Archives par mot-clé : sociologie

Appel à communication

Colloque international

“Voyages réels, voyages imaginaires”

Bucarest, 24-25 octobre 2019

La thématique du voyage parcourt les sciences humaines et sociales, les lettres et les langues depuis très longtemps. Il est intéressant néanmoins de constater que les approches peuvent parfois se révéler complémentaires et/ou contradictoires, en fonction des angles privilégiés par les chercheurs. De sorte que cette thématique, qui est fondamentalement interdisciplinaire et internationale, suppose des réflexions d’ordre épistémologique, conceptuel et thématique.

 La mobilité, l’errance, la rencontre, l’altérité, l’ailleurs, l’exotisme, etc. sont autant de notions qui sont mobilisées dans les différents travaux sans que pour autant elles soient pensées en lien entre chaque discipline. Comment ces dernières articulent-elles ainsi leurs réflexions, notamment au sein des catégories établies du réel et de l’imaginaire ?

Nous proposons au cours de ce colloque international et interdisciplinaire de nous appuyer plus spécifiquement sur les concepts heuristiques que sont le sujet, le lieu et le récit.

 Le sujet est l’individu autonome, réflexif, qui se co-construit avec son environnement, dans un lieu donné et qui est capable de mettre en récit son rapport au monde, à la nature et à la société.

 Le lieu est cette portion d’espace singulière où les hommes (l’anthropos) et les sociétés entretiennent des rapports privilégiés, où leurs identités se manifestent au sein de leur quotidien, de leur ordinaire.

 Le récit est la mise forme, notamment par l’écrit, de ces relations qui peuvent produire des fictions qu’elles soient romanesques, cinématographiques, artistiques et/ou culturelles.

Trois angles seront particulièrement privilégiés durant ce colloque:

Axe 1 / Épistémologie du voyage : comment les sciences humaines et sociales, les lettres et langues, appréhendent-elles la thématique du voyage, quelle qu’en soit sa forme, son contenu, sa temporalité, sa destination ?

 Axe 2 / Réel et imaginaire : comment les recherches sur les voyages articulent-elles les catégories du réel et de l’imaginaire ? Comment les récits mettent-ils en scène les dimensions du réel et de l’imaginaire ?

 Axe 3 / Sujet, récit et lieu : comment les lieux sont-ils mis en récit ? Comment s’organisent les relations entre sujet, récit et lieu dans les fictions romanesques et les récits de voyage ? Comment s’articulent les productions qui convoquent l’oral, l’écrit et l’image ?

Pour autant ces trois angles ne sont pas restrictifs et exclusifs des propositions qui pourront être faites et retenues dans le cadre de ce colloque. Les propositions de communications devront comporter un titre, un résumé d’une dizaine de lignes, 5/6 mots clefs et être adressées à :

Simona Corlan Ioan (Faculté d’Histoire, Université de Bucarest)

 simonacorlan1 @ yahoo.com et simona.corlanioan @ istorie.unibuc.ro

Ecaterina Lung (Faculté d’Histoire, Université de Bucarest)

ecaterina.lung@istorie.unibuc.ro

avant le lundi 16 septembre 2019.

Comité Scientifique :

Abel Kouvouama – ITEM –UPPA (France)

Ecaterina Lung (Faculté d’Histoire, Université de Bucarest)

Lionel Dupuy- chercheur au

Laboratoire PASSAGES – UMR 5319 CNRS, Pau, France

Simona Corlan – Ioan (Faculté d’Histoire, Université de Bucarest)

l’irrésistible féminisation de la culture

Par Maurice Daumas

Presses Universitaires de Pau et des Pays de l’Adour

Collection EFM n°12, 136 pages

ISBN : 2-35311-105-X

Des sociologues ont proclamé récemment la fin de la domination masculine et l’entrée dans une société de femmes. Prophètes, visionnaires ou simples devins, ils apportent leur caution à cette opinion qui enfle depuis la deuxième vague féministe : que réclament encore les femmes, puisque leur combat est désormais gagné?

Notre culture porte depuis ses origines l’empreinte de l’inégalité entre les sexes. L’emprise masculine reste très forte dans les domaines où elle paraît inexpugnable, comme la langue, la religion, les comportements sexuels, la conception du passé… Au cours des derniers siècles s’est produit un rééquilibrage en faveur des femmes. Par un lent processus de conquête des positions adverses, elles ont gagné en visibilité et en pouvoir, alors même que l’autorité leur était refusée et que les leviers pour y accéder (réseaux, institutions) leur échappaient. Peu à peu se sont construites des représentations moins inégalitaires des relations entre les sexes. L’évolution, loin d’être achevée, puisque sous l’effet de la mixisation croissante de la société, l’idée de leur complémentarité, si prégnante au siècle précédent, a été reléguée au rang des pires préjugés sexistes, au profit de celle de leur interchangeabilité.

Les avancées des femmes ont toujours été contestées, mais depuis le début du XXe siècle, la peur de la subversion par les valeurs féministes domine la pensée antiféministe. Si la dévirilisation des hommes relève du fantasme, le féminisation de notre culture est une réalité, qui présente un double visage. Le premier, bien visible, source de crainte et d’hostilité, correspond aux avancées féminines et au rééquilibrage des statuts des deux sexes. Le second, insensible et irrésistible, consiste dans la lente diffusion dans toute la société des valeurs qui étaient auparavant assignées aux seules femmes. Ce processus de féminisation est le principal responsable du polissage des mœurs au cours des cinq derniers siècles.

L’oeuvre de Jean Copans

Appel à contributions “L’ oeuvre de Jean Copans et les zones critiques d’une anthropologie du contemporain”

Journées d’études internationales
Paris, 15-16 Mai 2019


Date limite de soumission : samedi 20 avril 2019


Auteur prolifique, engagé dans la vie de multiples institutions, pédagogue hors pair, les recherches de Jean Copans restent à l’écart des débats et des hommages qui alimentent tant l’anthropologie que les études africaines, ou encore la sociologie politique. Alors que l’anthropologie du contemporain est toujours en quête d’un épistème, l’œuvre de Jean Copans est curieusement restée un angle mort de cette quête. Paradoxalement, l’un des fils conducteurs du travail revendiqué par Jean Copans est celui « Des crises d’identité de l’anthropologie » dans lesquelles il n’a cessé de souligner les tensions entre la nécessaire unité théorique de la discipline face à l’éclatement des objets, des terrains et des définitions revendiquées par les auteurs. Ces journées d’études se proposent de prendre le temps d’examiner les multiples facettes d’une œuvre protéiforme.


