Archives par mot-clé : patrimoine culturel immatériel

Colloque TCV-PYR/FEDER

Thermalisme et patrimoines dans les zones de montagne en Europe du XVIIIe au XXIe siècle

13-14 juin 2019 : Université de Pau et des Pays de l’Adour (9h00-18h00)

15 juin 2019 :  Visite du site des Eaux-Bonnes (10h30-15h30)

Ce premier colloque international organisé dans le cadre du programme de recherche FEDER TCV-PYR par les Universités de Pau et des Pays de l’Adour, Toulouse Jean – Jaurès et Perpignan Via Domitia, s’intéresse au patrimoine thermal et de villégiature de montagne en Europe du XVIIIe siècle à nos jours.


Le thermalisme contemporain se développe en effet dans les zones de montagne à la fin du XVIIIe siècle, lorsque les préoccupations thérapeutiques, renouvelées par le vitalisme, se doublent d’un engouement sans précédent pour les spectacles de la nature qui touche alors à l’âme. Ce thermalisme, à la clientèle parfois mondaine s’ouvre aussi aux militaires et aux indigents. Il s’épanouit au XIXesiècle comme le prouve la multiplication de sites à différentes échelles. Après la Première Guerre mondiale, sous l’action des médecins et dans le but de gagner en crédit dans un contexte de révolution de la médecine clinique et chimique, le thermalisme se réoriente vers une offre plus médicalisée et une clientèle moins fortunée. Ce mouvement est amplifié à partir de 1947 et la progressive généralisation de la prise en charge des cures par les assurances maladies. Mais l’âge d’or est passé laissant place à une période de crise ces dernières décennies. Pour y répondre, le thermalisme tente de diversifier son offre et de reconquérir une image plus ludique. Entre-temps, dès le début du XXe siècle, est venue se greffer une activité hivernale grâce aux sports d’hiver.


Dans un milieu montagnard contraint (géographie, climat, risques), l’activité thermale a marqué la morphologie urbaine qui a pu prendre des formes originales en comparaison d’autres villes à la même époque. Cependant, l’impression d’unité qui se dégage découle de la rigueur d’organisation dont elles ont fait l’objet, parfois précocement, le plus souvent au prix d’emprunts massifs : ce sont des villes nouvelles bâties autour des thermes et en fonction des paysages alentours. Des paysages qui guident l’urbanisation et que divers aménagements visent à faire fructifier, que l’on songe aux parcs, aux promenades, aux belvédères, aux routes, aux chemins de fer, aux refuges ou encore aux hôtels des voyageurs et plus généralement à l’architecture qui invite à l’évasion. En effet, le phénomène du thermalisme génère une architecture privée et publique qui a ses spécificités locales et régionales mais qui s’insère dans la réception de modèles nationaux voire cosmopolites. C’est sans doute cette organisation précoce mais aussi les solutions trouvées aux problèmes techniques, sociaux, financiers et écologiques posés par le thermalisme et par l’accueil et l’organisation des loisirs des visiteurs, qui font l’originalité des sites thermaux et touristiques et déterminent toujours une part de leur attractivité. Des patrimoines spécifiques ce sont ainsi développés, qui témoignent et participent du changement des interrelations entre les sociétés et leurs environnements.

Ce colloque propose d’étudier les liens entre le développement du thermalisme et l’essor de patrimoines spécifiques qui lui sont liés du XVIIIe siècle à nos jours, à l’échelle des montagnes européennes autour de quatre axes
spécifiques :

1. Le patrimoine bâti

Autant que l’architecture des établissements thermaux et des aménagements qu’ils génèrent (en matière de gestion de l’eau par exemple) qui pourront faire l’objet de communications spécifiques, c’est au cadre de la ville thermale que s’intéressera le colloque, notamment autour des approches globales en matière d’urbanisme des cités balnéaires en montagne et de toutes les constructions accessoires aux thermes, mais indispensables à la vie de société : casino, kiosques à musique, cafés, villas, parcs (urbains ou non), lieux de promenade, édifices religieux, hôtels, espaces ludiques, etc. Il est bien sûr permis ici de s’interroger sur les acteurs, publics et privés, de ces équipements, sur leurs attentes, leurs logiques, leurs réseaux et les éventuels conflits engendrés pour définir l’aménagement légitime d’un site. La circulation de modèles architecturaux, les influences théoriques et formelles reçues par l’architecture liée au thermalisme, les réseaux professionnels d’architectes et de bâtisseurs concernés pourront aussi être explorés.

