Archives par mot-clé : transition

Prix de l’OIV 2019

Le 17 juillet dernier à Genève, le Jury International de l’OIV (Organisation Internationale de la vigne et du vin) a primé, dans la Catégorie Histoire, l’ouvrage Les petits vignobles. Des territoires en question (Moyen Âge-XXIe s.), dirigé par Stéphane Le Bras (CHEC – Université Clermont Auvergne) et préfacé par Laurent Jalabert (ITEM – UPPA).

Publié aux Presses Universitaires de Rennes et Presses Universitaires François Rabelais, les petits vignobles y sont appréhendés par des historiens et géographes depuis la période médiévale jusqu’à l’ultra-contemporain. Cet ouvrage permet de saisir les évolutions, les permanences et les mutations de territoires dont la définition varie sur le temps long. De même, l’approche plurielle permet, par le biais du « petit », de réinterroger et réévaluer le « grand », qu’il s’agisse de la viticulture nationale dans son ensemble ou des grands territoires régionaux (Bourgogne, Bordelais, Languedoc, etc.).

Cet ouvrage a été réalisé dans le cadre d’un projet de recherche « Petits vignobles aquitains » porté par Laurent Jalabert du laboratoire ITEM de l’UPPA, en collaboration avec Stéphane Le Bras (CHEC – UCA)

Financé par la Communauté d’agglomération de Pau, la Région Nouvelle Aquitaine (Liquoreux) et des partenaires privés par le biais de la chaire HCP (Vignerons de Buzet, Armagnac Dartigalongue), ce projet de recherche propose d’étudier de petits territoires viticoles du Midi aquitain (Jurançon, Irouléguy, Madiran, Buzet, Tursan), en les comparant à d’autres espaces à l’échelle nationale et internationale.

Ce programme bénéficie d’un partenariat avec la Chaire UNESCO sur le Vigne et le Vin (MSH de Bourgogne) à laquelle appartient l’Université de Pau.

La cérémonie de Remise des Prix aura le lieu le mardi 15 octobre 2019 à Paris (18h30, Ambassade du Chili).

Traiter les données archéologiques tardo-antiques

Le 12 avril 2019

Journée d’étude  » Traiter les données archéologiques tardo-antiques. Approches, méthodes et traitement de l’information »

Université de Pau et des Pays de l’Adour – Amphithéâtre de la Présidence

Organisateurs : Leticia TOBALINA, Alain CAMPO, Sébastien CABES Doctorants en Archéologie (UPPA, Laboratoire ITEM EA 3002)

Présentation

Nous proposons une journée d’étude tournée vers l’usage de la donnée archéologique dans l’étude de l’Antiquité Tardive. La journée proposera essentiellement des conférences de chercheurs et enseignants confirmés. Des jeunes chercheurs travaillant sur cette période de part et d’autre des Pyrénées seront aussi invités à y participer (des doctorants mais aussi des masters).


L’étude de l’Antiquité Tardive intéresse l’archéologie depuis peu de temps. Il s’agit encore d’une période peu étudiée, encore confuse, avec des résultats inégaux. Pour cerner cette période, les sources textuelles ont été davantage utilisées que les vestiges archéologiques. Les récentes études et les nouvelles approches tendent à montrer que l’Antiquité tardive est une période historique cohérente, véritable transition entre l’Antiquité dite « classique » et le long Moyen Âge.

Cependant, les interrogations et les problèmes d’ordre historique et méthodologique restent encore nombreux pour les archéologues et les historiens qui s’y intéressent :
– Quelles sont les différentes approches utilisées pour étudier l’Antiquité tardive ?
– Quelles sont les limites de l’exploitation de la donnée archéologique pour l’étude de cette période ?
– Une même donnée peut-elle nous permettre de traiter des sujets différents ou des sujets similaires sous un angle différent ?
– Quelle est la spécificité des sources tardo-antiques par rapport au Haut-Empire ou au Moyen Âge central ?
– Des thématiques identiques sur cette période sont-elles traitées de la même manière de part et d’autre des Pyrénées ?


