Archives par mot-clé : sociologie

Les médias : le Quatrième pouvoir?

APPEL A COMMUNICATIONS

Congrès international du réseau réseau MEMITÀ (Memory&Identity and Media Studies)

Les médias : le Quatrième pouvoir? Identité, mémoire et patrimoine

Pau, du 7 au 9 décembre 2022


Le réseau international MEMITÀ (Memory&Identity and Media Studies) organisera son prochain Congrès en France, avec ses partenaires les Universités de Rennes 2, de Pau et des Pays de l’Adour, sur une base hybride.
Pour cette nouvelle édition, la question retenue a été: “Identité et mémoire dans les médias : configurations et recompositions du quatrième pouvoir”. À vocation interdisciplinaire, le Congrès
Memità se propose d’organiser des panels et des communications portant sur les représentations culturelles, les ancrages sociaux, les valeurs, les codes et les modes de fonctionnement selon les approches des différentes disciplines participant au réseau : littérature, langues, didactiques, édition, communication, histoire, sociologie, arts visuels, cinéma et documentaires, etc.


Axes de recherche envisagés:
– Les médias en tant que Quatrième pouvoir : configurations et recompositions.
– Les médias et l’opinion publique : des fabriques d’identité ?
– Les médias et la face cachée de la réalité.
– Les médias et la fabrique des marques culturelles, signes d’identité.
– Les médias, la mémoire et le patrimoine : récupération, transmission, et valorisation.


LIEU d’ACCUEIL : PAU en visio-conférence et en présentiel
Le Congrès aura lieu sur le Campus de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, en collaboration avec l’Université Rennes 2. Si le contexte sanitaire nous y oblige, il se tiendra en semi-présentiel. Les langues officielles sont le français, l’espagnol et l’anglais. La durée des communications sera de 20 minutes. Les débats se feront dans les langues choisies par les communicants et par le public. Il est demandé d’envoyer une proposition de communication (200 mots), accompagnée d’un court CV (100 mots, filiation académique et adresse électronique) ou une proposition de panel (avec les CV de tous les participants) à l’adresse memita@unipa.it avant le 1.09.2022, en
précisant toujours “PAU 2022” dans l’objet du message.


Les participants sont priés de préciser, même provisoirement, leur préférence de participation : en présence ou en ligne. Les réponses aux propositions seront communiquées avant le 30.09.22.
La publication des résultats des travaux prendra la forme d’un volume et/ou d’une monographie en revue.

Frais d’inscription:
– Présentiels: 80 €; on-line: 45 €
– Universités partenaires du réseau présentiel : 50 €; on-line: 30 €


Comité d’organisation:
– Dolores Thion Soriano-Mollá (cellam, Université Rennes 2 et Laboratoire Item, Université de Pauet des Pays de L’Adour, Francia)
– Juliette Richaud (Université de Pau et des Pays de l’Adour, Francia)
– Rafael Esquinas (Université de Pau et des Pays de l’Adour, Francia)
– Nathalie Brillant Rannou (cellam, Université Rennes 2)
– Floriana Di Gesù (Università degli Studi di Palermo, Italia)
– Assunta Polizzi (Università degli Studi di Palermo, Italia)
– Ambra Pinello (Università degli Studi di Palermo, Italia).


Conseil scientifique:
– Laurent Jalabert (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
– Christine Rivalan Guégo (Université Rennes 2)
– Christine Ferlampin-Acher (Université Rennes 2)
– Nathalie Brillant Rannou (Université Rennes 2)
– Christian Manso (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
– Laurent Dornel (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
– Agnieszka Woch (Uniwersytet Łódzki, Polonia)
– María Matesanz (Universidad Complutense de Madrid, España)
– Mostafa Ammadi (Université Abdelmalek Essaadi, Maruecos)
– Catalina Fuentes (Universidad de Sevilla, España)
– Rosa María Mateu (Universitat de Lleida, España)
– Oleksandr Pronkevich (Petro Mohyla Black Sea National University, Ucrania)
– Astrid Santana (Universidad de La Habana, Cuba)
– Isabel Duarte (Universidade do Porto, Portugal)
– Enric Bou (Università degli Studi ‘Ca’ Foscari’ di Venezia, Italia)
– Aldina Marques (Universidade do Minho, Portugal)
– Tzina Kalogirou (National and Kapodistrian University of Athens, Grecia)
– Astrid M. Fellner (Universität des Saarlandes, Alemania)- Germana Volpe (Università degli Studi ‘L’Orientale’ di Napoli, Italia)
– Jorge Latorre (Universidad Rey Juan Carlos de Madrid, España)
– Segundo Anacona (Universidad Pontificia Bolivariana de Medellín, Colombia)
– Teresa Fiore (Montclair State University, USA).

Voyages réels, voyages imaginaires : Perspectives interdisciplinaires

Editura Universității din București – Bucharest University Press

Presses universitaires de Pau et des Pays de l’Adour (PUPPA)

  • Editeurs scientifiques:  SIMONA CORLAN IOAN, LIONEL DUPUY, ABEL KOUVOUAMA, ECATERINA LUNG
  • 2022, 438 p.
  • ISBN: 978-606-16-1303-8

La thématique du voyage parcourt les sciences humaines et sociales, les lettres et les langues depuis très longtemps. Il est intéressant néanmoins de constater que les approches peuvent parfois se révéler complémentaires et/ou contradictoires en fonction des angles privilégiés par les chercheurs. De sorte que cette thématique fondamentalement interdisciplinaire et internationale a favorisé ici des analyses et réflexions d’ordre épistémologique, conceptuel et thématique à partir d’un fonds conceptuel commun aux différentes disciplines des sciences sociales et humaines en dialogue. Le présent volume en porte la marque à travers l’exploration de plusieurs thèmes et notions convoqués comme la mobilité, l’errance, la rencontre, l’altérité, l’ailleurs, l’exotisme.


