Archives par mot-clé : prix

Prix de l’OIV 2019

Le 17 juillet dernier à Genève, le Jury International de l’OIV (Organisation Internationale de la vigne et du vin) a primé, dans la Catégorie Histoire, l’ouvrage Les petits vignobles. Des territoires en question (Moyen Âge-XXIe s.), dirigé par Stéphane Le Bras (CHEC – Université Clermont Auvergne) et préfacé par Laurent Jalabert (ITEM – UPPA).

Publié aux Presses Universitaires de Rennes et Presses Universitaires François Rabelais, les petits vignobles y sont appréhendés par des historiens et géographes depuis la période médiévale jusqu’à l’ultra-contemporain. Cet ouvrage permet de saisir les évolutions, les permanences et les mutations de territoires dont la définition varie sur le temps long. De même, l’approche plurielle permet, par le biais du « petit », de réinterroger et réévaluer le « grand », qu’il s’agisse de la viticulture nationale dans son ensemble ou des grands territoires régionaux (Bourgogne, Bordelais, Languedoc, etc.).

Cet ouvrage a été réalisé dans le cadre d’un projet de recherche « Petits vignobles aquitains » porté par Laurent Jalabert du laboratoire ITEM de l’UPPA, en collaboration avec Stéphane Le Bras (CHEC – UCA)

Financé par la Communauté d’agglomération de Pau, la Région Nouvelle Aquitaine (Liquoreux) et des partenaires privés par le biais de la chaire HCP (Vignerons de Buzet, Armagnac Dartigalongue), ce projet de recherche propose d’étudier de petits territoires viticoles du Midi aquitain (Jurançon, Irouléguy, Madiran, Buzet, Tursan), en les comparant à d’autres espaces à l’échelle nationale et internationale.

Ce programme bénéficie d’un partenariat avec la Chaire UNESCO sur le Vigne et le Vin (MSH de Bourgogne) à laquelle appartient l’Université de Pau.

La cérémonie de Remise des Prix aura le lieu le mardi 15 octobre 2019 à Paris (18h30, Ambassade du Chili).

Lucas Bwire, E-Ambassadeur de Campus France

Depuis 2010, Campus France est l’agence nationale pour la promotion de l’enseignement supérieur français à l’étranger, l’accueil des étudiants et des chercheurs étrangers en France et la mobilité internationale. Elle est sous tutelle des ministères de l’Europe et des Affaires étrangères et de lʼEnseignement supérieur, de la Recherche et de lʼInnovation.

Lancé en septembre 2017 par Campus France, le blog des E-Ambassadeurs offre les témoignages d’étudiants étrangers actuellement en séjour d’études en France: arrivée, logement, job, culture, voyages etc.

Lucas Bwire, doctorant à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour vient d’être nommé E-Ambassadeur et va enrichir cette communauté de blogueurs.

Diplômé en éducation et lettres à la Kenyatta University au Kenya, spécialisé en histoire et en langue kiswahili, Lucas Bwire arrive en France en septembre 2015. Passionné par la culture et la langue française, il obtient rapidement un master Master 1 en Civilisations et Sociétés et d’un Master 2 en Histoire, Civilisations et Patrimoine à l’UPPA.En 2017, seul au milieu de candidats économistes et scientifiques, il se place second sur la liste d’obtention d’une bourse de thèse du gouvernement français et poursuit aujourd’hui ces études de doctorat en archéologie (intitulé de thèse : Archéologie préventive, l’étude d’impact et la gestion du patrimoine culturel : une analyse comparative de la politique publique entre Kenya et France).

En 2017, seul au milieu de candidats économistes et scientifiques, il se place second sur la liste d’obtention d’une bourse de thèse du gouvernement français. Membre du laboratoire ITEM EA3002, il poursuit aujourd’hui ces études de doctorat en archéologie (intitulé de thèse : Archéologie préventive, l’étude d’impact et la gestion du patrimoine culturel : une analyse comparative de la politique publique entre Kenya et France).

« En tant qu’étudiant de l’histoire et du patrimoine culturel, avec la reconnaissance de la langue comme le meilleur outil à la disposition d’un être humain, seul le temps peut limiter ce que je dirai en tant qu’un E-Ambassadeur ».

Voici son premier billet:  “Gérer votre temps pour réussir vos études en France”


B. Augé, lauréat du Prix Eusko Ikaskuntza-Ville de Bayonne

Chaque année, Eusko Ikaskuntza-Société d’Études Basques et la Ville de Bayonne remettent une série de prix afin de récompenser les travaux de recherche et de création qui ont trait au Pays basque, et notamment aux territoires d’Iparralde et de Bayonne, toutes disciplines confondues.

captureCette année, le Prix Culture Basque est décerné à Bertrand Augé et récompense sa thèse d’Histoire moderne qui aborde des problématiques juridiques similaires dans une autre province du Pays basque Nord, les États de Basse-Navarre.

