Archives par mot-clé : mémoire

Histoire, Patrimoine et Identité(s) dans le théâtre du XXIe siècle

Congrès international de l’AITS21 (Asociación Internacional de Teatro Siglo 21)

En hommage au Professeur José Romera Castillo, Président d’honneur de l’AITS21

En l’honneur du 30ème anniversaire du SELITEN@T

Université de Pau et des Pays de l’Adour

12, 13, 14 octobre 2022

Les créateurs de théâtre puisent leur inspiration aussi bien dans l’actualité que dans les archives. Ils font renaître sur scène l’Histoire des sociétés et des civilisations tout en participant à sa construction et à sa rédaction. Ils se nourrissent de l’Histoire, ils la mettent en scène et contribuent au devoir de mémoire. Comme le souligne le Professeur José Romera Castillo, Directeur du SELITEN@T, «el teatro en su doble vertiente (textual y representada), además de constituir un patrimonio cultural inmaterial dentro de unas coordenadas sociales, es como un río en el que confluyen afluentes del pasado y del presente, con el fin de reforzar la identidad de uno mismo, así como la de los otros». Le texte et la mise en scène se nourrissent des évènements qui surviennent au cours de la représentation mais également au dehors car le Théâtre implique le public dans une expérience à la fois esthétique, éthique et politique. Il accomplit un acte mémoriel dont le spectateur est le témoin, parfois l’acteur. Il le pousse à renoncer à l’oubli, le plonge dans les souvenirs du passé et lui permet d’analyser le présent sous un nouvel angle, à partir de perspectives inattendues. Les montages répondent à un désir de découvrir de nouvelles formes d’expression et de se projeter vers l’avenir qui deviendra Histoire. Il s’agira, ici, d’appréhender cette portée historiographique des spectacles ainsi que son évolution. 

Le Théâtre explore le patrimoine tout en faisant lui-même partie d’un héritage commun, transmis par les artistes et les architectes qui l’ont bâti. La diffusion des pièces, la réception du public, les réactions de la critique sont tout autant de témoignages qui permettent de reconstituer une époque, un évènement, une crise. Les archives des Théâtres, des créateurs, des chercheurs témoignent des bouleversements économiques, sociaux du XXIème siècle, qui ont parfois affecté les pratiques théâtrales. Certaines d’entre elles ont été sauvegardées et elles ont bénéficié d’un nouvel élan grâce à leur inscription au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO. Elles perdurent de nos jours et elles ont été reconnues par cette organisation comme représentatives de la tradition et de l’identité culturelle et linguistique d’une région. Citons parmi elles, le flamenco, Le Patum de Berga, Le mystère d’Elche, La fête de « La Mare de Déu de la Salut » d’Algemesí, La tradition du théâtre dansé Rabinal Achí au Guatemela, Le chamamé en Argentine, etc. Quels autres processus interviennent dans la patrimonialisation théâtrale du XXIème siècle ?

Les créateurs contemporains optent pour l’hybridité, ils sont en quête de nouveaux espaces de représentation et d’un rapport avec le public toujours plus étroit. Ils investissent des scènes inattendues, mélangent les arts, font appel, entre autres, aux nouvelles technologies, à la vidéo, aux arts plastiques, au cirque, au mime, à l’improvisation, pour mieux faire émerger une œuvre théâtrale métissée, éloignée des codes de la représentation d’une pièce de théâtre classique. Les spectacles peuvent alors être appréhendés au prisme de l’intermédialité afin de mieux saisir les rapports et les pratiques que le Théâtre entretient avec les autres médias qui, de leur côté, jouent les vecteurs de transmissions du patrimoine théâtral. Les scènes conventionnelles ou non, les espaces publics, historiques, deviennent des lieux où les arts scéniques et visuels développent une réflexion. Ils font appel à la mémoire historique et collective, manifestent une contestation afin de monter, en collaboration directe ou indirecte avec les spectateurs, des pièces qui contribuent à l’affirmation et à la construction d’une identité humaine, artistique et théâtrale

Les créations correspondent à un besoin de communication avec l’Autre et à une prise de conscience à la fois individuelle et collective. Le Théâtre étudie le rapport à l’Autre, il dénonce les discriminations et il se veut être un lieu d’union et de communion. Les créateurs contemporains explorent non seulement la notion d’identité mais ils l’interrogent, ils la bousculent et ils dérangent l’être social que nous sommes. Se pose ici la question du féminisme et des études de genre. Comment les stéréotypes de genre sont-ils abordés dans les spectacles et comment ont-ils évolués. En outre, il s’agira par ce biais, de mettre en lumière le travail dramaturgique et scénique des créatrices, leur apport et leur contribution dans le domaine des arts scéniques et visuels.  

Ce IV Congrès International de l’AITS21 réunira des chercheurs spécialistes du théâtre du XXIème siècle, des professionnels des Arts Scéniques, des dramaturges, des metteurs en scène, des comédiens, des directeurs de Théâtre. Il s’inscrit dans une continuité scientifique, dans un travail de recherche sur les arts scéniques et visuels au XXIème siècle mené depuis la création de l’AITS21 et privilégiant l’axe hispanique et ibéro-américain. Le congrès rendra hommage au Professeur José Romera Castillo (Cofondateur, Président et Président d’honneur de l’AITS21) et en reconnaissance de son excellent et fructueux travail dans le cadre des études théâtrales du XXIème siècle, réalisé au sein du Centre de Recherche de Sémiotique Littéraire, Théâtrale et Nouvelles Technologies (SELITEN@T) dont il est le Directeur.

Le congrès s’articulera autour de cinq thématiques (au XXIème siècle uniquement) : 

– L’Histoire dans le Théâtre. 

– Le Théâtre et la Mémoire.  