C’est pourquoi, les articles qui y sont réunis, résultat du colloque international et interdisciplinaire qui a eu lieu les 24 et 25 octobre 2019 à l’Université de Bucarest, abordent la thématique du voyage sous trois angles : premièrement, celui de l’épistémologie du voyage afin de voir comment les lettres, langues, sciences sociales et humaines appréhendent-elles la thématique du voyage, quelle qu’en soit sa forme, son contenu, sa temporalité et sa destination. Deuxièmement, sous l’angle des relations entre le réel et l’imaginaire par lesquelles, les recherches sur les voyages articulent ces deux catégories d’analyse et de pratiques d’acteurs sociaux. Troisièmement, sous l’angle des rapports entre le sujet, le récit et le lieu dans leur appréhension à travers les productions romanesques et les récits de voyage où s’articulent l’oral, l’écrit et l’image.

Le métier de sociologue selon Pierre Bourdieu

Rencontre avec Frank Poupeau – Librairie La Curieuse, Libraire Troquet Arudy

5 avril 2022  à 18h30

 

Franck Poupeau est sociologue, directeur de recherche au CNRS. Sous la direction de Pierre Bourdieu, il a d’abord travaillé sur l’école avec une thèse soutenue en 2001 : « Enseigner en « banlieue ». Sociologie de l’éducation et crise du système d’enseignement ». Puis son terrain de recherches s’est déplacé outre-Atlantique, avec des travaux sur les inégalités urbaines et politiques de l’eau en Amérique du Sud et aux Etats-Unis et le changement politique en Bolivie qu’il interroge dans « Altiplano-Fragments d’une révolution (Bolivie, 1999-2019) », publié aux Editions Raisons d’agir, en 2021. Il a également coordonné la publication de « Microcosmes, théorie des champs », aux Editions Raisons d’agir, en 2022, des textes inédits de Pierre Bourdieu, et la réédition de « Interventions, 1961-2002, Science sociale et action politique », aux Editions Agone.

Vingt ans après la mort de Pierre Bourdieu, la rencontre avec Franck Poupeau sera donc l’occasion d’échanger sur le « métier de sociologue », tel que le concevait Pierre Bourdieu (méthode, concepts…) et montrer, pour reprendre le titre du documentaire de Pierre Carles, que « La sociologie est (également) un sport de combat » !

En liaison avec cette intervention, des panneaux de l’association Pau-SES, présentant la pensée de Pierre Bourdieu, seront installés à la librairie, Au CocoTiers (espace de travail partagé) et à la médiathèque (sous réserve).

Essai sur Jean-Jacques Rousseau

Projet de constitution pour la Corse (1765)

Auteur : Abel Kouvouama

Après un exposé des circonstances ayant amené Rousseau à l’écriture du Projet de constitution pour la Corse, dans lequel le philosophe élabore un système politique idéal reposant sur la recherche d’une forme rationnelle d’organisation sociale conforme à la nature humaine, à la fois démocratique et égalitaire, l’auteur analyse les rapports entre utopie, mythe et idéologie qui en découlent.

PUPPA Anthroposocius

ISBN : 978-2-35311-132-9

Pages : 108

Cahiers d’Histoire Immédiate – n°55

Le travail en Europe (XIXe – XXe siècles)

Une revue très complète qui présente de nombreux enjeux des XIXe siècle et XXe siècle. Le travail des femmes et le travail immigré y sont traités, ainsi que des spécificités de pays d’Europe, comme le textile d’Allemagne, la soie italienne, les mines dans les Asturies… et nombre de sujet politiques et sociaux marquants de cette période. Pour en apprendre davantage sur cette époque de mutations, d’industrialisation, et mieux comprendre les mutations contemporaines.

Ce nouveau numéro des Cahiers d’histoire immédiate est consacré à l’histoire du travail depuis le début du vingtième siècle. Dans une période où la pandémie du COVID 19 a totalement bouleversé la relation des actifs à leur métier, la mise en perspective historique permet de mieux comprendre les mutations plus contemporaines et les difficiles adaptations qui ont été en oeuvre durant cette dernière année. Car le travail dans les sociétés industrialisées est incontestablement au coeur de l’organisation de la vie quotidienne de chacun : il est le marqueur du temps quotidien, hebdomadaire, annuel, défini par la Loi, mais aussi des rythmes collectifs et des périodes dites du « hors travail », moments de divertissements ou de loisirs. La pandémie a montré toute la complexité d’une organisation du travail qui ne peut se comprendre sans ce regard rétrospectif. Envisagée par la longue durée dans un dossier coordonné par Laurent Dornel au travers d’analyses essentiellement historiques, cette histoire du travail est complétée par des approches plus contemporaines.

