Archives par mot-clé : patrimoine culturel immatériel

Colloque “Représentations festives sur les places publiques du Pays basque Nord. Où en sommes-nous?

Organisé à Bayonne par l’Ethnopôle basque, les 30 et 31 mai 2024.

Les traditions populaires ont une histoire et reflètent la société qui les produit. A l’encontre des théories les plus réductrices de la modernisation, bon nombre de fêtes traditionnelles basques ont non seulement perduré mais connaissent également un renouveau inattendu.
Pastorales, mascarades, carnavals, libertimendu, cavalcades constituent autant de registres d’occupation de la place publique plus vivants que jamais, et dont la persistance, la transformation et/ou la redécouverte génèrent leur lot de questions. Le colloque se donne trois objectifs principaux : établir un état de la question en matière de recherche sur ces formes festives ; recueillir les témoignages des acteurs contemporains et mettre en discussion leurs pratiques ; identifier les défis pour l’avenir de ces formes festives spécifiques. Centré sur les pratiques du Pays Basque nord, le séminaire proposera également une perspective comparative. Le colloque ouvrira un dialogue interdisciplinaire où se croiseront analyses théoriques et exemples de terrain.

Renseignements

Institut Culturel Basque / info@eke.eus

A noter : Vendredi 31 mai 2024

Panel 1 : Les pastorales, d’hier à aujourd’hui


11:05 “Etablir un lien entre chercheur et grand public dans les pastorales en Soule” – Emilie SENTUCQ Doctorante en anthropologie au laboratoire ITEM-UPPA

11:20 Discutante – Patricia HEINIGER-CASTERET, Maître de conférences en anthropologie à l’UPPA


Parution d’ouvrage “Oltre la crisi. Il patrimonio ambientale e culturale transfrontaliero: sfide, potenziale, prospettive”

Auteurs

Damiano Cortese & Miriam Begliuomini

Description

Il volume nasce nell’ambito del progetto “Il patrimonio ambientale e culturale transfrontaliero: sfide, potenziale, prospettive”, finanziato a valere sul bando “‘GRANT for INTERNATIONALIZATION – GFI’ per progetti di ricerca collaborativi con partner internazionali 2022”, promosso dall’Università di Torino. La progettualità si pone l’obiettivo di sostenere l’internazionalizzazione della ricerca e la disseminazione di studi sulla macroregione geografica, storica e culturale dell’arco alpino occidentale. Particolare attenzione viene quindi posta alle strategie per la valorizzazione del patrimonio, a livello di proposte di turismo culturale e naturale, quali soluzioni durevoli e sistemiche. L’insostituibile eredità consegnata al momento storico attuale deve essere infatti difesa e occorrono regole e linee comuni, condivise, collettivamente generate, per gestire, valorizzare e mantenere un elemento tanto indispensabile quanto delicato. Basilare risulta, pertanto, la consapevolezza del rischio, così come delle opportunità e, in generale, dell’importanza dell’equilibrio. Alla luce di tutto ciò, gli studiosi che hanno contribuito al testo si sono confrontati con il soggetto, proponendo sfaccettature del patrimonio e indicando linee convergenti, che pure mantengono la propria ricchezza e identità peculiare, per la sua salvaguardia e rigenerazione.

Caractéristiques

Editeur : Bonanno

Collection : Le Sisyphe Heureux

Date de publication : janvier 2024

224 pages, EAN :9788863183313

A Noter:
Patricia Heiniger-Casteret “Archaïsme juridique et actualité de la ressource ou l’obligation d’une sentence arbitrale dans la gestion du territoire : la Junte de Roncal”, pages 149-162.

Journées de formation au Patrimoine Culturel Immatériel

Le Laboratoire ITEM de l’UPPA, le CIRDOC – Institut Occitan de Cultura et la Direction générale des patrimoines du Ministère de la Culture, organisent des journées de formation sur le Patrimoine Culturel Immatériel. Vivant et contemporain le Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) comprend, selon la convention de l’UNESCO qui lui est dédiée (2003) : les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire – ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés – que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel. Ce patrimoine culturel immatériel, transmis de génération en génération, est recréé en permanence par les communautés et groupes en fonction de leur milieu, de leur interaction avec la nature et de leur histoire, et leur procure un sentiment d’identité et de continuité, contribuant ainsi à promouvoir le respect de la diversité culturelle et la créativité humaine.

