Archives par mot-clé : littérature

Appel à communication “BD et environnement “

Appel à communication “BD et environnement : les temps enfiévrés (1960-2010)”

Organisée dans le cadre du Réseau Régional de Recherche sur la Bande Dessinée de Nouvelle Aquitaine « 3RBD »

Depuis plus de trente ans, la question climatique, débattue sur la scène internationale, a conduit à l’émergence d’un vaste champ de recherche en transition studies (encore appelées en France transitions écologiques) se consacrant à l’étude des dynamiques de restructuration des systèmes liées aux politiques de transition durable de type « post-crise ». Ainsi, les recherches scientifiques couplant les effets de la transition physique de la planète consécutifs au changement climatique avec ses conséquences sociales se multiplient-elles, interrogeant notamment tous les grands champs des sciences humaines et sociales. Si l’étude des changements globaux sur le temps long est très sollicitée par les sciences dites exactes, la capacité à prévoir le futur et donc à anticiper les changements sociaux devient cruciale pour les décideurs politiques. La constitution en 2019, sous les auspices du ministère des Armées d’un groupe de « réflexion » du nom de Red Team Défense participe alors de ces efforts de prospective : réunissant une dizaine d’auteurs et de scénaristes de science-fiction travaillant avec des scientifiques et des experts militaires, il a pour objectif de faire émerger des scénarios s’attachant à anticiper des risques environnementaux, technologiques, économiques et sociétaux susceptibles, à l’horizon 2030-2060, d’engendrer différents types de conflictualités potentielles. Et parmi les « experts » de la société civile réunis, le monde de la bande dessinée est représenté par le scénariste Xavier Dorison (Le Troisième Testament, Long John Silver, Le Château des animaux, Undertaker, entre autres) et le dessinateur François Schuiten (Les Terres creuses, Les Cités obscures). En effet, la BD constitue un vaste réservoir d’univers, de conceptions du monde et de la société, de visions du présent et de l’avenir, souvent construits sur la base d’éléments existants ou en émergence.


Les préoccupations « naturalistes » incorporent progressivement le champ de la BD dans les années 1960, sous le biais de deux facteurs : d’une part, la sensibilisation aux questions de préservation (et gestion) de la Nature s’ouvre à un plus large public, par le biais notamment de la médiatisation des catastrophes majeures d’origine anthropique provoquant alors de fortes répercussions sur les milieux dits naturels et la société2 ; d’autre part, l’apparition puis le renforcement d’une nouvelle offre éditoriale en direction d’un public adulte3 favorisent de nouveaux thèmes traités par la BD, dont le grand domaine de l’environnement. Comme le soulignait en 1982 Louis Gérard (alors directeur d’édition chez Casterman), les hebdomadaires illustrés « jeunesse » qui s’étaient multipliés en France après 1945 avaient « légué » des lecteurs adultes, engendrant « une première explosion de la BD vers 1969-1970 » 4 , suivie d’une décennie faste pour ce champ de l’édition.


Cet appel à communication vise plus particulièrement à étudier le traitement des questions environnementales par le grand domaine de la Bande Dessinée durant les temps pré transition studies « toutes puissantes », à savoir avant 2010. En effet, de nos jours et pour le cas français, nombreuses sont les controverses environnementalistes traitées par le support BD : citons entre autres le développement « inexorable » des algues vertes nappant les plages bretonnes (Inés Léraud, Pierre Van Hove, Algues vertes – l’histoire interdite, la revue dessinée/Delcourt, 2019), les ravages sanitaires découlant des épandages massif dans les Antilles françaises de chlordécone entre 1973 et 1992 (Jessica Oublié, Vinciane Lebrun, Katherine Avraam et Nicola Gobbi, Tropiques toxiques – le scandale du chlordécone, Les Escales, 2020) ou encore le projet d’enfouissement des déchets nucléaires à Bure (Gaspard d’Allens, Pierre Bonneau, Cécile Guillard, Cent mille ans – Bure ou le scandale enfoui des déchets nucléaires, la revue dessinée/Seuil, 2021 ; Étienne Davodeau, Le Droit du sol – journal d’un vertige, Futuropolis, 2021).


