Archives par mot-clé : représentation

Ah bé tè ! Deuxièmes rencontres anthro-Pau-logiques, février 2016

Ah bé tè ! Deuxièmes rencontres anthro-Pau-logiques

 11-12 février 2016 à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour

Regarder – écouter – s’engager !

Appel à communication

 Cette deuxième édition1  des rencontres « anthro-Pau-logiques » poursuit l’analyse du regard que portent des anthropologues, des collègues des autres sciences humaines et sociales ainsi que la société civile sur les problèmes du monde contemporain. Ainsi, nous souhaitons associer dans nos réflexions la vision de l’historien, du sociologue, du géographe, du juriste, du plasticien, mais aussi de l’ouvrier, du militant syndical, ou du politique… En effet, au-delà des différences disciplinaires ou des divergences politiques, chacun porte un certain regard sur la façon dont les cultures se (re)dessinent, les stratégies sociales se (re)déploient ; en résumé, sur les mutations sociétales.

Cependant, si le regard suffit pour voir, il ne permet pas à lui seul de comprendre ces sociétés puisque les mobiles qui les transportent en les transformant échappent parfois au regard et appellent l’écoute. Les sociétés sont discursives et mélodiques ; elles sont dans la mise en scène, il faut donc les écouter au-delà du regard.

En outre, l’intérêt accordé aux mutations de nos sociétés conduit, en sciences sociales et humaines, à des rencontres avec « le terrain ». C’est ainsi que, par exemple, l’engagement ethnographique demeure une question omniprésente puisque l’ethnographe est personnellement et fortement impliqué dans l’enquête (Favret-Saada 1977). Cette implication peut se traduire sous la forme d’un engagement, que Jean-Pierre Olivier de Sardan (2000) classifie sous trois idéal-types : l’engagement ambigu (intégration forte au milieu), la conversion et le dédoublement statutaire (implication directe sur la scène sociale). Didier Fassin relève également l’ambiguïté épistémologique de la position du chercheur sur la scène sociale, entre engagement et distanciation puisque « le chercheur est engagé par rapport au monde qu’il étudie à la fois comme sujet connaissant et comme sujet citoyen » (Fassin, 1999 : 43). Au-delà de ces modèles scientifiques, nous retrouvons un panel de positionnements dans la société civile : cette dernière s’empare de la notion d’« engagement » à différents niveaux, allant du domaine artistique au champ politique ou écologique. Mais que signifie ce terme « engagement » et en quoi « l’engagement » de l’artiste, du politique, du chercheur en sciences humaines et/ou sociales, etc., renseigne-t-il, par exemple, sur les crises des sociétés actuelles ?

Ces journées s’articuleront autour de ces pistes de réflexion et questions en soulignant dans un premier temps l’engagement, notamment à travers l’image comme média subjectif et la musique engagée. La deuxième journée sera consacrée à la question de la gouvernance en évoquant d’une part le militantisme syndical, politique ou culturel et, d’autre part, les dissidences économiques et alternatives à la mondialisation.

 Jeudi 11 février : Le pouvoir dans les arts

1.1) L’image : un média comme un autre ?

La multiplication des caméras de surveillance en ville, des panneaux publicitaires à

l’entrée des villes marquant le passage d’un monde (rural) à un autre (r-urbain), ou bien l’image du corps de la femme exposée dans les publicités interrogent la société actuelle à travers ses photographies, vidéos ou iconographies (Le Breton 2008). Se pose alors la question de la représentation de l’individu et de la société à travers ces images – parfois numériques, qui sont de plus en plus véhiculées par les réseaux sociaux : miroir artificiel ou reflet d’un monde dont les codes sociaux (éthique, moral, pudeur, etc.) ont évolué ? Ce regard, déjà porté par les historiens de l’art et les plasticiens, réinterroge le rôle de l’image comme action de communication ou comme lecture de transformations sociétales. L’image crée alors de « nouvelles façons de voir » pourrait-on dire, puisant son inspiration entre un imaginaire collectif et une réelle subjectivé.

