-oc.org

Montrer le pouvoir

Journée d’étude, 8 février 2019

En lien avec l’exposition « Théâtre du pouvoir : Le temps du Béarnais » du Château de Pau et le projet ANR « AcRoNavarre », cette journée d’étude se propose d’appréhender comment, dans différents contextes, la puissance princière se donne à voir et s’expose dans tous les sens du terme entre la fin du XVe siècle et le début du XVIIe siècle, période d’affirmation du pouvoir princier glorifié par les artistes, dans le contexte de très fortes tensions civiles et religieuses.

Musée national et domaine du Château de Pau
Château de Pau
2, rue du château
64000 Pau

PROGRAMME

9h Ouverture et présentation de la journée

Première partie : Manifestations du pouvoir

9h15 : Philippe Chareyre (UPPA) : Les entrées de François Ier et de
Charles IX à Nîmes

9h45 : Álvaro Adot (Casa de Velázquez) : Le dernier grand
spectacle du pouvoir d’un roi : Les funérailles d’Henri II d’Albret

10h15 : Pause

10h30 : Dénes Harai (UPPA) : L’affichage du pouvoir d’Henri de
Navarre au royaume de France à travers ses lettres de sauvegarde
(1576-1589)

11h : Olivier Caporossi (UPPA) : La monnaie du pouvoir souverain
chez les Habsbourg d’Espagne au XVIIe siècle: enjeux politiques
d’une monarchie en crise

11h30-12h : Discussion

Seconde partie : Arts et pouvoir

14h : Delphine Trébosc (UPPA) : Collections d’antiques et
représentation du pouvoir sous les Valois

14h30 : Claude Mengès (Musée national du château de Pau) : Les
arts précieux à la cour de Navarre au XVIe siècle: le pouvoir et le
goût

15h : Paul Mironneau (Musée national du château de Pau) : Le
trop conventionnel ‘Triomphe d’Henri IV’ (vers 1599-1610, musée
des Beaux-Arts d’Orléans) ou plusieurs images du pouvoir en un
seul tableau

15h30 : Discussion

Visite de l’exposition « Théâtre du pouvoir. Le temps du Béarnais »

Génétique et anthropologie

Anthropologie politique dans le bassin du Congo : la portée des images sonores

Le 7 décembre 2018

L’équipe Manuscrits francophones organise le séminaire :

                                    GENETIQUE ET ANTHROPOLOGIE

Séance du vendredi 7 décembre 2018 14h30-16h30

Anthropologie politique dans le bassin du Congo : la portée des images sonores

Abel KOUVOUAMA, Joseph TONDA, Patrice YENGO

Lieu : ENS ULM, salle de réunion sous-sol pavillon Pasteur, 45 rue d’ULM, 75005 Paris

 Abel KOUVOUAMA

Pratiques de terrain et images sonores dans le bassin du Congo

Ce que les images sonores donnent à comprendre et à entendre dans la chanson et la musique congolaise de variétés comme matériau de terrain interpelle le chercheur dont la démarche réflexive le pousse à analyser la société dans laquelle il vit avec un effort d’objectivité scientifique, et en ayant conscience que le « terrain scientifique » peut être également celui de l’expérimentation sociale. Les matériaux accumulés ici pour notre séminaire proviennent de la littérature écrite et orale congolaise en langue nationale, le lingala. Ce sont des textes écrits et chantés, en somme des choses écrites et dites qui sont des manières de dire et de faire ; c’est-à-dire, une technique et des arts de vivre au sens foucaldien.

Abel Kouvouama est un anthropologue spécialiste de l’Afrique centrale, il est professeur à l’université de Pau et des Pays de l’Adour (Laboratoire ITEM-UPPA).  Abel Kouvouama a étudié les rapports entre les arts populaires et la vie politique à Brazzaville. Ses recherches actuelles portent sur les phénomènes de protestation collective, les rapports entre religion et politique en Afrique centrale. Il est notamment l’auteur de Une histoire du messianisme : un monde renversé (Karthala, 2018).

 Joseph TONDA

La double écriture, ou la hantise du syndrome du prophète 

 Les prophètes sont des producteurs de récits que les sciences humaines se préoccupent de convertir en récits scientifiques, exprimant ainsi leur dette à l’endroit de ces créateurs de réalités. Et c’est parce que cette dette est inextinguible, que le sociologue et l’anthropologue, hantés par le syndrome du prophète, éprouvent au fond d’eux-mêmes une douloureuse insatisfaction de leur travail de conversion de la réalité créée par le geste prophétique en objet de connaissance scientifique. Il y a en effet ce reste inépuisable du discours de l’Autre créateur de réalité que l’on ne saurait dompter qu’en se lançant soi-même dans cette aventure de la double création, qui peut prendre la forme de la fiction littéraire, ou celle du film documentaire ethnographique que l’on produit soi-même ou que la production du scientifique inspire, redoublant ainsi la force de ses manuscrits.  Entreprise très risquée, disent les spécialistes.  Et pourtant, entreprise d’une longue histoire, que Jean Rouch, par exemple, a marqué de son empreinte. Peut-être que finalement, l’ethnologue, le sociologue, l’anthropologue, l’écrivain et le prophète sont-ils tous par leur travail en double, des Maîtres fous ? 

Joseph Tonda est sociologue et anthropologue, spécialiste de la culture, de la société et de la politique congolaises et gabonaises. Il est actuellement professeur de sociologie à l’Université d’Omar Bongo à Libreville. Joseph Tonda est l’auteur notamment de L’impérialisme postcolonial, critique de la société des éblouissements, paru en 2015 chez Karthala.

 Patrice YENGO

Épigénétique du prophétisme scripturaire congolais. Autour de Chimpa Vita de Sony Labou Tansi

Tchicaya U Tam’si, Sony Labou Tansi, prophètes scripturaires ; la cause est entendue. Et si c’était l’écriture elle-même qui était symptomatique du syndrome du prophète dans ce Bassin du Congo où elle apparaît dans le sillage du christianisme ? En partant de « Chimpa Vita », figure prophétique qui hante l’écriture congolaise sous toutes ses formes (anthropologie, sociologie, poésie, théâtre, roman…) et dont Sony Labou Tansi fera l’héroïne d’une de ses pièces inachevées, nous essaierons d’esquisser les linéaments d’un phénomène auquel nous-mêmes (ici présents) semblons associés.

Patrice Yengo, anthropologue, est chercheur associé à l’Institut des mondes africains de l’EHESS. Enseignant en pharmacologie à la faculté de médecine de Brazzaville, il s’est ensuite orienté vers l’anthropologie médicale puis politique. Il a soutenu une thèse en anthropologie politique, suivie d’une habilitation à diriger des recherches, et d’une résidence à l’Institut des études avancées de Nantes (2010-2012). Dernier ouvrage : Les mutations sorcières dans le bassin du Congo – Du ventre et de sa politique aux éditions Karthala en 2016.

Quand les pratiques rentrent dans le patrimoine

Problèmes et méthodes

Le 7 décembre 2018

Salle du conseil, bâtiment LLSHS, UPPA Pau.

Journée d’étude coordonnée par Patricia Heiniger-Castéret et Mathilde Lamothe dans le cadre du programme FEDER TCV-PYR

Le patrimoine culturel immatériel engage les chercheurs, qu’ils soient universitaires ou issus des métiers du patrimoine, à observer les pratiques vivantes sous l’angle de la patrimonialisation.

Cette construction en œuvre doit être questionnée à partir du chercheur comme du praticien, par ailleurs l’action culturelle, elle, s’appuie sur les données produites pour créer des outils de valorisation.  

Cette journée d’étude, à travers différents terrains et exemples, abordera ces axes de questionnements.

Terrains tsiganes

Revue Ethnologie française

Ethnologie française 2018/4 (N° 172)

Coordinateurs du dossier : Martin Olivera (Université de Paris VIII) et Jean-Luc Poueyto (Université de Pau et des Pays de l’Adour, ITEM EA 3002)

Pages : 192

Éditeur : Presses Universitaires de France

Mise en ligne : 05/10/2018

ISBN : 9782130802150

Sommaire

Depuis le milieu des années 1970, l’ethnologie des Tsiganes a produit un certain nombre de monographies qui, toutes, ont en commun de montrer comment les x (nom de la communauté spécifiquement étudiée : Rom KalderashSlovensko RomaRom GaboriGadjkene Manouches, etc.) construisent, matériellement et symboliquement, leur différence au sein d’une société. La rencontre (la fameuse rencontre ethnographique) se fait en effet avec une communauté particulière, et non avec les Tsiganes (ou les Gitans, les Roms… tout autre terme générique), c’est-à-dire la totalité. L’ethnologue observe les Tsiganes entre eux, et les Tsiganes entre eux ne s’appellent pas « Tsiganes ». Une affirmation, parfois explicite, le plus souvent implicite, ressort de l’ensemble de ces travaux : le niveau de la totalité n’est pas celui de la réalité des rapports sociaux. Autrement dit : les Tsiganes n’existent pas. Ils sont une invention des sociétés au milieu desquelles ils vivent, en l’occurrence les sociétés européennes. D’ailleurs, les travaux qui s’intéressent à l’« image des Tsiganes » nous en apprennent plus sur les fantasmes de ces sociétés que sur la réalité de ceux auxquels cette étiquette est attribuée.

Une ethnologie des Tsiganes est-elle dès lors possible ? C’est à ce défi que s’attelle ce numéro important de la revue Ethnologie française.

Au-delà des vestiges fauniques

Les divers marqueurs de l’élevage en archéologie

Le 28 novembre 2018

Séminaire des équipes GRENES et STEP et du Master PPA – Nice

Programme

9h15 Manon VUILLIEN (Université Côte d’Azur, CNRS, CEPAM, Nice), Lionel GOURICHON (Université Côte d’Azur, CNRS, CEPAM, Nice) et Cédric LEPÈRE (Université Côte d’Azur, CNRS, CEPAM et EVEHA)
Introduction

9h30 Mélanie LE COUÉDIC (Université de Pau et des Pays de l’Adour, CNRS, ITEM, Pau)
Des corrélats matériels aux partages de l’espace. Modélisation de parcours de troupeaux à partir de sources ethnographiques et historiques

10h15 Claire DELHON (Université Côte d’Azur, CNRS, CEPAM, Nice)
La chèvre et le chou : les végétaux dans l’élevage néolithique

11h15 Nicolas LAINE (Collège de France, CNRS, EHESS, LAS, Paris et IRASEC, Bangkok)
Repenser la domestication animale : les communautés homme-éléphant en Asie

14h15 Carlos TORNERO (IPHES, Tarragona)
Tracing life-stories from past herds: isotopic glints of light on pastoral herding systems

15h Léa DRIEU (BioArCh, Department of Archaeology, University of York)
Transformer, servir et consommer les graisses animales dans les céramiques: un exemple du Néolithique moyen bourguignon (Clairvaux XIV, Jura)

Affiche PDF du séminaire

Joseph Peyré l’Africain (1892-1968)

Colloque international

Du 6 décembre 2018 au 7 décembre 2018

HOMMAGE POUR LE 50e ANNIVERSAIRE DE LA MORT DE L’ÉCRIVAIN DANS LE CADRE DES COMMÉMORATIONS NATIONALES 2018

Paris:

  • La Courneuve / Amphi. des Archives Diplomatiques (6 décembre)
  • Les Invalides / Auditorium Austerlitz (7 décembre)

Ce colloque international et interdisciplinaire prendra comme base de réflexion le corpus des œuvres de Joseph Peyré afin d’étudier la présence de la France dans le Nord de l’Afrique avant les années 50. Et ce, compte tenu du lien très étroit qui a toujours existé avec son frère, général médecin au Sahara durant cette période de l’Histoire de France. En effet, Joseph Peyré a écrit L’Escadron blanc (Prix de la Renaissance, 1931), sous les conseils avisés et très percutants de son frère Emile, lors d’un de ses séjours dans son village natal d’Aydie, d’où l’importance de cette union entre le littéraire et le militaire, le monde factuel et historique et l’univers des représentations.

Dans l’œuvre de Joseph Peyré, l’histoire de la France est transmise sous les grandes valeurs qui ont fait l’honneur de l’Armée française au Sahara, parmi lesquels, l’humanisme a joué un rôle prééminent. L’œuvre littéraire et journalistique de Joseph Peyré constitue assurément de nos jours un patrimoine digne d’être inventorié et remis en lumière. Et ceci, non seulement en tant que documents historiques, en tant que mémoire de la présence française en Afrique, et bien évidemment, en tant qu’objet littéraire et culturel.

Le colloque « Joseph Peyré l’Africain » entend aborder ces questions sous des différentes perspectives d’étude disciplinaires, entrecroisant les méthodologies, les corpus et les approches des historiens, des anthropologues, des militaires et des littéraires.

Il se donne également pour objectif de rassembler les différents acteurs, les personnes qui en représentent la mémoire historique et chercheurs de plusieurs disciplines et les membres de la société civile et les associations françaises et centres en contact avec le Maroc, l’Algérie et la Tunisie. Citons, entre autres, la Fondation pour la mémoire de la Guerre d’Algérie, des combats du Maroc et de Tunisie, l’Association La Khoumia, le Centre de Documentation pour la Mémoire de l’Algérie, la Fundación andaluza Gordion. Oriente y Occidente de l’Universidad de Sevilla et le Laboratoire Identités, Territoires, Expressions, Mobilités (ITEM, EA 3002) de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

La présence d’environ 30 communicants (dont la majorité des chercheurs de renommée internationale) de différentes disciplines et l’implication active des associations d’anciens méhariste et goumiers, entre autres, permettra, de diversifier les perspectives, ainsi que de nourrir des liens et des échanges constructifs.

Une table ronde clôturera le colloque.