Ainsi, par exemple, si le rôle fondateur joué en France par le dessinateur Pierre Fournier (1956-1973) a été déjà étudié5 , beaucoup reste à faire. Par exemple, les scénarios des BD publiées dans les années 1970 (« albums » comme « illustrés » reflètent-ils les thématiques interrogées par la toute jeune écologie politique, incarnée par la candidature de René Dumont aux élections présidentielles du printemps 1974 ? Retrouve-t-on dans leurs pages la contestation de l’extension du camp militaire du Larzac, du « tout voiture », des habitats collectifs de type « grands ensembles », le traumatisme réel engendré en Bretagne par le naufrage de l’Amoco-Cadiz (1978) ou encore les mobilisations populaires contre la construction des centrales nucléaires (Fessenheim, 1971 ; Bugey, 1971 ; Plogoff, 1978-1981 ; Port-de-Lanne, 1980 ; Golfech, 1980-1981 ; etc.) ? Et ces événements, alors largement médiatisés, sont-ils à l’origine de nouvelles fictions ?


De même, le I er Sommet de Terre tenu à Stockholm (juin 1972) initiant une première collaboration internationale dédiée à l’amélioration des conditions de vie (« Une seule
Terre ») et aboutissant au lancement du Programme des Nations Unies pour l’Environnement a-t-il eu un retentissement direct sur les productions de bandes dessinées ? Et quelque vingt ans plus tard, quels furent sur ce même plan les effets du Sommet de la Terre de Rio-de- Janeiro qui assura une promotion formidable à la notion de sustainable development (développement durable « en français de France » vs développement soutenable pour les Québécois) ?


Au final, les organisateurs ne souhaitent pas restreindre le type éditorial des bandes dessinées étudiées (des albums traditionnels aux mangas en passant par la grande diversité
des « illustrés » : hebdomadaires, mensuels et autres fumetti – « BD de hall de gare »), ni les genres visés (SF, anticipation, « réaliste », westerns, super-héros, etc.) et encore moins les pays d’édition et/ou d’origine des auteurs.

Comité d’organisation


Julie Gallego, maîtresse de conférences de latin à l’UPPA (laboratoire ALTER)
Laurent Jalabert, professeur d’histoire contemporaine à l’UPPA (laboratoire ITEM)
Jean-Yves Puyo, professeur de géographie à l’UPPA (laboratoire TREE)

Calendrier


Ouverture de l’appel à participation : I er juin 2022


Les propositions de communications sont à envoyer aux adresses suivantes :


julie.gallego @ univ-pau.fr

laurent.jalabert @ univ-pau.fr

jean-yves.puyo @ univ-pau.fr


Le résumé (fichier .doc, .docx, .odt ou pdf) sera présenté en 500 mots +/-10%, en Times New Roman, taille 12, avec maximum trois illustrations. Le corpus retenu sera indiqué avec précision.
Les propositions feront figurer les coordonnées précises du ou des auteur(e)s (nom, prénom, université, adresse électronique et numéro de téléphone), ainsi qu’une courte bio-bibliographie de 10 lignes maximum présentant l’auteur et ses principales recherches en lien avec la bande dessinée.


Appel prolongé jusqu’au 20/09/2022

Réception des propositions jusqu’au 20/09/ 2022

Retour aux participant(e)s vers le 30 septembre 2022


Journée d’étude : 2 décembre 2022 à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (campus de
Pau)

 

Comité scientifique :

Duplan-Lamazou Véronique, MCF en histoire médiévale (UPPA)

Chauvaud Frédéric PR en histoire contemporaine (Université de Poitiers)

Laffage-Cosnier Sébastien, MCF HDR en STAPS (Université de Franche-Comté)

Meunier Christophe, PRCE en géographie, INSPÉ centre Val-de-Loire

Venayre Sylvain, PR en histoire contemporaine (Université de Grenoble-Alpes)

Vrignon Alexis, MCF contractuel (UPPA)

Soutenance de thèse – Lisa Barrère

Lisa Barrère soutiendra sa thèse intitulée “Dulce Chacón : les débuts d’une romancière” le 16 décembre 2021.