En partant de ces questions, cette journée d’étude a pour objectif d’initier une réflexion, de croiser les regards et de présenter les différentes utilisations de la donnée archéologique en fonction des chercheurs et des sujets d’études. Il s’agira aussi de réfléchir autour des problèmes que pose la donnée archéologique pour l’étude de l’Antiquité tardive.


• Une modalité « poster » sera aussi proposée pour les étudiants de master qui souhaitent montrer leurs travaux. (Taille des posters : A1).

Contact:

antiquitetardive.uppa @ gmail.com

Circa Uillam 2018

Croyances religieuses dans les villae de l’aire circumpyrénéenne durant l’Antiquité

Du 15 novembre 2018 au 16 novembre 2018

En collaboration avec:
Le Laboratoire d’Excellence Archéologie et Histoire de la Méditerranée et de
l’Égypte anciennes (Labex ARCHIMEDE), le Musée de Catalogne,
L’université de Girona, l’Institut Català de Recerca en Patrimoni Cultural.
Partenaires :
Communauté de Communes des Luys-en-Béarn

L’architecture des uillae, leurs soubassements économiques, leur emprise sur les territoires environnants ont été beaucoup interrogés ces dernières années, en particulier lors des rencontres Circa Uillam. Le millésime 2018 portera son attention sur l’univers religieux de ces établissements, dans le prolongement de la rencontre de 2013 (CV 2013 tenu à Banyoles) consacrée au thème suivant : « nécropoles et monde funéraire en milieu rural ». Les principaux objectifs poursuivis lors de la rencontre de 2018 peuvent être résumés de la façon suivante :

  • Rassembler des documents trop souvent inédits et dispersés, les relier précisément à leur contexte de découverte et les inscrire dans le cadre d’étude des uillae, toujours privilégié par Circa Uillam.
  • Tenter de mieux comprendre les attentes spirituelles spécifiques des groupes concernés par les cultes et gestes religieux, détectés grâce aux sources archéologiques. L’inertie culturelle, souvent mise en avant, pourra être confrontée ainsi aux fonctions anthropologiques de ces conduites.
  • Cerner, dans la mesure du possible, l’évolution des croyances et des pratiques religieuses des ces établissements. Un intérêt particulier pourrait être porté aux périodes charnières qui voient le passage des pratiques protohistoriques à celles qui s’imposent désormais dans les uillae puis, bien plus tard au passage du polythéisme au christianisme.

Le cadre géographique transfrontalier et péri-pyrénéen habituel des ces rencontres pourra être dépassé lorsqu’il paraîtra nécessaire aux organisateurs d’éclairer tel ou tel aspect de la question.

Voir le programme

Un monde en Transition(s) ?

Cahier d’Histoire Immédiate N°51

La revue Cahier d’Histoire Immédiate est rattachée depuis le 1er janvier 2017 au laboratoire Identités Territoires, Expressions, Mobilités de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (ITEM, EA 3002). Elle est publiée avec l’appui de l’éditeur Cairn.


Sous la direction de Laurent Jalabert

La notion de transition environnementale induite par les débats sur les changements climatiques est devenue un terme un peu fourre-tout, très médiatique, visant à intégrer des réflexions venues des différents champs de la recherche autour des mutations énergétiques planétaires. Cette focalisation ne doit pas masquer que l’usage du terme « transition(s) » a été très largement utilisé par la recherche notamment historique. Les transitions « démographiques », « démocratiques » etc., ont été
souvent évoquées comme des marqueurs forts et souvent pertinents de la réflexion scientifique. Aujourd’hui, la notion est omniprésente : transition citoyenne, transition touristique, transition urbaine (ou villes en transition), transition écologique, transition numérique, etc. La société civile s’empare avec la même force du terme. Ce numéro des Cahiers d’histoire immédiate, dont l’objectif est de comprendre le monde des trente dernières années par un regard historique, questionne donc les « transition(s) » au travers de quelques réflexions thématiques, tant sur les aspects environnementaux que politiques.

