Archives par mot-clé : politique

Un monde en Transition(s) ?

Cahier d’Histoire Immédiate N°51

La revue Cahier d’Histoire Immédiate est rattachée depuis le 1er janvier 2017 au laboratoire Identités Territoires, Expressions, Mobilités de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (ITEM, EA 3002). Elle est publiée avec l’appui de l’éditeur Cairn.


Sous la direction de Laurent Jalabert

La notion de transition environnementale induite par les débats sur les changements climatiques est devenue un terme un peu fourre-tout, très médiatique, visant à intégrer des réflexions venues des différents champs de la recherche autour des mutations énergétiques planétaires. Cette focalisation ne doit pas masquer que l’usage du terme « transition(s) » a été très largement utilisé par la recherche notamment historique. Les transitions « démographiques », « démocratiques » etc., ont été
souvent évoquées comme des marqueurs forts et souvent pertinents de la réflexion scientifique. Aujourd’hui, la notion est omniprésente : transition citoyenne, transition touristique, transition urbaine (ou villes en transition), transition écologique, transition numérique, etc. La société civile s’empare avec la même force du terme. Ce numéro des Cahiers d’histoire immédiate, dont l’objectif est de comprendre le monde des trente dernières années par un regard historique, questionne donc les « transition(s) » au travers de quelques réflexions thématiques, tant sur les aspects environnementaux que politiques.

Format16 x 24 cm
Nombre de pages112
Date de parutionjuillet 2018
Type de brochurebroché

Mort et mémoire du prince médiéval

École thématique – 13/14 décembre 2018, Pampelune

Mort et mémoire du prince médiéval –
Quatre scénarios singuliers

Programme SEPULTUS

Inscriptions ouvertes jusqu’au 2 novembre 2018

Programme SEPULTUS
Enterrer le Prince en France et en péninsule Ibérique (Xe-XVe siècle)
Une analyse comparative

Session 2018 Mort et mémoire du prince médiéval. Quatre scénarios singuliers

Coordinateurs du Programme SEPULTUS :
Fermín MIRANDA GARCÍA (Universidad Autónoma de Madrid), Véronique LAMAZOU-DUPLAN (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
Coordinateurs de l’École thématique :  Fermín MIRANDA GARCÍA (Universidad Autónoma de Madrid), María Teresa LÓPEZ DE GUEREÑO SANZ (Universidad Autónoma de Madrid), Eloísa RAMÍREZ VAQUERO (Universidad Pública de Navarra) 
Org. : Proyecto MIGRAVIT (HAR2016-74846P), Universidad Autónoma de Madrid, École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid)
Coll. : Archivo Real y General de Navarra (Gobierno de Navarra), Arzobispado de Pamplona-Tudela.


Accéder au formulaire

Pour toute information logistique, contacter Diego Rodríguez-Peña
diego.rodriguez-penna@uam.es – +34 91 497 5675

Présentation générale du programme SEPULTUS

Bien que la thématique de la mort en tant que sujet historiographique ait une longue histoire, les programmes MIGRAVIT et SEPULTUS tentent de concentrer leurs objectifs dans une perspective très précise liée à une question d’une grande actualité dans le domaine de la recherche en sciences humaines : la construction du pouvoir. L’objectif est donc d’analyser l’usage de la mort comme instrument de représentation du pouvoir politique au plus haut niveau, celui de la Couronne, celui des principautés territoriales, dans son articulation aux valeurs politiques et culturelles collectives.

Autour de la mort princière, les élites dominantes sont capables de construire un discours et des modèles de représentation et de propagande permanents ou temporaires destinés à renforcer ces instruments et à les transformer en modèles de continuité et de transformation intéressés.

La méthode d’analyse choisie vise à une perspective de claire interdisciplinarité (histoire, histoire de l’art, littérature, codicologie, épigraphie, anthropologie, archéologie, musique, etc.) qui permet de construire un prisme interprétatif plus large et une analyse plus approfondie.

Page Web : http://migravit.com

Présentation de l’École thématique

L’objectif de l’atelier est d’initier les  inscrits au doctorat et master 2 (maximum 20) aux multiples sources utilisées par les chercheurs dans leur analyse de la mort des élites médiévales. Compte tenu de la ligne pluridisciplinaire choisie, celles-ci peuvent être de natures très différentes et, donc de même, les angles d’approches. Aujourd’hui, le chercheur ne peut rester indifférent aux virtualités offertes par la multidisciplinarité et donc les possibilités d’analyse ouvertes à toute enquête, quel que soit le sujet du travail.

La « mort des princes » n’est que l’un des nombreux exemples possibles. Les scénarios choisis ouvrent également à des monuments funéraires (ceux de Charles III et d’Eléonore, de l’évêque Barbazán, du chancelier Villaespesa, de la crypte des maréchaux) autour desquels les sessions de travail seront construites comme autant d’éléments singuliers qui permettent, à leur tour, d’articuler des discours plus larges, généralité et singularité étant retenus comme postulats de travail.

Formateurs

  • Ariel Guiance (CONICET) 
  • Eloísa Ramírez Vaquero (Universidad Pública de Navarra) 
  • Érika López (Universidad Autónoma de Madrid) 
  • Fernando Serrano (Universidad de Alcalá) 
  • Herminia Vilar (Universidade de Évora)
  • Isabel Ruiz de la Peña (Universidad de Oviedo) 
  • Véronique Lamazou-Duplan (Université de Pau et des Pays de l’Adour) 
  • Carmen Benítez (Universidad de Sevilla) 
  • Margarita Cabrera (Universidad de Córdoba) 
  • Armando González (Universidad Autónoma de Madrid) 
  • M. Teresa López de Guereño (Universidad Autónoma de Madrid)
  • Juan Carlos Asensio (Escola Superior de Música de Catalunya) 

Conditions pratiques

Inscriptions ouvertes jusqu’au 2 novembre 2018 (18h – heure de Madrid) via le formulaire en ligne

Les sessions se dérouleront à Pampelune (13 décembre) et à Tudela (14 décembre).