Sous la direction de Mme Dolores Thion, elle aura lieu en salle du conseil du bâtiment Droit Eco Gestion de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, à 14h30.

RESUME

Le présent travail propose une étude des trois premiers romans de Dulce Chacón : Algún amor que no mate (1996), Blanca vuela mañana (1997) et Háblame, musa, de aquel varón (1998), un corpus qui n’a jamais été étudié dans son ensemble. Souvent reconnue pour ses deux dernières œuvres ayant pour toile de fond la Guerre Civile espagnole, il s’agit de proposer une thèse qui mette en lumière ses premiers pas dans l’univers du roman.

Ce travail consiste à analyser les trois premiers récits de l’autrice, afin d’examiner son processus de création au sein du genre littéraire romanesque. Nous considérerons ce corpus comme une unité matricielle de son expérience d’écriture en prose.

Dans cet objectif, nous proposons une étude basée sur la thématologie, afin de percevoir au mieux l’évolution de grands thèmes traités à travers les différents récits. Cette analyse nous permet de mieux comprendre l’évolution de thèmes existentiels, comme l’amour, la vie et la mort, à travers la psychologie de la femme. Cette étude nous permet également d’observer l’évolution du processus de création de l’écrivaine sur ses engagements, ainsi que sur la précision de sa plume en tant que romancière.

Mots-Clés : Dulce Chacón – Roman – Littérature du XXème – Mémoire –  Oralité – Société espagnole – Femmes – Mémoire Historique – Processus de création – Immigration –  Réalisme – Trilogie.

Soutenance de thèse – Fleur DUPLANTIER

Le 17 décembre 2021

Fleur Duplantier soutiendra sa thèse “Carlota O’Neill : l’épineux parcours d’une polygraphe espagnole (1924-1982)” le 17 décembre 2021 à 9h30.

Dirigée par Mme Dolores thion, elle aura lieu en salle du conseil au bâtiment des Lettres de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Résumé

Romancière, dramaturge et journaliste, Carlota O’Neill (Madrid, 1905 – Caracas, 2000) représente dans le panorama de la littérature et du journalisme espagnol un exemple symbolique de l’oubli auquel ont été condamnés nombre d’intellectuels et d’artistes du XXᵉ siècle espagnol.

Issue des milieux aisés du républicanisme espagnol, Carlota O’Neill amorce à l’âge de 18 ans sa carrière d’écrivaine. Elle fait partie des jeunes intellectuelles espagnoles, aux côtés de Margarita Nelken, Elisa Soriano, Federica Montseny, entre autres.

En 1936, mariée au capitaine, Virgilio Leret, en mission à Melilla – comme chef de la Base d’Hidros d’Atalayón – Carlota s’installe à ses côtés avec leurs deux filles pour y passer les vacances estivales en famille. Le 17 juillet 1936, ils seront témoins des premières attaques de l’armée franquiste. Son mari, fidèle à la République, meurt fusillé par les insurgés, ses deux filles sont rapatriées dans un orphelinat proche de Madrid et, elle est incarcérée dans la prison de Melilla où elle passera cinq longues années. Dans les années 40, elle connaîtra l’Espagne d’après-guerre avant de prendre la route de l’exil vers le Venezuela et le Mexique.

L’objectif de cette thèse est de reconstruire le parcours personnel, idéologique et littéraire de Carlota O’Neill. Pour cela, il est important d’étudier l’ensemble de sa production, de ses prémices littéraires à ses écrits en prison, et de la prison jusqu’à son exil : de l’écriture de l’intime à l’écriture de survie, pour finalement mettre sa plume au service de sa cause : la mémoire des femmes républicaines victimes du franquisme, de la répression et de l’exil.  

Ce travail de recherche prétend contribuer ainsi à la reconstruction de l’image d’une écrivaine oubliée de la sphère littéraire espagnole, dont la vie couvre quasiment un siècle de l’Histoire de l’Espagne.

Mots clés : Carlota O’Neill – Littérature espagnole – Journalisme – Médias – XXᵉ siècle – Féminisme – Guerre civile – Prison – Franquisme – Répression – Exil républicain.