L’étude critique des médias ou dans les médias (Bourdieu, 1996) analyse ainsi le champ de la production culturelle, les oeuvres produites et leur réception auprès du public ; mais elle met également en lumière les formes de domination symbolique véhiculées par les médias et, en premier lieu, l’image. Pour autant celle-ci s’adresse-t-elle à un récepteur passif et aliéné ? Quel(s) pouvoir(s) et quel(s) statut(s) possède-t-elle, entre fabrication de l’image (Belting 2004), sélection de l’information et symboles utilisés pour faire passer un « message » à travers une photographie, un portrait, un film, ou bien de nombreux autres supports iconographiques.

1.2) La musique engagée

Qu’est-ce qu’une musique engagée ? Quel discours est véhiculé par cette musique ?

Ou autrement, en quoi consiste un engagement en musique ? Ces questions se (re)posent à nous lorsque l’on considère les liens tissés entre des musiques actuelles et des identités territoriales, à l’image de groupes de rock basques (Bidart 2001 et 2003), du rap occitan ou d’autres musiques considérées « à la marge ». Des groupes tels les Fabulous Trobadors ou Les Motivés illustrent ces métissages musico-politiques dits engagés dans la société actuelle. Ils peuvent aussi dénoncer par ailleurs : un groupe de métal basque. « Su Ta Gar », a ainsi intitulé une de ses chansons Jo Ta Ke (littéralement « coup et fumée »), slogan qui fut repris par la suite dans des manifestations de la gauche patriote basque.

Nous invitons ici, au-delà de l’exemple du rap, à interroger propriétés et formes d’engagement au travers des cultures musicales des sociétés actuelles ; qu’elles relèvent du seul registre de la chanson, de l’instrument musical ou de l’expression du corps dansant …

 Vendredi 12 février : Qui gouverne ?

2.1) Du militantisme à la politique

La question des marges et des frontières, déjà en partie débattue lors des premières

rencontres anthro-Pau-logiques, invite à poursuivre l’investigation heuristique sur les lieux et acteurs du pouvoir et ceux qui en sont exclus. En effet, des communautés ou associations culturelles côtoient un système politique mais sont en constantes interactions avec lui. De multiples engagements militants sont ainsi devenus des engagements en politique, à l’image de certains présidents ou animateurs du Festival de Siros dans les Pyrénées Atlantiques (Festival de la chanson et de la culture béarnaise qui, à son apogée, a regroupé en 1977 plus de 14 000 personnes en deux jours. Il repose sur quatre piliers culturels que sont le chant, le théâtre, la danse et le conte béarnais) qui se sont engagés en politique tel le député Jean Lasalle (Castéret 2012), du militantisme politico-culturel du conseiller régional d’Aquitaine David Grosclaude pour obtenir la création de l’office public de la langue occitane, illustrant ainsi cette « société archipel » (Viard 2013), ou encore du syndicalisme agricole de José Bové devenu depuis député européen. Comment expliquer, dans un contexte où les formes d’engagements politiques évoluent (Nicourd 2007), ce passage de la revendication syndicale, associative ou culturelle à une action politique, quels en sont les processus et modes d’action ?