Des arcanes de l’UNESCO et du Ministère de la Culture à l’enquête de terrain ; de la rédaction de fiches d’inventaires à l’élaboration d’un dossier de labellisation ; de la réalisation d’archives brutes à leur valorisation via les outils numériques (sites, réseaux sociaux) ; cette formation abordera les questions d’inventaire, de valorisation et de sauvegarde du PCI tant sur le plan théorique que pratique. Le patrimoine culturel immatériel imposant une expertise partagée entre praticiens, chercheurs et institutions patrimoniales, cette co-construction s’interrogera sur le PCI et la gestion des communs fonciers d’un territoire. Salies-de-Béarn deviendra alors le terrain vivant d’expérimentation de cette semaine de formation.

La formation complète est réservée prioritairement aux étudiants de l’UPPA, il est toutefois possible d’assister gratuitement aux journées du lundi, mardi matin et mercredi matin en présentiel ou par visioconférence sur inscription en suivant ce lien.

Programme :

LUNDI 8 AVRIL
Mairie 
Place du Bayaa
64270 Salies-de-Béarn

9h Accueil / Introduction
Thierry Cabanne (Maire de Salies-de-Béarn)Alain Latrubesse (Part-prenants, Corporation des Part-Prenants de la Fontaine Salée)

Patricia Heiniger-Castéret (Co-directrice du Master Patrimoines et Musées, ITEM EA 3002 – UPPA)
Jean-Jacques Castéret (Directeur adjoint – CIRDOC – Institut occitan de cultura)

10h – « La Convention de l’UNESCO et le rôle des ONG pour le Patrimoine Culturel Immatériel » 
Laurier Turgeon (Professeur d’ethnologie et d’histoire,Directeur du Laboratoire d’enquête ethnologique et de multimédia de l’Université Laval, Québec) en visioconférence.

14h – « Question d’actualité autour de la politique du Patrimoine Culturel Immatériel en France » Lily Martinet (Chargée de mission pour le patrimoine culturel immatériel, Ministère de la Culture).

16h – « Médiation et valorisation numérique du Patrimoine Culturel Immatériel »
Oihana Olazcuaga-Garibal (Responsable EAC et médiations numériques, CIRDOC – Institut Occitan de Cultura)

20h30 – Projection et débat
Film documentaire En commun, la propriété collective à l’épreuve de la modernité de Jean-François Joye et Olivier Chavanon ; avec la participation de Bernard Morlaàs (Part-Prenant, Corporation des Part-Prenants de la Fontaine Salée).

MARDI 9 AVRIL
Le Lodge
Quartier Helios Chemin de Labarthe 
64270 Salies-de-Béarn

9h –  « Les communs fonciers et le Patrimoine Culturel Immatériel »

Lily Martinet (Chargée de mission pour le patrimoine culturel immatériel, Ministère de la Culture)

10h30 – Programme SUDOE LIVHES : « La valorisation du PCI comme vecteur de développement des territoires : présentation du Guide des bonnes pratiques et expériences pilotes »
Jean-Jacques Castéret (Directeur adjoint – CIRDOC – Institut occitan de cultura)
Marion Llorach (Chargée de mission développement local – Pôle Métropolitain Pays de Béarn).

14h – La lecture de paysage au prisme du PCI
(réservée aux étudiants de l’UPPA)

20h30 – Soirée conte
avec le conteur Fred Handy.

MERCREDI 10 AVRIL
Le Lodge
Quartier Helios Chemin de Labarthe 
64270 Salies-de-Béarn

9h – « Les communs fonciers, des réponses pertinentes aux problématiques territoriales contemporaines »
Jean-François Joye (Professeur de droit public à l’Université Savoie MontBlanc) en visioconférence

10h30 – Table ronde : « Les communs fonciers »
Dominique Cunchinabe (Anthropologue, ITEM EA 3002 – UPPA)
Rémy Berdou (Etnhologue – Responsable partenariats Etnopòle et de l’action territoriale Gascogne-Pyrénées, CIRDOC – Institut Occitan de Cultura)
Alain Latrubesse (Président de la Corporation des Part-Prenants de la Fontaine Salée)