Inscription obligatoire auprès de Mme. Fleur Duplantier
avant le 3 décembre

Circa Uillam 2018

Croyances religieuses dans les villae de l’aire circumpyrénéenne durant l’Antiquité

Du 15 novembre 2018 au 16 novembre 2018

En collaboration avec:
Le Laboratoire d’Excellence Archéologie et Histoire de la Méditerranée et de
l’Égypte anciennes (Labex ARCHIMEDE), le Musée de Catalogne,
L’université de Girona, l’Institut Català de Recerca en Patrimoni Cultural.
Partenaires :
Communauté de Communes des Luys-en-Béarn

L’architecture des uillae, leurs soubassements économiques, leur emprise sur les territoires environnants ont été beaucoup interrogés ces dernières années, en particulier lors des rencontres Circa Uillam. Le millésime 2018 portera son attention sur l’univers religieux de ces établissements, dans le prolongement de la rencontre de 2013 (CV 2013 tenu à Banyoles) consacrée au thème suivant : « nécropoles et monde funéraire en milieu rural ». Les principaux objectifs poursuivis lors de la rencontre de 2018 peuvent être résumés de la façon suivante :

  • Rassembler des documents trop souvent inédits et dispersés, les relier précisément à leur contexte de découverte et les inscrire dans le cadre d’étude des uillae, toujours privilégié par Circa Uillam.
  • Tenter de mieux comprendre les attentes spirituelles spécifiques des groupes concernés par les cultes et gestes religieux, détectés grâce aux sources archéologiques. L’inertie culturelle, souvent mise en avant, pourra être confrontée ainsi aux fonctions anthropologiques de ces conduites.
  • Cerner, dans la mesure du possible, l’évolution des croyances et des pratiques religieuses des ces établissements. Un intérêt particulier pourrait être porté aux périodes charnières qui voient le passage des pratiques protohistoriques à celles qui s’imposent désormais dans les uillae puis, bien plus tard au passage du polythéisme au christianisme.

Le cadre géographique transfrontalier et péri-pyrénéen habituel des ces rencontres pourra être dépassé lorsqu’il paraîtra nécessaire aux organisateurs d’éclairer tel ou tel aspect de la question.

Voir le programme

Sorcellerie, Pouvoirs

Ecrits & représentations

Textes réunis par Abel Kouvouama, Gisèle Prignitz et Hervé Maupeu

Les discussions interdisciplinaires autour de la question de la sorcellerie, ses rapports à l’écrit, aux représentations artistiques, idéologiques et politiques permettent dans cet ouvrage de questionner un objet d’étude récurrent dans le champ des sciences sociales et humaines.

Comment la sorcellerie est-elle appréhendée dans les sciences sociales et les humanités ? Quelles images véhiculent-elle ? Naguère, la sorcellerie fut longtemps associée au monde rural et à l’oralité. Cela n’est plus guère le cas. Depuis une vingtaine d’années, les études sur la sorcellerie en Europe, en Afrique et en Amérique se sont multipliées montrant son omniprésence, en particulier dans les secteurs de la « modernité » dans les villes. Des travaux ont interprété la sorcellerie comme un mode d’acclimatation et de vernacularisation de l’État. Elle se serait également nichée dans les domaines les plus complexes et internationalisés du capitalisme. Elle était aussi traditionnellement associée à l’oralité, car la sorcellerie est toujours en lien avec une situation d’énonciation. Or, au coeur de cette modernité, on retrouve inévitablement l’écrit. La sorcellerie, en tant qu’« idéo-logique » est aussi parole qui n’est ni de savoir, ni d’information, mais de pouvoir. Il y a lieu alors de s’interroger sur la manière dont la parole sorcellaire écrite devient un enjeu de pouvoir, « une pratique de puissance », de s’interroger aussi sur les modalités de sa légitimation, afin de savoir quel type d’écrit est susceptible de devenir support de pratiques sorcellaires et à quel type de savoir il réfère. Indépendamment du recours à l’écrit comme support de pratique, la sorcellerie fait aussi l’objet de représentations littéraires écrites qui la mettent en scène et la font fonctionner doublement comme système théorique explicatif du monde ou, au niveau de l’expérience quotidienne, comme pratique. De façon récurrente, les représentations de la sorcellerie ont souvent été au coeur des logiques de pouvoir, en ce que la sorcellerie est perçue comme un mode d’actualisation des conflits réels et symboliques, un langage des conflits sociaux. La force de ces représentations permet-elle d’avoir accès à une certaine « vérité » de la sorcellerie?

Ce sont autant de questions et de lectures interdisciplinaires qui ont sollicité les compétences de plusieurs enseignants-chercheurs et chercheurs. C’est pourquoi, les travaux rassemblés ici prennent en compte à la fois les dimensions historique, juridique, littéraire et politique dans l’étude de la question de la sorcellerie.

Presses Universitaires de Pau et des Pays de l’Adour

Bon de commande

Novembre 2018, 223 pages, 20 EUR

ISBN 0 2-35311-098-3

Protestants et protestantisme

Protestants et protestantisme dans le sud aquitain au XIXe siècle. Une minorité plurielle

par Hélène Lanusse-Cazalé

À partir de l’exemple du Sud aquitain, véritable condensé des sensibilités protestantes de l’Europe du XIXe siècle, une analyse multi-scalaire permet d’appréhender les processus de réintégration et d’affirmation du protestantisme qui, au terme d’un siècle de persécutions et de clandestinité, devient une confession reconnue. De la promulgation des Articles organiques du 18 germinal an X à la Séparation des Églises et de l’État, l’étude du pluralisme protestant permet de définir de nouveaux espaces ainsi que de nouvelles et multiples formes de structuration institutionnelle. L’existence de lignes de partage externes, visibles au travers des modalités de coexistence, et internes, par les points de tension inhérents à cette pluralité, révèle, quant à elle, les différents traits d’une identité protestante qui ne se conçoit que dans la diversité. Au-delà de ses divergences, cette minorité active fait preuve d’une vision collective et spatiale : par la création d’un territoire concurrent de l’Église catholique, par sa reconstruction institutionnelle, par ses réseaux, par ses engagements politiques, par la relecture de son histoire, elle se forge une identité originale et prétend jouer un rôle moteur dans la société de son temps.

  • Editeur : PUR (Presses universitaires de Rennes)
  • Édition : 1 (8 novembre 2018)
  • Collection : Histoire
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2753575126


Passages et Frontières en Aquitaine

Expériences Migratoires
Lieux de Transit

Cultures, Arts et Sociétés – 8

sous la direction de Laurent Dornel

En France, l’histoire des migrations a été largement dominée par la question de l’« intégration » et s’est focalisée pour l’essentiel sur l’installation ou la fixation des migrants, ce qui a conduit à délaisser quelque peu les autres formes d’expériences migratoires moins linéaires et plus temporaires, transitaires.

Cet ouvrage, qui a mobilisé des chercheurs français et espagnols, un réseau associatif (le Rahmi) et le Musée d’Aquitaine, se propose de changer d’angle d’approche et d’aborder la question migratoire en Aquitaine à partir d’une histoire des passages et des frontières depuis le début du XIXe siècle jusqu’à nos jours. Tenter une histoire au long cours des expériences migratoires, des lieux de transit et des circulations permet aussi d’interroger notre rapport à l’Autre, en un temps où les sociétés européennes se ferment et laissent la Méditerranée devenir un cimetière.

Presses universitaires de Pau et des Pays de l’Adour

ISBN : 2-35311-095-9

Octobre 2018, 335 pages, 26 EUR

Exposition Titus Carmel

Pictura/Poesis

Du 8 novembre 2018 au 10 février 2019

Ce projet décliné en deux volets a pour objectif d’étudier et de présenter à un large public l’œuvre de l’artiste et poète Gérard Titus-Carmel:

  • un colloque international les 7, 8 et 9 novembre 2018 en présence de l’artiste
  • une double exposition du 8 novembre 2018 au 10 février 2019 sur deux sites: au Château de Pau (Maison Baylaucq) et à la Commanderie de Lacommande.


L’exposition réalisée en partenariat avec l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et le Conseil départemental des Pyrénées-Atlantiques, sollicite l’intérêt du visiteur pour une réflexion sur le livre dans tous ses états et dans toutes les étapes de sa naissance en tant qu’œuvre et illustration: manuscrits, premières épreuves, dessins, estampes, reliures etc. Au total, ce sont 40 à 100 pièces, la plupart de petites dimensions, accrochées au mur ou placées en vitrine, qui constitueront la matière d’une installation elle-même conçue comme une œuvre unique.

Le projet est placé sous la responsabilité d’Isabelle Chol (UPPA, ALTER) et de Sabine Forero Mendoza (UPPA, ITEM) assistée de Solène Neveux, Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Autour de l’exposition

Les visites-conférences

Pour une découverte approfondie de l’exposition en compagnie d’une conférencière
à 14h30 le lundi 19 novembre 2018 (cette séance est réservée aux membres de l’UTLA)
à 15h les jeudis 15 et 29 novembre, lundi 3 et jeudi 13 décembre 2018, jeudi 17 janvier 2019

Le mardi des arts graphiques
à 14h30 mardi 15 janvier 2019
A travers l’œuvre d’un artiste qui s’attache au livre et à l’élaboration d’un mode d’illustration et de composition qui lui est propre, la visite-conférence se propose de considérer le processus des arts graphiques, du dessin à l’impression, sous l’angle de la création contemporaine.

Le colloque international
Titus Carmel, l’épreuve et la nécessité
mercredi 7 novembre 2018 au château de Pau, salle de conférences
jeudi 8 et vendredi 9 novembre 2018 à l’Université de Pau
En savoir plus à propos du colloque

 Informations pratiques :

Télécharger le fichier «exposition Titus Carmel programme.pdf» (205.5 KB)

Type de public: Pour tous

Tarifs: Gratuit

Horaires d’ouverture: Maison Baylaucq, tous les jours (sauf 25/12 et 01/01) de 10h à 12h et de 13h30 à 17h – Commanderie de La Commande, les mercredis, samedis et dimanches de 15h à 18h

Colloque international Principautés

Gouverner et administrer les principautés en France méridionale à la fin du Moyen Âge (fin XIIIe – début XVIe siècle)

Du 7 novembre 2018 au 9 novembre 2018

Organisé par V. Lamazou-Duplan, D. Bidot-Germa (Université de Pau et des Pays de l’Adour – ITEM EA 3002), P. Courroux (Southampton University-British Academy, membre associé ITEM EA 3002), en collaboration avec le Musée national et domaine du Château de Pau.

Mercredi 7 novembre 2018, à partir de 14h, Université de Pau et des Pays de l’Adour, Amphithéâtre de la Présidence

Jeudi 8 et vendredi 9 novembre 2018, à partir de 9h, Château de Pau, salle des conférences

Ce colloque réunira une vingtaine de chercheurs français et étrangers qui s’intéressent aujourd’hui aux principautés méridionales pour proposer une première synthèse nourrie par les comparaisons (points communs, différences et spécificités), en décloisonnant les aires géographiques (France du sud de la Loire, Guyenne comprise, comparaisons avec l’Italie, la péninsule Ibérique…), les disciplines (histoire, diplomatique et archivistique, histoire de l’art…). Autour des thématiques du gouvernement et de l’administration des principautés méridionales, les communications s’organiseront autour des axes suivants : les sources, les modalités et les enjeux du gouvernement ; les cours et le spectacle du pouvoir princier ; les relais du pouvoir. Une table-ronde entre historiens, archivistes (AD 64 et AGN de Pampelune) et conservateurs (Musée national du Château de Pau) portera sur les problématiques de conservation et de valorisation des archives et des collections princières autour de l’exemple des Foix-Béarn-Navarre.

Alors que sont recomposées aujourd’hui de grandes régions, parfois jugées composites et trop vastes, il n’est pas sans intérêt d’étudier celles que certains convoquent comme leurs ancêtres, ces principautés territoriales médiévales, non moins hétérogènes, et que le prince, pivot de tout pouvoir qui s’y développait, parcourait alors à cheval en plusieurs journées.

Contact : item @ univ-pau.fr   Tel : 05 40 17 52 21

Programme

S’inscrire

Lucas Bwire, E-Ambassadeur de Campus France

Depuis 2010, Campus France est l’agence nationale pour la promotion de l’enseignement supérieur français à l’étranger, l’accueil des étudiants et des chercheurs étrangers en France et la mobilité internationale. Elle est sous tutelle des ministères de l’Europe et des Affaires étrangères et de lʼEnseignement supérieur, de la Recherche et de lʼInnovation.

Lancé en septembre 2017 par Campus France, le blog des E-Ambassadeurs offre les témoignages d’étudiants étrangers actuellement en séjour d’études en France: arrivée, logement, job, culture, voyages etc.

Lucas Bwire, doctorant à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour vient d’être nommé E-Ambassadeur et va enrichir cette communauté de blogueurs.

Diplômé en éducation et lettres à la Kenyatta University au Kenya, spécialisé en histoire et en langue kiswahili, Lucas Bwire arrive en France en septembre 2015. Passionné par la culture et la langue française, il obtient rapidement un master Master 1 en Civilisations et Sociétés et d’un Master 2 en Histoire, Civilisations et Patrimoine à l’UPPA.En 2017, seul au milieu de candidats économistes et scientifiques, il se place second sur la liste d’obtention d’une bourse de thèse du gouvernement français et poursuit aujourd’hui ces études de doctorat en archéologie (intitulé de thèse : Archéologie préventive, l’étude d’impact et la gestion du patrimoine culturel : une analyse comparative de la politique publique entre Kenya et France).

En 2017, seul au milieu de candidats économistes et scientifiques, il se place second sur la liste d’obtention d’une bourse de thèse du gouvernement français. Membre du laboratoire ITEM EA3002, il poursuit aujourd’hui ces études de doctorat en archéologie (intitulé de thèse : Archéologie préventive, l’étude d’impact et la gestion du patrimoine culturel : une analyse comparative de la politique publique entre Kenya et France).

« En tant qu’étudiant de l’histoire et du patrimoine culturel, avec la reconnaissance de la langue comme le meilleur outil à la disposition d’un être humain, seul le temps peut limiter ce que je dirai en tant qu’un E-Ambassadeur ».

Voici son premier billet:  “Gérer votre temps pour réussir vos études en France”


Colloque international Gérard Titus-Carmel

L’épreuve et la nécessité

Du 7 novembre 2018 au 9 novembre 2018

Org. : S. Bédouret Larraburu, M.-A. Bissay, I. Chol, S. Forero Mendoza

Gérard Titus-Carmel, né en 1942, est un artiste (dessinateur, graveur, peintre) et poète contemporain de renommée internationale. Son œuvre plastique s’est progressivement construite depuis la fin des années 1960 et au cours des années 1970 (La Grande bananeraie culturelle ou, entre autres, The Pocket Slize Tlingit coffin qui a suscité un échange fécond avec Jacques Derrida). Elle interroge le rapport au modèle et à sa représentation, elle met en scène des jeux d’altération, de rupture et de ligature. En empruntant les voies du dessin, de la gravure et de la peinture, elle s’est poursuivie, de suites en séries, jusqu’aux œuvres récentes (La Bibliothèque d’Urcée, la série des Feuillées ou des Brisées, Viornes & Lichens, Ramures ou Labyrinthes) qui sont autant de variations autour d’un motif permettant d’explorer les « lieux de mémoire », l’espace du paysage et les cycles du temps, d’ « élucider le mystère de notre présence au monde » (Au Vif de la peinture, à l’ombre des mots, 2016, p. 725), et, notamment, de trouver prolongement dans un dialogue fructueux avec Yves Bonnefoy.

