Archives par mot-clé : pouvoir politique

Bourse Doctorale en histoire contemporaine

 

Le laboratoire ITEM (EA3002), de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA, E2S), lance un appel à candidature pour une allocation doctorale dans le cadre du projet de recherche ELURENAQ (Les élus de la Région Nouvelle Aquitaine de 1986 à nos jours) pour une durée de 36 mois, soit 3 années universitaires. Le projet est un partenariat entre les laboratoires ITEM (UPPA), CRIHAM (Université de Poitiers) et CEMMC (Université Bordeaux Montaigne).

Profil de la recherche

Le projet ELURENAQ vise à porter une analyse sur la place et le rôle des élus de la décentralisation de la région Nouvelle Aquitaine entre 1986 et 2016. S’appuyant sur les travaux en cours sur l’évolution de la vie politique française depuis le milieu des années 1980, dans une perspective historique, il s’agira principalement de réfléchir aux recompositions du champ politique en oeuvre sous la Ve République à partir des années 1980 : émergence d’une nouvelle classe politique ? Prise en compte par les « notabilités » de la nouvelle collectivité ? Perception de la nouvelle assemblée par les élus ? Par les groupes politiques ? Par les opinions ? Il s’agit de mener une réflexion sur le caractère territorialisé de la démocratie française, en mesurant les enjeux et la portée de la décentralisation à l’échelle de la région en termes d’élections, de pouvoir, de politiques publiques ou identités. L’analyse des liens entre les élus régionaux et la nouvelle collectivité sera en effet approchée du point de vue de la mise en place de nouvelles politiques publiques incluses dans le champ des compétences dévolues aux régions dans le cadre réglementaire et ce au travers de quelques exemples qui seront définis par l’équipe des chercheurs, en fonction des sources disponibles. L’objectif vise donc à appréhender la perception par les élus du nouvel espace qu’ils ont à diriger depuis les lois de décentralisation. L’approche historique par la moyenne durée de l’historien (ici 30 ans), permettra d’observer et de mieux comprendre la construction de nouveaux liens entre les élus et leurs territoires. Elle nécessitera toutefois d’éclairer également la gestation de la régionalisation politique à partir de l’expérience des années 1970-1980 qui ont vu s’installer, à la tête des conseils régionaux, des figures politiques de premier plan telles que Jacques Chaban-Delmas, André Labarrère (Aquitaine), René Monory (Poitou-Charentes) ou encore André Chandernagor (Limousin).

Plus spécifiquement, la recherche doctorale menée dans le cadre de la bourse de thèse, sera essentiellement orientée sur une prosopographie des élus régionaux de la Nouvelle Aquitaine depuis la première élection au suffrage universel direct en 1986 (les trois sous-ensembles régionaux Poitou-Charentes, Limousin et Aquitaine seront pris en considération). Elle s’appuiera sur des enquêtes dans les archives des institutions régionales passées et celles de la NRA, et sur des enquêtes orales menées au sein de l’ensemble du territoire. Il s’agira d’interroger les processus de l’émergence d’une nouvelle fonction d’élus au sein de la Nouvelle Aquitaine dans le contexte de la France de la fin du XXe et du début du XXIème siècle.

Le doctorant s’efforcera d’établir une liste des élus par département, puis il procèdera à des recensions biographiques succinctes qui seront ensuite complétées par des études plus approfondies en fonction de l’importance de l’élu dans la collectivité. Les élus seront alors groupés selon une typologie à construire, puis certains d’entre eux interrogés par l’équipe des chercheurs de façon systématique. Les entretiens seront individuels de façon dominante, et semi-directifs. Il n’est pas exclu de mener quelques entretiens collectifs. Les élus en place ne seront interrogés que sur la période antérieure au mandat qu’ils exercent aujourd’hui.

Inscription et présence administrative

Le doctorant sera inscrit à l’ED SSH de l’Université de Pau sous la Direction de Laurent Jalabert, Professeur d’histoire contemporaine à l’UPPA, avec une co-direction assurée par François Dubasque (Université de Poitiers).


Le doctorant sera astreint aux règles de l’ED SSH de l’UPPA. La thèse n’excèdera pas les trois années (soutenance entre septembre et décembre 2022). Le doctorant sera quotidiennement présent au laboratoire ITEM de l’UPPA (salle des doctorants) sur le site de Pau, avec un bureau prévu à cet effet, en dehors des missions de terrain inhérentes au projet. Un budget d’accompagnement spécifique (matériel, missions) est prévu dans le projet ELURENAQ. Il suivra les formations obligatoires de l’ED SSH. Il sera présent à toutes les rencontres scientifiques et administratives inhérentes au projet. Un service d’enseignant de 48H00 ETED annuel pourra être envisagé en accord avec le directeur de recherche. Le montant de l’allocation est d’environ 1 750 € (brut mensuel) (hors charge enseignement éventuelle), avec cotisation retraite et sous le régime général de la sécurité sociale.


