Archives par mot-clé : pluridisciplinarité

Misogynie et discriminations sexuelles, 24-26/09/2015

Colloque
Misogynie et discriminations sexuelles

Université de Pau et des Pays de l’Adour

24-25-26 septembre 2015

Ce colloque fait partie du projet « Figures et fondements de la misogynie » de la fédération de recherche (FR 4153) Espaces-Frontières Métissages, de l’UPPA. Le programme complet du projet peut être consulté sur le lien suivant : http://frontieres-metissages.univ-pau.fr/live/recherche/misogynie
Le projet est mis en œuvre par les laboratoires ITEM et LLCAA de l’UPPA avec le soutien de l’Institut Cervantes de Bordeaux.

Programme

Jeudi 24 septembre 2015
Matin – Amphithéâtre de la Présidence – UPPA – modérateur : Maurice Daumas

8h30 : Accueil des participants
8h45 : Ouverture du colloque par

  • Mohamed Amara, Président UPPA
  • Véronique Lazzeri, chargée de mission Parité UPPA,
  • Juan Pedro de Basterrechea, directeur de l’Institut Cervantes de Bordeaux.

9h15 : Présentation par Maurice Daumas, Professeur en Histoire moderne, UPPA

L’héritage
  • 9h30 : Adeline Gargam, Docteure en littérature française, Université de Nouvelle Calédonie : « La République des Lettres et des Sciences, un territoire misogyne au siècle des Lumières ».
  • 9h55 : Ana Armenta-Lamant Deu, Agrégée d’espagnol, Doctorante en Littérature espagnole, UPPA : « Peut-on parler de misogynie dans le Siècle des Lumières espagnol ? »

10h20 : Discussion-Pause

  • 10h45 : Nicole Pellegrin, PR d’Histoire moderne, CNRS : « Entre fascination et misogynie : “juger” Jeanne des Anges, ursuline ensorceleuse, sainte putative et hystérique brevetée (XVIIe-XXe siècles) ».
  • 11h10 : Yohann Chanoir, Agrégé d’histoire, doctorant à l’EHESS : « Ces mégères que l’écran a su apprivoiser… Histoire, images et espaces de la misogynie dans le cinéma occidental ».
  • 11h 35 : Bernard Nominé, psychanalyste : « La peur du féminin ».

12h00 : Discussion
12h20 : Déjeuner

Après-midi – Amphithéâtre de la Présidence- UPPA – modératrice : Pascale Peyraga
Du côté de l’Espagne
  • 14h00 : Projection du film d’Icíar Bollaín, Te doy mis ojos (Ne dis rien), 2003, suivi d’un débat animé par Pascale Thibaudeau, PR d’Espagnol, Université Paris VIII.
  • 17h00 : Allison Taillot, MCF d’Espagnol, Université Paris 10 : « Antifascisme et misogynie : Sylvia Townsend Warner et Valentine Ackland au Congrès de Valence de 1937 ».
  • 17h25 : Elise Martos, Doctorante en littérature espagnole, UPPA : « Approches misogynes de l’œuvre d’Isabel Alvarez de Toledo, femme engagée ».

18h00 : Discussion

 Vendredi 25 septembre 2015
Matin – Amphithéâtre de la Présidence – UPPA – modératrice : Nicole Pellegrin
« Tout est politique »
  • 9h00 : Christine Bard, PR Histoire Contemporaine, Université d’Angers : « L’antiféminisme au prisme du déclinisme : une misogynie politiquement assumée ? »
  • 9h25 : Michèle Riot-Sarcey, PR d’Histoire contemporaine, Université Paris VIII : « La misogynie est-elle la cause des interdits prononcés à l’encontre des femmes au XIXe siècle ?»
  • 9h50 : Christine Guionnet, MCF Sciences politiques, Faculté de droit et sciences politiques, Rennes I: « Intérêts et limites du concept de misogynie en politique ».
  • 10h15 : Réjane Sénac, chargée de recherche CNRS au CEVIPOF : « Dévoilement et persistance de l’ “hétérosexisme racialisé constituant” d’un contrat social fraternel : une égalité sous conditions ».

