Archives par mot-clé : patrimoine culturel

La patrimonialisation des récits mythiques de tradition orale

Table ronde, Université de Corse Pasquale Paoli

Programme :

9h : Accueil des participants

9h30 : D.M. Santini, PR UCPP – Présentation de l’objectif de la Table ronde, du déroulement de la journée et des participants (tour de table / présentation des participants)
• Nous échangerons sur :
o l’objet (les récits mythiques de tradition orale) – inventaire – catégorisation
o les modalités de leur transmission (in vivo, à distance)
o Capter l’émotion et l’imaginaire mobilisés lors de leur énonciation
o Le storytelling transmédia comme outil de patrimonialisation
• 10h : P. Heiniger-Casteret, MCF Université de Pau : Approche des récits mythiques occitans
• 10h30 : Discussion
• 11h : D.M. Santini : Approche des récits mythiques corses
• 11h30 : Discussion
• 12h : Discussion avec la salle
(Pause déjeuner)
• 14h : A. Nicoli, DR UCPP / S. Battistelli, Doctorante UCPP : La captation dynamique des récits mythiques
• 14h30 : Discussion
• 15h : M. Bourdaa, MCF Université de Bordeaux : Le storytelling transmédia autour du patrimoine historique d’Aquitaine
• 15h30 : Discussion
• 16h : Synthèse : Penser l’univers du récit mythique dans une approche transdisciplinaire, de sa conception aux conditions de sa transmission, in vivo et à distance dans un but de patrimonialisation
• 16h30 : Discussion avec la salle

 

Télécharger l’affiche (242.2 KB)

 

 

« Autofiction, métafiction » 13-14 décembre 2016

JOURNÉES D’ÉTUDE DU RÉSEAU
Tendances Culturelles Transpyrénéennes
En coopération avec le projet GENVS Mineco-FFI2013
de l’Université de Saragosse
AUTOFICTION METAFICTION
ET LES GENRES LITTÉRAIRES
Focus sur Antagonía de Luis Goytisolo
Université de Pau et des Pays de l’Adour
13-14 DÉCEMBRE 2016
PAU – Salle du conseil – UFR Lettres
affiche
Autofiction, métafiction, Pau, 13-14 décembre 2016

Programme:

13 de diciembre 2016

9h00 Acogida
SESIÓN 1
Autoficción, metaficción I
9h30 Luis Beltrán
“Una aproximación para las escrituras del yo”
10h00 Eneko Lorente
“Metaficción y reflexividad en el fake o falso documental”
10h30 Pausa café
11h00 Rosa de Diego
“ L’autobiographie contemporaine comme fiction de soi.
Un roman français de Beigbeder”
11h30 J. A. Escrig
“Escritura y vida para Juan Eduardo Zúñiga”
12h00 Lisa Barrere
“Los intertextos en las novelas de Dulce Chacón”
SESIÓN 2
Taller sobre Antagonía de Luis Goytisolo I
15h00 Mª Antonia Martín Zorraquino
“Comentario estilístico de un fragmento de Antagonía de Luis Goytisolo”
15h30 José María Enguita
“Algunas observaciones lingüísticas a través de Antagonía”
16h00 Dolores Thion
“Antagonia, de escritores y lectores”
16h30 Marta Giné
“La presencia de la cultura francesa en Recuento y en La cólera de Aquiles”

14 de diciembre 2016

SESIÓN 3
Autoficción, metaficción II
9h30 Leonardo Romero
« Inquietud en el Paraíso, historia y ficción en el Burgos de 1936 »
10h00 Fleur Duplantier
“¿Autoficción en la poesía de Carlota O’Neill?”
10h30 Pausa café
11h00 Javier Feijoo
“Metaficción e intertextualidad en la narrativa policiaca de Ramiro Pinilla”
11h30 Blanca Ripoll
“Estrategias de ficción, material autobiográfico: La lección de anatomía de Marta Sanz”
SESIÓN 4
Taller sobre Antagonía de Luis Goytisolo II
12h00 Laura Palomo
“La reflexión metaliteraria en Los verdes de mayo hasta el mar de Luis Goytisolo”
12h30 Christian Manso
“Sobre el ‘caganer’ en Recuento de Goytisolo”

