Archives par mot-clé : représentation

Les médias : le Quatrième pouvoir?

APPEL A COMMUNICATIONS

Congrès international du réseau réseau MEMITÀ (Memory&Identity and Media Studies)

Les médias : le Quatrième pouvoir? Identité, mémoire et patrimoine

Pau, du 7 au 9 décembre 2022


Le réseau international MEMITÀ (Memory&Identity and Media Studies) organisera son prochain Congrès en France, avec ses partenaires les Universités de Rennes 2, de Pau et des Pays de l’Adour, sur une base hybride.
Pour cette nouvelle édition, la question retenue a été: “Identité et mémoire dans les médias : configurations et recompositions du quatrième pouvoir”. À vocation interdisciplinaire, le Congrès
Memità se propose d’organiser des panels et des communications portant sur les représentations culturelles, les ancrages sociaux, les valeurs, les codes et les modes de fonctionnement selon les approches des différentes disciplines participant au réseau : littérature, langues, didactiques, édition, communication, histoire, sociologie, arts visuels, cinéma et documentaires, etc.


Axes de recherche envisagés:
– Les médias en tant que Quatrième pouvoir : configurations et recompositions.
– Les médias et l’opinion publique : des fabriques d’identité ?
– Les médias et la face cachée de la réalité.
– Les médias et la fabrique des marques culturelles, signes d’identité.
– Les médias, la mémoire et le patrimoine : récupération, transmission, et valorisation.


LIEU d’ACCUEIL : PAU en visio-conférence et en présentiel
Le Congrès aura lieu sur le Campus de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, en collaboration avec l’Université Rennes 2. Si le contexte sanitaire nous y oblige, il se tiendra en semi-présentiel. Les langues officielles sont le français, l’espagnol et l’anglais. La durée des communications sera de 20 minutes. Les débats se feront dans les langues choisies par les communicants et par le public. Il est demandé d’envoyer une proposition de communication (200 mots), accompagnée d’un court CV (100 mots, filiation académique et adresse électronique) ou une proposition de panel (avec les CV de tous les participants) à l’adresse memita@unipa.it avant le 1.09.2022, en
précisant toujours “PAU 2022” dans l’objet du message.


Les participants sont priés de préciser, même provisoirement, leur préférence de participation : en présence ou en ligne. Les réponses aux propositions seront communiquées avant le 30.09.22.
La publication des résultats des travaux prendra la forme d’un volume et/ou d’une monographie en revue.

Frais d’inscription:
– Présentiels: 80 €; on-line: 45 €
– Universités partenaires du réseau présentiel : 50 €; on-line: 30 €


Comité d’organisation:
– Dolores Thion Soriano-Mollá (cellam, Université Rennes 2 et Laboratoire Item, Université de Pauet des Pays de L’Adour, Francia)
– Juliette Richaud (Université de Pau et des Pays de l’Adour, Francia)
– Rafael Esquinas (Université de Pau et des Pays de l’Adour, Francia)
– Nathalie Brillant Rannou (cellam, Université Rennes 2)
– Floriana Di Gesù (Università degli Studi di Palermo, Italia)
– Assunta Polizzi (Università degli Studi di Palermo, Italia)
– Ambra Pinello (Università degli Studi di Palermo, Italia).


Conseil scientifique:
– Laurent Jalabert (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
– Christine Rivalan Guégo (Université Rennes 2)
– Christine Ferlampin-Acher (Université Rennes 2)
– Nathalie Brillant Rannou (Université Rennes 2)
– Christian Manso (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
– Laurent Dornel (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
– Agnieszka Woch (Uniwersytet Łódzki, Polonia)
– María Matesanz (Universidad Complutense de Madrid, España)
– Mostafa Ammadi (Université Abdelmalek Essaadi, Maruecos)
– Catalina Fuentes (Universidad de Sevilla, España)
– Rosa María Mateu (Universitat de Lleida, España)
– Oleksandr Pronkevich (Petro Mohyla Black Sea National University, Ucrania)
– Astrid Santana (Universidad de La Habana, Cuba)
– Isabel Duarte (Universidade do Porto, Portugal)
– Enric Bou (Università degli Studi ‘Ca’ Foscari’ di Venezia, Italia)
– Aldina Marques (Universidade do Minho, Portugal)
– Tzina Kalogirou (National and Kapodistrian University of Athens, Grecia)
– Astrid M. Fellner (Universität des Saarlandes, Alemania)- Germana Volpe (Università degli Studi ‘L’Orientale’ di Napoli, Italia)
– Jorge Latorre (Universidad Rey Juan Carlos de Madrid, España)
– Segundo Anacona (Universidad Pontificia Bolivariana de Medellín, Colombia)
– Teresa Fiore (Montclair State University, USA).

Mémoire et représentation féminine en Navarre au Moyen Age

Le 2 mai 2022

Memoria y representación femenina en la Navarra medieval

Lundi 2 mai 2022, 16h-17h30, Salle Chadefaud, ICL UPPA.

Conférence donnée par Eloísa Ramírez Vaquero, Professeure (Profesora catedrática) en Histoire médiévale à l’UPNA, professeur invitée au laboratoire ITEM du 02 au 06 mai 2022. 