La démarche esthétique et philosophique de Gérard Titus-Carmel s’exprime également dans de très nombreux écrits sur l’art, dans des notes et commentaires. S’il a toujours mené de concert l’écriture et la poésie avec son activité de dessinateur, de graveur et de peintre, il accompagne aussi les œuvres d’écrivains avec lesquels il réalise des « livres de dialogue ». Gérard Titus-Carmel a ainsi publié une cinquantaine d’ouvrages parmi lesquels figurent une vingtaine de recueils de poésie, depuis La Tombée (1987) jusqu’au dernier, & Lointains (2016), qui l’inscrivent parmi les poètes majeurs de sa génération. Explorant la question du fragment et de l’éclat, de la mémoire et de l’oubli, de la présence au monde, ses livres de poésie témoignent du souci constant de leur agencement, comme en écho à cette expérience du jardin relatée dans L’ordre des jours (2008, p.70-71) : « Tu devenais chaque fois un peu plus la médusante figure géométrique de ce monde indéchiffrable et tu te reconnaissais dans l’ordre secret qu’ordonnançaient si innocemment toute sa complexité & sa violence cachée ».

Gérard Titus-Carmel est ainsi à la fois et pleinement plasticien et poète. C’est son activité aux multiples facettes que le colloque international et pluridisciplinaire Gérard Titus-Carmel, l’épreuve et la nécessité entend interroger, quant à sa cohérence et quant à ses enjeux esthétiques et éthiques. Cette manifestation scientifique d’envergure s’attachera à confronter les différentes pratiques de l’artiste, pour en montrer la spécificité et en explorer l’articulation. Deux mots-clés, régulièrement employés par Gérard Titus-Carmel, constituent le cadre d’un questionnement qui répond à la rigueur de composition de l’œuvre en sa diversité et qui favorise toutefois une investigation ouverte. L’épreuve renvoie à la fois à l’expérience (faire l’épreuve de, mettre à l’épreuve), susceptible de se construire par retouches et tentatives recommencées, mais elle désigne aussi, dans le domaine de la gravure, la feuille d’essai imprimée qui permet à l’artiste de juger de la qualité ou de l’avancement de son travail. La nécessité, quant à elle, dit l’indispensable mais aussi la privation, de sorte que le mot est apte à souligner l’exigence d’une œuvre conçue comme une quête de la beauté, autre terme cher à Gérard Titus-Carmel et qu’il associe, dans ses écrits, à celui de nécessité. Reliés par la simple coordination et, les deux mots épreuve et nécessité peuvent s’entendre séparément ou ensemble, qu’ils soient envisagés dans leur simple complémentarité ou dans leur dépendance réciproque. Ils permettent ainsi d’explorer une œuvre quantitativement et qualitativement fort importante et qui reste en continuelle évolution.

Ce colloque, auquel Gérard Titus-Carmel nous fait l’honneur de prendre part, est organisé par l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (CRPHLL-ALTER, ITEM, Fédération de recherche EFM), en collaboration avec l’Ecole Supérieure d’Art des Pyrénées et l’EA CLARE de l’Université de Bordeaux Montaigne.

Il sera accompagné d’une exposition multi-site d’œuvres de Gérard Titus-Carmel et de tables rondes permettant un dialogue avec les éditeurs, écrivains et artistes qui lui sont proches.

Comité d’organisation

Sandrine Bédouret-Larraburu (Maître de Conférences, Université de Pau et des Pays de l’Adour, CRPHLL)

Marie-Antoinette Bissay (Membre associée CRPHLL)

Isabelle Chol (Professeur des Universités, Université de Pau et des Pays de l’Adour, Directrice du CRPHLL)

Jean-François Dumont (Directeur de l’ESAP)

Sabine Forero Mendoza (Professeur des Universités, Université de Pau et des Pays de l’Adour, ITEM, Directrice adjointe de la Fédération Espaces, Frontières, Métissages)

Jean Khalfa (Professeur, Université de Cambridge, Royaume-Uni)

Pierre Sauvanet (Professeur des Universités, Université Bordeaux Montaigne, Directeur adjoint de CLARE)

Comité de lecture

Béatrice Bonhomme (Professeur des Universités, Université de Nice Sophia Antipolis, France)

Giovanni Dotoli (Professeur des Universités, Université de Bari, Italie)

Jacques Dürrenmatt (Professeur des Universités, Université Paris-Sorbonne, France)

Denis Laoureux (Professeur des Universités, Université Libre de Bruxelles, Belgique)

Jérôme Thélot (Professeur des Universités, Université Lyon 3, France)

Emma Wagstaff (Maître de Conférences, Université de Birmingham, Royaume-Uni)

Télécharger   TITUS CARMEL programme

Contacts

isabelle.chol @ univ-pau.fr

sabine.forero-mendoza @ univ-pau.fr

Colloque ANR AcRoNavarre

Conseils des États « médians » dans l’Europe de la Renaissance


Les 16 et 17 novembre 2018, un colloque international aura lieu à Pampelune pour proposer une première analyse comparée des Conseils des États « médians » dans l’Europe de la Renaissance.

Organisée par la Casa de Velázquez et l’Université de Pau et des Pays de l’Adour en partenariat avec l’Universidad Pública de Navarra dans les locaux de l’Archivo Real y General de Navarra (Gobierno de Navarra), cette rencontre scientifique est le second grand évènement du projet AcRoNavarre, financé par l’Agence nationale de la Recherche (ANR), que coordonne le professeur Philippe Chareyre (UPPA, EA3002 ITEM) entre 2017 et 2020.

La croissance du pouvoir souverain (royal et princier) en Europe depuis la fin du XVe siècle et pendant tout le XVIe siècle, s’inscrit dans le processus de formation de l’État moderne. Dans un continent constitué, en grande partie, d’États composites, ce mouvement s’est traduit, entre autres, par des réformes institutionnelles, comme celles relatives aux Conseils qui entouraient les souverains, leurs régents, et leurs représentants, vice-rois, lieutenants généraux, gouverneurs.

S’appuyant sur les acquis d’une historiographie récemment renouvelée, ces deux journées approfondiront de manière inédite l’étude des « États médians » qui survivent en marge des grands États européens, en s’attachant à éclairer particulièrement la composition, le fonctionnement et les attributions des Conseils installés dans des pays comme la Navarre, le Béarn, la Savoie, la Transylvanie, etc., en s’attachant à déceler leur capacité d’innovation et à évaluer le degré d’influence de leurs puissants voisins.

Quinze universitaires venant de cinq pays (Espagne, France, Angleterre, Italie, Hongrie) traiteront de la conception des pouvoirs des Conseils princiers à la Renaissance, puis envisageront les différentes pratiques ainsi que leurs évolutions, développements et adaptations, avant d’évoquer les fonctions et les activités des divers membres des Conseils.

Télécharger le programme

@acronavarre1

Blog :   https://acronavarre.hypotheses.org/

 

BDA 2018

Les 34-èmes journées de la conférence « Gestion de Données – Principes, Technologies et Applications » (BDA 2018), rendez-vous incontournable de la communauté gestion de données en France, auront lieu cette année en Roumanie, du 22 au 26 octobre 2018, à l’Université Politehnica de Bucarest.

Cette édition est organisée à Bucarest en collaboration avec la Faculté d’Automatique et Informatique de l’Université Politehnica Bucarest, à l’initiative des chercheurs roumains, nombreux et actifs dans la communauté scientifique française en gestion de données. Elle met à l’honneur les liens entre les deux communautés scientifiques nationales dans ce domaine et offre l’opportunité de mieux se connaitre, de renforcer ces liens, de découvrir une culture, un pays.

Retrouver le programme : https://bda2018.ensea.fr/programme/

A noter (dans le cadre des programmes FEDER TCV-PYR :

Session 6 : Corpus, versioning

Mercredi 24 octobre, 13h30-15h00

Tiphaine Van De Weghe, Marie-Noëlle Bessagnet and Philippe Roose. Des données particulières : les données de la recherche en Sciences Humaines et Sociales

Un monde en Transition(s) ?

Cahier d’Histoire Immédiate N°51

La revue Cahier d’Histoire Immédiate est rattachée depuis le 1er janvier 2017 au laboratoire Identités Territoires, Expressions, Mobilités de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (ITEM, EA 3002). Elle est publiée avec l’appui de l’éditeur Cairn.


Sous la direction de Laurent Jalabert

La notion de transition environnementale induite par les débats sur les changements climatiques est devenue un terme un peu fourre-tout, très médiatique, visant à intégrer des réflexions venues des différents champs de la recherche autour des mutations énergétiques planétaires. Cette focalisation ne doit pas masquer que l’usage du terme « transition(s) » a été très largement utilisé par la recherche notamment historique. Les transitions « démographiques », « démocratiques » etc., ont été
souvent évoquées comme des marqueurs forts et souvent pertinents de la réflexion scientifique. Aujourd’hui, la notion est omniprésente : transition citoyenne, transition touristique, transition urbaine (ou villes en transition), transition écologique, transition numérique, etc. La société civile s’empare avec la même force du terme. Ce numéro des Cahiers d’histoire immédiate, dont l’objectif est de comprendre le monde des trente dernières années par un regard historique, questionne donc les « transition(s) » au travers de quelques réflexions thématiques, tant sur les aspects environnementaux que politiques.

Format16 x 24 cm
Nombre de pages112
Date de parutionjuillet 2018
Type de brochurebroché

Mort et mémoire du prince médiéval

École thématique – 13/14 décembre 2018, Pampelune

Mort et mémoire du prince médiéval –
Quatre scénarios singuliers

Programme SEPULTUS

Inscriptions ouvertes jusqu’au 2 novembre 2018

Programme SEPULTUS
Enterrer le Prince en France et en péninsule Ibérique (Xe-XVe siècle)
Une analyse comparative

Session 2018 Mort et mémoire du prince médiéval. Quatre scénarios singuliers

Coordinateurs du Programme SEPULTUS :
Fermín MIRANDA GARCÍA (Universidad Autónoma de Madrid), Véronique LAMAZOU-DUPLAN (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
Coordinateurs de l’École thématique :  Fermín MIRANDA GARCÍA (Universidad Autónoma de Madrid), María Teresa LÓPEZ DE GUEREÑO SANZ (Universidad Autónoma de Madrid), Eloísa RAMÍREZ VAQUERO (Universidad Pública de Navarra) 
Org. : Proyecto MIGRAVIT (HAR2016-74846P), Universidad Autónoma de Madrid, École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid)
Coll. : Archivo Real y General de Navarra (Gobierno de Navarra), Arzobispado de Pamplona-Tudela.


Accéder au formulaire

Pour toute information logistique, contacter Diego Rodríguez-Peña
diego.rodriguez-penna@uam.es – +34 91 497 5675

Présentation générale du programme SEPULTUS

Bien que la thématique de la mort en tant que sujet historiographique ait une longue histoire, les programmes MIGRAVIT et SEPULTUS tentent de concentrer leurs objectifs dans une perspective très précise liée à une question d’une grande actualité dans le domaine de la recherche en sciences humaines : la construction du pouvoir. L’objectif est donc d’analyser l’usage de la mort comme instrument de représentation du pouvoir politique au plus haut niveau, celui de la Couronne, celui des principautés territoriales, dans son articulation aux valeurs politiques et culturelles collectives.

Autour de la mort princière, les élites dominantes sont capables de construire un discours et des modèles de représentation et de propagande permanents ou temporaires destinés à renforcer ces instruments et à les transformer en modèles de continuité et de transformation intéressés.

La méthode d’analyse choisie vise à une perspective de claire interdisciplinarité (histoire, histoire de l’art, littérature, codicologie, épigraphie, anthropologie, archéologie, musique, etc.) qui permet de construire un prisme interprétatif plus large et une analyse plus approfondie.

Page Web : http://migravit.com

Présentation de l’École thématique

L’objectif de l’atelier est d’initier les  inscrits au doctorat et master 2 (maximum 20) aux multiples sources utilisées par les chercheurs dans leur analyse de la mort des élites médiévales. Compte tenu de la ligne pluridisciplinaire choisie, celles-ci peuvent être de natures très différentes et, donc de même, les angles d’approches. Aujourd’hui, le chercheur ne peut rester indifférent aux virtualités offertes par la multidisciplinarité et donc les possibilités d’analyse ouvertes à toute enquête, quel que soit le sujet du travail.

La « mort des princes » n’est que l’un des nombreux exemples possibles. Les scénarios choisis ouvrent également à des monuments funéraires (ceux de Charles III et d’Eléonore, de l’évêque Barbazán, du chancelier Villaespesa, de la crypte des maréchaux) autour desquels les sessions de travail seront construites comme autant d’éléments singuliers qui permettent, à leur tour, d’articuler des discours plus larges, généralité et singularité étant retenus comme postulats de travail.

Formateurs

  • Ariel Guiance (CONICET) 
  • Eloísa Ramírez Vaquero (Universidad Pública de Navarra) 
  • Érika López (Universidad Autónoma de Madrid) 
  • Fernando Serrano (Universidad de Alcalá) 
  • Herminia Vilar (Universidade de Évora)
  • Isabel Ruiz de la Peña (Universidad de Oviedo) 
  • Véronique Lamazou-Duplan (Université de Pau et des Pays de l’Adour) 
  • Carmen Benítez (Universidad de Sevilla) 
  • Margarita Cabrera (Universidad de Córdoba) 
  • Armando González (Universidad Autónoma de Madrid) 
  • M. Teresa López de Guereño (Universidad Autónoma de Madrid)
  • Juan Carlos Asensio (Escola Superior de Música de Catalunya) 

Conditions pratiques

Inscriptions ouvertes jusqu’au 2 novembre 2018 (18h – heure de Madrid) via le formulaire en ligne

Les sessions se dérouleront à Pampelune (13 décembre) et à Tudela (14 décembre).

L’organisation prévoit le transport entre les deux sites.
L’inscription est gratuite.

L’hébergement, en chambre double, les petit-déjeuner et déjeuner sont pris en charge par l’organisation.

