Archives par mot-clé : paysage

Parution « Pays pyrénéens et environnement »

Les actes du colloque « Pays pyrénéens et environnement » dont les Carnets avaient relayé l’appel viennent de paraître sous la direction de Pierre Debofle et Jean-Christophe Sanchez. Ils sont édités par la Fédération historique Midi Pyrénées et la société Ramond.

Vous y retrouverez plusieurs articles des membres d’ITEM.

Dans le chapitre occupation de l’espace, deux articles émanant du groupe de recherche POEM:

Benoît Pace et al., Les « campements de piémonts pyrénéens » de la Protohistoire à l’Antiquité: apports de Systèmes d’Informations Géographiques (SIG) et perspectives spatiales, https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01438490

Alain Campo et al., L’étude de la fréquentation romaine des grottes: nouvelles perspectives de recherche dans la partie occidentales des Pyrénées.

Histoire et archéologie, forêt et pâturages

Le Couédic et al. , Comparer et modéliser les sites, les territoires et les systèmes pastoraux pyrénéens dans la diachronie: présentation et premiers résultats du projet collaboratif DEPART. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01399071

Découvertes et représentations

Françoise Saliou-Pedegert, « Cauç » et « cauceta » ou la légitimation par nature d’un ordre social.

Viviane Delpech, Viollet-le-duc à la découverte des Pyrénées en 1833. Une science romantique.

Pour plus d’informations :

Fédération historique de Midi-Pyrénées http://archives.haute-garonne.fr/histoire_patrimoine/associations/federation/fhmp_adherent.html#top

Image de couverture: « Bagnères-de-Bigorre et la Vallée de Campan, lithographie de Oliver William, 1ère moitié du XIXe siècle »

Séminaire sur le Pays Grenadois – 3 février 2017

Entre utilité(s) et bien commun: ʺla natureʺ à l’épreuve de la société.

Terres et territoire du bord de l’Adour.

Vendredi 3 Février 2017. Saint Maurice. Salle municipale.

Lors de nos travaux en Pays-Grenadois, nous nous sommes interrogés sur différents aspects de la vie culturelle et sociale, de l’histoire et du développement de l’époque moderne à contemporaine qui ont porté et portent encore les villageois comme les habitants des bourgs. C’est à l’heure où s’affirme partout la biodiversité accompagnée de son corollaire, qui est celui de la transition écologique, que le Pays Grenadois se retrouve confronté à de nouvelles règles qui vont peser durablement sur son avenir. Ainsi, les saligues du bord de l’Adour deviennent milieu naturel et l’écologisation de l’agriculture provoque des changements de pratiques et d’usage.

Dans ce séminaire qui clôturera nos recherches, nous voulons revenir et apporter un nouvel éclairage sur la notion essentielle de territoire. Territoires physiques, géographiques, frontières ou entre-deux et surtout parce qu’ils sont habités par des individus et des groupes qui lui donnent sens (Kouvouama A., 2016), nous interrogerons les façons de les vivre à l’aune de règles environnementales exogènes qui s’imposent à eux. Cela revient à poser un ensemble de questions, notamment celles de la place et de la participation des populations locales dans les prises de décision concernant l’écologie de leur territoire, ainsi que celles de l’identité et du bien commun ou encore du modèle économique dominant et de son émancipation comme autant d’enjeux. Nous porterons aussi un regard sur les utilités passées des écosystèmes aujourd’hui convoités et sur la possible réactivation de pratiques et usages les concernant. Nous conclurons ce séminaire par une table ronde sur le fait éducatif en écoutant et, nous l’espérons, en discutant des approches de l’éducation à l’environnement qui est aussi un objet de médiation entre l’homme et la nature.

Programme

8h15. Accueil des participants.
8h45. Accueil par M. Jacques Chopin maire de Saint Maurice. Présentation: MM. Pierre Dufourcq, président de la communauté de commune et Abel Kouvouama, professeur des Universités. Anthropologue ITEM.EA 3002. Directeur de recherche et de l’UFR Lettres, Langues, Sciences Humaines et Sports.
9h15-9h45. Mme Maria del Mar González Dueñas. Architecte et doctorante en géographie et aménagement du territoire. UPPA / UMR-PASSAGES, France et UPV/EHU / Institute HEGOA, Espagne :
«Les sociétés et leur milieux à travers l’aménagement : une approche de la question de « l’Intégration« ».
10h-10h30. Mme Mara Sierra Jimenez. Docteure en géographie, UPPA / PASSAGES  UMR 5319 – CNRS :
«Communautés d’habitants et gestion environnementale: l’exemple du parc amazonien de Guyane (Fr)».
15 mn questions + 15mn de pause.
11h-11h30.  M Rémy Berdou. Doctorant en anthropologie. UPPA / ITEM. EA 3002 : «Une idée du bien commun : entre conscience et utopie!».
11h30-12h. M Pr Robert Ziavoula. Géographe et Politologue. INALCO et Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques : «Territoire et territorialité : une question d’identité?».
15mn Questions
12h30. A table.
14h-14h30. M Idrissa Mané. Chercheur. Doctorant en anthropologie  UPPA / ITEM. EA 300 :
«Faire de nos campagnes des villes?».
14h30-15h. M Dominique Cunchinabe. ITEM. EA 3002. IGE Ecologie Historique et doctorant en anthropologie :
«Communautés paysannes et émancipation:co-construire une écologie locale».
15mn Questions + 15mn Pause
15h30-16h30. Table ronde. «Apprendre l’écologie – apprendre le territoire».
GRAINE Aquitaine. Réseau d’Education à l’Environnement- Ecole et Nature.
CPIE Seignanx-Adour. Centre Permanent des Initiatives à l’Environnement
Association Lagrange. Association locale d’éducation populaire.
Conseil Général des Landes. Service Environnement. Gestion des sites naturels.
16h30-17h15. Conclusion offerte au débat: MM Pr. Abel Kouvouama et Pr. Robert Ziavoula.
17h15. Clôture du séminaire et petite collation de départ.