Les auteurs, coordonnés par Laurent Dornel

Fabrice Bensimon, Bastien Cabot-Bru, Yves Denéchère, Frédérique Letourneux, Manuela Martini, Jorge Muniz-Sanchez, Christophe Patillon, Rémy Pech, Michel Pigenet, Emmanuel Plat, Gabrielle Schutz, Marie-Bénédicte Vincent, Michelle Zancarini-Fournel

Cairn Editions

172 pages

Mai 2021ISBN :  9782350689791

A l’ombre de la ligne de fuite Une alternative des possibles

Robert ZIAVOULA, Patrice YENGO, Abel KOUVOUAMA

Editions PAARI

2020 – 256 p.

ISBN : 978-2-84220-111-1

Les écrits qui sont rassemblés dans cet ouvrage ont fleuri patiemment pendant trois années consécutives à l’occasion des tables-rondes et séminaires co-organisés au sein de l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO) à Paris, par le Centre d’Études en Sciences Sociales sur les Mondes Africains, Américains et Asiatiques (CESSMA) ; cela en partenariat avec le Laboratoire Identités, Territoires, Expressions Mobilités (ITEM) de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et le Réseau Interdisciplinaire Afrique Monde (RIAM).
Les auteurs, Sonia Dayan-Herzbrun, Michèle Leclerc-Olive, Robert Ziavoula, Idrissa Mane, Lucette Labache, Abel Kouvouama, Régine Tchicaya-Oboa et Patrice Yengo ont entrepris individuellement et collectivement d’interroger ce que recouvrent entre autres les vocables suivants : clos, ouvert, ombre, ligne de fuite.


Certes, il y a plusieurs manières de les appréhender dans le domaine des sciences sociales et humaines. Cependant, en considérant les temporalités variées sous lesquelles on les appréhende, ainsi que les différents contextes socio-historiques et les multiples « foyers d’expériences » des individus, on est conduit à prendre en compte les manières de dire, de faire et de se représenter le monde, la nature, la culture, etc.
Ces mots et ces signes permettent implicitement, en tant que catégories de pensée et de pratique, d’analyser non seulement les concepts de frontière, de limite, de seuil, de transgressivité, mais également, d’identité, de subjectivité, de mémoire et de trace.
Quelles que soient les sociétés proches ou lointaines, le clos, l’ouvert, l’ombre, la ligne de fuite sont l’indice de traces laissées sur un espace donné (mur, tableau, rue, etc.), ou réfractant dans une zone soustraite au rayonnement lumineux. De même, parce qu’elle est marquée à la fois par des ombres, des lignes de fuite, la rue fascine, fait peur et attire tout à la fois. Elle donne à l’individu un sentiment de liberté et de plénitude. Identifier les différents acteurs qui occupent la rue, analyser les différents lieux où se déploient les notions de clos, d’ouvert, d’ombre, de ligne de fuite, telle est la matrice des textes réunis dans cet ouvrage collectif.

Sommaire

Les stations thermales secondaires en France aux XIXe et XXe siècles

COLLOQUE : Les stations thermales secondaires en France aux XIXe et XXe siècles. Une autre histoire du thermalisme ?

Dans le cadre du programme européen Feder TCV-PYR

Cette rencontre se déroulera le vendredi 18 septembre 2020 à la Maison de la Recherche de l’Université Toulouse Jean Jaurès.

Elle aura pour ambition de mettre au jour l’histoire économique, sociale et architecturale des stations thermales secondaires en France. Elle doit permettre de déterminer si l’approche du thermalisme, fondée majoritairement sur l’étude des stations les plus renommées,correspond aussi à ces stations plus modestes. Les réflexions amèneront à éclairer la variété des modèles et des formes du thermalisme, et ainsi à enrichir la connaissance du phénomène.

Philosophie, Utopie et Politique chez Morelly

Par Abel Kouvouama

Parution aux Presses de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour

Cet essai est une réflexion de philosophie sociale et de prospective politique sur le « Code de la nature », une œuvre majeure de Morelly, philosophe français méconnu du XVIIIe siècle qui a vécu à Vitry-le-Francois, près de Reims. La démarche de Morelly y réside dans une réflexion critique sur la meilleure forme de gouvernement et sur l’organisation sociale qui soit la plus conforme à la « nature originelle » de l’homme; cela en analysant les institutions politiques présentes de la société française moderne, dans le but de modifier la conduite réelle des gouvernants et des gouvernés. Il apporte alors des réponses philosophiques et éthiques sur les contraintes quotidiennes de la société française moderne lorsque celle-ci dans ses valeurs fondamentales issues des Lumières s’écarte de l’idéal de justice, de liberté et d’égalité entre les hommes. Les idées émises par Morelly ont servi et peuvent servir de matrices de connaissance dans l’analyse des systèmes de pensée et de représentations utopiques et idéologiques des mondes moderne et contemporain.

Collection Anthroposocius
100 pages – 12 × 17 cm
ISBN 978-2-35311-121-3 – septembre 2020

Appel à Communications – Cahier d’Histoire immédiate

Dossier spécial du Cahier d’histoire immédiate (2021)

“La crise syrienne et la question kurde (2011-2021)”

La révolution syrienne qui éclate en mars 2011 et le conflit internationalisé qui s’en suit tendent à reconfigurer les données d’un Moyen-Orient qu’on pensait déjà complexe. Au fil des événements qui secouent la région, on trouve notamment les Kurdes de Syrie, visibilisés progressivement comme des acteurs à part entière dans le conflit. Finalement, diabolisés ou héroïsés, volontairement ou malgré eux, les Kurdes de Syrie, de Turquie et d’Irak, se retrouvent ainsi pris, à divers degrés, dans la tourmente à la fois syrienne et internationale. Notre recherche se situe donc d’emblée à deux échelles : celle du terrain, des groupes en présence et de l’évolution du conflit, et celle du discours façonnant une grille de lecture sur les Kurdes et le conflit auquel ils prennent part.