L’organisation prévoit le transport entre les deux sites.
L’inscription est gratuite.

L’hébergement, en chambre double, les petit-déjeuner et déjeuner sont pris en charge par l’organisation.

Les participants inscrits prennent en charge leur voyage, de leur lieu de départ jusqu’à Pampelune.

Les sessions consistent en des cours pratiques dispensés par les formateurs sur le traitement des sources liées à différents thèmes.

Les langues de travail seront l’espagnol, le français et le portugais.

Les candidats (doctorants et étudiants en Master) seront informés de l’acceptation de leur candidature avant le 9 novembre 2018.

Lien :

https://www.casadevelazquez.org/recherche-scientifique/news/mort-et-memoire-du-prince-medieval-quatre-scenarios-singuliers/


Une histoire du messianisme

Une histoire du messianisme. Un monde « renversé »

Cet ouvrage est un essai sur le phénomène messianique dans les sociétés africaines contemporaines, et plus particulièrement dans la société congolaise. En appréhendant l’imaginaire religieux et politique comme des champs privilégiés d’observation, l’auteur met en évidence le double mouvement de révolte et d’attente qui a caractérisé la plupart des messianismes (mouvements religieux et politiques) en Afrique centrale.

En effet, les aspirations nationalistes qui accompagnaient ces mouvements politico-religieux s’inscrivaient plus généralement dans la dynamique des luttes et revendications des peuples opprimés. Néanmoins, rapidement l’ambivalence entre le désir de changement social d’une part et celui de retour vers le passé et les origines d’autre part, a amené à circonscrire les conditions universelles et spécifiques d’apparition des messianismes.

L’analyse de l’auteur navigue à travers des espaces de réflexion dans le champ complexe du messianisme, de l’imaginaire religieux et de l’imaginaire politique. Pour le messianisme matsouaniste en particulier, cette évasion vers l’imaginaire religieux et politique donne toute son importance aux systèmes clos de représentation, où le recours à l’image du « monde renversé » dévoile l’étroite relation qui existe entre l’idéologie mythique et l’idéologie utopique en tant que réservoirs d’actions. Telles sont les principales raisons de la permanence du Matsouanisme dans le Congo actuel, dont les figures inépuisables en tant que mouvement social, religieux et politique l’inscrivent dans la modernité sociale et politique congolaise.

Abel Kouvouama est Professeur à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et directeur de l’Unité de Formation et de Recherche des Lettres, langues, sciences humaines et sport. Il est l’auteur et le directeur scientifique de nombreux ouvrages, dont récemment aux Éditions Karthala, Les territoires du sacré. Images, discours, pratiques (2016).

Editeur : Karthala

Collection : Hommes et Sociétés

ISBN : 9782811119805

124 pages

Séminaire international de formation avancée – CPIM

Les cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb (VIIIe-XVe siècle)

Session 2018 : Écritures du pouvoir

Du 2 octobre 2018 au 5 octobre 2018

Coordinatrice scientifique : Véronique Lamazou-Duplan (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

Formateurs : Amaia Arizaleta (Université Toulouse – Jean Jaurès) – Pascal Buresi (CNRS (CIHAM-UMR 5648, Lyon / EHESS) – Martine Charageat (Université Bordeaux Montaigne) – Eloísa Ramírez Vaquero (Universidad Pública de Navarra) – Juan Carlos Ruiz Sousa (Universidad Complutense de Madrid).

Pour tout renseignement concernant la logistique, veuillez contacter Ghizlane Bencheikh : ghizlane.bencheikh @ u-bordeaux-montaigne.fr +33 (0)5 57 12 45 55

—————

Présentation générale

Ce séminaire vise à proposer un examen croisé des cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb durant le Moyen Âge (VIIIe-XVe siècle). Dans toute la mesure du possible, et sans jamais rien retirer aux singularités des contextes respectifs, l’étude sera fondée sur une démarche résolument comparatiste et pluridisciplinaire, associant historiens, archéologues, historiens de l’art et littéraires.

À l’encontre des approches essentialistes et différentialistes, fondées sur le mythe de l’existence de deux blocs homogènes et affrontés, il s’agira de mettre en regard différentes expériences politiques, de part et d’autre de la frontière islamo-chrétienne, afin de susciter des rapprochements, de relever des écarts, voire de révéler des situations d’interaction ou d’interdépendance, en matière de fonctionnement étatique et de culture politique, par-delà les antagonismes religieux.

Certes la référence religieuse a valeur fondatrice et imprègne institutions et idéologies de combat (jihad, Reconquista, croisade), mais les acteurs de cette histoire, au travers de leurs pratiques de gouvernement et de leurs imaginaires politiques, mobilisent des répertoires bien plus vastes et plus divers qu’il s’agira d’identifier et de mieux appréhender. C’est à l’exploration de ces cultures politiques, associant à la fois registres textuels et manifestations matérielles du pouvoir, que sont invités les jeunes chercheurs qui participeront au séminaire. Il permettra aux formateurs, doctorants et étudiants de master de se côtoyer plusieurs jours, dans le cadre de formats pédagogiques variés (conférences, présentations, ateliers).

Coord. : Daniel BALOUP (Université Toulouse – Jean Jaurès), Yann DEJUGNAT (Université Bordeaux Montaigne) et Véronique LAMAZOU-DUPLAN (Université de Pau et des pays de l’Adour).

Comité d’organisation : Amaia ARIZALETA (Université Toulouse – Jean Jaurès), David BRAMOULLÉ (Université Toulouse – Jean Jaurès), Laurent CALLEGARIN (EHEHI, Casa de Velázquez), Laurence CABRERO-RAVEL (Université de Pau et des pays de l’Adour), Anna CAIOZZO (Université Bordeaux Montaigne), Isabelle CARTON (Université Bordeaux Montaigne), Martine CHARAGEAT (Université Bordeaux Montaigne), Florian GALLON (Université Toulouse – Jean Jaurès), Fabienne GUILLÉN (Université de Pau et des pays de l’Adour).