– Le Théâtre comme Patrimoine. 

– Le Patrimoine comme Théâtre. 

– Identité, altérité, discrimination, sur scène. 

*

Inscription : 

Pour participer au Congrès, il est nécessaire d’être membre de l’AITS21 (la cotisation triennale s’élève à 40 euros ou 20 euros pour les demandeurs d’emploi, bénéficiaires des minimas sociaux et les étudiants). Pour adhérer, contacter : aiteatros21@gmail.com

*

Les communications se feront dans les langues des aires hispanique et ibéro-américaine.

Les articles retenus par le comité de lecture seront publiés dans un ouvrage monographique. Les autres articles seront publiés en ligne. 

Le congrès fera l’objet d’une captation audiovisuelle. La cérémonie d’inauguration sera diffusée en direct.

Si les circonstances sanitaires le permettent, le congrès aura lieu en présentiel, à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour. Des modalités hybrides ou à distance seront adoptées si nécessaire.

*

Comité d’organisation :

Audrey Berniard, Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Vanessa Biraghi, Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Beatrice Bottin, Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Émilien Caruso, Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Stéphane Carrouché, Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Nathalie Delorme, Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Laurent Jalabert, Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Miguel Ángel Jiménez Aguilar, SELITEN@T / UNED. 

Aymeric Lesné, Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Carmen Márquez Montes, Universidad de Las Palmas de Gran Canaria.

Dolores Thion-Soriano Mollà, Université de Pau et des Pays de l’Adour.

*

Comité scientifique :

Antonia Amo Sánchez, Université d’Avignon.

Susana Báez Ayala, Universidad Autónoma de Ciudad Juárez (México).

Beatrice Bottin, Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Lourdes Bueno, Austin College Texas (USA). 

Ana R. Calero, Universitat de València.

Ana Contreras Elvira, RESAD (Madrid). 

Gabriela Cordone, Université de Lausanne.

Rosa de Diego, UPV/EHU.

Jorge Dubatti, Universidad de Buenos Aires (Argentine).

Francisco Gutiérrez Carbajo, SELITEN@T / UNED.

Laurent Jalabert, Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Miguel Ángel Jiménez Aguilar, SELITEN@T / UNED.

Carmen Márquez Montes, Universidad de Las Palmas de Gran Canaria.

Nadia Mekouar, Université de Pau et des Pays de l’Adour. 

Cristina Oñoro Otero, Universidad Complutense de Madrid.

Veronica Orazi, Università di Torino.

Eduardo Perez-Rasilla, Universidad Carlos III de Madrid

Isabelle Reck, Université de Strasbourg

Simone Trecca, Università degli Studi Roma Tre.

Julio Vélez Sainz, Instituto del Teatro de Madrid / UCM.

Responsable :

Beatrice bottin

url de référence

https://theatre-plateau.unistra.fr/asociacion-internacional-de-teatro-siglo-21/los-congresos-de-la-aits21/iv-congreso-de-bayona-francia/

adresse

Université de Pau et des Pays de l’Adour

Les médias : le Quatrième pouvoir?

APPEL A COMMUNICATIONS

Congrès international du réseau réseau MEMITÀ (Memory&Identity and Media Studies)

Les médias : le Quatrième pouvoir? Identité, mémoire et patrimoine

Pau, du 7 au 9 décembre 2022


Le réseau international MEMITÀ (Memory&Identity and Media Studies) organisera son prochain Congrès en France, avec ses partenaires les Universités de Rennes 2, de Pau et des Pays de l’Adour, sur une base hybride.
Pour cette nouvelle édition, la question retenue a été: “Identité et mémoire dans les médias : configurations et recompositions du quatrième pouvoir”. À vocation interdisciplinaire, le Congrès
Memità se propose d’organiser des panels et des communications portant sur les représentations culturelles, les ancrages sociaux, les valeurs, les codes et les modes de fonctionnement selon les approches des différentes disciplines participant au réseau : littérature, langues, didactiques, édition, communication, histoire, sociologie, arts visuels, cinéma et documentaires, etc.


Axes de recherche envisagés:
– Les médias en tant que Quatrième pouvoir : configurations et recompositions.
– Les médias et l’opinion publique : des fabriques d’identité ?
– Les médias et la face cachée de la réalité.
– Les médias et la fabrique des marques culturelles, signes d’identité.
– Les médias, la mémoire et le patrimoine : récupération, transmission, et valorisation.


LIEU d’ACCUEIL : PAU en visio-conférence et en présentiel
Le Congrès aura lieu sur le Campus de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, en collaboration avec l’Université Rennes 2. Si le contexte sanitaire nous y oblige, il se tiendra en semi-présentiel. Les langues officielles sont le français, l’espagnol et l’anglais. La durée des communications sera de 20 minutes. Les débats se feront dans les langues choisies par les communicants et par le public. Il est demandé d’envoyer une proposition de communication (200 mots), accompagnée d’un court CV (100 mots, filiation académique et adresse électronique) ou une proposition de panel (avec les CV de tous les participants) à l’adresse memita@unipa.it avant le 1.09.2022, en
précisant toujours “PAU 2022” dans l’objet du message.


Les participants sont priés de préciser, même provisoirement, leur préférence de participation : en présence ou en ligne. Les réponses aux propositions seront communiquées avant le 30.09.22.
La publication des résultats des travaux prendra la forme d’un volume et/ou d’une monographie en revue.