Collaborateur assidu et prolifique des Cahiers d’études africaines et de la revue Politique africaine, le nombre de recensions d’ouvrages signées de sa plume témoigne d’une intense activité de lecture du travail des autres. Peut-être est-ce d’ailleurs cette ouverture et cette capacité à recevoir la pensée de ses collègues qui constitue l’une des facettes importantes de sa démarche de chercheur ? Impliqué dans la recherche en train de se faire, ses lectures et ses commentaires en font à la fois un chroniqueur, un observateur et un analyste du temps présent. Et si ses traductions de l’ouvrage F.G. Bailey Stratagems and Spoils (1969) – traduit sous le titre Les règles du jeu politique (1971) -, et de l’ouvrage de Mahmood Mamdani, Citizen and Subject (1996) (Citoyen et Sujet. L’Afrique contemporaine et l’héritage du colonialisme tardif, 2004), font dorénavant partie du corpus incontournable des sciences sociales, et notamment de l’anthropologie politique, ses retours critiques sur ces mêmes ouvrages sont restés moins connus.


Comment qualifier son itinéraire et sa trajectoire dans des jeux de catégories qui, à peine énoncés, procèdent d’un réductionnisme ? Car de lecteur assidu, Jean Copans est aussi de ces passeurs et traducteurs lorsqu’il introduit les débats et les controverses de la revue Current anthropology dans le milieu des anthropologues français, et qu’il y prend une part active. Jean Copans a formé un bon nombre de jeunes collègues, africains ou pas, en poste pour un bon nombre d’entre eux, en Europe ou en Afrique. Quant à ses travaux, de la classe ouvrière en Afrique (noire) à ses engagements sur les sécheresses de 1973, en passant par ses réflexions sur les intellectuels en Afrique (La longue marche de la modernité africaine. Savoirs, intellectuels, démocratie), sur les nationalismes (voire le séminaire de Balandier 1964 et sa note sur le nationalisme Gikuyu au Kenya), sur la mouridologie dans ses échanges avec Cruise O’Brian, ou encore, la sociologie politique de l’Afrique et l’aventure Politique Africaine (il en fut l’un des piliers fondateurs, et ultérieurement, l’un de ses critiques) ; ils présentent tous une actualité surprenante, tant au regard de la multiplicité des objets et des terrains, que des résonances avec une vision de l’anthropologie du contemporain qui, étrangement, l’a maintenu à l’écart, ou tout au moins, l’a posé dans une altérité, disons « académique.


L’hologramme Jean Copans motive les initiateurs à consacrer deux journées d’études permettant de donner une juste place à l’anthropologue. Ces journées visent à scruter son oeuvre dans une histoire du temps présent (sans céder au présentisme), et ce faisant, à comprendre ce qu’il nous dit de l’anthropologie du contemporain, de l’actualité d’une science de l’Homme. De plus, les liens mentionnés entre l’auteur, son oeuvre et l’anthropologie du contemporain invitent aussi à articuler ce projet à un retour réflexif sur l’anthropologie de l’Afrique contemporaine, et à inscrire celle-ci dans une perspective internationale. Pour ce faire, les organisateurs lancent un appel à communication autour de 4 axes de réflexion, non exclusifs.


1-L’Afrique comme paradigme des sciences sociales chez Jean Copans : questionnements théorique et épistémologique


Selon Jean Copans, « la fonction épistémologique, rhétorique, voire décorative de l’exemplification africaine semble bien plus qu’un problème historique de voisinage et de fréquentation, d’expérience personnelle ou professionnelle de terrain. L’exemple africain (organisation villageoise, solidarité, misère encore digne, respect de l’État malgré les corruptions, culture « world » avant la lettre) propose un modèle sociopolitique qui correspond encore, en creux, à celui d’un « État-providence de proximité ». Le domaine de l‘expertise, incarné par les institutions internationales, les O.N.G., a modelé les expériences sociopolitiques contemporaines. Elles demeurent peu intégrées, presque confidentielles, dans la réflexion méthodologique générale des sciences sociales. La réflexivité portant sur les constructions de l’objet ou sur la faisabilité des politiques, des programmes et des opérations de développement, parfois analytique et critique, reste l’apanage d’un très faible nombre de chercheurs et de praticiens. Or, dans ses séminaires et ses interventions publiques, Jean Copans n’a jamais cessé de promouvoir une réflexion collective sur les sciences sociales au sens large (y compris l’économie politique), sur les manières de faire, des plus abstraites aux plus concrètes, en matière d’enquête de terrain, de recueil des données, de recherche documentaire, de construction et d’écriture à la fois des données et des résultats. On pourra interroger les rapports entre anthropologie théorique, politique et anthropologie appliquée.


2-Constructions nationales, mouvements sociaux et « ethniques » et sociétés civiles en Afrique noire


Dans son oeuvre, Jean Copans n’a cessé de souligner le décalage temporel quasi-permanent entre la rapidité et la violence des changements sociaux des sociétés africaines et les descriptions produites par les observateurs et les analystes spécialistes des sciences sociales. La variété des cas interdit toute généralisation hâtive. Il note la contraction entre les dynamiques de transformations inscrites dans la longue durée et leur réduction en situation de conjonction ; d’où la nécessite de faire des distinctions entre les « mutations » et les « crises » ; d’interroger les rapports entre les institutions politiques et les stratégies immédiates des acteurs. Il s’agira aussi de décrire les configurations du politique depuis les mouvements sociaux et politiques de la période des « ouvertures démocratiques » du début des années 1990 aux
« sociétés d’émergence » des années 2000.


3-Sciences sociales africaines et anthropologie du développement et de l’humanitaire


Dans ses travaux, Jean Copans montre comment les sciences sociales se sont penchées dès les années 1950 sur la question du développement. De nombreux facteurs ont contribué à la construction d’une dynamique tout à fait spécifique dans la construction de leur champ d’étude. Cette trajectoire
historique disciplinaire conduit à s’interroger sur l’existence ou non d’une science experte et coloniale autant que sur la diversité des traditions nationales induisant des rapports spécifiques entre sociologie et anthropologie. Cette historicité explique-t-elle les évolutions propres au champ du développement qui voit les ONG, et ultérieurement les tâches dites humanitaires, s’imposer progressivement (1980-90), dans les programmes de développement. Comment les travaux de Jean Copans réinterrogent-ils les méthodologies et les fonctions politiques des savoirs sur le développement ?