 

Archives d’écrivain, archives de créateurs, 12 décembre 2016

TABLE RONDE
« Archives d’écrivain, archives de créateurs »
Usine des Tramways, Pau

12 décembre 2016, 14H30 – 16H30

Archives d’écrivain, archives de créateurs, Pau, 12 décembre 2016

Modératrice Dolores Thion

Avec la participation de :
• Nathalie Martin
Les archives de l’Usine de Tramways
• Pierre Peyré
A propos des documents personnels sur la vie de Joseph Peyré en Espagne
• Natalia Vara
El archivo de Pedro Salinas: las huellas de la escritura
• Eneko Lorente
Archivo vivo e investigación performativa. De la tinta al cuerpo

RÉUNION DE L’ÉQUIPE DE RECHERCHE
16H45 – 18H30
SÉMINAIRE INTERNATIONAL

St Sever, semaine taurine et culturelle

Mercredi 9 novembre à Saint-Sever (cloître des Jacobins, 21h) se tiendra une conférence de Marie Ferey et Mathilde Lamothe-Castagnous sur la « tauromachie à Saint-Sever entre tradition et architecture ».

113033212_o

Résumé :

Saint-Sever est implanté sur un territoire considéré comme l’épicentre du phénomène taurin dans le Sud-Ouest. De tradition ancienne, les jeux taurins sont mentionnés pour la première fois au XVe siècle dans la ville et ne cessèrent de s’intégrer au paysage urbain et rural par la pratique mais également par l’élevage. En revenant sur l’histoire de la tauromachie au niveau local et en tissant des liens entre architecture, aménagement et coutumes, la conférence “Tauromachie à Saint-Sever, entre tradition et architecture“ entend rappeler les fondements d’une identité qui s’est fixée au fil des siècles dans le quotidien de chacun.

Programme : programme-semaine-taurino-culturelle

Feux et fleurs du Jurançon – juin 2016

L’été 2016 à Lacommande est sous le signe du feu et des fleurs. Inauguré à l’occasion de la Saint-Jean, l’Espitau-commanderie et la Maison des Vins du Juraçon déclinent ce thème par un programme d’animations pour tous durant le vendredi 24 et le samedi 25 juin et tout l’été avec l’exposition “Feux et Fleurs du Jurançon” de Jean-Paul Falguières et Pierre-Emmanuel MICHEL.

Lacommande - Fleurs & Feux-Programme-1
Lacommande – Fleurs & Feux, 2016

Vendredi 24 Juin

18 h 00 “Les Feux de la St-Jean”
conférence par Mathilde Lamothe, doctorante en ethnologie,
en cotutelle entre l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et l’Université Laval (Québec, Canada). Ses travaux portent sur les patrimoines immatériels et les processus de patrimonialisation de pratiques sportives, rituelles ou festives en Gascogne.
Les feux de la Saint-Jean se retrouvent largement dans les travaux
des folkloristes de la fin du XIXe – début du XXe siècle mais sont relativement délaissés par les ethnologues actuels. Cette pratique rituelle calendaire perdure, quoique désormais concurrencée par la fête de la musique. Dans les Pyrénées gasconnes, l’Andorre, l’Espagne, les feux ou “brandons”»restent des pratiques vivantes inscrites depuis peu dans le patrimoine culturel immatériel
de l’Unesco.
Salle de conférence du 2e étage de l’Espitau-commanderie.

 

Samedi 25 Juin

14 h 30-15 h 30 “Vin, vignes et vignerons pendant la Grande Guerre”
conférence par Stéphane Le Bras, Maître de conférences
à l’Université Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand. Spécialiste d’histoire viticole, d’histoire du commerce, des questions de ravitaillement et de consommation pendant les conflits.
Comment, dans une région où la vigne et ses productions jouent un rôle non-négligeable, les Béarnais doivent s’adapter aux conditions de la guerre : réquisitions, manque de main-d’oeuvre, lutte contre l’alcoolisme, éloignement des proches, etc.
Salle de conférence du 2e étage de l’Espitau-commanderie.