Site web : http://www-ausonius.u-bordeaux3.fr/cpim
—————

Renseignements pratiques

La deuxième session du séminaire se tiendra à Bielle (Pyrénées-Atlantiques), du 2 au 5 octobre 2018. Elle réunira six formateurs, 12 doctorants ou jeunes docteurs, et des étudiants de Master (ces derniers étant issus des universités organisatrices).  Le séminaire est gratuit. Les institutions organisatrices assument les frais d’hébergement des participants, à Bielle.

Pour les doctorants et les jeunes docteurs dont la candidature aura été retenue, le voyage jusqu’au point de regroupement de Pau reste à leur charge. Chaque journée de travail sera partagée entre la présentation de leurs travaux par quatre doctorants ou jeunes docteurs, et les interventions de deux formateurs qui prononceront une conférence et animeront un atelier pratique (sur les sources, la bibliographie, les notions, etc.).

Les langues de travail seront le français, l’espagnol, le portugais et l’anglais.

Inscriptions closes

Pour tout renseignement concernant la logistique, veuillez contacter Ghizlane Bencheikh : ghizlane.bencheikh @ u-bordeaux-montaigne.fr +33 (0)5 57 12 45 55

—————

Présentation de la session 2018

AFFICHE-PRESENTATION-CPIM-2018

PROGRAMME-CPIM2018

Cette seconde session de l’atelier sur les cultures politiques en péninsule Ibérique et au Maghreb, du VIIIe au XVe siècle, propose d’étudier la culture et l’expérience politiques au prisme de l’écrit, des écritures du pouvoir. Les renouvellements historiographiques récents permettront d’interroger l’acte d’écrire en le replaçant dans un contexte spécifique, de soupeser le gouvernement et l’administration par l’écrit, le poids de l’écrit dans la culture politique. Les écritures du pouvoir seront envisagées dans toute leur diversité : pluralité des supports (pierre, parchemin, papier, métal, céramique, verre, tissus…), variété des formes et des modalités des pratiques de l’écrit (du brouillon au plus beau manuscrit, en passant par les actes de chancellerie ou de la pratique).

Examiner les fonctions de l’écrit, mais aussi sa réception, pose la question de sa diffusion, des destinataires et des publics, et plus largement de sa place dans la réflexion politique, la culture administrative, judiciaire…

Les écritures du pouvoir cohabitent avec d’autres formes d’expression politique (les images par exemple) ou au sein de collections dans lesquelles les gouvernants rassemblent des titres mais aussi des manuscrits et des objets (archives, bibliothèques, trésors). Cet atelier, qui croisera les disciplines et les comparaisons, permettra un retour aux sources, y compris dans leur dimension très matérielle (lieux d’écriture, matérialité des écritures produites, conservées… au service du pouvoir).

Par ailleurs, conformément à l’orientation générale de l’atelier, l’étude des pratiques et de l’imaginaire politiques sera privilégiée sur celle des discours et des représentations. La réflexion s’articulera autour de trois grandes thématiques :

  • Matérialité, nature, formes et statuts des écrits ;
  • Pratiques et praticiens de l’écrit, élaboration d’une culture administrative (formation à l’écrit ; administration par l’écrit – literacy, numeracy ; notariat ; médiation…) ;
  • Écrits, pratiques de gouvernement et imaginaires politiques.

L’atelier visera non seulement à approfondir ces thèmes et à aborder des études de cas, mais aussi, sur un plan plus méthodologique, à favoriser les comparaisons et la mise en évidence d’interactions dans une recherche constante de dialogue entre les différentes disciplines qui seront représentées (histoire, études littéraires, archéologie, histoire de l’art).

Pour en savoir plus :
https://www.casadevelazquez.org/recherche-scientifique/novedad/les-cultures-politiques-dans-la-peninsule-iberique-et-au-maghreb-viiie-xve-siecle-1/

https://www.casadevelazquez.org/es/investigacion/novedad/las-culturas-politicas-en-la-peninsula-iberica-y-en-el-magreb-siglos-viii-xv-2/

Séminaire international de formation avancée CPIM

La première session du séminaire international sur Les Cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb, du VIIIème au XVème siècle (CPIM) a réuni 46 participants, à Bielle, en vallée d’Ossau (séjour et séances de travail au VVF Arriumage).

Les participants au séminaire CPIM -oct 2017

Co-organisé par les universités de Bordeaux-Montaigne, Pau et Pays de l’Adour, Toulouse-Jean Jaurès et leurs laboratoires respectifs, en partenariat avec l’École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), ce séminaire vise à proposer un examen croisé des cultures politiques dans les aires géographiques envisagées et connectées, en particulier au Moyen Âge. Sans jamais rien retirer aux singularités des contextes respectifs, l’approche est fondée sur une démarche résolument comparatiste et pluridisciplinaire, associant historiens, archéologues, historiens de l’art, linguistes et littéraires.

Pour la première édition 2017 (celles de 2018 et 2019 sont déjà programmées), la thématique retenue était celle du recours aux armes en péninsule Ibérique et au Maghreb, du VIIIème au XVème siècle (coordinateur scientifique D. Baloup, université Toulouse Jean Jaurès). La réflexion s’est articulée autour de trois grands types d’événements : la contestation violente de l’autorité, les affrontements armés dans le champ politique, la guerre.

Cet atelier doctoral international offre pour l’heure douze places pour des doctorants, post-doctorants et jeunes chercheurs, recrutés sur appel à candidature et sur sélection des dossiers présentés sur la plate-forme numérique de la Casa de Velázquez. Vingt-six candidatures ont été jugées recevables, douze ont été retenues (six Espagnols, cinq Français, un Italien). Ces jeunes chercheurs ont pu exposer leurs recherches (30 mn). Un doctorant palois, spécialiste d’histoire militaire médiévale, est intervenu, de même qu’un étudiant inscrit en doctorat à l’UPNA, autre université du réseau Iberus. Les autres doctorants et jeunes chercheurs représentaient les universités de Cantabria, d’Oviedo, Autonoma de Barcelona, Autonoma de Madrid, de Valencia, de Lyon 2, de Paris IV Sorbonne, de Paris I Panthéon-Sorbonne.

