Archives par mot-clé : pouvoir

Colloque international Principautés

Gouverner et administrer les principautés en France méridionale à la fin du Moyen Âge (fin XIIIe – début XVIe siècle)

Organisé par V. Lamazou-Duplan, D. Bidot-Germa (Université de Pau et des Pays de l’Adour – ITEM EA 3002), P. Courroux (Southampton University-British Academy, membre associé ITEM EA 3002), en collaboration avec le Musée national et domaine du Château de Pau.

Mercredi 7 novembre 2018, à partir de 14h, Université de Pau et des Pays de l’Adour, Amphithéâtre de la Présidence

Jeudi 8 et vendredi 9 novembre 2018, à partir de 9h, Château de Pau, salle des conférences

Ce colloque réunira une vingtaine de chercheurs français et étrangers qui s’intéressent aujourd’hui aux principautés méridionales pour proposer une première synthèse nourrie par les comparaisons (points communs, différences et spécificités), en décloisonnant les aires géographiques (France du sud de la Loire, Guyenne comprise, comparaisons avec l’Italie, la péninsule Ibérique…), les disciplines (histoire, diplomatique et archivistique, histoire de l’art…). Autour des thématiques du gouvernement et de l’administration des principautés méridionales, les communications s’organiseront autour des axes suivants : les sources, les modalités et les enjeux du gouvernement ; les cours et le spectacle du pouvoir princier ; les relais du pouvoir. Une table-ronde entre historiens, archivistes (AD 64 et AGN de Pampelune) et conservateurs (Musée national du Château de Pau) portera sur les problématiques de conservation et de valorisation des archives et des collections princières autour de l’exemple des Foix-Béarn-Navarre.

Alors que sont recomposées aujourd’hui de grandes régions, parfois jugées composites et trop vastes, il n’est pas sans intérêt d’étudier celles que certains convoquent comme leurs ancêtres, ces principautés territoriales médiévales, non moins hétérogènes, et que le prince, pivot de tout pouvoir qui s’y développait, parcourait alors à cheval en plusieurs journées.

Contact : item @ univ-pau.fr   Tel : 05 40 17 52 21

S’inscrire

Séminaire international de formation avancée – CPIM

Les cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb (VIIIe-XVe siècle)

Session 2018 : Écritures du pouvoir

Du 2 octobre 2018 au 5 octobre 2018

Coordinatrice scientifique : Véronique Lamazou-Duplan (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

Formateurs : Amaia Arizaleta (Université Toulouse – Jean Jaurès) – Pascal Buresi (CNRS (CIHAM-UMR 5648, Lyon / EHESS) – Martine Charageat (Université Bordeaux Montaigne) – Eloísa Ramírez Vaquero (Universidad Pública de Navarra) – Juan Carlos Ruiz Sousa (Universidad Complutense de Madrid).

Pour tout renseignement concernant la logistique, veuillez contacter Ghizlane Bencheikh : ghizlane.bencheikh @ u-bordeaux-montaigne.fr +33 (0)5 57 12 45 55

—————

Présentation générale

Ce séminaire vise à proposer un examen croisé des cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb durant le Moyen Âge (VIIIe-XVe siècle). Dans toute la mesure du possible, et sans jamais rien retirer aux singularités des contextes respectifs, l’étude sera fondée sur une démarche résolument comparatiste et pluridisciplinaire, associant historiens, archéologues, historiens de l’art et littéraires.

À l’encontre des approches essentialistes et différentialistes, fondées sur le mythe de l’existence de deux blocs homogènes et affrontés, il s’agira de mettre en regard différentes expériences politiques, de part et d’autre de la frontière islamo-chrétienne, afin de susciter des rapprochements, de relever des écarts, voire de révéler des situations d’interaction ou d’interdépendance, en matière de fonctionnement étatique et de culture politique, par-delà les antagonismes religieux.

Certes la référence religieuse a valeur fondatrice et imprègne institutions et idéologies de combat (jihad, Reconquista, croisade), mais les acteurs de cette histoire, au travers de leurs pratiques de gouvernement et de leurs imaginaires politiques, mobilisent des répertoires bien plus vastes et plus divers qu’il s’agira d’identifier et de mieux appréhender. C’est à l’exploration de ces cultures politiques, associant à la fois registres textuels et manifestations matérielles du pouvoir, que sont invités les jeunes chercheurs qui participeront au séminaire. Il permettra aux formateurs, doctorants et étudiants de master de se côtoyer plusieurs jours, dans le cadre de formats pédagogiques variés (conférences, présentations, ateliers).

Coord. : Daniel BALOUP (Université Toulouse – Jean Jaurès), Yann DEJUGNAT (Université Bordeaux Montaigne) et Véronique LAMAZOU-DUPLAN (Université de Pau et des pays de l’Adour).

Comité d’organisation : Amaia ARIZALETA (Université Toulouse – Jean Jaurès), David BRAMOULLÉ (Université Toulouse – Jean Jaurès), Laurent CALLEGARIN (EHEHI, Casa de Velázquez), Laurence CABRERO-RAVEL (Université de Pau et des pays de l’Adour), Anna CAIOZZO (Université Bordeaux Montaigne), Isabelle CARTON (Université Bordeaux Montaigne), Martine CHARAGEAT (Université Bordeaux Montaigne), Florian GALLON (Université Toulouse – Jean Jaurès), Fabienne GUILLÉN (Université de Pau et des pays de l’Adour).