14h – Travail en ateliers (réservé aux étudiants de l’UPPA)

Méthodologie de l’enquête orale :Patricia Heiniger-Castéret (Co-directrice du Master Patrimoines et Musées, ITEM EA 3002 – UPPA)

Technique de la captation vidéo : Patrick Girard (Pyrène Production)
Analyses photographiques : Pierre Coudouy (Photographe professionnel)

JEUDI 11 AVRIL
réservé aux étudiants de l’UPPA

Matin : travail de terrain
Après-midi : travail de groupes
Traitement et classement des données
Sélection des photos et d’extraits sonores
Montages vidéo
Organisation des données pour les fiches d’inventaire et pages Wikipédia.

VENDREDI 12 AVRIL
réservé aux étudiants de l’UPPA

Suite des travaux de groupesTraitement et classement des données (fin)

Rédaction des fiches d’inventaire

Finalisation des outils de valorisation

Restitution par groupes de travail

Conclusion de la formation par Patricia Heiniger-Castéret (Co-directrice du Master Patrimoines et Musées, ITEM EA 3002 – UPPA)

Page de l’événement : https://occitanica.eu/items/show/60762

Quelques images…

Équitables mais pas égalitaires : les communs en milieu montagnard

19 avril 2024

Journée d’étude

Université de Pau et des Pays de l’Adour

Institut Claude Laugénie, Salle Chadefaud

Programme

La journée d’étude “Équitables mais pas égalitaires : les Communs en milieu montagnard” est une manifestation scientifique gratuite et ouverte à un large public.

Ci-joint le lien Teams pour accéder à la journée à distance :

Cliquez ici pour rejoindre la réunion

Elle sera précédée par un atelier de travail (workshop) jeudi 18 avril, destiné aux chercheurs invités au séminaire ayant des problématiques communes afin de commencer à constituer un réseau de chercheurs et de collaborateurs pour répondre en commun à de futurs appels à projet.

Présentation

Entre les multiples plans étatiques nationaux (Stratégie nationale bas-carbone, Stratégie nationale pour la biodiversité 2030, etc.) et politiques culturelles internationales (Objectifs de Développement Durable de l’Agenda 2030 de l’ONU), les ressources naturelles sont l’objet d’une attention accrue autant que de pressions directes et indirectes exercées sur le milieu. Dans ce contexte politique, économique et social, la question des communs[1] environnementaux en milieu de montagne, propriétés collectives anciennes liées aux ressources naturelles, prend une nouvelle actualité.
Les différents usages de la montagne et les droits collectifs (glanage, pacage, coupes de bois, chasse, etc.), démontrant les liens étroits qu’entretiennent les sociétés locales avec la Nature, peuvent s’appréhender dans une large approche diachronique avec la transformation des communs historiques en communs environnementaux.
Ces derniers sont appréhendés comme des anthroposystèmes ou écosystèmes cultivés encore visibles : « habiter la montagne en société n’a pu se faire sans donner un statut à la terre et aux maisons, ni construire des sociabilités agraires afin de partager les ressources écosystémiques »[2]. La gestion des biens intercommunautaires en montagne, tels les eaux thermales, les forêts ou les pâturages, peut se décliner en modèles sociaux sous forme de parts-prenants, de l’affouage ou encore des accords de compascuité. Parfois perçue comme une organisation valléenne idéalisée sous forme de système de self- government[3], selon un angle libertaire développé au XXe siècle, la question des communs environnementaux démontre surtout les interactions complexes et protéiformes entre écosystèmes et systèmes sociaux pour gérer la ressource dans la durée.
Cette journée d’étude s’intéresse à la connaissance de l’évolution du milieu naturel et sa gestion par les sociétés locales montagnardes, mais aussi à comprendre la manière dont les individus, les groupes ou les institutions politiques négocient l’accès aux communs, leur usage ou encore leur contrôle. Il s’agit d’un objet d’étude pluridisciplinaire qui renvoie autant à ses racines historiques qu’à ses dimensions pratique et empirique, et offre d’intéressantes mises en perspectives systémiques. La question des communs environnementaux permet également d’apporter une réflexion critique sur ce concept et sur son rôle en tant qu’imaginaire social afin d’éclairer la fabrique du social[4].

