Archives par mot-clé : méthodes

Appel à communication: Modélisation des données

Dans le cadre du réseau ISA (Information Spatiale et Archéologie),  un séminaire-atelier intitulé

« Modélisation et élaboration conceptuelle de bases de données spatiales en archéologie et en histoire »

aura lieu les 30 novembre et 1er décembre 2017 à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, avec une journée de présentations et débats le 30 et un atelier pratique le 1er.

L’inscription est gratuite mais obligatoire. Les jeunes chercheurs sont bienvenus ainsi que les chercheurs confirmés. Les repas de midi seront pris en charge.

Argumentaire:

Suite à l’ANF Mosaïque à Bibracte[1], plusieurs personnes ont évoqué l’idée de reconduire un séminaire ou atelier de travail sur la modélisation des données en amont des analyses spatiales. En effet, nous travaillons avec les SIG (Systèmes d’Information Géographique) et réalisons des analyses spatiales mais rarement nous accédons aux modèles des données sous-jacents ainsi qu’à la réflexion conceptuelle et théorique derrière toute base de données spatiale.

Traditionnellement, les chercheurs se sont fondés exclusivement sur une description thématique des objets étudiés pour décrire les phénomènes étudiés. Les chercheurs en sciences humaines utilisent désormais couramment les SIG pour modéliser les différentes problématiques (réseaux de transports, peuplement, ressources, etc.), mais malgré cela, peu sont ceux qui montrent les processus à l’œuvre derrière les modèles finaux, c’est-à-dire les modèles conceptuels des données.

Ainsi, à la suite de deux séminaires ISA[2] (Dijon 2006, Tours 2008) et de la formation de Bibracte, nous proposons une manifestation centrée sur la modélisation conceptuelle et la mise en œuvre des bases de données. L’objectif est non seulement de présenter et discuter des modèles créés par les chercheurs et jeunes chercheurs mais aussi de promouvoir les échanges entre chercheurs et étudiants.

Afin de rendre cette manifestation la plus complète possible, nous proposons une journée de présentation couplée à une matinée d’atelier pratique. L’un de point fort de cette manifestation est son caractère transfrontalier (Espagne-France) et la participation de différents niveaux de formation (étudiants de master, doctorants, chercheurs) ce qui permettra d’enrichir encore plus les échanges. Plutôt focalisée sur l’archéologie et l’histoire, elle est aussi ouverte autres disciplines (anthropologie, géographie, histoire de l’art) car ces méthodologies novatrices peuvent leur permettre un meilleur traitement de leurs données. Cette rencontre permettra autant aux chercheurs qu’aux étudiants échanger des méthodologies, des idées et d’approfondir sur un sujet d’actualité : la mise en œuvre de modèles conceptuels et de bases des données pour la recherche dans les humanités.

[1] Réalisée en octobre 2016. Voir: https://anf2016mosaique.sciencesconf.org/

[2] Notamment, sur le même thème, Dijon 2006 (http://isa.univ-tours.fr/spip.php?article146&from=69) et Tours 2008 (http://isa.univ-tours.fr/spip.php?article150&from=68)

Téléchargez le Résumé et le formulaire d’inscription à renvoyer le 31 octobre au plus tard à: leticia.tobalina-pulido@univ-pau.fr ou melanie.lecouedic@univ-pau.fr

Inventaires du PCI de la France

Capture

Journées 2016

« Inventaires du patrimoine culturel immatériel de la France »
MMSH (salle 7) – Aix-en-Provence – 6 et 7 juillet 2016

Sur proposition du DPRPS (Ministère de la Culture et de la Communication), l’Institut d’Ethnologie Méditerranéenne, Européenne et Comparative (IDEMEC UMR 7307 CNRS et Aix-Marseille-Université) hébergera les journées 2016 « Inventaires du patrimoine culturel immatériel de la France » dans ses locaux à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, 5 rue du Château de l’Horloge, BP 647, 13094 Aix-en-Provence cedex 2.

 

Programme : ateliers de présentation des travaux en cours et réflexion sur les formes d’inventaires interactifs et collaboratifs, présentation de l’outil « semanticpedia » et attractivité des inventaires (de 10h30 à 17h le 6 juillet, de 10h à 16h le 7 juillet).