Site web : http://www-ausonius.u-bordeaux3.fr/cpim
—————

Renseignements pratiques

La deuxième session du séminaire se tiendra à Bielle (Pyrénées-Atlantiques), du 2 au 5 octobre 2018. Elle réunira six formateurs, 12 doctorants ou jeunes docteurs, et des étudiants de Master (ces derniers étant issus des universités organisatrices).  Le séminaire est gratuit. Les institutions organisatrices assument les frais d’hébergement des participants, à Bielle.

Pour les doctorants et les jeunes docteurs dont la candidature aura été retenue, le voyage jusqu’au point de regroupement de Pau reste à leur charge. Chaque journée de travail sera partagée entre la présentation de leurs travaux par quatre doctorants ou jeunes docteurs, et les interventions de deux formateurs qui prononceront une conférence et animeront un atelier pratique (sur les sources, la bibliographie, les notions, etc.).

Les langues de travail seront le français, l’espagnol, le portugais et l’anglais.

Inscriptions closes

Pour tout renseignement concernant la logistique, veuillez contacter Ghizlane Bencheikh : ghizlane.bencheikh @ u-bordeaux-montaigne.fr +33 (0)5 57 12 45 55

—————

Présentation de la session 2018

AFFICHE-PRESENTATION-CPIM-2018

PROGRAMME-CPIM2018

Cette seconde session de l’atelier sur les cultures politiques en péninsule Ibérique et au Maghreb, du VIIIe au XVe siècle, propose d’étudier la culture et l’expérience politiques au prisme de l’écrit, des écritures du pouvoir. Les renouvellements historiographiques récents permettront d’interroger l’acte d’écrire en le replaçant dans un contexte spécifique, de soupeser le gouvernement et l’administration par l’écrit, le poids de l’écrit dans la culture politique. Les écritures du pouvoir seront envisagées dans toute leur diversité : pluralité des supports (pierre, parchemin, papier, métal, céramique, verre, tissus…), variété des formes et des modalités des pratiques de l’écrit (du brouillon au plus beau manuscrit, en passant par les actes de chancellerie ou de la pratique).

Examiner les fonctions de l’écrit, mais aussi sa réception, pose la question de sa diffusion, des destinataires et des publics, et plus largement de sa place dans la réflexion politique, la culture administrative, judiciaire…

Les écritures du pouvoir cohabitent avec d’autres formes d’expression politique (les images par exemple) ou au sein de collections dans lesquelles les gouvernants rassemblent des titres mais aussi des manuscrits et des objets (archives, bibliothèques, trésors). Cet atelier, qui croisera les disciplines et les comparaisons, permettra un retour aux sources, y compris dans leur dimension très matérielle (lieux d’écriture, matérialité des écritures produites, conservées… au service du pouvoir).

Par ailleurs, conformément à l’orientation générale de l’atelier, l’étude des pratiques et de l’imaginaire politiques sera privilégiée sur celle des discours et des représentations. La réflexion s’articulera autour de trois grandes thématiques :

  • Matérialité, nature, formes et statuts des écrits ;
  • Pratiques et praticiens de l’écrit, élaboration d’une culture administrative (formation à l’écrit ; administration par l’écrit – literacy, numeracy ; notariat ; médiation…) ;
  • Écrits, pratiques de gouvernement et imaginaires politiques.

L’atelier visera non seulement à approfondir ces thèmes et à aborder des études de cas, mais aussi, sur un plan plus méthodologique, à favoriser les comparaisons et la mise en évidence d’interactions dans une recherche constante de dialogue entre les différentes disciplines qui seront représentées (histoire, études littéraires, archéologie, histoire de l’art).

Pour en savoir plus :
https://www.casadevelazquez.org/recherche-scientifique/novedad/les-cultures-politiques-dans-la-peninsule-iberique-et-au-maghreb-viiie-xve-siecle-1/

https://www.casadevelazquez.org/es/investigacion/novedad/las-culturas-politicas-en-la-peninsula-iberica-y-en-el-magreb-siglos-viii-xv-2/

Des corpus pour l’histoire à l’âge du numérique

Des corpus pour l’histoire à l’âge du numérique
Éditions électroniques d’actes royaux et princiers

 

Vendredi 16 mars 2018 de 09h00 à 18h00
École nationale des chartes, 65, rue de Richelieu, Paris 2e (salle Delisle)

Le projet de recherche Acronavarre, sélectionné par l’Agence nationale de la recherche, réunit plusieurs équipes franco-espagnoles (Université de Pau et des Pays de l’Adour, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, École nationale des chartes, Casa de Velázquez, Universidad Pública de Navarra). Il ambitionne de recenser et d’éditer numériquement les quelque
7 000 actes des rois et reines de Navarre conservés sous quelque forme que ce soit et produits entre 1484 et 1594.