4- Anthropologie, sociologie, modernité africaine


La modernité, on en parle, ici et là, on en célèbre la valeur exemplaire et les prodigieuses réalisations en tant qu’activité rationnelle du sujet libéré des entraves de la nature. Tout bouge, tout est remis en question sous le règne de la modernité agissante. Les structures familiales se recomposent. Dans l’hypermodernité, l’Afrique intègre les flux d’informations désormais planétaires ; les configurations politiques émergent réactivant le religieux et l’ethnicité. En somme, tout est placé sous le signe de la recherche de la nouveauté et de la présentification de l’ancien. La modernité a été parfois perçue comme une « réinvention de la tradition ». Dans le même temps, comment dater cette modernité ?
Dans la “longue marche de la modernité africaine”, Jean Copans interroge tour à tour la modernité occidentale et la modernité africaine en posant l’hypothèse qu’il “existe une série de relations entre la production (et la reproduction) de la société et l’élaboration des connaissances à propos de et à destination de cette société”. A partir de la distinction entre modernisation et modernité, sous-jacente à une construction historique de la démocratie, l’anthropologue distingue, “d’une part, les légitimités invisibles de l’Etat, c’est-à-dire le contenu proprement politique d’une éventuelle modernité en gestation et de l’autre la question de la démocratie”. Jean Copans montre comment “Le processus de construction de cette modernité (européenne)”, est le résultat d’une double formalisation juridico-idéologique d’une part, intellectuelle et scientifique de l’autre. Cette formalisation du champ social s’exprime de manière synthétique au niveau politique sous l’énoncé de « modernité ». Aussi soutient-il l’idée que la pensée des intellectuels africains doit se libérer des tutelles occidentales et des contraintes idéologiques de la modernisation. Face aux turbulences de la modernité, qu’en est-il de cette émancipation intellectuelle et politique ?


Comité d’organisation :
Benoit Hazard,(IIAC & co-rédacteur en chef des Cahiers d’études africaines) ; Jean Bernard Ouédraogo (IIAC Laios) ; Ricardo Ciavolella (IIAC), Abel Kouvouama (ITEM, Université de Pau et des Pays de l’Adour), Gérald Gaillard (Université de Lille), Patrice Yengo (IMAF-EHESS), Tarik Dahou (DR IRD, Paloc), Franck Beuvier (IIAC).


Les propositions de contribution doivent comporter le nom de l’auteur, son affiliation professionnelle et son courriel. Elles doivent être envoyées à l’adresse suivante : copans2019@gmail.com

Littérature et Inférences anthropologiques

Auteur : Abel Kouvouama

Éditeur : Paari editeur

Collection / Série : GERMOD

Résumé :

Les sociétés contemporaines et les individus éprouvent au quotidien le besoin toujours croissant de comprendre la richesse de la diversité culturelle et sociale.  Avec l’intitulé donné à cet ouvrage, Littérature et inférences anthropologiques, ce sont des choses écrites et des choses dites ici et ailleurs touchant à l’anthropologie, à la sociologie, à la philosophie et à la littérature dont il est question. Ces inférences anthropologiques regroupent des textes d’âges différents à valeur épistémologique, interdisciplinaire et ayant non seulement une certaine unité thématique, méthodologique, mais concernent également de terrains proches et lointains, des mondes sociaux, des espaces géographiques du Congo-Brazzaville et de France compris entre 1978 et 2018.

L’imaginaire et le pouvoir sont explorés ici à travers la question de l’Etat et de l’identité culturelle ethnique. Et dans le rapport de l’anthropologie à la littérature dans l’espace d’Afrique centrale notamment, il s’agit de souligner l’importance des mots dans les textes écrits comme dans l’oralité chez les écrivains congolais. Ainsi, l’étude interdisciplinaire de la formation des subjectivités dans les sociétés d’Afrique centrale permet-elle d’appréhender aussi la question du rapport individu/communauté dans le champ littéraire ? De réfléchir sur les nouveaux contextes sociaux, économiques et politiques où se construisent les nouvelles formes de subjectivité littéraire à partir des vecteurs de la mondialisation.

La pratique anthropologique se situe aux interstices de l’altérité et de l’identité ; elle invite à une pédagogie de la différence construite dans l’unité de l’humain. Espace de réflexion sur l’Autre et sur soi, espace d’engagement et espace d’expérimentation du social, l’anthropologie dans son renouvellement tant du point de vue des méthodes que des thématiques se doit d’associer de plus en plus le regard éloigné et le regard proche dans la transversalité des situations, des imaginaires sociaux et des systèmes symboliques. Et les questions abordées ici, quel que soit le champ des sciences sociales et humaines dans lequel elles peuvent être rangées, s’inscrivent dans un même continuum de pensée réflexive et critique.

Date de parution
14/03/2019

160 pages ; 22 x 15 cm ; broché

ISBN 978-2-84220-100-5

L’œuvre de Pierre Bourdieu en pratiques

17ème édition

Du 27 mars 2019 au 10 mai 2019

Par : Association PauSES, Lycées L. Barthou (Pau), A. Camus (Mourenx), UPPA (ITEM et Département de sociologie, UPPA), Institut du Travail Social Pierre Bourdieu, Commune de Lasseube.

Trajectoires migratoires, Trajectoires sociales, Trajectoires historiques
Rencontres avec le sociologue Stéphane BEAUD ( université de Poitiers )

  • Vendredi 1er février 2019 à 19h 30 : exposition sur l’œuvre de Pierre Bourdieu à la Librairie Social Club Caractères à Mont de Marsan
  • Mercredi 27 mars 2019 à 9h 00 : rencontre des Lycéens du Lycée Louis Barthou avec Stéphane BEAUD
  • Mercredi 27 mars 2019 de 14h 00 à 15h 30 : Conférence-débat avec les étudiante-s du Département de sociologie dans l’Amphithéâtre 600 en Droit à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour
  • Mercredi 27 mars 2019 de 17h 30 à 19h : Présentation et séance de dédicace du livre de Stéphane BEAUD à la Librairie Tonnet
  • Mercredi 27 mars 2019 à 20h à la Mairie de Lasseube : Table-ronde sur l’immigration avec les Associations de Lasseube en présence de Stéphane Beaud.
  • Jeudi 28 mars 2019 de 10h à 12h : rencontre des Lycéens du Lycée de Mourenx avec Stéphane BEAUD
  • Jeudi 28 mars 2019 de 14h à 16h : conférence-débat à l’Institut du Travail Social Pierre Bourdieu
  • Vendredi 9 mai 2019 à 20h à Lasseube : Conférence-débat : un siècle d’histoire de l’immigration par Eric CAUP, historien (Lycée Jules Supervielle d’Oloron Sainte-Marie), membre de l’Association Atout Jeune-Famille de Lasseube.

Sorcellerie, Pouvoirs

Ecrits & représentations

Textes réunis par Abel Kouvouama, Gisèle Prignitz et Hervé Maupeu

Les discussions interdisciplinaires autour de la question de la sorcellerie, ses rapports à l’écrit, aux représentations artistiques, idéologiques et politiques permettent dans cet ouvrage de questionner un objet d’étude récurrent dans le champ des sciences sociales et humaines.