Car dans cette révolution, devenue guerre civile puis guerre internationalisée, on perçoit surtout les acteurs visibles et visibilisés du conflit. Or, notre regard doit aussi porter sur ceux qui définissent la grammaire du conflit en cours pour mieux en orienter les lectures. Parmi les chercheurs également, la question kurde tend à déchaîner les passions. Or, il s’agit pour nous ici, selon la formule de l’historien et politologue Hamit Bozarslan, de « rompre avec l’hypothèse de la singularité kurde  » et d’éclairer le lecteur en faisant part des imbrications avec les thématiques nationales des différents États concernés. Les 10 ans du conflit « syrien » sont donc l’occasion de faire un état des lieux des usages de cette « question kurde ». D’ailleurs, la guerre en Syrie en a-t-elle dévoilé de nouveaux usages ? 

Une réflexion multiscalaire et multidisciplinaire permettra d’interroger le contenu effectif de cette rhétorique. Revendiquer une spécificité kurde, c’est aussi l’occasion de présenter une grille de lecture ethnicisée du conflit en cours, reléguant à l’arrière-plan les premiers slogans de dignité et de démocratie brandis par les Syriens. Rien d’étonnant en soi, l’instrumentalisation de la fameuse question kurde à des fins politiques reprend de plus belle entre les acteurs régionaux et internationaux. Alors que les tractations se font dans les sommets internationaux, du côté des intéressés, on subit surtout l’exode, la destruction et la radicalisation, parallèlement au renforcement des luttes entre les élites locales et de la construction des pouvoirs respectifs. C’est pourquoi il est nécessaire d’opérer un désenclavement de la question kurde pour mieux saisir certaines logiques en cours.

Il s’agira de définir les différentes utilisations de la question kurde dans l’interprétation du conflit : à quel moment cette grille de lecture s’est imposée ? Pour quels buts politiques ou militaro-stratégiques ? Afin de mieux interroger le concept de question kurde, qui s’avère en fait plurielle, nous souhaitons décrypter les différentes réalités sociales et politiques observables sur le terrain. Comment le conflit a-t-il été vécu par les acteurs dits kurdes ? Après l’élan d’ethnicisation, une fois l’illusion retombée, comment re-fabriquer le tissu sociétal ? Dans une situation post-conflit, quel sens donne-t-on à cette question kurde ? Qui se considère partie de cette « question » ? Cela peut nous amener à nous pencher sur les Kurdes « à la marge », qui ne s’identifient pas aux mouvements kurdes – ou n’y sont plus identifiés – et sont touchés par la paupérisation ambiante. Ces regards en marge peuvent nourrir des approches plus inclusives nous mettant à l’abri des biais ethnicisant et nationalistes. L’objectif sera ici de montrer à partir d’articles de terrain la diversité des socialisations kurdes en dehors des étiquettes habituelles et traditionnelles, notamment imposées par les élites politiques, qui prennent le dessus dans les analyses et écrasent les sociétés civiles et les individus. 

Les coordinateurs de ce numéro spécial encouragent une recherche qui se libère du poids du politique et des différents nationalismes pour mieux observer les réalités du terrain et les utilisations récentes de la question kurde dans le contexte syrien. Les articles de terrain récents qui montrent la diversité des réalités sociales et politiques dites kurdes ainsi que toute autre approche innovante, collaborative ou multidisciplinaire (sciences politiques, histoire, anthropologie, géographie, histoire de l’art, sociologie, etc.) seront particulièrement appréciés.

Modalités de soumission

Les collègues intéressé(e)s par cet appel à contributions sont prié(e)s d’envoyer dans un premier temps une proposition d’article résumée d’environ 250 mots, ainsi qu’un titre et une courte notice bibliographique, avant le 15 juin 2020 aux coordinateurs de ce numéro spécial : 

Laurent Dissard (laurent.dissard@univ-pau.fr)

Solène Poyraz (solene.poyraz@gmail.com)

Les articles choisis (max. 45 000 signes espaces, notes et bibliographie compris) seront à envoyer avant le 1er octobre 2020. Ils feront l’objet d’une double évaluation anonyme et de demandes de modifications éventuelles avant acceptation définitive. La publication est envisagée en février 2021.