10h35 : Discussion – Pause

  • 10h45 : Marlène Coulomb-Gully, PR en Sciences politiques, Université de Toulouse 2 Jean Jaurès : « Le sexisme bien tempéré du Canard enchaîné ».
  • 11h10 : Elsa Dorlin, PR Philosophie politique et sociale, Université Paris VIII : « Être ou ne pas être Charlie : Féminisme, misogynie et liberté d’expression ».
  • 11h35 : Marie-Laure Déroff, MCF Sociologie, Université de Bretagne occidentale : « Presse féminine et sexualités : une émancipation féminine sous conditions ».

12h00 : Discussion
12h20 : Déjeuner

Après-midi – Parlement de Navarre – Pau – modératrice : Christine Bard
Comportements mâliques
  • 14h30 : Marie-Carmen Garcia, PR Sociologie, Université de Toulouse P.Sabatier : « La misogynie : norme cachée des amours clandestines ».
  • 14h55 : Mélanie Gourarier, Docteure en Anthropologie sociale : « La “Communauté de la séduction” et le renouvellement du masculinisme ».
  • 15h25 : Yves Raibaud, MC HDR de Géographie, CNRS, « Désirs de ville, peurs urbaines. Le harcèlement des étudiantes à Bordeaux ».

16h00 : Discussion – Pause

Combats pour l’égalité (1)
  • 16h15 : Emilie Teyssedre, Osez le féminisme 31 : « Féminisme 2.0 Nouvelles formes de militantisme ».
  • 16h40 : Sandrine Heckmann, Planning familial : « Assignations et normes de sexualité à l’adolescence ».
  • 17h05 : Thérèse Auclair, Maison des Femmes de Pau : « En route pour l’égalité avec la Maison des Femmes du Hédas ».

16h00 : Discussion – Déplacement au Château de Pau

  • 18h00 : Conférence par Sabine Forero, PR histoire de l’art, UPPA : « Ceci est mon corps : femmes artistes à l’assaut des stéréotypes misogynes et sexistes 1970-1990 ».

19h Visite du château de Pau
20h00 : Cocktail dînatoire

Samedi 26 septembre 2015
Matin – Commanderie de Lacommande – modératrice : Nadia Mekouar-Hertzberg
Combats pour l’égalité (2)
  • 9h30 : Anne Saouter, Docteure en Anthropologie, Université de Pau et des Pays de l’Adour : « Le geste de l’imposture. Quand la performance revêt le mauvais sexe ».
  • 09h55 : Hélène Marquié, MCF, Centre d’études féminines et d’études de genres, Université Paris 8 : « L’assignation de la danse au féminin : ressorts misogynes et conséquences discriminantes ».
  • 10h20 : Patricia Mercader, PR de psychologie sociale, Université Lumière – Lyon 2: « L’école : un lieu où se transmet la misogynie ? »

10h45 : Discussion
11h00 : Conclusions par Nadia Mekouar-Hertzberg, PR à Université de Pau et des Pays de l’Adour.
11h30 : Visite de l’église de Lacommande.
12h30 : Dégustation à l’office de la Route des Vins du Jurançon et buffet.
14h00 : Retour à Pau.

“L’ Autochtonie. Figures et perspectives”, PUPPA, 2015

L’ Autochtonie. Figures et perspectives. Espaces, Frontières, Métissages, N° 4

Sous la direction de Maurice DAUMAS

21-couverture Partage Espace

Dans le champ des sciences humaines et sociales, le concept d’autochtonie est soit utilisé dans des contextes très particuliers, soit totalement ignoré. L’expression « peuple autochtone » est universellement connue, mais une notion aussi précieuse que le « capital d’autochtonie » demeure confinée dans le domaine de la sociologie.

