Archives par mot-clé : histoire médiévale

46ème Semaine internationale d’études médiévales d’Estella

La ville des paysans. Villes neuves, petites villes, villes-marchés”.

16 au 19 juillet 2019 / Estrella – Lizarra

Le lundi 6 mai 2019, Ana Herrera (Gobierno de Navarra), Koldo Leoz Garciandía (maire d’Estella-Lizarra) et le Professeur Pascual Martínez Sopena (univ. de Valladolid) ont officiellement présenté à la presse l’argumentaire scientifique et le déroulement de la 46e Semaine internationale d’études médiévales d’Estella . Ce même jour, le comité scientifique, auquel participe depuis trois ans Véronique Lamazou-Duplan, a longuement travaillé au programme de la 47e Semaine internationale d’études médiévales d’Estella (juillet 2020).

Cette 46ème édition sera consacrée à :
“La ville des paysans. Villes neuves, petites villes, villes-marchés”.

Le tissu urbain européen est en grande partie hérité du Moyen Âge. Dans sa forme la plus étendue, il s’est exprimé par l’apparition de milliers de petites agglomérations entre le XIe et le XIVe siècle. Les historiens qui les ont étudiées les nomment, entre autres, petites villes, market towns, centri minori, villes neuves.

Ce processus a été sous-évalué comparé au nombre très limité de métropoles d’échelle régionale ou de grand rayonnement, neuves et anciennes, nées ou réactivées durant la même période. Aux villes neuves sont associées des migrations de court, moyen ou grand rayon ; le plus souvent, elles se constituèrent en noyaux de taille relativement modeste où s’expérimentèrent des formes d’urbanisme planifié. Souvent développées de par la volonté des princes et des seigneurs, ces agglomérations exercèrent des fonctions centrales sur des régions de dimension variable. Elles accueillirent des marchés et des activités artisanales, tout en étant le siège territorial de pouvoirs sociaux et politiques (l’Église et les seigneuries en général, les monarchies) ; elles générèrent en outre une dynamique particulière autour de leurs institutions municipales.

L’objectif de cette Semaine est de dégager le rôle des villes neuves médiévales dans l’histoire européenne. Son évaluation globale est confiée à la conférence introductive (B. Cursente), tandis que ses perspectives cartographiques font l’objet d’une réflexion particulière (E. Jean-Courret). Il faut toutefois souligner que la diversité historique du continent a donné lieu à un phénomène présentant des faciès différenciés. Il aurait pu faire l’objet d’un examen strictement comparatif, fondé sur une grille de problèmes communs. Le choix a été fait de sélectionner des approches qui font référence à des problèmes spécifiques, plus pertinents ou mieux étudiés, dans certaines régions du continent et des territoires hispaniques.

Ainsi, les problèmes associés aux mouvements migratoires seront analysés à partir du cas de l’Europe centrale (N. Berend) tandis que l’étroite relation entre villes et marchés sera circonscrite à l’ouest de la France (J. Petrowiste). L’Angleterre sera le banc d’essai pour l’étude des seigneuries ecclésiastiques et nobiliaires (C. Liddy), et l’Italie, pour les terre nuove dont les grandes communes furent les promotrices, de même les centri minori en général (Ginatempo). Les études concernant l’aire hispaniques seront centrées en particulier sur les relations entre ville et plat pays en Catalogne (Farias), sur les différents scénarios d’un phénomène commun : l’importance des initiatives des monarchies et des pouvoirs municipaux. Seront successivement approchés les cadres juridiques et la planification urbaine dans la Couronne d’Aragon (Villanueva), la longue évolution du phénomène dans la Couronne de Castille (Martínez), les villes de la côte septentrionale (Alvarez) et les villes de frontière pour le Portugal (da Costa). Enfin, la Navarre offre un terrain approprié pour étudier les “centres mineurs” qui se développent en dessous des bien connues “bonnes villes” du royaume (Ramírez).

Est également prévue la présentation de 10 communications par des doctorants et des jeunes chercheurs, lors des sessions de l’après-midi. Le vendredi matin sera dédié à un séminaire et à une table-ronde.

Les doctorant(e)s et jeunes chercheurs pourront soumettre leurs propositions avant le 20 juin, par courrier électronique (informacionsemestella@gmail.com). Le Comité scientifique évaluera les propositions et en retiendra au maximum 10. La décision sera communiquée le 30 juin.

5e Rencontres médiévales de Trizay

Espace sacré. Les aménagements liturgiques dans les monastères médiévaux

Samedi 04 mai 2019 – Abbaye de Trizay (Charente-Maritime)

Cette année encore, les 5e Rencontres médiévales de Trizay, toujours adossées au programme de recherche Monasticon Aquitaniae, espèrent réunir autour d’un programme de qualité amateurs et curieux du patrimoine et de l’histoire, étudiants et chercheurs. Nous aborderons, à travers des interventions de spécialistes de premier plan, un aspect particulier, mais fondamental, de la vie et de l’art monastiques. La liturgie et les rituels qui l’organisent constituent une part essentielle de la vie des moines et des moniales au Moyen Âge comme aujourd’hui. Qu’il s’agisse des règles et des pratiques transmises par les textes, de la conception des espaces architecturaux, de leur aménagement matériel et du mobilier qui y est associé, les communications proposées lors de cette journée aborderont tous les aspects de cette facette essentielle du monde monastique médiéval.


Christian GENSBEITEL
Maître de conférences en histoire de l’art du Moyen Âge.
Coordinateur scientifique.

A noter :

14h45 : Circuler dans et hors les murs de l’abbaye chez les Prémontrés de Sainte-Marie d’Arthous (Landes). Espaces et décor

par Maritchu Etcheverry, docteure en histoire de l’art médiéval, enseignante à l’Université de Pau et Pays de l’Adour

CPIM 2018

Les cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb, du VIIIe au XVe siècle (CPIM)

Séminaire international de formation avancée

Du 2 octobre 2018 au 5 octobre 2018

Bielle en Ossau

Session 2018 –  Écritures du pouvoir

Comme en 2017, le Séminaire international sur les Cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb, du VIIIe au XVe siècle (CPIM) s’est tenu du mardi 2 au vendredi 5 octobre 2018, à Bielle, en vallée d’Ossau, hébergé au Village Vacances Arriumage tant pour les séances de travail que pour le séjour. Durant quatre jours, se côtoient ainsi formateurs et participants d’horizons différents (nationalités diverses, doctorants, post-doctorants, étudiants de Master), ce qui permet de tisser des liens, débattre… Cette seconde session a réuni 37 participants inscrits auxquels sont venus se joindre des collègues et des extérieurs.

