Archives par mot-clé : Méditerranée

Régionalisme, ruptures et innovation architecturale

Journée d’étude internationale

Le 20 février 2019

Organisée par Eusko Ikaskuntza Iparralde-Société d’Études Basques, la Universidad del País Vasco-Euskal Herriko Unibertsitatea et l’Université de Pau et des Pays de l’Adour

Bizkaia Aretoa, Bilbao

Direction scientifique et coordination 

Viviane Delpech, chercheur, Université de Pau et des Pays de l’Adour, vice-présidente Recherche d’Eusko Ikaskuntza Iparralde

Comité scientifique

Esteban Castaner Muñoz, professeur, Université de Perpignan-Via DomitiaViviane Delpech, chercheur, UPPAJean-Baptiste Minnaert, professeur, Université Paris-SorbonneFrancisco Javier Muñoz Fernández, profesor titular, Universidad del País Vasco-Euskal Herriko Unibertsitatea

A propos

La question de l’architecture contemporaine, d’autant plus dans les régions à forte identité comme le Pays basque, soulève un débat intemporel qui interroge les historiens de l’architecture depuis plusieurs décennies et aux quatre coins du monde. Il semble communément admis que l’architecture régionaliste, basque ou autre, implique un paradoxe apparemment insoluble opposant les ambassadeurs de la modernité et du progrès aux tenants de la tradition et de l’identité, comme si les uns et les autres étaient fondamentalement antinomiques et absolument incompatibles. Or, cette analyse réductrice correspond à une interprétation empreinte des clichés du modernisme et du traditionalisme qui ne reflète pas la réalité où, plutôt qu’elles ne s’affrontent, coexistent et parfois se confondent divers partis esthétiques et influences géographiques.

Dans le contexte de la mondialisation où elle cherche à préserver ses racines autant qu’à innover, la production architecturale, régulièrement portée sur la scène médiatique, interroge la société sur son rapport au temps et son identité. C’est pourquoi l’évolution de la création en architecture peut paraître difficile à envisager, car elle renvoie à des questionnements existentiels sur l’essence et la permanence de la culture et de la vie. Ainsi les débats générés par l’architecture contemporaine sont-ils révélateurs des tensions qui, à toute époque, surgissent entre passé et avenir, tradition et progrès, sécurité de l’acquis et peur instinctive de l’inconnu et du changement.

Dans la mesure où l’architecture régionaliste est bien étudiée et connue, cette journée d’étude souhaite se focaliser sur l’esthétique en rupture avec les formes traditionnelles et historicistes de la construction et les stéréotypes tenaces qui en découlent. Il s’agit de réfléchir aux façons dont la création architecturale s’affranchit de normes et de conventions locales souvent archaïques pour s’adapter au mode de vie et au goût contemporain, en s’intéressant aux modèles nouveaux insérés dans un paysage porteur d’histoire mais en analysant aussi comment dialoguent l’héritage vernaculaire et l’innovation architecturale. Plus encore, il s’agira de démontrer que les régions marquées du sceau du pittoresque et de l’historicisme promu au XIXe siècle, avec, par exemple, les clichés néo-labourdin, anglo-normand, néo-mauresque ou hellénique, sont capables d’innovation, vivent en phase avec leur temps et ne sont pas enfermées dans le carcan d’un archaïsme conservateur satisfaisant avant tout les imaginaires romantiques.

Cette problématique, outrepassant les limites du Pays basque, sera mise en perspective par l’exposé de cas concernant l’ensemble du monde occidental, en particulier la péninsule ibérique, le monde méditerranéen et l’Europe continentale. Entre héritage ancestral, aspiration vers l’avenir et pulsion de vie, l’exploration de l’innovation architecturale dans des contextes identitaires forts, tels que le Pays basque péninsulaire, la Catalogne, l’Andalousie, la Grèce ou encore la Russie, permettra de faire émerger les traits saillants et les singularités de la modernisation de l’art de bâtir en tant que témoin matériel des évolutions de la société qui la produit.

Soutenance de Thèse de Benjamin Caparroy

7 décembre, 14h00

Bâtiment Recherche – Salle des thèses

Sujet : Géographie et morphologie des lieux sacrés maritimes dans le détroit de Gibraltar VIe S.A.C. – Ier S.P.C.

