Archives par mot-clé : TCV-PYR

Jeudis d’ITEM – Viviane Delpech

Le 10 décembre 2020

Alerte sur le patrimoine thermal. Bilan patrimonial du projet FEDER TCV-PYR

13h30-15H

Rejoignez la conférence

Résumé

Dans le cadre du programme européen FEDER TCV-PYR (Thermalisme Culture Villégiature Pyrénées), le patrimoine thermal des Pyrénées a fait l’objet d’une étude matérielle précise durant trois ans. Si elles ont connu leur heure de gloire au XIXe siècle, les grandes stations du Béarn et de Bigorre (Eaux-Bonnes, Eaux-Chaudes, Bagnères-de-Bigorre, Cauterets, Luz-Saint-Sauveur, entre autres) ont aussi subi les crises économiques, sociales voire géopolitiques touchant le secteur du thermalisme à partir de la IIIe République. Cette communication, proposant une synthèse de l’évolution sociale et architecturale de ces villes d’eaux, fera émerger la richesse autant que la vulnérabilité et la situation alarmante de leur patrimoine bâti. Des actions concrètes de sauvegarde sont désormais urgentes en vue de la transmission de tout un pan de l’histoire participant de façon essentielle à la construction identitaire et mémorielle de ces territoires de montagne.

Docteur en histoire de l’art, Viviane Delpech spécialiste de l’architecture du XIXe siècle. Après la publication de sa thèse doctorale Abbadia, le monument idéal d’Antoine d’Abbadie (PU Rennes, 2014), elle a dirigé les ouvrages collectifs Viollet-le-Duc, villégiature et architecture domestique (PU Septentrion, 2016) et Les arts et la diaspora basque (XIXe-XXIe siècle) (Kilika, 2018). Chercheur et enseignante à l’Université de Pau, ses travaux actuels portent sur le patrimoine thermal dans les Pyrénées au sein du projet TCV-PYR ainsi que sur Viollet-le-Duc.

Patrimoine du tourisme, du thermalisme et de la villégiature en montagne

Histoire et devenir, à la croisée des sciences

Du 21 octobre 2020 au 23 octobre 2020

Toulouse, Université Toulouse – Jean Jaurès

Maison de la Recherche, Amphi F417

Ce colloque international vient conclure le programme de recherche européen FEDER TCV-PYR (2017-2020) consacré à l’étude du thermalisme, du tourisme et de la villégiature dans les Pyrénées françaises. Les communications visent à apporter une connaissance fine sur les aspects d’aménagement, d’urbanisme, de paysage, d’équipements et d’architecture thermale,de pratiques et de promotion du thermalisme et du tourisme en montagne. Si les Pyrénées seront à l’honneur de ces rencontres, l’ouverture géographique des communications permettra de nourrir des approches comparatives.

TCV Pyr : un atout pour le patrimoine pyrénéen

ITEM et le LIUPPA participent au projet TCV Pyr consacré au patrimoine bâti et au patrimoine culturel immatériel de l’activité touristique et thermale dans les Pyrénées.

Initié en 2017 pour trois ans, le programme ‘’Thermalisme, Culture, Villégiature dans les Pyrénées’’ (TCV Pyr), soutenu par des fonds européens FEDER et commun aux régions Nouvelle-Aquitaine et Occitanie, répertorie et analyse l’ensemble du patrimoine lié au thermalisme et au tourisme de villégiature dans le versant Nord du massif pyrénéen. Un travail de bénédictin mené par le laboratoire ITEM (Identités, territoires, expressions, mobilités) auquel s’est associé le LIUPPA (Laboratoire informatique de l’UPPA). Des chercheurs de l’Université Toulouse Jean Jaurès, historiens (UMR-CNRS FRAMESPA) et géographes (UMR CNRS-GEODE) et de l’Université de Perpignan (CRESEM) participent également à la réalisation de ce gigantesque inventaire à la fois architectural (thermes, casinos, hôtels, villas, stations de sports d’hiver, etc.), paysager et immatériel (fêtes, pèlerinages, etc.). « D’Argelès à Cambo-les-Bains, une quarantaine de sites ont été identifiés pour l’ensemble de la chaîne pyrénéenne, confie l’historien Laurent Jalabert, directeur d’ITEM. Sur le patrimoine bâti, notre laboratoire se concentre sur les Pyrénées-Atlantiques et les deux-tiers des Hautes-Pyrénées. Ne serait-ce qu’à Eaux-Bonnes, nous avons déjà recensé, analysé, décrit et photographié une centaine d’oeuvres. » Chaque notice est transmise aux informaticiens du LIUPPA, chargés ensuite de concevoir des applications mobiles destinées à valoriser ce patrimoine exceptionnel.