Ce séminaire est également ouvert aux étudiants de master recherche des trois universités organisatrices. Au cours de ces quatre jours consécutifs de formation et de cohabitation, ils ont ainsi eu l’opportunité d’entrer en contact direct et intensif avec une recherche internationale et spécialisée. Aux côtés des quatorze étudiants bordelais et de deux toulousains, six étudiants palois ont participé à cette session (quatre en master HCP Histoire médiévale – dir. V. Lamazou-Duplan, un en master HCP, Archéologie médiévale – dir. A. Champagne et un en Master LLCE – dir. F. Guillén).

Six enseignants-chercheurs français et espagnols, dont les travaux portent sur la thématique, ont été sollicités pour prononcer des conférences plénières et animer des ateliers dirigés en groupes plus restreints : Daniel Baloup (Université Toulouse – Jean Jaurès), Yassir Benhima (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), Arsenio Dacosta (Universidad de Salamanca), Sophie Gilotte (UMR 5648 CIHAM, Lyon), Fabienne Guillén (Université de Pau et des pays de l’Adour) et Juan José Larrea (Universidad del País Vasco / Euskal Herriko Unibertsitatea). (programme)

Un ouvrage regroupant les contributions des formateurs, des doctorants et des jeunes docteurs sera publié. L’objectif est qu’il soit disponible pour le prochain séminaire 2018. Rendez-vous est déjà pris la première semaine d’octobre 2018… à Bielle, en vallée d’Ossau, qui continue ainsi à faire vivre les traditions de passage et d’échanges entre les deux versants pyrénéens.

Coordinateurs CPIM :

  • Daniel Baloup (Université Toulouse – Jean Jaurès),
  • Yann Dejugnat (Université Bordeaux Montaigne),
  • Véronique Lamazou-Duplan (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

Comité d’organisation :

  • Amaia Arizaleta (Université Toulouse – Jean Jaurès),
  • David Bramoullé (Université Toulouse – Jean Jaurès),
  • Laurent Callegarin (Casa de Velázquez),
  • Laurence Cabrero-Ravel (Université de Pau et des Pays de l’Adour),
  • Isabelle Cartron (Université Bordeaux Montaigne),
  • Martine Charageat (Université Bordeaux Montaigne),
  • Fabienne Guillén (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

À l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, ce projet est porté par le laboratoire ITEM (EA 3002 Identités, territoires, expressions, mobilités), en partenariat avec l’école doctorale en Sciences sociales et humanités, avec le soutien de la fédération de recherche Espace, frontière, métissage, du laboratoire de recherche Langues Littératures Civilisations de l’Arc Atlantique et du Conseil de la recherche de l’UFR lettres, langues, sciences humaines et sport.

Pour plus d’informations, site CPIM : http://ausonius.u-bordeaux3.fr/cpim

Séminaire international de formation avancée CPIM

LES CULTURES POLITIQUES DANS LA PÉNINSULE IBÉRIQUE ET AU MAGHREB  (VIIIe-XVe siècle)

Séminaire international de formation avancée – Bielle en Ossau,  2 au 5 octobre 2017

Session 2017 : le recours aux armes

Organisé par les universités de Bordeaux-Montaigne, Pau et Pays de l’Adour, Toulouse-Jean Jaurès, et leurs laboratoires respectifs, en partenariat avec l’École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), ce séminaire vise à proposer un examen croisé des cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb au Moyen Âge (VIIIe-XVe siècle). Dans toute la mesure du possible, et sans jamais rien retirer aux singularités des contextes respectifs, l’étude sera fondée sur une démarche résolument comparatiste et pluridisciplinaire, associant historiens, archéologues, historiens de l’art et littéraires.

Cette première édition 2017 (celles de 2018 et 2019 sont déjà programmées) portera sur la place occupée par le recours aux armes dans les cultures politiques en péninsule Ibérique et au Maghreb, du VIIIe au XVe siècle. Le choix du terrain exclut la prise en compte des violences crapuleuses (banditisme, agressions, rixes, etc.), même si la distinction n’est pas toujours facile à établir avec certaines situations qui seront étudiées. Par ailleurs, conformément à l’orientation générale de l’atelier, l’étude des pratiques et de l’imaginaire politiques sera privilégiée sur celle, plus habituelle s’agissant de ces questions, des discours et des représentations. La réflexion s’articulera autour de trois grands types d’événements : la contestation violente de l’autorité ; les affrontements armés dans le champ politique ; la guerre.

Le séminaire réunira à Bielle en vallée d’Ossau, du 2 au 5 octobre 2017,

  • six formateurs, spécialistes de la thématique : Yassir Benhima (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) ; Arsenio Dacosta (Universidad de Salamanca) ; Sophie Gilotte (UMR 5648 CIHAM, Lyon) ; Fabienne Guillén (Université de Pau et des pays de l’Adour) ; Juan José Larrea (Universidad del País Vasco / Euskal Herriko Unibertsitatea).
  • douze doctorants ou jeunes docteurs, sélectionnés sur dossier via la plate-forme de la Casa de Velázquez. Après l’appel à candidatures, 27 dossiers ont été examinés, 12 candidats ont été retenus, majoritairement issus d’universités ibériques.
  • des étudiants de Master issus des universités organisatrices.

Chaque journée de travail sera partagée entre la présentation des travaux des jeunes chercheurs et les interventions de deux formateurs qui prononceront une conférence et animeront un atelier pratique (sur les sources, la bibliographie, les notions…etc.). Les langues de travail seront le français, l’espagnol, le portugais et l’anglais. Dans l’année suivant le séminaire, un ouvrage regroupant les contributions des formateurs, des doctorants et des jeunes docteurs sera publié.