 

Organisation : partenariat INOC / DPRPS / IDEMEC

L’inscription aux journées est obligatoire auprès de laurent.fournier@univ-amu.fr

Programme :
Mercredi 6 juillet
10h30-11h Accueil, introduction des journées par Sylvie Grenet et Pascal Liévaux (DPRPS, Ministère de la Culture et de la Communication)
11h00-12h30 Intervention de J.-J. Casteret (INOC-Aquitaine), Nouvelles approches de l’inventaire du PCI en Aquitaine
Présentation du travail réalisé par l’INOC sur les inventaires, à savoir, d’un côté, l’insertion d’un échantillon de fiches et de leur contenu dans wikipedia, et, de l’autre, le travail réalisé avec un prestataire sur un site comportant trois volets : une présentation par moteur de recherche sémantisé, une présentation par entrée cartographique, et une approche participative.
12h30-14h Repas à la MMSH
14h-14h30 Intervention de Y. Leborgne (La Fabrique de Patrimoines en Normandie), Patrimoine culturel immatériel : un inventaire pour des résiliences
En utilisant l’exemple des rites et croyances associés aux arbres et celui le patrimoine culturel immatériel hospitalier, la communication articulera le sujet du patrimoine culturel immatériel avec la question de la résilience.
14h30-15h Intervention de P. Heiniger-Casteret (Université de Pau et des Pays de l’Adour), L’inventaire du PCI face à aux inventaires « classiques »
Compte-rendu d’une recherche réalisée avec le Service Régional à l’Inventaire d’Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes dans le cadre des labels Ville d’Art et d’Histoire et présentation de travaux d’étudiants et de stagiaires de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour. Il s’agit de confronter le PCI et son inventaire à l’inventaire « consacré » du mobilier et de l’immobilier, l’attendu des domaines et un dialogue à construire.
15h-17h Table-ronde 1 : inventaires interactifs et collaboratifs : outils informatiques, mise en réseau, enrichissement numérique et « crowdsourcing ».
Travail en commun sur les possibilités d’amélioration de l’outil expérimental proposé par l’INOC, en partant de l’expérience des équipes impliquées dans les inventaires du PCI en France. Avec la participation de Véronique Ginouvès (phonothèque de la MMSH et projet Europeana Sounds).

 

Jeudi 7 juillet
10h-10h30 Intervention de L. S. Fournier (IDEMEC UMR 7307 CNRS-AMU), Inventaires du PCI et anthropologie générale
En essayant de comprendre certaines critiques récurrentes adressées par les anthropologues à la catégorie du patrimoine culturel immatériel, cette communication montrera à la fois les enjeux et les limites d’une collaboration entre acteurs du PCI et anthropologues.
10h30-11h Intervention de P. Carlier (IDEMEC UMR 7307 CNRS-AMU), Inventaire collaboratif territorialisé et mobilisation des personnes-ressource à l’échelle locale
Présentation d’un travail de thèse en cours, méthodes de constitution d’un réseau de correspondants patrimoine dans un ensemble de communes du Gard, analyse sociologique de ce réseau, présentation des problèmes rencontrés dans le travail collaboratif de l’inventaire du PCI.
11h-12h30 Discussion générale – inventaires, attractivité et mobilisation des acteurs locaux
Témoignages d’acteurs impliqués dans les inventaires du PCI de la France : Gaizka Aranguren, Chloé Bour, Séverine Cachat, Perrine Chartreau, Marion Ficat, Mélanie Larché, Terexa Lekumberri, Pep Pastor, Charles Quimbert, Sandrine Ruef, Lucie Saban, Simone Tortoriello, Catherine Virassami… + invités surprise.
12h30-14h Repas à la MMSH
14h-15h30 Table ronde 2 : état des lieux de l’inventaire du PCI en France
Travail en commun sur les possibilités de développement de l’inventaire du PCI de la France, en partant de l’expérience des équipes impliquées dans les inventaires du PCI en France.
15h30-16h Conclusions

 

Journées Nationales de l’Archéologie 2015

indexLes Journées nationales de l’Archéologie, organisées par le ministère de la Culture et de la Communication et coordonnées par l’Inrap, ont pour ambition de sensibiliser les publics les plus divers à l’archéologie, à ses enjeux, à ses métiers, à ses méthodes et à ses lieux.

L’Université de Pau et des Pays de l’Adour, par le biais des laboratoires ITEM et IRAA, participe à cette 6e édition des JNA, qui se déroulera les 19, 20 et 21 juin 2015. Toutes les manifestations proposées sont gratuites et ouvertes au grand public.