Frais d’inscription:
– Présentiels: 80 €; on-line: 45 €
– Universités partenaires du réseau présentiel : 50 €; on-line: 30 €


Comité d’organisation:
– Dolores Thion Soriano-Mollá (cellam, Université Rennes 2 et Laboratoire Item, Université de Pauet des Pays de L’Adour, Francia)
– Juliette Richaud (Université de Pau et des Pays de l’Adour, Francia)
– Rafael Esquinas (Université de Pau et des Pays de l’Adour, Francia)
– Nathalie Brillant Rannou (cellam, Université Rennes 2)
– Floriana Di Gesù (Università degli Studi di Palermo, Italia)
– Assunta Polizzi (Università degli Studi di Palermo, Italia)
– Ambra Pinello (Università degli Studi di Palermo, Italia).


Conseil scientifique:
– Laurent Jalabert (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
– Christine Rivalan Guégo (Université Rennes 2)
– Christine Ferlampin-Acher (Université Rennes 2)
– Nathalie Brillant Rannou (Université Rennes 2)
– Christian Manso (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
– Laurent Dornel (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
– Agnieszka Woch (Uniwersytet Łódzki, Polonia)
– María Matesanz (Universidad Complutense de Madrid, España)
– Mostafa Ammadi (Université Abdelmalek Essaadi, Maruecos)
– Catalina Fuentes (Universidad de Sevilla, España)
– Rosa María Mateu (Universitat de Lleida, España)
– Oleksandr Pronkevich (Petro Mohyla Black Sea National University, Ucrania)
– Astrid Santana (Universidad de La Habana, Cuba)
– Isabel Duarte (Universidade do Porto, Portugal)
– Enric Bou (Università degli Studi ‘Ca’ Foscari’ di Venezia, Italia)
– Aldina Marques (Universidade do Minho, Portugal)
– Tzina Kalogirou (National and Kapodistrian University of Athens, Grecia)
– Astrid M. Fellner (Universität des Saarlandes, Alemania)- Germana Volpe (Università degli Studi ‘L’Orientale’ di Napoli, Italia)
– Jorge Latorre (Universidad Rey Juan Carlos de Madrid, España)
– Segundo Anacona (Universidad Pontificia Bolivariana de Medellín, Colombia)
– Teresa Fiore (Montclair State University, USA).

Soutenance de thèse – Marie-Pierre Carassus

Marie-Pierre CARASSUS

soutiendra publiquement sa thèse en Langues et littératures étrangères

le 04 juillet 2022 à 14h30

à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour,

Salle du Conseil – Collège SSH



Sur le sujet suivant :

“Histoire, Littérature et Mémoires mises en perspective dans le roman Inés y la alegría d’Almudena Grandes”

JURY :

Géraldine GALEOTE, Professeur des Universités, UNIVERSITÉ DE NANTES
Christian MANSO, Professeur Émérite, UNIVERSITÉ DE PAU ET DES PAYS DE L’ADOUR
José Manuel PEDROSA, Professeur, UNIVERSITÉ D’ALCALA MADRID (ESPAGNE)
Christine RIVALAN GUEGO, Professeur des Universités, UNIVERSITÉ RENNES 2
Dolores THION, Professeur des Universités, UNIVERSITÉ DE PAU ET DES PAYS DE L’ADOUR

Mémoire et représentation féminine en Navarre au Moyen Age

Le 2 mai 2022

Memoria y representación femenina en la Navarra medieval

Lundi 2 mai 2022, 16h-17h30, Salle Chadefaud, ICL UPPA.

Conférence donnée par Eloísa Ramírez Vaquero, Professeure (Profesora catedrática) en Histoire médiévale à l’UPNA, professeur invitée au laboratoire ITEM du 02 au 06 mai 2022. 

Conférence à l’attention des étudiants du Master HCP, de l’École doctorale SSH, MEEF et Licence, ouverte aux chercheurs de l’UPPA.

Eloísa Ramírez Vaquero est Professeure (Profesora catedrática) en Histoire médiévale à l’UPNA. Elle enseigne en Licence Histoire et Patrimoine, en Master, dirige des doctorats, en particulier au sein du campus d’excellence international de la Vallée de l’Ebre, Campus Iberus, qui regroupe les universités de Saragosse, de Lleida, Publique de Navarre, de la Rioja (masters interuniversitaires, programme conjoint de doctorat) et dont l’UPPA est partenaire associé. Elle a récemment exercé deux mandats de vice-présidente de l’UPNA et est investie dans de nombreuses responsabilités administratives et académiques.

Ses champs de spécialité : l’histoire du royaume et des rois de Navarre, des groupes sociaux, l’histoire urbaine ; l’histoire politique et culturelle, les questions patrimoniales, le tout plutôt pour le second Moyen Âge (XIIe-XVe siècles).

Femmes et enfants en exil en Europe – Delphine Diaz

L’UTLA, la vice-présidence Animation et vie des campus et le laboratoire ITEM vous invitent à la conférence de Delphine Diaz
 
Femmes et enfants en exil en Europe, XIXe-XXe siècles. Une histoire de protagonistes oubliés
 
 
4 mai à partir de 17h
Amphithéâtre de la présidence – Université de Pau et des Pays de l’Adour
La conférence sera suivie d’une séance de dédicace

Résumé :

L’exode ukrainien met au premier plan des protagonistes oubliés des migrations contraintes : femmes et enfants qui ont quitté en masse leur pays envahi par le voisin russe. Si ces groupes n’ont pas toujours été majoritaires parmi les déplacés, exilés et réfugiés à l’époque contemporaine, l’actualité nous amène à nous interroger sur leur présence dans l’histoire européenne de l’exil. En commençant par éclairer les mobilités de proscrits et proscrites des années 1830, et en allant jusqu’au temps présent, cette conférence veut questionner la place occupée par les femmes et enfants : la façon dont les Etats les ont considérés ou non comme des “réfugiés”, les dispositifs particuliers adoptés à leur égard, les sources qu’ils ont laissées et qui nous permettent de reconstituer leurs itinéraires et leurs expériences migratoires dans toute leur singularité.