Programme :

Télécharger le programme

Coordinateurs :
Daniel Baloup (Université Toulouse – Jean Jaurès), Yann Dejugnat (Université Bordeaux Montaigne) et Véronique Lamazou-Duplan (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

Comité d’organisation :
Amaia Arizaleta (Université Toulouse – Jean Jaurès), David Bramoullé (Université Toulouse – Jean Jaurès), Laurent Callegarin (Casa de Velázquez), Laurence Cabrero-Ravel (Université de Pau et des Pays de l’Adour), Isabelle Cartron (Université Bordeaux Montaigne), Martine Charageat (Université Bordeaux Montaigne), Fabienne Guillén (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

À l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, ce projet est porté par le laboratoire ITEM (EA 3002 Identités, Territoires, Expressions, Mobilités), en partenariat avec l’École doctorale SSH, le soutien de la Fédération de recherche Espace Frontière Métissage, le laboratoire Langues Littératures Civilisations de l’Arc Atlantique, le Conseil de la Recherche LLSHS.

Pour plus d’informations, site CPIM : http://ausonius.u-bordeaux3.fr/cpim

Solidarités à l’épreuve du politique et du religieux

Table-ronde : CESSMA UMR 245-INALCO/ RIAM-FMSH/ ITEM-UPPA
Les nouvelles solidarités à l’épreuve du politique et du religieux (Europe, Afrique, Amériques, Asie)
 12 et 13 octobre 2017 – INALCO,  Salle 3-26
75013 Paris. Métro Bibliothèque François Mitterrand

 

Bref argumentaire

L’analyse de la formation des subjectivités dans les mondes européens, africains, asiatiques, américains et dans les mondes arabes et musulmans, interroge le rapport entre les solidarités verticales et horizontales, interroge la dimension du genre. Ce rapport se décline de différentes manières selon les différents « régimes d’historicité ».  On partira de lectures croisées de chercheurs et des terrains étudiés ou à étudier pour identifier l’existence ou non de nouvelles solidarités. Sous les termes « nouvelles solidarités », on entend appréhender les types d’entraide sociale, les systèmes normatifs de référence, les formes solidaires et leurs métamorphoses dans les sociétés, notamment dans les groupes restreints d’appartenance et leurs réseaux communicationnels.

Au cours de la table-ronde, on s’emploiera à analyser :
– les modes de recompositions politiques, religieuses et la question des solidarités à l’épreuve de crises dont il conviendra de caractériser les formes. Quel rapport établir alors entre crises politiques, socio-économiques et recherche de nouvelles solidarités ?
– les questions de l’affirmation des subjectivités politiques et religieuses dans le contexte des sociétés contemporaines en mouvement. On tentera aussi de répondre à la question de savoir, si les solidarités actuelles (verticales et horizontales) sont encore pertinentes pour analyser les subjectivités politiques, religieuses et diasporiques.

 

PROGRAMME

Jeudi 12 octobre 2017 : 14h00- 17h30

14h 00 : Accueil des participants

14h10 – 14h30 : Robert ZIAVOULA, (CESSMA/RIAM-FMSH) Les solidarités socio-spatiales de l’idéologie participative et glocal

14h 40– 15h 00 : Michèle LECLERC-OLIVE (IRIS-EHESS/ RIAM-FMSH) Solidarités « traversantes » et  lien d’acteurs

15h10 – 15h30 : Sonia DAYAN-HERZBRUN, (LCSP -Paris Diderot/ RIAM-FMSH) Mobilisations collectives et religions: nouvelles géographies du politique »

15h40 –15h55 : Pause

16h00 -16h20 : Kae AMO (Fondation France-Japon- EHESS/RIAM-FMSH) Une nouvelle solidarité politique et/ou religieuse d’en haut et d’en bas: expériences entre le Sénégal et le Japon

16h30- 17h30 : débat général et suspension des travaux


Vendredi 13 octobre 2017 : 9h30-12h00

9h30 – 9h40 : Idrissa MANE (ITEM-UPPA/RIAM-FMSH) Sénégal : la da’wa salafiyya à l’épreuve des nouvelles solidarités soufies

9h50 – 10h00   : Abel KOUVOUAMA (ITEM-UPPA/RIAM-FMSH) Nouvelles solidarités et formation des subjectivités à l’épreuve du politique et du religieux : questions théoriques et épistémologiques (suite)

10h10 – 10h20 : Pause

10h20 – 11h30 : débat général

11h 30- 12h 00 : conclusions de la table-ronde : R. ZIAVOULA et A. KOUVOUAMA

 

Cahier d’Histoire Immédiate

Les Cahiers d’Histoire Immédiate est une revue semestrielle consacrée à l’histoire la plus contemporaine.
Après deux ans d’interruption, la publication de la revue reprend
aux éditions Cairn sous la direction scientifique de l’UPPA et du laboratoire ITEM EA 3002.

Le numéro 49 composé d’un dossier thématique intitulé « Lectures de la Révolution cubaine dans l’espace atlantique » et  de varias vient de paraître :

« La fascination pour Cuba est ancienne. Le dossier invite à réfléchir aux lectures, aux résonances et aux réceptions de la Révolution, dans la Caraïbe et, au-delà, dans l’espace atlantique. En d’autres termes, il s’agit de voir de quelle façon la Révolution cubaine, notamment à ses débuts, a engendré, tout un cortège de représentations, romantiques ou pragmatiques, et de montrer que celle-ci s’ est diffusée à la fois comme une source d’inspiration
théorique féconde et un modèle d’action auprès d’une génération de
militants et d’activistes anti-impérialistes. De plus, il s’agit d’examiner comment, par l’intermédiaire d’organismes paragouvernementaux tels que l’Organisation de solidarité des peuples d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine (OSPAAL), plus connue sous le nom de Tricontinentale, le régime révolutionnaire cubain a ouvertement pratiqué une politique anti-impérialiste de soutien à des mouvements révolutionnaires, surtout jusqu’en 1968, date à partir de laquelle il avait tempéré son activisme internationaliste au profit d’un alignement croissant sur la politique prudente pratiquée par l’URSS à destination du tiers-monde. En conséquence, différents types d’impacts de cet activisme cubain au plan géopolitique, notamment sur les relations bilatérales franco-cubaines dans les Caraïbes, au Mexique, en Afrique de l’Ouest, sont ici analysés. »

Plus d’informations

Le numéro 50 qui sera publié à l’automne 2017 comportera un Dossier intitulé « Une histoire en chantier: l’histoire de la Vème République » et des varias.