Les jeudis d’ITEM

Le laboratoire ITEM (Identités, Territoires, Expressions, Mobilités) EA 3002de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour

a le plaisir de vous convier au troisième Jeudi d’ITEM* de l’année universitaire 2019-2020 


“La chanson congolaise de variétés et le bar comme terrain d’observation socio-anthropologique”
par Abel Kouvouama, ITEM EA 3002 

le jeudi 19 décembre 2019 à 13h30
Salle 6, Institut Claude Laugénie
Entrée libre, dans la limite des places disponiblesIdentités, Territoires, Expressions, Mobilités (ITEM)

Institut Claude Laugénie

Avenue du Doyen Poplawski

64000 PAU

* Les Jeudis d’ITEM se veulent une série de rencontres scientifiques mensuelles, sous forme de séminaire, permettant aux enseignants-chercheurs, chercheurs et doctorants du laboratoire de présenter leurs thèmes, terrains et méthodes de recherche. Cette démarche vise, à travers le dialogue, à mettre en évidence les conditions de production des connaissances, la diversité des difficultés existant parfois dans le rapport au « terrain » ou aux « archives », les enjeux et les modalités de valorisation des recherches. 
 Veuillez trouver le programme 2019-2020 des Jeudis d’ITEM ci-dessous:

  • 10/10/19  – Laurent Dissard – Sauvegarder le passé dans la Turquie des années 1960
  • 21/11/19 – Dénes Harai – Un chapitre inédit de la vie d’Henri IV (1572)
  • 19/12/19 – Abel Kouvouama – La chanson congolaise de variétés et le bar comme terrain d’observation socio-anthropologique
  • 16/01/20 – Leticia Tobalina – Dynamiques spatiales et temporelles entre l‘Èbre et les Pyrénées (IIIe-VIIe s.)
  • 06/02/20 – Véronique Lamazou-Duplan – Un festin d’exception aux Jacobins de Toulouse. Fébus et Charles VI (1390). Recherche, reconstitution et exposition
  • 13/02/20 – Victor Pereira – Les Portugais dans les camps d’internement français (1939-1940)
  • 12/03/20 – Viviane Delpech – Le patrimoine thermal dans les Pyrénées du Moyen Âge à nous jours
  • 16/04/20 – Laurence Espinosa – Manhunt Unabomber : Conversation avec une cabane, une boîte aux lettres et un feu tricolore
  • 14/05/20 – Maurice Daumas – Comment on devient féministe… ou pas

Appel à communication Voyage

Colloque international

“Voyages réels, voyages imaginaires”

Bucarest, 24-25 octobre 2019

La thématique du voyage parcourt les sciences humaines et sociales, les lettres et les langues depuis très longtemps. Il est intéressant néanmoins de constater que les approches peuvent parfois se révéler complémentaires et/ou contradictoires, en fonction des angles privilégiés par les chercheurs. De sorte que cette thématique, qui est fondamentalement interdisciplinaire et internationale, suppose des réflexions d’ordre épistémologique, conceptuel et thématique.

 La mobilité, l’errance, la rencontre, l’altérité, l’ailleurs, l’exotisme, etc. sont autant de notions qui sont mobilisées dans les différents travaux sans que pour autant elles soient pensées en lien entre chaque discipline. Comment ces dernières articulent-elles ainsi leurs réflexions, notamment au sein des catégories établies du réel et de l’imaginaire ?

Nous proposons au cours de ce colloque international et interdisciplinaire de nous appuyer plus spécifiquement sur les concepts heuristiques que sont le sujet, le lieu et le récit.

 Le sujet est l’individu autonome, réflexif, qui se co-construit avec son environnement, dans un lieu donné et qui est capable de mettre en récit son rapport au monde, à la nature et à la société.

 Le lieu est cette portion d’espace singulière où les hommes (l’anthropos) et les sociétés entretiennent des rapports privilégiés, où leurs identités se manifestent au sein de leur quotidien, de leur ordinaire.

 Le récit est la mise forme, notamment par l’écrit, de ces relations qui peuvent produire des fictions qu’elles soient romanesques, cinématographiques, artistiques et/ou culturelles.

Trois angles seront particulièrement privilégiés durant ce colloque:

Axe 1 / Épistémologie du voyage : comment les sciences humaines et sociales, les lettres et langues, appréhendent-elles la thématique du voyage, quelle qu’en soit sa forme, son contenu, sa temporalité, sa destination ?

 Axe 2 / Réel et imaginaire : comment les recherches sur les voyages articulent-elles les catégories du réel et de l’imaginaire ? Comment les récits mettent-ils en scène les dimensions du réel et de l’imaginaire ?

 Axe 3 / Sujet, récit et lieu : comment les lieux sont-ils mis en récit ? Comment s’organisent les relations entre sujet, récit et lieu dans les fictions romanesques et les récits de voyage ? Comment s’articulent les productions qui convoquent l’oral, l’écrit et l’image ?

Pour autant ces trois angles ne sont pas restrictifs et exclusifs des propositions qui pourront être faites et retenues dans le cadre de ce colloque. Les propositions de communications devront comporter un titre, un résumé d’une dizaine de lignes, 5/6 mots clefs et être adressées à :

Simona Corlan Ioan (Faculté d’Histoire, Université de Bucarest)

 simonacorlan1 @ yahoo.com et simona.corlanioan @ istorie.unibuc.ro

Ecaterina Lung (Faculté d’Histoire, Université de Bucarest)

ecaterina.lung@istorie.unibuc.ro

avant le lundi 16 septembre 2019.

Comité Scientifique :

Abel Kouvouama – ITEM –UPPA (France)

Ecaterina Lung (Faculté d’Histoire, Université de Bucarest)

Lionel Dupuy- chercheur au

Laboratoire PASSAGES – UMR 5319 CNRS, Pau, France

Simona Corlan – Ioan (Faculté d’Histoire, Université de Bucarest)

l’irrésistible féminisation de la culture

Par Maurice Daumas

Presses Universitaires de Pau et des Pays de l’Adour

Collection EFM n°12, 136 pages

ISBN : 2-35311-105-X

Des sociologues ont proclamé récemment la fin de la domination masculine et l’entrée dans une société de femmes. Prophètes, visionnaires ou simples devins, ils apportent leur caution à cette opinion qui enfle depuis la deuxième vague féministe : que réclament encore les femmes, puisque leur combat est désormais gagné?