2. Le Patrimoine culturel immatériel (PCI)

Le PCI renvoie ici aux pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire –ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés– que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus
reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel et qui sont encore vivants. Il s’agira ici de proposer des communications sur les éléments du PCI qui sont liés à la villégiature thermale, à savoir des pratiques autour desquelles curistes
et habitants des espaces de montagne se retrouvent : fêtes spécifiques, pratiques médicales, cérémonies religieuses (processions etc.), pratiques et événements sportifs (alpinisme ou « pyrénéisme », Tour de France), qui perdurent toujours aujourd’hui. Il sera possible aussi de s’interroger ici sur les usagers des cités thermales en tant que récepteurs et créateurs d’imaginaires culturels pour et mieux comprendre les relations entre public local et public international.

3. L’impact de la villégiature thermale sur l’aménagement des montagnes et la transformation des paysages

Le colloque souhaite aussi s’intéresser aux transformations paysagères induites par les aménagements thermaux. La villégiature qu’engendre le thermalisme ou plus récemment les activités balnéo-thermales exploite de nouveaux besoins prophylactiques et esthétiques puisés dans les montagnes, il crée dans le même mouvement un nouveau patrimoine paysager et conduit aussi à transformer ces paysages et le regard qu’on leur porte. La patrimonialisation de l’environnement thermal et de ses traces dans le paysage est toujours en jeu aujourd’hui et pose de nouvelles questions aux acteurs des territoires qui sont souvent confrontés à la crise de ces espaces et/ou à la naissance de “friches” thermales. De leur apparition à leurs transformations plus contemporaines et aux effets qu’elles induisent sur l’aménagement local, le colloque souhaite promouvoir des approches par le temps long incluant des problématiques très contemporaines en matière de reconversion, de réhabilitation, de développement durable et de contraintes environnementales.

4. Valoriser le patrimoine thermal

Enfin, le colloque s’interrogera sur l’héritage très contemporain de ces patrimoines et de leur valorisation. Outre les difficultés propres à l’inventaire, aux problématiques de la conservation et de la transformation de ces espaces –très différentes d’un territoire à l’autre à l’échelle européenne–, c’est aussi la valorisation de ces héritages qui sera questionnée : développement d’une économie thermo-balnéo-touristique, création d’événements culturels, valorisation par les nouvelles technologies numériques. Ce dernier point sera particulièrement développé.

Contacts: item @ univ-pau.fr ou secretariat-item@univ-pau.fr

En savoir plus : http://tcvpyr.iutbayonne.univ-pau.fr/

Marquer, modeler, manipuler, énoncer

Journée d’étude “Marquer, modeler, manipuler, énoncer: actes du quotidien et protection symbolique”

Le 8 mars 2019

Cette journée d’étude abordera quelques points anthropologiques sur la façon de nommer l’espace de vie et de le protéger par des gestes, des éléments architecturaux ou par des végétaux.

Associé à ces lieux symboliquement construits la “manipulation” du temps, par des expressions festives, permet l’intégration de classes d’âge à l’espace social.

Journée d’étude organisée dans le cadre du programme européen Feder TCV-PYR.

Contacts :

patricia.heiniger-casteret @ univ-pau.fr

mathilde.lamothe @ univ-pau.fr

Programme

10h – Introduction à la journée

10h30 – “La protection du serpent : le motif de la rampe d’escalier” Dominique Cunchinabe (Chercheur indépendant, doctorant en anthropologie, UPPA- ITEM EA 3002)

14h – “Les stratégies de protection symbolique de la maison” Mathilde Lamothe  (Ingénieur de recherche projet FEDER TCV-PYR, Chargée de mission inventaire du patrimoine culturel immatériel UPPA-ITEM EA 3002)

15h – “Les signes protecteurs dans le rite du feu de la Saint-Jean”Patricia Heiniger-Castéret (Maitre de conférence en anthropologie, Responsable de l’axe Patrimoine culturel immatériel en Aquitaine, UPPA-ITEM EA 3002)

Journées de formation au Patrimoine Culturel Immatériel

Du 18 février 2019 au 22 février 2019

Le Laboratoire ITEM de l’UPPA, l’Ethnopôle InOc Aquitaine (Opérateur régional pour l’occitan, Pôle national de recherches et de ressources en ethnologie, ONG expert PCI auprès de l’UNESCO) et la Direction générale des patrimoines du Ministère de la Culture et de la Communication, en association avec le Parc National des Pyrénées, organisent des journées de formation sur le Patrimoine culturel immatériel.