Les chercheurs, notamment de jeunes chercheurs, peuvent soumettre des articles au comité de rédaction.  Ceux-ci sont à expédier pour le prochain numéro (50) qui paraitra à l’automne 2017 avant le 15 août sous un format word (30 000 signes espaces compris) à laurent.jalabert@univ-pau.fr  ou Joëlle Saucès joelle.sauces@univ-pau.fr

Les articles sont soumis et expertisé à un membre du comité de lecture avant d’être discuté en comité de rédaction.

Pour les numéros suivants (51 et 52) qui paraitront fin 2017 et au printemps 2018, les propositions d’articles sont à expédier avant le 15 octobre 2017 ou le 15 janvier 2018.

Femmes dans la cité

Dans le cadre du cycle
Artistes-femmes : les formes de l’engagement

vendredi 17 mars 2017
de 9 h à 17 h 30- Médiathèque André Labarrère
Place Marguerite Laborde – Pau

École supérieure d’art des Pyrénées – Pau Tarbes
École Nationale supérieure d’art de Limoges
UPPA – ITEM /Fédération Espaces Frontières Métissages

« S’engager » signifie s’avancer dans une voie étroite, entreprendre
une action que l’on sait difficile et parfois coûteuse, mais aussi
contracter devant autrui une responsabilité qui lie moralement.
Autant dire que l’engagement est un pari sur l’avenir qui implique
courage et partage. Il est, du moins idéalement, absolu (on ne
l’imagine pas se faire à demi) et libre, quoiqu’on puisse y être poussé
par l’insupportable ou l’inacceptable. C’est un acte foncièrement
éthique qui prend à témoin autrui et par lequel on se met à son
service ; c’est un acte politique car il porte sur le terrain commun,
dans l’espoir d’un changement, un enjeu initialement individuel.
La journée d’étude « Femmes dans la cité », la deuxième d’un cycle
intitulé « Femmes-artistes : les formes de l’engagement », permettra
d’examiner des projets artistiques prenant la forme d’engagements
politiques au sens large et proposant une alternative à l’exercice de
la citoyenneté, qu’il s’agisse d’interventions dans l’espace urbain,
d’interrogations des modes d’organisation des communautés,
des valeurs et normes qui les régissent, ou encore d’inventions
de nouvelles formes de partage culturel et de relation sociale.
Si les femmes sont mises à l’honneur, ce n’est pas pour
poser l’existence d’une spécificité féminine des manières
de faire artistiques, mais plutôt pour donner plus de visibilité
à des propositions souvent laissées dans l’ombre.

PROGRAMME
9h00 Accueil des participants
9h15 Ouverture de la journée d’étude
9h30 Annabelle Teneze | Conservatrice du patrimoine, Directrice des Abattoirs de Toulouse
Exposer les artistes femmes, Peindre dit-elle, l’Iris de Lucy
10h15 Corinne Melin | École Nationale Supérieure d’Art de Limoges
Vie et travail de l’artiste chinoise Cao Fei dans RMB CITY, cité entièrement simulée
10h45 Discussion et pause
11h15 Christelle Colin | Université de Pau et des Pays de l’Adour
Vision documentaire des femmes dans la ville : La ciudad de las mujeres de Vicky Calavia et Mínimas e íntimas de Irene Bailo
11h45 Véronique Lamare | Artiste (Bordeaux)
« L’espace urbain à l’échelle de mon propre corps. »
Entretien avec Corinne Melin | École Nationale Supérieure
d’Art de Limoges
12h30 Discussion
13h00 Déjeuner — ESAP, salle de théorie

14h30 Marie Escorne | Université Bordeaux Montaigne
Interventions artistiques dans l’espace public urbain :
les femmes « apportent » leur corps
15h00 Sabine Forero Mendoza | Université de Pau et des Pays de l’Adour
Les études de cas de Marjetica Potrč : la ville autrement
15h30 Discussion et pause
16h00 Pascale Peyraga | Université de Pau et des Pays de l’Adour
Les travaux collaboratifs de « Contenedores de feminismos » :
recréer la mémoire des femmes dans l’espace social
16h30 Rustha Luna Pozzi-Escot | Artiste (Pérou-France)
Entretien avec Sabine Forero Mendoza | Université de Pau
et des Pays de l’Adour
17h15 Discussion

ORGANISATEURS
Sabine Forero Mendoza | UPPA
sabine.forero-mendoza@univ-pau.fr
Corinne Melin | ENSA Limoges
corinne.melin@ensa-limoges.fr
Pascale Peyraga | UPPA
pascale.peyraga@univ-pau.fr
Charles Gauthier | ESAP
gautiercharles@hotmail.com

CONTACT & RENSEIGNEMENTS
Armelle Revirieux : armelle.revirieux@univ-pau.fr
http ://frontieres-metissages.univ-pau.fr

 

L’œuvre de Pierre Bourdieu en pratiques

L’oeuvre de Pierre Bourdieu en pratiques
15ème édition, Pau, printemps 2017

par l’association PauSes, la Fédération de recherche Espaces, Frontières, Métissages,
les laboratoires I.T.E.M. et PASSAGES de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour

Ni gauche, ni droite ! Existe-t-il encore un vote de classe ?