PAU

MEDIATHEQUE ANDRE LABARRERE, PLACE MARGUERITE LABORDE

Du 15 au 20 juin – Journée continue
2ème étage

Exposition
– « Vous avez dit archéologie préventive ? »
– « A 65 : Archéologie sur l’autoroute de Gascogne »
– Travaux archéologiques menés par les étudiants et doctorants des laboratoires ITEM et IRAA de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour

Projection de films

« Les experts de l’archéologie »
Réalisation : Joris Clerté; Marc Chevalier; Pierre-Emmanuel Lyet. Durée : 16 min.
Les Experts de l’archéologie : 10 métiers de l’archéologie expliqués avec humour, dans ces films d’animation au style alerte et percutant : l’archéologue, le topographe, le céramologue (étude des tessons de céramique permettant la caractérisation et la datation des sites), l’anthropologue (étude des restes humains permettant la détermination du sexe, de l’âge et des maladies affectant le squelette), le palynologue (étude des pollens fossiles permettant de reconstituer le couvert végétal et le paysage), le géomorphologue (appréhension de l’évolution du paysage par l’étude géologique du site), le tracéologue (étude des traces laissées sur les outils pour en déterminer la fonction), l’anthracologue (étude des charbons de bois permettant l’identification des essences, du couvert forestier et des pratiques artisanales).

« L’archéologie préventive en questions »

Réalisation : Raphaël Licandro Durée : 13 min.

Qu’est-ce que l’archéologie préventive? Pourquoi fouiller? Comment fouiller? Que se passe-t-il après les fouilles? Autant de questions parmi d’autres, suscitées par ces chantiers rencontrés en centre ville ou en pleine campagne, au gré des projets liés à l’aménagement du territoire. Les réponses apportées par Isabelle Catteddu, archéologue à l’Inrap, sont illustrées par plusieurs années de tournage sur une grande variété de sites archéologiques.

 Vendredi 19 juin – 12h30 / 13h30
2ème étage

Café Archéo : « Archéologie programmée et archéologie préventive: une archéologie à deux vitesses ? » (Benoît Pace et Giuseppe Indino, doctorants du laboratoire ITEM).
Rendue nécessaire par le développement inexorable de notre société, l’archéologie dite « préventive » est apparue en 2001 avec la création de l’Institut National de Recherches Archéologiques Préventives (INRAP).
Elle se distingue aujourd’hui de l’archéologie dite « programmée » dont les objectifs répondent à des préoccupations différentes. En effet, l’archéologie « programmée » n’est pas soumise à l’urgence et peut donc être pratiquée sur le long terme.
Toutes deux participent cependant à un même objectif : celui d’une meilleure connaissance de notre passé, de son étude à la diffusion des résultats.
Quelles sont alors les différences qui les opposent et qu’ont-elles en commun ? Comment fonctionne cette archéologie à deux vitesses ?

Samedi 20 juin – 16h30
Salle Interludes

Conférence : « L’Archéologie préventive et le développement du territoire » (Nadine Béague, archéologue, Inrap).
L’archéologie préventive découle de la destruction du patrimoine par l’aménagement du territoire. Les deux sont donc intimement liés, d’où la nécessité de préserver l’équilibre entre le développement économique d’une part et la sauvegarde du patrimoine archéologique d’autre part. A partir d’une analyse rétrospective de l’activité de l’Inrap – depuis 2008 environ, on peut aborder les effets de la crise sur le développement des territoires et par contrecoup sur la recherche archéologique en termes d’activité de fouille, de types de sites abordés, d’accroissement des connaissances et de valorisation du patrimoine. La crise économique a-t-elle eu un effet sur notre activité archéologique ?
L’archéologie en France est un service public structuré qui fonctionne sur un maillage territorial associant les acteurs de la culture des collectivités, des universités et de la recherche programmée et préventive.

CIRQUE D’ANEOU, LARUNS

Samedi 20 juin

Circuit découverte :
Cette visite consistera à découvrir quelques uns des nombreux sites pastoraux d’altitude retrouvés sur l’estive d’Anéou (cabanes et enclos), datés de la Protohistoire aux époques récentes grâce à plusieurs campagnes de prospections et de sondages.
Elle est proposée par Mélanie Le Couédic (Université de Pau et des Pays de l’Adour, ITEM).
Prévoir des chaussures de randonnée et un pique-nique pour la fin de la visite si vous le souhaitez.
Rendez-vous au parking en épi avant le col du Pourtalet à 10h.
Maximum 20 personnes, Réservation souhaitée au 05 40 17 52 21 ou par mail à l’adresse joelle.sauces@univ-pau.fr

370_1404_vignette_Presentation2SALIES-DE-BEARN

Vendredi 19 juin

Journée dédiée aux scolaires : ateliers, visites et explication sur site d’un four de saunier, le four de Mosqueros.

Samedi 20 juin – 18h00
Salon bleu de la Salle Jean Monet, Rue Du Maréchal Leclerc.