Nuevos asedios a la novela entre fronteras. Aragón-Aquitania, relatos sin fronteras

Luis Beltrán Almería; Dolores Thion Soriano-Mollá (coords.)

Prensas de la Universidad de Zaragoza

  • 286 pages, 2021
  • Colección: Estudios
  • ISBN : 978-84-1340-242-0

Este volumen recoge estudios relacionados con la novela moderna y con la novelización de otros géneros literarios en el marco de las relaciones hispanofrancesas. La iniciativa se enmarca en los esfuerzos del grupo de investigación GENUS del Gobierno de Aragón, que dirige Luis Beltrán Almería, y del proyecto Patrimoine d’encre Transpyrénéens II de la Communauté d’agglomération Pau Béarn Pyrénées (CAPBP), que dirige Dolores Thion.

Sommaire

Prólogo

Sobre la narrativa francesa contemporánea
 Rosa de Diego

Venturas y desventuras de un ansotano en el Río de la Plata y su reflejo lingüístico
  José M.ª Enguita

Una traducción al aragonés de Julio Verne
  Francho Nagore Laín

El estudiante en el costumbrismo español: escenas, tipos y fisiologías (Vicente de la Fuente y Jaime Tió)
  Fermín Ezpeleta Aguilar

La voz femenina epistolar: de Heloísa a la narrativa actual
  Patricia Urraca de la Fuente

Lezama Lima, transcreador de Pluies de Saint-John Perse
  Alicia Silvestre Miralles

Dostoievski a través de los Pirineos
  Carlos Ginés Orta

Novela y compromiso: los soldados olvidados del ejército colonial. Bataillons noirs (1941) de Joseph Peyré
  Dolores Thion Soriano-Mollá

Joseph Peyré: una terraza para el Pirineo
  Christian Manso

Teoría de la novela durante el tardofranquismo y la transición: el caso de Ramón Gil Novales (1928-2018)
  José Domingo Dueñas Lorente

Novela e inmigración
  Oliwia Baginska

Distopía y fracaso en Un incendio invisible (2011, 2017) de Sara Mesa
  Blanca Ripoll Sintes

El lugar del autor moderno en la historia literaria: el caso de Manuel Vilas
  Antonio Viñuales Sánchez

Berlín/Sevilla. Punto de fuga. Una novela biográfico-familiar
  Laura Escartín Corral

La novela según J. L. Rodríguez García
  Luis Beltrán Almería

Journée d’étude “La Tribuna III”

Visioconférence – 22 février 2021

9h45-10h: Accueil

10h: Javier López Quintáns (Universidad de Santiago de Compostela)

Organización y sentido de los personajes de La Tribuna”.

10h40: Elvire Diaz (Université de Poitiers) 

Territorio y memoria en La Tribuna.

11h15: Alex Alonso Nogueira (Brooklyn College, City University of New York)

La Tribuna, reflexiones críticas.

 

Pause déjeuner

 

14h :  Xavier Escudero (Université du Littoral Côte d’Opale),

Oppression, résistances et révoltes”.

15h : Christian Manso (Université de Pau et des Pays de l’Adour

La question des moustaches : Borrén.

15h 40 : Laura Palomo (Universidad de Alicante)

Leyendo La Tribuna

16h 40 : Dolores Thion (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

La Tribuna : Contar para ver

 

17h Clôture

 

 

Parution “Joseph Kessel”

Dolores Thion Soriano-Mollá et Christian Manso (Laboratoire ITEM, Programme de recherche Patrimoines d’encre) ont apporté leur contribution au volume I des Romans et nouvelles de Joseph Kessel que viennent de publier les éditions Gallimard dans La Pléiade (n°649) sous la direction de Serge Linkès.



Ils se sont penchés sur Une balle perdue, roman de l’écrivain-reporter, consacré à la très brève révolution d’octobre 1934 déclenchée par la Généralité de Catalogne, l’instance politico-administrative de cette région désireuse de se soustraire au gouvernement républicain de Madrid.