Vivant et contemporain le Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) comprend, selon la convention de l’UNESCO qui lui est dédiée (2003), les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire – ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés – que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel. Ce patrimoine culturel immatériel, transmis de génération en génération, est recréé en permanence par les communautés et groupes en fonction de leur milieu, de leur interaction avec la nature et de leur histoire, et leur procure un sentiment d identité et de continuité contribuant ainsi à promouvoir le respect de la diversité culturelle et la créativité humaine.


Des arcanes de l’UNESCO et du Ministère de la Culture à l’enquête de terrain ; de la rédaction de fiches d’inventaire à l’élaboration d’un dossier de labellisation ; de la réalisation d’archives brutes à leur valorisation via les outils numériques (sites, réseaux sociaux) ; cette formation abordera les questions d’inventaire et de sauvegarde du PCI tant aux plans théoriques que pratiques.


Le patrimoine culturel immatériel imposant une expertise partagée entre praticiens, chercheurs et institutions patrimoniales, cette co-construction sera mise à l’épreuve des territoires de montagne qui constitueront, cette année, le terrain vivant d’expérimentation de cette semaine de formation.


La formation se déroulera :
Du lundi 18 au vendredi 22 février 2019 en Vallée d’Ossau, au Village Vacances Arriu Mage, 1 Rue Marc Debaigt, 64260 Bielle.


Inscription avant le 13 février 12h:
r.berdou @ in-oc.org

Quand les pratiques rentrent dans le patrimoine

Problèmes et méthodes

Le 7 décembre 2018

Salle du conseil, bâtiment LLSHS, UPPA Pau.

Journée d’étude coordonnée par Patricia Heiniger-Castéret et Mathilde Lamothe dans le cadre du programme FEDER TCV-PYR

Le patrimoine culturel immatériel engage les chercheurs, qu’ils soient universitaires ou issus des métiers du patrimoine, à observer les pratiques vivantes sous l’angle de la patrimonialisation.

Cette construction en œuvre doit être questionnée à partir du chercheur comme du praticien, par ailleurs l’action culturelle, elle, s’appuie sur les données produites pour créer des outils de valorisation.  

Cette journée d’étude, à travers différents terrains et exemples, abordera ces axes de questionnements.

Appel à communication – Colloque international TCVPYR

Date limite de propositions : 15 janvier 2019

Thermalisme et patrimoines dans les zones de montagne en Europe du XVIIIe au XXIe siècles

Ce premier colloque international organisé dans le cadre du programme de recherche FEDER TCV-PYR par les Universités de Pau et des Pays de l’Adour, Toulouse Jean – Jaurès et Perpignan Via Domitia, s’intéresse au patrimoine thermal et de villégiature de montagne en Europe du XVIIIe siècle à nos jours.

Le thermalisme contemporain se développe en effet dans les zones de montagne à la fin du XVIIIe siècle, lorsque les préoccupations thérapeutiques, renouvelées par le vitalisme, se doublent d’un engouement sans précédent pour les spectacles de la nature qui touche alors à l’âme. Ce thermalisme, à la clientèle parfois mondaine s’ouvre aussi aux militaires et aux indigents. Il s’épanouit au XIXesiècle comme le prouve la multiplication de sites à différentes échelles. Après la Première Guerre mondiale, sous l’action des médecins et dans le but de gagner en crédit dans un contexte de révolution de la médecine clinique et chimique, le thermalisme se réoriente vers une offre plus médicalisée et une clientèle moins fortunée. Ce mouvement est amplifié à partir de 1947 et la progressive généralisation de la prise en charge des cures par les assurances maladies. Mais l’âge d’or est passé laissant place à une période de crise ces dernières décennies. Pour y répondre, le thermalisme tente de diversifier son offre et de reconquérir une image plus ludique. Entre-temps, dès le début du XXe siècle, est venue se greffer une activité hivernale grâce aux sports d’hiver.

Dans un milieu montagnard contraint (géographie, climat, risques), l’activité thermale a marqué la morphologie urbaine qui a pu prendre des formes originales en comparaison d’autres villes à la même époque. Cependant, l’impression d’unité qui se dégage découle de la rigueur d’organisation dont elles ont fait l’objet, parfois précocement, le plus souvent au prix d’emprunts massifs : ce sont des villes nouvelles bâties autour des thermes et en fonction des paysages alentours. Des paysages qui guident l’urbanisation et que divers aménagements visent à faire fructifier, que l’on songe aux parcs, aux promenades, aux belvédères, aux routes, aux chemins de fer, aux refuges ou encore aux hôtels des voyageurs et plus généralement à l’architecture qui invite à l’évasion. En effet, le phénomène du thermalisme génère une architecture privée et publique qui a ses spécificités locales et régionales mais qui s’insère dans la réception de modèles nationaux voire cosmopolites. C’est sans doute cette organisation précoce mais aussi les solutions trouvées aux problèmes techniques, sociaux, financiers et écologiques posés par le thermalisme et par l’accueil et l’organisation des loisirs des visiteurs, qui font l’originalité des sites thermaux et touristiques et déterminent toujours une part de leur attractivité. Des patrimoines spécifiques ce sont ainsi développés, qui témoignent et participent du changement des interrelations entre les sociétés et leurs environnements.

