Archives par mot-clé : Protohistoire

L’exploitation du sel de Salies-de-Béarn

L’exploitation du sel de Salies-de-Béarn de la Protohistoire à l’époque médiévale

Approches croisées de la Géologie, de l’Histoire et de l’Archéologie

Séminaire
(Contextes d’émergence des eaux salifères sur l’anticlinal de Léren,
et leurs modalités d’exploitation).

 

18 et 19 janvier 2018,
Salon Bleu et salle de la Rotonde,
centre des Congrès de Salies de Béarn

 

Un programme collectif de recherches a été mené entre 2013 et 2015 (dir. P. Marticorena, TRACES UMR 5608), avec pour objectif l’identification d’indices d’exploitations saunières les plus anciens possibles sur la commune de Salies-de-Béarn. Le postulat initial supposait, par la concentration remarquable d’outils lithiques socialement valorisées (haches allochtones en fibrolite notamment), les prémisses d’exploitations des eaux salées dès le Néolithique final et la mise en place de circuits d’échanges de biens à fortes valeurs ajoutées. Des sondages manuels, ponctués de sondages mécanisés plus profonds, ont surtout concerné les sites archéologiques déjà identifiés et leurs abords, en recherchant des restes d’activités saunières par horizons sédimentaires distincts.

Un second programme collectif de recherches se concentre désormais sur les conditions d’émergences des eaux salifères et sur les modalités techniques de leur exploitation.

La zone d’étude est cette fois élargie, concernant l’ensemble des communes recouvrant l’anticlinal de Léren (Auterrive, Carresse-Cassaber, Leren, Saint-Dos, Saint-Pé-de-Léren, Salies-de-Béarn). C’est en effet sur toute la surface de cet ancien diapir perçant que les différentes composantes de l’horizon triasique (ophites, gypses, argiles, sels…) sont faiblement enfouies, en fonction de la topographie et des épaisseurs des dépôts fluviatiles qui les recouvrent. Cette histoire géologique complexe concourt à des remontées d’eaux parfois fortement chargées en chlorures de sodium sur toute la superficie de 45 km² environ sur lesquels s’étend cet anticlinal. Seuls les taux de salinités peuvent varier.

Or un rapide état des lieux archéologique traduit une forte densité d’activités saunières protohistoriques et antiques à l’est de la zone d’étude, en contradiction avec l’étendue potentielle des ressources salifères réparties sur tout l’anticlinal.

Il est donc fondamental d’évaluer les possibilités passées d’accès à l’eau salée. Ce n’est qu’à cette condition que nous interpréterons les interactions entre les ressources directes (émergences naturelles de surface), les zones favorables à la mise en place de systèmes plus élaborés (puits, adductions etc…) et les implantations archéologiques réellement avérées à ce jour.

C’est donc un projet ambitieux fondé sur des approches géologiques, géophysiques, pédologiques, hydrogéologiques qui se met en place. Une meilleure connaissance des couvertures sédimentaires, de la géométrie des dépôts et ses évolutions, des circulations hydrographiques permettra de tenter un zonage des secteurs les plus propices.

Enfin, la réalisation récente d’opérations d’archéologie préventive (INRAP), a permis d’exploiter une partie des données mises au jour anciennement mais restées inédites. Les connaissances acquises nous orientent vers deux problématiques :

–                      Une clarification des chaines opératoires et de leur évolution sur plus d’un millénaire (âge du Bronze/Epoque Antique)

–                      Une recherche sur les débouchés possibles de la production de sel. Des liens étroits avec l’élevage et la fabrique de salaisons sont ainsi supposés.

Ces travaux permettront d’inscrire le site de Salies-de-Béarn dans une dynamique globale reliée au nord de la péninsule Ibérique avec laquelle des liens semblent pouvoir être établis.

