Archives par mot-clé : sciences humaines et sociales

L’oeuvre de Jean Copans

L’oeuvre de Jean Copans et les zones critiques d’une anthropologie du contemporain


Paris, 11 et 12 Juin 2019
Fondation Maison des sciences de l’Homme

Auteur prolifique, engagé dans la vie de multiples institutions, pédagogue hors pair, les recherches de Jean Copans restent à l’écart des débats et des hommages qui alimentent tant l’anthropologie que les études africaines, ou encore la sociologie politique. Alors que l’anthropologie du contemporain est toujours en quête d’un épistème, l’œuvre de Jean Copans est curieusement restée un angle mort de cette quête. Paradoxalement, l’un des fils conducteurs du travail revendiqué par Jean Copans est celui « Des crises d’identité de l’anthropologie » dans lesquelles il n’a cessé de souligner les tensions entre la nécessaire unité théorique de la discipline face à l’éclatement des objets, des terrains et des définitions revendiquées par les auteurs. Ces journées d’études se proposent de prendre le temps d’examiner les multiples facettes d’une œuvre protéiforme.


Collaborateur assidu et prolifique des Cahiers d’études africaines et de la revue Politique africaine, le nombre de recensions d’ouvrages signées de sa plume témoigne d’une intense activité de lecture du travail des autres. Peut-être est-ce d’ailleurs cette ouverture et cette capacité à recevoir la pensée de ses collègues qui constitue l’une des facettes importantes de sa démarche de chercheur ? Impliqué dans la recherche en train de se faire, ses lectures et ses commentaires en font à la fois un chroniqueur, un observateur et un analyste du temps présent. Et si ses traductions de l’ouvrage F.G. Bailey Stratagems and Spoils (1969) – traduit sous le titre Les règles du jeu politique (1971) -, et de l’ouvrage de Mahmood Mamdani, Citizen and Subject (1996) (Citoyen et Sujet. L’Afrique contemporaine et l’héritage du colonialisme tardif, 2004), font dorénavant partie du corpus incontournable des sciences sociales, et notamment de l’anthropologie politique, ses retours critiques sur ces mêmes ouvrages sont restés moins connus.


Comment qualifier son itinéraire et sa trajectoire dans des jeux de catégories qui, à peine énoncés, procèdent d’un réductionnisme ? Car de lecteur assidu, Jean Copans est aussi de ces passeurs et traducteurs lorsqu’il introduit les débats et les controverses de la revue Current anthropology dans le milieu des anthropologues français, et qu’il y prend une part active. Jean Copans a formé un bon nombre de jeunes collègues, africains ou pas, en poste pour un bon nombre d’entre eux, en Europe ou en Afrique. Quant à ses travaux, de la classe ouvrière en Afrique (noire) à ses engagements sur les sécheresses de 1973, en passant par ses réflexions sur les intellectuels en Afrique (La longue marche de la modernité africaine. Savoirs, intellectuels, démocratie), sur les nationalismes (voire le séminaire de Balandier 1964 et sa note sur le nationalisme Gikuyu au Kenya), sur la mouridologie dans ses échanges avec Cruise O’Brian, ou encore, la sociologie politique de l’Afrique et l’aventure Politique Africaine (il en fut l’un des piliers fondateurs, et ultérieurement, l’un de ses critiques) ; ils présentent tous une actualité surprenante, tant au regard de la multiplicité des objets et des terrains, que des résonances avec une vision de l’anthropologie du contemporain qui, étrangement, l’a maintenu à l’écart, ou tout au moins, l’a posé dans une altérité, disons « académique.


L’hologramme Jean Copans motive les initiateurs à consacrer deux journées d’études permettant de donner une juste place à l’anthropologue. Ces journées visent à scruter son oeuvre dans une histoire du temps présent (sans céder au présentisme), et ce faisant, à comprendre ce qu’il nous dit de l’anthropologie du contemporain, de l’actualité d’une science de l’Homme. De plus, les liens mentionnés entre l’auteur, son oeuvre et l’anthropologie du contemporain invitent aussi à articuler ce projet à un retour réflexif sur l’anthropologie de l’Afrique contemporaine, et à inscrire celle-ci dans une perspective internationale.