L’appel à communication propose d’étudier les liens entre le développement du thermalisme et l’essor de patrimoines spécifiques qui lui sont liés du XVIIIe siècle à nos jours, à l’échelle des montagnes européennes autour de quatre axes
spécifiques :

1. Le patrimoine bâti

Autant que l’architecture des établissements thermaux et des aménagements qu’ils génèrent (en matière de gestion de l’eau par exemple) qui pourront faire l’objet de communications spécifiques, c’est au cadre de la ville thermale que s’intéressera le colloque, notamment autour des approches globales en matière d’urbanisme des cités balnéaires en montagne et de toutes les constructions accessoires aux thermes, mais indispensables à la vie de société : casino, kiosques à musique, cafés, villas, parcs (urbains ou non), lieux de promenade, édifices religieux, hôtels, espaces ludiques, etc. Il est bien sûr permis ici de s’interroger sur les acteurs, publics et privés, de ces équipements, sur leurs attentes, leurs logiques, leurs réseaux et les éventuels conflits engendrés pour définir l’aménagement légitime d’un site. La circulation de modèles architecturaux, les influences théoriques et formelles reçues par l’architecture liée au thermalisme, les réseaux professionnels d’architectes et de bâtisseurs concernés pourront aussi être explorés.

2. Le Patrimoine culturel immatériel (PCI)

Le PCI renvoie ici aux pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire –ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés– que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel et qui sont encore vivants. Il s’agira ici de proposer des communications sur les éléments du PCI qui sont liés à la villégiature thermale, à savoir des pratiques autour desquelles curistes
et habitants des espaces de montagne se retrouvent : fêtes spécifiques, pratiques médicales, cérémonies religieuses (processions etc.), pratiques et événements sportifs (alpinisme ou « pyrénéisme », Tour de France), qui perdurent toujours aujourd’hui. Il sera possible aussi de s’interroger ici sur les usagers des cités
thermales en tant que récepteurs et créateurs d’imaginaires culturels pour et mieux comprendre les relations entre public local et public international.

3. L’impact de la villégiature thermale sur l’aménagement des montagnes et la transformation des paysages

Le colloque souhaite aussi s’intéresser aux transformations paysagères induites par les aménagements thermaux. La villégiature qu’engendre le thermalisme ou plus récemment les activités balnéo-thermales exploite de nouveaux besoins prophylactiques et esthétiques puisés dans les montagnes, il crée dans le même mouvement un nouveau patrimoine paysager et conduit aussi à transformer ces paysages et le regard qu’on leur porte. La patrimonialisation de l’environnement thermal et de ses traces dans le paysage est toujours en jeu aujourd’hui et pose de nouvelles questions aux acteurs des territoires qui sont souvent confrontés à la crise de ces espaces et/ou à la naissance de “friches” thermales. De leur apparition à leurs transformations plus contemporaines et aux effets qu’elles induisent sur l’aménagement local, le colloque souhaite promouvoir des approches par le temps long incluant des problématiques très contemporaines en matière de reconversion, de réhabilitation, de développement durable et de contraintes environnementales.

4. Valoriser le patrimoine thermal

Enfin, le colloque s’interrogera sur l’héritage très contemporain de ces patrimoines et de leur valorisation. Outre les difficultés propres à l’inventaire, aux problématiques de la conservation et de la transformation de ces espaces –très différentes d’un territoire à l’autre à l’échelle européenne–, c’est aussi la valorisation de ces héritages qui sera questionnée : développement d’une économie thermo-balnéo-touristique, création d’événements culturels, valorisation par les nouvelles technologies numériques. Ce dernier point sera particulièrement développé.