Une application mobile made in LIUPPA

Sous la houlette de Philippe Roose, une équipe de huit chercheurs du LIUPPA, le laboratoire d’informatique de l’UPPA ont travaillé au développement de l’application mobile TCVPYR permettant de valoriser les points d’intérêt ou sites remarquables identifiés au cours du projet.
Disponible depuis juin 2020 sur PlayStore et Apple Store, elle permet à chaque visiteur/touriste dans une ville identifiée de créer des itinéraires limités dans le temps et sur des thématiques choisies. Ces itinéraires ont pour objectif de guider la visite du patrimoine identifié/recommandé et d’ainsi le valoriser.

Télécharger l’application

ou

Pour les utilisateurs d’iPhone/iOS :

ou scanner le QR-Code.

Après l’installation, comme l’application ne provient pas de l’Apple Store, aller dans « Réglages » / « Général » / « Gestion de l’appareil » et approuver le certificat « MAZEDIA ».

Espace symbolique, espace construit

Dans le cadre du programme européen Feder TCV-PYR et du Master Recherche HCP, Patricia Heiniger-Castéret et Mathilde Lamothe organisent une journée d’étude intitulée  » Espace symbolique, espace construit ».

Elle aura lieu le 13 mars 2020 à l’Université de Pau, au bâtiment des Lettres, en salle 217.

Aucun espace quel qu’il soit, n’est vacant. L’homme passe et trace des signes d’un langage qui lui est propre : dates, noms, phrase, croix ou bateaux sur des pierres en haute montagne ; rosaces, fleurs ou sirènes sur le linteau des portes ; blason de famille, graffitis, autocollants ou tags sur les panneaux ou murs en déshérence, fleurs et végétaux. Autant de signes qui dessinent les contours de territoires habités et d’espaces de vie. Le quotidien est traversé par des faisceaux de signes que l’on perçoit  au premier abord comme des expressions esthétiques qui semblent être posés là pour agrémenter les univers de vie. La comparaison de ces signes observés dans plusieurs terrains, plusieurs univers et à des époques diverses, leurs places sur les supports et dans les espaces de vie amène à produire des analyses qui élargissent la perception esthétique pour nous faire rentrer dans une dimension mystique de l’espace. Ainsi se dessinent un dedans et un dehors, un dedans organisé et protégé par des faisceaux d’éléments symboliques et un dehors dangereux perçu comme chaotique.  

Deuxième séminaire d’équipe FEDER TCV-PYR

Patrimoine culturel immatériel :

Définition, implantation en France, méthodologie et valorisation

12 septembre 2019

Université Toulouse – Jean Jaurès

Maison de le Recherche – Salle E411 – 14h00

Programme :

Yvon Hamon (ethnologue à la région Occitanie) : Introduction

Patricia Heiniger-Castéret (MCF anthropologie à l’UPPA) : « Définition du PCI : de l’article 2 à l’inscription à l’inventaire national »

Mathilde Lamothe (chercheur TCV-PYR) : « Méthodologie du PCI : traiter de la matière vivante »

Jean-Jacques Castéret (directeur-adjoint de l’EPCC CIRDOC-Institut Occitan de Culture) : « Les outils de valorisation du PCI »

Ce séminaire d’équipe propose d’aborder la question du patrimoine culturel immatériel (PCI) à travers les réflexions que suscite ce nouveau régime patrimonial, qui bouscule les méthodes et la façon de penser le patrimoine, en replaçant les acteurs sociaux au centre du regard.

À partir d’exemples situés dans les Pyrénées, nous aborderons les cadres du contexte d’élaboration du PCI et de son implantation en France, qui va permettre de développer une méthodologie d’inventorisation spécifique à cet objet d’étude puisqu’elle suppose une enquête de terrain et surtout un retour vers les praticiens (ou acteurs) qui valident les fiches d’inventaire. Des projets de valorisation du PCI émergent dans ce dialogue entre institutions culturelles et communautés locales : ils mettent en avant des éléments patrimoniaux qui ne sont plus identifiés comme des isolats mais sont interconnectés entre eux et démontrent à la fois de la vivacité des pratiques mais aussi des tensions sous-jacentes.

BDA 2018

Les 34-èmes journées de la conférence « Gestion de Données – Principes, Technologies et Applications » (BDA 2018), rendez-vous incontournable de la communauté gestion de données en France, auront lieu cette année en Roumanie, du 22 au 26 octobre 2018, à l’Université Politehnica de Bucarest.

Cette édition est organisée à Bucarest en collaboration avec la Faculté d’Automatique et Informatique de l’Université Politehnica Bucarest, à l’initiative des chercheurs roumains, nombreux et actifs dans la communauté scientifique française en gestion de données. Elle met à l’honneur les liens entre les deux communautés scientifiques nationales dans ce domaine et offre l’opportunité de mieux se connaitre, de renforcer ces liens, de découvrir une culture, un pays.

Retrouver le programme : https://bda2018.ensea.fr/programme/

A noter (dans le cadre des programmes FEDER TCV-PYR :

Session 6 : Corpus, versioning

Mercredi 24 octobre, 13h30-15h00

Tiphaine Van De Weghe, Marie-Noëlle Bessagnet and Philippe Roose. Des données particulières : les données de la recherche en Sciences Humaines et Sociales