Lacommande – Fleurs & Feux-Programme

Appel à communications « Les arts et la diaspora basque (XIXe-XXIe s)

Appel à com Les arts et la diaspora basquelogo ezmugak    logo musee basquelogo stm

Appel à communications

 Colloque international

Les arts et la diaspora basque (XIXe-XXIe siècles)

25-26 février 2016, Bayonne/San Sebastián

Ce colloque international est organisé par la Société d’Etudes Basques (Eusko Ikaskuntza, Bayonne) et la plateforme de projets culturels Ezmugak basée à Irun, dans le cadre des célébrations de Donostia-San Sebastián 2016, Capitale Européenne de la Culture, et de l’Eurorégion Aquitaine-Euskadi. Il bénéficie du soutien de diverses institutions et mécènes privés, parmi lesquelles l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Il constitue l’axe scientifique du projet culturel « Les arts et la diaspora basque » qui se compose en outre d’une exposition-concours de création d’art actuel, présentée dans les sept provinces du Pays basque (à Bayonne, Saint-Jean-Pied-de-Port, Mauléon, San Sebastián, Vitoria, Pampelune, Bilbao), ainsi que d’un cycle de projection de films et documentaires.

 La diaspora basque

Outre la force de leur identité et l’exception de leur langue, les Basques sont connus pour être d’infatigables voyageurs. Leur activité de pêche à la baleine les mena vers les côtes du continent nord-américain dès le Moyen Age, bien avant les expéditions de Christophe Colomb et après les navigateurs vikings. Malgré leur tradition maritime séculaire, la fin du XVIIIe siècle inaugura une importante ère d’exode en raison d’une forte instabilité politique en France et en Espagne, souvent défavorable à leur condition, leur culture et leur identité singulière. Les guerres napoléoniennes, les conflits carlistes, l’industrialisation, le chômage, la guerre franco-prussienne furent autant de motifs de départ au XIXe siècle.

index« Bakardade », Monument aux Bergers Basques, par Nestor Basterretxea, Reno (Nevada) Crédit : Institut Culturel Basque

Dans les décennies suivantes, ce sont les conscriptions et les deux guerres mondiales, ainsi que la dictature franquiste, qui les motivèrent à se réfugier et rechercher un avenir meilleur aux quatre coins du monde. D’autant que certains états développaient alors une politique d’attractivité afin de peupler leurs terres, comme ce fut le cas, par exemple, de l’Argentine ou des Etats-Unis avec leurs appels aux bergers. Aujourd’hui encore, pour des raisons socioéconomiques ou par goût du voyage, nombre de natifs du Pays basque émigrent en quête d’un El Dorado.

 Ainsi en deux siècles, s’est constitué ce qui a été baptisé la « huitième province », « la diaspora basque », composée d’une pluralité d’individus, aussi hétérogène que la diversité de leurs terres de refuge, mais réunies sous l’égide de leurs racines communes plus vieilles que l’Europe. Huitième province, car le Pays basque se compose de sept provinces ; trois sur le territoire français – le Labourd, la Basse-Navarre et la Soule -, que l’on nomme Iparralde (côté nord), et quatre sur le territoire espagnol – la Biscaye, le Guipúzcoa, l’Alava et la Navarre -, que l’on appelle Hegoalde (côté sud). Malgré l’éloignement de leurs terres d’origine, les Basques d’ailleurs ont su faire perdurer leur culture, fortement ancrée dans les traditions et le patrimoine immatériel par le biais d’innombrables festivals folkloriques ou du réseau des Maisons Basques (Euskal Etxea).

Les arts et la diaspora basque

 D’un point de vue anthropologique, linguistique et historique, la diaspora basque est au cœur des préoccupations scientifiques depuis de nombreuses années, que ce soit avec les travaux, entre autres, des laboratoires IKER et ITEM de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, de l’Université du Pays basque, de l’Université publique de Navarre ou bien, aux Etats-Unis, avec le Center for Basque Studies de l’Université de Reno dans le Nevada. Le folklore, les problématiques identitaires, la transmission ou encore la littérature, entre autres thèmes, font l’objet de nombreuses études.