Dates et lieu

Jeudi 13 et vendredi 14 juin 2019 à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (Pau)
Il sera prolongé samedi 15 juin par une visite du site thermal des Eaux-bonnes (64) ou/ et d’une pratique autour du Patrimoine culturel immatériel liée à l’agropastoralisme (transhumance)

Langues du colloque

Français, anglais, espagnol.Les actes seront publiés. Les articles seront à rendre, délais de rigueur, pour le 1er septembre 2019.
Site internet du FEDER TCV-PYR: http://tcvpyr.iutbayonne.univ-pau.fr/

Les propositions sont à envoyer avant le 15 janvier 2019 conjointement à :

laurent.jalabert@univ-pau.fr

nicolas.meynen @ univ-toulouse2.fr

castaner@univ-perp.fr

Directeurs du colloque

– Estéban Castaner, Professeur à l’Université de Perpignan, CRESEM (EA 7397)
– Laurent Jalabert, Professeur à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, ITEM (EA3002)
– Nicolas Meynen, MCF à l’Université Toulouse – Jean Jaurès, FRAMESPA (UMR 5136-CNRS)

Comité d’organisation

Patricia Casteret (UPPA), Roland Chabbert (Conseil régional d’ Occitanie), Éric Cron (Conseil régional de Nouvelle Aquitaine), Steeve Hagimont (UT2J), Pascal Julien (UT2J), Philippe Roose (UPPA), Philippe Valette (UT2J)

Eaux-Bonnes. Patrimoine et villégiature thermale

Projet européen TCV-PYR. Conférence de restitution de travaux

Le 11 octobre 2018

Dans le cadre du programme de recherche européen FEDER TCV-PYR, les laboratoires ITEM et LIUPPA de l’UPPA entreprennent la réalisation d’un inventaire du patrimoine de villégiature et thermal dans le massif pyrénéen français depuis les temps modernes jusqu’à nos jours. Lancé fin 2017 en collaboration avec les régions Occitanie-Méditerranée et Nouvelle-Aquitaine et les universités de Toulouse Jaurès et Perpignan, le projet implique une douzaine de chercheurs et cinq post-doctorants. Il s’insère dans un axe sur le développement de la connaissance et de la fréquentation des Pyrénées à travers leurs atouts patrimoniaux et relève du travail de l’inventaire du patrimoine architectural et immatériel.

Un premier inventaire du patrimoine d’Ax-les-Thermes a été présenté publiquement le 14 septembre dernier par Anaïs Comet (Université Toulouse Jean Jaurès). Le 11 octobre, Viviane Delpech et Mathilde Lamothe, chercheurs au laboratoire ITEM, évoqueront la station thermale des Eaux-Bonnes, son développement, la richesse de son patrimoine bâti et paysager ainsi que les pratiques culturelles locales qui y sont liées :

Viviane Delpech « Grandeur et décadence d’une ville d’eaux impériale »

Depuis leur fondation légendaire et leur statut d’eaux d’arquebusades jusqu’à leur essor spectaculaire sous le Second Empire, les Eaux-Bonnes doivent exclusivement leur raison d’être à l’activité thermale. Tout au long du XIXe siècle, l’exploitation des eaux, d’abord pratiquée au sein de petits cabanons rudimentaires, y génère un original développement urbain associant les prérogatives haussmanniennes et les résurgences de l’architecture vernaculaire, la modernité et l’héritage local, au cœur d’un cadre naturel pittoresque plébiscité par les esprits romantiques. L’inventaire du patrimoine bâti a permis de retracer l’histoire de cette cité singulière au sommet de sa gloire dans les années 1870-1880, affectionnée par l’impératrice Eugénie et déclinant après la Seconde Guerre mondiale. Témoin matériel d’un passé prestigieux, son riche quoique vieillissant patrimoine bâti, qu’il s’agisse des constructions publiques ou privées, des décors ou des aménagements paysagers, nécessite désormais d’être reconnu et valorisé afin de rendre sa splendeur à cette ville d’eaux impériale.

Mathilde Lamothe « Usages et pratiques culturelles d’hier à aujourd’hui »

Les usages et pratiques culturelles, autrement dit le patrimoine culturel immatériel, des communautés montagnardes sont décrites par les voyageurs et curistes qui viennent à la station thermale des Eaux-Bonnes depuis le XIXe siècle. Ces observateurs fournissent une importante documentation écrite ou iconographique – à travers les lithographies, cartes postales, récits de voyage, affiches publicitaires des compagnies de chemin de fer, etc. – sur ces activités qui existaient à l’époque et conservent encore aujourd’hui leur sens social comme les transhumances, les « danses ossaloises » ou les savoirs naturalistes liés aux plantes ou aux eaux curatives. C’est d’ailleurs parfois ce regard extérieur porté sur ces expressions culturelles qui a pu faire vivre ces dernières au sein des communautés locales, en favorisant la construction d’un sentiment d’identité ou d’un discours sur elles-mêmes.