Conférence à l’attention des étudiants du Master HCP, de l’École doctorale SSH, MEEF et Licence, ouverte aux chercheurs de l’UPPA.

Eloísa Ramírez Vaquero est Professeure (Profesora catedrática) en Histoire médiévale à l’UPNA. Elle enseigne en Licence Histoire et Patrimoine, en Master, dirige des doctorats, en particulier au sein du campus d’excellence international de la Vallée de l’Ebre, Campus Iberus, qui regroupe les universités de Saragosse, de Lleida, Publique de Navarre, de la Rioja (masters interuniversitaires, programme conjoint de doctorat) et dont l’UPPA est partenaire associé. Elle a récemment exercé deux mandats de vice-présidente de l’UPNA et est investie dans de nombreuses responsabilités administratives et académiques.

Ses champs de spécialité : l’histoire du royaume et des rois de Navarre, des groupes sociaux, l’histoire urbaine ; l’histoire politique et culturelle, les questions patrimoniales, le tout plutôt pour le second Moyen Âge (XIIe-XVe siècles).

La parure, entre identité et transgression

Université de Pau et des Pays de l’Adour

Vendredi 22 avril 2022, de 9h à 17h, à l’Institut Claude Laugénie en salle Chadefaud ou par Teams,

Journée d’étude organisée par les étudiants de Master 2 Histoire Civilisations Patrimoine

PROGRAMME


9h00 Accueil du public

9h15 Introduction à la Journée d’étude

9h30 Maria Giuseppina Muzzarelli (Université de Bologne) Reconnaître par le vêtement : significations et conséquences – Quelques remarques introductives

10h15 Isabelle Cartron (Université Bordeaux Montaigne) Les bijoux de la dame de Jau : discussion autour des parures des femmes du haut Moyen Age comme marqueurs des identités

10h50 PAUSE

11h00 Clément Fabre (Université Paris I) S’habiller en Chine : les pratiques vestimentaires comme outils de catégorisation des résidents occidentaux dans la Chine du XIXe siècle

11h45 Elise Marcia  (Université Toulouse II) L’Arlésienne et son costume : la beauté en patrimoine

12h30 PAUSE DÉJEUNER

14h30 Marion Cazaux (UPPA) Figure Drag : vers une explosion du genre

15h15 Cécile Lagane (Université de Caen – ICL) Les éperons de cavaliers, de l’objet fonctionnel à la parure symbolique
d’un statut

16h15 Aslan Baturalp (Université Toulouse II) Masque à ras de … réel

16h50 Conclusion et Table ronde

Télécharger le programme

 

A l’ombre de la ligne de fuite Une alternative des possibles

Robert ZIAVOULA, Patrice YENGO, Abel KOUVOUAMA

Editions PAARI

2020 – 256 p.

ISBN : 978-2-84220-111-1

Les écrits qui sont rassemblés dans cet ouvrage ont fleuri patiemment pendant trois années consécutives à l’occasion des tables-rondes et séminaires co-organisés au sein de l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO) à Paris, par le Centre d’Études en Sciences Sociales sur les Mondes Africains, Américains et Asiatiques (CESSMA) ; cela en partenariat avec le Laboratoire Identités, Territoires, Expressions Mobilités (ITEM) de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et le Réseau Interdisciplinaire Afrique Monde (RIAM).
Les auteurs, Sonia Dayan-Herzbrun, Michèle Leclerc-Olive, Robert Ziavoula, Idrissa Mane, Lucette Labache, Abel Kouvouama, Régine Tchicaya-Oboa et Patrice Yengo ont entrepris individuellement et collectivement d’interroger ce que recouvrent entre autres les vocables suivants : clos, ouvert, ombre, ligne de fuite.


Certes, il y a plusieurs manières de les appréhender dans le domaine des sciences sociales et humaines. Cependant, en considérant les temporalités variées sous lesquelles on les appréhende, ainsi que les différents contextes socio-historiques et les multiples « foyers d’expériences » des individus, on est conduit à prendre en compte les manières de dire, de faire et de se représenter le monde, la nature, la culture, etc.
Ces mots et ces signes permettent implicitement, en tant que catégories de pensée et de pratique, d’analyser non seulement les concepts de frontière, de limite, de seuil, de transgressivité, mais également, d’identité, de subjectivité, de mémoire et de trace.
Quelles que soient les sociétés proches ou lointaines, le clos, l’ouvert, l’ombre, la ligne de fuite sont l’indice de traces laissées sur un espace donné (mur, tableau, rue, etc.), ou réfractant dans une zone soustraite au rayonnement lumineux. De même, parce qu’elle est marquée à la fois par des ombres, des lignes de fuite, la rue fascine, fait peur et attire tout à la fois. Elle donne à l’individu un sentiment de liberté et de plénitude. Identifier les différents acteurs qui occupent la rue, analyser les différents lieux où se déploient les notions de clos, d’ouvert, d’ombre, de ligne de fuite, telle est la matrice des textes réunis dans cet ouvrage collectif.

Sommaire

Espace symbolique, espace construit

Dans le cadre du programme européen Feder TCV-PYR et du Master Recherche HCP, Patricia Heiniger-Castéret et Mathilde Lamothe organisent une journée d’étude intitulée ” Espace symbolique, espace construit”.