Coorganisé par les universités de Bordeaux-Montaigne, Pau et Pays de l’Adour, Toulouse-Jean Jaurès, et leurs laboratoires respectifs, en partenariat avec l’École des Hautes Études Hispaniques et Ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), cette école thématique propose un examen croisé des cultures politiques dans les aires géographiques envisagées et connectées, en particulier au Moyen Âge. Sans jamais rien retirer aux singularités des contextes respectifs, l’approche est fondée sur une démarche résolument comparatiste et pluridisciplinaire.

En 2018, la réflexion a porté sur les Écritures du pouvoir en péninsule Ibérique et au Maghreb, du VIIIe au XVe siècle (coordinateur scientifique V. Lamazou-Duplan, université de Pau et des Pays de l’Adour). Les différents sens et dimensions des écritures du pouvoir ont été interrogés (l’écriture au service du pouvoir ou réfléchissant au/le pouvoir), que ce soit à travers les chancelleries, les acteurs et les lieux d’écriture, l’écriture de l’histoire, des traités politiques, des correspondances, sans oublier la forme (inscriptions, calligraphie, numismatique…), les écrits de la pratique du/d’un pouvoir ou la fabrique des archives…

Cet atelier doctoral international offre 12 places pour des doctorants, post-doctorants et jeunes chercheurs, recrutés sur appel à candidature et sur sélection des dossiers déposés sur la plate-forme numérique de la Casa de Velázquez. En 2018, ont été retenues les candidatures de doctorants ou de post-doctorant espagnols (5, thèses des universités de l’Autonoma de Madrid, de Salamanca, de Valencia), français (4, thèses des universités de Paris-Sorbonne, Poitiers, ENS Lyon, Toulouse Jean Jaurès), d’une Algérienne (thèse EPHE), d’un Allemand (thèse The Warburg Institute, Londres). Trois des candidats sélectionnés n’ont malheureusement pas rejoint le groupe, empêchés par des raisons de santé, des obligations professionnelles ou familiales. Lors des matinées, les jeunes chercheurs ont exposé leurs recherches (30 mn), répondu aux questions et suggestions qui leur étaient faites par l’auditoire.

Six enseignants-chercheurs français et espagnols, dont les travaux portent sur la thématique, dans des disciplines variées (philologie, littérature et civilisation, histoire, histoire de l’art), ont été sollicités pour prononcer des conférences plénières et animer des ateliers dirigés en groupes plus restreints :

Amaia Arizaleta (Université Toulouse – Jean Jaurès) ; Pascal Buresi (CNRS-EHESS) ; Martine Charageat (Université Bordeaux Montaigne) ; Véronique Lamazou-Duplan (Université de Pau et des pays de l’Adour) ; Eloísa Ramírez Vaquero (Universidad Pública de Navarra) ; Juan Carlos Ruiz Sousa (Universidad Complutense, Madrid).

[voir programme joint]

Ce séminaire est également ouvert aux étudiants de Master Recherche des trois universités organisatrices. Au cours de ces quatre jours consécutifs de formation et de cohabitation, 6 étudiants bordelais, 4 étudiants toulousains, 6 étudiants palois ont ainsi eu l’opportunité d’entrer en contact direct et intensif avec une recherche internationale et spécialisée.

Un ouvrage regroupant les contributions des formateurs, des doctorants et des jeunes docteurs qui avaient participé à CPIM 2017 a été offert aux participants. Le volume correspondant à CPIM 2018 est en préparation, l’objectif est qu’il soit disponible pour le prochain séminaire 2019.

Rendez-vous est déjà pris la première semaine d’octobre 2019… à Bielle, en vallée d’Ossau, cadre idéal à une école thématique tournée vers la péninsule Ibérique et les échanges culturels.

Participants à la session 2018 :

Mohammed Assem (EPHE) ; Sami Benkherfallah (Université de Poitiers) ; Guillermo Chismol (Universitat de València) ; Víctor de Castro León (Universidad de Salamanca) ; Matthias Gille Levenson (ENS Lyon) ; Alejandro Peláez Martín (Universidad Autonoma de Madrid) ; Johan Puigdengolas (Université Toulouse Jean Jaurès) ; Iria Santás de Arcos (Universidad de Salamanca) ;  Blai Server (Universitat de València)

Coordinateurs CPIM :

Daniel Baloup (Université Toulouse – Jean Jaurès), Yann Dejugnat (Université Bordeaux Montaigne), Véronique Lamazou-Duplan (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

Comité d’organisation :

Amaia Arizaleta (Université Toulouse – Jean Jaurès), David Bramoullé (Université Toulouse – Jean Jaurès), Laurent Callegarin (Casa de Velázquez), Laurence Cabrero-Ravel (Université de Pau et des Pays de l’Adour), Anna Caiozzo (Université Bordeaux Montaigne), Isabelle Cartron (Université Bordeaux Montaigne), Martine Charageat (Université Bordeaux Montaigne), Florian Gallon Bramoullé (Université Toulouse – Jean Jaurès), Fabienne Guillén (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

À l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, ce projet est porté par le laboratoire ITEM (EA 3002 Identités, Territoires, Expressions, Mobilités), en partenariat avec l’École doctorale SSH. Il a reçu en 2018 le soutien de la Fédération de recherche Espace Frontière Métissage, du laboratoire Langues Littératures Civilisations de l’Arc Atlantique, devenu ALTER, et du Conseil de la Recherche LLSHS.

Pour plus d’informations, site CPIM : http://ausonius.u-bordeaux-montaigne.fr/cpim

La session 2017 a fait l’objet d’une publication aux Editions Ausonius en 2018 :

“Le recours aux armes”

Daniel Baloup (éd.)
Collection Scripta Mediaevalia (33) Editions Ausonius
Bordeaux, 2018 – 131 p.   25 €

En dépit de progrès récents, la place accordée aux violences armées dans l’étude des cultures politiques médiévales en péninsule Ibérique et au Maghreb apparaît encore insuffisante. Elle est surtout inégale, et varie selon les types de violence observés. La proposition adressée aux auteurs du présent volume les invitait à renverser le point de vue généralement adopté sur ces questions : plutôt que de percevoir le recours aux armes comme un aléa dont l’irruption menacerait l’équilibre du jeu politique jusqu’à parfois annuler celui-ci, il leur a été demandé de l’envisager comme la conséquence d’un choix rationnel, pleinement intégré à la stratégie des acteurs. Leurs contributions traitent d’assassinats, d’émeutes ou de guerres : au-delà de l’ampleur et de la durée de la mobilisation, l’objet de la réflexion collective reste en effet l’articulation de la violence armée aux cultures politiques.