Sans titre-1Peinture murale représentant des bergers basques, par Enrique Lezada, réalisée lors d’une résidence d’artiste à Getschell, conservée à la bibliothèque du Center for Basque Studies de l’Université de Reno (Nevada)

Pour autant, il faut constater que l’histoire de l’art semble délaissée par les chercheurs bascophiles dans le contexte de la diaspora basque. Du moins n’a-t-elle pas encore fait l’objet d’une réflexion globale et problématisée, malgré des études ponctuelles. Les arts plastiques et visuels ne sont cependant pas en reste dans cette histoire culturelle, faisant écho au mouvement régionaliste largement répandu en Europe à partir de la seconde moitié du XIXe siècle et dont le Pays basque ne fait évidemment pas exception. D’où la nécessité pressante, désormais, d’une étude fondamentale sur le patrimoine matériel, artistique et culturel, basque « délocalisé » ou lié aux mouvements migratoires, qui soit inscrite dans l’histoire des deux derniers siècles.

Appel à com Les arts et la diaspora basqueRoberto Matta Echaurren, dit Roberto Matta, Naissance des Amériques, huile sur toile, 1953. Crédit : Taller de encuentros.

Car, en effet, la présence basque se lit dans tous les domaines de la production artistique liée à son émigration. Un recensement encore superficiel laisse présager d’un patrimoine aussi vaste que le monde que le peuple basque s’est approprié. Depuis les émouvants arboglyphes des forêts du Nevada, la sculpture, avec notamment l’emblématique Monument aux Bergers basques érigé par Nestor Basterretxea dans le Nevada, à la peinture, avec le succès de nombreux artistes d’origine basque tels que le surréaliste Roberto Matta ou l’argentin Sergio de Castro, il s’agit d’une réalité factuelle encore méconnue.

Il en va de même en architecture où nombre de maîtres d’œuvre latino-américains, tels que Ordorika, Tomás et Legoreta au Mexique ou Noel en Argentine, sont issus de l’émigration basque. Outre l’architecture vernaculaire basque présente de manière insolite dans le delta argentin du Paraná, par exemple, la diaspora basque fut en outre commanditaire de demeures remarquables comme la villa Curutchet édifiée par Le Corbusier à La Plata et classée « monumento nacional » ou le palais Estrugamou à Buenos Aires. La relation entre l’art et la diaspora basque s’exprime également à travers la mobilité des artistes d’Europe vers la scène américaine, notamment au cours de leur exil franquiste, ce qu’illustrent les parcours de Zumeta, Chillida, Oteiza, Arrue, Nagel, Tillac et tant d’autres. Le cinéma n’est pas en reste, comme le démontrent la carrière du réalisateur mexicain Iñarritu ou le festival de cinéma basque de Montevideo.

lecorbusierCasa Curutchet, par Le Corbusier, La Plata, Argentine, 1955. Crédit : Technohaus

 En tant qu’objet de représentation, le peuple basque est par ailleurs valorisé de manière muséographique au sein d’institutions patrimoniales comme le Parc de l’Aventure Basque en Amérique, au Canada, ou bien The Bask Block, situé dans la ville de Boise (Idaho). Mais il fait également l’objet de productions   photographiques et   cinématographiques,   parfois anthropologiques, avec les clichés de Ojanguren en Argentine, ou, au contraire, stéréotypées voire pittoresques, comme l’illustre la drôle et caricaturale Caravane vers le Soleil, western réalisé en 1959 par Russel Rouse. Il est même figuré dans les très contemporaines et populaires peintures murales du street art qui parsèment l’Ouest américain, de l’Oregon à la Californie. Enfin, pour certains, la réussite engendra le retour aux sources ; après avoir fait fortune, ils s’en retournèrent au pays, comme les Légasse, les Lesca, les Signoret, les Beistegui, en Iparralde, véhiculant avec plus ou moins de force le souvenir de l’ancienne terre promise.