Format16 x 24 cm
Nombre de pages112
Date de parutionjuillet 2018
Type de brochurebroché

Espaces, Identités au temps présent : les Transitions

Colloque international
Espaces, Identités au temps présent : les Transitions
Du 02 au 04 mai 2017
Université de Pau et des Pays de l’Adour

 

Les 3 et 4 mai se tiendra le colloque international Espaces, Identités au temps présent : les Transitions. Ce colloque est réalisé dans le cadre d’un partenariat entre la Fédération Espaces – Frontières- Métissages de l’UPPA (Axe « Espaces et identités »), le laboratoire ITEM de l’UPPA (projet Espaces Urbains, Espaces de vie sociale et de création), et le laboratoire Histoire du temps présent de l’Université d’Estrémadure.

Il s’agira d’explorer le potentiel des tensions et des conflits dans la société espagnole contemporaine en tant que formes d’échange et que ciment identitaire dans les espaces urbains. L’accent sera mis sur les notions de complexité, pacte et mémoire qui, à elles seules, tissent un lien entre espace et identité au sein du territoire européen pendant la période de Transition politique et sociale.

L’approche sera transdisciplinaire et sera organisée autour de deux questions : la distance historique peut-elle être considérée comme un élément décisif ? Mémoire et histoire sont-elles, dès lors, deux notions antinomiques ou concordantes ?

En hommage à Francisco Umbral à l’occasion du Xème anniversaire de sa mort, une Table Ronde « Fransisco Umbral et la Transition » aura lieu avec la participation exceptionnelle de chercheurs reconnus et professionnels acteurs à l’image d’Umbral lors de cette période si complexe vers la démocratie.

OUVERT AU GRAND PUBLIC

PROGRAMME

Mercredi 03 mai 2017

9h15 OUVERTURE
Nadia Mekouar, responsable de la Fédération Espaces, Frontières, Métissages
Philippe Chareyre, directeur du Laboratoire ITEM (EA 3002)
Mario Díaz Barrado, directeur du Laboratoire Historia del tiempo presente, Université d’Estrémadure.

SESSION N°1 – Modérateur : Bénédicte de Buron-Brun

9h30 Alberto Sabio Alcutén (Université de Saragosse)
La Transición española en espacios urbanos: ni modélica ni responsable última
10h00 Rafael Quirosa-Cheyrouze (Université d’Almería)
La democratización del poder local en la Transición: las izquierdas gobiernan las ciudades
10h30 Pause
10h45 Mélanie Trédez-Lopez (Université d’Arras)
La Transition et le pacte du silence : la loi d’amnistie du 15 octobre 1977
11h15 David Felipe Arranz Lago (Université Carlos III, Madrid)
Daniel Sueiro, Basilio Martín Patino y el Arte de matar: investigación sobre el garrote vil
11h45 Débat
12h30 Pause-déjeuner

SESSION N°2 – Modérateur : Christian Manso

14h30 Eurico Campano (Journaliste, Conseiller politique)
Umbral, el relator de la Transición
15h00 Víctor Gutiérrez Sanz (Université de Valladolid)
Francisco Umbral ante el 23-F: villanos esperpénticos y caballeros andantes heroicos
15h30 Eva Díaz Pérez (Ecrivaine et Journaliste)
Umbral, un vigía de la Transición
16h00 Bénédicte de Buron-Brun (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
Galería de retratos umbralianos: De «la calle es mía» al transicional Manuel Fraga
16h30 Pause

17h00 TABLE RONDE « Francisco Umbral et la Transition »
Hommage à Francisco Umbral à l’occasion du Xe anniversaire de sa mort
Modératrice : Dolores Thion
Avec la participation de David Felipe Arranz (Journaliste, U. Carlos III), Bénédicte de Buron-Brun (UPPA), Eurico Campano (Journaliste, Conseiller politique), Eva Díaz Pérez (Ecrivaine et Journaliste), Alfonso Pinilla (Université d’Estrémadure)