In spite of recent progress, the treatment given to violent acts of arms in the study of political medieval cultures in the Iberian Peninsula and North Africa seems still rather weak. It is especially uneven, varying considerably as it regards the type of violence observed. What this volume asked from its contributors was that their papers shed a new light on the question putting so as to completely challenge the points of view hitherto adopted: rather than considering the reliance on armed force as some kind of accident that came to menace the balance of the political game, sometimes to the extent that it totally overcomes this game, they were invited to see the use of armed force as the consequence of a rational choice, one that was completely integrated into the strategy of people who were in positions of power. Their papers talk about assassinations, riots and wars: beyond the scale and duration of these acts of violence, the goal of the collective response remains the articulation between armed violence and political cultures.

Colloque international Principautés

Gouverner et administrer les principautés en France méridionale à la fin du Moyen Âge (fin XIIIe – début XVIe siècle)

Du 7 novembre 2018 au 9 novembre 2018

Organisé par V. Lamazou-Duplan, D. Bidot-Germa (Université de Pau et des Pays de l’Adour – ITEM EA 3002), P. Courroux (Southampton University-British Academy, membre associé ITEM EA 3002), en collaboration avec le Musée national et domaine du Château de Pau.

Mercredi 7 novembre 2018, à partir de 14h, Université de Pau et des Pays de l’Adour, Amphithéâtre de la Présidence

Jeudi 8 et vendredi 9 novembre 2018, à partir de 9h, Château de Pau, salle des conférences

Ce colloque réunira une vingtaine de chercheurs français et étrangers qui s’intéressent aujourd’hui aux principautés méridionales pour proposer une première synthèse nourrie par les comparaisons (points communs, différences et spécificités), en décloisonnant les aires géographiques (France du sud de la Loire, Guyenne comprise, comparaisons avec l’Italie, la péninsule Ibérique…), les disciplines (histoire, diplomatique et archivistique, histoire de l’art…). Autour des thématiques du gouvernement et de l’administration des principautés méridionales, les communications s’organiseront autour des axes suivants : les sources, les modalités et les enjeux du gouvernement ; les cours et le spectacle du pouvoir princier ; les relais du pouvoir. Une table-ronde entre historiens, archivistes (AD 64 et AGN de Pampelune) et conservateurs (Musée national du Château de Pau) portera sur les problématiques de conservation et de valorisation des archives et des collections princières autour de l’exemple des Foix-Béarn-Navarre.

Alors que sont recomposées aujourd’hui de grandes régions, parfois jugées composites et trop vastes, il n’est pas sans intérêt d’étudier celles que certains convoquent comme leurs ancêtres, ces principautés territoriales médiévales, non moins hétérogènes, et que le prince, pivot de tout pouvoir qui s’y développait, parcourait alors à cheval en plusieurs journées.

Contact : item @ univ-pau.fr   Tel : 05 40 17 52 21

Programme

S’inscrire

Mort et mémoire du prince médiéval

École thématique – 13/14 décembre 2018, Pampelune

Mort et mémoire du prince médiéval –
Quatre scénarios singuliers

Programme SEPULTUS

Inscriptions ouvertes jusqu’au 2 novembre 2018

Programme SEPULTUS
Enterrer le Prince en France et en péninsule Ibérique (Xe-XVe siècle)
Une analyse comparative

Session 2018 Mort et mémoire du prince médiéval. Quatre scénarios singuliers

Coordinateurs du Programme SEPULTUS :
Fermín MIRANDA GARCÍA (Universidad Autónoma de Madrid), Véronique LAMAZOU-DUPLAN (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
Coordinateurs de l’École thématique :  Fermín MIRANDA GARCÍA (Universidad Autónoma de Madrid), María Teresa LÓPEZ DE GUEREÑO SANZ (Universidad Autónoma de Madrid), Eloísa RAMÍREZ VAQUERO (Universidad Pública de Navarra) 
Org. : Proyecto MIGRAVIT (HAR2016-74846P), Universidad Autónoma de Madrid, École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid)
Coll. : Archivo Real y General de Navarra (Gobierno de Navarra), Arzobispado de Pamplona-Tudela.


Accéder au formulaire

Pour toute information logistique, contacter Diego Rodríguez-Peña
diego.rodriguez-penna@uam.es – +34 91 497 5675

Présentation générale du programme SEPULTUS

Bien que la thématique de la mort en tant que sujet historiographique ait une longue histoire, les programmes MIGRAVIT et SEPULTUS tentent de concentrer leurs objectifs dans une perspective très précise liée à une question d’une grande actualité dans le domaine de la recherche en sciences humaines : la construction du pouvoir. L’objectif est donc d’analyser l’usage de la mort comme instrument de représentation du pouvoir politique au plus haut niveau, celui de la Couronne, celui des principautés territoriales, dans son articulation aux valeurs politiques et culturelles collectives.

Autour de la mort princière, les élites dominantes sont capables de construire un discours et des modèles de représentation et de propagande permanents ou temporaires destinés à renforcer ces instruments et à les transformer en modèles de continuité et de transformation intéressés.

La méthode d’analyse choisie vise à une perspective de claire interdisciplinarité (histoire, histoire de l’art, littérature, codicologie, épigraphie, anthropologie, archéologie, musique, etc.) qui permet de construire un prisme interprétatif plus large et une analyse plus approfondie.

Page Web : http://migravit.com

Présentation de l’École thématique

L’objectif de l’atelier est d’initier les  inscrits au doctorat et master 2 (maximum 20) aux multiples sources utilisées par les chercheurs dans leur analyse de la mort des élites médiévales. Compte tenu de la ligne pluridisciplinaire choisie, celles-ci peuvent être de natures très différentes et, donc de même, les angles d’approches. Aujourd’hui, le chercheur ne peut rester indifférent aux virtualités offertes par la multidisciplinarité et donc les possibilités d’analyse ouvertes à toute enquête, quel que soit le sujet du travail.

La « mort des princes » n’est que l’un des nombreux exemples possibles. Les scénarios choisis ouvrent également à des monuments funéraires (ceux de Charles III et d’Eléonore, de l’évêque Barbazán, du chancelier Villaespesa, de la crypte des maréchaux) autour desquels les sessions de travail seront construites comme autant d’éléments singuliers qui permettent, à leur tour, d’articuler des discours plus larges, généralité et singularité étant retenus comme postulats de travail.