Elle aura lieu le 13 mars 2020 à l’Université de Pau, au bâtiment des Lettres, en salle 217.

Aucun espace quel qu’il soit, n’est vacant. L’homme passe et trace des signes d’un langage qui lui est propre : dates, noms, phrase, croix ou bateaux sur des pierres en haute montagne ; rosaces, fleurs ou sirènes sur le linteau des portes ; blason de famille, graffitis, autocollants ou tags sur les panneaux ou murs en déshérence, fleurs et végétaux. Autant de signes qui dessinent les contours de territoires habités et d’espaces de vie. Le quotidien est traversé par des faisceaux de signes que l’on perçoit  au premier abord comme des expressions esthétiques qui semblent être posés là pour agrémenter les univers de vie. La comparaison de ces signes observés dans plusieurs terrains, plusieurs univers et à des époques diverses, leurs places sur les supports et dans les espaces de vie amène à produire des analyses qui élargissent la perception esthétique pour nous faire rentrer dans une dimension mystique de l’espace. Ainsi se dessinent un dedans et un dehors, un dedans organisé et protégé par des faisceaux d’éléments symboliques et un dehors dangereux perçu comme chaotique.  

Appel à communication Voyage

Colloque international

“Voyages réels, voyages imaginaires”

Bucarest, 24-25 octobre 2019

La thématique du voyage parcourt les sciences humaines et sociales, les lettres et les langues depuis très longtemps. Il est intéressant néanmoins de constater que les approches peuvent parfois se révéler complémentaires et/ou contradictoires, en fonction des angles privilégiés par les chercheurs. De sorte que cette thématique, qui est fondamentalement interdisciplinaire et internationale, suppose des réflexions d’ordre épistémologique, conceptuel et thématique.

 La mobilité, l’errance, la rencontre, l’altérité, l’ailleurs, l’exotisme, etc. sont autant de notions qui sont mobilisées dans les différents travaux sans que pour autant elles soient pensées en lien entre chaque discipline. Comment ces dernières articulent-elles ainsi leurs réflexions, notamment au sein des catégories établies du réel et de l’imaginaire ?

Nous proposons au cours de ce colloque international et interdisciplinaire de nous appuyer plus spécifiquement sur les concepts heuristiques que sont le sujet, le lieu et le récit.

 Le sujet est l’individu autonome, réflexif, qui se co-construit avec son environnement, dans un lieu donné et qui est capable de mettre en récit son rapport au monde, à la nature et à la société.

 Le lieu est cette portion d’espace singulière où les hommes (l’anthropos) et les sociétés entretiennent des rapports privilégiés, où leurs identités se manifestent au sein de leur quotidien, de leur ordinaire.

 Le récit est la mise forme, notamment par l’écrit, de ces relations qui peuvent produire des fictions qu’elles soient romanesques, cinématographiques, artistiques et/ou culturelles.

Trois angles seront particulièrement privilégiés durant ce colloque:

Axe 1 / Épistémologie du voyage : comment les sciences humaines et sociales, les lettres et langues, appréhendent-elles la thématique du voyage, quelle qu’en soit sa forme, son contenu, sa temporalité, sa destination ?

 Axe 2 / Réel et imaginaire : comment les recherches sur les voyages articulent-elles les catégories du réel et de l’imaginaire ? Comment les récits mettent-ils en scène les dimensions du réel et de l’imaginaire ?

 Axe 3 / Sujet, récit et lieu : comment les lieux sont-ils mis en récit ? Comment s’organisent les relations entre sujet, récit et lieu dans les fictions romanesques et les récits de voyage ? Comment s’articulent les productions qui convoquent l’oral, l’écrit et l’image ?

Pour autant ces trois angles ne sont pas restrictifs et exclusifs des propositions qui pourront être faites et retenues dans le cadre de ce colloque. Les propositions de communications devront comporter un titre, un résumé d’une dizaine de lignes, 5/6 mots clefs et être adressées à :

Simona Corlan Ioan (Faculté d’Histoire, Université de Bucarest)

 simonacorlan1 @ yahoo.com et simona.corlanioan @ istorie.unibuc.ro

Ecaterina Lung (Faculté d’Histoire, Université de Bucarest)

ecaterina.lung@istorie.unibuc.ro

avant le lundi 16 septembre 2019.

Comité Scientifique :

Abel Kouvouama – ITEM –UPPA (France)

Ecaterina Lung (Faculté d’Histoire, Université de Bucarest)

Lionel Dupuy- chercheur au

Laboratoire PASSAGES – UMR 5319 CNRS, Pau, France

Simona Corlan – Ioan (Faculté d’Histoire, Université de Bucarest)

Versailles

Frédéric Bidouze, maître de conférences en histoire moderne à l’UPPA interviendra les 24 et 28 mai prochains à Versailles, dans le cadre de la programmation culturelle de l’abonnement  « 1 An à Versailles » et dans le cycle sur le thème « La voix du peuple à Versailles » en échos aux 230 ans de l’ouverture des États généraux de 1789.

