Archives par mot-clé : Portugal

Un siècle d’immigration portugaise en France, 1916-2016

COLLOQUE
Centenaire de la première convention franco-portugaise de main-d’oeuvre civile et militaire du 28 octobre 1916

Mairie d’Hendaye, Place de la République

L’année 1916 fut cruciale pour l’histoire des Portugais en France !

C’est au cours de l’année 1916 que deux décisions politiques, dans le cadre de l’alliance militaire entre le Portugal, la France et la Grande-Bretagne, ont marqué un tournant décisif dans l’histoire des Portugais en France :
–  l’envoi des soldats du corps expéditionnaire portugais dans les tranchées du Pas-de-Calais,

–  la signature entre le Portugal et la France, le 28 octobre 1916, d’un accord de main-d’œuvre qui a ouvert les chemins de l’émigration à des milliers de travailleurs portugais en France.

A l’occasion des 100 ans de la signature de la première convention franco-portugaise de travailleurs civils et de travailleurs militaires, un colloque est organisé à Hendaye. Ouvert à tous, il a lieu le 28 octobre 2016 à la Mairie d’Hendaye, de 10h à 19h.

colloqueconventionfrancoportugaise2-1
Colloque Centenaire de la première convention franco-portugaise de main-d’oeuvre civile et militaire du 28 octobre 1916, Hendaye.

Ce colloque se terminera par la visite de l’exposition « Sala de Espera » à la Médiathèque d’Hendaye.

Organisateur: Réseau Aquitain pour l’Histoire et la Mémoire de l’Immigration (rahmi)

Conférenciers :
Cristina Climaco
Manuel Dias Vaz
Laurent Dornel
Victor Pereira
Yvette dos Santos
Marie-Christine Volovitch-Tavares

Centenaire-Hendaye_Dossier Participants

Mairie d’Hendaye, Place de la République

28 octobre 2016 – 10 à 19 h

Ouvrage numérique “Rethinking the Archive in Pre-Modern Europe”

Inventaires anciens d’archives de famille

 Les fruits d’un partenariat entre
UPPA /ITEM (EA 3002)
et un programme de recherche portugais, INVENT.ARQ
(Universidade Nova de Lisboa / IEM – FCT)

 

Rethinking the Archive in Pre-Modern Europe : Family Archives and their inventories from the 15th to the 19th Century, Maria de Lurdes Rosa, Randolph C. Head (eds.), IEM, coll. Estudos 13, Lisbon, 2015.

Capture

Adossé au programme Archives de famille en péninsule Ibérique (ARCHIFAM, Casa de Velázquez, 2013-2015, coord. V. Lamazou-Duplan, UPPA/ITEM) et aux travaux développés par l’Instituto de Estudo Medievais (IEM) de l’Université Nouvelle de Lisbonne sur les archives de famille (coord. M. de Lurdes Rosa), un programme de recherche portugais, INVENT.ARQ, porté par M. de Lurdes Rosa, financé par la Fundaçâo para a Ciéncia e a Tecnologia (FCT) a étudié des inventaires anciens d’archives de famille conservés au Portugal, dans des dépôts publics ou en mains privées.

Ce programme a alimenté une base de données sur ces inventaires portugais. Une publication collective, désormais accessible en ligne (ci-dessous), a été conçue pour servir de catalogue à une exposition à la Torre de Tombo à Lisbonne (archives nationales portugaises) de janvier à mars 2016. Dans la première partie de ce volume, les études liminaires mettent en perspective ces documents ; elles sont suivies des notices des inventaires portugais étudiés et exposés.

Plusieurs institutions ont collaboré au programme INVENT.ARQ, dont le laboratoire ITEM. Les chercheurs d’ITEM, déjà investis dans le programme ARCHIFAM, ont contribué à ce livre (article de V. Lamazou-Duplan, A. Adot, Ph. Chareyre, A. Goulet).

Cet ouvrage, paru en novembre 2015, a été présenté lors d’un séminaire organisé par M. de Lurdes Rosa et Patrick J. Geary à l’Institute of Advanced Study (IAS) à Princeton. S’y sont retrouvés les partenaires et auteurs du programme INVENT.ARQ. V. Lamazou-Duplan y a dressé un bilan du programme ARCHIFAM ; une autre communication à deux voix (V. Lamazou-Duplan et Ph. Chareyre) a porté sur les inventaires d’archives des Foix-Béarn-Navarre (XVe-XVIIe siècle).