11 octobre 2018 – 18h00 – Casino des Eaux-Bonnes (64) – entrée libre

Contact : 05 59 05 32 69

Télécharger le «Carton d’invitation Eaux Bonnes.jpg» (298.3 KB)

Symbolique et personnages du carnaval Biarnes par P. Heiniger-Casteret

Un entretien par Richard Le Coz tout en occitan avec Patricia Heiniger Castéret, maître de conférences à l’UPPA (Pau) sur la symbolique du Carnaval Béarnais et de ses personnages :

https://fr-fr.facebook.com/100008847760227/videos/1797381663900075/UzpfSTIwNDkyMDkxMjk3ODA0MjoxMTM5NTQwODg5NTE2MDM1/

 

Journées de formation au Patrimoine Culturel Immatériel

Organisées par le Laboratoire ITEM de l’UPPA dans le cadre du programme FEDER TCVPYR, l’Ethnopôle InOc Aquitaine, la
Direction générale des patrimoines du Ministère de la Culture
En partenariat avec la CCI Pau-Béarn

Du lundi 12 au vendredi 16 février 2018
Ouvertes à tous sur inscription

Le Laboratoire ITEM de l’UPPA, l’Ethnopôle InOc Aquitaine (Opérateur régional pour l’occitan, Pôle national de recherches et de ressources en ethnologie, ONG expert PCI auprès de l’UNESCO) et la Direction générale des patrimoines du Ministère de la Culture, en association avec la CCI Pau-Béarn, organisent des journées de formation sur le Patrimoine culturel immatériel.

Vivant et contemporain le Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) comprend, selon la convention de l’UNESCO qui lui est dédiée (2003), les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire – ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés – que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel. Ce patrimoine culturel immatériel, transmis de génération en génération, est recréé en permanence par les communautés et groupes en fonction de leur milieu, de leur interaction avec la nature et de leur histoire, et leur procure un sentiment d’identité et de continuité, contribuant ainsi à promouvoir le respect de la diversité culturelle et la créativité humaine.

Des arcanes de l’UNESCO et du Ministère de la Culture à l’enquête de terrain ; de la rédaction de fiches d’inventaires à l’élaboration d’un dossier de labellisation ; de la réalisation d’archives brutes à leur valorisation via les outils numériques (sites, réseaux sociaux) ; cette formation abordera les questions d’inventaire et de sauvegarde du PCI tant aux plans théoriques que pratiques.
Le patrimoine culturel immatériel imposant une expertise partagée entre praticiens, chercheurs et institutions patrimoniales, cette co-construction sera mise à l’épreuve des savoir-faire des entreprises artisanales qui constitueront, cette année, le terrain vivant d’expérimentation de cette semaine de formation.

La formation se déroulera :
du lundi 12 au mercredi 14 à midi à la CCI Pau-Béarn, 21 rue Louis Barthou, 64000 Pau
du mercredi 14 après-midi au vendredi 16 à l’InOc Aquitaine, Château d’Este, Avenue de la Pléiade, 64140 Billère.

Inscription :
e.sabes@in-oc.org

Télécharger le programme des Journées de formation au PCI

In Situ : PCI et institutions patrimoniales

In Situ. Revue des patrimoines offre à l’ensemble des professionnels du patrimoine un organe de diffusion des résultats de leurs travaux portant sur la connaissance, la conservation et la valorisation du patrimoine. Elle favorise les échanges entre les différents acteurs et les différentes disciplines de la recherche appliquée au patrimoine et met à disposition du public les nouvelles connaissances sur le patrimoine.

Le dernier numéro  (https://insitu.revues.org/) est consacré au Patrimoine culturel immatériel et aux institutions patrimoniales.


L’ introduction présente le champ de la recherche au niveau national où s’inscrit le laboratoire ITEM.

Deux articles de deux chercheurs du laboratoire présentent les outils de valorisation de la recherche mis en place pour cette nouvelle catégorie patrimoniale:

– Jean-Jacques Castéret
Le numérique comme « lieu » de la sauvegarde du Patrimoine culturel immatériel


– Lucia Bienvenu et Patricia Heiniger-Casteret
« (Extra)ordinaire quotidien » : exposer le patrimoine culturel immatériel

Inauguration de PCILab au ministère de la Culture

Porté par l’ethnopôle InOc Aquitaine en partenariat avec le laboratoire ITEM de l’UPPA, sous maîtrise d’ouvrage de la Direction générale des patrimoines du Ministère de la culture et de la communication, le projet PciLab a pour objectif la valorisation publique de l’Inventaire français du Patrimoine culturel immatériel, en explorant les possibilités aujourd’hui offertes par le web sémantique (web 3.0).