 

Présentation de la conférencière : 

Delphine Diaz est agrégée d’histoire, maîtresse de conférences à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et membre junior de l’Institut universitaire de France. Elle a publié en 2014 Un asile pour tous les peuples ? Exilés et réfugiés étrangers dans la France du premier XIXe siècle (Paris, Armand Colin, prix Augustin Thierry du Comité d’histoire de la ville de Paris en 2015). Elle a coordonné le programme ANR AsileuropeXIX qui a donné lieu à la publication d’un livre co-dirigé avec Sylvie Aprile, Les Réprouvés. Sur les routes de l’exil dans l’Europe du XIXe siècle (Paris, Éditions de la Sorbonne, 2021). Elle est l’autrice d’En exil. Les réfugiés en Europe, de la fin du XVIIIe siècle à nos jours (Paris, Gallimard, collection « Folio », 2021).

Des bombes en Polynésie. Les essais nucléaires français dans le Pacifique

Sous la présidence du général de Gaulle, la France se dote de la force de dissuasion convoitée depuis le début de la Ve République : des bombes bien plus puissantes que celle déployée à Hiroshima. À quel prix ? Les 193 essais nucléaires réalisés de 1966 à 1996 en Polynésie dans les atolls de Fangataufa et Moruroa ont bouleversé l’existence de l’ensemble des Polynésiens, contaminant certains par les retombées toxiques, dégradant des écosystèmes fragiles dans lesquels des déchets radioactifs ont été hâtivement jetés à la mer. Au long de cette gigantesque entreprise qui a mobilisé une centaine de milliers d’hommes et des milliards de francs, le mode de vie des habitants s’est trouvé transformé, des Marquises à Bora-Bora.
Depuis les hésitations des décideurs politiques métropolitains sur le choix du lieu – on a envisagé la Corse ou le Massif central pour les tirs souterrains, la Réunion et la Nouvelle-Calédonie pour les essais aériens – jusqu’aux conséquences sanitaires, environnementales et socio-économiques, en passant par le récit des oppositions, des contestations mais aussi des cohabitations et des rencontres, cet ouvrage, fruit de la collaboration de 15 chercheurs, historiens, géographes et anthropologues, lève le voile sur une période de l’histoire polynésienne et de l’histoire post-coloniale française trop longtemps demeurée sous le signe du secret.

Sous la direction de Renaud MELTZ et Alexis VRIGNON

Editions Vendémiaire

ISBN : 978-2-36358-381-9

COLLECTION CHRONIQUES

28 €
720 pages
Parution le 7 avril 2022

Jeudi d’ITEM – Alexis Vrignon, 31 mars 2022

Le fait nucléaire en Polynésie après la fin des essais. Mémoires conflictuelles et patrimonialisation

Cliquez ici pour rejoindre les Jeudis d’ITEM en ligne le 31 mars 2022 à 14h00

Entre 1966 et 1996, la France procède à 193 essais en Polynésie française sur les atolls de Moruroa et Fangataufa. Cette présentation analysera la manière dont la fin officielle des expérimentations ne met pas fin au fait nucléaire en Polynésie mais inaugure une nouvelle phase, conflictuelle, où les enjeux mémoriels, environnementaux et sanitaires sont en débat. Après avoir analysé le processus inachevé de constitution d’une mémoire collective consensuelle, cette communication étudiera les ambivalences des mémoires individuelles chez les Polynésiens ayant travaillé pour le Centre d’Expérimentation du Pacifique. Enfin, les difficultés à mettre en oeuvre une patrimonialisation des sites seront abordées”. 

Agrégé et docteur en histoire, Alexis Vrignon est enseignant-chercheur à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour. Il s’intéresse à l’histoire environnementale en Europe et dans le Pacifique. Il a notamment travaillé pendant deux ans en tant que chercheur post-doctorant dans le cadre du programme “Histoire et mémoires des essais nucléaires dans le Pacifique”. 

Cette présentation est organisée avec la Société Française d’Histoire Politique (SFHPo) Nouvelle-Aquitaine.

Jeudi d’ITEM – Christophe Batardy, 24 mars 2022

Les Jeudis d’ITEM se veulent une série de rencontres scientifiques sous forme de séminaire permettant aux chercheurs de présenter leurs thèmes, terrains et méthodes de recherche. Cette démarche vise à mettre en évidence les conditions de production des connaissances, la diversité des difficultés existant parfois dans le rapport au « terrain » ou aux « archives », les enjeux et les modalités de valorisation des recherches.

UPPA, Institut Claude Laugénie – Salle Chadefaud –  24 mars 2022, 14h30

“Le programme commun de la gauche (1972 1978) : C’était le temps de l’Union de la gauche”

Cliquez ici pour rejoindre les Jeudis d’ITEM en ligne

Le 12 juillet 1972, le PCF le PS et les radicaux de gauche s’entendent sur le contenu d’un programme politique en vue de gouverner ensemble. C’est le Programme commun. Ce texte a imprégné de manière significative la vie politique française. Pourtant, sa portée a été relativement négligée par l’historiographie et la mémoire militante qui retiennent surtout la victoire de François Mitterrand en mai 1981, oubliant que les 110 propositions du candidat socialiste reprennent la plupart des mesures énoncées dans le programme de 1972. Il apparaissait donc nécessaire d’écrire une histoire programmatique de cette période de la vie politique française pour redonner sa place à ce texte fondateur de l’Union de la gauche. C’était en effet à gauche le temps des programmes, pour « changer la vie », et pas seulement celui de la fameuse phrase de Georges Marchais « Fais les valises, on rentre à Paris. »

