Archives par mot-clé : mondialisation

Penser les identités dans la mondialisation

Séminaire doctoral interdisciplinaire

 9h 00 – 13h 00

Amphithéâtre de la Présidence

 

Ce séminaire doctoral interdisciplinaire est organisé sous l’égide de la Fédération de recherche Espaces, Frontières, Métissages et de l’Ecole doctorale des Sciences Sociales et Humanités, avec le soutien des Laboratoires ITEM et ALTER de l’UPPA.

Les questions introductives à ce séminaire doctoral s’entendent de la manière suivante : comment penser et repenser les identités et les appartenances culturelles dans la mondialisation, lorsque les disciplines des sciences sociales et humaines notamment sont calées sur la dimension nationale et étroitement liées à la construction des Etats-Nations ? Comment penser nos modes d’organisation à l’échelle globale à partir de micro-échelles ? Et quels liens établir entre identité et mondialisation ? De manière générale, l’identité est à la fois pour les individus, une catégorie de pratique et une catégorie distinctive d’analyse, de catégorisations des personnes et de classification des choses auxquelles chaque individu recourt pour catégoriser ; c’est-à-dire opérer des classements sociaux, soit de façon subjective, soit de manière objective selon ses représentations culturelles et sociales du monde. Or, le développement de nouvelles cultures planétaires portées par le cosmopolitisme et les divers métissages contemporains conduit par ailleurs à la production de nouvelles identités transnationales, transfrontalières et déterritorialisées. Cette connexion du local et du mondial[1] a des incidences sur les constructions identitaires dans le contexte de la mondialisation contemporaine.

PROGRAMME

-Pr. Christine LE QUELLEC COTTIER, Université de Lausanne (Suisse)

Identités et appartenances culturelles : repenser les jalons de l’histoire littéraire francophone africaine »

-Pr. Jacques JAUSSAUD, CATT- Université de Pau et des Pays de l’Adour (France)

Firmes multinationales et contraintes locales : quelques questions d’identité

-Pr. Abel KOUVOUAMA, ITEM – Université de Pau et des Pays de l’Adour (France)

Métamorphoses des identités : mondialisation et transnationalisation

 

[1]  Lire notamment Jean Copans, Développement mondial et mutations des sociétés contemporaines », Paris, Armand Colin, collection 128, 2006.

Parution de l’ouvrage « Sociétés en mutation dans l’Afrique contemporaine. Dynamique locales, dynamiques globales »

L’ouvrage « Sociétés en mutation dans l’Afrique contemporaine. Dynamiques locales, dynamiques globales » vient de paraître aux Editions Karthala.
(Sous la direction de Régine Tchicaya-Oboa, Abel Kouvouama (UPPA) et Jean-Pierre Missié, 2014, 552 p.)

societes-en-mutation-dans-l-afrique-contemporaine-dynamiques-locales-dynamiques-globales

 

 

Les sociologues et anthropologues réunis à Brazzaville en 2010, là où Georges Balandier a longtemps travaillé et formulé ses premières hypothèses, ont voulu en premier lieu rendre hommage à ses travaux dont l’actualité manifeste toujours le caractère novateur et exemplaire. En second lieu, ils se sont interrogés à nouveaux frais sur le positionnement de la sociologie dans les sociétés africaines, toutes en mouvement et inscrites dans le processus de mondialisation des rapports politiques et socio-économiques.

Les mutations ont été analysées dans des approches comparées et des regards croisés, au niveau local et au niveau global. Les questions centrales qui traversent les différentes contributions se déclinent à travers plusieurs questions : quel éclairage scientifique le chercheur en sciences sociales et humaines peut-il apporter à la compréhension des mutations des sociétés contemporaines ? Quelles sont les réponses données par les institutions et les acteurs nationaux et internationaux (l’État, les individus, la société civile, les ONG nationales et internationales) à ces mutations ? Quelle posture peut adopter la sociologie face aux questions scientifiques, pédagogiques, et face à la demande sociale ?