  • Le 24 mai à 19h, dans la salle du Jeu de Paume, la Compagnie théâtrale La Boîte du Souffleur interprètera une pièce en un acte, rédigée par Frédéric Bidouze :

Des Menus Plaisirs au Jeu de Paume, du serment au Roi au serment à la Nation.

Pièce historique, ce spectacle donne la parole aux divers protagonistes (roi, ministres, députés et gens du peuple) à travers leurs propos (Mémoires et surtout discours) lors des mois de mai et juin 1789. La pièce sera suivie d’un débat avec les spectateurs.

  • Le 28 mai à 15h, dans l’auditorium du pavillon Dufour du château de Versailles, Frédéric Bidouze donnera une conférence à deux voix avec Philippe Grateau intitulée :

Les États généraux à Versailles : voix des élites ou voix du peuple ?

Après une campagne électorale intense qui a inondé le royaume de brochures dès l’automne 1788, les députés élus aux états généraux de Versailles s’installent en mai 1789 dans la capitale royale ; ils apportent avec eux les cahiers de doléances de leur circonscription électorale qui rendent compte de l’état d’une société organique fondée sur le mode de représentation politique des corps comme de ses souhaits les plus urgents : égalité devant l’impôt et une constitution. Cette conférence se propose d’approcher ce sujet brûlant par un questionnement sur la représentativité culturelle des députés et des cahiers de doléances dont ils sont porteurs. En dénonçant très largement une société de privilèges et en imaginant offrir le bonheur aux hommes dans l’égalité (abbé Siéyès, Essai sur les privilèges), cahiers et brochures n’ont-ils pas porté haut le peuple jusqu’à faire des députés du tiers état ses représentants face à un pouvoir royal inflexible sur l’urgence de régler le seul déficit financier ? Aboutissant à la création de l’assemblée nationale le 17 juin, les états généraux n’ont-ils pas promis au « peuple » autre chose que la souveraineté lui léguant du même coup un imaginaire émancipateur à perte de vue?

http://www.chateauversailles.fr/abonnes/programmation-dediee/voix-peuple-versailles#evenements

Ces interventions font suite à ses travaux sur la Pré-révolution française et la sortie de son ouvrage, De Versailles à Versailles, 1789 (vol. 1). Les États généraux: concorde, discorde et révolution, Périégète, 2018, 236 p.

Terrains tsiganes

Revue Ethnologie française

Ethnologie française 2018/4 (N° 172)

Coordinateurs du dossier : Martin Olivera (Université de Paris VIII) et Jean-Luc Poueyto (Université de Pau et des Pays de l’Adour, ITEM EA 3002)

Pages : 192

Éditeur : Presses Universitaires de France

Mise en ligne : 05/10/2018

ISBN : 9782130802150

Sommaire

Depuis le milieu des années 1970, l’ethnologie des Tsiganes a produit un certain nombre de monographies qui, toutes, ont en commun de montrer comment les x (nom de la communauté spécifiquement étudiée : Rom KalderashSlovensko RomaRom GaboriGadjkene Manouches, etc.) construisent, matériellement et symboliquement, leur différence au sein d’une société. La rencontre (la fameuse rencontre ethnographique) se fait en effet avec une communauté particulière, et non avec les Tsiganes (ou les Gitans, les Roms… tout autre terme générique), c’est-à-dire la totalité. L’ethnologue observe les Tsiganes entre eux, et les Tsiganes entre eux ne s’appellent pas « Tsiganes ». Une affirmation, parfois explicite, le plus souvent implicite, ressort de l’ensemble de ces travaux : le niveau de la totalité n’est pas celui de la réalité des rapports sociaux. Autrement dit : les Tsiganes n’existent pas. Ils sont une invention des sociétés au milieu desquelles ils vivent, en l’occurrence les sociétés européennes. D’ailleurs, les travaux qui s’intéressent à l’« image des Tsiganes » nous en apprennent plus sur les fantasmes de ces sociétés que sur la réalité de ceux auxquels cette étiquette est attribuée.

Une ethnologie des Tsiganes est-elle dès lors possible ? C’est à ce défi que s’attelle ce numéro important de la revue Ethnologie française.

Joseph Peyré l’Africain (1892-1968)

Colloque international

Du 6 décembre 2018 au 7 décembre 2018

HOMMAGE POUR LE 50e ANNIVERSAIRE DE LA MORT DE L’ÉCRIVAIN DANS LE CADRE DES COMMÉMORATIONS NATIONALES 2018

Paris:

  • La Courneuve / Amphi. des Archives Diplomatiques (6 décembre)
  • Les Invalides / Auditorium Austerlitz (7 décembre)

Ce colloque international et interdisciplinaire prendra comme base de réflexion le corpus des œuvres de Joseph Peyré afin d’étudier la présence de la France dans le Nord de l’Afrique avant les années 50. Et ce, compte tenu du lien très étroit qui a toujours existé avec son frère, général médecin au Sahara durant cette période de l’Histoire de France. En effet, Joseph Peyré a écrit L’Escadron blanc (Prix de la Renaissance, 1931), sous les conseils avisés et très percutants de son frère Emile, lors d’un de ses séjours dans son village natal d’Aydie, d’où l’importance de cette union entre le littéraire et le militaire, le monde factuel et historique et l’univers des représentations.