Historien et Géographe-Cartographe de formation, Christophe Batardy a été Ingénieur-Géomaticien au Ministère de la Culture avant d’être détaché en tant qu’enseignant à l’Education Nationale (2014-2016) puis mis à disposition au CNRS au laboratoire ESO à Nantes en tant que spécialiste de cartographie et de statistiques. Il collabore alors à un projet d’analyse socio-électorale portant sur la métropole nantaise pour les années 1974-2017 et participe à la coordination de l’Atlas en ligne (Atlas de la métropole nantaise). Depuis février 2021, Christophe Batardy est en poste au CNRS au Laboratoire AOROC (Archéologie/Philologie)  de l’ENS où il collabore à des recherches avec des archéologues et des historiens. Christophe Batardy est également Docteur en Histoire contemporaine. La thèse a été soutenue sous la direction de M Jalabert (Université de Pau) en 2016. Une version remaniée de la thèse vient d’être publiée aux Presses Universitaires de Bordeaux sous le titre « Le Programme commun de la gauche 1972 1977. C’était le temps des programmes ». Il est chercheur associé au laboratoire ARENES et expert auprès de la fondation Jean Jaurès (en Histoire contemporaine). Christophe Batardy est par ailleurs chargé de formation à l’Université de Nantes, et il intervient en milieu carcéral auprès des détenus dans le cadre du Diplôme d’Accès aux Etudes Universitaires.

Essais nucléaires, des mémoires polynésiennes

Chaque semaine, La marche du monde sur RFI vous propose de découvrir l’histoire de nos sociétés contemporaines. Sur les cinq continents, nous recherchons des témoignages, mais aussi des archives radiophoniques et musicales, pour revivre les évènements et les mouvements qui éclairent l’actualité. En Afrique, en Asie, en Amérique, en Europe et au Proche-Orient, rafraîchissons-nous la mémoire et partageons notre histoire ! 

Podcast “Essais nucléaires, des mémoires polynésiennes” par Alexis Vrignon (ITEM-UPPA), 28 février 2022 :

https://rfi.my/8CcG

2 Juillet 1966, le lagon de Moruroa prend feu. C’est le tout premier des 193 essais nucléaires menés pendant 30 ans par la France en Polynésie. Une histoire coloniale et militaire dont les Polynésiens ont été tenus à l’écart. Mais comment se sont-ils adaptés à cette intrusion soudaine d’une industrie nucléaire qui modifie leur santé, leur environnement et leur façon de vivre ? À l’écoute des témoignages inédits recueillis en Polynésie par l’historien Alexis Vrignon, nous découvrons la diversité et la complexité des mémoires polynésiennes.

L’essai nucélaire Dione, conduit en 1971 dans l’archipel de Mururoa, atoll de l’archipel des Tuamotu, situé en Polynésie française. Getty Images – Galerie Bilderwelt

À paraître

«Des bombes dans le Pacifique», d’Alexis Vrignon, en co-direction avec Renaud Meltz, aux éditions Vendémiaire. 

Peut-on encore parler de la Shoah?

22 mars 2022 – Campus de Pau – Collège SSH Amphithéâtre III

L’UTLA, le laboratoire ITEM et l’Amicale du camp de Gurs ont le plaisir de vous convier à la conférence donnée par M. Olivier Lalieu :

Peut-on encore parler de la SHOAH?

La conférence, suivie d’une séance de dédicace, aura lieu le 22 mars 2022 à 17h15 au collège SSH de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, en amphithéâtre III (Passe sanitaire obligatoire).

“Depuis trente ans, l’historiographie sur le nazisme et la Shoah a profondément évolué, grâce aux travaux d’une nouvelle génération de chercheuses et chercheurs. Ont été ainsi revus les centres de mises à mort, l’aide et le sauvetage en France, l’Allemagne, le monde arabo-musulman et la Shoah, mais aussi les défis de l’enseignement de la Shoah, les enjeux des voyages sur les lieux de mémoires, ou encore le négationnisme et le lien entre complotisme et antisémitisme.”

Historien au Mémorial de la Shoah, Olivier Lalieu est responsable du réseau des Jeunes Ambassadeurs de la Mémoire de le Shoah en France (treize lieux, dont Gurs), membre du Centre International pour l’Éducation sur Auschwitz et l’Holocauste, au musée d’État d’Auschwitz-Birkenau et membre du Conseil Scientifique du Camp des Milles.

Il a publié “La Résistance française à Bunchenwal” (Taillandier, 2019) et “Histoire de la mémoire de la Shoah” (Belin-Soteca, 2015). Il a également contribué à des ouvrages collectifs parmi lesquels “La Shoah : au cœur de l’anéantissement. Archives inédites” (Tallandier, 2021) et “Nouvelle histoire de la Shoah” (Passés/Composés, 2021).

Soutenance de thèse – Lisa Barrère

Lisa Barrère soutiendra sa thèse intitulée “Dulce Chacón : les débuts d’une romancière” le 16 décembre 2021.

Sous la direction de Mme Dolores Thion, elle aura lieu en salle du conseil du bâtiment Droit Eco Gestion de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, à 14h30.

RESUME

Le présent travail propose une étude des trois premiers romans de Dulce Chacón : Algún amor que no mate (1996), Blanca vuela mañana (1997) et Háblame, musa, de aquel varón (1998), un corpus qui n’a jamais été étudié dans son ensemble. Souvent reconnue pour ses deux dernières œuvres ayant pour toile de fond la Guerre Civile espagnole, il s’agit de proposer une thèse qui mette en lumière ses premiers pas dans l’univers du roman.

Ce travail consiste à analyser les trois premiers récits de l’autrice, afin d’examiner son processus de création au sein du genre littéraire romanesque. Nous considérerons ce corpus comme une unité matricielle de son expérience d’écriture en prose.