 Axes de réflexion

Ainsi, à l’instar de tant de peuples minoritaires en situation d’exil, les Basques ont-ils contribué à la pluralité culturelle de leurs terres d’émigration, en particulier aux Amériques mais également aux quatre coins du monde. De nombreuses problématiques sont impliquées par le patrimoine bâti et artistique matériel de la diaspora basque :

  • Parcours des maîtres d’œuvres et artistes basques issus de l’émigration: Qui sont les maîtres d’œuvres et les artistes de la diaspora basque ? Quel est leur parcours ? Quelles sont les motivations de leur exil ? Comment vivent-ils cette émigration ?
  • La survivance ou l’absence de l’identité basque : comment s’y exprime ou non l’identité basque ? Les artistes émigrés clament-ils leur identité basque dans leurs œuvres ou au contraire s’assimilent-ils à leur terre d’accueil au point de délaisser leurs racines ?
  • Les représentations de l’identité et de la diaspora basques : Comment l’identité basque est-elle représentée par les artistes basques ou leurs homologues d’ailleurs à travers les arts visuels et l’architecture ? Mais aussi, comment l’iconographie figure-t-elle les thèmes du départ des Basques et de leur vie loin de leur terre d’origine ?
  • L’influence de l’autre sur la création basque de la diaspora : Quelle influence exerce le contact de l’autre et de ces terres promises sur l’art ?
  • La forme et le discours des œuvres : Quels types d’œuvres artistiques et architecturales produisent ces Basques d’origine ? Quel est leur rôle, en tant qu’artiste ou maître d’œuvre, dans la société nouvelle qu’ils construisent ?
  • Les productions artistiques et architecturales dues aux émigrés rentrés au pays : Qu’en est-il de ceux qui reviennent ? Quels édifices ou quelles œuvres produisent-ils ? Comment l’impact de leur voyage ou de leurs origines se traduit-il dans l’art ?

Compte tenu de l’ampleur du sujet, ces questions ne constituent pas une liste exhaustive. Ce colloque entend enrichir la réflexion sur la diaspora basque, sur l’art contemporain et sur les peuples minoritaires en exil, en s’intéressant aussi bien aux arts plastiques traditionnels tels que la peinture, la sculpture et l’architecture, mais aussi aux arts visuels modernes, comme la photographie et le cinéma, et ce, depuis la fin du XVIIIe siècle jusqu’à nos jours.

 Coordination et direction scientifique 
Viviane Delpech, chercheur associée à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et membre de la Société d’Etudes Basques
Comité scientifique 
Oscar Álvarez Gila, professeur d’histoire des Amériques, Universidad del País vasco
Zoe Bray, professeur d’anthropologie et artiste, University of Nevada Reno/Hebrew University of Jerusalem
Viviane Delpech, chercheur associée, Université de Pau et des Pays de l’Adour
Dominique Dussol, professeur d’histoire de l’art contemporain, Université de Pau et des Pays de l’Adour
Ismael Manterola, professeur d’histoire de l’art contemporain, Universidad del País vasco
Olivier Ribeton, conservateur en chef du musée Basque et d’Histoire de Bayonne
Comité d’organisation 
Viviane Delpech, UPPA/ Société d’Etudes Basques
Agurtzane Garay Ibarlucea, musée San Telmo (Donostia-San Sebastián)
Maité Ithurbide, Société d’Etudes Basques
Jean-Michel Larrasquet, professeur émérite des universités, président de la Société d’Etudes Basques
Jean-Claude Larronde, président du musée Basque et d’Histoire de Bayonne, trésorier de la Société d’Etudes Basques
Nausica Sánchez, présidente de la plateforme de projets culturels Ezmugak (Irun)
Susana Soto, directrice du musée San Telmo (Donostia-San Sebastián)
Maialen Zamponi, chef de projet Eusko Diaspora, Société d’Etudes Basque
MODALITES

Date et lieux :        
25 février 2016 : Musée Basque et d’Histoire de Bayonne
26 février 2016 : Museo San Telmo, Donostia-San Sebastián
Langues : Français, basque, espagnol, anglais

Disciplines concernées : Peinture, sculpture, architecture, arts décoratifs, cinéma, photographie.

Périodes concernées : fin du XVIIIe siècle au XXIe siècle

Envoi des propositions de communication

Les propositions de communication, de 1500 signes (notes et espaces compris) ou 300 mots maximum, accompagnées d’un bref curriculum et d’une liste de publications, sont à envoyer avant le 15 septembre 2015 à l’adresse suivante : viviane_delpech@yahoo.fr

Les communications auront un format de 20-25 minutes.
Les actes du colloque feront l’objet d’une publication.
Renseignements : viviane_delpech@yahoo.fr
arbre copie