Il s’inscrit dans une longue tradition d’éditions de corpus d’actes royaux et princiers du Moyen Âge. La validité de ces corpus fait l’objet d’un engouement renouvelé, tant en raison d’un
retour aux sources de la part des historiens que du développement des outils numériques. Ces derniers ont bénéficié des corpus existants pour tester des méthodes et des techniques. En
retour, les potentialités des nouveaux outils (web sémantique, interopérabilité) obligent à concevoir autrement la constitution de ces corpus. Comment les historiens des époques médiévale
et moderne s’en saisissent-ils (s’ils s’en saisissent) ? Quelles sont leurs attentes ? Leurs espoirs ? Leurs déceptions ? Ces nouveaux territoires de la connaissance historique seront au cœur du séminaire du 16 mars 2018.

Lettres patentes d’Henri de Bourbon, roi de Navarre, seigneur souverain de Béarn, accordant à Jacques Dumirailh une place d’écolier pensionnaire au collège d’Orthez, Pau, 6 septembre 1582

Lettres patentes d’Henri de Bourbon, roi de Navarre, seigneur souverain de Béarn, accordant à Jacques Dumirailh une place d’écolier pensionnaire au collège d’Orthez, Pau, 6 septembre 1582

 

PROGRAMME

9 h Accueil des participants
9 h 15 Introduction et présentation
par Philippe Chareyre | Université de Pau et des Pays de l’Adour et Olivier Poncet | École nationale des chartes – Université PSL

 

1. Éditer des corpus : expériences et expérimentations
Modérateur : Laurent Morelle | École pratique des hautes études – Université PSL

9 h 30 The Henry III Fine Rolls Project
par David Carpenter | King’s College London et Paul Dryburgh | The National Archives
10 h 15 Pour une nouvelle appréciation des index : des projets innovants sur une base traditionnelle, autour des Regesta Imperii
par Gerhard Lubich | Ruhr-Universität Bochum
11 h 10 “A murky ocean of papers…” : Digitizing the Medici Archive (1370s-1743)
par Antonio Assonitis | Medici Archive Project, Florence
11 h 50 Éditions ou données ? API et (re)publications
par Vincent Jolivet | École nationale des chartes – Université PSL

 

2. Explorer des corpus : attentes et réalisations
Modérateur : Jean-Baptiste Camps | École nationale des chartes – Université PSL

14 h La paléographie et la diplomatique numériques pour l’exploitation de corpus de chartes : l’exemple de “Models of Authority”
par Peter Stokes | École pratique des hautes études – Université PSL
14 h 40 L’apport des éditions électroniques à l’étude diplomatique : l’exemple d’une recherche sur l’influence des chancelleries royales
par Els De Paermenter | Universiteit Gent
15 h 20 Vie et mort des formules : l’analyse des clauses (XIIIe-XVe siècle)
par Olivier Guyotjeannin | École nationale des chartes – Université PSL
16 h 15 Quantifier la tradition des actes : l’activité de la chancellerie des derniers Capétiens à l’aune du catalogue de leurs actes
par Olivier Canteaut | École nationale des chartes – Université PSL
16 h 55 Digitizing charter images : benefits and pitfalls
par Georg Vogeler | Universität Graz
17 h 35 Discussion finale

Bernadotte, prince et roi de Scandinavie

Conférence « Bernadotte, prince et roi de Scandinavie »

 

La Société des Sciences des Lettres et Arts de Pau et du Béarn

a le plaisir de vous inviter à la conférence de
Romain VON DEYEN
Doctorant en histoire

« Bernadotte, prince et roi de Scandinavie (1810-1844) – vie quotidienne et grands axes politiques »

le jeudi 15 février à 17 h 30
Amphithéâtre de la Présidence – UPPA – Pau

En 1810, le maréchal d’Empire Bernadotte, alors en disgrâce auprès de Napoléon et en quasi retraite sur son domaine de Lagrange, reçut l’inattendue visite d’un militaire suédois lui proposant de présenter sa candidature auprès de la Diète suédoise – le Riksdag – en vu de devenir un jour roi de Suède. À 47 ans, c’est une toute nouvelle vie qui s’ouvre devant lui : prince royal (1810-1818) puis roi de Suède et de Norvège (1818-1844). Son règne dura près de 34 ans, à l’époque charnière du passage de la Scandinavie à l’époque contemporaine. Il accompagna – ou mena – cette transition, parfois malgré lui, tant au niveau politique, économique social, sanitaire, monétaire et financier que culturel. Son long règne est très différent selon les diverses périodes qui le composent, de l’époque du légitimisme triomphant en 1816 aux prémices du Printemps des Peuples à partir de la fin des années 1830. À coté des aspects politiques, il y a aussi la vie quotidienne de ce monarque de deux royaumes qui, né roturier au sein d’une famille modeste, vivait désormais au milieu de l’aristocratie dans les palais des rois de la dynastie Vasa et ses branches collatérales.