Dans cet objectif, nous proposons une étude basée sur la thématologie, afin de percevoir au mieux l’évolution de grands thèmes traités à travers les différents récits. Cette analyse nous permet de mieux comprendre l’évolution de thèmes existentiels, comme l’amour, la vie et la mort, à travers la psychologie de la femme. Cette étude nous permet également d’observer l’évolution du processus de création de l’écrivaine sur ses engagements, ainsi que sur la précision de sa plume en tant que romancière.

Mots-Clés : Dulce Chacón – Roman – Littérature du XXème – Mémoire –  Oralité – Société espagnole – Femmes – Mémoire Historique – Processus de création – Immigration –  Réalisme – Trilogie.

Les archives familiales dans l’Occident médiéval et moderne

Les archives familiales dans l’Occident médiéval et moderne. Trésor, arsenal, mémorial

Edité par Véronique Lamazou-Duplan

Avec la collaboration de Maria Lurdes Rosa, Eloísa Ramírez Vaquero, Tünde Mikes, Arsenio Dacosta et José Ramón Diaz de Durana

Collection de la Casa de Velázquez n° 185

ISBN 9788490963340

Madrid, 2021, XII-555 p.

Au Moyen Âge et aux temps modernes, les familles aristocratiques, nobles, mais aussi marchandes et paysannes, conservent et transmettent les documents utiles pour défendre leurs droits, administrer, construire leur domination et leur mémoire. Centré sur la péninsule Ibérique, ouvert à des comparaisons dans l’Occident chrétien, ce livre étudie le phénomène de l’archivage touchant l’histoire, les droits et la mémoire des familles, la genèse de ces archives familiales, leur histoire au fil des générations, leur statut et leur rôle : trésor, arsenal, mémorial.

Ce volume rassemble les textes de 46 historiens et archivistes qui ont noué un dialogue original et fécond. Ils proposent une réflexion sur les archives dites de famille, confrontant regards, recherches et expériences, sur un sujet inscrit à la croisée de champs scientifiques largement renouvelés : pratiques de l’écrit, histoire des archives (archivistique historique – Archival Science), de la parenté. Dans une péninsule Ibérique ouverte à la comparaison avec d’autres aires géographiques, toutes les dimensions des archives familiales sont interrogées : archives des familles royales – ou du royaume ? –, nobles, dans leur diversité, mais aussi marchandes et paysannes ; entre genèse et remaniements, fabrique des archives de la « famille », du lignage, de la Maison. Dépassant la classique césure entre Moyen Âge et modernité, la production, la conservation, la transmission et réorganisation des archives familiales, désormais sujets d’étude per se, sont saisies en mouvement, dans leur historicité et dans la transversalité sociale des pratiques.

L’auteur

Véronique Lamazou-Duplan est maître de conférences en Histoire du Moyen Âge à l’université de Pau et des Pays de l’Adour/ ITEM EA 3002. Ses recherches portent sur le monde urbain, la vie familiale, les pratiques de l’écrit aux XIVe et XVe siècles. Elle a dirigé les publications suivantes : Le cartulaire dit de Charles II roi de Navarre (2010, co-édition Principe de Viana-UPPA), Signé Fébus, comte de Foix, prince de Béarn. Marques personnelles, écrits et pouvoir autour de Gaston Fébus (2014, co-édition Somogy Editions d’art – UPPA), Écritures du pouvoir, coll. « Les cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb (VIIIe-XVe siècle) », vol. 2 (2019, éditions Ausonius). La Casa de Velázquez lui a confié la coordination scientifique du programme ARCHIFAM (2013-2015) qui a conduit à la publication de ce volume sur Les archives familiales dans l’Occident médiéval et moderne. Trésor, arsenal, mémorial dont elle a été l’éditrice principale et coordinatrice.

Intérêt et originalité de l’ouvrage

Cet ouvrage présente une triple originalité.

La première est de rapprocher les regards et les travaux d’historiens et d’archivistes. Professionnels des archives et historiens spécialistes d’archivistique et plus largement des pratiques de l’écrit, nouent dans ce livre un dialogue fécond, dans le cadre de champs de recherche renouvelés et très dynamiques.

Ce livre centré sur la péninsule Ibérique (Portugal, domaines insulaires et marges pyrénéennes inclus) et ouvert à des comparaisons dans l’Occident chrétien (France, Flandre, Italie…), propose, non pas une classique histoire des familles à partir des archives, mais étudie en soi le phénomène de l’archivage touchant l’histoire, les droits et la mémoire des familles. Il révèle les liens complexes entre archives et familles lors de la genèse de ces fonds puis dans l’histoire de leur accroissement et de leur conservation, au fil des générations et des évolutions familiales. On mesure alors le statut et le rôle de ces archives familiales, à la fois trésor, arsenal, mémorial.

Ce faisant, troisième originalité, ce livre dépasse les périodisations classiques de l’histoire, en inscrivant sa démarche dans la longue durée, entre Moyen Âge et Modernité.

Ce livre, tant par la méthode suivie que par les résultats présentés, est donc un point d’étape important dans un champ renouvelé de la recherche et peut également servir de guide aux chercheurs.

Public concerné

Enseignants-chercheurs, étudiants, professionnels (professionnels des services d’archives, des bibliothèques, du patrimoine écrit…), grand public curieux d’histoire et fréquentant les archives, propriétaires d’archives privées…

Diffusion

Disponible à la vente sous forme papier auprès de la Casa de Velázquez et de nombreuses librairies.

Accessible via un lien vers la version en accès libre sur Open Edition Books, sur le site des éditions de la Casa de Velázquez

Appel à communications – Congrés AITS21

IV Congrès International de l’Asociación Internacional de Teatro Siglo 21
“Histoire, Patrimoine et Identité(s) dans le Théâtre du XXIème siècle


En hommage au Professeur José Romera Castillo , Président d’honneur de l’AITS21.