Dans l’œuvre de Joseph Peyré, l’histoire de la France est transmise sous les grandes valeurs qui ont fait l’honneur de l’Armée française au Sahara, parmi lesquels, l’humanisme a joué un rôle prééminent. L’œuvre littéraire et journalistique de Joseph Peyré constitue assurément de nos jours un patrimoine digne d’être inventorié et remis en lumière. Et ceci, non seulement en tant que documents historiques, en tant que mémoire de la présence française en Afrique, et bien évidemment, en tant qu’objet littéraire et culturel.

Le colloque « Joseph Peyré l’Africain » entend aborder ces questions sous des différentes perspectives d’étude disciplinaires, entrecroisant les méthodologies, les corpus et les approches des historiens, des anthropologues, des militaires et des littéraires.

Il se donne également pour objectif de rassembler les différents acteurs, les personnes qui en représentent la mémoire historique et chercheurs de plusieurs disciplines et les membres de la société civile et les associations françaises et centres en contact avec le Maroc, l’Algérie et la Tunisie. Citons, entre autres, la Fondation pour la mémoire de la Guerre d’Algérie, des combats du Maroc et de Tunisie, l’Association La Khoumia, le Centre de Documentation pour la Mémoire de l’Algérie, la Fundación andaluza Gordion. Oriente y Occidente de l’Universidad de Sevilla et le Laboratoire Identités, Territoires, Expressions, Mobilités (ITEM, EA 3002) de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

La présence d’environ 30 communicants (dont la majorité des chercheurs de renommée internationale) de différentes disciplines et l’implication active des associations d’anciens méhariste et goumiers, entre autres, permettra, de diversifier les perspectives, ainsi que de nourrir des liens et des échanges constructifs.

Une table ronde clôturera le colloque.

Inscription obligatoire auprès de Mme. Fleur Duplantier
avant le 3 décembre

Sorcellerie, Pouvoirs

Ecrits & représentations

Textes réunis par Abel Kouvouama, Gisèle Prignitz et Hervé Maupeu

Les discussions interdisciplinaires autour de la question de la sorcellerie, ses rapports à l’écrit, aux représentations artistiques, idéologiques et politiques permettent dans cet ouvrage de questionner un objet d’étude récurrent dans le champ des sciences sociales et humaines.

Comment la sorcellerie est-elle appréhendée dans les sciences sociales et les humanités ? Quelles images véhiculent-elle ? Naguère, la sorcellerie fut longtemps associée au monde rural et à l’oralité. Cela n’est plus guère le cas. Depuis une vingtaine d’années, les études sur la sorcellerie en Europe, en Afrique et en Amérique se sont multipliées montrant son omniprésence, en particulier dans les secteurs de la « modernité » dans les villes. Des travaux ont interprété la sorcellerie comme un mode d’acclimatation et de vernacularisation de l’État. Elle se serait également nichée dans les domaines les plus complexes et internationalisés du capitalisme. Elle était aussi traditionnellement associée à l’oralité, car la sorcellerie est toujours en lien avec une situation d’énonciation. Or, au coeur de cette modernité, on retrouve inévitablement l’écrit. La sorcellerie, en tant qu’« idéo-logique » est aussi parole qui n’est ni de savoir, ni d’information, mais de pouvoir. Il y a lieu alors de s’interroger sur la manière dont la parole sorcellaire écrite devient un enjeu de pouvoir, « une pratique de puissance », de s’interroger aussi sur les modalités de sa légitimation, afin de savoir quel type d’écrit est susceptible de devenir support de pratiques sorcellaires et à quel type de savoir il réfère. Indépendamment du recours à l’écrit comme support de pratique, la sorcellerie fait aussi l’objet de représentations littéraires écrites qui la mettent en scène et la font fonctionner doublement comme système théorique explicatif du monde ou, au niveau de l’expérience quotidienne, comme pratique. De façon récurrente, les représentations de la sorcellerie ont souvent été au coeur des logiques de pouvoir, en ce que la sorcellerie est perçue comme un mode d’actualisation des conflits réels et symboliques, un langage des conflits sociaux. La force de ces représentations permet-elle d’avoir accès à une certaine « vérité » de la sorcellerie?

Ce sont autant de questions et de lectures interdisciplinaires qui ont sollicité les compétences de plusieurs enseignants-chercheurs et chercheurs. C’est pourquoi, les travaux rassemblés ici prennent en compte à la fois les dimensions historique, juridique, littéraire et politique dans l’étude de la question de la sorcellerie.