Formateurs

  • Ariel Guiance (CONICET) 
  • Eloísa Ramírez Vaquero (Universidad Pública de Navarra) 
  • Érika López (Universidad Autónoma de Madrid) 
  • Fernando Serrano (Universidad de Alcalá) 
  • Herminia Vilar (Universidade de Évora)
  • Isabel Ruiz de la Peña (Universidad de Oviedo) 
  • Véronique Lamazou-Duplan (Université de Pau et des Pays de l’Adour) 
  • Carmen Benítez (Universidad de Sevilla) 
  • Margarita Cabrera (Universidad de Córdoba) 
  • Armando González (Universidad Autónoma de Madrid) 
  • M. Teresa López de Guereño (Universidad Autónoma de Madrid)
  • Juan Carlos Asensio (Escola Superior de Música de Catalunya) 

Conditions pratiques

Inscriptions ouvertes jusqu’au 2 novembre 2018 (18h – heure de Madrid) via le formulaire en ligne

Les sessions se dérouleront à Pampelune (13 décembre) et à Tudela (14 décembre).

L’organisation prévoit le transport entre les deux sites.
L’inscription est gratuite.

L’hébergement, en chambre double, les petit-déjeuner et déjeuner sont pris en charge par l’organisation.

Les participants inscrits prennent en charge leur voyage, de leur lieu de départ jusqu’à Pampelune.

Les sessions consistent en des cours pratiques dispensés par les formateurs sur le traitement des sources liées à différents thèmes.

Les langues de travail seront l’espagnol, le français et le portugais.

Les candidats (doctorants et étudiants en Master) seront informés de l’acceptation de leur candidature avant le 9 novembre 2018.

Lien :

https://www.casadevelazquez.org/recherche-scientifique/news/mort-et-memoire-du-prince-medieval-quatre-scenarios-singuliers/


Semaine internationale d’études médiévales d’Estella

 

Rostros judíos del Occidente medieval

45 semana internacional de estudios medievales de Estella

Centro Cultural Los LLanos – Paseo los Llanos
Estella, Espagne (31200)

17-20 juillet 2018

La semaine internationale des études médiévales d’Estella traite pour la première fois le sujet des communautés juives au Moyen-âge en Occident, dont l’étude a été à l’origine d’une vaste production historiographique liée à la vie sociale, culturelle, économique et politique de toute l’Europe. Les profils, les lumières et les ombres, les visages de ces communautés articulent cette nouvelle édition à partir de l’histoire de la culture juive, son insertion physique et mentale dans les mondes médiévaux, sa présence dans les modes de vie de la période et les images qui y ont été produites et qui ont intégré le patrimoine culturel collectif. Un exercice d’histoire et de mémoire sur le récit de l’exile séfarade ouvre les séances, dédiées aux modes d’intégration ou d’exclusion de ces communautés et leurs manifestations matérielles et culturelles.

https://www.navarra.es/home_es/especial/SemanaEstudiosMedievales/

Programa SIME2018-ENG-FR-v2

Séminaire international de formation avancée – CPIM

Les cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb (VIIIe-XVe siècle)

Session 2018 : Écritures du pouvoir

Du 2 octobre 2018 au 5 octobre 2018

Coordinatrice scientifique : Véronique Lamazou-Duplan (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

Formateurs : Amaia Arizaleta (Université Toulouse – Jean Jaurès) – Pascal Buresi (CNRS (CIHAM-UMR 5648, Lyon / EHESS) – Martine Charageat (Université Bordeaux Montaigne) – Eloísa Ramírez Vaquero (Universidad Pública de Navarra) – Juan Carlos Ruiz Sousa (Universidad Complutense de Madrid).

Pour tout renseignement concernant la logistique, veuillez contacter Ghizlane Bencheikh : ghizlane.bencheikh @ u-bordeaux-montaigne.fr +33 (0)5 57 12 45 55

—————

Présentation générale

Ce séminaire vise à proposer un examen croisé des cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb durant le Moyen Âge (VIIIe-XVe siècle). Dans toute la mesure du possible, et sans jamais rien retirer aux singularités des contextes respectifs, l’étude sera fondée sur une démarche résolument comparatiste et pluridisciplinaire, associant historiens, archéologues, historiens de l’art et littéraires.

À l’encontre des approches essentialistes et différentialistes, fondées sur le mythe de l’existence de deux blocs homogènes et affrontés, il s’agira de mettre en regard différentes expériences politiques, de part et d’autre de la frontière islamo-chrétienne, afin de susciter des rapprochements, de relever des écarts, voire de révéler des situations d’interaction ou d’interdépendance, en matière de fonctionnement étatique et de culture politique, par-delà les antagonismes religieux.

Certes la référence religieuse a valeur fondatrice et imprègne institutions et idéologies de combat (jihad, Reconquista, croisade), mais les acteurs de cette histoire, au travers de leurs pratiques de gouvernement et de leurs imaginaires politiques, mobilisent des répertoires bien plus vastes et plus divers qu’il s’agira d’identifier et de mieux appréhender. C’est à l’exploration de ces cultures politiques, associant à la fois registres textuels et manifestations matérielles du pouvoir, que sont invités les jeunes chercheurs qui participeront au séminaire. Il permettra aux formateurs, doctorants et étudiants de master de se côtoyer plusieurs jours, dans le cadre de formats pédagogiques variés (conférences, présentations, ateliers).

Coord. : Daniel BALOUP (Université Toulouse – Jean Jaurès), Yann DEJUGNAT (Université Bordeaux Montaigne) et Véronique LAMAZOU-DUPLAN (Université de Pau et des pays de l’Adour).

Comité d’organisation : Amaia ARIZALETA (Université Toulouse – Jean Jaurès), David BRAMOULLÉ (Université Toulouse – Jean Jaurès), Laurent CALLEGARIN (EHEHI, Casa de Velázquez), Laurence CABRERO-RAVEL (Université de Pau et des pays de l’Adour), Anna CAIOZZO (Université Bordeaux Montaigne), Isabelle CARTON (Université Bordeaux Montaigne), Martine CHARAGEAT (Université Bordeaux Montaigne), Florian GALLON (Université Toulouse – Jean Jaurès), Fabienne GUILLÉN (Université de Pau et des pays de l’Adour).