2.2) Dissidences économiques, démondialisation et alternatives au mondialisme

Face à l’agressivité du néolibéralisme économique et des processus d’intégration dans le marché mondial, des voix dissidentes s’élèvent et s’organisent en divers mouvements et pôles de résistance mais aussi comme forces de propositions. Le mouvement altermondialiste concrétise « le passage d’une posture de simple refus de la mondialisation libérale à la mise en avant de politiques alternatives. Une façon de démentir le fameux TINA (There is no alternative) de Margaret Thatcher » (Cassen 2015) et donne toute sa place aux anticapitalistes et libertaires. C’est aussi dans ce contexte d’effervescence humaniste que s’affirment les oppositions au « tout économique » du credo ultralibéral. Du point de vue de l’environnement, l’ouverture du « marché carbone » qui s’appuie sur la vente de quotas ou permis d’émissions polluantes connaît une forte opposition de part son caractère spéculatif et son manque d’éthique, « il n’échappe pas à la spéculation, par le truchement des achats et vente de permis par les intermédiaires financiers qui n’éprouvent pas eux-mêmes la nécessité de réduire leurs émissions mais cherchent une profitabilité rapide » (Jacquemot 2015). À la nécessité de s’opposer se juxtaposent les initiatives pour ré-inventer des économies localisées (Moatti 2006) comme facteur d’innovation sociale (Colibris 2015 – Agir avec le mouvement : créer une monnaie locale. [en ligne] Colibris faire sa part. www.colibrislemouvement. org/agir/guide-tnt/creer-une-monnaie-locale [consulté le 08/09/2015]) alliant écologie et justice sociale.

Proposant une vision critique de « la globalisation » l’économiste Jacques Sapir argumente sur la « démondialisation » qu’il définit « comme la conjugaison d’un retour à de fortes réglementations financières, pénalisant en particulier les mouvements de capitaux à court et très court terme, et de règles assurant que la concurrence se produise non entre systèmes sociaux différents mais entre systèmes sociaux comparables » (Sapir 2012). Dans ce va-et-vient du global au local, Elinor Ostrom constatait l’inefficacité de la gestion des ressources communes par l’État et les firmes et envisageait l’action durable collective (Ostrom 2010). Concernées au plus près par les questions environnementales qui se posent aux territoires, des communautés d’intérêts – qu’elles soient paysannes ou autres – entendent reprendre en main la gestion de ce qu’elles considèrent comme étant leurs territoires.

Assisterons-nous alors à une dilution des pouvoirs des États ? Ou encore à l’émergence d’une autre proposition citoyenne de gouvernance des territoires ?

Appel à communication :

 Nous attendons les propositions de communication (comprenant un titre et un résumé de 10 lignes) avant le 15 novembre 2015, à envoyer à Mathilde Lamothe ou Dominique Cunchinabe (ITEM, UPPA) aux adresses ci-dessous :
mathilde.lamothe@univ-pau.fr
dominique.cunchinabe@univ-pau.fr
Plus d’informations sur le site :
http://item.univ-pau.fr/live/colloques/101+Colloques+2016/+rencontres+anthropologiques+2

Bibliographie :
– BELTING Hans, Pour une anthropologie des images [trad. Jean Torrent], Paris, Gallimard, 2004.
– BIDART Pierre, La singularité basque : généalogie et usage, Paris, PUF, 2001.
– « Rock, basquité, ruralité et post-modernité » , Ruralia revue de l’Association des ruralistes français [en ligne], 1998. URL : http://ruralia.revues.org/35
– BOURDIEU Pierre, Sur la télévision. suivi de L’emprise du journalisme, Paris, Éditions Raisons d’agir, 1996 [2008].
– CASSEN Bernard, « Le moment altermondialiste », actes du colloque Rencontres Anthro-Pau-Logique. Regard sur les sociétés actuelles, Pau, Presses Universitaires de Pau, à paraître (décembre 2015).
– CASTÉRET Jean-Jacques, La polyphonie dans les Pyrénées gasconnes : tradition, évolution, résilience, Paris, L’Harmattan, 2012, 367 p.
– FASSIN Didier, « L’anthropologie entre engagement et distanciation. Essai de sociologie des recherches en sciences sociales sur le sida en Afrique », dans BECKER Charles, DOZON Jean Pierre, OBBO Christian et TOURE Moriba, Vivre et penser le Sida en Afrique, Paris, Karthala, 1999, pp.42-66.
– FAVRET SAADA Jeanne, Les Mots, la mort, les sorts. La sorcellerie dans le bocage, Paris, Gallimard, 1977.
– JACQUEMOT Pierre, Le dictionnaire du développement durable, Auxerre, Éd. Sciences Humaines, 2015, 499 p.
– LE BRETON David, Anthropologie du corps et modernité, Presses universitaires de France, coll. Quadrige Essais Débats, 2008, 330 p.
– MOATTI Sandra, « Monnaies sociales », dans Alternatives économiques, n°247, mai 2006.
– NICOURD Sandrine, « Les engagements ont-ils vraiment changé ? », Sociologies pratiques, n° 15, 2007, p. 1-5.
– OLIVIER DE SARDAN Jean-Pierre, a) Anthropologie et développement : essai en socio-anthropologie du changement social, Paris, Karthala, 1995.
– Le  »je » méthodologique. Implication et explicitation dans l’enquête de terrain », Revue francaise de sociologie, 2000, pp. 417-445.
– OSTROM Elinor, Gouvernance des bien communs. Pour une nouvelle approche des ressources naturelles, Éd. de Boeck, coll. Planète enjeu, 2010, 304 p.
– PERRINEAU Pascal, « Les renouveaux de l’action politique », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, n°60, octobre-décembre 1998, pp. 112-117.
– SAPIR Jacques, Qu’est ce que la démondialisation ? [en ligne] RussEurope, 2012. http://russeurope.hypotheses.org/569 [consulté le 08/09/2015