Entrée libre et gratuite dans la limite des places disponibles

contact@ssla-pau-bearn.fr

La mort des Princes au Moyen Âge

COLLOQUE INTERNATIONAL
La mort des Princes au Moyen Âge
Bilan et perspectives historiographiques


Projet MIGRAVIT-SEPULTUS

Coordination:
Véronique LAMAZOU-DUPLAN (Université de Pau et des Pays de l’Adour),

María Teresa LÓPEZ DE GUEREÑO (Universidad Autónoma de Madrid),

Fermín MIRANDA (Universidad Autónoma de Madrid)

Organisation:
École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid),
Universidad Autónoma de Madrid

Analyser la mort des élites dirigeantes de la société médiévale demande comme point de départ méthodologique de mettre à jour nos connaissances tant sur le plan historiographique que sur celui des sources disponibles.

Postulant de son utilisation en tant qu’instrument de pouvoir et de représentation pour la monarchie et la haute aristocratie laïque et ecclésiastique, on s’attachera à démontrer la valeur de la mort dans l’articulation des idéaux collectifs politiques et culturels. La mise en commun d’approches pluridisciplinaires permettra de renouveler les perspectives de recherche et d’analyser, dans le temps et dans
l’espace, différentes facettes telles que la mémoire, la liturgie, la légitimité, les discours de représentation et de propagande, sans oublier les espaces privilégiés de sépulture. Il sera ainsi possible de comparer les questions posées dans les différents domaines d’étude (histoire, histoire de l’art, compositions musicales, récits littéraires et moraux, inscriptions funéraires ou anthropologie) et les divers
territoires qui composent la réalité sociopolitique de la France et de la péninsule Ibérique, al-Andalus compris, entre le XIe et le XVe siècle.

Télécharger le programme

Les alter egos des souverains

Vice-rois et lieutenants généraux en Navarre, Espagne et France à la Renaissance

Rencontre scientifique soutenue par l’Agence Nationale de la Recherche dans le cadre du projet Actes royaux de Navarre (ACRONAVARRE) porté par l’UPPA.

Journée d’étude sous la direction de Philippe CHAREYRE, en collaboration avec Dénes HARAI et Álvaro ADOT.

Présentation

Les souverains de la période médiévale et de la Renaissance sont amenés à de fréquents déplacements pour défendre par la diplomatie ou les armes leurs possessions et pour s’assurer de leur fidélité. Dans un temps où les déplacements sont longs et aléatoires, pour assurer la permanence du gouvernement de leurs États et la défense de leurs intérêts ils sont amenés à désigner des représentants de confiance pouvant les représenter en toute confiance, des alter ego dont le titre peut varier, vice-roi, lieutenant-général, selon les pratiques locales et les circonstances. Dans certains cas, en raison d’un trop grand éloignement prolongé ou de l’exercice de multiples souverainetés, cette fonction peut même devenir pérenne. D’où les spécificités du choix de ces représentants de la personne même du souverain, dont l’origine et l’autorité ne peuvent être que distinctes de celles des officiers des chancelleries et des conseils sur lesquels ils ont autorité. À travers les actes émis et les correspondances entretenues par les vice-rois et les lieutenants généraux, cette journée d’étude s’attache à l’analyse des pratiques gouvernementales et administratives des représentants des souverains. Quelle est la nature des personnes désignées pour exercer la charge de vice-roi et celle de lieutenant général ? Quelles sont les modalités de désignation, de prise et de sortie de fonction ? Avec quel entourage gouvernent-ils ? Quelles sont leurs attributions et domaines d’interventions en tant qu’alter ego des rois et reines ? Comment exercent-ils leur fonction sur un espace donné et comment les évènements qui se déroulent dans cet espace ou dans des espaces voisins influent-ils sur les modalités d’exercice de leur fonction ? Qu’est-ce que leur gouvernement nous apprend sur leurs liens avec les souverains, avec les conseils et cours royaux ainsi qu’avec les assemblées d’états ? Comment apparaissent-ils dans les cérémoniaux ? Dans un premier temps, ces problématiques seront explorées dans le cadre des possessions des souverains de Navarre tout en tenant compte des autres pratiques ibériques et françaises, afin de permettre par la même occasion de mieux situer l’expérience navarraise du gouvernement par délégation dans l’Europe médiévale et moderne.

Programme

9.00 – Accueil 9.15 – Introduction : Philippe Chareyre (UPPA) : Réflexions sur la notion de lieutenant général dans les traités politiques du xvie siècle

Substituts du roi et vice-rois en Navarre

Modératrice : Véronique Lamazou-Duplan (UPPA)
9.45 – Eloísa Ramírez Vaquero (Universidad Pública de Navarra) : Les substituts du roi de Navarre au Moyen Âge : sénéchaux, gouverneurs, lieutenants
10.15 – Álvaro Adot (Casa de Velázquez) : Les premiers vice-rois en Navarre (1479-1486) : attributions de gouvernement et modèles d’émission documentaire
10.45 – Pause 11.00 – Joaquín Salcedo Izu (Universidad de Navarra) : Administración civil y militar a cargo de los virreyes de Navarra del siglo xvi
11.30 – Discussion