Sont ainsi abordés dans cet ouvrage des sujets comme les mutations politiques en Côte d’Ivoire et au Sénégal depuis les indépendances ; la santé au Congo-Brazzaville et la médecine traditionnelle en RDCongo ; la place de l’économie informelle ; les stratégies des migrants ouest-africains et la création d’entreprises ; la chanson chrétienne et les figures du religieux dans la chanson congolaise ; les Églises du réveil à Kinshasa.

Régine Tchicaya-Oboa est maître-assistante en sociologie (CAMES) à l’Université Marien Ngouabi de Brazzaville.

Abel Kouvouama est professeur d’anthropologie à l’Université de Pau et des pays de l’Adour.

Jean-Pierre Missié est maître de conférences (CAMES) à l’Université Marien Ngouabi de Brazzaville.

Parution de l’ouvrage « Partages d’espaces. Regards croisés sur l’Art et la Géopolitique », PUPPA.

L’ouvrage « Partages d’espaces. Regards croisés sur l’Art et la Géopolitique » sous la direction d’Evelyne Toussaint (Aix Marseille Université) et Michael Parsons (UPPA – Fédération de recherche « Espaces, Frontières, Métissages ») vient de paraître aux Presses de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Partages d’espaces

Faut-il, aujourd’hui, faire encore « l’éloge des frontières » ? La mondialisation actuelle relève-t-elle, comme l’espérait Edward Said, d’un « globalisme salutaire que l’on trouve, par exemple, dans les mouvements pour l’environnement, la coopération scientifique, le souci universel des droits de l’homme, des concepts de pensée globale qui font prévaloir la communauté et le partage sur une domination de race, de sexe et de classe », ou bien est-elle le symptôme d’une idéologie annonciatrice de tous les replis identitaires narcissiques et meurtriers ? Le partage d’espaces physiques et virtuels est-il la voie de l’émancipation ou, au contraire, la marque de l’assujettissement à un « Empire » totalisant, annonciateur d’un illettrisme généralisé cyniquement orchestré par des réseaux de communication inféodés aux cotations boursières ?
Que font les artistes de ces questions portant sur l’actualité de notre monde ? Quelles sont les théorisations élaborées en histoire de l’art, en philosophie, en histoire, en littérature et en esthétique au sujet de ces mutations géopolitiques, de leurs fondements et des productions artistiques qui s’y rapportent ?

http://www.presses-univ-pau.fr/cart/Details/131/4/sciences-humaines/partages-drsquoespaces.html

Appel à communication – Colloque international « Les échos internationaux de la Révolution des Œillets ». Paris, 23-24 octobre 2014

 

 Les échos internationaux de la Révolution des Œillets 

Colloque international, Paris, 23-24 octobre 2014

Organisation scientifique : Maria-Benedita Basto (Université de Paris Sorbonne), Yves Léonard (Sciences Po-Paris), Caroline Moine (Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines) et Victor Pereira (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

 

Rarement évoqué jusque-là dans les médias occidentaux et puissance jugée mineure sur la scène internationale, le Portugal a soudain attiré tous les regards à la suite du coup d’Etat militaire du 25 avril 1974. L’événement a eu de fait de nombreuses répercussions dans différents pays et dans plusieurs domaines (politique, artistique, intellectuel, etc.). A l’occasion du quarantième anniversaire de la Révolution des Oeillets, ce colloque se propose de revenir plus particulièrement sur la dimension mondiale du « Processus Révolutionnaire en Cours » (PREC).

Grâce à l’ouverture ces dernières années des archives diplomatiques de nombreux pays, la dimension internationale de la Révolution des Œillets a déjà été en partie bien analysée : plusieurs travaux ont ainsi pu restituer avec précision l’attitude notamment des gouvernements occidentaux, européens ou non, face aux événements instables qui agitaient alors le Portugal. Ce colloque désire cependant déplacer le regard porté jusqu’ici sur les échos internationaux de la Révolution en s’intéressant non pas tant aux acteurs diplomatiques et étatiques mais plutôt aux autres acteurs et médiateurs européens en jeu, institutionnels ou non, collectifs ou individuels, nationaux et internationaux voire transnationaux, comme les partis et mouvements politiques, les journalistes, les intellectuels, les artistes, etc.