Nous souhaitons établir une forme d’état de l’art de la question des communs environnementaux en milieu montagnard qui sera présentée lors de la journée d’étude du vendredi 19 avril aux étudiants du master Histoire, Civilisations et Patrimoine de l’UPPA.

Elle sera précédée par un atelier de travail (workshop), jeudi 18 avril, autour des problématiques communes afin de commencer à constituer un réseau de chercheurs et de collaborateurs pour répondre en commun à de futurs appels à projet.

1] Voir notamment Elinor Ostrom, La Gouvernance des biens communs : Pour une nouvelle approche des ressources naturelles [« Governing the Commons: The Evolution of Institutions for Collective Action »], De Boeck, 2010, 300 p. ; Marie Cornu et al., Dictionnaire des biens communs, Paris, Quadrige, 2021, 1392 p. ; Jean-François Joye (dir.), Les « communaux » au XXIe siècle. Une propriété collective entre histoire et modernité, Presses universitaires Savoie Mont Blanc, 2021, 810 p. ; Sigrid AUBERT et Aurélie BOTTA (éd.), Les communs : un autre récit pour la coopération territoriale, Versailles, Quae, 2022, 275 p.
[2] Dominique Cunchinabe, « Le paysage des communs », Hau, 2020, n°15, p.
[3] Jean-François Soulet, « Sociétés, croyances et mentalités », dans Jean-François Soulet (dir.), Pyrénées, état des lieux, Morlaàs, Cairn, 2021, p. 339-375.
[4] Ghislaine Gallenga & Caroline Hervé, « Services publics : l’État face au commun », Anthropologie et Sociétés, 2019, n° 43, vol. 2, p. 9–21

Contact

Mathilde Lamothe

mathilde.lamothe@univ-pau.fr
Laboratoire ITEM UR 3002
Université de Pau et des Pays de l’Adour

Chaire de professeur junior “Le patrimoine culturel immatériel
comme levier de développement des territoires (PCITER) en zones de montagne

Carnet de recherche PCITER : https://pciter.hypotheses.org/

D’une relance militante à un ancrage territorial : le Carnaval Biarnes de Pau

Mme Patricia Heiniger-Casteret (ITEM-UPPA) est l’invitée d’un séminaire de recherche proposé par le Reserarch Center for Heritage and Cultural Anthropology (RHeA) de l’Université de Timişoara en Roumanie.

Elle interviendra ce jeudi 14 mars 2024 à 16h sur le thème D’une relance militante à un ancrage territorial : le Carnaval Biarnes de Pau (France).

La communication est accessible en ligne : https://meet.google.com/qdo-afsw-itv?authuser=0

Exposition Quilles de neuf. Un coup réussi!

Cette exposition raconte l'histoire et la pratique  d'un jeu qui connut ses lettres de noblesse dans tout le sud-ouest au XX° siècle. Dans tous les villages du Béarn, les  plantiers abondent, les quillous s'illustrent avec en tête réussir les 12 figures. Venez découvrir une exposition mêlant tradition, histoire, objets et archives.

Exposition du 13 février- 03 mai 2024

par Mathilde Lamothe (ITEM UPPA) et les archives communautaires Pau Béarn Pyrénées

 Gratuit / visite libre / du mardi au vendredi, à l’Usine des tramways de 13h à 17h30.

Voir le programme complet

Autour de l’exposition

Conférence – Histoire et évolution du jeu de quilles de neuf

Mardi 20 février 2024 – 18h (durée 1h) – à l’Usine des Tramways

Mathilde Lamothe, ethnologue et présidente du comité départemental de quille de 9, propose une conférence sur l’ « Histoire et évolution du jeu de quilles de neuf ».

Gratuit / Sur réservation  à L’Office de tourisme Pau : www.tourismepau.com | 05 59 27 27 08

Initiation aux quilles de neuf – Un coup réussi !

Mercredi 13 mars – 15h (durée 1h) – au Plantier de Pau, Allée du Grand-Tour, 64000 Pau

Démonstration et initiation aux quilles de neuf pour petits et grands.