Outre sa version papier, ce livre est désormais disponible en ligne. Partenaire, le laboratoire ITEM relaie le lien qui permet de le consulter.

http://iem.fcsh.unl.pt/ebooks/estudos13/

Colloque “Les échos internationaux de la Révolution des Oeillets”, Paris, 23-24 octobre 2014

Les échos internationaux de la Révolution des Oeillets

A l’occasion du quarantième anniversaire de la Révolution des Oeillets, ce colloque se propose de revenir plus particulièrement sur la dimension mondiale du « Processus Révolutionnaire en Cours » (PREC).

portugal.JPG

Programme

Jeudi 23 octobre 2014

9h00-9h30 Ouverture du colloque
João Caraça, Directeur de la Fondation Calouste Gulbenkian-Délégation en France
Victor Pereira (Univ. de Pau/ITEM)

9h30 -11h00 Les gauches en France face aux événements portugais
Présidence : Laurent Jalabert (Univ. de Pau/ITEM)
Christophe Batardy (Univ. de Nantes), « La gauche française malade du Portugal » (La Croix, 15 août 1975)
Fadi Kassem (Sciences Po Paris), « La Révolution est en marche ! » : les socialistes français face à la Révolution des Œillets
Ricardo Noronha (Univ. Nouvelle de Lisbonne/IHC), Letters from ‘Glaucos’: the Portuguese Revolution in Guy Debord’s correspondence

11h00-11h15 Pause

11h15-12h30 Syndicats politiques et immigration portugaise en Europe
Présidence : Victor Pereira (Univ. de Pau/ITEM)
Marie-Christine Volovitch-Tavares (CERMI), La CGT et la CFDT et le mouvement syndical portugais aux lendemains de la Révolution des Œillets
Thierry Hinger (Univ. de Luxembourg), La Révolution des Œillets, le mouvement ouvrier et l’extrême gauche portugaise au Luxembourg

12h30-14h00 Pause déjeuner

14h00-15h30 La Révolution des Œillets et les enjeux de la guerre froide
Présidence : Mario Del Pero (Sciences Po Paris)
Yves Léonard (Sciences Po Paris), La diplomatie française et le 25 avril 1974
Thomas Weißmann (Univ. Technique de Chemnitz), La République démocratique allemande et la Révolution des Œillets
Caroline Moine (Univ. Versailles St-Quentin/CHCSC), Un modèle pour les luttes de solidarité internationale? La Révolution des Œillets vue par les militants des droits de l’homme en RFA

15h30-15h45 Pause

15h45-17h45 Des passeurs entre le Portugal et le monde : témoignages
Modération : Yves Léonard (Sciences Po Paris)
Hugo Moreno, revue SIN PERMISSO
Antoine Blanca, ancien Ambassadeur de France

Vendredi 24 octobre 2014

10h30-12h00 Circulations et mobilisations internationales
Présidence : Maria-Benedita Basto (Univ. Paris-Sorbonne/CRIMIC)
Victor Pereira (Univ. de Pau/ITEM), « Portugal, tout prend un goût de liberté ». Le Portugal révolutionnaire et la construction d’une destination touristique
Manus McGrogan (Univ. de Portsmouth), Rendez-vous avec une révolution: les voyages, rencontres et échanges de radicaux britanniques au Portugal (1974-1975)
João Baía (Univ. Nouvelle de Lisbonne/IHC), Apoio internacional e aprendizagem mútua numa Operação SAAL (Serviço de Apoio Ambulatório Local)

12h30-14h00 Pause déjeuner

14h00-15h30 Circulations artistiques
Présidence : Nancy Berthier (Univ. Paris-Sorbonne/CRIMIC)
Mickaël Robert-Gonçalves & Raquel Schefer (Univ. Sorbonne Nouvelle-Paris 3), Faire tomber les barrières: cinéma et circulation d’idées et de pratiques révolutionnaires dans les années 1960-1970
Ana Balona de Oliveira (Univ. Nouvelle de Lisbonne, Univ. de Lisbonne, Courtauld Institute), ‘The scenes we have seen’: Echoes of Revolution in Artistic Practice
Maria-Benedita Basto (Univ. Paris-Sorbonne/CRIMIC), Le trou de mémoire des archives: ces échos filmiques que le Portugal ne veut pas (re)garder (à partir de Outro país de Sergio Tréfaut)

15h30-15h45 Pause

15h45-17h45 Deux regards de photographes témoins du 25 avril 1974
Modération : Didier Aubert (Univ. Sorbonne Nouvelle-Paris 3/THALIM)
Discussion autour des photographies de Gérard Bloncourt, en sa présence, et de Alécio de Andrade.

18h00 Clôture du colloque

> Consulter le programme complet [PDF – 85 Ko]

Appel à communication – Colloque international “Les échos internationaux de la Révolution des Œillets”. Paris, 23-24 octobre 2014

 

 Les échos internationaux de la Révolution des Œillets 

Colloque international, Paris, 23-24 octobre 2014

Organisation scientifique : Maria-Benedita Basto (Université de Paris Sorbonne), Yves Léonard (Sciences Po-Paris), Caroline Moine (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines) et Victor Pereira (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

 

Rarement évoqué jusque-là dans les médias occidentaux et puissance jugée mineure sur la scène internationale, le Portugal a soudain attiré tous les regards à la suite du coup d’Etat militaire du 25 avril 1974. L’événement a eu de fait de nombreuses répercussions dans différents pays et dans plusieurs domaines (politique, artistique, intellectuel, etc.). A l’occasion du quarantième anniversaire de la Révolution des Oeillets, ce colloque se propose de revenir plus particulièrement sur la dimension mondiale du « Processus Révolutionnaire en Cours » (PREC).

