Archives par mot-clé : péninsule ibérique

Le phénomène d’héritage comme construction d’une architecture signifiante en Navarre

Le phénomène d’héritage recouvre les concepts d’importation, d’appropriation et de réinterprétation. Ils apparaissent étroitement imbriqués et déterminent une intentionnalité, celle-ci ayant un rôle fondamental dans la perception. Ces trois paramètres sont à prendre en compte dans l’analyse de l’architecture religieuse navarraise entre la fin du XVe siècle et le XVIe siècle. Les composantes du gothique tardif navarrais se manifestent par l’apport de formes exogènes. Elles se combinent à un substrat local dont elles héritent par le canal de la transmission. Les partis architecturaux hérités, nef unique, chevet droit, s’inscrivent dans une nouvelle logique d’unité et de spatialité qui caractérise l’architecture des années 1500. Si l’importation des voûtes à nervures multiples donne lieu à une appropriation de tracés variés, le mode opératoire consiste à combiner enjeux formels et structurels dans une démarche réinterprétative. Le cloître du monastère d’ Irache (Ayegui, Navarre, Espagne) déploie plus de vingt voûtes gothiques en étoile aux nervures mixtilignes. Les nervures, assemblées en un dessin unique pour chacune d’entre elles, s’entrecroisent au moyen de clefs de voûte ornées de motifs italianisants. Ainsi, le jeu stéréotomique et l’articulation de l’espace ecclésial ancrés dans la tradition médiévale sont assortis au répertoire décoratif antique donnant lieu à la reconstruction d’une architecture signifiante à visée symbolique et ostentatoire.

IMG_4708 copie

Estella, église San Miguel, haut vaisseau

IMG_2588 copie

Monastère d’Irache, cloître

 

Valérie Steunou, doctorante en Histoire de l’Art médiéval

Séminaire des doctorants “Héritages” (22 mars 2013)

La prochaine séance du séminaire des doctorants “héritages” aura lieu le vendredi 22 mars de 9h à 12h salle 118 à l’institut Claude  Laugénie à l’université de Pau et des pays de l’Adour (Avenue Poplawski 64000 Pau ).

Programme:

Laure Nonat (doctorante en archéologie): “Âge du Bronze : appropriation et transformation des codes funéraires dans le nord-ouest de la péninsule Ibérique”

Robin Segalas (doctorant en histoire ancienne): “Connaissances sur l’Afrique antique : le poids des topiques dans la littérature latine”

Valérie Steunou (doctorante en histoire de l’art médiéval): “Le phénomène d’héritage comme construction d’une architecture signifiante en Navarre”

Héritages stylistiques de l’art de la péninsule Ibérique au Ier âge du Fer : la bijouterie

La culture matérielle de la péninsule Ibérique offre au début du Ier millénaire avant J.-C. les indices tangibles d’échanges entre les groupes indigènes et les communautés migrantes provenant de Méditerranée orientale, Grecs et Phéniciens. Traditionnellement caractérisée par les phénomènes coloniaux et commerciaux affectant l’Occident méditerranéen, cette période voit parallèlement la stabilisation des grands groupes ethniques hispaniques décrits par les auteurs gréco-romains. Cette communication est consacrée à l’analyse de la bijouterie protohistorique,  document archéologique amenant à s’interroger sur la circulation des biens, des idées, des techniques et des hommes au Ier âge du Fer.

Les travaux menés par B.  Armbruster sur les collections d’orfèvrerie du Musée National d’Archéologie et d’Ethnologie de Lisbonne permettent d’appréhender avec finesse le travail de l’or de l’âge du Bronze à l’âge du Fer en différenciant les traditions métallurgiques indigènes de celles apportées par les migrants. Le bracelet de Cantonha (Guimarães), le torque d’Herdade de  Álamo (Ourique) et les bracelets de Torre Vã (Beja) ont constitué les fils conducteurs de cette présentation. Dépourvus de contexte archéologique fiable, ils ont fait l’objet d’attributions stylistiques très variées. Qualifiés dans l’historiographie d’objets « complexes », « composés », « hybrides » voire « monstrueux », ils rendent compte de recyclages de bijoux et de processus de transmissions, déconstructions, sélections et recompositions des savoir-faire durant la Protohistoire. La fabrication de ces pièces met en jeu des  conventions stylistiques originales où les traditions métallurgiques du Bronze final côtoient les innovations importées de Méditerranée orientale. Il s’agit de montrer de quelle manière la notion d’héritage a pu être convoquée au moment de conférer à ces pièces une « identité » et de faire le point sur les méthodes du raisonnement stylistique.

Vanessa Rodrigues
Doctorante en histoire de l’art et archéologie

Séminaire des doctorants “Héritages”, le 7 décembre 2012