Jeudi 04 mai 2017

SESSION N°3 – Modérateur : Mario Díaz Barrado

9h00 Alfonso Pinilla (Université d’Estrémadure)
«Sitios y lugares». Madrid como espacio simbólico de la Transición
9h30 Mónica Fernández Amador (Université d’Almería)
El movimiento vecinal en las ciudades españolas durante el proceso de transición a la democracia
10h00 Mario Díaz Barrado (Université d’Estrémadure)
Madrid: de poblachón manchego a ciudad multicultural. Imágenes del cambio social en la España de la Transición
10h30 Pause
10h45 Eneko Lorente (Université du Pays basque)
Ciudad en transición. Narrativa fílmica de la ciudad convulsa. A propósito de Bilbao
11h15 Pilar Martínez-Vasseur (Université de Nantes)
El cine de la Transición: ciudad, espacios de identidad y de vida social
11h45 Christian Manso (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
Una lectura erótico-política de la Transición: Los amores prohibidos (1980) de Leopoldo Azancot
12h15 Débat
13h00 Pause-déjeuner

SESSION N°4 – Modérateur : Pilar Martínez-Vasseur

14h30 Carmen Pineira-Tresmontant (Université d’Artois)
Los discursos de la Transición: dinámicas y rupturas
15h00 José Antonio Rubio Caballero (Université d’Estrémadure)
¿Adhesión, acatamiento o rechazo? Los nacionalismos vasco y catalán ante el modelo territorial de la Transición (1980-2016)
15h30 José Luis Calvo Carilla (Université de Saragosse)
Transición, nacimiento de las autonomías y auge de una nueva historiografía literaria
16h00 Pause
16h30 Béatrice Bottin (Université de Pau et des Pays de l’Adour) José Martín Recuerda, la memoria histórica en escena
17h00 Fleur Duplantier (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
Una ciudad y un libro, símbolos de memoria histórica en la Transición
17h30 Dolores Thion Soriano Mollá (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
La cultura española de la Transición en las ciudades europeas
18h00 Débat et Clôture

Télécharger le programme

L’ autonomie des universités en question

Séminaire doctoral:
L’ autonomie des universités en question :
les politiques universitaires de la loi Faure à la loi Fioraso
(1968-2017)

Cycle de Séminaire doctoral
« La Recherche Universitaire en Transition »

Jeudi 23 mars novembre 2017
9h30 à 16h30
Salle du Conseil de l’UFR de Droit Economie Gestion

Dans le cadre de sa formation doctorale, l’université de Pau et des Pays de l’Adour développe un cycle de formation ayant pour thème « La recherche universitaire en transition: politiques publiques, acteurs, enjeux territoriaux ».

Le programme dirigé par le laboratoire ITEM (EA 3002) en lien avec l’Ecole Doctorale Sciences sociales et Humanités, ouverte à tous les doctorants de l’UPPA, prévoit 3 journées d’études annuelles.
L’ objectif de ces journées est de restituer les réflexions des chercheurs spécialistes des questions universitaires afin de permettre aux jeunes chercheurs de mieux comprendre leur environnement professionnel mais aussi d’entretenir un débat sur la situation universitaire française au sein de l’université de Pau et des Pays de l’Adour.

Programme:

  • Le sens de l’autonomie aux temps des lois Faure et Savary (9h30-12h30)

9h30: Introduction de la journée et modération Victor Pereira (Maître de conférences d’histoire contemporaine, UPPA)
9h45 : Les réformes universitaires en France depuis 1968 , Laurent Jalabert, (Professeur d’histoire contemporaine UPPA, ITEM EA3002)
10h30: Le sens juridique de l’Autonomie au temps de la loi Faure, Renaud Carrier, Professeur d’histoire du Droit, (UPPA, PDP EA1926)
11h15: L’Autonomie et ses perceptions dans les lois Faure et Savary, Arnaud Desvignes (docteur en histoire contemporaine, Paris Sorbonne)
12h00: Débats
12h15 Pause Déjeuner.