Il a été officiellement mis en ligne le 03 octobre 2017 au Ministère de la culture : https://www.pci-lab.fr/

Le site web PCILab valorise les 385 pratiques et savoir-faire inscrits à l’Inventaire français dont 15 inscrits sur les listes de l’Unesco. Dans un contexte de diversité culturelle et linguistique, il propose une nouvelle forme de navigation afin de restituer au mieux toute la richesse des pratiques et des savoir-faire. Il expérimente en outre la collaborativité à travers le Projet PCI de l’encyclopédie libre et collaborative Wikipédia.

À l’occasion de cette présentation, une journée de sensibilisation et de contribution à Wikipédia, en français et dans diverses langues de France (occitan, basque, breton, créole, kanak…) est organisée au ministère de la Culture en direction des acteurs du PCI et des wikimédiens, en partenariat avec le Département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique et Wikimédia France.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Projet:Edit-a-thon_PciLab

Les savoir-faire du cognac

Le Pôle Territorial Ouest Charente – Pays du Cognac initie, depuis 2012, une réflexion autour d’une candidature du vignoble cognaçais au patrimoine mondial de l’UNESCO.

Suite aux conclusions d’une étude de faisabilité, il apparaît très clairement qu’une opportunité se présente autour d’une candidature des savoir-faire liés à la production du cognac sur la liste du patrimoine immatérielle de l’UNESCO encadrée par la convention de 2003. Le cognac et ses savoir-faire associés représentent un héritage de nombreuses générations et un patrimoine qui définit l’identité même de notre territoire.

Cette candidature est une formidable opportunité d’accéder à une reconnaissance internationale de cette richesse artisanale et une manière indirecte d’honorer le travail accompli par les générations précédentes. A force d’expériences, de réussites et d’échecs, de gestes répétés sans cesse pendant des années, ces savoir-faire que perpétués aujourd’hui sont au cœur d’un produit unique, reconnu à travers le monde et la fierté de tout un territoire.

L’ association “Les Savoir-faire du cognac”, présidée par Jérôme Sourisseau, a organisé le lundi 24 avril 2017 une rencontre autour de la démarche de candidature au patrimoine immatériel de l’UNESCO dans la rubrique “bonnes pratiques”. Une grande collecte de documents liés au savoir-faire du cognac est lancée.

Mathilde Lamothe est intervenue lors de cette rencontre pour présenter le cadre de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’Unesco (2003) et l’inventaire français du patrimoine culturel immatériel, aux côtés d’autres acteurs locaux qui portent le projet (élus, viticulteurs, directeurs d’office de tourisme, etc.)

Voir la vidéo :

Film-documentaire sur la classe de Saint-Sever

 

Mathilde Lamothe-Castagnous, Docteure en ethnologie et patrimoine, est l’auteure un film-documentaire sur la classe de Saint-Sever, court-métrage réalisé dans le cadre du projet de recherche « Le patrimoine culturel immatériel à la croisée des patrimoines » porté par Patricia Heiniger-Castéret, laboratoire ITEM EA 3002, Université de Pau et des Pays de l’Adour.


La présentation du travail et la projection aura lieu le samedi 25 février à 18h au cinéma Média7 de Saint-Sever.

Résumé:

Tous les ans, la « classe » regroupe les jeunes de 18 ans de la communauté de communes du Cap de Gascogne pour participer aux fêtes de la Saint-Jean. Cette pratique est issue du système des conscrits dans lequel les hommes faisaient souvent une fête avant leur départ pour l’armée. Désormais devenu un rite annuel mêlant garçons et filles, les jeunes occupent une place centrale dans l’animation des fêtes patronales. Le film-documentaire La classe de Saint-Sever (40 min) retrace les étapes jalonnant ces préparatifs jusqu’aux fêtes en juin, tout en rappelant l’évolution et le poids culturel de ce « rite de passage » qui marque les générations d’habitants de Saint-Sever et des alentours.

Voir le lien Youtube de l’UPPA :