Argument scientifique
Nombre d’observateurs de la société et de la sociologie électorale semblent se satisfaire de l’idée selon laquelle, il n’y a aurait plus désormais, dans la « modernité » politique de vote de classe ? Est-elle réaliste? Si oui, dans quelle mesure ? Pour quels aspects ? Telle est la question de départ de la 15ème édition de « l’oeuvre de Pierre Bourdieu en pratiques » prévue au printemps 2017.
Croisant sciences politiques et sciences sociales, il s’agira d’observer le clivage politique entre droite et gauche, ainsi que la (les) politique(s) et les votes au prisme des sciences sociales. En effet, « le champ politique est le lieu où s’engendrent, dans la concurrence entre les agents qui s’y trouvent engagés, des produits politiques, problèmes, programmes, analyses, commentaires, concepts, événements, entre lesquels les citoyens ordinaires, réduits au statut de « consommateurs », doivent choisir, avec des chances de malentendu d’autant plus grandes qu’ils sont plus éloignés du lieu de production. » Le champ politique est le champ suprême, le champ des champs sociaux. En tant que champ, il est un espace de rapports de positions relatives, et partant, un espace de rapports de force. Champ le plus hautement symbolique, il est le lieu de la lutte pour la reconnaissance et la définition légitime de ce qui, dans l’espace social général, peut, doit recevoir son « onction », être élevé à la dignité de question politique, être inscrit à l’ordre du jour de l’agenda politique.
Toutefois, en démocratie, il est le champ qui par construction principielle, devrait refléter l’état du champ social général. Or on assiste à l’autonomisation du champ politique, dont Pierre Bourdieu rappelait qu’à la différence de celle des autres sous-champs sociaux, manifestation du processus normal et a priori favorable à l’émancipation individuelle, de différenciation sociologique, elle contrevenait aux principes démocratiques qui exigent que ce champ exprime le plus fidèlement possible l’état des rapports sociaux.
Quelles sont les relations de cette autonomisation du champ politique avec l’affaiblissement, voire le brouillage, désormais multi-décennal, d’une distribution classique de l’électorat avec, singulièrement, la montée de l’abstention, tout particulièrement parmi les membres des classes populaires dont le vote Front National n’arrive qu’en seconde position des « préférences » politiques ?
Comment s’articule-telle à la dé-réalisation des classes populaires, au sens de déconstruction progressive de la conscience d’en être membre, de leur dé-mobilisation politique, soulignant alors l’importance décisive des conditions sociales de possibilité d’une capacité politique, à l’édification desquelles les partis politiques, les syndicats, les « mouvements de jeunesse » contribuaient (davantage) auparavant.
Comment la fabrication d’une opinion politique (i.e. impliquant des choix quant à l’organisation de la vie sociale) dépolitisée (i.e. présentée efficacement comme relevant de la nécessité technique, par exemple à propos des retraites, de la libéralisation du commerce international, de la construction de prisons…) joue-t-elle son rôle ?
C’est à cet ensemble de questions non exhaustives, que nous convions les intervenantes et intervenants à apporter des éléments de réponse lors de la 15ème édition de L’oeuvre de Pierre Bourdieu en pratiques ; cela auprès d’un public élargi (notre initiative a vocation à diffuser les résultats des travaux de sciences sociales), composé de citoyen-nes (conférences pour tou-tes), d’étudiant-es (sessions à l’U.P.P.A.), de l’ITS Pierre Bourdieu, de lycéen-nes du cycle terminal de la série Economique et sociale.

Voir le programme

Congreso internacional Azorín

EUROPA Y LA INVENCIÓN DE LA LITERATURA NACIONAL
Alicante (1-3 de marzo de 2017)
 

Turner, The Evening Star (ca. 1830)
«Levanta la vista y contempla la estrella de la tarde que da nombre al cuadro; la estrella es la misma; pero él no es
idéntico a como era antes. La estrella perdurará siglos y más siglos, y él pasará rápido en la corriente universal»
Azorín, La isla sin aurora (1944)

Miércoles 1

Auditorio de la Diputación de Alicante (sala de conferencias)

9h Saludo
César Augusto Asencio Adsuar – Vicepresidente 2º de la Diputación de Alicante
Juan F. Mesa Sanz – Decano de la Facultad de Filosofía y Letras de la Universidad de Alicante
Manuel Palomar Sanz – Rector Magnífico de la Universidad de Alicante
César Sánchez Pérez – Presidente de la Diputación de Alicante
10h-11h Conferencia inaugural
Christian Manso (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
Azorín. De la fecundación extraña
Pausa
11h30-13h. Preside Prof. Manso
Antonio Robles Egea (Universidad de Granada)  –  La idea de nación en Azorín: Carácter y voluntad
Manuel Menéndez Alzamora (Universidad de Alicante)  –  La idea de nación en Azorín: Historia y tradición
Béatrice Fonck (Université Catholique de París)  –  La ejemplaridad política en Azorín y Ortega: el caso de Antonio Maura
13h-14h15 Debate
16h30-17h30. Preside Prof. Rubio Cremades
Renata Londero (Università degli Studi di Udine)  –  Don Quijote según Azorín: los cuentos-ensayos de Con Cervantes (1947)
Ana L. Baquero (Universidad de Murcia)  –  Cervantes en la obra de Azorín
Pausa
18h-19h30. Preside Prof.ª Baquero
Francisco Javier Díez de Revenga (Universidad de Murcia)  –  Azorín, corresponsal en la Gran Guerra (1914-1918)
Enrique Selva Roca de Togores  –  Azorín y la preocupación del lector
José Ferrándiz Lozano (Universidad de Alicante)  –  Política y periodismo al alimón: la Europa azoriniana
19h30-20h30 Debate

 

Jueves 2

Auditorio de la Diputación de Alicante (sala de conferencias)

10h -11h30. Preside Prof.ª Bottin
José María Ferri Coll (Universidad de Alicante)  –  Azorín y la literatura nacional
Francisco Fuster (Universidad de Valencia)  –  Historia y literatura nacional: a propósito de Una hora de España (entre 1560 y 1590)
Leonardo Romero Tobar (Universidad de Zaragoza)  –  La literatura nacional en El alma castellana y Los pueblos (1900-1905)
Pausa
12h-13h30. Preside Profª. Thion