Inscrite dans la lignée des « années 1968 » tout en succédant de quelques mois au coup d’Etat de Pinochet au Chili qui avait mis fin le 11 septembre 1973 au gouvernement d’Unité populaire de S. Allende, la Révolution des Œillets s’est produite en pleine “coexistence pacifique” entre les deux Grandes Superpuissances, dans un contexte bien particulier traversé de dynamiques parfois opposées – et dont il est important d’analyser les multiples imbrications et enjeux. Parmi ses différentes lectures possibles, elle a été perçue par beaucoup comme l’aboutissement d’un processus révolutionnaire mondial et a ainsi suscité un grand espoir dans de nombreux partis de gauche et d’extrême gauche ou, au contraire, des inquiétudes au sein des droites et extrêmes-droites. Signe de l’émotion et de la mobilisation suscitée, intellectuels, artistes, militants politiques se sont déplacés en nombre au Portugal durant les mois qui ont suivi le 25 avril 1974 pour y vivre au jour le jour une révolution en cours voire jouer un rôle dans ce processus qui annonçait un autre configuration possible des relations sociales et l’utopie rêvée d’un autre ordre mondial. Le Portugal a ainsi accueilli dans cette période des milliers d’Européens et d’autres continents, pour beaucoup de l’Amérique latine et du Nord, qui y recherchaient souvent des réponses à des discussions et des débats inscrits pourtant dans d’autres contextes nationaux. Quelle fut la portée mondiale d’une telle mobilisation?

 

Parmi les axes de réflexion qui seront abordés au cours de ce colloque, trois peuvent être dégagés, s’inscrivant chacun dans une perspective comparatiste :

la médiation et la perception de la Révolution des Oeillets en Europe. Comment ont été diffusés hors du pays les différents moments de la Révolution? Quels sont ceux qui ont joué le rôle de médiateurs et de passeurs, en se rendant notamment au Portugal (journalistes, militants de partis politiques ou d’association, documentaristes, etc.) ? Quel fut le rôle des médias (presse écrite, audiovisuelle, films…) dans la reprise ou la création d’un imaginaire révolutionnaire ? En quoi d’autres moments de rupture, de transition et de révolution (1917, 1968, le coup d’Etat au Chili…) ont-ils été mobilisés ici pour tenter de comprendre ce qui se déroulait ?

les formes de mobilisations et d’actions de solidarité internationale mises en oeuvre – aussi bien pour soutenir la Révolution que pour aider la droite et l’extrême-droite portugaises. Comment ce moment de l’histoire portugaise s’est-il inscrit dans d’autres luttes politiques, nationales et transnationales ? Se pose bien sûr ici la question de l’héritage des mouvements de solidarité lancés du temps de la dictature. Quels furent les discours mais aussi les formes d’action privilégiées (rédaction de journaux, de tracts, de textes théoriques…) et les appropriations militantes de la Révolution? Quels effets eurent de telles pratiques, tant au Portugal que dans le reste du monde ? En quoi peuvent-elle révéler l’existence de réseaux de soutien, à gauche comme à droite, à l’échelle mondiale?

– Plus spécifiquement, quel rôle ont joué la culture et la production artistique dans une telle mobilisation et médiation de la Révolution des Œillets? Les événements de cette période ont été abondamment filmés, décrits, dépeints, chantés – le plus souvent dans une approche militante. Quelles traces artistiques reste-t-il de la Révolution au moment du « désenchantement des clercs » ? Et que nous disent-elles à nous historien/nes?

 

Calendrier :

Envoi des propositions (résumé d’une page et un court Curriculum Vitae) jusqu’au 25 avril 2014

Réponse des organisateurs : 10 mai 2014

 

Lieu du colloque:

Paris, Fondation Calouste Gulbenkian, 39, Boulevard de la Tour-Maubourg (7ème arrondissement)

Dates:

23 et 24 Octobre 2014

Langues:

Français, portugais et anglais

 

 

Contact :

victor.pereira@univ-pau.fr