Presses Universitaires de Pau et des Pays de l’Adour

Bon de commande

Novembre 2018, 223 pages, 20 EUR

ISBN 0 2-35311-098-3

Colloque international Gérard Titus-Carmel

L’épreuve et la nécessité

Du 7 novembre 2018 au 9 novembre 2018

Org. : S. Bédouret Larraburu, M.-A. Bissay, I. Chol, S. Forero Mendoza

Gérard Titus-Carmel, né en 1942, est un artiste (dessinateur, graveur, peintre) et poète contemporain de renommée internationale. Son œuvre plastique s’est progressivement construite depuis la fin des années 1960 et au cours des années 1970 (La Grande bananeraie culturelle ou, entre autres, The Pocket Slize Tlingit coffin qui a suscité un échange fécond avec Jacques Derrida). Elle interroge le rapport au modèle et à sa représentation, elle met en scène des jeux d’altération, de rupture et de ligature. En empruntant les voies du dessin, de la gravure et de la peinture, elle s’est poursuivie, de suites en séries, jusqu’aux œuvres récentes (La Bibliothèque d’Urcée, la série des Feuillées ou des Brisées, Viornes & Lichens, Ramures ou Labyrinthes) qui sont autant de variations autour d’un motif permettant d’explorer les « lieux de mémoire », l’espace du paysage et les cycles du temps, d’ « élucider le mystère de notre présence au monde » (Au Vif de la peinture, à l’ombre des mots, 2016, p. 725), et, notamment, de trouver prolongement dans un dialogue fructueux avec Yves Bonnefoy.

La démarche esthétique et philosophique de Gérard Titus-Carmel s’exprime également dans de très nombreux écrits sur l’art, dans des notes et commentaires. S’il a toujours mené de concert l’écriture et la poésie avec son activité de dessinateur, de graveur et de peintre, il accompagne aussi les œuvres d’écrivains avec lesquels il réalise des « livres de dialogue ». Gérard Titus-Carmel a ainsi publié une cinquantaine d’ouvrages parmi lesquels figurent une vingtaine de recueils de poésie, depuis La Tombée (1987) jusqu’au dernier, & Lointains (2016), qui l’inscrivent parmi les poètes majeurs de sa génération. Explorant la question du fragment et de l’éclat, de la mémoire et de l’oubli, de la présence au monde, ses livres de poésie témoignent du souci constant de leur agencement, comme en écho à cette expérience du jardin relatée dans L’ordre des jours (2008, p.70-71) : « Tu devenais chaque fois un peu plus la médusante figure géométrique de ce monde indéchiffrable et tu te reconnaissais dans l’ordre secret qu’ordonnançaient si innocemment toute sa complexité & sa violence cachée ».

Gérard Titus-Carmel est ainsi à la fois et pleinement plasticien et poète. C’est son activité aux multiples facettes que le colloque international et pluridisciplinaire Gérard Titus-Carmel, l’épreuve et la nécessité entend interroger, quant à sa cohérence et quant à ses enjeux esthétiques et éthiques. Cette manifestation scientifique d’envergure s’attachera à confronter les différentes pratiques de l’artiste, pour en montrer la spécificité et en explorer l’articulation. Deux mots-clés, régulièrement employés par Gérard Titus-Carmel, constituent le cadre d’un questionnement qui répond à la rigueur de composition de l’œuvre en sa diversité et qui favorise toutefois une investigation ouverte. L’épreuve renvoie à la fois à l’expérience (faire l’épreuve de, mettre à l’épreuve), susceptible de se construire par retouches et tentatives recommencées, mais elle désigne aussi, dans le domaine de la gravure, la feuille d’essai imprimée qui permet à l’artiste de juger de la qualité ou de l’avancement de son travail. La nécessité, quant à elle, dit l’indispensable mais aussi la privation, de sorte que le mot est apte à souligner l’exigence d’une œuvre conçue comme une quête de la beauté, autre terme cher à Gérard Titus-Carmel et qu’il associe, dans ses écrits, à celui de nécessité. Reliés par la simple coordination et, les deux mots épreuve et nécessité peuvent s’entendre séparément ou ensemble, qu’ils soient envisagés dans leur simple complémentarité ou dans leur dépendance réciproque. Ils permettent ainsi d’explorer une œuvre quantitativement et qualitativement fort importante et qui reste en continuelle évolution.

Ce colloque, auquel Gérard Titus-Carmel nous fait l’honneur de prendre part, est organisé par l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (CRPHLL-ALTER, ITEM, Fédération de recherche EFM), en collaboration avec l’Ecole Supérieure d’Art des Pyrénées et l’EA CLARE de l’Université de Bordeaux Montaigne.

Il sera accompagné d’une exposition multi-site d’œuvres de Gérard Titus-Carmel et de tables rondes permettant un dialogue avec les éditeurs, écrivains et artistes qui lui sont proches.

Comité d’organisation

Sandrine Bédouret-Larraburu (Maître de Conférences, Université de Pau et des Pays de l’Adour, CRPHLL)

Marie-Antoinette Bissay (Membre associée CRPHLL)

Isabelle Chol (Professeur des Universités, Université de Pau et des Pays de l’Adour, Directrice du CRPHLL)

Jean-François Dumont (Directeur de l’ESAP)

Sabine Forero Mendoza (Professeur des Universités, Université de Pau et des Pays de l’Adour, ITEM, Directrice adjointe de la Fédération Espaces, Frontières, Métissages)

Jean Khalfa (Professeur, Université de Cambridge, Royaume-Uni)

Pierre Sauvanet (Professeur des Universités, Université Bordeaux Montaigne, Directeur adjoint de CLARE)

Comité de lecture

Béatrice Bonhomme (Professeur des Universités, Université de Nice Sophia Antipolis, France)