Lieutenants généraux en Basse-Navarre, Béarn et France

Modérateur : Philippe Chareyre (UPPA)
14.00 – Dénes Harai (UPPA) : Les nominations et les attributions des lieutenants généraux de Jeanne d’Albret et d’Henri de Navarre (1563-1576)
14.30Marie-Hélène Grintchenko (Collège des Bernardins, Faculté Notre-Dame) : « Regente et loctenante generale » : modalités et variations de l’exercice du pouvoir de Catherine de Bourbon-Navarre (1577-1592)
15.00 – Pause 15.15 – Thierry Rentet (Université Paris XIII) et Mark Greengrass (University of Sheffield) : Un merum imperium à l’épreuve des temps. Bertrand Simiane de Gordes, lieutenant du roi en Dauphiné (1565-1578)
15.45 – Discussion

Télécharger la présentation et le programme

Les institutions culturelles sont-elles misogynes ?

Université de Pau et des Pays de l’Adour
Fédération Espaces – Frontières – Métissages
Laboratoires ITEM et LLCAA
 
Les institutions culturelles sont-elles misogynes ?
 France-Espagne, regards croisés
Journée d’étude II
1er décembre 2017 – UPPA
Salle du Conseil – UFR LLSHS
9h/17h

Voir le programme

Cette journée d’étude fait partie du programme de recherche « Pouvoir(s) et misogynie » mené par les laboratoires ITEM et LLCAA de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour,  dans le cadre de la fédération EFM.

En partenariat avec l’Institut Cervantes de Bordeaux, la Mutuelle Générale de l’Éducation nationale (MGEN), et la Direction départementale de la cohésion sociale (DDCS) des Pyrénées-Atlantiques, ce programme a pour objet d’étude la misogynie dans ses rapports avec le(s) pouvoir(s) notamment au travers des institutions culturelles. Elle fait suite à une première journée d’étude sur la même thématique.

L’objectif de la rencontre sera d’aborder le fonctionnement des institutions culturelles actuelles en tenant compte des rapports de genre. Ce faisant, il s’agira également de croiser les constats, les réflexions et les conclusions à propos de deux situations différentes, mais comparables : celles de l’Espagne et de la France.

Les « institutions culturelles » désignent toute structure collective publique ou privée promouvant la culture populaire ou savante, ses traditions et ses créations. Peuvent être englobés les services culturels tels que musées, patrimoines, spectacles vivants, les filières de l’écrit, du son, de l’image, les arts du spectacle, les arts audiovisuels, etc. Sachant que les institutions jouent par définition un rôle contraignant et normatif, dans quelles mesures exercent-elles une action réformatrice voire novatrice sur la question des relations de pouvoir(s) femmes/hommes dans ces deux pays ? En quoi les évolutions comportementales récentes, les politiques menées, les discours tenus et les mesures prises en matière d’égalité femmes/hommes dans ces deux pays impactent-ils les institutions culturelles et rénovent-ils les relations de pouvoirs femmes / hommes qui s’y nouent ? Ou, à rebours, ces mêmes institutions parviennent-elles à jouer un rôle moteur dans ce domaine, innovant une répartition plus homogène de l’exercice des pouvoirs, mais aussi des savoirs, entre les sexes ?

Il convient également d’accorder toute son importance à l’émergence de la figure de la femme artiste (auteure, sculptrice, cinéaste, peintre, etc.). De permanentes négociations avec les assignations sexuées leur permettent d’occuper les espaces institutionnels culturels. Quelle est la reconnaissance de leurs pairs (essentiellement masculins) ? Quels sont leur statut et la reconnaissance sociale dont elles bénéficient ? Quelle place occupe-t-elle dans les espaces institutionnalisés de la création et de la production culturelles ? Comment sont considérées leurs actions, leurs innovations et leurs créations en matière culturelle ?

Nous proposons 3 axes d’étude principaux :

  1. les « études de genre » et le concept de genre ont-ils permis une évolution des institutions culturelles ? Constituent-ils des contre-pouvoirs efficaces à la « domination masculine » et au sexisme ?
  2. Ces institutions et les créations (littéraires et artistiques) qu’elles « autorisent » contribuent-elles à faire évoluer les stéréotypes de genre ? Ou les reconduisent-elles ?
  3. Les relations de pouvoir(s) entre les femmes et les hommes, les inégalités femmes/hommes longtemps patentes dans les domaines de la production et de la gestion culturelles évoluent. Mais dans quel sens ? À quelles conditions ? Et pour quels effets dans les sociétés espagnoles et françaises ?

Lors de la journée d’étude seront également abordés quelques éléments de l’enquête « Egalité femmes-hommes à l’UPPA » menée au cours de l’année 2017 et en collaboration avec la charge de mission « Parité – Égalité – Laïcité » de l’UPPA.