Les candidatures sont à expédier par courrier mail avant le 30 septembre 2019 à :
laurent.jalabert@univ-pau.fr comprenant:


– CV
– Lettre de motivation
– Fichier PDF du mémoire de master 2
– Lettre de recommandation du directeur de recherche de Master


Un entretien d’audition est prévu début octobre (possibilité d’entretien par visio conférence).

 

 

Versailles

Frédéric Bidouze, maître de conférences en histoire moderne à l’UPPA interviendra les 24 et 28 mai prochains à Versailles, dans le cadre de la programmation culturelle de l’abonnement  « 1 An à Versailles » et dans le cycle sur le thème « La voix du peuple à Versailles » en échos aux 230 ans de l’ouverture des États généraux de 1789.

  • Le 24 mai à 19h, dans la salle du Jeu de Paume, la Compagnie théâtrale La Boîte du Souffleur interprètera une pièce en un acte, rédigée par Frédéric Bidouze :

Des Menus Plaisirs au Jeu de Paume, du serment au Roi au serment à la Nation.

Pièce historique, ce spectacle donne la parole aux divers protagonistes (roi, ministres, députés et gens du peuple) à travers leurs propos (Mémoires et surtout discours) lors des mois de mai et juin 1789. La pièce sera suivie d’un débat avec les spectateurs.

  • Le 28 mai à 15h, dans l’auditorium du pavillon Dufour du château de Versailles, Frédéric Bidouze donnera une conférence à deux voix avec Philippe Grateau intitulée :

Les États généraux à Versailles : voix des élites ou voix du peuple ?

Après une campagne électorale intense qui a inondé le royaume de brochures dès l’automne 1788, les députés élus aux états généraux de Versailles s’installent en mai 1789 dans la capitale royale ; ils apportent avec eux les cahiers de doléances de leur circonscription électorale qui rendent compte de l’état d’une société organique fondée sur le mode de représentation politique des corps comme de ses souhaits les plus urgents : égalité devant l’impôt et une constitution. Cette conférence se propose d’approcher ce sujet brûlant par un questionnement sur la représentativité culturelle des députés et des cahiers de doléances dont ils sont porteurs. En dénonçant très largement une société de privilèges et en imaginant offrir le bonheur aux hommes dans l’égalité (abbé Siéyès, Essai sur les privilèges), cahiers et brochures n’ont-ils pas porté haut le peuple jusqu’à faire des députés du tiers état ses représentants face à un pouvoir royal inflexible sur l’urgence de régler le seul déficit financier ? Aboutissant à la création de l’assemblée nationale le 17 juin, les états généraux n’ont-ils pas promis au « peuple » autre chose que la souveraineté lui léguant du même coup un imaginaire émancipateur à perte de vue?

http://www.chateauversailles.fr/abonnes/programmation-dediee/voix-peuple-versailles#evenements

Ces interventions font suite à ses travaux sur la Pré-révolution française et la sortie de son ouvrage, De Versailles à Versailles, 1789 (vol. 1). Les États généraux: concorde, discorde et révolution, Périégète, 2018, 236 p.

CPIM 2019

LES CULTURES POLITIQUES DANS LA PÉNINSULE IBÉRIQUE ET AU MAGHREB  (VIIIe-XVe siècle)

SESSION 2019 : Expériences impériales

Bielle (Pyrénées-Atlantiques)

Séminaire international de formation avancée

Inscriptions au séminaire closes au 23 mai 2019

Présentation générale

Ce séminaire vise à proposer un examen croisé des cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb au Moyen Âge (VIIIe-XVe siècle). Dans toute la mesure du possible, et sans jamais rien retirer aux singularités des contextes respectifs, l’étude sera fondée sur une démarche résolument comparatiste et pluridisciplinaire, associant historiens, archéologues, historiens de l’art et littéraires.

A l’encontre des approches essentialistes et différentialistes, fondées sur le mythe de l’existence de deux blocs homogènes et affrontés, il s’agira de mettre en regard différentes expériences politiques, de part et d’autre de la frontière islamo-chrétienne, afin de susciter des rapprochements, de relever des écarts, voire de révéler des situations d’interaction ou d’interdépendance, en matière de fonctionnement étatique et de culture politique, par-delà les antagonismes religieux. Certes la référence religieuse a valeur fondatrice et imprègne institutions et idéologies de combat (jihad, Reconquista, croisade), mais les acteurs de cette histoire, au travers de leurs pratiques de gouvernement et de leurs imaginaires politiques, mobilisent des répertoires bien plus vastes et plus divers qu’il s’agira d’identifier et de mieux appréhender.