Notre culture porte depuis ses origines l’empreinte de l’inégalité entre les sexes. L’emprise masculine reste très forte dans les domaines où elle paraît inexpugnable, comme la langue, la religion, les comportements sexuels, la conception du passé… Au cours des derniers siècles s’est produit un rééquilibrage en faveur des femmes. Par un lent processus de conquête des positions adverses, elles ont gagné en visibilité et en pouvoir, alors même que l’autorité leur était refusée et que les leviers pour y accéder (réseaux, institutions) leur échappaient. Peu à peu se sont construites des représentations moins inégalitaires des relations entre les sexes. L’évolution, loin d’être achevée, puisque sous l’effet de la mixisation croissante de la société, l’idée de leur complémentarité, si prégnante au siècle précédent, a été reléguée au rang des pires préjugés sexistes, au profit de celle de leur interchangeabilité.

Les avancées des femmes ont toujours été contestées, mais depuis le début du XXe siècle, la peur de la subversion par les valeurs féministes domine la pensée antiféministe. Si la dévirilisation des hommes relève du fantasme, le féminisation de notre culture est une réalité, qui présente un double visage. Le premier, bien visible, source de crainte et d’hostilité, correspond aux avancées féminines et au rééquilibrage des statuts des deux sexes. Le second, insensible et irrésistible, consiste dans la lente diffusion dans toute la société des valeurs qui étaient auparavant assignées aux seules femmes. Ce processus de féminisation est le principal responsable du polissage des mœurs au cours des cinq derniers siècles.

L’oeuvre de Jean Copans

Appel à contributions “L’ oeuvre de Jean Copans et les zones critiques d’une anthropologie du contemporain”

Journées d’études internationales
Paris, 15-16 Mai 2019


Date limite de soumission : samedi 20 avril 2019


Auteur prolifique, engagé dans la vie de multiples institutions, pédagogue hors pair, les recherches de Jean Copans restent à l’écart des débats et des hommages qui alimentent tant l’anthropologie que les études africaines, ou encore la sociologie politique. Alors que l’anthropologie du contemporain est toujours en quête d’un épistème, l’œuvre de Jean Copans est curieusement restée un angle mort de cette quête. Paradoxalement, l’un des fils conducteurs du travail revendiqué par Jean Copans est celui « Des crises d’identité de l’anthropologie » dans lesquelles il n’a cessé de souligner les tensions entre la nécessaire unité théorique de la discipline face à l’éclatement des objets, des terrains et des définitions revendiquées par les auteurs. Ces journées d’études se proposent de prendre le temps d’examiner les multiples facettes d’une œuvre protéiforme.


Collaborateur assidu et prolifique des Cahiers d’études africaines et de la revue Politique africaine, le nombre de recensions d’ouvrages signées de sa plume témoigne d’une intense activité de lecture du travail des autres. Peut-être est-ce d’ailleurs cette ouverture et cette capacité à recevoir la pensée de ses collègues qui constitue l’une des facettes importantes de sa démarche de chercheur ? Impliqué dans la recherche en train de se faire, ses lectures et ses commentaires en font à la fois un chroniqueur, un observateur et un analyste du temps présent. Et si ses traductions de l’ouvrage F.G. Bailey Stratagems and Spoils (1969) – traduit sous le titre Les règles du jeu politique (1971) -, et de l’ouvrage de Mahmood Mamdani, Citizen and Subject (1996) (Citoyen et Sujet. L’Afrique contemporaine et l’héritage du colonialisme tardif, 2004), font dorénavant partie du corpus incontournable des sciences sociales, et notamment de l’anthropologie politique, ses retours critiques sur ces mêmes ouvrages sont restés moins connus.


Comment qualifier son itinéraire et sa trajectoire dans des jeux de catégories qui, à peine énoncés, procèdent d’un réductionnisme ? Car de lecteur assidu, Jean Copans est aussi de ces passeurs et traducteurs lorsqu’il introduit les débats et les controverses de la revue Current anthropology dans le milieu des anthropologues français, et qu’il y prend une part active. Jean Copans a formé un bon nombre de jeunes collègues, africains ou pas, en poste pour un bon nombre d’entre eux, en Europe ou en Afrique. Quant à ses travaux, de la classe ouvrière en Afrique (noire) à ses engagements sur les sécheresses de 1973, en passant par ses réflexions sur les intellectuels en Afrique (La longue marche de la modernité africaine. Savoirs, intellectuels, démocratie), sur les nationalismes (voire le séminaire de Balandier 1964 et sa note sur le nationalisme Gikuyu au Kenya), sur la mouridologie dans ses échanges avec Cruise O’Brian, ou encore, la sociologie politique de l’Afrique et l’aventure Politique Africaine (il en fut l’un des piliers fondateurs, et ultérieurement, l’un de ses critiques) ; ils présentent tous une actualité surprenante, tant au regard de la multiplicité des objets et des terrains, que des résonances avec une vision de l’anthropologie du contemporain qui, étrangement, l’a maintenu à l’écart, ou tout au moins, l’a posé dans une altérité, disons « académique.