https://www.youtube.com/watch?v=6Cs24qHA2Sc

Journées de formation au Patrimoine Culturel Immatériel

Du mardi 21 au vendredi 24 février 2017
Ouvertes à tous sur inscription

Le Laboratoire ITEM de l’UPPA, l’Ethnopôle InOc Aquitaine (Opérateur régional pour l’occitan, Pôle national de recherches et de ressources en ethnologie, ONG expert PCI auprès de l’UNESCO) et la Direction générale des patrimoines du Ministère de la Culture et de la Communication, en association avec le Carnaval Biarnés, organisent des journées de formation sur le Patrimoine culturel immatériel.
Vivant et contemporain le Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) comprend, selon la convention de l’UNESCO qui lui est dédiée (2003), les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire – ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés – que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel. Ce patrimoine culturel immatériel, transmis de génération en génération, est recréé en permanence par les communautés et groupes en fonction de leur milieu, de leur interaction avec la nature et de leur histoire, et leur procure un sentiment d’identité et de continuité, contribuant ainsi à promouvoir le respect de la diversité culturelle et la créativité humaine.
Des arcanes de l’UNESCO et du Ministère de la Culture à l’enquête de terrain ; de la rédaction de fiches d’inventaires à l’élaboration d’un dossier de labellisation ; de la réalisation d’archives brutes à leur valorisation via les outils numériques (sites, réseaux sociaux) ; cette formation abordera les questions d’inventaire et de sauvegarde du PCI tant aux plans théoriques que pratiques.
Le Patrimoine culturel immatériel imposant une expertise partagée entre praticiens, chercheurs et institutions patrimoniales, cette co-construction sera mise à l’épreuve du Carnaval Biarnés qui constituera, cette année, le terrain vivant d’expérimentation de cette semaine de formation.
La formation se déroulera au siège de l’InOc Aquitaine, Château d’Este, Avenue de la Pleiade, 64140 Billère.
Ouverte à tous sur inscription : joelle.sauces@univ-pau.fr / m.larche@in-oc.org

capture

PROGRAMME

Mardi 21 février

9h00 -12h00
Introduction aux journées
Patricia Heiniger-Casteret (ITEM-UPPA)
Jean-Jacques Casteret(Directeur de l’Ethnopôle InOc Aquitaine)
« La Convention de l’Unesco pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel»
Pierre Bois (Ethnomusicologue, ancien membre de l’organe consultatif à la convention du PCI)
14h – 18h

– « Les outils nationaux et internationaux »
Sylvie Grenet-Coye (Chargée de mission pour le Patrimoine culturel immatériel et le Patrimoine Ethnologique, Ministère de la culture, Direction Générale des Patrimoines, Département du Pilotage de la Recherche et de la politique Scientifique)
– « Patrimoine culturel immatériel et expressions festives »
Laurent-Sébastien Fournier (AMU-IDEMEC)

Mercredi 22 février

9h00 -12h00
– « L’inventaire du Patrimoine culturel immatériel et ses méthodes »
Patricia Heiniger-Casteret (ITEM-UPPA)
Jean-Jacques Casteret (Directeur de l’Ethnopôle InOc Aquitaine)
– « Outils de valorisation numérique du patrimoine culturel immatériel »
Mélanie Larché (Ethnopôle InOc Aquitaine)
14h – 18h
« Monter un dossier transfrontalier d’inscription UNESCO d’une pratique au Patrimoine culturel immatériel de l’Humanité : le cas des feux solsticiaux dans les Pyrénées centrales »
Joan Reguant (Coordonnateur national et international de plusieurs candidatures sur le patrimoine mondial et le Patrimoine culturel immatériel de l’Humanité à l’UNESCO)
– Table ronde « Gouvernance et PCI : l’exemple de Carnaval » animée par Sylvie Grenet-Coye (Direction Générale des Patrimoine) Cadres d’intervention des différentes collectivités (Association, Région, Dépt, Agglo)
Soir

-Rencontres avec :
Des bénévoles de carnaval
La troupe de théâtre
– Repérage des lieux du défilé

 Jeudi 23 février

9h00 -12h00
« L’exposition comme média de valorisation du PCI, mais quel type d’exposition ? »
Malika Boudellal (Ethno-Muséographe)
– « Soka ou comment exposer la transmission de la danse en pays basque»
Pantxoa Etxégoin (Directeur de l’Ethnopôle Institut Culturel Basque)
14h – 18h
Travaux de groupe :
– La méthodologie de l’enquête de terrain
– Les techniques de captation et de valorisation via les réseaux sociaux (Facebook, Périscope…)
– Préparation de pages Wikipédia Mathilde Lamothe, Mélanie Larché, Rémy Berdou (Docteur et Doctorants en anthropologie, ITEM-UPPA )

Soir
Mise en pratique :
Nuit de l’ours
– Conte théâtralisé « Jean de l’ours »
– Chasse à l’ours

Vendredi 24 février

9h00-12h00
Travaux de groupe :
– Traitement et classement des données
– Rédaction de fiches d’inventaire
– Choix des extraits photos, films et sons pour une intégration sur les outils de valorisation Sondaqui et PciLab
14h00-18h00
Suite des travaux de traitement des données
– Fin de rédaction des fiches
– Fin de traitements des documents audiovisuels
Conclusion des journées