Comment la sorcellerie est-elle appréhendée dans les sciences sociales et les humanités ? Quelles images véhiculent-elle ? Naguère, la sorcellerie fut longtemps associée au monde rural et à l’oralité. Cela n’est plus guère le cas. Depuis une vingtaine d’années, les études sur la sorcellerie en Europe, en Afrique et en Amérique se sont multipliées montrant son omniprésence, en particulier dans les secteurs de la « modernité » dans les villes. Des travaux ont interprété la sorcellerie comme un mode d’acclimatation et de vernacularisation de l’État. Elle se serait également nichée dans les domaines les plus complexes et internationalisés du capitalisme. Elle était aussi traditionnellement associée à l’oralité, car la sorcellerie est toujours en lien avec une situation d’énonciation. Or, au coeur de cette modernité, on retrouve inévitablement l’écrit. La sorcellerie, en tant qu’« idéo-logique » est aussi parole qui n’est ni de savoir, ni d’information, mais de pouvoir. Il y a lieu alors de s’interroger sur la manière dont la parole sorcellaire écrite devient un enjeu de pouvoir, « une pratique de puissance », de s’interroger aussi sur les modalités de sa légitimation, afin de savoir quel type d’écrit est susceptible de devenir support de pratiques sorcellaires et à quel type de savoir il réfère. Indépendamment du recours à l’écrit comme support de pratique, la sorcellerie fait aussi l’objet de représentations littéraires écrites qui la mettent en scène et la font fonctionner doublement comme système théorique explicatif du monde ou, au niveau de l’expérience quotidienne, comme pratique. De façon récurrente, les représentations de la sorcellerie ont souvent été au coeur des logiques de pouvoir, en ce que la sorcellerie est perçue comme un mode d’actualisation des conflits réels et symboliques, un langage des conflits sociaux. La force de ces représentations permet-elle d’avoir accès à une certaine « vérité » de la sorcellerie?

Ce sont autant de questions et de lectures interdisciplinaires qui ont sollicité les compétences de plusieurs enseignants-chercheurs et chercheurs. C’est pourquoi, les travaux rassemblés ici prennent en compte à la fois les dimensions historique, juridique, littéraire et politique dans l’étude de la question de la sorcellerie.

Presses Universitaires de Pau et des Pays de l’Adour

Bon de commande

Novembre 2018, 223 pages, 20 EUR

ISBN 0 2-35311-098-3

Une histoire du messianisme

Une histoire du messianisme. Un monde “renversé”

Cet ouvrage est un essai sur le phénomène messianique dans les sociétés africaines contemporaines, et plus particulièrement dans la société congolaise. En appréhendant l’imaginaire religieux et politique comme des champs privilégiés d’observation, l’auteur met en évidence le double mouvement de révolte et d’attente qui a caractérisé la plupart des messianismes (mouvements religieux et politiques) en Afrique centrale.

En effet, les aspirations nationalistes qui accompagnaient ces mouvements politico-religieux s’inscrivaient plus généralement dans la dynamique des luttes et revendications des peuples opprimés. Néanmoins, rapidement l’ambivalence entre le désir de changement social d’une part et celui de retour vers le passé et les origines d’autre part, a amené à circonscrire les conditions universelles et spécifiques d’apparition des messianismes.

L’analyse de l’auteur navigue à travers des espaces de réflexion dans le champ complexe du messianisme, de l’imaginaire religieux et de l’imaginaire politique. Pour le messianisme matsouaniste en particulier, cette évasion vers l’imaginaire religieux et politique donne toute son importance aux systèmes clos de représentation, où le recours à l’image du « monde renversé » dévoile l’étroite relation qui existe entre l’idéologie mythique et l’idéologie utopique en tant que réservoirs d’actions. Telles sont les principales raisons de la permanence du Matsouanisme dans le Congo actuel, dont les figures inépuisables en tant que mouvement social, religieux et politique l’inscrivent dans la modernité sociale et politique congolaise.

Abel Kouvouama est Professeur à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et directeur de l’Unité de Formation et de Recherche des Lettres, langues, sciences humaines et sport. Il est l’auteur et le directeur scientifique de nombreux ouvrages, dont récemment aux Éditions Karthala, Les territoires du sacré. Images, discours, pratiques (2016).

Editeur : Karthala

Collection : Hommes et Sociétés

ISBN : 9782811119805

124 pages

Le citoyen dans tous ses états

Journées d’étude doctorale
Université de Pau et des Pays de l’Adour
Amphithéâtre de la Présidence
4 et 5 juin 2018

Les journées d’étude doctorales « Le citoyen dans tous ses états » cherchent à interroger la notion même de citoyenneté et les formes qu’elle revêt sous l’angle juridique, historique, sociologique, géographique, anthropologique ou encore celui de la littérature et des arts. Mener des réflexions transdisciplinaires dans ce cadre permet d’analyser l’ensemble de ce processus, aussi bien dans ses formes passées que contemporaines. Il s’agit de s’intéresser aux évolutions de la notion même de citoyen, tant dans ses dimensions quotidiennes ou privées que dans son acception politico-juridique traditionnelle.

 

COMITÉ D’ORGANISATION :
Adrienne BONNET, Doctorante en droit privé, CDRE, EA 3004, UPPA
Quentin GIRAULT, Docteur en droit public, PDP, EA 1926, UPPA
Cecilia BEAUDOIN, Doctorante en études latino-américaines, ALTER, EA 7504,UPPA
Tiphaine-Annabelle BESNARD, Doctorante en histoire de l’art, ITEM, EA 3002, UPPA
citoyendanstoussesetats @ gmail.com
BÂT. PRÉSIDENCE
Amphithéâtre de la Présidence

RESPONSABLES SCIENTIFIQUES DU PROJET « L’ART EN PARTAGE CITOYEN » :
Pascale PEYRAGA, Professeur des universités en littérature espagnole contemporaine, ALTER, EA 7504 UPPA
Sabine FORERO MENDOZA, Professeur des universités en esthétique et
histoire de l’art contemporain, ITEM, EA 3002, UPPA

 

Télécharger le programme complet

 

Le citoyen dans tous ses états

Le citoyen dans tous ses états
Appel à communication

Université de Pau et des Pays de l’Adour

Le projet « L’art en partage citoyen » développé à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (laboratoires ITEM et ALTER dans le cadre de la Fédération EFM) prévoit plusieurs conférences, journées d’étude et tables rondes où chercheurs, artistes et représentants d’associations seront appelés à intervenir. Il vise à appréhender l’art dit « citoyen » à travers les aspirations qu’il porte, les partages qu’il génère et les transformations qu’il produit sur chacun des acteurs engagés dans le processus créatif.

S’inscrivant dans ce projet, les journées d’études « Le citoyen dans tous ses états » cherchent, plus largement, à interroger la notion même de citoyenneté et les formes qu’elle revêt sous l’angle juridique, historique, sociologique, géographique, anthropologique ou encore celui de la littérature et des arts. Il se trouve en effet que, depuis les années 1990, le terme « citoyen » est de plus en plus présent dans les discours. Signe probable d’un regain d’intérêt pour la notion, ce phénomène s’accompagne d’une évolution de l’extension du terme. Initialement employé comme substantif, il prend davantage une valeur adjectivale, une transformation qui conduit à s’interroger sur la déperdition éventuelle du sens de la notion, en raison, notamment, de sa nature de « construit social et politique, de fabrique en constante évolution » 1.