  1. voir le programme de la première édition ici []

« Le clos et l’ouvert : entre ombre et ligne de fuite », 19/11/2015

Table-ronde_clos et ouvert entre ombre et ligne de fuite_19 novembre_Inalco-2015-11-1   logo univ     logo fmsh      Image1

Table-ronde
CESSMA UMR 245-INALCO/ITEM-UPPA-RIAM-FMSH
Le clos et l’ouvert : entre ombre et ligne de fuite
19 novembre 2015 à l’INALCO, 75013 Paris
14h – 19h
Salle 3-15

Responsables: Robert Ziavoula, CESSMA UMR 245-Inalco/RIAM-FMSH, Abel Kouvouama ITEM/RIAM-FMSH, Patrice Yengo IMAF-Ehess/RIAM-FMSH

Participants: Sonia Dayan-Herzbrun, CESSMA/RIAM-FMSH, Robert Ziavoula, CESSMA UMR 245-Inalco/RIAM-FMSH, Abel Kouvouama ITEM/RIAM-FMSH, Patrice Yengo Imaf-Ehess/RIAM-FMSH, Frédérique Louveau Imaf-Ehess/RIAM-FMSH, Luc Gwe, RIAM-FMSH, Lucette Labache RIAM-FMSH, Michèle Leclerc – Olive IRIS/RIAMFMSH, Rémy Bazenguissa-Nganga IMAF-Ehess/RIAM FMSH, Ingolf Diener, Paris 8, Monique de Saint Martin IRIS/RIAM-FMSH, Anne Viguier CESSMA UMR 245-Inalco, etc..

Argumentaire:

Il y a plusieurs manières d’appréhender les mots clos et ouvert, ombre et ligne de fuite dans le domaine des sciences sociales et humaines. Cependant, en considérant les temporalités variées sous lesquelles on les appréhende, ainsi que les différents contextes socio-historiques et les multiples « foyers d’expériences » des individus, on est conduit à prendre en compte chez les individus et les groupes d’individus, les manières de dire, de faire et de se représenter le monde, la nature, la culture, etc..
Ces mots permettent implicitement d’analyser non seulement les concepts de frontière, de limite, de seuil, de transgressivité, mais également, d’identité, de subjectivité, de mémoire et de trace. Quelles que soient les sociétés proches ou lointaines, clos, ouvert, ombre et ligne de fuite sont l’indice de traces laissées sur un espace donné (mur, tableau, rue, etc.), ou réfractant dans une zone soustraite au rayonnement, à la lumière que l’on appellera ombre sous ses multiples désignations : plein d’ombre, ombre épaisse, peu d’ombre, trou d’ombre, chercher l’ombre; trouver l’ombre, rentrer dans l’ombre, mettre quelqu’un à l’ombre etc.