 

Contacts :

M Dominique Cunchinabe. Coordination du projet de recherche en Pays- Grenadois. UPPA/ITEM. EA 3002. Bâtiment Institut Claude Laugénie. Avenue du Doyen Poplawski. Pau 64 000. Cunchinabe.dominique@univ-pau.fr
Tel : 06 88 12 05 19.
Mme Marylis Duluc. Coordinatrice tourisme, Culture et Patrimoine de la Communauté de Communes du Pays Grenadois.
Grenade sur l’Adour 40 270.
Tel : 05 58 45 45 98.

« Viollet-le-Duc, à la découverte des Pyrénées en 1833 »

La Société des Sciences des Lettres et Arts de Pau et du Béarn
a le plaisir de vous inviter à la conférence de
Viviane DELPECH
docteur en histoire de l’art
Université de Pau et des Pays de l’Adour/Société d’Études Basques
« Viollet-le-Duc à la découverte des Pyrénées en 1833 »
le samedi 5 mars à 11 heures
à l’auditorium de la médiathèque André-Labarrère,
place Marguerite Laborde à Pau

Affiche conf. V. Delpech

Leader charismatique du mouvement néogothique et restaurateur de nombreux édifices médiévaux au XIXe siècle, Viollet-le-Duc se distingua de ses confrères par sa formation anti académique. Issu d’un milieu engagé dans la réhabilitation du patrimoine médiéval, il fut rapidement sensibilisé à la vogue élitiste du voyage pittoresque invitant à découvrir les confins de la France à travers ses paysages, son architecture et ses populations rurales. Encouragé par son père et son oncle, il prit la route des Pyrénées, en 1833, dans le but de découvrir une altérité proche, incarnée par une nature dépaysante et des identités locales fortes souvent bien étrangères à celle, mondaine, de la capitale. Ce voyage de plusieurs mois donna lieu à plus d’une centaine de représentations paysagères, depuis le Pays basque jusqu’à la frontière aragonaise, complétées, dans son journal, par les descriptions pittoresques de la population locale. Ces oeuvres richissimes proposent un apport notable en termes de géographie historique et d’histoire de l’art. Dressant un état des lieux de l’environnement pyrénéen en 1833, elles dévoilent la vision ambiguë du jeune Viollet-le-Duc à propos du paysage, mu, comme son époque, entre scientisme et le romantisme.

Couverture: Cauterets, cascade au dessus du pont d’Espagne, Viollet-le-Duc, aquarelle, 1833. Conservé à Charenton-le-Pont, Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine. ©Ministère de la Culture – Médiathèque du Patrimoine, Dist. RMN-Grand Palais / image Médiathèque du Patrimoine

Appel à communication « Pays pyrénéens et environnement », Bagnères-de-Bigorre, 12-14 juin 2015

A l’occasion du cent cinquantenaire de la fondation de la Société Ramond, le 62e congrès de la Fédération historique Midi-Pyrénées se tiendra à Bagnères-de-Bigorre du 12 au 14 juin 2015.
Le sujet est Pays pyrénéens et environnement. Le congrès vise à réunir, dans une perspective largement interdisciplinaire, tous les chercheurs sur l’histoire de l’environnement de la chaîne pyrénéenne et son piedmont. Sont particulièrement attendues les contributions qui s’attacheront à l’étude des jeux d’échelles temporels et spatiaux, des interactions homme/nature, longue durée/événement, montagne/piedmont, voire des relations ou comparaisons entre Pyrénées et régions de montagne plus lointaines.

Les thèmes d’études, largement ouverts à tous les chercheurs (naturalistes, géographes, archéologues, historiens, anthropologues, juristes, historiens de l’art, etc.) sont les suivants:
1. Les données naturelles. Géologie et géomorphologie ; climat ; risques naturels (séismes, inondations…) ; évolution des paysages ; biodiversité : faune et flore.
2. L’occupation de l’espace. Peuplement et mouvements de population ; villes et villages ; axes et moyens de communication.
3. L’exploitation des ressources naturelles. Pastoralisme, forêts, mines et carrières, énergie, notamment hydraulique ; tourisme, thermalisme…
4. Les politiques de l’environnement : actions et réactions. Des communautés d’habitants à l’État ou à l’Europe, l’on s’attachera à étudier l’histoire de l’action des pouvoirs en matière d’aménagement et de protection de la nature, et les réactions qui en ont découlé.
5. Découvertes et représentations. Découverte de la montagne et des paysages, représentation de la nature sauvage ou domestiquée dans les lettres, les sciences ou les arts (photographie, peinture, littérature…).
Lien vers la fiche pour proposer une communication à envoyer avant le 25 janvier 2015
Résumé en 15-20 lignes (1500 signes) de la communication : à joindre à cette fiche sous le nom de l’auteur.
Les résumés des communications retenues par le comité scientifique seront édités en un fascicule qui sera distribué aux congressistes au début du congrès. Les communications se feront en français et ne devront pas dépasser 25 minutes. Alternativement on pourra afficher des « posters » dont les présentations orales ne devront pas dépasser 5 minutes.
À l’issue du congrès, un comité de lecture sera mis en place afin de prévoir dans les meilleurs délais la publication de ses actes. Le texte de votre communication devra parvenir à la Fédération, sous forme numérique (pas plus de 30 000 signes + les illustrations), avant le 30 septembre 2015.