L’hologramme Jean Copans motive les initiateurs à consacrer deux journées d’études permettant de donner une juste place à l’anthropologue. Ces journées visent à scruter son oeuvre dans une histoire du temps présent (sans céder au présentisme), et ce faisant, à comprendre ce qu’il nous dit de l’anthropologie du contemporain, de l’actualité d’une science de l’Homme. De plus, les liens mentionnés entre l’auteur, son oeuvre et l’anthropologie du contemporain invitent aussi à articuler ce projet à un retour réflexif sur l’anthropologie de l’Afrique contemporaine, et à inscrire celle-ci dans une perspective internationale. Pour ce faire, les organisateurs lancent un appel à communication autour de 4 axes de réflexion, non exclusifs.


1-L’Afrique comme paradigme des sciences sociales chez Jean Copans : questionnements théorique et épistémologique


Selon Jean Copans, « la fonction épistémologique, rhétorique, voire décorative de l’exemplification africaine semble bien plus qu’un problème historique de voisinage et de fréquentation, d’expérience personnelle ou professionnelle de terrain. L’exemple africain (organisation villageoise, solidarité, misère encore digne, respect de l’État malgré les corruptions, culture « world » avant la lettre) propose un modèle sociopolitique qui correspond encore, en creux, à celui d’un « État-providence de proximité ». Le domaine de l‘expertise, incarné par les institutions internationales, les O.N.G., a modelé les expériences sociopolitiques contemporaines. Elles demeurent peu intégrées, presque confidentielles, dans la réflexion méthodologique générale des sciences sociales. La réflexivité portant sur les constructions de l’objet ou sur la faisabilité des politiques, des programmes et des opérations de développement, parfois analytique et critique, reste l’apanage d’un très faible nombre de chercheurs et de praticiens. Or, dans ses séminaires et ses interventions publiques, Jean Copans n’a jamais cessé de promouvoir une réflexion collective sur les sciences sociales au sens large (y compris l’économie politique), sur les manières de faire, des plus abstraites aux plus concrètes, en matière d’enquête de terrain, de recueil des données, de recherche documentaire, de construction et d’écriture à la fois des données et des résultats. On pourra interroger les rapports entre anthropologie théorique, politique et anthropologie appliquée.


2-Constructions nationales, mouvements sociaux et « ethniques » et sociétés civiles en Afrique noire


Dans son oeuvre, Jean Copans n’a cessé de souligner le décalage temporel quasi-permanent entre la rapidité et la violence des changements sociaux des sociétés africaines et les descriptions produites par les observateurs et les analystes spécialistes des sciences sociales. La variété des cas interdit toute généralisation hâtive. Il note la contraction entre les dynamiques de transformations inscrites dans la longue durée et leur réduction en situation de conjonction ; d’où la nécessite de faire des distinctions entre les « mutations » et les « crises » ; d’interroger les rapports entre les institutions politiques et les stratégies immédiates des acteurs. Il s’agira aussi de décrire les configurations du politique depuis les mouvements sociaux et politiques de la période des « ouvertures démocratiques » du début des années 1990 aux
« sociétés d’émergence » des années 2000.


3-Sciences sociales africaines et anthropologie du développement et de l’humanitaire


Dans ses travaux, Jean Copans montre comment les sciences sociales se sont penchées dès les années 1950 sur la question du développement. De nombreux facteurs ont contribué à la construction d’une dynamique tout à fait spécifique dans la construction de leur champ d’étude. Cette trajectoire
historique disciplinaire conduit à s’interroger sur l’existence ou non d’une science experte et coloniale autant que sur la diversité des traditions nationales induisant des rapports spécifiques entre sociologie et anthropologie. Cette historicité explique-t-elle les évolutions propres au champ du développement qui voit les ONG, et ultérieurement les tâches dites humanitaires, s’imposer progressivement (1980-90), dans les programmes de développement. Comment les travaux de Jean Copans réinterrogent-ils les méthodologies et les fonctions politiques des savoirs sur le développement ?


4- Anthropologie, sociologie, modernité africaine


La modernité, on en parle, ici et là, on en célèbre la valeur exemplaire et les prodigieuses réalisations en tant qu’activité rationnelle du sujet libéré des entraves de la nature. Tout bouge, tout est remis en question sous le règne de la modernité agissante. Les structures familiales se recomposent. Dans l’hypermodernité, l’Afrique intègre les flux d’informations désormais planétaires ; les configurations politiques émergent réactivant le religieux et l’ethnicité. En somme, tout est placé sous le signe de la recherche de la nouveauté et de la présentification de l’ancien. La modernité a été parfois perçue comme une « réinvention de la tradition ». Dans le même temps, comment dater cette modernité ?
Dans la “longue marche de la modernité africaine”, Jean Copans interroge tour à tour la modernité occidentale et la modernité africaine en posant l’hypothèse qu’il “existe une série de relations entre la production (et la reproduction) de la société et l’élaboration des connaissances à propos de et à destination de cette société”. A partir de la distinction entre modernisation et modernité, sous-jacente à une construction historique de la démocratie, l’anthropologue distingue, “d’une part, les légitimités invisibles de l’Etat, c’est-à-dire le contenu proprement politique d’une éventuelle modernité en gestation et de l’autre la question de la démocratie”. Jean Copans montre comment “Le processus de construction de cette modernité (européenne)”, est le résultat d’une double formalisation juridico-idéologique d’une part, intellectuelle et scientifique de l’autre. Cette formalisation du champ social s’exprime de manière synthétique au niveau politique sous l’énoncé de « modernité ». Aussi soutient-il l’idée que la pensée des intellectuels africains doit se libérer des tutelles occidentales et des contraintes idéologiques de la modernisation. Face aux turbulences de la modernité, qu’en est-il de cette émancipation intellectuelle et politique ?