Prix Culture Basque:
Bertrand AUGÉ, Les états de Basse-Navarre de 1665 à 1789, thèse de doctorat d’histoire moderne, sous la direction de Philippe CHAREYRE, Université de Pau et des Pays de l’Adour, 2015.

Résumé de thèse:
L’histoire de la construction administrative de la France aux XVIIe et XVIIIe siècles est celle de la mise en place d’un appareil d’État avec, dans les provinces les plus récemment intégrées, le maintien d’une assemblée des représentants des trois ordres, qui gère une partie des affaires du pays notamment la collecte de l’impôt.
Séparée de sa partie espagnole depuis 1512, la Basse-Navarre a elle aussi conservé, au moment de son union avec le royaume de France en 1620, son assemblée d’États et, surtout, son titre de « royaume ».
Le premier travail mené dans le cadre de cette thèse a consisté à retranscrire la mémoire des délibérations annuelles de l’assemblée navarraise (dont il résulte un document de 2 600 pages rassemblant 4 700 pages d’archives), depuis le début du règne personnel de Louis XIV jusqu’à la Révolution. Puis, l’étude quantitative et qualitative des textes a mis en lumière un dialogue particulier entre Versailles et la lointaine province. Face aux Bourbons, les représentants navarrais défendent leurs coutumes, leur particularisme, mais aussi leur mainmise particulière sur les affaires de la province.

 

Mention : Très honorable avec félicitations du jury à l’unanimité
Jury de soutenance :
Philippe CHAREYRE (Professeur Université de Pau et des Pays de l’Adour, Directeur)
Stéphane DURAND (Professeur Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse, Rapporteur)
Gérard HIRIGOYEN (Professeur Université de Bordeaux)
José María IMIZCOZ (Professeur Université du Pays Basque, Rapporteur)
Arlette JOUANNA (Professeur émérite Université de Montpellier)
John ROGISTER (Professeur Université de Durham et Institut de France, Président)

Biographie
Bertrand Augé est né en 1972 à Pau. Après un baccalauréat littéraire, il s’oriente vers des études d’Histoire, une passion héritée de son père. Une fois sa maîtrise obtenue en 1994 et après avoir satisfait à ses obligations militaires, il se tourne vers les métiers de la documentation grâce à une opportunité d’embauche à la bibliothèque universitaire de l’UPPA.
En 2006, suite à un grave accident de voiture, il reprend ses études en histoire et consacre, sous la direction de Philippe Chareyre, son mémoire de Master de Recherche aux états de Basse-Navarre, sujet présentant l’intérêt d’une documentation dense et d’une mise en valeur du patrimoine local.
Durant la préparation de sa thèse commencée en 2007, il consacre plusieurs années à la retranscription des délibérations des états navarrais aux XVIIe et XVIIIe siècles, soit près de 4700 pages d’archives, après quoi il entame le travail de réflexion.
Le jury de sa soutenance a rassemblé des spécialistes français et européens des assemblées et des parlements, qui tous lui conseillent de poursuivre ses recherches et de les rendre accessibles, non seulement à la communauté scientifique mais aussi aux acteurs du territoire. La modernité du message transmis dans les délibérations peut en effet représenter une source d’inspiration pour les décideurs actuels.
Actuellement, Bertrand Augé est enseignant chercheur, membre associé du laboratoire ITEM (Université de Pau et des Pays de l’Adour), membre permanent du laboratoire IRMAPE et correspondant national de la Commission pour l’Histoire des Assemblées d’États.

 

Liste des principales publications:
2014 : « Regard sur un corpus historique : cas d’une assemblée d’États sous l’Ancien Régime », Resadderse International (FNEGE Emergent), Volume 19.
2013 : « The Local Administration of the Bas-Languedoc region of France, 1789- 1801. A Study of Governmental Reform in the Wake of the French Revolution », Parliaments, Estates and Representation (AERES), Volume 33, Issue 1, April 2013, p.82-84. URL:http://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/02606755.2013.772404#.UcXC-W5OIdU
2012 : « Le duc et les États : clientèles et fidélités en Basse-Navarre aux XVIIe et XVIIIe siècles », Parliaments, Estates and Representation (AERES), Volume 32, Issue 1, April 2012, p.21-36.
URL:http://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/02606755.2012.676787#.UcXC9m5OIdU
2010 : « Les États de Basse-Navarre de 1784 à 1788 : entre particularisme provincial et intégration à la couronne de France », Parliaments, Estates and Representation (AERES), 30: 1, p.15-30.
URL:http://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/02606751003651173#.UcXC9G5OIdU

Prix Françoise-Claire Legrand

Les Amis des Eglises Anciennes du Béarn ont attribué le 05 mars dernier le Prix Françoise-Claire Legrand à Julie Gonzalez, ancienne doctorante au laboratoire ITEM.