Télécharger le programme

Soutenance de thèse : Laure Nonat, 15/12/17

MONDE FUNÉRAIRE DE L’ÂGE DU BRONZE ANCIEN ET MOYEN DE LA FAÇADE NORD DE L’ESPAGNE JUSQU’AU SUD-OUEST DE LA FRANCE : IDENTITÉS ET ESPACES

Vendredi 15 décembre 2017, à 14 h, à l’université de Pau et des Pays de l’Adour

Ce travail de doctorat vise à valoriser la pertinence du concept du – complexe culturel atlantique -, pour les périodes du Bronze ancien et du Bronze moyen, à partir de l’analyse des  manifestations funéraires documentées de la façade nord de l’Espagne jusqu’au sud-ouest de la  France. Nous avons effectivement choisi pour cette réflexion d’étudier les réglons les moins visibles  de la documentation du domaine atlantique afin, d’une part, de les valoriser individuellement, et d’autre part, de comprendre les relations qu’elles ont entretenues entre elles, mais aussi avec celles du domaine continental Ibérique. Sur cet espace méridional atlantique, les données ont été considérablement renouvelées ces trente dernières années, grâce au développement de l’activité archéologique préventive, et permettent ainsi de contextualiser celles issues des anciennes explorations. Notre objectif consiste à caractériser les solutions funéraires ainsi que les mobiliers qui ont été adoptés sur cet espace afin de définir et de délimiter les groupes culturels en présence. Pour cela, nous avons mis en place une double échelle d’analyse :- une micro-échelle centrée sur la Galice et le bassin de l’Adour, et- une macro-échelle, sur les réglons centres et orientales de la façade atlantique Ibérique. La première échelle nous permet d’analyser la documentation de façon exhaustive, en intégrant des données inédites, tandis qu’avec la seconde, globale et synthétique, nous  dressons un panorama général et critique sur celle des réglons cantabriques et du Pays Basque espagnol. La conjugaison de ces deux approches nous permet d’effectuer des comparaisons variées sur la documentation de ces espaces et d’identifier de nombreuses convergences, en particulier à partir d’aspects de la culture matérielle qui n’avaient pas été abordés lorsque le concept du Bronze Atlantique a été bâti. Elles concernent, notamment, des mobiliers céramiques, mais aussi la réponse  unanime de ces régions atlantiques face aux cultures de la Meseta : celle de l’immobilisme. Ces éléments ainsi que les changements funéraires qui se sont opérés entre le Bronze ancien et le  Bronze moyen nous permettent de caractériser ce qu’il convient de considérer comme des dynamiques atlantiques communes. Enfin, notre base documentaire, constituée de plus de 260 sites, nous amène, également, à aborder la question des facteurs qui ont été à l’origine de la constitution des groupes culturels, multiples, de cet espace, en valorisant la place des influences extérieures, des substrats locaux ainsi que des obstacles topographiques dominants du paysage.

Mots-dés : âge du Bronze, complexe culturel atlantique, identités culturelles, groupes culturels, préhistoire récente, funéraire, territoires.

Plus d’informations

Séminaire Frontières, UPPA, 25 mars 2016

« Frontières culturelles durant la Protohistoire et l’Antiquité :
enjeux méthodologiques et disciplinaires »

Vendredi 25 mars
Institut Claude Laugénie, salle Chadefaud
UNIVERSITÉ DE PAU ET DES PAYS DE L’ADOUR
UFR de LLSH (laboratoires IRAA et ITEM)
Licence Histoire de l’Art et Archéologie
Master CAS

 

seminaire frontières 25 mars

10 h :
M. Bats (Centre Camille Jullian, univ. d‘Aix-en-Provence) : Espaces emboîtés et frontières en Gaule méditerranéenne protohistorique (VIe – IIe s. av. J.-C.).
M. Kasprzyk (INRAP / ArTeHiS, univ. de Dijon) : De part et d’autre des frontières de l’Empire romain : l’Est de la Gaule et le barbaricum durant l’Antiquité tardive (IIIe-Ves.).
Limestor_Dalkingen,_Wp_12-81,_Phase_6
14 h 15 :
Ariane Bodin (ArScan, univ. de Paris-Nanterre) : Païens et chrétiens en Italie et en Afrique romaines tardo-antiques (IVe-Ve s). Frontières culturelles et sociales ou religieuses ?
Gabriel de Bruyn (CRAHAM, univ. de Caen) : Des images païennes aux frontières d’un espace civique profane ? Les déplacements de statues dans les cités africaines et italiennes aux IVe et Ve s.