En l’honneur du 30ème anniversaire du SELITEN@T


Université de Pau et des Pays de l’Adour
12, 13, 14 octobre 2022

Les créateurs de théâtre puisent leur inspiration aussi bien dans l’actualité que dans les archives. Ils font renaître sur scène l’Histoire des sociétés et des civilisations tout en participant à sa construction et à sa rédaction. Ils se nourrissent de l’Histoire, ils la mettent en scène et contribuent au devoir de mémoire. Comme le souligne le Professeur José Romera Castillo, Directeur du SELITEN@T, «el teatro en su doble vertiente (textual y representada), además de constituir un patrimonio cultural inmaterial dentro de unas coordenadas sociales, es como un río en el que confluyen afluentes del pasado y del presente, con el fin de reforzar la identidad de uno mismo, así como la de los otros». Le texte et la mise en scène se nourrissent des évènements qui surviennent au cours de la représentation mais également au dehors car le Théâtre implique le public dans une expérience à la fois esthétique, éthique et politique. Il accomplit un acte mémoriel dont le spectateur est le témoin, parfois l’acteur. Il le pousse à renoncer à l’oubli, le plonge dans les souvenirs du passé et lui permet d’analyser le présent sous un nouvel angle, à partir de perspectives inattendues. Les montages répondent à un désir de découvrir de nouvelles formes d’expression et de se projeter vers l’avenir qui deviendra Histoire. Il s’agira, ici, d’appréhender cette portée historiographique des spectacles ainsi que son évolution.

Le Théâtre explore le patrimoine tout en faisant lui-même partie d’un héritage commun, transmis par les artistes et les architectes qui l’ont bâti. La diffusion des pièces, la réception du public, les réactions de la critique sont tout autant de témoignages qui permettent de reconstituer une époque, un évènement, une crise. Les archives des Théâtres, des créateurs, des chercheurs témoignent des bouleversements économiques, sociaux du XXIème siècle, qui ont parfois affecté les pratiques théâtrales. Certaines d’entre elles ont été sauvegardées et elles ont bénéficié d’un nouvel élan grâce à leur inscription au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO. Elles perdurent de nos jours et elles ont été reconnues par cette organisation comme représentatives de la tradition et de l’identité culturelle et linguistique d’une région. Citons parmi elles, le flamenco, Le Patum de Berga, Le mystère d’Elche, La fête de « La Mare de Déu de la Salut » d’Algemesí, La tradition du théâtre dansé Rabinal Achí au Guatemela, Le chamamé en Argentine, etc. Quels autres processus interviennent dans la patrimonialisation théâtrale du XXIème siècle ?

Les créateurs contemporains optent pour l’hybridité, ils sont en quête de nouveaux espaces de représentation et d’un rapport avec le public toujours plus étroit. Ils investissent des scènes inattendues, mélangent les arts, font appel, entre autres, aux nouvelles technologies, à la vidéo, aux arts plastiques, au cirque, au mime, à l’improvisation, pour mieux faire émerger une oeuvre théâtrale métissée, éloignée des codes de la représentation d’une pièce de théâtre nclassique. Les spectacles peuvent alors être appréhendés au prisme de l’intermédialité afin de mieux saisir les rapports et les pratiques que le Théâtre entretient avec les autres médias qui, de leur côté, jouent les vecteurs de transmissions du patrimoine théâtral. Les scènes conventionnelles ou non, les espaces publics, historiques, deviennent des lieux où les arts scéniques et visuels développent une réflexion. Ils font appel à la mémoire historique et collective, manifestent une contestation afin de monter, en collaboration directe ou indirecte avec les spectateurs, des pièces qui contribuent à l’affirmation et à la construction d’une identité humaine, artistique et théâtrale.

Les créations correspondent à un besoin de communication avec l’Autre et à une prise de conscience à la fois individuelle et collective. Le Théâtre étudie le rapport à l’Autre, il dénonce les discriminations et il se veut être un lieu d’union et de communion. Les créateurs contemporains explorent non seulement la notion d’identité mais ils l’interrogent, ils la bousculent et ils dérangent l’être social que nous sommes. Se pose ici la question du féminisme et des études de genre. Comment les stéréotypes de genre sont-ils abordés dans les spectacles et comment ont-ils évolués. En outre, il s’agira par ce biais, de mettre en lumière le travail dramaturgique et scénique des créatrices, leur apport et leur contribution dans le domaine des arts scéniques et visuels.

Ce IV Congrès International de l’AITS21 réunira des chercheurs spécialistes du théâtre du XXIème siècle, des professionnels des Arts Scéniques, des dramaturges, des metteurs en scène, des comédiens, des directeurs de Théâtre. Il s’inscrit dans une continuité scientifique, dans un travail de recherche sur les arts scéniques et visuels au XXIème siècle mené depuis la création de l’AITS21 et privilégiant l’axe hispanique et ibéro-américain. Le congrès rendra hommage au Professeur José Romera Castillo (Cofondateur, Président et Président d’honneur de l’AITS21) et en reconnaissance de son excellent et fructueux travail dans le cadre des études théâtrales du XXIème siècle, réalisé au sein du Centre de Recherche de Sémiotique Littéraire, Théâtrale et Nouvelles Technologies (SELITEN@T) dont il est le Directeur.

Le congrès s’articulera autour de cinq thématiques (au XXIème siècle uniquement) :
-L’Histoire dans le Théâtre.
-Le Théâtre et la Mémoire.
-Le Théâtre comme Patrimoine.
-Le Patrimoine comme Théâtre.
-Identité, altérité, discrimination, sur scène.