La définition de l’autochtonie est simple : le mot désigne le fait d’être originaire de la terre où l’on vit. Mais il concerne moins le devenir de l’individu que la dynamique des groupes. « Être originaire » peut recouvrir plusieurs interprétations, qui renvoient à une multitude de critères, donc de débats, de conflits. Car on ne revendique son autochtonie que par opposition à ceux que l’on désigne comme des étrangers ou des allogènes, autrement dit des inférieurs. L’autochtonie est censée ouvrir des droits, légitimer des clivages. Elle est manipulée à l’intérieur même des groupes comme une machine de guerre à fabriquer de la hiérarchie, des inégalités.

Les études rassemblées ici viennent d’horizons divers : anthropologie, histoire, art contemporain, droit, science politique… À travers la variété des questionnements, elles témoignent de la richesse et du potentiel du concept d’autochtonie : Olfa Ben Achour, Pierre Berté, Bernard Cherubini, Maurice Daumas, Laurent Dornel, Patricia Heiniger-Casteret, Abel Kouvouama, Cendrine Lagoueyte, Idrissa Mané, François Michel, Michael Parsons, Thomas Pierre, François Quantin, Évelyne Toussaint.

Sommaire

Maurice Daumas, Introduction

1. Aux fondements
François Quantin (U. de Pau), Le mythe de l’autochtonie et ses apories contemporaines
François Michel (U. de Bordeaux-Montaigne), L’autochtonie dans le monde romain occidental
Patricia Heiniger-Casteret, Le conte populaire : dire l’universel par l’autochtonie

2. Débats français
Pierre Berté (U. de Bordeaux-Montesquieu), Du présumé étranger à l’originaire français : forces et faiblesses du droit français de la nationalité dans son appréhension de l’autochtone au XIXe siècle
Laurent Dornel (U. de Pau), L’autochtone et l’étranger, France, XIXe s.
Bernard Cherubini (U. de Bordeaux-Segalen), Autochtonie et accès à la citoyenneté : le multiculturalisme réunionnais à l’épreuve de la Francité

3. Interrogations africaines
Idrissa Mané (U. de Pau), Construction de l’autochtonie par la pensée symbolique : le cas du mythe baynounk de Ngana Sira Banna Niaye de Casamance (Sénégal)
Abel Kouvouama (U. de Pau), Guerres civiles et construction de l’autochtonie dans les sociétés ivoiriennes et congolaises contemporaines : regard anthropologique
Evelyne Toussaint (Aix-Marseille U.), L’art des artistes contemporains peut-il être autochtone ? Traditions, hybridations et inventions dans un contexte de mondialisation

4. Questionnements basques
Cendrine Lagoueyte (UMR 5185 ADES), Etre basque sans être autochtone : légitimer son sentiment identitaire ?
Thomas Pierre (IIAC-UMR 8177), La citoyenneté contre l’autochtonie : le cas basque en France

5. Conflits d’autochtonie
Maurice Daumas (U. de Pau), Conquérir le banc et la sépulture : un conflit d’autochtonie au XVIIIe s.
Olfa Ben Achour (Fac. des SHS de Tunis, U. Toulouse Jean Jaurès), Les juifs de Tunisie entre enracinement immémorial, sentiment d’autochtonie et aliénation (XIXe-XXe s.)
Michael Parsons (U. de Pau), Etre autochtone aux îles Falkland (Malvinas)

ISBN : 2-35311-066-5
ISSN : 2269-0778
Prix : 17 €

http://www.presses-univ-pau.fr/cart/Details/140/20/espaces-frontieres-metissages/lrsquoautochtonie.html

Ah bé té! les anthro-Pau-logiques. 15-17 avril

15 -17 avril 2015
Regards sur les sociétés actuelles

Rencontres organisées par les doctorants de l’École Doctorale SSH 481 / ITEM
Université de Pau et des Pays de l’Adour