  • L’autonomie des universités depuis la loi Pécresse (14h00-16h30)
    Modérateur Francis Jauréguiberry (Pr. de sociologie, UPPA).

14h00 : L’autonomie des universités dans les lois Pécresse et Fioraso, Jean Gourdou, Professeur de Droit Public, UPPA, PDP EA 1926)
15h00 : « Refonder l’université », un appel et un mouvement au cœur des années 2000, François Vatin, Professeur de sociologie, Univ. Paris Nanterre (IDHES CNRS UMR 8533)
16h00 : Débats

Organisateurs : Abel Kouvouama et Laurent Jalabert
Contact laurent.jalabert@univ-pau.fr; item@univ-pau.fr; edssh@
univ-pau.fr

Télécharger le programme :

Entre utilité(s) et bien commun

 Entre utilité(s) et bien commun: « la nature » à l’épreuve de la société

Terres et territoire du bord de l’Adour

Vendredi 3 Février 2017.Saint Maurice. Salle municipale

L’Université de Pau et des Pays de l’Adour en partenariat avec la Région et la Communauté de Communes du Pays Grenadois organise un séminaire sur le lieu même de nos recherches et ouvert à tous.
C’est à l’heure où s’affirme partout la biodiversité accompagnée de son corollaire, qui est celui de la transition écologique, que le Pays Grenadois se retrouve confronté à de nouvelles règles qui vont peser durablement sur son avenir. Ainsi, les saligues du bord de l’Adour deviennent milieu naturel et l’écologisation de l’agriculture provoque des changements de pratiques et d’usage. Lors de ce séminaire, nous nous poserons un ensemble de questions, notamment celles de la place et de la participation des populations locales dans les prises de décision concernant l’écologie de leur territoire, ainsi que celles de l’identité et du bien commun ou encore du modèle économique dominant et de son émancipation comme autant d’enjeux.
Nous porterons aussi un regard sur les utilités passées des écosystèmes aujourd’hui convoités et sur la possible réactivation de pratiques et usages les concernant. Nous conclurons ce séminaire par une table ronde sur le fait éducatif en écoutant et, nous
l’espérons, en discutant des approches de l’éducation à l’environnement qui est aussi un objet de médiation entre l’homme et la nature.

Contenu et déroulement :

8h45. Accueil par M. Jacques Chopin maire de Saint Maurice. Présentation: MM. Pierre Dufourcq, président de la communauté de commune et Abel Kouvouama, professeur des Université. Anthropologue. Directeur de recherche et de l’UFR Lettres, Langues, Sciences Humaines et Sports.

9h15-9h45. Mme Maria del Mar González Dueñas. UPPA / UMR-PASSAGES, France et UPV/EHU / Institute HEGOA, Espagne.
Les sociétés et leurs milieux à travers l’aménagement : une approche de la question de « l’Intégration »
« « L’intégration » des populations dans les processus d’aménagement apparaît comme une préoccupation bien présente dans nos sociétés, mais aussi comme un concept plein de potentialités. Elle nous oblige à repenser les liens de cohésion entre territoire-environnement et homme, mais aussi les liens sociaux et les liens entre territoires. Ces derniers nous reconnectent avec d’autres notions telles que : ordre social, coopération, participation, identité, commun, adaptation-renouvellement ».
10h-10h30. Mme Mara Sierra Jimenez. UPPA / PASSAGES UMR 5319 – CNRS.
Communautés d’habitants et gestion environnementale : l’exemple du parc amazonien de Guyane (Fr).
« La gestion territoriale des parcs met souvent en évidence des conflits économiques et d’usage qui découlent de la superposition d’un label international de protection sur des territoires socioculturels endogènes à l’échelle locale. Le territoire communautaire se voit confronté à l’application de normes et de dynamiques exogènes dont les impacts sur les populations permettent de questionner la notion de communauté. Le parc amazonien de la Guyane française, créé en 2007, est un exemple parlant des difficultés de gestion et de gouvernance rencontrées sur ce type de territoires de conservation habités… »
11h-11h30. M. Rémy Berdou. UPPA / ITEM. EA 3002.
Une idée du bien commun : entre conscience et utopie !
« Si certaines ressources peuvent être l’objet de luttes pour être clairement identifiées en tant que Communs, garantissant alors une utilisation durable et équitable, d’autres sont légalement considérées comme communes/collectives par essence. C’est le cas par exemple de la quasi totalité des estives des montagnes béarnaises qui composent un élément primordial de l’élevage valléen. Elles représentent environ 95% de la surface du Haut-Béarn, et assurent l’alimentation du bétail entre 2 et 5 mois par an. Ces communs pastoraux sont gérés par différents organismes communautaires représentant les propriétaires : des communes, des groupes de communes ou d’habitants ».