Conférence : «  Archéologie du sel dans les Pyrénées. Les sites d’exploitation de Salies-du Salat (31) et Salies-de-Béarn (64) ». (Jean-François Chopin et Marina Morlaas).

L’archéologie du sel dans les Pyrénées est principalement connue au travers des sites de Salies-de-Béarn dans les Pyrénées-Atlantiques et Salies-du-Salat en Haute-Garonne.

A Salies-du-Salat, la fouille archéologique du Collège des Trois Vallées, menée par l’AFAN sous la direction de J-F. Chopin en 2000, permet d’aborder l’histoire de La Fontaine Salée dont l’exploitation a été dévolue tour à tour à la production du sel et au thermalisme.

La source salée de Salies-du-Salat a fixé l’occupation humaine dès le début de la Protohistoire. Cette période est représentée par un vaste dépôt de récipients céramiques brisés, une structure de combustion (de type fourneau) et des fosses étanchéifiées à l’aide d’argile crue (réceptacles de la saumure). Le sel a été fabriqué selon une technique de production ignifère qui a duré jusqu’au Premier âge du Fer, voire jusqu’à la romanisation. Le Haut Empire semble en effet marquer un arrêt de la production salicole au profit d’une exploitation à vocation thermale, particulièrement prisée par les romains. La fabrication du sel reprend au haut Moyen Âge et se poursuit jusqu’au XIIe. Des structures de chauffe auxquelles sont associées des coulées de métal plombifère tendent à accréditer l’hypothèse d’une évaporation de la saumure à l’aide de poêles, comme c’était alors l’usage en milieu continental, notamment à Salies-de-Béarn. Les textes attestent de la production du sel à l’emplacement de La Fontaine Salée de Salies-du-Salat jusque dans le courant de l’Epoque moderne. Faute de rentabilité, la production tombe progressivement en désuétude. Au début du XIXe siècle, la fontaine est toujours exploitée mais uniquement dans le cadre d’activités thermales sous la forme d’un petit établissement qui sera désaffecté dans le courant de la seconde moitié du XXe siècle. Depuis la fin du XIXe siècle, l’Hôpital de la Fontaine Salée, centre de rééducation fonctionnelle des Hôpitaux de Toulouse situé à 100 m de l’antique site de La Fontaine Salée, ainsi que des thermes monumentaux aménagés au début du XXe siècle continuent d’exploiter le sel gemme au moyen de forages mécaniques.

Dimanche 21 juin – 19h00

Visite des rues médiévales de Salies-de-Béarn : 19h départ du musée du sel, rue des Puits-Salants.
Clôture par un apéritif place de la Mude.

ABBAYE CISTERCIENNE DE L’ ESCALADIEU

65130 BONNEMAZON

Dimanche 21 juin – 14h30-18h00

Conférence : le vin gallo-romain dans le piémont occidental des Pyrénées (François Réchin, professeur des universités)

Présentation et dégustation de vin vinifié d’après les recettes antiques d’Apicius

Vidéos sur l’épopée du vin, en partenariat avec l’INRAP.

 

 

LOGO INRAP GRAND   LogoUPPAcouleurRVB

 

      logoITEMbold_tailleminiRVB                 index

 

En partenariat avec :identité réseau simle

 Musée du Sel de Salies de Béarn

Association des Amis du Vieux Salies

Journées Nationales de l’Archéologie – 6,7,8 juin 2014

Les Journées nationales de l’Archéologie, organisées par le ministère de la Culture et de la Communication et coordonnées par l’Inrap, ont pour ambition de sensibiliser les publics les plus divers à l’archéologie, à ses enjeux, à ses métiers, à ses méthodes et à ses lieux.

L’Université de Pau et des Pays de l’Adour, par le biais des laboratoires ITEM et IRAA, participe à cette 5e édition des JNA, qui se déroulera les 6, 7 et 8 juin 2014.

Toutes les manifestations proposées sont gratuites et ouvertes au grand public.

 

 

 

 

 

 

 

 

PROGRAMME :

 

Vendredi 6 juin

 UPPA – Institut Claude Laugénie, Avenue du Doyen Poplawski, Pau.

Exposition : de 09h30 à 16h30

  • « Vous avez dit archéologie préventive ? »
  • « A 65 : Archéologie sur l’autoroute de Gascogne »
  • Travaux archéologiques menés par les doctorants de Pau

Conférences : de 14h00 à 16h00

14h-15h: Conférence sur la fouille préventive de Buzet-sur-Baïse (Lot-et-Garonne) : cimetière et site d’ensilage au Moyen Age, par Nadine Béague (INRAP, ITEM).