Giovanni Dotoli (Professeur des Universités, Université de Bari, Italie)

Jacques Dürrenmatt (Professeur des Universités, Université Paris-Sorbonne, France)

Denis Laoureux (Professeur des Universités, Université Libre de Bruxelles, Belgique)

Jérôme Thélot (Professeur des Universités, Université Lyon 3, France)

Emma Wagstaff (Maître de Conférences, Université de Birmingham, Royaume-Uni)

Télécharger   TITUS CARMEL programme

Contacts

isabelle.chol @ univ-pau.fr

sabine.forero-mendoza @ univ-pau.fr

Mort et mémoire du prince médiéval

École thématique – 13/14 décembre 2018, Pampelune

Mort et mémoire du prince médiéval –
Quatre scénarios singuliers

Programme SEPULTUS

Inscriptions ouvertes jusqu’au 2 novembre 2018

Programme SEPULTUS
Enterrer le Prince en France et en péninsule Ibérique (Xe-XVe siècle)
Une analyse comparative

Session 2018 Mort et mémoire du prince médiéval. Quatre scénarios singuliers

Coordinateurs du Programme SEPULTUS :
Fermín MIRANDA GARCÍA (Universidad Autónoma de Madrid), Véronique LAMAZOU-DUPLAN (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
Coordinateurs de l’École thématique :  Fermín MIRANDA GARCÍA (Universidad Autónoma de Madrid), María Teresa LÓPEZ DE GUEREÑO SANZ (Universidad Autónoma de Madrid), Eloísa RAMÍREZ VAQUERO (Universidad Pública de Navarra) 
Org. : Proyecto MIGRAVIT (HAR2016-74846P), Universidad Autónoma de Madrid, École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid)
Coll. : Archivo Real y General de Navarra (Gobierno de Navarra), Arzobispado de Pamplona-Tudela.


Accéder au formulaire

Pour toute information logistique, contacter Diego Rodríguez-Peña
diego.rodriguez-penna@uam.es – +34 91 497 5675

Présentation générale du programme SEPULTUS

Bien que la thématique de la mort en tant que sujet historiographique ait une longue histoire, les programmes MIGRAVIT et SEPULTUS tentent de concentrer leurs objectifs dans une perspective très précise liée à une question d’une grande actualité dans le domaine de la recherche en sciences humaines : la construction du pouvoir. L’objectif est donc d’analyser l’usage de la mort comme instrument de représentation du pouvoir politique au plus haut niveau, celui de la Couronne, celui des principautés territoriales, dans son articulation aux valeurs politiques et culturelles collectives.

Autour de la mort princière, les élites dominantes sont capables de construire un discours et des modèles de représentation et de propagande permanents ou temporaires destinés à renforcer ces instruments et à les transformer en modèles de continuité et de transformation intéressés.

La méthode d’analyse choisie vise à une perspective de claire interdisciplinarité (histoire, histoire de l’art, littérature, codicologie, épigraphie, anthropologie, archéologie, musique, etc.) qui permet de construire un prisme interprétatif plus large et une analyse plus approfondie.

Page Web : http://migravit.com

Présentation de l’École thématique

L’objectif de l’atelier est d’initier les  inscrits au doctorat et master 2 (maximum 20) aux multiples sources utilisées par les chercheurs dans leur analyse de la mort des élites médiévales. Compte tenu de la ligne pluridisciplinaire choisie, celles-ci peuvent être de natures très différentes et, donc de même, les angles d’approches. Aujourd’hui, le chercheur ne peut rester indifférent aux virtualités offertes par la multidisciplinarité et donc les possibilités d’analyse ouvertes à toute enquête, quel que soit le sujet du travail.

La « mort des princes » n’est que l’un des nombreux exemples possibles. Les scénarios choisis ouvrent également à des monuments funéraires (ceux de Charles III et d’Eléonore, de l’évêque Barbazán, du chancelier Villaespesa, de la crypte des maréchaux) autour desquels les sessions de travail seront construites comme autant d’éléments singuliers qui permettent, à leur tour, d’articuler des discours plus larges, généralité et singularité étant retenus comme postulats de travail.

Formateurs

  • Ariel Guiance (CONICET) 
  • Eloísa Ramírez Vaquero (Universidad Pública de Navarra) 
  • Érika López (Universidad Autónoma de Madrid) 
  • Fernando Serrano (Universidad de Alcalá) 
  • Herminia Vilar (Universidade de Évora)
  • Isabel Ruiz de la Peña (Universidad de Oviedo) 
  • Véronique Lamazou-Duplan (Université de Pau et des Pays de l’Adour) 
  • Carmen Benítez (Universidad de Sevilla) 
  • Margarita Cabrera (Universidad de Córdoba) 
  • Armando González (Universidad Autónoma de Madrid) 
  • M. Teresa López de Guereño (Universidad Autónoma de Madrid)
  • Juan Carlos Asensio (Escola Superior de Música de Catalunya) 

Conditions pratiques

Inscriptions ouvertes jusqu’au 2 novembre 2018 (18h – heure de Madrid) via le formulaire en ligne

Les sessions se dérouleront à Pampelune (13 décembre) et à Tudela (14 décembre).