Les participants inscrits prennent en charge leur voyage, de leur lieu de départ jusqu’à Pampelune.

Les sessions consistent en des cours pratiques dispensés par les formateurs sur le traitement des sources liées à différents thèmes.

Les langues de travail seront l’espagnol, le français et le portugais.

Les candidats (doctorants et étudiants en Master) seront informés de l’acceptation de leur candidature avant le 9 novembre 2018.

Lien :

https://www.casadevelazquez.org/recherche-scientifique/news/mort-et-memoire-du-prince-medieval-quatre-scenarios-singuliers/


Musées-mémoriaux : Construire une mémoire partagée ?


Journée d’étude

12 octobre 2018 – Salle du Conseil du Bâtiment des Lettres de l’UPPA

Dans le cadre du Projet  Incitatif à la  Recherche « La Mémoire des camps d’internement des années de la Seconde Guerre mondiale : étude muséographique et muséologique des mémoriaux européens », et à la suite des rencontres qui ont eu lieu les 15 et 16 février dernier à l’UPPA, le laboratoire ITEM organise le 12 octobre une journée d’étude intitulée « Musées-mémoriaux : construire une mémoire partagée ? »

Depuis une trentaine d’années, la transmission de l’histoire des camps d’internement de la Seconde guerre mondiale est entrée dans une phase muséale.  Il ne s’agit plus seulement de donner à comprendre des faits, comme le ferait un médium livresque, ni de rappeler à la mémoire, comme le ferait un simple monument, mais de donner à voir, et peut-être ressentir, des réalités particulièrement douloureuses dans l’espoir de faire accéder, au travers d’une expérience, à une prise de conscience active.  Face à un tel dessein, le risque est grand de glisser dans l’exhibition complaisante du drame, non moins grande la tentation d’adopter certains des procédés expérimentés dans la sphère du divertissement ou de reprendre, inlassablement, des dispositifs stéréotypés.

La journée d’étude qui se déroulera le 12 octobre se donne pour objectif de réfléchir de façon plus approfondie à la question de la participation du public à ces entreprises mémorielles. Quelle expérience est-il appelé à vivre ? Quel parcours lui propose-t-on de suivre, entre images et objets, écrits et témoignages oraux ? Que lui donne-t-on à voir et sous quelles formes ? Au-delà de l’injonction lénifiante  au « devoir de mémoire », comment concevoir des modes de partage permettant au  public de prendre part, bénéficier et contribuer à l’élaboration d’une mémoire partagée de ces événements, sans pour autant porter atteinte à la scientificité historique et à la véracité des faits ? De quelles manières établir un pont entre un discours savant et les représentations flottantes qui habitent les visiteurs, qu’il s’agisse de descendants de victimes, d’habitants des environs, de scolaires ou de simples touristes de passage ? Tenter de répondre à ces questions suppose de croiser des considérations muséographiques et esthétiques, des données historiques et épistémologiques, mais aussi des réflexions psychologiques, morales et politiques.  On ne saurait manquer d’évaluer le rôle que, dans ces divers processus et interactions, est susceptible de jouer la création artistique, ni d’examiner les outils de médiation mis en œuvre, tout particulièrement numériques.

Inscrit dans le programme des séminaires transversaux

Organisation : Jean-Luc Poueyto, Sabine Forero, Christel Venzal

Eaux-Bonnes. Patrimoine et villégiature thermale

Projet européen TCV-PYR. Conférence de restitution de travaux

Le 11 octobre 2018

Dans le cadre du programme de recherche européen FEDER TCV-PYR, les laboratoires ITEM et LIUPPA de l’UPPA entreprennent la réalisation d’un inventaire du patrimoine de villégiature et thermal dans le massif pyrénéen français depuis les temps modernes jusqu’à nos jours. Lancé fin 2017 en collaboration avec les régions Occitanie-Méditerranée et Nouvelle-Aquitaine et les universités de Toulouse Jaurès et Perpignan, le projet implique une douzaine de chercheurs et cinq post-doctorants. Il s’insère dans un axe sur le développement de la connaissance et de la fréquentation des Pyrénées à travers leurs atouts patrimoniaux et relève du travail de l’inventaire du patrimoine architectural et immatériel.

Un premier inventaire du patrimoine d’Ax-les-Thermes a été présenté publiquement le 14 septembre dernier par Anaïs Comet (Université Toulouse Jean Jaurès). Le 11 octobre, Viviane Delpech et Mathilde Lamothe, chercheurs au laboratoire ITEM, évoqueront la station thermale des Eaux-Bonnes, son développement, la richesse de son patrimoine bâti et paysager ainsi que les pratiques culturelles locales qui y sont liées :

Viviane Delpech « Grandeur et décadence d’une ville d’eaux impériale »

Depuis leur fondation légendaire et leur statut d’eaux d’arquebusades jusqu’à leur essor spectaculaire sous le Second Empire, les Eaux-Bonnes doivent exclusivement leur raison d’être à l’activité thermale. Tout au long du XIXe siècle, l’exploitation des eaux, d’abord pratiquée au sein de petits cabanons rudimentaires, y génère un original développement urbain associant les prérogatives haussmanniennes et les résurgences de l’architecture vernaculaire, la modernité et l’héritage local, au cœur d’un cadre naturel pittoresque plébiscité par les esprits romantiques. L’inventaire du patrimoine bâti a permis de retracer l’histoire de cette cité singulière au sommet de sa gloire dans les années 1870-1880, affectionnée par l’impératrice Eugénie et déclinant après la Seconde Guerre mondiale. Témoin matériel d’un passé prestigieux, son riche quoique vieillissant patrimoine bâti, qu’il s’agisse des constructions publiques ou privées, des décors ou des aménagements paysagers, nécessite désormais d’être reconnu et valorisé afin de rendre sa splendeur à cette ville d’eaux impériale.

Mathilde Lamothe « Usages et pratiques culturelles d’hier à aujourd’hui »

Les usages et pratiques culturelles, autrement dit le patrimoine culturel immatériel, des communautés montagnardes sont décrites par les voyageurs et curistes qui viennent à la station thermale des Eaux-Bonnes depuis le XIXe siècle. Ces observateurs fournissent une importante documentation écrite ou iconographique – à travers les lithographies, cartes postales, récits de voyage, affiches publicitaires des compagnies de chemin de fer, etc. – sur ces activités qui existaient à l’époque et conservent encore aujourd’hui leur sens social comme les transhumances, les « danses ossaloises » ou les savoirs naturalistes liés aux plantes ou aux eaux curatives. C’est d’ailleurs parfois ce regard extérieur porté sur ces expressions culturelles qui a pu faire vivre ces dernières au sein des communautés locales, en favorisant la construction d’un sentiment d’identité ou d’un discours sur elles-mêmes.

11 octobre 2018 – 18h00 – Casino des Eaux-Bonnes (64) – entrée libre

Contact : 05 59 05 32 69

Télécharger le «Carton d’invitation Eaux Bonnes.jpg» (298.3 KB)

Le miasme et l’oliban

Colloque international IMAGINES 2018   –   18-20 octobre 2018    –    Toulouse

Colloque international IMAGINES 2018
Le miasme et l’oliban. L’odeur et les sens dans la réception de l’Antiquité

L’Antiquité classique a longtemps été considérée comme étant « aseptisée », d’une blancheur immaculée : l’idéalisation dont elle a fait l’objet l’a dépouillée de sa dimension sensorielle, au profit du seul paradigme visuel. Le domaine olfactif, en particulier, a peu retenu l’intérêt des études sur la réception de l’Antiquité, en raison de son caractère évanescent et difficile à saisir. Pourtant, les odeurs que l’on prête à tel personnage ou à tel groupe social véhiculent tout un imaginaire riche et porteur de valeurs spécifiques : parfums et pestilences contribuent à façonner les façons de penser et d’agir d’une société. L’objectif du colloque sera d’explorer le rôle de l’olfaction, en relation avec les autres registres sensoriels, dans les processus de réception de l’Antiquité à l’époque moderne – que ces derniers se manifestent sous la forme d’un rejet, d’une réappropriation ou d’une idéalisation. Nous nous intéresserons de manière plus spécifique aux arts visuels et performatifs, lorsqu’ils cherchent à engager l’expérience sensorielle du lecteur ou du spectateur. Seront ainsi concernés non seulement peinture, littérature, théâtre, cinéma, mais également les nouveaux médias, dont la publicité, les jeux vidéos, les séries et comics qui renouvellent l’imaginaire lié à l’Antiquité, tout en profitant de nouveaux moyens techniques. Ce colloque international s’inscrit dans le cycle des conférences qui réunissent tous les deux ans le réseau de chercheurs européens IMAGINES, créé en 2007, dont les organisatrices du colloque sont membres. Le premier colloque, qui s’est tenu à La Rioja en 2007, portait de manière large sur la réception de l’antiquité dans les arts visuels. Depuis, les thématiques traitées se sont précisées en même temps que le champ des classical reception studies: ‘Seduction and Power’ (Bristol, 2010) ; ‘Ancient Magic and the Supernatural From the Ancient World’ (Mainz, 2012) ; ‘Sailing in Troubled Waters The Ancient Mediterranean and its Legacy in the Performing and Visual Arts’ (Faro, 2014) ; ‘The Fear and the Fury: Ancient Violence in Modern Imagination’ (Torino, 2016). Ces colloques internationaux ont donné lieu à deux publications majeures dans le champ des Classical reception studies (Knippschild et Garcia Morcillo 2013 ; Verti et Carla 2015). Ces publications sont elles-mêmes à l’origine de la création d’une collection chez Bloomsbury intitulée Bloomsbury Studies in Classical Reception. Les précédents colloques ont mis l’accent sur les processus de visualisation de l’Antiquité, laissant de côté les autres données sensorielles, qu’il s’agira donc de mettre en avant lors de la rencontre toulousaine.

Communication de Tiphaine Besnard et Fabien Bievre-Perrin le jeudi 18 octobre:

L’odeur du marbre : chaleur et sensualité des corps antiquisants au XXIe siècle

Le recours à des corps antiquisants dans les arts visuels a souvent pour objectif de susciter chez le récepteur des émotions, notamment le désir. Les statues antiques, actualisées, sont parées par les artistes de phéromones et de sueur, engendrant le fantasme. En effet, la figuration d’un corps mêlant Antiquité et chair vivante dégage indéniablement chaleur et érotisme tant dans la publicité et le cinéma, que dans l’univers singulier de l’art contemporain. Les notions de virilité, de féminité et de sexualité sont au centre de ces constructions, liées à l‘histoire de la représentation du corps antique dans la culture contemporaine. Toutefois, les approches sont différentes selon qu’il s’agit du corps et de l’odeur de femmes, d’hommes ou bien même d’hommes homosexuels.

Ces représentations, fortement influencées par le fascisme, la culture sportive, le péplum et la publicité, seront au cœur de cette communication. Elle aura notamment pour objectif de voir comment ces divers éléments sont réinvestis par les artistes afin de diffuser visuellement et sensoriellement de(s) modèle(s) de virilité et de féminité. Elle visera aussi à appréhender le regard porté par les artistes sur le passé et le présent par l’intermédiaire des différents supports visuels cités précédemment.

Du terrain à l’archive

Du terrain à l’archive : les archives de folklore et d’ethnologie en tant que pôles de recherche, d’éducation et de culture

Du 14 septembre 2018 au 16 septembre 2018

CENTRE DE RECHERCHES DU FOLKLORE HELLENIQUE DE L’ ACADEMIE D’ ATHENES  –  FER-EURETHNO

Groupe de Travail Francophone de la SIEF

XXXIème Atelier du réseau FER-EURETHNO du Conseil de l’Europe

Ière Conférence du Groupe de Travail Francophone de la SIEF

Voir le Programme et les Résumés des communications ici

Cet atelier se propose d’étudier de manière comparative, réflexive et critique les méthodes et les pratiques de collecte du matériel folklorique et de la recherche ethnographique sur le terrain européen depuis le XIXe siècle jusqu’à nos jours, ainsi que les pratiques d’archivage de divers types de matériel ethnographique (manuscrits, photos, son, film, objets).

La constitution d’inventaires thématiques concernant la culture matérielle, la vie sociale et les genres de l’oralité s’articule aujourd’hui à des processus nouveaux de transformation des données orales issues du terrain en texte ethnographique. Grâce à l’appui des technologies numériques, le rapport des chercheurs à leurs informateurs se transforme, de même que leur rapport aux sources écrites et aux résultats de la recherche. De plus la notion nouvelle de patrimoine culturel immatériel met en discussion la manière de traiter divers aspects de la culture traditionnelle. Dans la société contemporaine façonnée par les réseaux sociaux numériques, la perception et l’étude ethnographique par les scientifiques tente d’être en interaction avec le public (individus, associations, municipalités, etc.) en se réclamant de formes différentes de recherche appliquée.

Le but du colloque est non seulement épistémologique mais aussi pratique, puisqu’il s’agit d’une part de réaliser un état des lieux comparatif de la recherche européaniste en matière d’archivage ethnographique, et d’autre part de réfléchir au renouvellement possible et à l’utilité sociale des méthodes d’archivage. C’est-à-dire, en ce début de XXIe siècle marqué par des phénomènes nouveaux (globalisation, urbanisation, confrontation ou coexistence des cultures), qu’il s’agira d’examiner le rôle des archives en tant que pôles de recherche scientifique mais aussi d’éducation et de culture.

Les communications concernent les transformations et le renouvellement des méthodes de collecte, d’archivage et de diffusion des données folkloriques et ethnographiques dans différents pays européens.

Dans le cadre du projet TCV-PYR, communication de Mathilde Lamothe, le 14 septembre de 16:30 à 17:00   — Regard sur les Pyrénées thermales du XIXe au XXIe siècle : de la collecte folklorique à la confluence des inventaires patrimoniaux nationaux

Parution “Être Prisonnier civil au camp de Garaison”

Être Prisonnier civil au camp de Garaison
(Hautes-Pyrénées) 1914-1919

Durant la Première Guerre mondiale, la France considéra les Allemands, les Austro-Hongrois, les Ottomans, les Bulgares présents sur son sol comme ennemis : ils furent concentrés dans des camps, dont celui de Garaison (Hautes-Pyrénées), installé dans l’ancien couvent et établissement scolaire des Missionnaires de l’Immaculée Conception.