Mener des réflexions transdisciplinaires dans ce cadre permettrait d’analyser l’ensemble de ce processus, aussi bien dans ses formes passées que contemporaines. Il s’agirait de s’intéresser aux évolutions de la notion même de citoyen, entendu au sens de membre de la cité, c’est-à-dire tant dans ses dimensions quotidiennes ou privées que dans son acception politico-juridique traditionnelle.

Qu’en est-il de la place occupée par le citoyen dans l’État et de celle que l’État souhaitait ou souhaite lui attribuer ? Par-delà la faculté du citoyen à investir, voire conditionner, l’exercice du pouvoir politique, notamment par le droit de vote, n’a-t-il pas été ou n’est-il pas, dans le même temps, un instrument au service du politique ? Par ailleurs, les mouvements critiques qui ont su se développer depuis le début du XXIe siècle, en dehors des institutions, dans les milieux non seulement politiques mais aussi associatifs, culturels et artistiques, revêtent le plus souvent le qualificatif de citoyen. L’intérêt renouvelé pour les « citoyens ordinaires »2 semble découler de la crise contemporaine de la démocratie représentative. Plus encore, la citoyenneté ordinaire pourrait prévaloir sur la citoyenneté de type kantien et habermassien – transcendante et impersonnelle –, par le sens qu’elle donne à la notion de « vivre ensemble ». En témoignent le mouvement citoyen 15 M des Indignés qui dénonce, en Espagne et en Europe, le renoncement de la classe politique à défendre les idéaux des droits de l’homme ou, en France, le réseau de « l’Archipel citoyen » orienté vers des initiatives locales. Autant de facettes d’une citoyenneté « ordinaire » révélant les capacités des individus à formuler des jugements sur le bien commun, en marge des usages et des lieux « labellisés » par les approches classiques de la citoyenneté. « Citoyens » sont aussi des festivals (« Aux Arts citoyens », Villeneuve-sur-Lot), des séries télévisées ou les projets artistiques (« Les Arpenteurs – art citoyen ») réunissant des populations autour de thématiques emblématiques (la citoyenneté, l’écologie, les changements climatiques…) pour imaginer ensemble, co-créer, co-construire entre personnes de cultures et d’origines multiples, à l’échelle locale de la ville ou à plus grande échelle. Dans quelle mesure cette « citoyenneté ordinaire » constitue-t-elle un concept fécond dans un monde globalisé ? Si la citoyenneté démocratique se matérialise dans les pratiques par lesquelles les individus et les groupes formulent et revendiquent de nouveaux droits, ou luttent pour maintenir ou améliorer des droits existants, quelles modalités d’action celle-ci privilégie-t-elle ? Dans quelle mesure engendre-t-elle la nécessité de quitter les lieux conventionnels, de faire évoluer les espaces géographiques, intersubjectifs, sociaux ? Partant, les institutions et organismes publics se trouvent-ils évincés, si ce n’est exclus, des lieux où s’exerce et se pratique une telle citoyenneté ?

Pourtant, l’Etat conserve toute sa place dans la réflexion. Les difficultés démocratiques que connaissent tous les régimes représentatifs en attestent. Cet aspect de l’analyse fait aussi ressortir certaines mutations. Il suffit pour s’en convaincre de songer à l’institution de la citoyenneté européenne par le Traité sur l’Union européenne (« TUE ») qui semble avoir servi une démarche de démocratisation et d’unification européennes destinée à contrer le déficit politique qui était reproché à l’Union. S’interroger en ce sens permet également de se pencher sur la question de la nationalité dont la citoyenneté présuppose l’acquisition. Puisqu’elle est définie selon la Cour internationale de justice (« CIJ ») comme « un lien juridique ayant à sa base un fait social de rattachement, une solidarité effective d’existence, d’intérêt, de sentiments, jointe à une réciprocité de droits et de devoirs. Elle est […] l’expression du fait que l’individu auquel elle est conférée soit directement par la loi, soit par un acte de l’autorité, est, en fait, plus étroitement rattaché à la population de l’État qui l’a conférée qu’à celle de tout autre État »3, elle soulève du même coup la question de l’identité commune entre ses représentants. Et si, selon un récent rapport de la Commission européenne, 87% des Européens sont conscients de leur statut de citoyen de l’Union européenne4, faut-il pour autant en déduire qu’ils disposent des moyens nécessaires leur permettant de participer efficacement à la vie démocratique de l’Union ? Par ailleurs, analyser la citoyenneté européenne conduit à questionner sa cohabitation avec la citoyenneté nationale qu’elle ne complète plus mais à laquelle elle « s’ajoute[rait] »5. En fonction de la dimension dans laquelle elle s’inscrit, la notion de citoyenneté devient plurale et concerne, du point de vue de l’Union européenne, tant le droit de circulation et de séjour et le droit de vote6 que la soumission d’une initiative citoyenne7 – cet instrument qui, selon la Commission européenne, permettrait aux citoyens « de mieux faire entendre leur voix »8 – ou que le droit à une bonne administration et à l’accès aux documents9. La citoyenneté sur le plan national se décline également à divers égards, comme en témoigne la récente instauration de la réserve civique en France10. L’existence et l’exercice de ces droits permettent-ils effectivement au citoyen de s’exprimer ?

Par conséquent, ces journées d’études permettraient d’explorer les perspectives suivantes:
– Le citoyen dans l’Etat, en tant que titulaire de droits politiques et/ou instrument de démocratisation,
– Le lien entre citoyenneté et acquisition de la nationalité,
– L’articulation des rapports entre citoyenneté européenne et citoyenneté nationale,
– Les rapports entre citoyenneté et identité,
– Les formes et finalités des initiatives citoyennes (au sens juridique et/ou ordinaire),
– Les manifestations associatives et locales de la citoyenneté dans un contexte globalisé,
– La fonction sociologique ou anthropologique d’une citoyenneté dite ordinaire,
– L’évolution du concept de citoyenneté sous l’angle historique, artistique, philosophique, sous celui de l’étude des civilisations, de la littérature française et étrangère,
– Les relations entre arts, littératures et citoyenneté,
– Le sujet citoyen à travers des représentations artistiques, littéraires, culturelles,
– Citoyenneté ordinaire et monde institutionnel : deux univers inconciliables ?

1 M. Carrel et C. Neveu (dirs.), Citoyennetés ordinaires: pour une approche renouvelée des pratiques citoyennes, Paris : Karthala, 2014, p. 6.
2 V. not. M. Carrel et C. Neveu (dirs.), Citoyennetés ordinaires: pour une approche renouvelée des pratiques citoyennes, op. cit.
3 CIJ, 6 avril 1955, Nottebohm, Rec. CIJ, p.4.
4 Commission européenne, Rapport sur la citoyenneté de l’Union 2017 – Renforcer les droits des citoyens dans une Union du changement démocratique, 2017, p.6.
5 Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (« TFUE »), article 20, 1.
6 TFUE, article 20, 2.
7 TUE, article 11 et TFUE, article 24.
8 Commission européenne, Livre vert sur une initiative citoyenne européenne, 11 novembre 2009, COM/2009/0622 final.
9 Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne, Titre V.
10 Loi n°2017-86 du 27 janvier 2017 relative à l’égalité et à la citoyenneté, JORF n°0024, 28 janvier 2017.