Plus d’informations : http://frontieres-metissages.univ-pau.fr/fr/programmes-de-recherche/misogynie/pouvoir-et-misogynie.html

Contacts :

 

 

D’une femme à l’autre, Catherine Deneuve à travers les décennies

Université de Pau et des Pau de l’Adour
Programme de recherche Pouvoir(s) et Misogynie
Fédération de recherche EFM, Laboratoires ITEM et LLCAA
Conférence de Gwenaëlle Le Gras
9 septembre 2017 – 16 h

Médiathèque A. Labarrère, Pau 

D’une femme à l’autre, Catherine Deneuve à travers les décennies

Catherine Deneuve est une star toute indiquée pour mettre à jour les changements des représentations du statut des femmes et des rapports de sexe dans le cinéma français depuis la fin des années 50. Car si cette star a maintenu son statut sur cette longue période, en incarnant plusieurs types d’identités culturelles souvent contradictoires, la logique de l’image Deneuve n’est peut-être pas à chercher dans des personnages filmiques types, afférents à une époque ou un courant filmique, mais dans l’évolution de la représentation des femmes.

Gwenaëlle Le Gras est maîtresse de conférences en études cinématographiques à l’Université Bordeaux Montaigne. Elle travaille principalement sur les star studies et les approches culturelles du cinéma français classique et contemporain (représentation et réception). Elle a publié Catherine Deneuve, une « star » française entre classicisme et modernité (2010), Michel Simon, l’art de la disgrâce (2010). Elle a créé et co-dirige la revue en ligne Genre en séries : cinéma, télévision, médias depuis 2015.

Cette conférence fait partie du programme de recherche de la fédération EFM « Pouvoir(s) et misogynie – Les cas de l’Espagne et de la France » mené par les laboratoires ITEM et LLCAA, sous la direction de Maurice Daumas (ITEM, EA 3002) et Nadia Mékouar-Hertzberg (LLCAA, EA 1925) en partenariat avec l’Institut Cervantes de Bordeaux, la Mutuelle Générale de l’Éducation Nationale (MGEN) et laDirection départementale de la Cohésion Sociale (DDCS) des Pyrénées-Atlantiques. Elle s’insère dans le deuxième cycle de conférences du programme intitulé : « Misogynie, violences et institutions ». Plus d’informations : http://frontieres-metissages.univ-pau.fr/fr/programmes-de-recherche/misogynie/pouvoir-et-misogynie.html

 

Conférence ouverte à toutes et à tous

Contacts :

Maurice Daumas – UPPA : mau.daumas@wanadoo.fr

Nadia Mékouar-Hertzberg : nadia.Mekouar-Hertzberg@univ-pau.fr

Soutenance de thèse : Álvaro Adot Lerga

Avis de soutenance de thèse

Université de Pau et des Pays de l’Adour
École doctorale Sciences Sociales et humanités ED 481
Laboratoire ITEM (Identités, Territoires, Expressions, Mobilités)

 

Thèse pour l’obtention du doctorat (mention doctorat européen)
Discipline Histoire

 

Présentée et soutenue le 24 février 2017 par
Álvaro Adot Lerga
sous la direction de Philippe Chareyre

 

« Construire les archives : Du temps des Foix-Béarn à celui des rois de Navarre.
Pratiques de l’écrit et enjeux de pouvoir »

 

Membres du jury
Philippe Chareyre, professeur, Université de Pau et des Pays de l’Adour, directeur
Anne Goulet, conservateur général du patrimoine, Directrice des Archives départementale de la Haute Garonne, rapporteur
Véronique Lamazou-Duplan, maître de conférences, Université de Pau et des Pays de l’Adour
Eloísa Ramirez Vaquero, catedrática, Universidad Pública de Navarra, rapporteur
Maria de Lurdes ROSA, professor auxiliar, Universidade Nova de Lisboa

Des familles aristocratiques de part et d’autre des Pyrénées

Journée d’étude « Des familles aristocratiques de part et d’autre des Pyrénées : archives et objets.
Armagnac, Foix-Béarn, Albret, Navarre (XIIIe-XVIe siècle) »
Vendredi 3 février 2017, de 9h à 12h et de 14h à 17h,
Château de Pau, salle des conférences

 

Cette rencontre est organisée dans le cadre des séminaires transversaux du Master Histoire Civilisations Patrimoines de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et du laboratoire ITEM (EA 3002).

capture-3

Les chercheurs invités (universitaires, archivistes-paléographes, conservateurs) croiseront leurs approches pour faire connaître les recherches récentes ou en cours sur les familles aristocratiques, princières, royales du sud-ouest français et du nord de la péninsule ibérique. La matinée explorera le nécessaire retour aux sources à l’aune des renouvellements des problématiques : union des Foix-Béarn, recherches nouvelles sur les Albret entre XIVe et XVe siècles, sur la comptabilité des Armagnac. L’après-midi sera dédié à la Navarre du XIVe au XVIe siècle, à ses princes et à ses rois, aux trésors d’archives et aux objets précieux. En avant-première, seront par exemple présentées par les collègues navarraises l’édition du dernier grand cartulaire des rois de Navarre (début du XVe siècle) ou les réflexions des commissaires qui préparent la prochaine exposition du Musée national du Château de Pau sur les arts précieux à la cour de Navarre au XVIe siècle. La journée se conclura par une table-ronde sur un nouveau programme de recherche d’envergure, porté par l’UPPA, sur les actes royaux navarrais rédigés entre 1484 (accession de la famille d’Albret au trône de Navarre) et 1594 (accession d’Henri de Navarre au trône de France sous le nom d’Henri IV).

armoiries

Seront ainsi mises en lumière des connaissances renouvelées sur les réseaux, les pouvoirs, les patrimoines (patrimoines matériels mais aussi écrits ou artistiques) de ces grandes familles aristocratiques de part et d’autre des Pyrénées à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance.

sceau

Journée d’étude organisée par Véronique Lamazou-Duplan, l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, le Master HCP de l’UPPA, le laboratoire ITEM (EA 3002), en partenariat avec le Musée national du château de Pau.