Il existe sur ce camp un fonds photographique tout à fait exceptionnel et très peu connu, que cet ouvrage présente en partie. Les clichés évoquent les conditions de vie au quotidien ; ils mettent en scène les internés eux-mêmes, souvent accompagnés d’une épouse, d’une compagne, d’enfants ou de parents : Garaison est un camp de familles. Un témoignage très émouvant est ainsi livré.

Des archivistes et des historiens travaillent ensemble et croisent leurs regards pour mettre en lumière l’histoire de ce lieu d’enfermement et tenter de cerner ce que la photographie peut apporter à la compréhension de cette histoire. Ils rendent ainsi hommage à ces femmes, à ces enfants, à ces hommes, dont la Guerre bouleverse la vie en raison de leur nationalité.

Une introduction générale (traduite en allemand comme la conclusion) présente le fonds photographique et les conditions de sa création, le contexte général du camp. Les photographies sont ensuite exploitées par thèmes, avec une introduction pour chaque thème, et des légendes nourries. Sont ainsi abordés : la vie quotidienne, les travaux et métiers, la sociabilité et la vie culturelle, les femmes et les enfants, les cultes, les nationalités, les échanges, les traces et lieux et un thème intitulé « sous la neige » ; un portrait-parcours d’interné complète chaque thème.
Les sources utilisées font également appel aux journaux d’internés, déjà traduits et publiés ou non ainsi qu’à des fonds complémentaires publics et privés.
Cet ouvrage résulte de la collaboration d’une équipe d’archivistes, de chercheurs et d’enseignants, très au fait de l’histoire du département (François Giustiniani, Cédric Broët, José Cubero, Thomas Ferrer, Jean-Michel Delavault,) élargie à des spécialistes (Jean-Noël Grandhomme, professeur d’histoire contemporaine à
l’Université de Nancy ; Ronan Richard, chercheur associé du laboratoire de sciences historiques Tempora (EA7468), de l’Université de Rennes 2 , Elisabeth Parinet, professeur émérite à l’Ecole Nationale des Chartes, spécialiste de la photographie) et Linde Rachel, petite fille d’internée. Cette équipe est coordonnée par Pascale Leroy-Castillo, responsable des archives du diocèse de Tarbes et Lourdes, et Sylvaine Guinle-Lorinet, maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Editeur : Cairn
Pages : 245 pages
Prix public : 30 €

ISBN :  9782350686431

Commande de l’ouvrage à adresser à:
Mme Pascale Leroy-Castillo
51, rue de Traynès
65000 TARBES
30 € (frais de port à rajouter) par chèque à l’ordre de Association Maris Stella

Colloque Joseph Peyré

Colloque international Joseph Peyré (1892-1968)

L’écriture d’un monde. Un monde d’écriture

DANS LE CADRE DES COMMÉMORATIONS NATIONALES
POUR LE 50e ANNIVERSAIRE DE SA MORT

Du 25 au 27 octobre 2018

Université de Pau et des Pays de l’Adour – Aydie

Journaliste et écrivain originaire des Basses Pyrénées, Joseph Peyré s’est profondément signalé par son regard d’humaniste. Attentif à son proche environnement  dont il tire maints principes directeurs, il n’a de cesse d’en conserver jalousement la quintessence lorsqu’il se lance à la découverte du monde qui lui est échu. Un monde notamment ébranlé par de nombreux conflits –nationaux comme internationaux- qui l’amènent tout naturellement à réagir. Un monde dont il ne peut se résoudre à voir disparaître un certain nombre de valeurs pour lesquelles il s’engage corps et âme : la personne humaine dans toute sa complexité ontologique tout autant que le milieu naturel dans l’intégrité de ses écosystèmes.

A l’écriture de ce monde, telle qu’il la largement développée tout au long de œuvre, il y a lieu d’associer l’approche de son propre monde d’écriture. En effet, ce regard pénétrant qu’il porte sur le monde se traduit stylistiquement par une écriture  que sa formation de juriste a considérablement aidé à fourbir. A ce propos l’exergue qu’il a apposé à l’ouverture de sa première œuvre de création, Sur la terrasse (1922), peut être perçue comme la matrice de la genèse de son écriture :

« Image exacte des paysages, images vaines de la rêverie,

Il n’y a entre elles que nuance d’âme ».

C’est donc dans cette voie que sont à rechercher les ressorts de son écriture tout en montrant qu’ils conviennent  parfaitement à exprimer chez Peyré une lucidité toute de générosité.

 Télécharger le programme

Bulletin d’inscription au repas à Aydie – Le temps des vendanges

Séminaire international de formation avancée – CPIM

Les cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb (VIIIe-XVe siècle)

Session 2018 : Écritures du pouvoir

Du 2 octobre 2018 au 5 octobre 2018

Coordinatrice scientifique : Véronique Lamazou-Duplan (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

Formateurs : Amaia Arizaleta (Université Toulouse – Jean Jaurès) – Pascal Buresi (CNRS (CIHAM-UMR 5648, Lyon / EHESS) – Martine Charageat (Université Bordeaux Montaigne) – Eloísa Ramírez Vaquero (Universidad Pública de Navarra) – Juan Carlos Ruiz Sousa (Universidad Complutense de Madrid).

Pour tout renseignement concernant la logistique, veuillez contacter Ghizlane Bencheikh : ghizlane.bencheikh @ u-bordeaux-montaigne.fr +33 (0)5 57 12 45 55

—————

Présentation générale

Ce séminaire vise à proposer un examen croisé des cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb durant le Moyen Âge (VIIIe-XVe siècle). Dans toute la mesure du possible, et sans jamais rien retirer aux singularités des contextes respectifs, l’étude sera fondée sur une démarche résolument comparatiste et pluridisciplinaire, associant historiens, archéologues, historiens de l’art et littéraires.

À l’encontre des approches essentialistes et différentialistes, fondées sur le mythe de l’existence de deux blocs homogènes et affrontés, il s’agira de mettre en regard différentes expériences politiques, de part et d’autre de la frontière islamo-chrétienne, afin de susciter des rapprochements, de relever des écarts, voire de révéler des situations d’interaction ou d’interdépendance, en matière de fonctionnement étatique et de culture politique, par-delà les antagonismes religieux.

Certes la référence religieuse a valeur fondatrice et imprègne institutions et idéologies de combat (jihad, Reconquista, croisade), mais les acteurs de cette histoire, au travers de leurs pratiques de gouvernement et de leurs imaginaires politiques, mobilisent des répertoires bien plus vastes et plus divers qu’il s’agira d’identifier et de mieux appréhender. C’est à l’exploration de ces cultures politiques, associant à la fois registres textuels et manifestations matérielles du pouvoir, que sont invités les jeunes chercheurs qui participeront au séminaire. Il permettra aux formateurs, doctorants et étudiants de master de se côtoyer plusieurs jours, dans le cadre de formats pédagogiques variés (conférences, présentations, ateliers).

Coord. : Daniel BALOUP (Université Toulouse – Jean Jaurès), Yann DEJUGNAT (Université Bordeaux Montaigne) et Véronique LAMAZOU-DUPLAN (Université de Pau et des pays de l’Adour).

Comité d’organisation : Amaia ARIZALETA (Université Toulouse – Jean Jaurès), David BRAMOULLÉ (Université Toulouse – Jean Jaurès), Laurent CALLEGARIN (EHEHI, Casa de Velázquez), Laurence CABRERO-RAVEL (Université de Pau et des pays de l’Adour), Anna CAIOZZO (Université Bordeaux Montaigne), Isabelle CARTON (Université Bordeaux Montaigne), Martine CHARAGEAT (Université Bordeaux Montaigne), Florian GALLON (Université Toulouse – Jean Jaurès), Fabienne GUILLÉN (Université de Pau et des pays de l’Adour).

Site web : http://www-ausonius.u-bordeaux3.fr/cpim
—————

Renseignements pratiques

La deuxième session du séminaire se tiendra à Bielle (Pyrénées-Atlantiques), du 2 au 5 octobre 2018. Elle réunira six formateurs, 12 doctorants ou jeunes docteurs, et des étudiants de Master (ces derniers étant issus des universités organisatrices).  Le séminaire est gratuit. Les institutions organisatrices assument les frais d’hébergement des participants, à Bielle.

Pour les doctorants et les jeunes docteurs dont la candidature aura été retenue, le voyage jusqu’au point de regroupement de Pau reste à leur charge. Chaque journée de travail sera partagée entre la présentation de leurs travaux par quatre doctorants ou jeunes docteurs, et les interventions de deux formateurs qui prononceront une conférence et animeront un atelier pratique (sur les sources, la bibliographie, les notions, etc.).

Les langues de travail seront le français, l’espagnol, le portugais et l’anglais.

Inscriptions closes

Pour tout renseignement concernant la logistique, veuillez contacter Ghizlane Bencheikh : ghizlane.bencheikh @ u-bordeaux-montaigne.fr +33 (0)5 57 12 45 55

—————

Présentation de la session 2018

AFFICHE-PRESENTATION-CPIM-2018

PROGRAMME-CPIM2018

Cette seconde session de l’atelier sur les cultures politiques en péninsule Ibérique et au Maghreb, du VIIIe au XVe siècle, propose d’étudier la culture et l’expérience politiques au prisme de l’écrit, des écritures du pouvoir. Les renouvellements historiographiques récents permettront d’interroger l’acte d’écrire en le replaçant dans un contexte spécifique, de soupeser le gouvernement et l’administration par l’écrit, le poids de l’écrit dans la culture politique. Les écritures du pouvoir seront envisagées dans toute leur diversité : pluralité des supports (pierre, parchemin, papier, métal, céramique, verre, tissus…), variété des formes et des modalités des pratiques de l’écrit (du brouillon au plus beau manuscrit, en passant par les actes de chancellerie ou de la pratique).

Examiner les fonctions de l’écrit, mais aussi sa réception, pose la question de sa diffusion, des destinataires et des publics, et plus largement de sa place dans la réflexion politique, la culture administrative, judiciaire…

Les écritures du pouvoir cohabitent avec d’autres formes d’expression politique (les images par exemple) ou au sein de collections dans lesquelles les gouvernants rassemblent des titres mais aussi des manuscrits et des objets (archives, bibliothèques, trésors). Cet atelier, qui croisera les disciplines et les comparaisons, permettra un retour aux sources, y compris dans leur dimension très matérielle (lieux d’écriture, matérialité des écritures produites, conservées… au service du pouvoir).

Par ailleurs, conformément à l’orientation générale de l’atelier, l’étude des pratiques et de l’imaginaire politiques sera privilégiée sur celle des discours et des représentations. La réflexion s’articulera autour de trois grandes thématiques :

  • Matérialité, nature, formes et statuts des écrits ;
  • Pratiques et praticiens de l’écrit, élaboration d’une culture administrative (formation à l’écrit ; administration par l’écrit – literacy, numeracy ; notariat ; médiation…) ;
  • Écrits, pratiques de gouvernement et imaginaires politiques.

L’atelier visera non seulement à approfondir ces thèmes et à aborder des études de cas, mais aussi, sur un plan plus méthodologique, à favoriser les comparaisons et la mise en évidence d’interactions dans une recherche constante de dialogue entre les différentes disciplines qui seront représentées (histoire, études littéraires, archéologie, histoire de l’art).

Pour en savoir plus :
https://www.casadevelazquez.org/recherche-scientifique/novedad/les-cultures-politiques-dans-la-peninsule-iberique-et-au-maghreb-viiie-xve-siecle-1/

https://www.casadevelazquez.org/es/investigacion/novedad/las-culturas-politicas-en-la-peninsula-iberica-y-en-el-magreb-siglos-viii-xv-2/

Parution : Le Livre noir de Salies (1517-1684)

Sous la direction de Jacques STAES, Benoît CURSENTE, Maurice ROMIEU et Jacques PONS

Publication intégrale annotée et commentée, éditée par la SSLA Pau Béarn

Le Livre noir n’est pas un document ordinaire en raison de la haute valeur, affective et identitaire, qu’il a revêtue et qu’il revêt encore pour la communauté de Salies-de-Béarn.

Ne comptant pas moins de 347 actes, il est riche d’une ample moisson d’informations inédites dont 86 actes de réception de « voisins » et la vivante évocation de la vie fébrile, au quotidien, d’une communauté protestante au temps de Jeanne d’Albret, entre 1564 et 1569.

Un long et patient travail a été nécessaire pour établir et présenter le texte, dans son intégralité, de façon à rendre accessible au plus grand nombre un document aux allures d’ésotérique grimoire.

On trouvera donc :

– la transcription scientifique du texte intégral du manuscrit, avec analyse détaillée du contenu de chacun des actes,

– une présentation liminaire du document, de son contexte et de sa langue,

– un ensemble d’annexes comprenant des repères chronologiques, des cartes de situation, un glossaire complet, une présentation des monnaies utilisées dans les actes, un index thématique et la reproduction en fac-similé de la première édition imprimée du règlement de la Fontaine salée, avec sa traduction en français.

Le Livre noir n’est pas un document ordinaire en raison de la haute valeur, affective et identitaire, qu’il a revêtue et qu’il revêt encore pour la communauté de Salies-de-Béarn.

Télécharger le bon de commande

 

La vie en Gascogne à l’époque des bastides

Parution d’ouvrage :

La vie en Gascogne à l’époque des bastides : marchés et libertés

Sous la direction de Jean-Paul Valois

Avec les contributions de : Monique Bourin, Alain Champagne, Benoît Cursente, Thierry Issartel, Mireille Mousnier, Judicaël Petrowiste.

Pendant la grande croissance du Moyen Age, du XIe au XIVe siècle, s’épanouissent simultanément les premières libertés bourgeoises et une première économie de marché. Les historiens ont récemment renouvelé la vision de ce moment fondateur. Ils ont ici la parole. Que savons-nous dans le Sud-Ouest des marchés et de la vie économique? Comment notre notion moderne de “libertés” était-elle ressentie et vécue par les habitants, dans les bastides par exemple?

Editeurs : Bastides 64 et Cercle Historique de l’Arribère

ISBN : 978-2-918404-29-3

221 pages, 12 EUR

mai 2018

Voir le sommaire

Journées de formation au Patrimoine Culturel Immatériel

Le Laboratoire ITEM de l’UPPA, le CIRDOC – Institut Occitan de Cultura et la Direction générale des patrimoines du Ministère de la Culture, organisent des journées de formation sur le Patrimoine Culturel Immatériel. Vivant et contemporain le Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) comprend, selon la convention de l’UNESCO qui lui est dédiée (2003) : les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire – ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés – que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel. Ce patrimoine culturel immatériel, transmis de génération en génération, est recréé en permanence par les communautés et groupes en fonction de leur milieu, de leur interaction avec la nature et de leur histoire, et leur procure un sentiment d’identité et de continuité, contribuant ainsi à promouvoir le respect de la diversité culturelle et la créativité humaine.