Appel à communication :

Les contributeurs sont invités à proposer leur communication (qui, après relecture critique, pourra faire l’objet d’une publication dans une revue universitaire) par l’envoi d’un résumé d’une longueur maximale de 2000 caractères espaces compris, hors bibliographie et comprenant un titre, ainsi qu’une courte biographie au comité d’organisation :
citoyendanstoussesetats@gmail.com.

Les propositions devront être transmises avant le 10 mars 2018.
Les textes finalisés devront, quant à eux, nous parvenir le 30 juin 2018, en vue de leur publication.

Comité d’organisation:
  • Cecilia BEAUDOIN, Doctorante en études latino-américaines, laboratoire ALTER, UPPA.
  • Tiphaine-Annabelle BESNARD, Doctorante en histoire de l’art, laboratoire ITEM, EA 3002, UPPA.
  • Adrienne BONNET, Doctorante en droit privé, laboratoire CDRE, EA 3004, UPPA.
  • Quentin GIRAULT, Docteur en droit public, laboratoire PDP, EA 1926, UPPA.
Comité de lecture :
  • Philippe CHAREYRE, Professeur des universités en histoire moderne, laboratoire ITEM, EA 3002, UPPA.
  • Damien CONNIL, Chargé de recherche au CNRS, UMR 7318 DICE – IE2IA, UPPA.
  • Dimitri LOHRER, Maître de conférences en droit public, laboratoire IE2IA, UMR 7318, UPPA.
  • Julien MATTERN, Maître de conférences en sociologie, laboratoire PASSAGES, UMR 5319, UPPA.
  • Pascale PEYRAGA, Professeur des universités en littérature espagnole contemporaine, laboratoire ALTER, UPPA.
  • Jean-Yves PUYO, Professeur des universités en géographie, chargé de mission Coopération transfrontalière, directeur de l’Ecole doctorale Sciences sociales et Humanités 481, directeur adjoint de l’UFR LLSHS, laboratoire PASSAGES, UMR 5319, UPPA.
Bibliographie :

BALIBAR Étienne, Nous, citoyens d’Europe ? Les frontières, l’État, le peuple, Paris : Éd. La Découverte, 2001, 322 p.
BERGER Mathieu, CEFAÏ Daniel et GAYET-VIAUD Carole (dirs.), Du civil au politique: ethnographies du vivre-ensemble, Bruxelles, Bern, Berlin : Peter Lang, 2011, 603 p. BLONDIAUX Loïc, Le nouvel esprit de la démocratie: actualité de la démocratie participative, Paris : Seuil, 2008, 109 p.
CARREL Marion et FRANCE. PLAN URBANISME CONSTRUCTION ARCHITECTURE, La citoyenneté urbaine du point de vue des gouvernés: synthèse bibliographique, La Défense : Plan urbanisme construction architecture, 2007, 88 p.
CARREL Marion, NEVEU Catherine, ION Jacques et FRANCE. PLAN URBANISME CONSTRUCTION ARCHITECTURE (dirs.), Les intermittences de la démocratie: formes d’action et visibilités citoyennes dans la ville, Paris : l’Harmattan, 2009, 310 p.
CARREL Marion et NEVEU Catherine (dirs.), Citoyennetés ordinaires: pour une approche renouvelée des pratiques citoyennes, Paris : Karthala, 2014, 328 p.
CARTER April, The political theory of global citizenship, London, New York : Routledge, 2001, viii+277.
CEFAÏ Daniel, Pourquoi se mobilise-t-on ? Les théories de l’action collective, Paris : La Découverte : MAUSS, 2007, 727 p.
CEFAÏ Daniel, CARREL Marion, TALPIN Julien, ELIASOPH Nina et LICHTERMAN Paul, « Ethnographies de la participation, Ethnographies of participation », Participations, no 4, 11 décembre 2012, p. 7-48.
CENTRE UNIVERSITAIRE DE RECHERCHES SUR L’ACTION PUBLIQUE ET LE POLITIQUE, épistémologie et sciences sociales, et CENTRE PHILOSOPHIE CONTEMPORAINE, L’ordinaire et le politique, Paris : Presses universitaires de France, 2006, 252 p.
CLARKE John, « Parler de citoyenneté : discours gouvernementaux et vernaculaires », Anthropologie et Société, vol. 33, no 2, 2009, p. 43-62.
CLARKE John, COLL Kathleen, DAGNINO Evelina et NEVEU Catherine, Disputing citizenship, Bristol : Policy Press, 2014, viii+214.
DOUSSET Laurent, LA SELVE Élisabeth, ZASK Joëlle et GUYADER Frédérique, « Comment penser l’éthique dans la pratique en sciences sociales et humaines ? », Journal des anthropologues, no 136-137, 3 avril 2015, p. 253-271.
GAGNE Natacha et NEVEU Catherine, « Présentation : L’anthropologie et la « fabrique » des citoyennetés », Anthropologie et Sociétés, vol. 33, no 2, 2009, p. 7-24.
GARCÉS Marina, Un mundo común, Barcelona : Edicions Bellaterra, 2013 (Serie general universitaria, 131), 154 p.
GRAC (GROUPE RECHERCHE ACTION), ELIÇABE Rémi, GUILBERT Amandine, HAERINGER Anne-Sophie, LEMERY Yannis et OVERNEY Laetitia, Ressaisir la citoyenneté aux bords du politique: Expériences marginales et expériences instituées de participation politique à l’épreuve des projets de rénovation urbaine dans trois pays : Catalogne, France et Québec, [s.l.] : [s.n.], 2009.
ION Jacques, En finir avec l’intérêt général: l’expression démocratique au temps des ego, Vulaines sur Seine, Editions du Croquant, 2017, 88 p.
ION Jacques, S’engager dans une société d’individus, Paris : Armand Colin, 2012, 220 p.
ION Jacques (dir.), L’engagement au pluriel, Saint-Etienne : Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2001, 228 p.
ISIN Engin Fahri (dir.), Democracy, citizenship and the global city, London : Routledge, 2000, x+319.
ISIN Engin Fahri, NYERS Peter et TURNER Bryan Stanley (dirs.), Citizenship between past and future, London, New York : Routledge, 2008, 165 p.
de MONTECLER Marie-Christine, « Vers l’adoption définitive du projet de loi Egalité citoyenneté », Dalloz actualité, 30 novembre 2016.
O’BYRNE Darren J., The dimensions of global citizenship: political identity beyond the nation-state, London, Portland : Frank Cass, 2003, x+282.
PLIAKOS Astéris, Citoyenneté, Répertoire droit européen, mars 2012 (actualisation août 2017).
POGGI Jérôme et HERS François, Faire art comme on fait société: les nouveaux commanditaires, Dijon : les Presses du Réel, 2013, 813 p.
ZASK Joëlle, Art et démocratie: peuples de l’art, Paris : Presses Universitaires de France, 2003, 220 p.
ZASK Joëlle, Participer : essai sur les formes démocratiques de la participation, Latresne : le Bord de l’eau, 2011, 326 p.