Accès libre et gratuit dans la limite des places disponibles.

 

Programme :
Matinée
9h Véronique LAMAZOUDUPLAN (Université de Pau et des Pays de l’Adour) Accueil et introduction à la journée d’étude.
Familles et pouvoirs dans le sud-ouest français au Moyen Âge. Retour aux sources
Modératrice et discutante :
Anne GOULET (Archives départementales de la Haute-Garonne)
9h15 Dominique BIDOT-GERMA (Université de Pau et des Pays de l’Adour), L’union de Foix et du Béarn en 1290.
9h45 Pierre COURROUX (Université de Picardie Jules Verne), Les Albret et les comtes de Foix-Béarn à la fin du Moyen Âge (1359- 1484).
10h15Pause
10h30 Guilhem FERRAND (Université de Pau et des Pays de l’Adour), La comptabilité des comtes d’Armagnac à la fin du Moyen
Âge.
11h Discussion

Après-midi

La Navarre, princes et rois, trésors d’archives, objets précieux
Modérateur et discutant :
Philippe CHAREYRE (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
14h Philippe CHARON (Archives départementales de Loire- Atlantique), L’exercice du pouvoir par Louis de Navarre, lieutenant
du royaume (1356 et 1361).
14h30 Eloísa RAMÍREZ VAQUERO (Universidad Publica de Navarra) et Susana HERREROS LOPETEGUI (Patrimonio documental, Communidad foral de Navarra), El Cartulario Magno: el patrimonio regio a examen.
15h Pause
15h15 Paul MIRONNEAU, Isabelle PÉBAY-CLOTTES, Claude MENGÈSMIRONNEAU (Musée national du Château de Pau), Itinéraires, itinérances, héritages : richesses d’arts précieux de la cour de Navarre au XVIe siècle.
15h45 Discussion et table-ronde conclusive avec Dénes HARAI (Université de Pau et des Pays de l’Adour) autour du nouveau programme de recherche ANR ACRONAVARRE

 

je-3-fevrier-2017_reseauxpouvoirs_def_web

Conférence au Château de Pau, 12 novembre 2016

Les Amis du Château de Pau proposent un cycle de trois conférences sur le thème de la jeunesse de Louis XIII faisant suite à l’exposition De Burgos à Bordeaux: regards sur les mariages royaux de 1615 présentée au château du 12 décembre 2015 au 6 mars 2016.

Frédéric Bidouze, Maître de conférences en histoire moderne à l’UPPA, nous présentera
« L’enfance déchirée de Louis XIII, entre grandeur et solitude »

à 15 heures au château, samedi 12 novembre

« Il y a dans l’enfance de Louis XIII un avant et un après 14 mai 1610. Le coup de poignard de Ravaillac qui lui a ravi son père Henri IV, a non seulement plongé le Royaume dans la stupéfaction, mais a constitué pour le jeune et désormais nouveau souverain, une déchirure profonde, tant affective que psychologique. Elevé dans un premier temps comme un prince destiné à régner, il traîne par la suite une mélancolie et des frustrations préjudiciables à son équilibre et à ses forces, à l’ombre de sa mère et d’un favori. »

programme chateau-de-pau-fin 2016 -debut 2017

Plus d’informations

Parution d’ouvrage : « Les territoires du sacré »

Les territoires du sacré
Images, discours, pratiques

Robert Ziavoula, Abel Kouvouama, Patrice Yengo (éd.)

Karthala, 2016

ISBN : 978-2-8111-1680-4

territoire du sacré
Ouvrage Les territoires du sacré, Karthala, 2016

Comment un mouvement religieux s’implante-t-il sur un territoire
et le sacralise-t-il ? Ou, autrement dit, comment les individus, les groupes et les mouvements sacralisent-ils le territoire dans leurs pratiques et représentations sociales, politiques et religieuses ?
Les terrains d’enquêtes de cet ouvrage se situent principalement
en Afrique centrale et en particulier au Congo-Brazzaville. Les processus de constitution du sacré sont étudiés à travers différents phénomènes historiques ou plus contemporains. C’est le cas avec le matsuanisme au Congo, les images et les écrans modernes comme dispositifs des sociétés de l’éblouissement, la place du corps du roi dans la société bamiléké, l’implantation du prophétisme japonais Sukyo Mahikari en Afrique de l’Ouest.
Les territoires du sacré sont encore abordés avec les pratiques de deuil au Cameroun, l’étude des métaphores nécrologiques issues des médias à Brazzaville, le tchikumbi et le sacré matrimonial ou bien les rites autour des restes de Pierre Savorgnan de Brazza au Congo.
En explorant un certain nombre de territoires du sacré, ce livre souhaite donner à lire et à comprendre la prégnance du « religieux
» dans les sociétés africaines contemporaines et dans les pratiques des acteurs sociaux et politiques.