Site web : http://www-ausonius.u-bordeaux3.fr/cpim
—————

Renseignements pratiques

La deuxième session du séminaire se tiendra à Bielle (Pyrénées-Atlantiques), du 2 au 5 octobre 2018. Elle réunira six formateurs, 12 doctorants ou jeunes docteurs, et des étudiants de Master (ces derniers étant issus des universités organisatrices).  Le séminaire est gratuit. Les institutions organisatrices assument les frais d’hébergement des participants, à Bielle.

Pour les doctorants et les jeunes docteurs dont la candidature aura été retenue, le voyage jusqu’au point de regroupement de Pau reste à leur charge. Chaque journée de travail sera partagée entre la présentation de leurs travaux par quatre doctorants ou jeunes docteurs, et les interventions de deux formateurs qui prononceront une conférence et animeront un atelier pratique (sur les sources, la bibliographie, les notions, etc.).

Les langues de travail seront le français, l’espagnol, le portugais et l’anglais.

Inscriptions closes

Pour tout renseignement concernant la logistique, veuillez contacter Ghizlane Bencheikh : ghizlane.bencheikh @ u-bordeaux-montaigne.fr +33 (0)5 57 12 45 55

—————

Présentation de la session 2018

AFFICHE-PRESENTATION-CPIM-2018

PROGRAMME-CPIM2018

Cette seconde session de l’atelier sur les cultures politiques en péninsule Ibérique et au Maghreb, du VIIIe au XVe siècle, propose d’étudier la culture et l’expérience politiques au prisme de l’écrit, des écritures du pouvoir. Les renouvellements historiographiques récents permettront d’interroger l’acte d’écrire en le replaçant dans un contexte spécifique, de soupeser le gouvernement et l’administration par l’écrit, le poids de l’écrit dans la culture politique. Les écritures du pouvoir seront envisagées dans toute leur diversité : pluralité des supports (pierre, parchemin, papier, métal, céramique, verre, tissus…), variété des formes et des modalités des pratiques de l’écrit (du brouillon au plus beau manuscrit, en passant par les actes de chancellerie ou de la pratique).

Examiner les fonctions de l’écrit, mais aussi sa réception, pose la question de sa diffusion, des destinataires et des publics, et plus largement de sa place dans la réflexion politique, la culture administrative, judiciaire…

Les écritures du pouvoir cohabitent avec d’autres formes d’expression politique (les images par exemple) ou au sein de collections dans lesquelles les gouvernants rassemblent des titres mais aussi des manuscrits et des objets (archives, bibliothèques, trésors). Cet atelier, qui croisera les disciplines et les comparaisons, permettra un retour aux sources, y compris dans leur dimension très matérielle (lieux d’écriture, matérialité des écritures produites, conservées… au service du pouvoir).

Par ailleurs, conformément à l’orientation générale de l’atelier, l’étude des pratiques et de l’imaginaire politiques sera privilégiée sur celle des discours et des représentations. La réflexion s’articulera autour de trois grandes thématiques :

  • Matérialité, nature, formes et statuts des écrits ;
  • Pratiques et praticiens de l’écrit, élaboration d’une culture administrative (formation à l’écrit ; administration par l’écrit – literacy, numeracy ; notariat ; médiation…) ;
  • Écrits, pratiques de gouvernement et imaginaires politiques.

L’atelier visera non seulement à approfondir ces thèmes et à aborder des études de cas, mais aussi, sur un plan plus méthodologique, à favoriser les comparaisons et la mise en évidence d’interactions dans une recherche constante de dialogue entre les différentes disciplines qui seront représentées (histoire, études littéraires, archéologie, histoire de l’art).

Pour en savoir plus :
https://www.casadevelazquez.org/recherche-scientifique/novedad/les-cultures-politiques-dans-la-peninsule-iberique-et-au-maghreb-viiie-xve-siecle-1/

https://www.casadevelazquez.org/es/investigacion/novedad/las-culturas-politicas-en-la-peninsula-iberica-y-en-el-magreb-siglos-viii-xv-2/

La vie en Gascogne à l’époque des bastides

Parution d’ouvrage :

La vie en Gascogne à l’époque des bastides : marchés et libertés

Sous la direction de Jean-Paul Valois

Avec les contributions de : Monique Bourin, Alain Champagne, Benoît Cursente, Thierry Issartel, Mireille Mousnier, Judicaël Petrowiste.

Pendant la grande croissance du Moyen Age, du XIe au XIVe siècle, s’épanouissent simultanément les premières libertés bourgeoises et une première économie de marché. Les historiens ont récemment renouvelé la vision de ce moment fondateur. Ils ont ici la parole. Que savons-nous dans le Sud-Ouest des marchés et de la vie économique? Comment notre notion moderne de “libertés” était-elle ressentie et vécue par les habitants, dans les bastides par exemple?

Editeurs : Bastides 64 et Cercle Historique de l’Arribère

ISBN : 978-2-918404-29-3

221 pages, 12 EUR

mai 2018

Voir le sommaire

La mort des Princes au Moyen Âge

COLLOQUE INTERNATIONAL
La mort des Princes au Moyen Âge
Bilan et perspectives historiographiques


Projet MIGRAVIT-SEPULTUS

Coordination:
Véronique LAMAZOU-DUPLAN (Université de Pau et des Pays de l’Adour),

María Teresa LÓPEZ DE GUEREÑO (Universidad Autónoma de Madrid),

Fermín MIRANDA (Universidad Autónoma de Madrid)

Organisation:
École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid),
Universidad Autónoma de Madrid

Analyser la mort des élites dirigeantes de la société médiévale demande comme point de départ méthodologique de mettre à jour nos connaissances tant sur le plan historiographique que sur celui des sources disponibles.

Postulant de son utilisation en tant qu’instrument de pouvoir et de représentation pour la monarchie et la haute aristocratie laïque et ecclésiastique, on s’attachera à démontrer la valeur de la mort dans l’articulation des idéaux collectifs politiques et culturels. La mise en commun d’approches pluridisciplinaires permettra de renouveler les perspectives de recherche et d’analyser, dans le temps et dans
l’espace, différentes facettes telles que la mémoire, la liturgie, la légitimité, les discours de représentation et de propagande, sans oublier les espaces privilégiés de sépulture. Il sera ainsi possible de comparer les questions posées dans les différents domaines d’étude (histoire, histoire de l’art, compositions musicales, récits littéraires et moraux, inscriptions funéraires ou anthropologie) et les divers
territoires qui composent la réalité sociopolitique de la France et de la péninsule Ibérique, al-Andalus compris, entre le XIe et le XVe siècle.