Comité d’organisation :
Benoit Hazard, (IIAC & co-rédacteur en chef des Cahiers d’études africaines), Jean Bernard Ouédraogo (IIAC Laios), Ricardo Ciavolella (IIAC), Abel Kouvouama (ITEM, Université de Pau et des Pays de l’Adour), Gérald Gaillard (Université de Lille), Patrice Yengo (IMAF-EHESS), Tarik Dahou (DR IRD, Paloc), Franck Beuvier (IIAC).


Les sciences sociales et humaines face aux écritures de soi

Epistémé et production comparée des savoirs (France-Roumanie)

Du 6 juin 2019 au 7 juin 2019

Séminaire international franco-roumain

Université de Pau et des Pays de l’Adour / Bâtiment de droit – Salle du conseil

L’ambition scientifique de ce séminaire franco-roumain sur les « Sciences sociales et humaines face aux écritures de soi, épistémè et production comparée des savoirs » vise, dans une démarche comparatiste, à associer des chercheurs confirmés, des doctorants et post-doctorants d’une part, de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (des Laboratoires Identités, Territoires, Expressions, Mobilités-ITEM, et Les Afriques dans le Monde – LAM, site de Pau) et d’autre part, de l’Institut des Etudes Africaines de l’Université de Bucarest, à la réflexion sur les discours, les « foyers expériences » des individus et sur les lieux d’énonciation des sciences sociales et humaines, ainsi que sur les normes d’intellection et de compréhension du système des relations internationales institué au lendemain des accords de Yalta en 1945 ; les conséquences qui en découlent sont principalement, la bipolarisation du monde en deux blocs Est-Ouest, avec d’une part celui du Pacte de Varsovie et d’autre part, celui de l’OTAN. L’ordre mondial lié intrinsèquement au principe de bipolarité a vu se multiplier les tensions, les rivalités et les enjeux socio-politiques dans la quasi-totalité des pays d’Europe, d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine[1]. Ainsi, la guerre froide ayant des répercussions à l’échelle mondiale, l’opposition Est-Ouest[2] deviendra aux niveaux économique et socio-politique, le principe structurant de la conflictualité idéologique ainsi que de la plupart des conflits, dont ceux entre les pays du Nord, industrialisés et les pays du Sud. Les pays du Pacte de Varsovie avec en tête l’URSS et les autres pays socialistes et communistes apporteront leur soutien non seulement aux pays du Tiers-Monde, mais également aux pays de tous les continents, ainsi qu’aux partis et mouvements de libération et de jeunesse se réclamant de l’idéologie marxiste et révolutionnaire pour un ordre international « plus juste ». De ce fait, les différentes positions prises par les différents blocs idéologiques et les grilles d’analyse élaborées ici et là affectaient également la lecture des situations internes et externes par la plupart des chercheurs des sciences sociales et humaines.

L’intérêt scientifique de ce séminaire consiste d’une part, à offrir aux chercheurs, doctorants et post-doctorants de nos institutions respectives France (ITEM, LAM de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour) et de Roumanie (IEA de l’Université de Bucarest), l’occasion et la possibilité de confronter directement leurs analyses et leurs travaux dans une perspective comparative ; d’autre part, d’esquisser les nouvelles orientations théoriques et de prouver la capacité des sciences sociales et humaines à identifier, avec un recul temporel nécessaire, les questions découlant de ces « régimes d’historicité » et des différentes expériences caractéristiques des situations d’acteurs et des objets d’étude, dans les contextes aussi bien avant qu’après la chute du mur de Berlin.

[1] Patrice Yengo, Abel Kouvouama, L’idée du socialisme et ses expériences au Sud du Sahara,   in Grange Juliette et Musso Pierre (ed.), Les Socialismes. Actes du colloque de Cerisy, juin-juillet, Éditions Le Bord de l’Eau, 2011.