Grâce à l’ouverture ces dernières années des archives diplomatiques de nombreux pays, la dimension internationale de la Révolution des Œillets a déjà été en partie bien analysée : plusieurs travaux ont ainsi pu restituer avec précision l’attitude notamment des gouvernements occidentaux, européens ou non, face aux événements instables qui agitaient alors le Portugal. Ce colloque désire cependant déplacer le regard porté jusqu’ici sur les échos internationaux de la Révolution en s’intéressant non pas tant aux acteurs diplomatiques et étatiques mais plutôt aux autres acteurs et médiateurs européens en jeu, institutionnels ou non, collectifs ou individuels, nationaux et internationaux voire transnationaux, comme les partis et mouvements politiques, les journalistes, les intellectuels, les artistes, etc.

Inscrite dans la lignée des « années 1968 » tout en succédant de quelques mois au coup d’Etat de Pinochet au Chili qui avait mis fin le 11 septembre 1973 au gouvernement d’Unité populaire de S. Allende, la Révolution des Œillets s’est produite en pleine “coexistence pacifique” entre les deux Grandes Superpuissances, dans un contexte bien particulier traversé de dynamiques parfois opposées – et dont il est important d’analyser les multiples imbrications et enjeux. Parmi ses différentes lectures possibles, elle a été perçue par beaucoup comme l’aboutissement d’un processus révolutionnaire mondial et a ainsi suscité un grand espoir dans de nombreux partis de gauche et d’extrême gauche ou, au contraire, des inquiétudes au sein des droites et extrêmes-droites. Signe de l’émotion et de la mobilisation suscitée, intellectuels, artistes, militants politiques se sont déplacés en nombre au Portugal durant les mois qui ont suivi le 25 avril 1974 pour y vivre au jour le jour une révolution en cours voire jouer un rôle dans ce processus qui annonçait un autre configuration possible des relations sociales et l’utopie rêvée d’un autre ordre mondial. Le Portugal a ainsi accueilli dans cette période des milliers d’Européens et d’autres continents, pour beaucoup de l’Amérique latine et du Nord, qui y recherchaient souvent des réponses à des discussions et des débats inscrits pourtant dans d’autres contextes nationaux. Quelle fut la portée mondiale d’une telle mobilisation?

 

Parmi les axes de réflexion qui seront abordés au cours de ce colloque, trois peuvent être dégagés, s’inscrivant chacun dans une perspective comparatiste :

la médiation et la perception de la Révolution des Oeillets en Europe. Comment ont été diffusés hors du pays les différents moments de la Révolution? Quels sont ceux qui ont joué le rôle de médiateurs et de passeurs, en se rendant notamment au Portugal (journalistes, militants de partis politiques ou d’association, documentaristes, etc.) ? Quel fut le rôle des médias (presse écrite, audiovisuelle, films…) dans la reprise ou la création d’un imaginaire révolutionnaire ? En quoi d’autres moments de rupture, de transition et de révolution (1917, 1968, le coup d’Etat au Chili…) ont-ils été mobilisés ici pour tenter de comprendre ce qui se déroulait ?

les formes de mobilisations et d’actions de solidarité internationale mises en oeuvre – aussi bien pour soutenir la Révolution que pour aider la droite et l’extrême-droite portugaises. Comment ce moment de l’histoire portugaise s’est-il inscrit dans d’autres luttes politiques, nationales et transnationales ? Se pose bien sûr ici la question de l’héritage des mouvements de solidarité lancés du temps de la dictature. Quels furent les discours mais aussi les formes d’action privilégiées (rédaction de journaux, de tracts, de textes théoriques…) et les appropriations militantes de la Révolution? Quels effets eurent de telles pratiques, tant au Portugal que dans le reste du monde ? En quoi peuvent-elle révéler l’existence de réseaux de soutien, à gauche comme à droite, à l’échelle mondiale?

– Plus spécifiquement, quel rôle ont joué la culture et la production artistique dans une telle mobilisation et médiation de la Révolution des Œillets? Les événements de cette période ont été abondamment filmés, décrits, dépeints, chantés – le plus souvent dans une approche militante. Quelles traces artistiques reste-t-il de la Révolution au moment du « désenchantement des clercs » ? Et que nous disent-elles à nous historien/nes?

 

Calendrier :

Envoi des propositions (résumé d’une page et un court Curriculum Vitae) jusqu’au 25 avril 2014

Réponse des organisateurs : 10 mai 2014

 

Lieu du colloque:

Paris, Fondation Calouste Gulbenkian, 39, Boulevard de la Tour-Maubourg (7ème arrondissement)

Dates:

23 et 24 Octobre 2014

Langues:

Français, portugais et anglais

 

 

Contact :

victor.pereira@univ-pau.fr