11h30-12h. M Pr Robert Ziavoula. INALCO et Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques Territoire et territorialité : une question d’identité ?

14h-14h30. M Idrissa Mané. UPPA / ITEM. EA 3002.
Faire de nos campagnes des villes ?
«L’introduction de la modernité, l’infiltration du capitalisme libéral, l’attrait exercé par les villes sur les campagnes et l’encadrement institutionnel qui fait intervenir de multiples acteurs ont transformé aussi bien l’économie, les pratiques, les identités et les représentations dans et sur les campagnes. En partant de rationalités économiques qui apparaissent au travers des données d’enquêtes recueillies en Pays Grenadois, j’envisage d’interroger les représentations et le modèle de développement qui semblent destiner les campagnes à se transformer en villes ou à disparaître. Ce faisant, il me semble important de montrer en quoi il est possible de satisfaire au développement tout en gardant son identité de territoire rural».
14h30-15h. M Dominique Cunchinabe. UPPA / ITEM. EA 3002.
Communautés paysannes et émancipation: co-construire une écologie locale.
«Dans la montagne basque, la plaine béarnaise ou encore le long de l’Adour dans les Landes, des groupes d’interlocution critiquent et finissent parfois par s’opposer ouvertement au projet politique de la biodiversité s’insinuant dans leurs territoires. Comprendre ces groupes, c’est revenir sur la notion de communautés paysannes et rurales qui s’ancrent dans l’histoire et fournissent aujourd’hui des exemples de résilience culturelle. Se posent alors les questions de l’ajustement, de l’entendement et du changement nécessaires pour que les communautés locales et scientifiques ainsi que les collectivités puissent oeuvrer vers une convergence écologique comme étant le fruit de l’émancipation de schémas convenus et structurels qui s’imposent sans suffisamment de concertation sur les territoires ».
15h30-16h30. Table ronde.
GRAINE Aquitaine. Réseau d’Education à l’Environnement- Ecole et Nature.
CPIE Seignanx-Adour. Centre Permanent des Initiatives à l’Environnement.
Association Lagrange. Association locale d’éducation populaire.
CG 40. Conseil Général des Landes. Service Environnement. Gestion des sites naturels.
Apprendre l’écologie – apprendre le territoire.
« Il n’y aura pas de développement durable sans éducation : Ce constat implique une volonté forte des pouvoirs publics pour que toutes les politiques territoriales intègrent l’indispensable volet éducatif, sans lequel toute action serait vaine sur le long terme. En ce sens, la responsabilité citoyenne engage les acteurs de l’EE à aller de l’avant et à entrer en dialogue avec toutes les sphères d’influence de la société et à se positionner encore plus ouvertement sur le plan politique. C’est aussi le couple partenariat/confiance qui est au coeur des processus de changement. A partir de ce postulat, comment s’organiser pour être efficace, comment travailler avec les élus, les collectivités? Comment avancer avec l’autre sans renier ses valeurs et ses principes ? » (reseauecoleetnature.org / 2016).