[2] Grosser P., Les temps de la guerre froide. Réflexions sur l’Histoire de la guerre froide et les causes de sa fin, Bruxelles, Editions Complexe, 1995.

Contact : Abel Kouvouama

BDA 2018

Les 34-èmes journées de la conférence « Gestion de Données – Principes, Technologies et Applications » (BDA 2018), rendez-vous incontournable de la communauté gestion de données en France, auront lieu cette année en Roumanie, du 22 au 26 octobre 2018, à l’Université Politehnica de Bucarest.

Cette édition est organisée à Bucarest en collaboration avec la Faculté d’Automatique et Informatique de l’Université Politehnica Bucarest, à l’initiative des chercheurs roumains, nombreux et actifs dans la communauté scientifique française en gestion de données. Elle met à l’honneur les liens entre les deux communautés scientifiques nationales dans ce domaine et offre l’opportunité de mieux se connaitre, de renforcer ces liens, de découvrir une culture, un pays.

Retrouver le programme : https://bda2018.ensea.fr/programme/

A noter (dans le cadre des programmes FEDER TCV-PYR :

Session 6 : Corpus, versioning

Mercredi 24 octobre, 13h30-15h00

Tiphaine Van De Weghe, Marie-Noëlle Bessagnet and Philippe Roose. Des données particulières : les données de la recherche en Sciences Humaines et Sociales

Penser, traduire et transmettre l’artefact

Séminaire pluridisciplinaire
Penser, traduire et transmettre l’artefact dans ses
facettes multiples.
Production et échange interdisciplinaire et transfrontalier,
de l’Antiquité à nos jours
12 et 13 avril 2018, Université de Pau et des Pays de l’Adour, Amphithéâtre de la Présidence
Ce séminaire, interdisciplinaire et international, a pour ambition de réfléchir sur l’artefact, questionné dans ses multiples facettes. À ce titre, toutes les formes d’artefact feront l’objet d’une analyse croisant différentes approches. Qu’est-ce qu’un artefact pour un historien, un archéologue, un géographe, un sociologue, un économiste ? Comment chacun l’appréhende-t-il dans son domaine de recherche et d’action ? En quoi le questionnement de l’artefact éclaire-t-il des approches qui peuvent finalement se compléter et interagir ?Les exemples qui seront présentés tenteront ainsi d’illustrer ces différents questionnements.

Jeudi 12 avril, matin

– François Réchin (professeur d’archéologie antique, UPPA ITEM), Introduction de la journée
-Javier Mur Royo (Doctorant en Histoire Contemporaine UPPA ITEM, Saragosse), L’Institut français de Saragosse de 1919 à 1939 : deux décennies de l’histoire d’une institution presque centenaire
-Marie-Josée Kandou (Doctorante en Anthropologie UPPA ITEM), De L’artefact à l’objet de collection dans une exposition du Patrimoine Culturel Immatériel
– Giuseppe Indino (Doctorant en Archéologie UPPA ITEM, Ca’ Foscari Venise), Jacques Jaussaud, (Professeur en Sciences de Gestion UPPA CATT), La gestion à distance des ateliers céramiques antiques : quelques cas en Italie et en Gaule au vu des théories modernes du management international

Vidéos:

Jeudi 12 avril, après-midi

– Alain Champagne (Maître de Conférences en Histoire et Archéologie médiévale UPPA, ITEM), Textes et artefacts en archéologie moderne
-Eleni Schindler Kaudelka (Archéologue, Chercheuse indépendante), Le Magdalensberg, économie, commerce, céramiques, métaux dans la province du Noricum (Autriche)
-Cécile Lagane (enseignante-chercheure contractuelle en Histoire médiévale UPPA ITEM, Caen CRAHAM), Les meubles médiévaux étudiés par l’archéologie, l’iconographie et les textes : le difficile croisement des sources
– Eleni Schindler Kaudelka (Archéologue, Chercheuse indépendante), Céramiques et contextes, plus qu’une simple histoire de chronologie

Vidéos:

Vendredi 23 avril, matin

-Véronique Lamazou-Duplan (Maître de Conférences en histoire médiévale UPPA ITEM), introduction
-Carmiña Dovale (Architecte, enseignante à l’Université de Navarre, École des Ingénieurs Tecnun de Donostia), Le Peigne du Vent d’Eduardo Chillida : une œuvre frontière entre l’architecture de la place et l’horizon
-Naiara Gorraiz Gonzalo (Doctorante en Histoire Moderne UPPA / UPV – EHU), Dossier de mérites : la construction des réseaux sociaux entre les serviteurs du roi
-Mélanie Le Couédic (Ingénieur de recherche UPPA / ITEM), Artefacts et écofacts de l’occupation pastorale pyrénéenne dans la très longue durée
-Maria-Teresa Izquierdo Marculeta (Archéologue auprès du Gouvernement basque), Conservation, mise en valeur, muséalisation des artefacts au Pays Basque
-Aubin Kombila (Doctorant en Géographie UPPA  Passages), Rivel Moumbongoyo (Doctorant en Géographie, Université d’Orléans), Le patrimoine culturel gabonais (masques et figures de reliquaires) : représentation et potentialité
– Sara Maldonado Muñoz (Archéologue indépendante) Site d’El Cerro de la Mesa (Alcolea de Tajo, Tolède). El vidrio en el yacimiento carpetano de palomar de pintado durante la II edad del hierro

Vidéos :

Vendredi 23 après-midi: visite du musée gallo-romain de Claracq- villa de Lalonquette

Télécharger le programme en pdf

Liens mediakiosque des vidéos:
Artefact, jeudi 12 avril matin
Artefacts, jeudi 12 avril après-midi
Artefacts, vendredi 13 avril matin

Contacts :
giuseppe.indino@univ-pau.fr
joelle.sauces@univ-pau.fr

Séminaire doctoral “Le terrain, la méthode et la théorie”

Troisième séance du cycle de séminaires des doctorant.e.s qui porte sur “Le terrain de la recherche en sciences humaines et sociales. De la pratique à l’analyse théorique“.
Lundi 29 janvier 2018,
de 9h00 à 12h00
Salle du Conseil de l’UFR LLSHS-UPPA
Les interventions sont les suivantes:

– Romain Carrausse (géographe CIFRE) : « Méthodologie et recherche action collaborative : modalité, posture et enjeux » (9h00-9h45)
– Aude Pottier (Docteure en géographie et fondatrice d’une cellule transfert) : « Méthodologie de sciences humaines à travers un bureau d’étude ».

Télécharger le texte argumentatif.

NB: Séminaire ouvert à tout le monde (étudiant.e.s de master, doctorant.e.s, enseignant.e.s, personnel intéressé par la recherche en SSH, etc.).

Ah bé tè ! Deuxièmes rencontres anthro-Pau-logiques, février 2016

Les 2èmes Rencontres Ah bé té! Les anthro-Pau-logiques organisées par les doctorants de l’Ecole Doctorale SSH 481 auront lieu les 11 et 12 février à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

affiche1

Plus de détails sur le site web du laboratoire ITEM

En Ligne sur Médiakiosque:

Du militantisme à la politique – Partie 02

 JEUDI 11 FÉVRIER 2016
8h45 Accueil
9h00 Présentation de la journée
LA MUSIQUE ENGAGÉE
  • 9h15 Tiphaine BESNARD, doctorante en histoire de l’art (ITEM/UPPA)
    « Écrire l’histoire de l’art : lorsque l’engagement n’est pas exclusivement du côté des artistes »
  • 9h35 Idrissa MANÉ, doctorant en anthropologie (ITEM/UPPA)
    « La musique de Dieu : le bruit et le silence »
  • 10h00 Anna CUOMO, doctorante en anthropologie (EHESS-IMAF)
    « Engagements et contournements d’identités en situation : la pratique du rap au Burkina Faso »
  • 10h30 Pause
  • 11h00 Fatiha CHOUIREF, doctorante en sciences politique (Centre de recherche IE2IA/UPPA)
    « La chanson kabyle : le passage d’une thématique descriptive et culturelle à une revendication politique »
  • 11h20 Peio ETCHEVERRY-AINCHART, historien et écrivain
    « Martxa eta borroka : le rock comme outil militant au Pays basque »
  • 11h40 Lontzi AMADO-BORTHAYRE, docteur en sciences politiques (Sciences-Po Bordeaux)
    « De la txalaparta à la telecaster, le rock radical basque et le nationalisme radical basque : une rencontre contingente »
  • 12h30 Repas
DISSIDENCES ÉCONOMIQUES, DÉMONDIALISATION ET ALTERNATIVES AU MONDIALISME (PARTIE 1)
  • 14h30 Txomin POVEDA, doctorant en sociologie (SET/UPPA)
    « De la recherche engagée au militantisme éclairé par la recherche, ou comment déplacer l’axiome de la neutralité anxiolytique »
  • 14h50 Adrienne BONNET, juriste-doctorante en droit privé (CDRE/UPPA)
    « Le contrôle des concentrations de sociétés : une barrière à la libération mondiale des échanges ? »
  • 15h10 Julien MATTERN, maître de conférences en sociologie (SET/UPPA)
    « Chercheur engagé, chercheur embarqué ? 1981-1982 : la recherche au service de la modernisation »
  • 15h45 Pause
  • 16h15 Guillaume de GRACIA, chercheur indépendant
    « Des piqueteros aux zadistes : émergence de l’horizontalisme et essence d’une alternative hétérotopique au capitalisme »
  • 16h35 Dominique CUNCHINABE, doctorant en anthropologie (ITEM/UPPA)
    « S’engager entre nature et biodiversité »
  • 17h00 Discussions

VENDREDI 12 FÉVRIER 2016

9h15 Accueil

DU MILITANTISME À LA POLITIQUE
  • 9h30 Maryse CLUCHET, doctorante en anthropologie (ITEM/UPPA)
    « La nature de l’engagement politique du mouvement ”Balai citoyen” au Burkina Faso »
  • 9h50 Hervé TERRAL, professeur de sociologie (Université de Toulouse Jean Jaurès)
    « Le mouvement Convergence occitane (Toulouse) : entre militantisme et lobbying »
  • 10h10 Babacar FAYE, master en sciences politiques et sociologie (Université Charles-de-Gaulle Lille 3)
    « À la recherche d’une normativité sociale au Sénégal : Médias sociaux, Y’en A Marre et le projet d’un Nouveau type de Sénégalais »
  • 10h45 Pause
  • 11h15 TABLE RONDE : discussions avec le monde politico-militant
    David Grosclaude, journaliste et ancien conseiller régional d’Aquitaine, Michel Braud, syndicaliste et vice-président du CFVU de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour
  • 12h30 Repas
DISSIDENCES ÉCONOMIQUES, DÉMONDIALISATION ET ALTERNATIVES AU MONDIALISME (PARTIE 2)
  • 14h00 Arnaud DUPIN, doctorant en histoire (ITEM/UPPA)
    « La SFIO des années 1960 et la jeunesse : un ”rendez-vous” entièrement raté ? »
  • 14h20 Philippe CORCUFF, maître de conférences en sciences politique (Institut d’Études Politiques de Lyon – CERLIS)
    « Enjeux de la critique sociale aujourd’hui, entre sciences sociales, engagement et dérives néoconservatrices »
  • 14h40 Questions
  • 15h00 Pause
  • 15h15 David GARCIA, Manuel QUESADA CARRASCO et Ermengol GASSIOT BALLBÉ (Département de Préhistoire, Université autonome de Barcelone), Alba ARAN HERRERA, Lorena MERLOS
    « L’exhumation de fosses communes de la guerre et de la dictature franquiste. Quelques notes sur l’engagement de l’archéologie et des archéologues dans la lutte contre l’impunité »
  • 15h25 Fanny PARISE, anthropologue et chef de projet innovation (centre de recherche du Groupe SEB pour l’Activité Électrique Culinaire)
    « Moi, l’Anthropologue ”de la Seb ” : entre immersion dans l’industrie et engagement local… »
  • 17h00 Clôture des rencontres