Télécharger le programme

Les alter egos des souverains

Vice-rois et lieutenants généraux en Navarre, Espagne et France à la Renaissance

Rencontre scientifique soutenue par l’Agence Nationale de la Recherche dans le cadre du projet Actes royaux de Navarre (ACRONAVARRE) porté par l’UPPA.

Journée d’étude sous la direction de Philippe CHAREYRE, en collaboration avec Dénes HARAI et Álvaro ADOT.

Présentation

Les souverains de la période médiévale et de la Renaissance sont amenés à de fréquents déplacements pour défendre par la diplomatie ou les armes leurs possessions et pour s’assurer de leur fidélité. Dans un temps où les déplacements sont longs et aléatoires, pour assurer la permanence du gouvernement de leurs États et la défense de leurs intérêts ils sont amenés à désigner des représentants de confiance pouvant les représenter en toute confiance, des alter ego dont le titre peut varier, vice-roi, lieutenant-général, selon les pratiques locales et les circonstances. Dans certains cas, en raison d’un trop grand éloignement prolongé ou de l’exercice de multiples souverainetés, cette fonction peut même devenir pérenne. D’où les spécificités du choix de ces représentants de la personne même du souverain, dont l’origine et l’autorité ne peuvent être que distinctes de celles des officiers des chancelleries et des conseils sur lesquels ils ont autorité. À travers les actes émis et les correspondances entretenues par les vice-rois et les lieutenants généraux, cette journée d’étude s’attache à l’analyse des pratiques gouvernementales et administratives des représentants des souverains. Quelle est la nature des personnes désignées pour exercer la charge de vice-roi et celle de lieutenant général ? Quelles sont les modalités de désignation, de prise et de sortie de fonction ? Avec quel entourage gouvernent-ils ? Quelles sont leurs attributions et domaines d’interventions en tant qu’alter ego des rois et reines ? Comment exercent-ils leur fonction sur un espace donné et comment les évènements qui se déroulent dans cet espace ou dans des espaces voisins influent-ils sur les modalités d’exercice de leur fonction ? Qu’est-ce que leur gouvernement nous apprend sur leurs liens avec les souverains, avec les conseils et cours royaux ainsi qu’avec les assemblées d’états ? Comment apparaissent-ils dans les cérémoniaux ? Dans un premier temps, ces problématiques seront explorées dans le cadre des possessions des souverains de Navarre tout en tenant compte des autres pratiques ibériques et françaises, afin de permettre par la même occasion de mieux situer l’expérience navarraise du gouvernement par délégation dans l’Europe médiévale et moderne.

Programme

9.00 – Accueil 9.15 – Introduction : Philippe Chareyre (UPPA) : Réflexions sur la notion de lieutenant général dans les traités politiques du xvie siècle

Substituts du roi et vice-rois en Navarre

Modératrice : Véronique Lamazou-Duplan (UPPA)
9.45 – Eloísa Ramírez Vaquero (Universidad Pública de Navarra) : Les substituts du roi de Navarre au Moyen Âge : sénéchaux, gouverneurs, lieutenants
10.15 – Álvaro Adot (Casa de Velázquez) : Les premiers vice-rois en Navarre (1479-1486) : attributions de gouvernement et modèles d’émission documentaire
10.45 – Pause 11.00 – Joaquín Salcedo Izu (Universidad de Navarra) : Administración civil y militar a cargo de los virreyes de Navarra del siglo xvi
11.30 – Discussion

Lieutenants généraux en Basse-Navarre, Béarn et France

Modérateur : Philippe Chareyre (UPPA)
14.00 – Dénes Harai (UPPA) : Les nominations et les attributions des lieutenants généraux de Jeanne d’Albret et d’Henri de Navarre (1563-1576)
14.30Marie-Hélène Grintchenko (Collège des Bernardins, Faculté Notre-Dame) : « Regente et loctenante generale » : modalités et variations de l’exercice du pouvoir de Catherine de Bourbon-Navarre (1577-1592)
15.00 – Pause 15.15 – Thierry Rentet (Université Paris XIII) et Mark Greengrass (University of Sheffield) : Un merum imperium à l’épreuve des temps. Bertrand Simiane de Gordes, lieutenant du roi en Dauphiné (1565-1578)
15.45 – Discussion

Télécharger la présentation et le programme

L’exploitation du sel de Salies-de-Béarn

L’exploitation du sel de Salies-de-Béarn de la Protohistoire à l’époque médiévale

Approches croisées de la Géologie, de l’Histoire et de l’Archéologie

Séminaire
(Contextes d’émergence des eaux salifères sur l’anticlinal de Léren,
et leurs modalités d’exploitation).

 

18 et 19 janvier 2018,
Salon Bleu et salle de la Rotonde,
centre des Congrès de Salies de Béarn

 

Un programme collectif de recherches a été mené entre 2013 et 2015 (dir. P. Marticorena, TRACES UMR 5608), avec pour objectif l’identification d’indices d’exploitations saunières les plus anciens possibles sur la commune de Salies-de-Béarn. Le postulat initial supposait, par la concentration remarquable d’outils lithiques socialement valorisées (haches allochtones en fibrolite notamment), les prémisses d’exploitations des eaux salées dès le Néolithique final et la mise en place de circuits d’échanges de biens à fortes valeurs ajoutées. Des sondages manuels, ponctués de sondages mécanisés plus profonds, ont surtout concerné les sites archéologiques déjà identifiés et leurs abords, en recherchant des restes d’activités saunières par horizons sédimentaires distincts.

Un second programme collectif de recherches se concentre désormais sur les conditions d’émergences des eaux salifères et sur les modalités techniques de leur exploitation.

La zone d’étude est cette fois élargie, concernant l’ensemble des communes recouvrant l’anticlinal de Léren (Auterrive, Carresse-Cassaber, Leren, Saint-Dos, Saint-Pé-de-Léren, Salies-de-Béarn). C’est en effet sur toute la surface de cet ancien diapir perçant que les différentes composantes de l’horizon triasique (ophites, gypses, argiles, sels…) sont faiblement enfouies, en fonction de la topographie et des épaisseurs des dépôts fluviatiles qui les recouvrent. Cette histoire géologique complexe concourt à des remontées d’eaux parfois fortement chargées en chlorures de sodium sur toute la superficie de 45 km² environ sur lesquels s’étend cet anticlinal. Seuls les taux de salinités peuvent varier.