Des arcanes de l’UNESCO et du Ministère de la Culture à l’enquête de terrain ; de la rédaction de fiches d’inventaires à l’élaboration d’un dossier de labellisation ; de la réalisation d’archives brutes à leur valorisation via les outils numériques (sites, réseaux sociaux) ; cette formation abordera les questions d’inventaire, de valorisation et de sauvegarde du PCI tant sur le plan théorique que pratique. Le patrimoine culturel immatériel imposant une expertise partagée entre praticiens, chercheurs et institutions patrimoniales, cette co-construction s’interrogera sur le PCI et la gestion des communs fonciers d’un territoire. Salies-de-Béarn deviendra alors le terrain vivant d’expérimentation de cette semaine de formation.

La formation complète est réservée prioritairement aux étudiants de l’UPPA, il est toutefois possible d’assister gratuitement aux journées du lundi, mardi matin et mercredi matin en présentiel ou par visioconférence sur inscription en suivant ce lien.

Programme :

LUNDI 8 AVRIL
Mairie 
Place du Bayaa
64270 Salies-de-Béarn

9h Accueil / Introduction
Thierry Cabanne (Maire de Salies-de-Béarn)Alain Latrubesse (Part-prenants, Corporation des Part-Prenants de la Fontaine Salée)

Patricia Heiniger-Castéret (Co-directrice du Master Patrimoines et Musées, ITEM EA 3002 – UPPA)
Jean-Jacques Castéret (Directeur adjoint – CIRDOC – Institut occitan de cultura)

10h – « La Convention de l’UNESCO et le rôle des ONG pour le Patrimoine Culturel Immatériel » 
Laurier Turgeon (Professeur d’ethnologie et d’histoire,Directeur du Laboratoire d’enquête ethnologique et de multimédia de l’Université Laval, Québec) en visioconférence.

14h – « Question d’actualité autour de la politique du Patrimoine Culturel Immatériel en France » Lily Martinet (Chargée de mission pour le patrimoine culturel immatériel, Ministère de la Culture).

16h – « Médiation et valorisation numérique du Patrimoine Culturel Immatériel »
Oihana Olazcuaga-Garibal (Responsable EAC et médiations numériques, CIRDOC – Institut Occitan de Cultura)

20h30 – Projection et débat
Film documentaire En commun, la propriété collective à l’épreuve de la modernité de Jean-François Joye et Olivier Chavanon ; avec la participation de Bernard Morlaàs (Part-Prenant, Corporation des Part-Prenants de la Fontaine Salée).

MARDI 9 AVRIL
Le Lodge
Quartier Helios Chemin de Labarthe 
64270 Salies-de-Béarn

9h –  « Les communs fonciers et le Patrimoine Culturel Immatériel »

Lily Martinet (Chargée de mission pour le patrimoine culturel immatériel, Ministère de la Culture)

10h30 – Programme SUDOE LIVHES : « La valorisation du PCI comme vecteur de développement des territoires : présentation du Guide des bonnes pratiques et expériences pilotes »
Jean-Jacques Castéret (Directeur adjoint – CIRDOC – Institut occitan de cultura)
Marion Llorach (Chargée de mission développement local – Pôle Métropolitain Pays de Béarn).

14h – La lecture de paysage au prisme du PCI
(réservée aux étudiants de l’UPPA)

20h30 – Soirée conte
avec le conteur Fred Handy.

MERCREDI 10 AVRIL
Le Lodge
Quartier Helios Chemin de Labarthe 
64270 Salies-de-Béarn

9h – « Les communs fonciers, des réponses pertinentes aux problématiques territoriales contemporaines »
Jean-François Joye (Professeur de droit public à l’Université Savoie MontBlanc) en visioconférence

10h30 – Table ronde : « Les communs fonciers »
Dominique Cunchinabe (Anthropologue, ITEM EA 3002 – UPPA)
Rémy Berdou (Etnhologue – Responsable partenariats Etnopòle et de l’action territoriale Gascogne-Pyrénées, CIRDOC – Institut Occitan de Cultura)
Alain Latrubesse (Président de la Corporation des Part-Prenants de la Fontaine Salée)

14h – Travail en ateliers (réservé aux étudiants de l’UPPA)

Méthodologie de l’enquête orale :Patricia Heiniger-Castéret (Co-directrice du Master Patrimoines et Musées, ITEM EA 3002 – UPPA)

Technique de la captation vidéo : Patrick Girard (Pyrène Production)
Analyses photographiques : Pierre Coudouy (Photographe professionnel)

JEUDI 11 AVRIL
réservé aux étudiants de l’UPPA

Matin : travail de terrain
Après-midi : travail de groupes
Traitement et classement des données
Sélection des photos et d’extraits sonores
Montages vidéo
Organisation des données pour les fiches d’inventaire et pages Wikipédia.

VENDREDI 12 AVRIL
réservé aux étudiants de l’UPPA

Suite des travaux de groupesTraitement et classement des données (fin)

Rédaction des fiches d’inventaire

Finalisation des outils de valorisation

Restitution par groupes de travail

Conclusion de la formation par Patricia Heiniger-Castéret (Co-directrice du Master Patrimoines et Musées, ITEM EA 3002 – UPPA)

Page de l’événement : https://occitanica.eu/items/show/60762

Quelques images…

Équitables mais pas égalitaires : les communs en milieu montagnard

19 avril 2024

Journée d’étude

Université de Pau et des Pays de l’Adour

Institut Claude Laugénie, Salle Chadefaud

Programme

La journée d’étude “Équitables mais pas égalitaires : les Communs en milieu montagnard” est une manifestation scientifique gratuite et ouverte à un large public.

Ci-joint le lien Teams pour accéder à la journée à distance :

Cliquez ici pour rejoindre la réunion

Elle sera précédée par un atelier de travail (workshop) jeudi 18 avril, destiné aux chercheurs invités au séminaire ayant des problématiques communes afin de commencer à constituer un réseau de chercheurs et de collaborateurs pour répondre en commun à de futurs appels à projet.

Présentation

Entre les multiples plans étatiques nationaux (Stratégie nationale bas-carbone, Stratégie nationale pour la biodiversité 2030, etc.) et politiques culturelles internationales (Objectifs de Développement Durable de l’Agenda 2030 de l’ONU), les ressources naturelles sont l’objet d’une attention accrue autant que de pressions directes et indirectes exercées sur le milieu. Dans ce contexte politique, économique et social, la question des communs[1] environnementaux en milieu de montagne, propriétés collectives anciennes liées aux ressources naturelles, prend une nouvelle actualité.
Les différents usages de la montagne et les droits collectifs (glanage, pacage, coupes de bois, chasse, etc.), démontrant les liens étroits qu’entretiennent les sociétés locales avec la Nature, peuvent s’appréhender dans une large approche diachronique avec la transformation des communs historiques en communs environnementaux.
Ces derniers sont appréhendés comme des anthroposystèmes ou écosystèmes cultivés encore visibles : « habiter la montagne en société n’a pu se faire sans donner un statut à la terre et aux maisons, ni construire des sociabilités agraires afin de partager les ressources écosystémiques »[2]. La gestion des biens intercommunautaires en montagne, tels les eaux thermales, les forêts ou les pâturages, peut se décliner en modèles sociaux sous forme de parts-prenants, de l’affouage ou encore des accords de compascuité. Parfois perçue comme une organisation valléenne idéalisée sous forme de système de self- government[3], selon un angle libertaire développé au XXe siècle, la question des communs environnementaux démontre surtout les interactions complexes et protéiformes entre écosystèmes et systèmes sociaux pour gérer la ressource dans la durée.
Cette journée d’étude s’intéresse à la connaissance de l’évolution du milieu naturel et sa gestion par les sociétés locales montagnardes, mais aussi à comprendre la manière dont les individus, les groupes ou les institutions politiques négocient l’accès aux communs, leur usage ou encore leur contrôle. Il s’agit d’un objet d’étude pluridisciplinaire qui renvoie autant à ses racines historiques qu’à ses dimensions pratique et empirique, et offre d’intéressantes mises en perspectives systémiques. La question des communs environnementaux permet également d’apporter une réflexion critique sur ce concept et sur son rôle en tant qu’imaginaire social afin d’éclairer la fabrique du social[4].

Nous souhaitons établir une forme d’état de l’art de la question des communs environnementaux en milieu montagnard qui sera présentée lors de la journée d’étude du vendredi 19 avril aux étudiants du master Histoire, Civilisations et Patrimoine de l’UPPA.

Elle sera précédée par un atelier de travail (workshop), jeudi 18 avril, autour des problématiques communes afin de commencer à constituer un réseau de chercheurs et de collaborateurs pour répondre en commun à de futurs appels à projet.

1] Voir notamment Elinor Ostrom, La Gouvernance des biens communs : Pour une nouvelle approche des ressources naturelles [« Governing the Commons: The Evolution of Institutions for Collective Action »], De Boeck, 2010, 300 p. ; Marie Cornu et al., Dictionnaire des biens communs, Paris, Quadrige, 2021, 1392 p. ; Jean-François Joye (dir.), Les « communaux » au XXIe siècle. Une propriété collective entre histoire et modernité, Presses universitaires Savoie Mont Blanc, 2021, 810 p. ; Sigrid AUBERT et Aurélie BOTTA (éd.), Les communs : un autre récit pour la coopération territoriale, Versailles, Quae, 2022, 275 p.
[2] Dominique Cunchinabe, « Le paysage des communs », Hau, 2020, n°15, p.
[3] Jean-François Soulet, « Sociétés, croyances et mentalités », dans Jean-François Soulet (dir.), Pyrénées, état des lieux, Morlaàs, Cairn, 2021, p. 339-375.
[4] Ghislaine Gallenga & Caroline Hervé, « Services publics : l’État face au commun », Anthropologie et Sociétés, 2019, n° 43, vol. 2, p. 9–21

Contact

Mathilde Lamothe

mathilde.lamothe@univ-pau.fr
Laboratoire ITEM UR 3002
Université de Pau et des Pays de l’Adour

Chaire de professeur junior “Le patrimoine culturel immatériel
comme levier de développement des territoires (PCITER) en zones de montagne

Carnet de recherche PCITER : https://pciter.hypotheses.org/

Journée d’étude – Sexualités. L’intimité : entre normes et singularités

Cette journée d’étude, qui se tient le 12 avril 2024 à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (amphithéâtre de la Présidence), propose d’explorer la question des sexualités de manière transdisciplinaire (histoire, archéologie, anthropologie et histoire de l’art) dans un cadre chronologique et géographique large.

Cet événement scientifique est organisé par les étudiants en master 2 “Histoire, Civilisation, Patrimoine” de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Cliquez sur le lien Teams pour assister à la journée à distance :

Rejoindre la réunion maintenant

Présentation

L’objectif de cette journée est de questionner l’expression des normes et des singularités sexuelles dans le paysage social, politique, culturel et religieux des sociétés anciennes et contemporaines. L’interaction des disciplines permet de décentrer les conceptions et les réflexions au travers de points de vue, d’approches et de méthodes différentes. L’intérêt réside dans le dialogue qui peut se créer avec l’aide de spécialistes invités, en questionnant la thématique à la lumière des enjeux actuels de nos sociétés. Comment étudier et appréhender l’intime et la singularité dans une société normative ? Une histoire de l’intimité est-elle possible, et à partir de quelles sources ? Quelles en sont les représentations ? Comment la norme impose un modèle et réprime les singularités ? Comment les singularités peuvent-elles bousculer les normes ?

Programme

  • 8h45  Accueil et introduction

Méthodologies de l’histoire des sexualités

  • 9h30     Pepe Marie-Anne (Université Nice Côte d’Azur) Histoire de la sexualité : les archives de l’intimité au XVIIIe siècle
  • 10h     Seguin-Orlando Andaine (CAGT, CNRS, Université Toulouse III) Sexualités préhistoriques : les apports ADN anciens
  • 10h30 Discussion
  • 10h50  Pause

La sexualité : quelle juridiction pour les violences ?

  • 11h     Allinne Jean-Pierre (Université de Pau et des Pays de l’Adour) La violence sexuelle dans les sociétés paysannes : le procès d’un violeur en série dans les Pyrénées à la fin du XVIIIe siècle
  • 11h30  Discussion
  • 11h45  Déjeuner

Les rites intimes : entre plaisirs de la chair et contraintes

  • 14h     Brouquet Sophie (Université de Toulouse Jean Jaurès) Le sexe, une arme de destruction massive
  • 14h30     Bresson Adrien (Université de Lyon – Saint Etienne) La sexualité à l’épreuve de la norme dans l’Antiquité tardive chez les poètes Ausone et Claudien
  • 15h  Discussion
  • 15h20  Pause

Représentations et perceptions des singularités sexuelles

  • 15h30     Watteau Diane (Université Paris I) D’un genre à l’autre, la fin des normes ?
  • 16h     Kins Tiphaine (Université catholique de Louvain) Pour une exploration des sexualités antiques entre normes et singularités : l’iconographie homosexuelle romaine
  • 16h30  Discussion et conclusion générale

Contact

master.hcp.uppa@gmail.com

Jeudi d’ITEM – Camille Fauroux, 4 avril 2024

Camille Faroux, Maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Toulouse Jean-Jaurès/Framespa, interviendra dans le cadre des Jeudis d’ITEM, le 04 avril 2024 en salle Chadefaud de l’Institut Claude Laugénie à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Sa conférence portera sur “Le travail forcé des étrangers dans l’Allemagne en guerre : autour du cas des ouvrières françaises (1940-1945)“.

Pour assister en visioconférence à la conférence, cliquez ici

Résumé

Cette intervention porte sur les quelques 80 000 femmes françaises parties dans l’Allemagne nazie entre 1940 et 1945. Elle explore ce que cette histoire peut nous apprendre sur les dynamiques de genre en temps de guerre, mais  aussi ce qu’elle nous peut nous dire des points aveugles de la mémoire nationale

Nocturnes de l’Histoire 2024

A Pau, Hendaye et Bayonne

Le 27 mars 2024

Le mercredi 27 mars 2024 se déroulera la 4ème édition des “Nocturnes de l’Histoire“. Organisées par le laboratoire ITEM de l’université de Pau et des Pays de l’Adour, dans le cadre du label SAPS (Science Avec et Pour la Société), ces manifestations auront lieu sur plusieurs sites de la ville de Pau mais aussi à Bayonne, et au Château Observatoire Abbadia à Hendaye.