“Le clos et l’ouvert : entre ombre et ligne de fuite”, 19/11/2015

Table-ronde_clos et ouvert entre ombre et ligne de fuite_19 novembre_Inalco-2015-11-1   logo univ     logo fmsh      Image1

Table-ronde
CESSMA UMR 245-INALCO/ITEM-UPPA-RIAM-FMSH
Le clos et l’ouvert : entre ombre et ligne de fuite
19 novembre 2015 à l’INALCO, 75013 Paris
14h – 19h
Salle 3-15

Responsables: Robert Ziavoula, CESSMA UMR 245-Inalco/RIAM-FMSH, Abel Kouvouama ITEM/RIAM-FMSH, Patrice Yengo IMAF-Ehess/RIAM-FMSH

Participants: Sonia Dayan-Herzbrun, CESSMA/RIAM-FMSH, Robert Ziavoula, CESSMA UMR 245-Inalco/RIAM-FMSH, Abel Kouvouama ITEM/RIAM-FMSH, Patrice Yengo Imaf-Ehess/RIAM-FMSH, Frédérique Louveau Imaf-Ehess/RIAM-FMSH, Luc Gwe, RIAM-FMSH, Lucette Labache RIAM-FMSH, Michèle Leclerc – Olive IRIS/RIAMFMSH, Rémy Bazenguissa-Nganga IMAF-Ehess/RIAM FMSH, Ingolf Diener, Paris 8, Monique de Saint Martin IRIS/RIAM-FMSH, Anne Viguier CESSMA UMR 245-Inalco, etc..

Argumentaire:

Il y a plusieurs manières d’appréhender les mots clos et ouvert, ombre et ligne de fuite dans le domaine des sciences sociales et humaines. Cependant, en considérant les temporalités variées sous lesquelles on les appréhende, ainsi que les différents contextes socio-historiques et les multiples « foyers d’expériences » des individus, on est conduit à prendre en compte chez les individus et les groupes d’individus, les manières de dire, de faire et de se représenter le monde, la nature, la culture, etc..
Ces mots permettent implicitement d’analyser non seulement les concepts de frontière, de limite, de seuil, de transgressivité, mais également, d’identité, de subjectivité, de mémoire et de trace. Quelles que soient les sociétés proches ou lointaines, clos, ouvert, ombre et ligne de fuite sont l’indice de traces laissées sur un espace donné (mur, tableau, rue, etc.), ou réfractant dans une zone soustraite au rayonnement, à la lumière que l’on appellera ombre sous ses multiples désignations : plein d’ombre, ombre épaisse, peu d’ombre, trou d’ombre, chercher l’ombre; trouver l’ombre, rentrer dans l’ombre, mettre quelqu’un à l’ombre etc.

Pour cette troisième et dernière table-ronde qui exploitera tous les terrains d’étude et d’analyse possibles, l’espace de la rue sera aussi soumis à la réflexion. En effet, qu’il s’agisse des manifestations politiques encadrées ou déviantes et des activités de travail nécessitant une régulation, une sacralisation ou un contrôle de l’espace des fêtes profanes ou religieuses, la rue apparaît comme un lieu de circulation, d’errance, de mobilité, d’ostentation et de sonorités variées ; elle est aussi un lieu à la fois clos et ouvert, un lieu de socialisation et/ou d’anonymat, ainsi que de solitude et de danger, surtout à des heures tardives de la nuit. Parce que marquée à la fois par des ombres et des lignes de fuite, la rue malgré tout fascine, fait peur et attire tout à la fois ; elle donne à l’individu un sentiment de liberté et de plénitude. Identifier les différents acteurs qui occupent la rue, aussi bien en milieu urbain que rural, analyser les différents lieux où se déploient les notions de clos, d’ouvert, d’ombre et de ligne de fuite, tel est l’objet de cette table-ronde.