Or un rapide état des lieux archéologique traduit une forte densité d’activités saunières protohistoriques et antiques à l’est de la zone d’étude, en contradiction avec l’étendue potentielle des ressources salifères réparties sur tout l’anticlinal.

Il est donc fondamental d’évaluer les possibilités passées d’accès à l’eau salée. Ce n’est qu’à cette condition que nous interpréterons les interactions entre les ressources directes (émergences naturelles de surface), les zones favorables à la mise en place de systèmes plus élaborés (puits, adductions etc…) et les implantations archéologiques réellement avérées à ce jour.

C’est donc un projet ambitieux fondé sur des approches géologiques, géophysiques, pédologiques, hydrogéologiques qui se met en place. Une meilleure connaissance des couvertures sédimentaires, de la géométrie des dépôts et ses évolutions, des circulations hydrographiques permettra de tenter un zonage des secteurs les plus propices.

Enfin, la réalisation récente d’opérations d’archéologie préventive (INRAP), a permis d’exploiter une partie des données mises au jour anciennement mais restées inédites. Les connaissances acquises nous orientent vers deux problématiques :

–                      Une clarification des chaines opératoires et de leur évolution sur plus d’un millénaire (âge du Bronze/Epoque Antique)

–                      Une recherche sur les débouchés possibles de la production de sel. Des liens étroits avec l’élevage et la fabrique de salaisons sont ainsi supposés.

Ces travaux permettront d’inscrire le site de Salies-de-Béarn dans une dynamique globale reliée au nord de la péninsule Ibérique avec laquelle des liens semblent pouvoir être établis.

Télécharger le programme

Séminaire international de formation avancée CPIM

La première session du séminaire international sur Les Cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb, du VIIIème au XVème siècle (CPIM) a réuni 46 participants, à Bielle, en vallée d’Ossau (séjour et séances de travail au VVF Arriumage).

Les participants au séminaire CPIM -oct 2017

Co-organisé par les universités de Bordeaux-Montaigne, Pau et Pays de l’Adour, Toulouse-Jean Jaurès et leurs laboratoires respectifs, en partenariat avec l’École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), ce séminaire vise à proposer un examen croisé des cultures politiques dans les aires géographiques envisagées et connectées, en particulier au Moyen Âge. Sans jamais rien retirer aux singularités des contextes respectifs, l’approche est fondée sur une démarche résolument comparatiste et pluridisciplinaire, associant historiens, archéologues, historiens de l’art, linguistes et littéraires.

Pour la première édition 2017 (celles de 2018 et 2019 sont déjà programmées), la thématique retenue était celle du recours aux armes en péninsule Ibérique et au Maghreb, du VIIIème au XVème siècle (coordinateur scientifique D. Baloup, université Toulouse Jean Jaurès). La réflexion s’est articulée autour de trois grands types d’événements : la contestation violente de l’autorité, les affrontements armés dans le champ politique, la guerre.

Cet atelier doctoral international offre pour l’heure douze places pour des doctorants, post-doctorants et jeunes chercheurs, recrutés sur appel à candidature et sur sélection des dossiers présentés sur la plate-forme numérique de la Casa de Velázquez. Vingt-six candidatures ont été jugées recevables, douze ont été retenues (six Espagnols, cinq Français, un Italien). Ces jeunes chercheurs ont pu exposer leurs recherches (30 mn). Un doctorant palois, spécialiste d’histoire militaire médiévale, est intervenu, de même qu’un étudiant inscrit en doctorat à l’UPNA, autre université du réseau Iberus. Les autres doctorants et jeunes chercheurs représentaient les universités de Cantabria, d’Oviedo, Autonoma de Barcelona, Autonoma de Madrid, de Valencia, de Lyon 2, de Paris IV Sorbonne, de Paris I Panthéon-Sorbonne.

Ce séminaire est également ouvert aux étudiants de master recherche des trois universités organisatrices. Au cours de ces quatre jours consécutifs de formation et de cohabitation, ils ont ainsi eu l’opportunité d’entrer en contact direct et intensif avec une recherche internationale et spécialisée. Aux côtés des quatorze étudiants bordelais et de deux toulousains, six étudiants palois ont participé à cette session (quatre en master HCP Histoire médiévale – dir. V. Lamazou-Duplan, un en master HCP, Archéologie médiévale – dir. A. Champagne et un en Master LLCE – dir. F. Guillén).

Six enseignants-chercheurs français et espagnols, dont les travaux portent sur la thématique, ont été sollicités pour prononcer des conférences plénières et animer des ateliers dirigés en groupes plus restreints : Daniel Baloup (Université Toulouse – Jean Jaurès), Yassir Benhima (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), Arsenio Dacosta (Universidad de Salamanca), Sophie Gilotte (UMR 5648 CIHAM, Lyon), Fabienne Guillén (Université de Pau et des pays de l’Adour) et Juan José Larrea (Universidad del País Vasco / Euskal Herriko Unibertsitatea). (programme)

Un ouvrage regroupant les contributions des formateurs, des doctorants et des jeunes docteurs sera publié. L’objectif est qu’il soit disponible pour le prochain séminaire 2018. Rendez-vous est déjà pris la première semaine d’octobre 2018… à Bielle, en vallée d’Ossau, qui continue ainsi à faire vivre les traditions de passage et d’échanges entre les deux versants pyrénéens.

Coordinateurs CPIM :

  • Daniel Baloup (Université Toulouse – Jean Jaurès),
  • Yann Dejugnat (Université Bordeaux Montaigne),
  • Véronique Lamazou-Duplan (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

Comité d’organisation :

  • Amaia Arizaleta (Université Toulouse – Jean Jaurès),
  • David Bramoullé (Université Toulouse – Jean Jaurès),
  • Laurent Callegarin (Casa de Velázquez),
  • Laurence Cabrero-Ravel (Université de Pau et des Pays de l’Adour),
  • Isabelle Cartron (Université Bordeaux Montaigne),
  • Martine Charageat (Université Bordeaux Montaigne),
  • Fabienne Guillén (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

À l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, ce projet est porté par le laboratoire ITEM (EA 3002 Identités, territoires, expressions, mobilités), en partenariat avec l’école doctorale en Sciences sociales et humanités, avec le soutien de la fédération de recherche Espace, frontière, métissage, du laboratoire de recherche Langues Littératures Civilisations de l’Arc Atlantique et du Conseil de la recherche de l’UFR lettres, langues, sciences humaines et sport.