Ces rencontres « anthro-Pau-logiques » sont pensées comme un espace d’échanges et de réflexion sur ces pratiques qui portent une interrogation sur la société actuelle, sans se soustraire à la dynamique de transdisciplinarité : seront ainsi évoqués des thèmes comme le film documentaire, les expressions musicales et dansées ou encore les questions de gouvernance. L’ouverture aux autres disciplines consiste à questionner le regard anthropologique de l’économiste, du sociologue, du géographe, de l’historien, du juriste ou encore du littéraire. Par la rencontre de chercheurs et d’acteurs, nous voulons favoriser un échange scientifique permettant de vivre une expérience inédite – à travers les regards anthropologiques que chacun porte en soi – qui se rencontre dans les pratiques sociales du quotidien.

Télécharger le programme

Les vidéos sur Mediakiosque

affiche

Séminaire Frontières le 13 mars 2015

Séminaire proposé par les doctorants de l’ED 481 SSH
Crises, sciences et sociétés : un dialogue impossible ? Interroger la frontière entre sciences sociales et sociétés

Vidéos des communications
Résumés des Communications

Vendredi 13 mars 2015 de 9h à 18h
Salle Michel Chadefaud, Institut Claude Laugénie
Coordination :
Thomas Contamine (IRAA)
Rémy Berdou (ITEM)
Benoit Pace (ITEM)
Programme

Appel à communication “Pays pyrénéens et environnement”, Bagnères-de-Bigorre, 12-14 juin 2015

A l’occasion du cent cinquantenaire de la fondation de la Société Ramond, le 62e congrès de la Fédération historique Midi-Pyrénées se tiendra à Bagnères-de-Bigorre du 12 au 14 juin 2015.
Le sujet est Pays pyrénéens et environnement. Le congrès vise à réunir, dans une perspective largement interdisciplinaire, tous les chercheurs sur l’histoire de l’environnement de la chaîne pyrénéenne et son piedmont. Sont particulièrement attendues les contributions qui s’attacheront à l’étude des jeux d’échelles temporels et spatiaux, des interactions homme/nature, longue durée/événement, montagne/piedmont, voire des relations ou comparaisons entre Pyrénées et régions de montagne plus lointaines.

Les thèmes d’études, largement ouverts à tous les chercheurs (naturalistes, géographes, archéologues, historiens, anthropologues, juristes, historiens de l’art, etc.) sont les suivants:
1. Les données naturelles. Géologie et géomorphologie ; climat ; risques naturels (séismes, inondations…) ; évolution des paysages ; biodiversité : faune et flore.
2. L’occupation de l’espace. Peuplement et mouvements de population ; villes et villages ; axes et moyens de communication.
3. L’exploitation des ressources naturelles. Pastoralisme, forêts, mines et carrières, énergie, notamment hydraulique ; tourisme, thermalisme…
4. Les politiques de l’environnement : actions et réactions. Des communautés d’habitants à l’État ou à l’Europe, l’on s’attachera à étudier l’histoire de l’action des pouvoirs en matière d’aménagement et de protection de la nature, et les réactions qui en ont découlé.
5. Découvertes et représentations. Découverte de la montagne et des paysages, représentation de la nature sauvage ou domestiquée dans les lettres, les sciences ou les arts (photographie, peinture, littérature…).
Lien vers la fiche pour proposer une communication à envoyer avant le 25 janvier 2015
Résumé en 15-20 lignes (1500 signes) de la communication : à joindre à cette fiche sous le nom de l’auteur.
Les résumés des communications retenues par le comité scientifique seront édités en un fascicule qui sera distribué aux congressistes au début du congrès. Les communications se feront en français et ne devront pas dépasser 25 minutes. Alternativement on pourra afficher des « posters » dont les présentations orales ne devront pas dépasser 5 minutes.
À l’issue du congrès, un comité de lecture sera mis en place afin de prévoir dans les meilleurs délais la publication de ses actes. Le texte de votre communication devra parvenir à la Fédération, sous forme numérique (pas plus de 30 000 signes + les illustrations), avant le 30 septembre 2015.