Solidarités à l’épreuve du politique et du religieux

Table-ronde : CESSMA UMR 245-INALCO/ RIAM-FMSH/ ITEM-UPPA
Les nouvelles solidarités à l’épreuve du politique et du religieux (Europe, Afrique, Amériques, Asie)
 12 et 13 octobre 2017 – INALCO,  Salle 3-26
75013 Paris. Métro Bibliothèque François Mitterrand

 

Bref argumentaire

L’analyse de la formation des subjectivités dans les mondes européens, africains, asiatiques, américains et dans les mondes arabes et musulmans, interroge le rapport entre les solidarités verticales et horizontales, interroge la dimension du genre. Ce rapport se décline de différentes manières selon les différents « régimes d’historicité ».  On partira de lectures croisées de chercheurs et des terrains étudiés ou à étudier pour identifier l’existence ou non de nouvelles solidarités. Sous les termes « nouvelles solidarités », on entend appréhender les types d’entraide sociale, les systèmes normatifs de référence, les formes solidaires et leurs métamorphoses dans les sociétés, notamment dans les groupes restreints d’appartenance et leurs réseaux communicationnels.

Au cours de la table-ronde, on s’emploiera à analyser :
– les modes de recompositions politiques, religieuses et la question des solidarités à l’épreuve de crises dont il conviendra de caractériser les formes. Quel rapport établir alors entre crises politiques, socio-économiques et recherche de nouvelles solidarités ?
– les questions de l’affirmation des subjectivités politiques et religieuses dans le contexte des sociétés contemporaines en mouvement. On tentera aussi de répondre à la question de savoir, si les solidarités actuelles (verticales et horizontales) sont encore pertinentes pour analyser les subjectivités politiques, religieuses et diasporiques.

 

PROGRAMME

Jeudi 12 octobre 2017 : 14h00- 17h30

14h 00 : Accueil des participants

14h10 – 14h30 : Robert ZIAVOULA, (CESSMA/RIAM-FMSH) Les solidarités socio-spatiales de l’idéologie participative et glocal

14h 40– 15h 00 : Michèle LECLERC-OLIVE (IRIS-EHESS/ RIAM-FMSH) Solidarités « traversantes » et  lien d’acteurs

15h10 – 15h30 : Sonia DAYAN-HERZBRUN, (LCSP -Paris Diderot/ RIAM-FMSH) Mobilisations collectives et religions: nouvelles géographies du politique”

15h40 –15h55 : Pause

16h00 -16h20 : Kae AMO (Fondation France-Japon- EHESS/RIAM-FMSH) Une nouvelle solidarité politique et/ou religieuse d’en haut et d’en bas: expériences entre le Sénégal et le Japon

16h30- 17h30 : débat général et suspension des travaux


Vendredi 13 octobre 2017 : 9h30-12h00

9h30 – 9h40 : Idrissa MANE (ITEM-UPPA/RIAM-FMSH) Sénégal : la da’wa salafiyya à l’épreuve des nouvelles solidarités soufies

9h50 – 10h00   : Abel KOUVOUAMA (ITEM-UPPA/RIAM-FMSH) Nouvelles solidarités et formation des subjectivités à l’épreuve du politique et du religieux : questions théoriques et épistémologiques (suite)

10h10 – 10h20 : Pause

10h20 – 11h30 : débat général

11h 30- 12h 00 : conclusions de la table-ronde : R. ZIAVOULA et A. KOUVOUAMA

 

Qu’est ce que la misogynie?

Qu’est-ce que la misogynie ?

Par Maurice Daumas

Les Éditions Arkhê

Seriez-vous coupable ou victime de misogynie sans le savoir ? La misogynie, littéralement “la haine des femmes”, ce sont les injures, les violences, mais pas seulement : c’est aussi le processus subtil, symbolique, par lequel les femmes sont soumises à la domination masculine. Cette misogynie “masquée” s’invite au bureau, dans les institutions, dans la rue, en amitié, mais aussi plus profondément, dans l’intimité des couples.
Vous en doutez ? La misogynie est pourtant au coeur de notre vie sociale (et conjugale) depuis plus de cinq siècles. C’est ce que Maurice Daumas démontre de manière magistrale, en puisant dans l’histoire, la sociologie et la psychanalyse. Sur un sujet qui ressurgit régulièrement dans l’actualité au gré des affaires, ce livre indispensable ne manquera pas de vous surprendre, et de remettre en cause tout ce que vous pensiez savoir sur les relations entre les hommes et les femmes, du Moyen Age à l’affaire DSK.

Maurice Daumas est professeur émérite d’histoire moderne à l’université de Pau et des pays de l’Adour, spécialiste de la sexualité, de la vie affective et des relations familiales à l’Epoque moderne.

ISBN : 978-2-918682-32-5

200 pages

L’œuvre de Pierre Bourdieu en pratiques

L’oeuvre de Pierre Bourdieu en pratiques
15ème édition, Pau, printemps 2017

par l’association PauSes, la Fédération de recherche Espaces, Frontières, Métissages,
les laboratoires I.T.E.M. et PASSAGES de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour

Ni gauche, ni droite ! Existe-t-il encore un vote de classe ?