Les objectifs de cet événement

“Les nocturnes de l’Histoire”  est un événement national qui a pour vocation de proposer des manifestations scientifiques de qualité et accessibles à un large public. L’objectif est de faire sortir les chercheurs de leurs laboratoires de recherche et de l’université pour qu’ils aillent à la rencontre du grand public. 

Un programme riche et des activités diverses proposées par l’UPPA

Dénes Harai, Julien Marchesi et Pierre Courroux, enseignants chercheurs au laboratoire ITEM, proposent un programme pluriel à destination d’un public large: conférences, ateliers, tables rondes, balade historique commentée, projection de film.

A Pau

10h30-12h Lycée Louis Barthou 
Rencontre avec des historiens et des étudiants en histoire
Animée par François FOULON (professeur d’Histoire et Géographie, lycée Louis Barthou), Julien MARCHESI (historien contemporanéiste,UPPA, ITEM EA 3002), Dénes HARAI (historien moderniste,UPPA, ITEM EA 3002).
Événement réservé aux lycéens, étudiants de CPGE et équipes pédagogiques de l’établissement


14h-15h30 Centre historique de Pau
Balade «Coups de cœur de l’Inventaire du Patrimoine»

Visite guidée – Public adulte
De la pierre tombale à l’immeuble bourgeois, les frères Labétoure ont étoffé leur activité durant la deuxième moitié du XIXe siècle, pour adapter leur savoir-faire au service de la ville de villégiature. Chargée de l’Inventaire du patrimoine de Pau, Cécile DEVOS fera découvrir quelques-unes de leurs productions.
RDV : Porte Corisande, rue Lassansaa, 64000 Pau
Entrée gratuite, sur inscription à l’office de tourisme : www.tourismepau.com ou au 05 59 27 27 08


16h-17h Usine des Tramways (Bibliothèque patrimoniale)
«Retour aux sources !» 
– Les imprimés béarnais de la Renaissance

Conférence de Philippe CHAREYRE (historien moderniste, UPPA, ITEM UR 3002) retraçant la riche histoire du livre en Béarn à la Renaissance et présentant une sélection d’ouvrages remarquables conservés dans le fonds ancien et précieux de la Bibliothèque patrimoniale.
Avenue Gaston Lacoste, 64000 Pau
Entrée gratuite, sur inscription à l’Office de tourisme www.tourismepau.com ou au 05 59 27 27 08

18h-19h30 Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
«Retour aux sources !» 
– L’enquête sur l’assassinat du duc d’Orléans (1407)

Conférence de Pierre COURROUX (historien médiéviste, UPPA, ITEM UR 3002) suivie d’une visite guidée « Dans les coulisses des Archives » par Carine FREYSSINET (animatrice du patrimoine, AD 64).
Cité administrative, Boulevard Tourasse, Pau
Entrée gratuite, inscription obligatoire : archives @ le64.fr


17h-19h30 Musée national et domaine du château de Pau 
(Salle des officiers de service)
«La fabrique de l’histoire»  Les rituels des Foix-Béarn aux rois de Navarre, du berceau à la tombe
– Les honneurs funèbres des Foix-Béarn

Conférence par Véronique LAMAZOU-DUPLAN (historienne médiéviste, UPPA, ITEM UR 3002).
– Nouveaux éléments sur le « baptême béarnais » d’Henri IV 

Conférence par Dénes HARAI (historien moderniste, UPPA, ITEM UR 3002).
Une histoire de patrimoine…
– Autour d’une statue d’Henri IV

Conférence par Paul MIRONNEAU (conservateur général du Patrimoine, Directeur du Musée national et domaine du château de Pau), et Bérengère LÉCUSSAN (bibliothécaire, Musée national et domaine du château de Pau).
– Quelques protections récentes du patrimoine – Conférence par Claude MENGÈS-MIRONNEAU (conservateur des antiquités et objets d’art) et Clémentine PÉREZ-SAPPIA (architecte des Bâtiments de France).
Rue du château, 64000 Pau
Entrée gratuite, sur inscription : https://chateau-pau.fr/


18h-19h30 Médiathèque intercommunale André-Labarrère
Recherches sur l’histoire contemporaine du Béarn à l’époque contemporaine
– Le Béarn au XIXe siècle

Conférence par Thierry CASSOU (docteur en histoire contemporaine de l’UPPA, ITEM UR 3002).
– Rentrer à la maison : le retour de combattants béarnais 1918-1921

Conférence par Yannick POUEY-MOUNOU (doctorant en histoire contemporaine à l’UPPA, ITEM UR 3002).
Place Marguerite Laborde, 64000 Pau
Entrée gratuite, dans la limite des places disponibles


20h Cinéma CGR Pau Saint-Louis 
«Cinéma d’histoire» 
Robin des Bois (Ridley Scott, 2010)

Ciné-conférence animée par Pierre COURROUX (historien médiéviste, UPPA, ITEM UR 3002), dans le cadre du cycle « Les historiens  de l’UPPA font leur cinéma ! ».
11 Rue du Maréchal Joffre, Pau 
Tarif étudiant : 4,00€ Tarif Le Club : 6,00€ Plein tarif : 8,00€

A Hendaye

16h-16h45 Médiathèque municipale François Mitterrand
« Une histoire de patrimoine… » 
– L’explorateur du XIXe siècle, autour de quelques cartes et documents du voyage d’Antoine d’Abbadie en Ethiopie

Atelier jeune public animé par Viviane DELPECH 
(docteure en histoire de l’art de l’UPPA, enseignante et chercheuse, ITEM UR 3002)
Entrée gratuite, sur réservation : 05 59 48 00 77
4, rue du Jaizquibel 64700 Hendaye


18h15-19h30 Conférences au Château-Observatoire Abbadia
 — 18h15-18h45
– Voyages d’exploration et collections exotiques au XIXe siècle

Conférence par Viviane DELPECH (docteure en histoire de l’art de l’UPPA, enseignante et chercheuse, ITEM UR 3002)
 — 19h00-19h30
– Autour de l’aba, instrument d’Antoine d’Abbadie pour dresser les cartes Atelier animé par Frédéric SOULU (chargé de mission, Château observatoire Abbadia)
27 Route de la Corniche, 64700 HENDAYE
Observatoire d’Abbadia
Entrée gratuite, sur inscription : https://www.chateau-abbadia.fr/agenda

A Bayonne

18h-19h30 Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques
« Retour aux sources ! » 
– Les fortifications de Bayonne à la Renaissance

Conférence de Hugues PAUCOT (doctorant en histoire moderne, UPPA, ITEM UR 3002) suivie d’une présentation commentée par Tere Garcia LARRACHE (archiviste et animatrice du patrimoine) de documents en rapport avec les fortifications de Bayonne.
Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, 
39, avenue Duvergier de Hauranne 64100 Bayonne
Entrée gratuite, inscription obligatoire : archives @ le64.fr

Les partenaires

Contact

denes.harai@univ-pau.fr

D’une relance militante à un ancrage territorial : le Carnaval Biarnes de Pau

Mme Patricia Heiniger-Casteret (ITEM-UPPA) est l’invitée d’un séminaire de recherche proposé par le Reserarch Center for Heritage and Cultural Anthropology (RHeA) de l’Université de Timişoara en Roumanie.

Elle interviendra ce jeudi 14 mars 2024 à 16h sur le thème D’une relance militante à un ancrage territorial : le Carnaval Biarnes de Pau (France).

La communication est accessible en ligne : https://meet.google.com/qdo-afsw-itv?authuser=0

Jeudi d’ITEM – Florence Guillot

La recherche programmée au château de Penne (Tarn)

par Florence Guillot (médiéviste, associée CNRS TRACES-Terrae)

14 mars 2024 – 14h/15h30

Université de Pau et des Pays de l’Adour,

Institut Claude Laugénie, Salle Chadefaud

 
 

Argumentaire

Sur la frange sud-ouest du Massif central, le château de Penne domine la vallée encaissée de l’Aveyron au contact de l’Albigeois, du Quercy et du Rouergue. Érigé sur un relief isolé par une ancienne boucle de l’Aveyron, le sommet est tout en longueur.

La fortification est documentée au début du XIe siècle dans la narration d’un miracle de Sainte-Foy. Dès le début du XIIe siècle, le castellum de Penne est l’objet de reprises en fief de la part du vicomte d’Albi Trencavel. Puis, tout au long du XIIe siècle et au début du XIIIe siècle, la documentation écrite évoque un fonctionnement selon le mode d’une large coseigneurie. Le château présente aujourd’hui les vestiges en élévation d’un ouvrage de style royal capétien. À la suite de l’immixtion du pouvoir royal français dans la région, cette fortification fût cédée par les seigneurs de Penne au comte de Toulouse en 1251. Après dédommagement des principaux seigneurs, le château et sa domination intégrèrent donc la directe du domaine toulousain, puis royal (1271). Le château fut utilisé en tant que caserne royale jusqu’au XVIIe ou XVIIIe siècle. Son église fut détruite à la Révolution. Il fut racheté en 2006 pour être restauré et ouvert au public.

L’élargissement des fouilles archéologiques à compter de 2019 impulsa la mise en place de programmes collectifs de recherche. La dernière opération de fouille et le dernier programme de recherche a eu lieu en 2023 et les chercheurs commencent actuellement à rédiger une publication monographique.

Contrats doctoraux Choral UNITA

Appel à candidatures : 14 thèses en cotutelle ouvertes en patrimoine culturel

Date limite de candidature 22 mars 2024

Dans le cadre de l’alliance UNITA, 14 excellents candidats de doctorat s’inscriront au programme CHORAL* sur le patrimoine culturel.

Coordonné par l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, CHORAL (Cultural Heritage Outreach in RomAnce Languages) est un programme Horizon Europe Marie Skłodowska Curie co-financé par l’Union Européenne. Il est lié au hub patrimoine culturel, un réseau de recherche international au sein de l’alliance UNITA, qui structure son écosystème de recherche face aux défis liés à la culture.

CHORAL vise à former des chercheurs internationaux de grande qualité et à encourager le développement de la recherche interdisciplinaire, internationale et intersectorielle traitant de tous les aspects du patrimoine culturel.

Les candidats lauréats réaliseront une thèse en cotutelle qui demandera une mobilité à l’international. Les étudiants de CHORAL bénéficieront d’événements spécifiques et d’un programme de formation doctorale sur mesure.

Les candidatures sont ouvertes jusqu’au 22 mars 2024, avec 14 places pour 25 sujets de recherche dans 7 universités de l’alliance UNITA (Université de Pau et des Pays de l’Adour, Université Savoie Mont Blanc, Università di Torino, Universidad de Zaragoza, Università degli Studi di Brescia, Universidad Pública de Navarra and Universitatea Transilvania din Brașov) pour une thèse de 3 ans entièrement financée, commençant à l’automne 2024.

Les candidats ne doivent pas avoir résidé ou exercé leur activité principale (travail, études, etc.) dans le pays de l’université qui recrute (“recruiting university”) pendant plus de 12 mois au cours des 36 mois précédant la date de clôture de l’appel.
Le service national obligatoire, les séjours de courte durée tels que les vacances et le temps passé dans le cadre d’une procédure d’obtention du statut de réfugié au titre de la Convention de Genève ne sont pas pris en compte.

Exemple : vous avez résidé ces 3 dernières années en France, vous ne pouvez pas candidater aux offres dont l’université de recrutement est l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA) ou l’Université Savoie Mont-Blanc (USMB).

Plus informations et candidature ici

Pourquoi effectuer une thèse au sein du programme CHORAL ?

  • Bénéficier d’une formation et d’une recherche de haute qualité garanties par l’expertise des laboratoires de recherche d’UNITA alliance au sein du pôle dédié au patrimoine culturel.
  • Collaborer avec des partenaires et des leaders internationaux dans le domaine du patrimoine culturel.
  • Bénéficier d’un accompagnement dédié : de l’accueil à l’insertion professionnelle.
  • Être un acteur de la transformation sociale, économique et culturelle des territoires ruraux et transfrontaliers de montagne.
  • Bénéficier d’allocations de mobilité et de voyage et d’une aide aux frais de recherche.
  • Obtenir un double diplôme de deux universités européennes différentes.

Pour plus d’informations, contactez l’équipe CHORAL : choral @ univ-pau.fr

*CHORAL est un programme financé par l’Union européenne.

Journée d’étude “Sombres Pyrénées. Récits et représentations”

Dans le cadre du programme euro-région Nouvelle-Aquitaine/Aragon PATMOS, Viviane Delpech (ITEM-UPPA) coordonnera le 8 mars 2024 une journée d’étude internationale intitulée “Sombres Pyrénées. Récits et représentations”.

Elle aura lieu en salle Chadefaud de l’Institut Claude Laugénie, à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Pour assister à la journée à distance, via un lien Teams : Join the meeting now

PRÉSENTATION


Ce projet associant l’Université de Saragosse et l’Université de Pau et des Pays de l’Adour s’intéresse aux interconnexions et aux échanges culturels entre les régions de Nouvelle-Aquitaine et d’Aragon.
À l’appui de recherches sur les arts, l’histoire, l’architecture et les paysages, le projet vise à mettre en évidence la valeur culturelle et patrimoniale du territoire pyrénéen en tant qu’entité culturelle à part entière avec sa cohérence interne et ses spécificités.

Entre autres publications et manifestations réalisées dans le cadre du programme PATMOS, cette journée d’étude visant à rompre avec la vision idyllique du romantisme se focalise de façon inédite sur la perception péjorative et les réalités (sociales, environnementales, géopolitiques) d’un territoire de montagne tel que les Pyrénées, et ce, à travers les âges (de l’antiquité à l’époque contemporaine) et selon une approche multidisciplinaire (histoire, histoire de l’art, géographie, muséologie).