Comité d’organisation :
Benoit Hazard,(IIAC & co-rédacteur en chef des Cahiers d’études africaines) ; Jean Bernard Ouédraogo (IIAC Laios) ; Ricardo Ciavolella (IIAC), Abel Kouvouama (ITEM, Université de Pau et des Pays de l’Adour), Gérald Gaillard (Université de Lille), Patrice Yengo (IMAF-EHESS), Tarik Dahou (DR IRD, Paloc), Franck Beuvier (IIAC).


Les propositions de contribution doivent comporter le nom de l’auteur, son affiliation professionnelle et son courriel. Elles doivent être envoyées à l’adresse suivante : copans2019@gmail.com

Littérature et Inférences anthropologiques

Auteur : Abel Kouvouama

Éditeur : Paari editeur

Collection / Série : GERMOD

Résumé :

Les sociétés contemporaines et les individus éprouvent au quotidien le besoin toujours croissant de comprendre la richesse de la diversité culturelle et sociale.  Avec l’intitulé donné à cet ouvrage, Littérature et inférences anthropologiques, ce sont des choses écrites et des choses dites ici et ailleurs touchant à l’anthropologie, à la sociologie, à la philosophie et à la littérature dont il est question. Ces inférences anthropologiques regroupent des textes d’âges différents à valeur épistémologique, interdisciplinaire et ayant non seulement une certaine unité thématique, méthodologique, mais concernent également de terrains proches et lointains, des mondes sociaux, des espaces géographiques du Congo-Brazzaville et de France compris entre 1978 et 2018.

L’imaginaire et le pouvoir sont explorés ici à travers la question de l’Etat et de l’identité culturelle ethnique. Et dans le rapport de l’anthropologie à la littérature dans l’espace d’Afrique centrale notamment, il s’agit de souligner l’importance des mots dans les textes écrits comme dans l’oralité chez les écrivains congolais. Ainsi, l’étude interdisciplinaire de la formation des subjectivités dans les sociétés d’Afrique centrale permet-elle d’appréhender aussi la question du rapport individu/communauté dans le champ littéraire ? De réfléchir sur les nouveaux contextes sociaux, économiques et politiques où se construisent les nouvelles formes de subjectivité littéraire à partir des vecteurs de la mondialisation.

La pratique anthropologique se situe aux interstices de l’altérité et de l’identité ; elle invite à une pédagogie de la différence construite dans l’unité de l’humain. Espace de réflexion sur l’Autre et sur soi, espace d’engagement et espace d’expérimentation du social, l’anthropologie dans son renouvellement tant du point de vue des méthodes que des thématiques se doit d’associer de plus en plus le regard éloigné et le regard proche dans la transversalité des situations, des imaginaires sociaux et des systèmes symboliques. Et les questions abordées ici, quel que soit le champ des sciences sociales et humaines dans lequel elles peuvent être rangées, s’inscrivent dans un même continuum de pensée réflexive et critique.

Date de parution
14/03/2019

160 pages ; 22 x 15 cm ; broché

ISBN 978-2-84220-100-5

L’œuvre de Pierre Bourdieu en pratiques

17ème édition

Du 27 mars 2019 au 10 mai 2019

Par : Association PauSES, Lycées L. Barthou (Pau), A. Camus (Mourenx), UPPA (ITEM et Département de sociologie, UPPA), Institut du Travail Social Pierre Bourdieu, Commune de Lasseube.

Trajectoires migratoires, Trajectoires sociales, Trajectoires historiques
Rencontres avec le sociologue Stéphane BEAUD ( université de Poitiers )

  • Vendredi 1er février 2019 à 19h 30 : exposition sur l’œuvre de Pierre Bourdieu à la Librairie Social Club Caractères à Mont de Marsan
  • Mercredi 27 mars 2019 à 9h 00 : rencontre des Lycéens du Lycée Louis Barthou avec Stéphane BEAUD
  • Mercredi 27 mars 2019 de 14h 00 à 15h 30 : Conférence-débat avec les étudiante-s du Département de sociologie dans l’Amphithéâtre 600 en Droit à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour
  • Mercredi 27 mars 2019 de 17h 30 à 19h : Présentation et séance de dédicace du livre de Stéphane BEAUD à la Librairie Tonnet
  • Mercredi 27 mars 2019 à 20h à la Mairie de Lasseube : Table-ronde sur l’immigration avec les Associations de Lasseube en présence de Stéphane Beaud.
  • Jeudi 28 mars 2019 de 10h à 12h : rencontre des Lycéens du Lycée de Mourenx avec Stéphane BEAUD
  • Jeudi 28 mars 2019 de 14h à 16h : conférence-débat à l’Institut du Travail Social Pierre Bourdieu
  • Vendredi 9 mai 2019 à 20h à Lasseube : Conférence-débat : un siècle d’histoire de l’immigration par Eric CAUP, historien (Lycée Jules Supervielle d’Oloron Sainte-Marie), membre de l’Association Atout Jeune-Famille de Lasseube.