Le Prix Françoise-Claire Legrand récompense l’auteure pour sa thèse soutenue en  mars 2015 à l’UPPA “Etude iconographique de la Gueule d’Enfer au Moyen-Age. Origines et symboliques” et son mémoire de master en histoire et histoire de l’art. Ces travaux ont contribué à enrichir la connaissance sur les églises du Béarn.

A cette occasion, Julie Gonzalez a donné, à la Médiathèque André Labarrère de Pauune conférence intitulée :

 “Monstres et merveilles de l’imaginaire médiéval. Le jeu subtil des formes monstrueuses dans la sculpture romane du Béarn”

Cette conférence a proposé de parcourir l’imaginaire monstrueux médiéval au travers du patrimoine roman béarnais. Le monstre, être fantastique et figure d’épouvante, fascine autant qu’il inquiète. Des créatures hybrides familières, sirènes, centaures, griffons…, ou insolites, certaines même dépourvues de corps, peuplent nos  églises. Elles sont porteuses d’une symbolique prégnante autour du démon, du péché et de son châtiment. Cette communication a tenté, d’une part, de soulever les mystères qui entourent ces étrangetés par le biais de quelques sources écrites médiévales et, d’autre part, de déterminer les fonctions de l’image du monstre au sein des édifices religieux béarnais dont la diversité demeure exceptionnelle.

Voir “La République des Pyrénées”, article paru le 09/03/2016 (accès réservé aux abonnés)

Viviane Delpech : Prix Second Empire 2015

Viviane Delpech, chercheur associée à l’EA 3002 ITEM et chargée de cours au département Histoire de l’art et Archéologie, vient de recevoir le Prix Second Empire 2015 de la Fondation Napoléon pour son ouvrage Abbadia, le monument idéal d’Antoine d’Abbadie, édité par les Presses Universitaires de Rennes dans la collection de beaux livres Art et Société.

abadia

Issu de sa thèse de doctorat d’histoire de l’art, soutenue à l’UPPA en 2012 sous la direction de Dominique Dussol, cet ouvrage doit sa publication au concours de la Société d’Études Basques, de la Fondation Initiatives Jeunes du Crédit Agricole, de la Ville d’Hendaye, de la Banque Michel Inchauspé, de l’UPPA et de l’Institut Culturel Basque. Le Service régional du Patrimoine et de l’Inventaire d’Aquitaine en a assuré l’ensemble de la couverture photographique en missionnant le talentueux photographe Alban Gilbert.

A la lumière de 25 000 documents d’archives, ces travaux révèlent les secrets de la construction de l’extravagant château d’Abbadia (1864-1884), édifié par les architectes Eugène-E. Viollet-le-Duc et Edmond Duthoit sur un promontoire spectaculaire de la corniche basque, en retraçant la vie extraordinaire de ses commanditaires, l’explorateur savant basco-irlandais Antoine d’Abbadie et son épouse Virginie. Cette thèse se fonde sur le postulat qu’Abbadia, fait à l’image de ses ordonnateurs, est le catalyseur de leurs expériences et de leur vision du monde. Remarquable exemple de l’Éclectisme du Second Empire et du mouvement néogothique, cet édifice superbement restauré et conservé dans son état originel constitue une richissime source d’information pour l’étude de l’histoire de l’architecture, des arts décoratifs et des arts paysagers du XIXe siècle.

Le Prix Second Empire est attribué par un jury prestigieux composé de professeurs d’université, de spécialistes et de membres de l’Institut de France. La Fondation Napoléon attribue ainsi, chaque année, trois prix, récompensant des chercheurs pour leurs ouvrages, et plusieurs bourses, octroyées à des doctorants afin d’encourager les recherches sur le Premier et le Second Empire. Cette année, la cérémonie de remise des prix et des bourses a lieu à l’hôtel de Beauharnais le 9 décembre en présence de S.A.I. la princesse Napoléon et du président de la Fondation Napoléon, Victor-André Masséna, prince d’Essling.