Béatrice Bottin (Université de Pau et des Pays de l’Adour)  –  Clásicos de allende el Pirineo (1924)
Laura Palomo Alepuz (Universidad Católica San Antonio de Murcia)  –  La reivindicación de la cultura hispánica en los ensayos crítico-literarios de Azorín (1912-1914)
Elisabeth Delrue (Université d’Université de Picardie Jules Verne)  –  La narrativa de Azorín anterior a 1928 a la luz del contraste España/Europa
13h30-14h30 Debate
16h30- 17h30. Preside Profª. Sotelo

Sylvie Juillac (Université de Pau et des Pays de l’Adour)  –  Azorín, escritor y pintor, ¿levantino o europeo?
Blanca Ripoll (Universidad de Barcelona)  –  Azorín, colaborador literario insignia del Destino de los años 40
Pausa
18h-19h. Preside Profª Ripoll

Marisa Sotelo (Universidad de Barcelona)  –  Azorín, maestro de críticos y novelistas durante el primer Franquismo
Dolores Thion Soriano-Mollá (Université de Pau et des Pays de l’Adour)  –  Azorín, la nación literaria que acabó en nacionalismo
19h-20h Debate

 

Viernes 3

Centro de Estudios Iberoamericanos Mario Benedetti de la Universidad de Alicante

9h30 -11h30. Preside Prof. Ferri
María Martínez Cachero Rojo (Universidad de Oviedo)  –  Reflexiones de Azorín sobre literatura
Gemma Márquez Fernández (Universidad de Barcelona)  –  De Velázquez al Persiles: fugas de la imaginación española en la cultura europea
José Manuel Vidal Ortuño (IES José Luis Castillo-Puche de Yecla)  –  Literatura y exilio en Españoles en París
Enrique Rubio Cremades (Universidad de Alicante)  –  Azorín memorialista: París (1945)
11h30-12h15 Debate
Pausa
12h30-13h30 Conferencia de clausura

Miguel Ángel Lozano Marco (Universidad de Alicante)  –  Al margen de dos novelas ejemplares: La fuerza de la sangre y El licenciado Vidriera
13h30 Clausura
Christian Manso
Université de Pau et des Pays de l’Adour
Real Orden de Isabel la Católica
César Augusto Asencio Adsuar
Vicepresidente 2º de la Diputación de Alicante

 

Organizan


 

Con la colaboración de

Dirección académica

José María FERRI COLL (U. Alicante)
Miguel Ángel LOZANO MARCO (U. Alicante)
Christian MANSO (U. Pau et des Pays de l’Adour)
Enrique RUBIO CREMADES (U. Alicante)
Dolores THION SORIANO-MOLLÁ (U. Pau et des Pays de l’Adour)

Inscripción y asistencia
La asistencia a las sesiones será libre.
Quienes acrediten una asistencia mínima del 80% recibirán el correspondiente diploma. Asimismo, para obtener el certificado del ICE (23 horas lectivas) será necesario realizar una reseña del congreso (equivalente a 5 horas de trabajo del alumno).
La inscripción es gratuita.
Envíe nombre, apellidos y DNI a centro.benedetti@ua.es indicando en el asunto Congreso Azorín.

 

155448_programa_impreso

 

Parution d’ouvrage : Le Retour

Le Retour
Espaces, Frontières, Métissages
N° 8, PUPPA.
Sous la direction de Laurent Dornel
 

Parabole dans la Bible (le retour du fils prodigue), paradigme matriciel dans la littérature (le retour d’Ulysse) comme dans la religion (le mythe de l’éternel retour), rituel militaire (le retour des combattants), horizon d’attente chez bien des exilés ou des migrants (le retour au pays, réalisé ou toujours repoussé), motif dramaturgique majeur au cinéma, le retour est un motif très riche dans ses formes comme dans ses très nombreuses significations. Ce qui est en jeu – et que cet ouvrage collectif et pluridisciplinaire entend analyser – ce sont notamment les questions de l’identité et de ses transformations, celle du parcours initiatique (l’errance, la guerre, l’exil) et de ses enjeux territoriaux. Générateur d’un « tiers-espace », le retour est une traversée du temps qui brouille et renouvelle les repères spatiaux mais aussi culturels, politiques et sociaux.

Voir le sommaire sur le site de l’éditeur

Soutenance de thèse – Sami Bouri

AVIS de soutenance de Thèse

Monsieur Sami BOURI

Soutiendra sa thèse en « Ethnologie« 

le Mardi 14 juin 2016 à 14h00

à l’Institut Claude Laugénie – Salle Chadefaud

Directeur de thèse:

Monsieur Abel KOUVOUAMA
  Sujet de la thèse :
  « Temporalité sociale et rationalité politique : critique anthropologique de quelques présupposés économiques. Du temps (comme) capital (économique) au capital temporel »
Laboratoire:
ITEM

Séminaire doctoral « L’écrivain face à la société »

Le VIIIème séminaire doctoral  « L’écrivain face à la société III »aura lieu le 29 juin 2016 à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (salle 204  – UFR Lettres, Langues, Sciences Humaines).

PROGRAMME

SÉANCE I
PARCOURS INITIATIQUES
• 15h30
Esther Saldaña
L’oeuvre de jeunesse de Concha Espina
• 16h00
Claire Lafaille
Une approche de Andrés Garcia, 19 años de edad, premier roman de Lourdes
Ortiz
• 16h30
Fleur Duplantier
L’exil artistique de Carlota O’Neill de 1949 à 1979 au Venezuela et au Mexique
• 17h00
Marème Dir Bachir
Emilia Pardo Bazan. La composition de Destripador de antaño

SÉANCE II
TÉMOIGNAGES D’ÉCRIVAIN
• 17h30
Clarisse Fontaine
Dictature et démocratie dans la trilogie de Rafael Chirbes
• 18h00
Lisa Barrere
Les femmes dans l’oeuvre de Dulce Chacón
• 18h30
Marie Carassus
Historie et mémoire dans Inés et l’alegría de Almudena
Grandes
• 19h00
Fabienne Toux
Benjamín Prado, roman et témoignage
• 19h30
Dominique Castells
Parcours dans la ville

 

Organisatrice :
L. Thion Soriano-Mollá : lola.thion (at) univ-pau.fr