Gratuit / Sur réservation à L’Office de tourisme Pau : www.tourismepau.com | 05 59 27 27 08

“Creacion musicau Klaustomi”

Vendredi 12 avril – 18h (durée 1h)

Klaustomi réinvente de nouveaux paysages sonores au travers de leur immersion dans le monde des quilles de 9. Constitué de deux quilles, une boule, une forêt de machines, ils retraitent le jeu des percussions en direct et dessine une interprétation électronique et rythmique d’une partie de quilles. 

 Gratuit / dans la limite des places disponibles

Mediating differences through food memory: Several approaches on Regional Cultural Identity


The Scientific Conference
of the Research Center for Heritage and Cultural Anthropology (RHeA)

5th edition, Timisoara, 30th June 2023, West University

A noter la participation de :

11:15 – 12:45 Negociating identity: migration and culinary heritage (Chair: Petko Hristov)

  • Amandine Leporc, West University of Timișoara / University of Pau, De
    l’immigration à l’intégration : une évolution des pratiques culinaires traditionnelles d’une
    famille italienne

18:00 – 19:30 Soups / Supe / Soupes / Супи (moderator: Mihaela Bucin)
• Patricia Heiniger – Casteret, University of Pau, La poule au pot du bon roi Henry

Annales du Midi : Thermalisme et religion, les eaux sacrées du Midi

Philippe Chareyre, Viviane Delpech (dir.), Thermalisme et religion : les eaux sacrées du Midi, Annales du Midi, 2023.

Présentation

La redécouverte, dans un fonds d’archives d’une famille de la vallée d’Aspe, de la Coalition des eaux thermales et minérales de France contre les eaux sacrées de Lourdes et de la Salette (1873), pamphlet sans doute méconnu à son époque et assurément tombé dans l’oubli aujourd’hui, a fait émerger un aspect à la fois évident et peu exploré de l’histoire récente du thermalisme : la perception métaphysique, voire magique, des eaux curatives en raison de leurs propriétés guérisseuses, et donc l’ambivalence persistante de leurs usages entre rites séculaires et croyances ancestrales, d’une part, puis médecine hydrominérale rationnelle et économie de la santé et du sacré, d’autre part.

Face aux évolutions sociales, scientifiques et techniques consécutives à la Révolution de 1789, mais aussi au renouveau clérical catholique et à l’émergence du mouvement protestant du Réveil au XIXe siècle, les sources thermales, sur lesquelles se fonde l’essor d’une puissante industrie, font progressivement l’objet d’un changement majeur de perception, passant de la déification et de la mythification établies par les populations préindustrielles, qui tentaient ainsi d’expliquer leurs vertus avec leurs moyens intellectuels et spirituels, à la médicalisation instituée par la société du savoir, où la croyance des eaux repose sur la connaissance rationnelle de la nature produisant à son tour de nouveaux gestes.

Compte-tenu de la richesse du sujet, la mise en perspective du thermalisme et du fait religieux proposée dans ce volume, quoique non exhaustive, entend apporter un éclairage neuf et pertinent sur la connaissance du phénomène de la villégiature thermale moderne, fondateur du tourisme de masse.  À travers une série d’articles et l’édition de textes méconnus, et selon une approche diachronique et multidisciplinaire mêlant histoire, histoire de l’art, anthropologie et littérature, il s’agit ici de conjuguer une réflexion dans le temps long en s’intéressant à l’analyse des aspects sociaux, cultuels et culturels, économiques et politiques, impliqués par la présence d’une source curative sacralisée, pour mieux définir la nature protéiforme et toujours transcendantale du lien unissant thermalisme et religion, depuis les mythes des origines jusqu’à l’exploitation pragmatique contemporaine.

Sommaire

Delpech Viviane, Chareyre Philippe, Introduction. Les eaux curatives, du mythe ancestral à l’économie du sacré

Lamothe Mathilde, De la déesse-mère aux savoirs naturalistes : qualifier les soins par les eaux dans les Pyrénées

Le Nail Jean-François, L’abbaye de Saint-Savin et les eaux de Cauterets

Goeury Julien, La « Complainte aux eaux chaudes des Monts Pyrenees » de Jacques de Constans : une poésie sur le motif ?