Directeur de thèse : François Réchin

Au cours du XIe siècle avant notre ère la zone du détroit de Gibraltar assiste à l’arrivée sur ses côtes de populations phéniciennes venues du Proche-Orient. Ces peuples traversent en effet la mer Méditerranée pour venir s’installer et commercer avec les populations locales dans le but d’approvisionner la métropole de Tyr en métaux, pourpre et autres denrées susceptibles d’alimenter le commerce méditerranéen.
C’est dans ce contexte, riche en contacts et en échanges, que se développe notre étude. Elle a pour objet les espaces sacrés qui jalonnent le parcours des pilotes, des voyageurs et des commerçants qui sillonnent le Détroit à bord de leurs navires. Les auteurs antiques, qu’ils soient poètes, géographes ou historiens, signalent un grand nombre d’autels, de temples ou même d’anecdotes mythologiques qui mettent en lumière un paysage sacré particulièrement riche dans cette zone de confins. Notre travail consiste à synthétiser toutes ces informations littéraires pour les mettre en parallèle avec les données obtenues par l’archéologie depuis la fin du siècle dernier. Au fil de l’analyse se révèle en filigrane l’existence d’un réseau d’espaces sacrés et de mythes qui viennent offrir un cadre religieux dans le Détroit. Cette synthèse inédite des données religieuses, recueillies sur les deux rives, permet une analyse et une première approche des phénomènes religieux maritimes dans la zone.
Cette compilation des données religieuses doit nous permettre de mieux appréhender et de décrire avec plus d’acuité ce que devait être la vie religieuse des marins qui fréquentaient les colonnes d’Hercule. Il s’agit de déterminer les motivations qui justifient une présence si forte du religieux sur ces rivages : besoin de protection pendant la traversée, motifs économiques, contrôle des côtes et guide de la navigation… Il est également question de caractériser ces dévotions, de savoir par quels moyens et en quels types de lieux s’exprime la religion des marins. Il faut aussi s’interroger sur les émetteurs et les récepteurs de ce type de dévotions : les commerçants sont-ils les seuls à faire des offrandes ? Et quelles divinités sont mises en avant par la religion maritime de ces populations ?
L’objectif de la démonstration est clairement de mettre en lumière et de mieux définir les différents éléments qui composent le paysage religieux maritime du détroit de Gibraltar. Le résultat est un essai de définition, de description et de mise en lien des divers éléments de ce réseau fait d’hommes, de divinités, de mythes, de lieux sacrés et de marques de dévotions, qui ont tous un point commun : la mer.

Séminaire Frontières, UPPA, 25 mars 2016

« Frontières culturelles durant la Protohistoire et l’Antiquité :
enjeux méthodologiques et disciplinaires »

Vendredi 25 mars
Institut Claude Laugénie, salle Chadefaud
UNIVERSITÉ DE PAU ET DES PAYS DE L’ADOUR
UFR de LLSH (laboratoires IRAA et ITEM)
Licence Histoire de l’Art et Archéologie
Master CAS

 

seminaire frontières 25 mars

10 h :
M. Bats (Centre Camille Jullian, univ. d‘Aix-en-Provence) : Espaces emboîtés et frontières en Gaule méditerranéenne protohistorique (VIe – IIe s. av. J.-C.).
M. Kasprzyk (INRAP / ArTeHiS, univ. de Dijon) : De part et d’autre des frontières de l’Empire romain : l’Est de la Gaule et le barbaricum durant l’Antiquité tardive (IIIe-Ves.).
Limestor_Dalkingen,_Wp_12-81,_Phase_6
14 h 15 :
Ariane Bodin (ArScan, univ. de Paris-Nanterre) : Païens et chrétiens en Italie et en Afrique romaines tardo-antiques (IVe-Ve s). Frontières culturelles et sociales ou religieuses ?
Gabriel de Bruyn (CRAHAM, univ. de Caen) : Des images païennes aux frontières d’un espace civique profane ? Les déplacements de statues dans les cités africaines et italiennes aux IVe et Ve s.