L’organisation prévoit le transport entre les deux sites.
L’inscription est gratuite.

L’hébergement, en chambre double, les petit-déjeuner et déjeuner sont pris en charge par l’organisation.

Les participants inscrits prennent en charge leur voyage, de leur lieu de départ jusqu’à Pampelune.

Les sessions consistent en des cours pratiques dispensés par les formateurs sur le traitement des sources liées à différents thèmes.

Les langues de travail seront l’espagnol, le français et le portugais.

Les candidats (doctorants et étudiants en Master) seront informés de l’acceptation de leur candidature avant le 9 novembre 2018.

Lien :

https://www.casadevelazquez.org/recherche-scientifique/news/mort-et-memoire-du-prince-medieval-quatre-scenarios-singuliers/


Penser les identités dans la mondialisation

Séminaire doctoral interdisciplinaire

 9h 00 – 13h 00

Amphithéâtre de la Présidence

 

Ce séminaire doctoral interdisciplinaire est organisé sous l’égide de la Fédération de recherche Espaces, Frontières, Métissages et de l’Ecole doctorale des Sciences Sociales et Humanités, avec le soutien des Laboratoires ITEM et ALTER de l’UPPA.

Les questions introductives à ce séminaire doctoral s’entendent de la manière suivante : comment penser et repenser les identités et les appartenances culturelles dans la mondialisation, lorsque les disciplines des sciences sociales et humaines notamment sont calées sur la dimension nationale et étroitement liées à la construction des Etats-Nations ? Comment penser nos modes d’organisation à l’échelle globale à partir de micro-échelles ? Et quels liens établir entre identité et mondialisation ? De manière générale, l’identité est à la fois pour les individus, une catégorie de pratique et une catégorie distinctive d’analyse, de catégorisations des personnes et de classification des choses auxquelles chaque individu recourt pour catégoriser ; c’est-à-dire opérer des classements sociaux, soit de façon subjective, soit de manière objective selon ses représentations culturelles et sociales du monde. Or, le développement de nouvelles cultures planétaires portées par le cosmopolitisme et les divers métissages contemporains conduit par ailleurs à la production de nouvelles identités transnationales, transfrontalières et déterritorialisées. Cette connexion du local et du mondial[1] a des incidences sur les constructions identitaires dans le contexte de la mondialisation contemporaine.

PROGRAMME

-Pr. Christine LE QUELLEC COTTIER, Université de Lausanne (Suisse)

Identités et appartenances culturelles : repenser les jalons de l’histoire littéraire francophone africaine »

-Pr. Jacques JAUSSAUD, CATT- Université de Pau et des Pays de l’Adour (France)

Firmes multinationales et contraintes locales : quelques questions d’identité

-Pr. Abel KOUVOUAMA, ITEM – Université de Pau et des Pays de l’Adour (France)

Métamorphoses des identités : mondialisation et transnationalisation

 

[1]  Lire notamment Jean Copans, Développement mondial et mutations des sociétés contemporaines », Paris, Armand Colin, collection 128, 2006.

Symbolique et personnages du carnaval Biarnes par P. Heiniger-Casteret

Un entretien par Richard Le Coz tout en occitan avec Patricia Heiniger Castéret, maître de conférences à l’UPPA (Pau) sur la symbolique du Carnaval Béarnais et de ses personnages :

https://fr-fr.facebook.com/100008847760227/videos/1797381663900075/UzpfSTIwNDkyMDkxMjk3ODA0MjoxMTM5NTQwODg5NTE2MDM1/

 

Espaces urbains & réalisme social. Antonio Ferres

Séminaire International

UNIVERSITÉ DE PAU
ET DES PAYS DE L’ADOUR
Collège SSH – Salle du Conseil
Bâtiment LLSH

 

 

 

 

 

 

 

 

PROGRAMME

21 MARS 2018

15h00-16h00 – Session 1
Luis Beltrán (Universidad de Zaragoza)
La ciudad simbólica. Notas sobre Ferres, Zúñiga y el realismo social
Christian Manso (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
La ciudad amenazante. Crónica de un fabricante de perfumesDébat. Pause café
16h30-17h30 – Session 2
Javier Feijoo (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
Antonio Ferres y Ramiro Pinilla: escritura y compromiso
Laura Palomo Alepuz (Universidad Católica de Murcia)
Simbolismo social en La piqueta de Antonio Ferres
Débat


22 MARS 2018

9h30-10h30 – Session 3
Leonardo Romero Tobar (Universidad de Zaragoza)
Los viajes de Antonio Ferres: ciudades y campos
Dolores Thion Soriano-Mollá (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
Cartografias urbanas en la obra de Antonio Ferres
Débat. Pause café
11h00-12h00 – Session 4
Fleur Duplantier (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
París y otras ciudades, de Antonio Ferres
José Antonio Escrig (Universidad de Zaragoza)
Antonio Ferres y el teatro para niños

 

Télécharger le programme

Plus d’information sur le programme de recherche

Organisé par :
Réseau TCT,
Projet Espaces urbains – Département 64,
Projet GENUS NOVEL 17-82.662-P
Gobierno de España (Universidad de Zaragoza