C’est à l’exploration de ces cultures politiques, associant à la fois registres textuels et manifestations matérielles du pouvoir, que sont invités les jeunes chercheurs qui participeront au séminaire. Il permettra aux formateurs, doctorants et étudiants de master de se côtoyer plusieurs jours, dans le cadre de formats pédagogiques variés (conférences, présentations, ateliers).

Coordinateurs :

Daniel Baloup (Université Toulouse – Jean Jaurès), Yann Dejugnat (Université Bordeaux Montaigne) et Véronique Lamazou-Duplan (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

Comité d’organisation :

Amaia Arizaleta (Université Toulouse – Jean Jaurès), David Bramoullé (Université Toulouse – Jean Jaurès), Laurent Callegarin (EHEHI, Casa de Velázquez), Laurence Cabrero-Ravel (Université de Pau et des Pays de l’Adour), Anna Caiozzo (Université Bordeaux Montaigne), Isabelle Cartron (Université Bordeaux Montaigne), Martine Charageat (Université Bordeaux Montaigne), Florian Gallon (Université Toulouse – Jean Jaurès), Fabienne Guillén (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

Site Web : http://ausonius.u-bordeaux-montaigne.fr/sessions/session-2019

Renseignements pratiques

La troisième session du séminaire se tiendra à Bielle (Pyrénées-Atlantiques), du 1er au 4 octobre 2019. Elle réunira six formateurs, 12 doctorants ou jeunes docteurs, et des étudiants de Master (ces derniers étant issus des universités organisatrices). 

Le séminaire est gratuit. Les institutions organisatrices assument les frais d’hébergement des participants, à Bielle. Pour les doctorants et les jeunes docteurs dont la candidature aura été retenue, le voyage jusqu’au point de regroupement de Pau reste à leur charge.

Chaque journée de travail sera partagée entre la présentation de leurs travaux par quatre doctorants ou jeunes docteurs, et les interventions de deux formateurs qui prononceront une conférence et animeront un atelier pratique (sur les sources, la bibliographie, les notions, etc.). 

Les langues de travail seront le français, l’espagnol, le portugais et l’anglais.

Inscriptions au séminaire international jusqu’au 23 mai 2019 (minuit, heure de Madrid). Accéder au formulaire.

Publication des résultats : 7 juin

Pour tout renseignement concernant la logistique, veuillez contacter Ghizlane Bencheikh : ghizlane.bencheikh @ u-bordeaux-montaigne.fr +33 (0)5 57 12 45 55

Présentation de la session 2019

Pour l’histoire des empires, la péninsule Ibérique et le Maghreb constituent des laboratoires exceptionnels. En effet, ces deux régions furent les pôles d’impulsion majeurs d’une succession de trajectoires impériales qui se sont déployées dans les directions les plus diverses : des califats et des sultanats d’Occident aux différentes revendications impériales de la royauté castillano-léonaise, en passant par les configurations variées de la Couronne d’Aragon.

Les pionniers de cette histoire (Menéndez Pidal, Laroui) se sont longtemps focalisés sur l’ « idée impériale », dont ils soulignaient l’originalité, l’homogénéité et la continuité. Conçue comme un projet cohérent et unitaire, elle était envisagée comme l’émanation de la conscience que partageaient les peuples de former une unité « hispanique » ou « maghrébine ». Sans totalement disparaître, cette historiographie fut marginalisée par une autre, celle de la formation des Etats-nations, qui opposa les « réalités » de la construction des Etats territoriaux aux « mirages » impériaux.

Aujourd’hui, l’histoire des empires opère un retour en force, fondé sur de nouvelles approches. Tout en menant un travail de déconstruction des grands récits impériaux, les chercheurs conçoivent désormais les empires comme des entités politiques instables, hybrides et éminemment pragmatiques. Ils les abordent comme des expériences politiques, en se focalisant sur ce qui « fait » empire et sur la mise en évidence de cultures impériales, à la fois diverses et connectées, irréductibles à un modèle unique.

C’est à l’exploration de ces expériences impériales, dans leurs dimensions textuelles et matérielles, que sont invités les participants de cette session 2019. La réflexion s’articulera autour de trois grands thèmes :

–          Gouvernements impériaux. Dominant plusieurs entités politiques et des populations diverses, les empires se caractérisaient par une flexibilité, un pragmatisme et une adaptabilité, qui furent une des clés de leur longévité. Au delà du constat de la diversité des répertoires impériaux, on s’efforcera d’identifier des pratiques, des modes et des logiques de gouvernement qui relèveraient de fonctionnement impériaux.