Annexe : La Complainte aux eaux chaudes des Monts Pyrenees de Jacques de Constans. Texte édité́ et annoté par Julien Goeury

Chareyre Philippe, Les eaux de Font Cluse à Meynes. Entre sacralité́ et enjeux médicaux

Annexes : La Fontaine de Meynes selon Anne Rulman. Récit des bains et des fontaines medicalles, des racines et herbes salutaires et des animaux servants de contrepoison

Poème de François Charbonneau, Poeme sur les proprietez et vertvs de la fontaine de Meyne. Textes édités et annotés par Philippe Chareyre

Lanusse-Cazalé Hélène, Réseaux protestants et thermalisme pyrénéen au XIXe siècle

Delpech Viviane, La coalition des eaux thermales contre les eaux sacrées. Débats et présence matérielle des cultes dans les villes d’eaux au XIXe siècle

Annexe : Coalition des eaux thermales et minérales de France contre les eaux sacrées de Lourdes et de La Salette (par Cratès), 1873. Texte édité́ et annoté par Viviane Delpech

Delpech Viviane, Chareyre Philippe, Conclusion. De la permanence des croyances en la nature

Caractéristiques

Éditeur : Privat

https://www.persee.fr/collection/anami

Tome 134, n° 317-318, 232 pages ; 24 x 15,5 cm ; broché

ISBN : 978-2-7089-9555-0

EAN : 9782708995550

Date de parution : 11/05/2023

 

 

 

 

 

Journées de formation au Patrimoine Culturel Immatériel


Du lundi 3 au vendredi 7 avril 2023 à Lourdes

Organisées par le Laboratoire ITEM de l’UPPA, l’Ethnopôle Occitan CIRDOC – Institut occitan de cultura et la Direction générale
des patrimoines du Ministère de la Culture


En partenariat avec Le Château fort et Musée pyrénéen de la ville de Lourdes


Le Laboratoire ITEM de l’UPPA, le CIRDOC – Institut Occitan de Cultura – Ethnopôle occitan et la Direction générale des patrimoines du Ministère de la Culture, organisent des journées de formation sur le Patrimoine Culturel Immatériel.


Vivant et contemporain le Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) comprend, selon la convention de l’UNESCO qui lui est dédiée (2003), les
pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire – ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur
sont associés – que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel.
Ce patrimoine culturel immatériel, transmis de génération en génération, est recréé en permanence par les communautés et groupes en fonction de leur milieu, de leur interaction avec la nature et de leur histoire, et leur procure un sentiment d’identité et de continuité, contribuant ainsi à promouvoir le respect de la diversité culturelle et la créativité humaine.
Des arcanes de l’UNESCO et du Ministère de la Culture à l’enquête de terrain; de la rédaction de fiches d’inventaires à l’élaboration d’un dossier de labellisation ; de la réalisation d’archives brutes à leur valorisation via les outils numériques (sites, réseaux sociaux) ; cette formation abordera les questions d’inventaire et de sauvegarde du PCI tant aux plans théoriques que pratiques.
Le patrimoine culturel immatériel imposant une expertise partagée entre praticiens, chercheurs et institutions patrimoniales, cette co-construction s’interrogera sur le « PCI et enjeux territoriaux » qui sera le terrain vivant d’expérimentation de cette semaine de formation.


La formation complète est réservée prioritairement aux étudiants de l’UPPA, il est toutefois possible d’assister gratuitement aux journées du
lundi, mardi matin et mercredi matin en présentiel ou par visioconférence sur inscription en suivant ce lien:
https://forms.gle/az5zXf9LMofwwBVN6


Pour en savoir plus, vous pouvez nous contacter à:
r.berdou@oc-cultura.eu

Séminaire itinérant “Les Réveillées”

Retours sur un demi-siècle d’ethnographie musicale en France (1939-1984)

Durant les décennies qui furent autant celles de la “fin des paysans” que celles des “trente glorieuses”, Claudie Marcel-Dubois (1913-1989) et Maguy Pichonnet-Andral (1922-2004), deux chercheuses CNRS membres du Centre d’ethnologie française, le laboratoire incorporé au musée des arts et traditions populaires, ont sillonné la France rurale et les outremers pour enquêter sur les pratiques musicales, qui étaient majoritairement le fait de non-professionnels, et leur insertion dans la vie quotidienne des communautés villageoises.