Inscription :
Pour participer au Congrès, il est nécessaire d’être membre de l’AITS21 (la cotisation triennale s’élève à 40 euros ou 20 euros pour les demandeurs d’emploi, bénéficiaires des minimas sociaux et les étudiants).

Pour adhérer, contacter : aiteatros21@gmail.com


Les propositions de communication (titre et résumé de 300 mots maximum) ainsi qu’une brève présentation biobibliographique sont à envoyer avant le 20 septembre 2021 à l’adresse suivante : beatrice.bottin@univ-pau.fr

Les réponses aux propositions seront communiquées le 4 octobre 2021 avec la feuille de style et les normes, ainsi que les frais et les modalités d’inscription.
Les communications se feront dans les langues des aires hispanique et ibéro-américaine.
Les articles retenus par le comité de lecture seront publiés dans un ouvrage monographique. Les autres articles seront publiés en ligne.
Le congrès fera l’objet d’une captation audiovisuelle. La cérémonie d’inauguration sera diffusée en direct.
Si les circonstances sanitaires le permettent, le congrès aura lieu en présentiel, à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour. Des modalités hybrides ou à distance seront adoptées si nécessaire.


Comité d’organisation :
Audrey Berniard, Université de Pau et des Pays de l’Adour.
Vanessa Biraghi, Université de Pau et des Pays de l’Adour.
Beatrice Bottin, Université de Pau et des Pays de l’Adour.
Émilien Caruso, Université de Pau et des Pays de l’Adour.
Stéphane Carrouché, Université de Pau et des Pays de l’Adour.
Nathalie Delorme, Université de Pau et des Pays de l’Adour.
Laurent Jalabert, Université de Pau et des Pays de l’Adour.
Miguel Ángel Jiménez Aguilar, SELITEN@T / UNED.
Aymeric Lesné, Université de Pau et des Pays de l’Adour.
Carmen Márquez Montes, Universidad de Las Palmas de Gran Canaria.
Dolores Thion-Soriano Mollà, Université de Pau et des Pays de l’Adour.


Comité scientifique :
Antonia Amo Sánchez, Université d’Avignon.
Susana Báez Ayala, Universidad Autónoma de Ciudad Juárez (México).
Beatrice Bottin, Université de Pau et des Pays de l’Adour.
Lourdes Bueno, Austin College Texas (USA).
Ana R. Calero, Universitat de València.
Ana Contreras Elvira, RESAD (Madrid).
Gabriela Cordone, Université de Lausanne.
Rosa de Diego, UPV/EHU.
Jorge Dubatti, Universidad de Buenos Aires (Argentine).
Francisco Gutiérrez Carbajo, SELITEN@T / UNED.
Laurent Jalabert, Université de Pau et des Pays de l’Adour.
Miguel Ángel Jiménez Aguilar, SELITEN@T / UNED.
Carmen Márquez Montes, Universidad de Las Palmas de Gran Canaria.
Nadia Mekouar, Université de Pau et des Pays de l’Adour.
Cristina Oñoro Otero, Universidad Complutense de Madrid.
Veronica Orazi, Università di Torino.
Eduardo Perez-Rasilla, Universidad Carlos III de Madrid
Isabelle Reck, Université de Strasbourg
Simone Trecca, Università degli Studi Roma Tre.
Julio Vélez Sainz, Instituto del Teatro de Madrid / UCM.

Jeudis d’ITEM – Laurent Dissard

Un passé submergé : mémoires (post-)ottomanes kurdes et arméniennes le long de l’Euphrate

​​​​​Séminaires inter-laboratoires | 2020-2021 Maison méditerranéenne des sciences de l’homme

De quoi les Ottomans sont-ils le nom ? La fabrique des mémoires collectives « ottomanes »

Pour en savoir plus

Visioconférence également retransmise dans le cadre des Jeudis d’ITEM 18 mars 2021

14h00

Lien vers la conférence

Résumé:

Turquie – 1934 : Atatürk annonce la transformation de Sainte-Sophie en musée. Juillet 2020: Erdoğan ordonne sa réouverture en mosquée. A près d’un siècle d’échéance, ces deux postures à l’égard de cet héritage patrimonial rappellent les enjeux identitaires qui animent les politiques mémorielles des États post-ottoman. Si les mémoires nationales ont fait l’objet de nombreuses études, le cas des mémoires d’Empire soulèvent de multiples difficultés d’appréhension : privées d’unité territoriale, linguistique et/ou communautaire, elle se retrouvent morcelées en multiples lieux et acteurs. Le cas de l’Empire ottoman s’avère exemplaire : suite à son démembrement en une multitude d’États – nations, le passé ottoman a longtemps été relégué hors/évacué des histoires nationales et communautaires concernées. Pourtant, depuis près d’une décennie, on assiste à une vive renaissance des usages du passé ottoman dans les sociétés post-ottomanes actuelles – renaissance qui prend des formes et des contours forts variables, dont on peine à comprendre les lignes force. Derrière cette pluralité inévitable, l’héritage ottoman se propose comme repère commun.

Laurent Dissard est chercheur en anthropologie de la Turquie et du Moyen-Orient au sein du groupe Identités, Mémoires, Expressions, Mobilités (ITEM) à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA). Il a obtenu son doctorat à l’Université de Berkeley, en Californie ; une bourse Andrew W. Mellon post-doctorale au Wolf Humanities Center de l’Université de Pennsylvanie ;  un Junior Research Fellowship à l’Institute of Advanced Studies de l’University College London. Il a été affilié à l’Université Koç et à l’Institut Français d’Études Anatoliennes (IFEA) à Istanbul. Il rédige actuellement un premier livre, Submerged: Archaeological Rescue and Historical Erasure in Eastern Turkey (Stanford University Press), sur les enjeux politiques de la patrimonialisation dans l’est de la Turquie.