Archives par mot-clé : transformation

L’Antiquité dans l’art contemporain

(Re)présenter l’Antiquité dans l’art contemporain : une revitalisation entre adulation et rejet

le Jeudi 23 mars 2017, à 13h00

en Salle de réunion du CRAL (1er étage) EHESS
96 bd Raspail, 75006 Paris
(Intervenante Tiphaine Besnard, ITEM)
Si « l’unique moyen [pour nous] de devenir grands et, si possible, inimitables, est d’imiter les Anciens » a été pendant longtemps le précepte de l’enseignement académique, le rejet de la tradition et le désir de faire tabula rasa qui ont accompagné le mouvement des avant-gardes ont engagé les artistes dans d’autres voies. Dans ces conditions, on ne peut qu’être surpris de voir resurgir aujourd’hui des références à l’art antique dans des réalisations contemporaines. Les figures canoniques (Vénus de Milo, Victoire de Samothrace, Apollon du Belvédère, Laocoon) sont transposées et revitalisées, et les sculptures, photographies et peintures sont autant de supports plastiques qui servent à la présentation et à la représentation de l’Antiquité. Cependant, force est de constater qu’elles subissent de nombreuses transformations (plastiques, contextuelles et stylistiques), et que la référence antique peut être adulée ou a contrario rejetée.
 
L ’étude de ces diverses modalités conduit à envisager la nature même des emprunts opérés par les plasticiens. Elle permet aussi d’apporter quelques éléments de réponse à la question suivante : que nous disent in fine à propos de nous-mêmes ces multiples réappropriations de l’antique ?

Parution d’ouvrage : Le Retour

Le Retour
Espaces, Frontières, Métissages
N° 8, PUPPA.
Sous la direction de Laurent Dornel
 

Parabole dans la Bible (le retour du fils prodigue), paradigme matriciel dans la littérature (le retour d’Ulysse) comme dans la religion (le mythe de l’éternel retour), rituel militaire (le retour des combattants), horizon d’attente chez bien des exilés ou des migrants (le retour au pays, réalisé ou toujours repoussé), motif dramaturgique majeur au cinéma, le retour est un motif très riche dans ses formes comme dans ses très nombreuses significations. Ce qui est en jeu – et que cet ouvrage collectif et pluridisciplinaire entend analyser – ce sont notamment les questions de l’identité et de ses transformations, celle du parcours initiatique (l’errance, la guerre, l’exil) et de ses enjeux territoriaux. Générateur d’un « tiers-espace », le retour est une traversée du temps qui brouille et renouvelle les repères spatiaux mais aussi culturels, politiques et sociaux.

Voir le sommaire sur le site de l’éditeur