Pour cette troisième et dernière table-ronde qui exploitera tous les terrains d’étude et d’analyse possibles, l’espace de la rue sera aussi soumis à la réflexion. En effet, qu’il s’agisse des manifestations politiques encadrées ou déviantes et des activités de travail nécessitant une régulation, une sacralisation ou un contrôle de l’espace des fêtes profanes ou religieuses, la rue apparaît comme un lieu de circulation, d’errance, de mobilité, d’ostentation et de sonorités variées ; elle est aussi un lieu à la fois clos et ouvert, un lieu de socialisation et/ou d’anonymat, ainsi que de solitude et de danger, surtout à des heures tardives de la nuit. Parce que marquée à la fois par des ombres et des lignes de fuite, la rue malgré tout fascine, fait peur et attire tout à la fois ; elle donne à l’individu un sentiment de liberté et de plénitude. Identifier les différents acteurs qui occupent la rue, aussi bien en milieu urbain que rural, analyser les différents lieux où se déploient les notions de clos, d’ouvert, d’ombre et de ligne de fuite, tel est l’objet de cette table-ronde.

Penser la frontière, penser sans frontières – 17 janvier 2014, UPPA.

Les doctorant(e)s de l’École doctorale Sciences Sociales et Humanité (ED. 481), en collaboration avec la Fédération de recherche « Espaces, Frontières, Métissages », organisent le 17 janvier 2014 le séminaire interdisciplinaire « Penser la frontière, penser sans frontières » à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, de 9h à 17h, en Salle Chadefaud, à l’Institut Claude Laugénie.

Si le concept de frontière a déjà été largement étudié ces dernières années, notre approche se distingue par des réflexions engagées par des communications transdisciplinaires à deux voix, elles-mêmes complétées par des interventions individuelles dans une logique d’interdisciplinarité. La pertinence du concept de frontière, comme outil disciplinaire, sera non seulement interrogée à partir d’études de cas, mais également « éprouvée » par les doctorant(e)s ayant choisi de confronter leurs approches disciplinaires à travers des groupes de travail.

Programme_Séminaire frontières17-01-14

Les liens vers les vidéos de la journée:

Accueil par M. Michael Parsons et ouverture du séminaire par M. Abel Kouvouama
– Caroline Dunesme (doctorante en géographie) : « La frontière, une notion géographique ? »
– Louis de Fontenelle (doctorant en droit public) : « Peut-on juridiquement s’aimer de deux côtés opposés d’une frontière ? »
– Arnaud Dupin (docteur en histoire) : « L’élection présidentielle de 1965 : la gauche et ses frontières face au général de Gaulle »
– Caroline Dunesme (doctorante en géographie) et Vanessa Rodrigues (doctorante en histoire de l’art et archéologie) : « Comment l’outil cartographique conditionne-t-il notre approche de la notion géographique en archéologie et géographie ? »
Mathilde Lamothe (doctorante en anthropologie) et Thomas Contamine (doctorant en histoire ancienne) : « Quand l’histoire et l’anthropologie parlent d’agropastoralisme en milieu montagnard : lecture croisée d’un même objet d’étude »
Valérie Steunou (doctorante en histoire de l’art médiéval) et Benjamin Caparroy (doctorant en histoire ancienne) : « Recherches sur l’architecture religieuse antique et médiévale : méthodes et problématiques, la frontière en question »
– Idrissa Mané (doctorant en anthropologie) : « La frontière de la Oumma islamique : entre représentations et réalités »
– Laurence Espinosa (docteur en anthropologie) : « Penser sans frontière, une ”mondianité” en projet »
– Céline Guitou (doctorante en anthropologie) : « Les pratiques de l’alcool du normal au pathologique, pour une étude anthropologique comparative des représentations en Europe »
– Kildine Leichnig (doctorante en géographie) et Françoise Saliou-Pedegert (doctorante en anthropologie) : « Percevoir et se représenter la frontière dans les discours »