Pour plus d’informations, site CPIM : http://ausonius.u-bordeaux3.fr/cpim

Séminaire international de formation avancée CPIM

LES CULTURES POLITIQUES DANS LA PÉNINSULE IBÉRIQUE ET AU MAGHREB  (VIIIe-XVe siècle)

Séminaire international de formation avancée – Bielle en Ossau,  2 au 5 octobre 2017

Session 2017 : le recours aux armes

Organisé par les universités de Bordeaux-Montaigne, Pau et Pays de l’Adour, Toulouse-Jean Jaurès, et leurs laboratoires respectifs, en partenariat avec l’École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), ce séminaire vise à proposer un examen croisé des cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb au Moyen Âge (VIIIe-XVe siècle). Dans toute la mesure du possible, et sans jamais rien retirer aux singularités des contextes respectifs, l’étude sera fondée sur une démarche résolument comparatiste et pluridisciplinaire, associant historiens, archéologues, historiens de l’art et littéraires.

Cette première édition 2017 (celles de 2018 et 2019 sont déjà programmées) portera sur la place occupée par le recours aux armes dans les cultures politiques en péninsule Ibérique et au Maghreb, du VIIIe au XVe siècle. Le choix du terrain exclut la prise en compte des violences crapuleuses (banditisme, agressions, rixes, etc.), même si la distinction n’est pas toujours facile à établir avec certaines situations qui seront étudiées. Par ailleurs, conformément à l’orientation générale de l’atelier, l’étude des pratiques et de l’imaginaire politiques sera privilégiée sur celle, plus habituelle s’agissant de ces questions, des discours et des représentations. La réflexion s’articulera autour de trois grands types d’événements : la contestation violente de l’autorité ; les affrontements armés dans le champ politique ; la guerre.

Le séminaire réunira à Bielle en vallée d’Ossau, du 2 au 5 octobre 2017,

  • six formateurs, spécialistes de la thématique : Yassir Benhima (Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3) ; Arsenio Dacosta (Universidad de Salamanca) ; Sophie Gilotte (UMR 5648 CIHAM, Lyon) ; Fabienne Guillén (Université de Pau et des pays de l’Adour) ; Juan José Larrea (Universidad del País Vasco / Euskal Herriko Unibertsitatea).
  • douze doctorants ou jeunes docteurs, sélectionnés sur dossier via la plate-forme de la Casa de Velázquez. Après l’appel à candidatures, 27 dossiers ont été examinés, 12 candidats ont été retenus, majoritairement issus d’universités ibériques.
  • des étudiants de Master issus des universités organisatrices.

Chaque journée de travail sera partagée entre la présentation des travaux des jeunes chercheurs et les interventions de deux formateurs qui prononceront une conférence et animeront un atelier pratique (sur les sources, la bibliographie, les notions…etc.). Les langues de travail seront le français, l’espagnol, le portugais et l’anglais. Dans l’année suivant le séminaire, un ouvrage regroupant les contributions des formateurs, des doctorants et des jeunes docteurs sera publié.

Programme :

Télécharger le programme

Coordinateurs :
Daniel Baloup (Université Toulouse – Jean Jaurès), Yann Dejugnat (Université Bordeaux Montaigne) et Véronique Lamazou-Duplan (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

Comité d’organisation :
Amaia Arizaleta (Université Toulouse – Jean Jaurès), David Bramoullé (Université Toulouse – Jean Jaurès), Laurent Callegarin (Casa de Velázquez), Laurence Cabrero-Ravel (Université de Pau et des Pays de l’Adour), Isabelle Cartron (Université Bordeaux Montaigne), Martine Charageat (Université Bordeaux Montaigne), Fabienne Guillén (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

À l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, ce projet est porté par le laboratoire ITEM (EA 3002 Identités, Territoires, Expressions, Mobilités), en partenariat avec l’École doctorale SSH, le soutien de la Fédération de recherche Espace Frontière Métissage, le laboratoire Langues Littératures Civilisations de l’Arc Atlantique, le Conseil de la Recherche LLSHS.

Pour plus d’informations, site CPIM : http://ausonius.u-bordeaux3.fr/cpim

Febus 2.0

 

Le laboratoire de l’université de Pau et des pays de l’Adour ITEM (EA 3002) est partenaire du projet Febus 2.0, porté par l’Atelier In8 installé à Serres-Morlaas, lauréat de l’appel à projets régional Aquitaine Cultures connectées 2015.

Cette création transmédia vise à présenter le patrimoine intellectuel et territorial du Béarn de Fébus à travers trois bandes dessinées (format 16 x 24cm, 32 pages, couleur), une application gratuite pour téléphone mobile ou tablette, permettant un jeu géolocalisé articulé à la lecture et à des visites des sites fébusiens.

Les trois bandes dessinées (Zénith, Soleil noir, Eclipse) ont été scénarisées par Catmalou (adaptatrice du roman Le dernier des Mohicans), retraçant les grands moments de la vie de Fébus entre roman d’espionnage et policier. Les dessins, inspirés de l’esthétique des comics, sont signés Joseph Lacroix, dessinateur toulousain qui a travaillé pour les éditeurs américains de Diablo 3 et World of Warcraft. Véronique Lamazou-Duplan et Dominique Bidot-Germa, maîtres de conférences en histoire du Moyen Âge à l’UPPA, ont apporté leur conseil scientifique à cette création qui cible les élèves de collège.

Depuis le 1er juin 2017, le site www.febusaban.fr est ouvert, les comics ont été distribués à 8000 collégiens béarnais et sont disponibles sur le site web, dans les Espaces Culturels Leclerc du sud-ouest, l’application mobile est téléchargeable…

Des événements et présentations seront prochainement organisés en Béarn, aux châteaux de Montaner, Moncade, à la médiathèque d’Orthez, au Parvis de Pau.

Premier rendez-vous, le vendredi 9 juin 2017, Tour Moncade, à Orthez, 19h

L’Atelier In8, le label Pays d’Art et d’Histoire d’Orthez et du Béarn des Gaves et Orthez Animations, ont le plaisir de vous convier au lancement du projet transmedia Febus 2.0 au Château Moncade à Orthez le 9 juin à 19h.

  • Présentation du projet par Fabrice Delpech
  • Dialogue autour de la création des planches des Comics avec la participation de Véronique Lamazou-Duplan, Dominique Bidot-Germa (maîtres de conférences de l’université de Pau) et Joseph Lacroix (dessinateur).
  • Séance de signature et animation théâtralisée autour de Gaston Fébus.