15h-16h: Présentation des découvertes récentes en archéologie préventive menées par INRAP, par Jean-François Chopin (INRAP, ITEM).

Projection : de  09h30 à 12h30

Projection du film “Les experts de l’archéologie“ (16min).
Réalisation : Joris Clerté; Marc Chevalier; Pierre-Emmanuel Lyet

Les Experts de l’archéologie : 10 métiers de l’archéologie expliqués avec humour, dans ces films d’animation au style alerte et percutant : l’archéologue, le topographe, le céramologue (étude des tessons de céramique permettant la caractérisation et la datation des sites), l’anthropologue (étude des restes humains permettant la détermination du sexe, de l’âge et des maladies affectant le squelette), le palynologue (étude des pollens fossiles permettant de reconstituer le couvert végétal et le paysage), le géomorphologue (appréhension de l’évolution du paysage par l’étude géologique du site), le tracéologue (étude des traces laissées sur les outils pour en déterminer la fonction), l’anthracologue (étude des charbons de bois permettant l’identification des essences, du couvert forestier et des pratiques artisanales).

 

Visite guidée des laboratoires : de 11:00 à 12:00

Présentation et visite des laboratoires d’archéologie de l’UPPA (IRAA et ITEM) par François Quantin et François Réchin. Après une présentation des travaux menés à Pau, vous découvrirez les locaux des laboratoires d’archéologie.

 

Café des sciences : Bar-Librairie l’Entropie 27, rue Bernadotte Pau.

Café rencontre : de 21h00 à 22h00

« Les défis de l’archéologie au XXIe siècle », avec Nadine Béague, archéologue responsable d’opération à l’INRAP, Jean-Claude Merlet, Responsable du Centre de Recherches Archéologiques sur les Landes et Mélanie Le Couédic, ingénieur de recherche, équipe ITEM, UPPA.
L’archéologie fait aujourd’hui face à des enjeux nouveaux que la médiatisation dont elle bénéficie parfois ne met pas toujours en évidence. Nous tenterons d’apporter quelques éclairages dans trois domaines complémentaires : l’érosion systématique de notre patrimoine, provoquée par des travaux d’aménagement toujours plus considérables ; l’évolution de l’environnement montagnard pyrénéen ; l’archéologie bénévole face aux méthodes et techniques archéologiques spécialisées.

 

Samedi 7 juin

 UPPA – Institut Claude Laugénie, Avenue du Doyen Poplawski, Pau.

Exposition : de 09h30 à 16h30

  • « Vous avez dit archéologie préventive ? »
  • « A 65 : Archéologie sur l’autoroute de Gascogne »
  • Travaux archéologiques menés par les doctorants de Pau

Conférence : de 9h à 18h

L’équipe ITEM accueille à l’UPPA la « Journée de Rencontre des Archéologues Sud-Aquitains », organisé par la « Fédération Archéologique des Pyrénées Occidentales et des Landes (FAPOL) » (Amphi 1, UFR lettres).

Atelier d’initiation à l’archéologie avec la mallette lab’archéomobile :   10h30 à 12h30

Le Lab’Archéomobile est un véritable laboratoire itinérant pour s’initier à l’étude des poteries archéologiques : poteries à remonter, outils d’étude et d’expérimentation, manuels, céramothèque… mais aussi un volet numérique innovant, avec tablette et site internet !

Tout ce qu’il faut pour se mettre dans la peau d’un céramologue !

Durée: 1 heure
Sur inscription sur place

 

Dimanche 8 juin

Visite guidée / Circuit découverte

o       Ville et musée de Lescar : de 15:00 à 16:00

Magali Pomente (étudiante en Master histoire et archéologie à l’UPPA) vous propose de découvrir l’évolution de la ville gallo-romaine Beneharnum à la cité épiscopale médiévale de Lescar.

Ce circuit de visite d’une heure sur les hauteurs de la cité comprend la visite de la cathédrale romane et du musée archéologique. Rendez-vous devant l’office du tourisme.

Gratuité exceptionnelle.

o       Oloron-Sainte-Marie : de 10:00 – 12:00

François Réchin (Maitre de Conférences, ITEM, EA 3002, Université de Pau et des Pays de l’Adour) propose une promenade archéologique dans la ville d’Oloron-Sainte-Marie dans laquelle ont eu lieu plusieurs fouilles.

Le point de rendez-vous est fixé à 10h00 devant le parvis de l’église Sainte Croix. La durée de la visite jusqu’à l’église Sainte Marie est évaluée à environ 2h00.
Les participants devront se munir de chaussures confortables.

bonus pour les absents: Série « Les experts de l’archéologie »