PROGRAMME

9h45  Accueil et introduction

Le revers du voyage : perception de l’altérité et de l’exotisme
10h    
Laurent Callegarin (UMR IRAA – Université de Pau et des Pays de l’Adour)
Les Pyrénées vues et vécues par les Anciens

10h30  Pause

10h45    
Viviane Delpech (UR ITEM – Université de Pau et des Pays de l’Adour)      
La mort aux eaux : les stations thermales désenchantées 

11h15    
Guillermo Juberías (Universitat de Valencia)    

Les Pyrénées espagnoles au-delà du romantisme : visions picturales obscures à la fin du XIXème siècle

11h45  Discussion

12h  Déjeuner

Les dérives du géopolitique

14h    
Christophe Lastécouères (CEMMC – Université Bordeaux-Montaigne)

Chaînes pyrénéennes : les prisons de Blum et Mandel au fort du Portalet (1941-1942)

14h30    
Anna Biedermann (OAAEP – Universidad de Zaragoza)
Campos del olvido. Musealización y difusión del patrimonio trágico

15h  Pause

Quand les ressources défaillent 

15h15    
Sixto Marín (PUPC – Universidad de Zaragoza)        
Pueblos abandonados del Pirineo. Huella inalterada de la sociedad altoaragonesa preindustrial

15h45    
Anne Peltier (UMR Geode – Université Toulouse-Jean Jaurès)
Projection du documentaire Après la crue (2023), écrit par Anne Peltier et Jean-Marc Antoine, réalisé par Claire Sarazin ( Service de Production-Le Vidéographe / MIN : Université Toulouse-Jean Jaurès )

16h45  Discussion et conclusion générale

CONTACT

viviane.delpech@univ-pau.fr

Identités, Territoires, Expressions, Mobilités (ITEM) - Université de Pau et des Pays de l'Adour (UPPA)
Identités, Territoires, Expressions, Mobilités (ITEM) - Université de Pau et des Pays de l'Adour (UPPA)

Exposition “L’art de régner” : Béarn et Navarre à la Renaissance

Villa Bedat – Oloron Sainte Marie

Du 2 février 2024 au 24 février 2024

Béarn et Navarre à la Renaissance

C’est sous ce titre que le Comité organisateur a choisi de présenter une documentation provenant de Pau, d’Irissarry et d’Oloron Sainte-Marie.

L’Art de régner

Exposition organisée par le Musée national et domaine du château de Pau, l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et les Archives départementales, dans le cadre du projet AcRoNavarre, avec le concours de la Casa Velázquez de Madrid. L’exposition est constituée de 15 kakémonos présentant des textes bilingues (français et espagnol).
Au cours du XVIe siècle, les souverains de Navarre gouvernent leurs terres en repensant et modernisant les structures et la pratique administrative dans l’esprit de la Renaissance. Les fac-similés d’actes royaux provenant des Archives départementales apportent un éclairage renouvelé. Certains de ces actes ont un rapport avec Oloron.

Iconographie de l’exposition 1620 Loraldia La Renaissance navarraise

Provenant du Centre départemental d’Éducation au Patrimoine d’Irissarry, elle a été réalisée en partenariat avec l’association Zabalik de Saint-Palais, l’association Hernani Errotzen de Gipuzkoa et la fondation Nabarralde de Pampelune.
Elle comprend, en particulier, une chronologie de l’histoire de la Navarre, l’arbre généalogique de la dynastie des Foix-Albret et des reproductions iconographiques

Manuscrits issus des Archives municipales d’Oloron Sainte-Marie.

Le cartulaire d’Oloron

Ce monument de l’histoire de la ville regroupe les libertés et privilèges accordés aux habitants d’Oloron, par les seigneurs de Béarn pendant près de cinq siècles.
Rédigé au XVIe siècle, c’est un document linguistique de premier ordre.

La coutume de la cité épiscopale de Sainte-Marie d’Oloron

Texte béarnais de 1502 réglementant la vie agricole, pastorale et commerciale. Ce feuillet de moins de dix pages a été rédigé ou recopié sous l’épiscopat d’Amanieu d’Albret, évêque d’Oloron.

Exposition présentée du 2 au 24 février 2024 à la Villa Bedat – Oloron-Stainte-Marie,
du mercredi au samedi de 10h à 13h et de 14h à 17h30

Jeudi d’ITEM – Guilhem Pépin, 07 mars 2024

M. Guilhem Pépin animera la séance des Jeudis d’ITEM du 07 mars 2024.

Intitulée Les changements d’allégeance en Aquitaine pendant la guerre de Cent Ans, la conférence se déroulera à 14h00 en salle Chadefaud de l’Institut Claude Laugénie, à l’ l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Pour assister à la conférence à distance : Cliquez ici pour rejoindre la réunion

Résumé

Les changements d’allégeance sont à l’évidence un sujet majeur de la guerre de Cent Ans. S’ils ont été parfois mentionnés pour l’histoire de cette période en Aquitaine, ils ont souvent été jugés négativement en soulignant la supposée versatilité atavique des seigneurs gascons. Or cette histoire, assez exceptionnelle pour le XIVe siècle, les changements d’allégeance dans la France du Nord datant essentiellement du XVe siècle, mérite d’être mieux abordée. C’est ce que nous allons tenter de faire en faisant connaître les traités de ralliement au roi d’Angleterre Édouard III (années 1340 et 1350), les ralliements de seigneurs gascons au roi de France Charles VII et les résistances au changement d’allégeance (années 1440 et 1450), tout en examinant également les changements d’allégeance, voulus ou subis, à la fin de la principauté d’Aquitaine du Prince Noir (1369 à 1372). »

Guilhem Pépin est docteur en histoire de l’Université d’Oxford. Il a travaillé pendant 10 ans à la publication en ligne (2009 à 2020) de résumés détaillés en anglais du contenu des rôles gascons (1317-1467), la source principale de l’Aquitaine-Gascogne des rois d’Angleterre. Ce travail est d’ailleurs en libre accès : www.gasconrolls.org

Il est spécialiste de l’histoire de l’Aquitaine-Gascogne au bas Moyen Âge et travaille sur son histoire politique, institutionnelle et militaire, en particulier pendant la guerre de Cent Ans. Il a publié de nombreux articles, tant en français qu’en anglais, a dirigé la publication du colloque Anglo-Gascon Aquitaine: Problems and Perspectives (éditions Boydell, 2017), et a co-dirigé la publication du colloque Routiers et mercenaires pendant la guerre de Cent ans (éditions Ausonius, 2016). Il travaille actuellement à l’édition d’un procès d’un ancien juge de Gascogne travaillant pour le roi d’Angleterre (1389), à celle des actes du Prince Noir en tant que prince d’Aquitaine (1362-1372) qui donnera lieu à la publication d’une biographie de ce même prince. 

JE “La dynastie des Foix-Albret rois de Navarre et souverains de Béarn”

Cette journée d’étude, à l’initiative de la Commission Transfrontalière de la Mairie d’Oloron-Sainte-Marie et l’association Transmetem, vient clôturer l’exposition “L’art de régner” : Béarn et Navarre à la Renaissance” présentée du 02 au 24 février à la Villa Bedat à Oloron-Sainte-Marie.


Auditorium de la Villa Bedat

Oloron-Sainte-Marie

De 9h30 à 12h et de 14h30 à 17h30

PROGRAMME


9h30 > OUVERTURE DE LA JOURNÉE PAR M. BERNARD UTHURRY
Maire d’Oloron Ste-Marie et président de la Communauté de Communes du Haut-Béarn

9h45 > L E PROJET AcRoNavarre : LA RÉVÉLATION DES PRINCIPES DE GOUVERNEMENT DES ROIS DE NAVARRE
Durée 15mn – Philippe Chareyre, professeur d’histoire moderne, UPPA
Le programme de l’Agence nationale de la recherche « AcRoNavarre » (2016-2022) a eu pour ambition d’établir une base de données d’actes produits entre 1484 (avènement à la couronne de Navarre des Foix-Albret) et 1594 (deux ans après le départ de la régente Catherine de Bourbon pour rejoindre son frère Henri IV à la cour de France).
Le nombre d’actes recensés approche, actuellement, les 7000 et s’appuie sur une source peu exploitée : le Trésor des chartes de la maison de Navarre des Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.

10H > CATHERINE DE FOIX, UNE REINE DE NAVARRE ET DAMESOUVERAINE DE BÉARN SAUVÉE DE L’OUBLI (1470-1517)
Durée 45mn – Álvaro Adot Lerga, profesor Ayudante Doctor à l’Université Complutense de Madrid, docteur en Histoire par l’UPPA
Catherine de Foix est la dernière reine de Navarre et dame souveraine de Béarn, avant la conquête de la Navarre par Ferdinand le Catholique en 1512-1513, puis par Charles Quint en 1521-1522. Au cours de cet exposé, nous mettrons en évidence les principaux aspects qui ont caractérisé le profil de cette reine de la Renaissance -femme de convictions, comme sa mère Madeleine de France- qui a dû régner et défendre son droit à gouverner en tant que femme, face à de puissants ennemis, toujours avec le soutien de son mari Jean d’Albret.
Oubliée et/ou sous-estimée selon des critères étrangers à la connaissance scientifique de l’histoire, son importante œuvre politique, réalisée dans un contexte politique européen très complexe et changeant, comme celui de la Renaissance, a été sauvée et étudiée grâce au programme international AcRoNavarre (Actes royaux de Navarre, XVe et XVIe siècles), soutenu par l’Agence nationale de la recherche (ANR), entre 2017 et 2023.

11H > LA GUERRE DE NAVARRE ET BÉARN
Durée 50mn – Peio J. Monteano Sorbet, Técnico Superior del Archivo Real y General de Navarra, auteur de Amaiur 1522 et de La conquista de Hondarribia entre España, Navarra y Francia 1521-1524.
Intervention en espagnol et traduction simultanée
C’est en 1512 que commença la guerre entre la Castille et la Navarre qui allait entraîner la conquête et le partage du royaume de Navarre en deux parties : la Haute-Navarre intégrée à l’Espagne et la Basse-Navarre, après un siècle d’indépendance, intégrée à la France. Dans ce qu’on appelle la guerre de Navarre se mêlent, en réalité, deux conflits : un conflit navarrais de type médiéval où s’affrontèrent agramonteses et beamonteses, et une guerre internationale, déjà moderne, où s’affrontèrent la France et l’Espagne pour l’hégémonie européenne. Pendant 17 ans se succèdent des campagnes militaires et des négociations diplomatiques. C’est ainsi que l’on peut parler de deux conquêtes : la premièrese déroula de 1512 à 1520 et se termina par la brève récupération du royaume en 1521 ; la seconde, de 1521 à 1529, où les affrontements continuèrent, s’acheva par la conquête de la Haute-Navarre par la Castille. Les souverains navarrais, Jean III et Catherine I, et leur fils Henri II, dépouillés de la Haute-Navarre, étaient aussi seigneurs de Béarn et, bien qu’il s’agisse d’une institution différente, ils recoururent à ce territoire pour leurs besoins économiques et en soldats. Les Béarnais, qui devaient aussi faire face à la menace d’absorption par la France, se virent ainsi mêlés à une guerre qui concerna tous les pays pyrénéens.

14H30 > ANDRÉ DE FOIX, SEIGNEUR D’ASPARROS (1490-1547), DE GÉNÉRAL DE L’ARMÉE NAVARRAISE À MENDIANT
Durée 60mn – Diego Téllez Alarcia, maître de conférences, Département des Sciences de l’éducation, Université de la Rioja (Logroño)
Intervention en espagnol et traduction simultanée.André de Foix, seigneur d’Asparros est, toujours aujourd’hui, un personnage problématique, d’un point de vue historique. Son principal mérite qui l’a fait passer dans l’histoire de France (et d’Espagne et du Béarn), c’est d’avoir mené, sur le terrain, la dernière tentative de récupération du royaume de Navarre, par la dynastie des Albret, au printemps 1521. Cette expédition fut patronnée par François Ier de France, et profita de la conjoncture conflictuelle en Castille provoquée par la révolte des Communards. Cette circonstance lui permit de débuter brillamment. Aussi bien la Basse- Navarre que la Haute-Navarre furent récupérées en un temps record d’un mois. Cependant, au début de juin, se termina cette inertie positive qui coïncidait avec la tentative d’invasion de la Castille (échec du siège de Logroño). La vitesse avec laquelle on avait gagné du terrain fut la même avec laquelle on le perdit. Le 30 juin, un mois et demi à peine après le début des opérations à Saint-Jean-Pied-de-
Port, Asparros était en déroute, définitivement, à la bataille de Noáin. Son armée était défaite, et lui, blessé et fait prisonnier. C’en était fini de sa bonne étoile politique et citoyenne, de même que, vite après, celle de sa famille. Cependant, André de Foix survécut à ces malheurs pendant plus de 25 ans. Nous analyserons sa trajectoire pour essayer d’éclairer cette biographie qui, jusqu’à maintenant, reste pleine d’ombres, de distorsions et de mythes 

15H30 > L’ADMINISTRATION DES ROIS DE NAVARRE AU NORD DES PYRÉNÉES À LA RENAISSANCE
Durée 50mn – Dénes Harai, ingénieur d’études, Docteur en histoire moderne, UPPA
En s’appuyant sur les recherches menées dans le cadre du projet ANR AcRoNavarre (2017-2023), cette communication fera le point sur le système administratif mis en place par les rois de Navarre, pour gouverner leurs possessions souveraines
(Basse-Navarre, Béarn) ainsi que leurs possessions féodales, situées au nord des Pyrénées à la Renaissance.

16H30 > LES CONSEILLERS ECCLÉSIASTIQUES DES ROIS DE NAVARRE
Durée 50mn – Philippe Chareyre, professeur d’histoire moderne, UPPA
Le développement des États princiers à la Renaissance s’accompagne de la mise en place de conseils et d’une administration civile et judiciaire de plus en plus perfectionnés. Ces institutions politiques peuvent toutefois être amenées à traiter de questions relevant traditionnellement de l’ordre ecclésiastique. Pour cela les souverains de Navarre s’entourent de conseillers, membres du haut-clergé (les évêques de Lescar et d’Oloron notamment) comme la plupart des princes européens au cours de la première moitié du XVIe ; ils interviennent dans les champs de la moralité et de la bonne gestion de l’assistance charitable qui touchent au domaine de l’ordre public. La législation en ce domaine s’accroît au fur et à mesure de l’avancée dans le XVIe siècle et son volume prend une importance considérable sous le règne de Jeanne d’Albret, qui rompt avec Rome pour créer une nouvelle Église, inspirée du modèle calvinien. Elle recourt alors à des conseillers fidèles et compétents qui, n’étant plus désormais des clercs, interviennent directement dans la construction d’une nouvelle Église, en en définissant les contours institutionnels, et affirment sa légitimité de droit divin.

17H30 > CONCLUSION DE LA JOURNÉE INTERNATIONALE D’HISTOIRE

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search