–          Imaginaires politiques. Ces formations impériales engendrèrent-elles une conscience politique commune ? L’analyse des mots, des gestes, des lieux et des objets permettra d’appréhender les éléments susceptibles de structurer un imaginaire impérial commun mais aussi de révéler des identités contradictoires, reflétant les tensions entre les groupes sociaux sur lesquels les empires s’appuyaient et avec lesquels ils devaient composer.

–          Interactions impériales. Ces empires ne se sont pas construits de manière isolée. D’une part, les empires ont cherché à s’insérer dans les traditions impériales antérieures pour se légitimer. D’autre part, ils puisèrent des éléments dans d’autres modèles impériaux contemporains, par-delà les barrières religieuses et idéologiques. On s’intéressera aux processus de remploi, d’imitation et d’émulation, en étant attentif aux modalités d’appropriation, de recombinaison et au rôle des intermédiaires. Enfin, ces empires n’ont pas manqué de susciter, en réaction, des formes de contestation et de dissidence, qu’on analysera au miroir des modèles impériaux auxquels elles prétendaient s’opposer.

Coordinateur scientifique : Yann Dejugnat (Université Bordeaux Montaigne).

Formateurs : Yann Dejugnat (Université Bordeaux Montaigne, coordinateur), Flocel Sabaté (Universitat de Lleida), Tawfiq Ibrahim (Chercheur indépendant), Javier Domingo (Pontificia Università della Santa Croce, Rome), Marta Lacomba (Université Bordeaux Montaigne), Susana Calvo Capilla (Universidad Complutense de Madrid).

Presentacion de la sesión 2019

Au nom de la Reine

Henri de Navarre, lieutenant général de Jeanne d’Albret (1572)

Dénes Harai (UPPA, ITEM), chercheur du projet ANR AcRoNavarre, vient de publier un livre qui fait le point sur un chapitre inédit de la vie d’Henri IV.

Au nom de la reine : Henri de Navarre, lieutenant général de Jeanne d’Albret (1572), Pau, Presses de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, 2019.

Résumé

L’une des rares périodes encore peu connues de la biographie d’Henri de Navarre, futur roi de France sous le nom d’Henri IV, est celle du séjour du prince dans le Sud-Ouest, dans la première moitié de 1572, comme lieutenant général de sa mère, Jeanne d’Albret, reine de Navarre et vicomtesse souveraine de Béarn. Les cinq mois qui vont de la mi-janvier à la mi-juin sont quasiment absents de l’historiographie relative à la vie du Béarnais au destin doublement royal, tant les évènements marquants de cette année cruciale – signature par Jeanne d’Albret du contrat de mariage d’Henri avec Marguerite de Valois le 11 avril ; décès de Jeanne le 9 juin ; mariage royal le 18 août ; massacre de la Saint-Barthélemy le 24 août – ont capté l’attention des historiens. Grâce à une documentation riche et variée au centre de laquelle prennent place cinquante actes produits par le prince de Navarre, ce livre éclaire pour la première fois les circonstances de la nomination, la composition de l’entourage et les grands axes de l’action du lieutenant général. En complétant la biographie d’Henri IV, il invite aussi à réfléchir sur l’année de la Saint-Barthélemy depuis le Béarn, petit pays au cœur de la grande histoire de France à la Renaissance.

Abstract

One of the rare little-known periods of the biography of Henri of Navarre, future king Henri IV of France, is the prince’s sojourn in what is now the south-west of France in the first half of 1572, where he acted as lieutenant general for his mother, Jeanne d’Albret, queen of Navarre and sovereign viscountess of Béarn. The five months from mid-January to mid-July are practically absent from the historiography relative to the life of the Béarnais whose destiny was to wear two crowns, as the major events from later that same year have so captivated the attention of historians: Jeanne d’Albret’s signing of the marriage contract of Henri and Marguerite de Valois on April 11th, Jeanne’s death on June 9th, the royal wedding on August 18th, and the Saint Bartholomew’s Day massacre on August 24th. Thanks to the rich and varied documentation including fifty royal decrees produced by the prince of Navarre, this book unveils the circumstances of Henri’s nomination as lieutenant general, his entourage and the primary axes of his actions in this role. In filling in this gap in Henri IV’s biography, this book is also an invitation to reflect upon the infamous year of 1572 from the perspective of Béarn, a small country at the heart of the greater history of France during the Renaissance.

ISBN : 2-35311-102-5

PUPPA, 140 pages

Mars 2019, 11 EUR