Séminaire du projet de recherche POEM, 23-01-2015

Le second séminaire du programme de recherche POEM « Échanges et mobilités dans les Pyrénées occidentales et leurs piémonts », s’est tenu le 23 janvier 2015 à l’ Institut Claude Laugénie, salle Chadefaud, campus de Pau.
Le matin a été consacré à un atelier de présentation du serveur ITEM-GIS pour la mise en commun des données du projet, tandis que l’après midi  a été un point d’étape sur les premiers résultats scientifiques.
Quelques clichés de la journée:
(photos Benoît Pacé)

Séminaire des doctorants « Héritages » (22 mars 2013)

La prochaine séance du séminaire des doctorants « héritages » aura lieu le vendredi 22 mars de 9h à 12h salle 118 à l’institut Claude  Laugénie à l’université de Pau et des pays de l’Adour (Avenue Poplawski 64000 Pau ).

Programme:

Laure Nonat (doctorante en archéologie): « Âge du Bronze : appropriation et transformation des codes funéraires dans le nord-ouest de la péninsule Ibérique »

Robin Segalas (doctorant en histoire ancienne): « Connaissances sur l’Afrique antique : le poids des topiques dans la littérature latine »

Valérie Steunou (doctorante en histoire de l’art médiéval): « Le phénomène d’héritage comme construction d’une architecture signifiante en Navarre »

Héritages stylistiques de l’art de la péninsule Ibérique au Ier âge du Fer : la bijouterie

La culture matérielle de la péninsule Ibérique offre au début du Ier millénaire avant J.-C. les indices tangibles d’échanges entre les groupes indigènes et les communautés migrantes provenant de Méditerranée orientale, Grecs et Phéniciens. Traditionnellement caractérisée par les phénomènes coloniaux et commerciaux affectant l’Occident méditerranéen, cette période voit parallèlement la stabilisation des grands groupes ethniques hispaniques décrits par les auteurs gréco-romains. Cette communication est consacrée à l’analyse de la bijouterie protohistorique,  document archéologique amenant à s’interroger sur la circulation des biens, des idées, des techniques et des hommes au Ier âge du Fer.

Les travaux menés par B.  Armbruster sur les collections d’orfèvrerie du Musée National d’Archéologie et d’Ethnologie de Lisbonne permettent d’appréhender avec finesse le travail de l’or de l’âge du Bronze à l’âge du Fer en différenciant les traditions métallurgiques indigènes de celles apportées par les migrants. Le bracelet de Cantonha (Guimarães), le torque d’Herdade de  Álamo (Ourique) et les bracelets de Torre Vã (Beja) ont constitué les fils conducteurs de cette présentation. Dépourvus de contexte archéologique fiable, ils ont fait l’objet d’attributions stylistiques très variées. Qualifiés dans l’historiographie d’objets « complexes », « composés », « hybrides » voire « monstrueux », ils rendent compte de recyclages de bijoux et de processus de transmissions, déconstructions, sélections et recompositions des savoir-faire durant la Protohistoire. La fabrication de ces pièces met en jeu des  conventions stylistiques originales où les traditions métallurgiques du Bronze final côtoient les innovations importées de Méditerranée orientale. Il s’agit de montrer de quelle manière la notion d’héritage a pu être convoquée au moment de conférer à ces pièces une « identité » et de faire le point sur les méthodes du raisonnement stylistique.

Vanessa Rodrigues
Doctorante en histoire de l’art et archéologie

Séminaire des doctorants « Héritages », le 7 décembre 2012