Selon les principes d’une table ronde chaque partenaire sera amené à présenter sa structure, ses objectifs et les moyens pédagogiques mis en oeuvre pour y parvenir. Cette présentation n’excède pas 10mn puis après le tour de table, le modérateur engage une discussion plutôt centrée sur les thèmes du séminaire.

16h30-17h15. MM Pr. Abel Kouvouama et Pr. Robert Ziavoula.
Conclusion offerte au débat

17h15. Clôture du séminaire et petite collation de départ.

Contacts :
M Dominique Cunchinabe. Coordination du projet de recherche en Pays- Grenadois.
UPPA/ITEM. EA 3002. Bâtiment Institut Claude Laugénie. Avenue du Doyen Poplawski.
Pau 64 000. dominique.cunchinabe@univ-pau.fr
Tel : 06 88 12 05 19.
Mme Marylis Duluc. Coordinatrice tourisme, Culture et Patrimoine de la Communauté de
Communes du Pays Grenadois.
Grenade sur l’Adour 40 270.
tcp@cc-paysgrenadois.fr
Tel : 05 58 45 45 98.

Universités et territoires

Journée d’étude
Universités et territoires.
Rôle et place des universités dans leur environnement

Mardi 29 novembre 2016 / 9h00-17h30

Dans le cadre de la formation doctorale (ED SSH481), le laboratoire ITEM organise un séminaire « L’ université en transition » durant la période 2016-2020 sous la forme de trois journées d’études annuelles.

L’objectif de ces journées est de restituer les réflexions des chercheurs spécialistes des questions universitaires afin de permettre aux jeunes chercheurs de mieux comprendre leur environnement professionnel mais aussi d’entretenir un débat sur la situation universitaire française au sein de l’université de Pau et des Pays de l’Adour.

La première journée aura lieu le 29 novembre prochain à l’amphithéâtre de la présidence de 9h30 à 17h30 sur le thème « Universités et territoires ».

Affiche univ et territoire

Programme :

9h15 Introduction des journées doctorales « La recherche universitaire en transition »
Mohamed Amara, Président de l’UPPA
9h20: Introduction de la journée et modérateur Jean-Yves Puyo, Directeur de l’ED 481, Professeur de géographie
9h30 : Universités et territoires : quels enjeux dans la France depuis le début des années 1960 ?
Laurent Jalabert, (Professeur d’histoire contemporaine UPPA, ITEM EA3002)
10h00: L’université dans sa ville, le cas de Bordeaux : Olivier Ratouis,
Professeur d’Urbanisme à l’université Paris X Nanterre (Mosaïques-UMR Lavue )
10h45 : L’Université dans sa ville, le cas de Toulouse : Michel Grossetti, Directeur de recherche au CNRS, sociologue, Université Toulouse Jaurès, UMR LISST-Cers (CNRS)
11h30 : Débat
12h15 Pause Déjeuner.

 

Le Cas des petites universités (14h00-17h30) (modérateur L. Jalabert)
14h00 Stratégies de développement de l’Université d’Angers dans un environnement concurrentiel (1970-2015)
Yves Dénèchère (Professeur d’histoire contemporaine, Université d’Angers, UMR CERHIO, CNRS)
14h50 : Le cas de l’université de Savoie depuis sa fondation, Denis Varachin (Professeur d’histoire contemporaine, Président de l’Université de Savoie)
15h45 : Débats / 16h00 : Pause
16h30-17h30 : Table ronde : Le cas de Pau avec Guy Di Méo (Pr. émérite de géographie) (sous réserve); Franck Metras (Ancien président de l’université de Pau, Recteur honoraire, directeur scientifique d’Hélioparc), Gilles Pijaudier-Cabot (Professeur d’université, Directeur de l’ISA-BTP, UPPA).

 

programme-journee-detude-sur-luniversite-29-nov-2016