Textes réunis de : Abel Kouvouama, Ange Bergson Lendja Ngnemzue, Frédérique Louveau, Luc Ngwé, Régine Tchicaya-Oboa, Joseph Tonda, Martin Yaba, Patrice Yengo et Robert Ziavoula.

 

Colloque PODESCRIT, octobre 2015

Le premier colloque du programme PODESCRIT « Poderes, espacios y escrituras en los reinos occidentales hispánicos (siglos XI-XIV) » aura lieu à Valladolid, les 16 et 17 octobre 2015.

Tríptico PodescritCe programme vise à étudier l’écrit comme instrument de pouvoir dans une perspective spatiale, en particulier dans les zones frontalières, entre les puissants de différents espaces. Il s’agit aussi de saisir l’écrit comme instrument et expression du pouvoir dans sa projection spatiale (en distinguant espaces et territoires). Deux chercheurs d’ITEM font partie de ce programme qui sera actif jusqu’en 2016 : D. Bidot-Germa et V. Lamazou-Duplan.

Le programme du colloque PODESCRIT I

Parution : « Signé Fébus, comte de Foix et prince de Béarn. Marques personnelles, écrits et pouvoir autour de Gaston Fébus »

 Parution

Signé Fébus, comte de Foix et prince de Béarn

Marques personnelles, écrits et pouvoir autour de Gaston Fébus

sous la direction de Véronique Lamazou-Duplan

Gaston III, comte de Foix, vicomte de Béarn, surnommé Fébus, a forgé lui-même sa propre renommée. Il a choisi ce surnom emblématique, Fébus, l’a intégré à son cri de guerre (Febus avant !), l’a apposé sur ses manuscrits, l’a tracé dans sa signature autographe, l’a fait graver sur ses florins d’or (Febus comes) ou dans la pierre de ses châteaux (Febus me fe).

Utilisées seules ou combinées, ces marques personnelles ainsi que les pièces poétiques chantées, les documents d’archives, les chroniques, ont fabriqué et relayé la gloire fébusienne, participant à la fascination des contemporains pour ce prince à la personnalité ambivalente.

Document1

 

Vingt auteurs ont croisé leurs disciplines et réuni leurs compétences pour décrypter la façon dont le comte de Foix a fait résonner son surnom à travers tous les médias de son temps, selon les principes mêmes d’une communication politique, mais aussi à travers les siècles, jusqu’à nous.

Accompagné d’une très riche iconographie, cet ouvrage plonge le lecteur au cœur des domaines, des archives et de documents, certains inédits ou très rarement montrés au public, d’un des plus captivants princes du XIVe siècle, révélé par l’universitaire palois Pierre Tucoo-Chala et réexaminé ici par les chercheurs d’aujourd’hui à travers une thématique originale et une démarche innovante.

Ce beau livre de 224 pages, abondamment illustré, destiné aux chercheurs mais aussi au grand public amateur d’histoire, d’art et de patrimoine, valorise un programme de recherche porté par l’université de Pau et des Pays de l’Adour (ITEM EA 3002). Il a été soutenu par les Conseils généraux des Pyrénées-Atlantiques, de l’Ariège, par l’Agglomération de Pau Porte des Pyrénées. Il est coédité par l’université de Pau et des Pays de l’Adour et Somogy Éditions d’art, en partenariat étroit avec les archives nationales (Paris), les Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques et de l’Ariège, le Musée national du Château de Pau.

Date de parution : 24/09/2014

24,6 x 28 cm

Broché avec rabats, 224 pages, 150 illustrations couleur

978-2-7572-0864-9

Prix public 38 €

Présentation et sommaire du livre sur le site Somogy Éditions d’art.

Journées d’études Archives de Famille, 4-5 avril 2014, Vitoria (ESP)

Ces journées d’étude, organisées les 4-5 avril 2014 à l’Université du Pays Basque, abordent la question des archives de famille dans leur dimension sociale. La pratique de l’écrit, au-delà du monopole ecclésiastique durant le Moyen Âge, est à mettre en relation avec la nécessité d’organiser et de conserver ce type de mémoire. Mémoire institutionnelle, comme dans les archives monastiques, royales ou municipales. Mais aussi mémoire familiale, lorsque des lignages nobles ou des familles marchandes créent leurs propres archives.
Dans tous les cas, le phénomène va au-delà des pratiques purement techniques concernant le document écrit et l’archive, pour s’identifier à un outil de pouvoir, à un signe d’identité et à un élément fondamental pour construire la mémoire familiale.
En centrant l’intérêt sur la péninsule Ibérique, avec la volonté d’approfondir aussi l’étude de ces matériaux de façon théorique, cette rencontre offrira une mise en perspective en prenant en compte une ample chronologie, grâce à divers spécialistes et à des membres du programme qui s’appuieront sur des recherches en cours.

Télécharger le programme : DIPTICO VITORIA BD V5