Celles qui sont regardées comme les fondatrices de l’ethnomusicologie du domaine français ont orienté leurs investigations dans trois directions principales :

  • les vocalités dans leur diversité (chant monodique, polyphonique ou improvisé, langage sifflé, déploration funèbre, etc.) 
  • les instruments de musique populaire, qu’il s’agisse de leurs processus de fabrication, des techniques et styles de jeu, des répertoires ou encore des modalités de transmission des uns et des autres 
  • la place des phénomènes sonores d’origine humaine dans la vie quotidienne des communautés villageoises, tant sur son versant laborieux (pastoralisme) que sur son versant festif

Les archives sonores, photographiques et textuelles qu’elles ont ainsi constituées ont été numérisées entre 2000 et 2015 par les institutions patrimoniales qui en assurent aujourd’hui la conservation : les Archives nationales et le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée.

Un programme de recherche initié en 2013 au Laboratoire d’anthropologie et d’histoire de l’institution de la culture, sous l’impulsion de Daniel Fabre, a permis de rendre ces quelque quarante mille fichiers accessibles dans Didómena, l’entrepôt des données de la recherche de l’EHESS ; il a aussi entrepris leur éditorialisation dans un site dédié, Les Réveillées. Ce programme trouve son aboutissement avec un séminaire itinérant, porté par les laboratoires InVisu et Héritages, qui bénéficie aussi du soutien du ministère de la Culture (direction générale des patrimoines et de l’architecture), du réseau des ethnopôles et de la FAMDT.

Le séminaire se fixe pour objectifs :

  • De faciliter l’appropriation du corpus d’enquêtes et des sites internet qui le mettent à portée,
  • Mais aussi de réinscrire la démarche des enquêtrices dans le mouvement biséculaire de collectage et de légitimation des musiques de tradition orale, amorcé avec la publication du Barzaz Breiz (1839) et relancé par les associations de musiques et danses traditionnelles issues du folk music revival des années 1970. 

Les sept séances programmées tour à tour à Pierrefitte-sur-Seine, Rennes, Carcassonne, Arudy, Bayonne, Lyon et Marseille, ont été conçues comme des temps de dialogue entre chercheurs spécialistes du patrimoine culturel immatériel et artistes attachés à cette esthétique. Toutes sont ouvertes aux publics intéressés. Chacune comportera l’écoute commentée d’enregistrements historiques ainsi qu’une séquence de musique vivante.

En savoir plus…

4ème séance :

Mardi 8 novembre, Musée d’Ossau, 4 place de l’Église, 64260 Arudy

Entrée libre dans la limite des places disponibles

Les recherches organologiques des ethnomusicologues du Centre d’ethnologie française (2e approche) : sonnailles et conditionnement sonore des animaux. Siffleurs et langage sifflé en vallée d’Ossau – Patrimoine sonore et transmission de l’occitan Visite commentée de l’exposition Trucs et création musicale de la Companhia Hart Brut

Chroniques du Foirail. De la nature à la culture

Exposition

Dans le cadre du cours de Médiation culturelle, les étudiants de 1ère année du master Patrimoine et musées ont conçu et réalisé une exposition, intitulée Chroniques du Foirail. De la nature à la culture, qui sera présentée à l’Espace de rencontre du Foirail, situé au 45 rue Carnot.

Destinée à accompagner l’ouverture du nouveau Pôle culturel du Foirail, cette exposition retrace l’histoire d’un quartier qui a toujours joué un rôle important dans la vie des Palois. Elle est le fruit d’un projet pédagogique et participatif associant le master Patrimoine et musées de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, la mission Ville d’art et d’histoire de la Ville de Pau, les Archives et la Bibliothèque Patrimoniale de l’agglomération Pau-Béarn-Pyrénées et les habitants du quartier du Foirail.