Argument scientifique
Nombre d’observateurs de la société et de la sociologie électorale semblent se satisfaire de l’idée selon laquelle, il n’y a aurait plus désormais, dans la « modernité » politique de vote de classe ? Est-elle réaliste? Si oui, dans quelle mesure ? Pour quels aspects ? Telle est la question de départ de la 15ème édition de « l’oeuvre de Pierre Bourdieu en pratiques » prévue au printemps 2017.
Croisant sciences politiques et sciences sociales, il s’agira d’observer le clivage politique entre droite et gauche, ainsi que la (les) politique(s) et les votes au prisme des sciences sociales. En effet, « le champ politique est le lieu où s’engendrent, dans la concurrence entre les agents qui s’y trouvent engagés, des produits politiques, problèmes, programmes, analyses, commentaires, concepts, événements, entre lesquels les citoyens ordinaires, réduits au statut de « consommateurs », doivent choisir, avec des chances de malentendu d’autant plus grandes qu’ils sont plus éloignés du lieu de production. » Le champ politique est le champ suprême, le champ des champs sociaux. En tant que champ, il est un espace de rapports de positions relatives, et partant, un espace de rapports de force. Champ le plus hautement symbolique, il est le lieu de la lutte pour la reconnaissance et la définition légitime de ce qui, dans l’espace social général, peut, doit recevoir son « onction », être élevé à la dignité de question politique, être inscrit à l’ordre du jour de l’agenda politique.
Toutefois, en démocratie, il est le champ qui par construction principielle, devrait refléter l’état du champ social général. Or on assiste à l’autonomisation du champ politique, dont Pierre Bourdieu rappelait qu’à la différence de celle des autres sous-champs sociaux, manifestation du processus normal et a priori favorable à l’émancipation individuelle, de différenciation sociologique, elle contrevenait aux principes démocratiques qui exigent que ce champ exprime le plus fidèlement possible l’état des rapports sociaux.
Quelles sont les relations de cette autonomisation du champ politique avec l’affaiblissement, voire le brouillage, désormais multi-décennal, d’une distribution classique de l’électorat avec, singulièrement, la montée de l’abstention, tout particulièrement parmi les membres des classes populaires dont le vote Front National n’arrive qu’en seconde position des « préférences » politiques ?
Comment s’articule-telle à la dé-réalisation des classes populaires, au sens de déconstruction progressive de la conscience d’en être membre, de leur dé-mobilisation politique, soulignant alors l’importance décisive des conditions sociales de possibilité d’une capacité politique, à l’édification desquelles les partis politiques, les syndicats, les « mouvements de jeunesse » contribuaient (davantage) auparavant.
Comment la fabrication d’une opinion politique (i.e. impliquant des choix quant à l’organisation de la vie sociale) dépolitisée (i.e. présentée efficacement comme relevant de la nécessité technique, par exemple à propos des retraites, de la libéralisation du commerce international, de la construction de prisons…) joue-t-elle son rôle ?
C’est à cet ensemble de questions non exhaustives, que nous convions les intervenantes et intervenants à apporter des éléments de réponse lors de la 15ème édition de L’oeuvre de Pierre Bourdieu en pratiques ; cela auprès d’un public élargi (notre initiative a vocation à diffuser les résultats des travaux de sciences sociales), composé de citoyen-nes (conférences pour tou-tes), d’étudiant-es (sessions à l’U.P.P.A.), de l’ITS Pierre Bourdieu, de lycéen-nes du cycle terminal de la série Economique et sociale.

Voir le programme

“Identités et discours : vivre et penser les situations extrêmes”

Les 16, 23 et 30 novembre 2016 dans l’amphithéâtre de la présidence, le laboratoire Les Afriques dans le monde (LAM), le laboratoire Identités, territoires, expressions, mobilités (ITEM) et le master “Histoire, civilisations, patrimoines” (HCP) de l’UFR LLSHS, proposent trois séminaires sur le thème Identités et discours : vivre et penser les situations extrêmes (Afrique centrale, Afrique des Grands lacs et Pays du Maghreb).

L’état de guerre dans les sociétés africaines conduit à penser sous un angle nouveau les situations extrêmes dans lesquelles la fragmentation des territoires et la désaffection du lien social affectent les acteurs politiques et la société civile. Quels sont les discours, les nouveaux dispositifs sociaux qui modèlent les identités multiples d’acteurs ? Il s’agit pour les intervenants, à partir des études de cas et des approches interdisciplinaires de voir, de quelle manière, les sciences sociales et humaines sont-elles aptes à appréhender « les situations extrêmes », cet objet inédit.

Les séminaires :

  • Mercredi 16 novembre 2016, Afrique centrale :
    • Abel Kouvouama, ITEM-EFM/UPPA, Ce que vivre et penser les situations extrêmes veut dire : esquisses d’analyse anthropologique et philosophique,
    • Patrice Yengo, IMAF-EHESS/ RIAM-FMSH (Paris), Anthropologie de la violence politique et guerrière au Congo-Brazzaville.

Programme – séminaire du 16 novembre 2016

  • Mercredi 23 novembre 2016, La région des grands lacs africains Burundi et République démocratique du Congo les kivu :
    • Christian Thibon, LAM, Pesanteurs structurelles, cycliques et nouvelle donne dans la Région des Grands lacs,
    • D. Banshimiyubusa,  LAM, Le Kivu, la crise burundaise et les crispations identitaires dans la crise actuelle 2015-16,
    • Libère TUMBA, LAM, Le Kivu, étude comparée des territoires Uvira Masisi Rushuru,
    • Thibault  Morelle, LAM, Le Kivu une région martyr, un état des conflits,
    • Matthieu Boloquy,  Impunity Watch, Crises, opinions publiques et perceptions des conflits dans la Région des Grands Lacs,
    • G. Gerold et M. Merino , FRS, Les échéances politiques en république démocratique du Congo,
    • Christian Thibon, LAM, Burundi une crise sans sortie ?,
    • Hervé Maupeu LAM, Retour sur déligitimation et radicalisation.

Programme-seminaire-du-23-novembre-2016

  • Mercredi 30 novembre 2016, Pays du Maghreb :
    • Abel Kouvouama ITEM-EFM/UPPA, Politique, religions et violences armées : crise  du lien social ?,
    • Abderhamanne Moussaoui, Université Lyon2, Violence meurtrière dans l’Algérie des années 1990 : enjeux, angoisses et motivations du chercheur.

Programme-seminaire-du-30-novembre-2016

Ce projet rentre dans le cadre de la fédération de recherche Espaces, frontières, métissages (FR 4153) (axe : Espaces et identités), du master “Histoire, civilisations, patrimoines” (séminaire Identités et discours) ; il est soutenu par Les Afriques dans le monde (LAM) et par l’école doctorale Sciences sociales et humanités (ED 481) de l’UPPA.

 


Soutenance de thèse – Sami Bouri

AVIS de soutenance de Thèse

Monsieur Sami BOURI

Soutiendra sa thèse en “Ethnologie

le Mardi 14 juin 2016 à 14h00

à l’Institut Claude Laugénie – Salle Chadefaud

Directeur de thèse:

Monsieur Abel KOUVOUAMA
  Sujet de la thèse :
  “Temporalité sociale et rationalité politique : critique anthropologique de quelques présupposés économiques. Du temps (comme) capital (économique) au capital temporel”
Laboratoire:
ITEM

L’œuvre de Pierre Bourdieu en pratiques – 14ème Édition

La 14ème édition de l’œuvre de Pierre Bourdieu » est consacrée à l’examen des rapports entre sport-s et sciences sociales.

Affiche-DV_PauSES-ITEM_2016-1

Il s’agit d’analyser de quelle manière les « techniques du corps », sportives, au-delà de leurs spécificités disciplinaires (le rugby n’est pas le jeu à XIII et le lancer du poids diffère nettement de celui du javelot), participent de la construction de rapports sociaux, faits de forces et de luttes, symboliques, que les corps sportifs semblent fortement modéliser. Ainsi le champ sportif semble tendre à la subdivision, à la différenciation, avec l’apparition récurrente de  nouvelles disciplines et au sein de celles-ci, la vivacité des clivages entre les différents amateurismes et le professionnalisme.

 

Voir le programme :

Résumés-interventions_Sport-sciences sociales