Archives par mot-clé : modernisation

Le Kenya en marche 2000-2020

Marie-Aude Fouéré, Marie-Emmanuelle Pommerolle et Christian Thibon (eds.)

  • Éditeur : Africae Studies
  • Collection : Africae Studies
  • Lieu d’édition : Paris & Nairobi
  • Année d’édition : fin décembre 2020
  • Publication sur OpenEdition Books : 15 décembre 2020
  • EAN (Édition imprimée) : 9782957305872
  • EAN électronique : 9782957305865
  • DOI : 10.4000/books.africae.2009
  • Nombre de pages : xii-433 p.

Cet ouvrage offre une saisie synthétique et des visions particulières du Kenya en ce premier quart du XXIe siècle. Il rassemble des contributions rigoureuses et accessibles pour montrer comment, depuis l’alternance de 2002, le Kenya s’efforce de changer par la modernisation économique et la libéralisation politique. Les transformations annoncées voient le jour, même si les legs du passé et les habitus politiques en ralentissent la marche. Les différents chapitres nous mènent du capitalisme développemental kényan à la grande pauvreté et aux inégalités vivaces, des réformes sur le papier aux mises en œuvre en demi-teinte dans de multiples secteurs : gouvernance décentralisée, ressources naturelles, foncier, éducation. L’histoire ancienne et coloniale, la diversité du peuplement au Kenya permettent de mieux comprendre les clivages politiques, religieux et communautaires, les asymétries entre villes et campagnes, entre Nairobi et la côte, dans un Kenya ouvert sur le monde, autant par le commerce et la finance que par les réseaux de l’art.

Régionalisme, ruptures et innovation architecturale

Journée d’étude internationale

Le 20 février 2019

Organisée par Eusko Ikaskuntza Iparralde-Société d’Études Basques, la Universidad del País Vasco-Euskal Herriko Unibertsitatea et l’Université de Pau et des Pays de l’Adour

Bizkaia Aretoa, Bilbao

Direction scientifique et coordination 

Viviane Delpech, chercheur, Université de Pau et des Pays de l’Adour, vice-présidente Recherche d’Eusko Ikaskuntza Iparralde

Comité scientifique

Esteban Castaner Muñoz, professeur, Université de Perpignan-Via DomitiaViviane Delpech, chercheur, UPPAJean-Baptiste Minnaert, professeur, Université Paris-SorbonneFrancisco Javier Muñoz Fernández, profesor titular, Universidad del País Vasco-Euskal Herriko Unibertsitatea

A propos

La question de l’architecture contemporaine, d’autant plus dans les régions à forte identité comme le Pays basque, soulève un débat intemporel qui interroge les historiens de l’architecture depuis plusieurs décennies et aux quatre coins du monde. Il semble communément admis que l’architecture régionaliste, basque ou autre, implique un paradoxe apparemment insoluble opposant les ambassadeurs de la modernité et du progrès aux tenants de la tradition et de l’identité, comme si les uns et les autres étaient fondamentalement antinomiques et absolument incompatibles. Or, cette analyse réductrice correspond à une interprétation empreinte des clichés du modernisme et du traditionalisme qui ne reflète pas la réalité où, plutôt qu’elles ne s’affrontent, coexistent et parfois se confondent divers partis esthétiques et influences géographiques.

Dans le contexte de la mondialisation où elle cherche à préserver ses racines autant qu’à innover, la production architecturale, régulièrement portée sur la scène médiatique, interroge la société sur son rapport au temps et son identité. C’est pourquoi l’évolution de la création en architecture peut paraître difficile à envisager, car elle renvoie à des questionnements existentiels sur l’essence et la permanence de la culture et de la vie. Ainsi les débats générés par l’architecture contemporaine sont-ils révélateurs des tensions qui, à toute époque, surgissent entre passé et avenir, tradition et progrès, sécurité de l’acquis et peur instinctive de l’inconnu et du changement.

Dans la mesure où l’architecture régionaliste est bien étudiée et connue, cette journée d’étude souhaite se focaliser sur l’esthétique en rupture avec les formes traditionnelles et historicistes de la construction et les stéréotypes tenaces qui en découlent. Il s’agit de réfléchir aux façons dont la création architecturale s’affranchit de normes et de conventions locales souvent archaïques pour s’adapter au mode de vie et au goût contemporain, en s’intéressant aux modèles nouveaux insérés dans un paysage porteur d’histoire mais en analysant aussi comment dialoguent l’héritage vernaculaire et l’innovation architecturale. Plus encore, il s’agira de démontrer que les régions marquées du sceau du pittoresque et de l’historicisme promu au XIXe siècle, avec, par exemple, les clichés néo-labourdin, anglo-normand, néo-mauresque ou hellénique, sont capables d’innovation, vivent en phase avec leur temps et ne sont pas enfermées dans le carcan d’un archaïsme conservateur satisfaisant avant tout les imaginaires romantiques.

Cette problématique, outrepassant les limites du Pays basque, sera mise en perspective par l’exposé de cas concernant l’ensemble du monde occidental, en particulier la péninsule ibérique, le monde méditerranéen et l’Europe continentale. Entre héritage ancestral, aspiration vers l’avenir et pulsion de vie, l’exploration de l’innovation architecturale dans des contextes identitaires forts, tels que le Pays basque péninsulaire, la Catalogne, l’Andalousie, la Grèce ou encore la Russie, permettra de faire émerger les traits saillants et les singularités de la modernisation de l’art de bâtir en tant que témoin matériel des évolutions de la société qui la produit.