L’exposition sera visible du 12 septembre au 15 octobre
Lundi, mardi et vendredi : de 14h à 17h30 
Jeudi : de 14h à 19h
Mercredi : de 10h à 12h30

Bretagne Culture Diversité

Bretagne Culture Diversité fête ses dix ans cette année. L’association organise cet anniversaire à Pontivy, nous vous en proposons le programme

https://www.bcd.bzh/fr/10-ans-de-bcd-demandez-le-programme/

Le samedi 24 septembre, rendez-vous au Palais des congrès à partir de 9h30. Cette journée sera l’occasion, en compagnie de nos partenaires, d’invités et du public présent, de faire le point sur la décennie de travail qui s’achève, plus encore de se projeter dans celle qui arrive, et plus largement de réfléchir tous ensemble aux grands enjeux de la culture en Bretagne.

Jean-Jacques Castéret participera le matin à une table ronde générale.
Patricia Heiniger-Casteret sera l’après-midi dans l’atelier 3
“Inventorier pour sauvegarder ? Les enjeux du PCI en Bretagne” :
 
 

La Bretagne est la deuxième région de France en matière d’éléments inscrits à l’inventaire national du patrimoine culturel immatériel (PCI) avec 109 pratiques immatérielles (sur 488 au début de l’année 2021). Si ce dynamisme régional est à souligner, il invite cependant à réinterroger sans cesse le rôle des inventaires dans la sauvegarde du PCI. Effet d’annonce ? Ou véritable dynamique locale ? Que se passe-t-il après qu’un élément ait été inscrit à l’inventaire national ?

Cette table-ronde réunit différents acteurs investis dans la réalisation d’inventaires du PCI pour un partage méthodologique et un retour d’expériences : méthode d’enquêtes et accompagnement, participation des communautés et coopération, politiques de restitution et de diffusion des résultats de l’inventaire, mise en place du plan de sauvegarde, etc. Autant de sujets abordés afin de repenser la place des inventaires dans la sauvegarde du PCI.

Nommer/Normer. Approches pluridisciplinaires du patrimoine culturel immatériel

Les 25 et 26 novembre 2021 s’est tenu à l’Institut national d’histoire de l’art le colloque “Nommer/Normer. Approches pluridisciplinaires du patrimoine culturel immatériel” organisé dans le cadre du programme de recherche “Osmose“ piloté par l’Institut des sciences sociales du politique et le ministère de la Culture (DIRI).


Nous vous proposons de retrouver ci-dessous deux liens vers les enregistrements des deux journées:

Journée du 25 novembre 2021

Journée du 26 novembre 2021 (Participation de Patricia Heiniger-Casteret, ITEM UPPA)

Résumés des interventions ici

Ecole thématique UNITA”Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) en Pays de Béarn”

Vivant et contemporain le Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) comprend, selon la convention de l’UNESCO qui lui est dédiée (2003), les pratiques, représentations, expressions, connaissances et savoir-faire – ainsi que les instruments, objets, artefacts et espaces culturels qui leur sont associés – que les communautés, les groupes et, le cas échéant, les individus reconnaissent comme faisant partie de leur patrimoine culturel. Cette école d’hiver UNITA, “Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) en Pays de Béarn”, coordonnée par Patricia Heiniger-Casteret, abordera les questions d’inventaire et de sauvegarde du PCI en Béarn tant aux plans théoriques que pratiques.

Le patrimoine culturel immatériel imposant une expertise partagée entre praticiens, chercheurs et institutions patrimoniales, cette co-construction s’interrogera aussi sur les conséquences du contexte sanitaire de cette dernière année en abordant le « PCI empêché » qui malgré tout sera le terrain vivant d’expérimentation de cette semaine de formation.

  • Public : étudiants (Masters et Doctorants), chercheurs (postdoc, MCF, PR), professionnels.
  • Localisation : Pau
  • Certificat/diplôme délivré : Attestation de participation et de réussite, 4 ECTS
  • Dates : 08/11/2021 au 13/11/2021
  • Langue d’enseignement : français, occitan, portugais, espagnol, italien, roumain, anglais
  • Date limite de candidature : 15 octobre 2021
  • Structures partenaires : Laboratoire ITEM EA 3002, Ethnopôle Occitan CIRDOC – Institut occitan de cultura, Domaine Latapy (Gan), Pole métropolitain “Pays de Béarn”

Voir le programme et les informations pratiques