Témoin des affrontements entre indépendantistes catalans et représentants de l’ordre de la II° République, Joseph Kessel publie des reportages dans des journaux parisiens: Le Matin puis Marianne. Un an après, en 1935, il fait paraître dans Marianne son roman sous forme de
feuilleton.

Dolores Thion Soriano-Mollá et Christian Manso ont examiné avec grand soin, à l’aide de nombreuses sources journalistiques françaises et espagnoles, le processus d’élaboration de ce roman, lequel en sa forme définitive a été substantiellement tronqué, sans doute en raison d’impératifs éditoriaux.

Joseph Kessel. Romans et récits – tome I

Collection Bibliothèque de la Pléiade (n° 649), Gallimard, juin 2020.

Aragon-Aquitania, relatos sin fronteras

ZARAGOZA, 6 DE FEBRERO DE 2020

Aula de la INSTITUCIÓN FERNANDO EL CATÓLICO

Dirección
DOLORES THION (UPPA)
LUIS BELTRÁN ALMERÍA (Universidad de Zaragoza)

El grupo de investigación GENUS de la Universidad de Zaragoza, en colaboración con investigadores de la Universidad de Pau y de los Países del Adour, organiza el encuentro «Aragón-Aquitania, relatos sin fronteras» en el que tendrán lugar sesiones dedicadas al estudio de las categorías de la novela actual, las relaciones
Aragón-Aquitania a través de sus relatos y los imaginarios y las correspondencias literarias franco-españolas.
Este encuentro de investigadores continua los encuentros celebrados por la red Tendencias culturales transpirenaicas, que vienen celebrándose desde hace una década.

Littérature et Inférences anthropologiques

Auteur : Abel Kouvouama

Éditeur : Paari editeur

Collection / Série : GERMOD

Résumé :

Les sociétés contemporaines et les individus éprouvent au quotidien le besoin toujours croissant de comprendre la richesse de la diversité culturelle et sociale.  Avec l’intitulé donné à cet ouvrage, Littérature et inférences anthropologiques, ce sont des choses écrites et des choses dites ici et ailleurs touchant à l’anthropologie, à la sociologie, à la philosophie et à la littérature dont il est question. Ces inférences anthropologiques regroupent des textes d’âges différents à valeur épistémologique, interdisciplinaire et ayant non seulement une certaine unité thématique, méthodologique, mais concernent également de terrains proches et lointains, des mondes sociaux, des espaces géographiques du Congo-Brazzaville et de France compris entre 1978 et 2018.

L’imaginaire et le pouvoir sont explorés ici à travers la question de l’Etat et de l’identité culturelle ethnique. Et dans le rapport de l’anthropologie à la littérature dans l’espace d’Afrique centrale notamment, il s’agit de souligner l’importance des mots dans les textes écrits comme dans l’oralité chez les écrivains congolais. Ainsi, l’étude interdisciplinaire de la formation des subjectivités dans les sociétés d’Afrique centrale permet-elle d’appréhender aussi la question du rapport individu/communauté dans le champ littéraire ? De réfléchir sur les nouveaux contextes sociaux, économiques et politiques où se construisent les nouvelles formes de subjectivité littéraire à partir des vecteurs de la mondialisation.

La pratique anthropologique se situe aux interstices de l’altérité et de l’identité ; elle invite à une pédagogie de la différence construite dans l’unité de l’humain. Espace de réflexion sur l’Autre et sur soi, espace d’engagement et espace d’expérimentation du social, l’anthropologie dans son renouvellement tant du point de vue des méthodes que des thématiques se doit d’associer de plus en plus le regard éloigné et le regard proche dans la transversalité des situations, des imaginaires sociaux et des systèmes symboliques. Et les questions abordées ici, quel que soit le champ des sciences sociales et humaines dans lequel elles peuvent être rangées, s’inscrivent dans un même continuum de pensée réflexive et critique.

Date de parution
14/03/2019

160 pages ; 22 x 15 cm ; broché

ISBN 978-2-84220-100-5

Joseph Peyré l’Africain (1892-1968)

Colloque international

Du 6 décembre 2018 au 7 décembre 2018

HOMMAGE POUR LE 50e ANNIVERSAIRE DE LA MORT DE L’ÉCRIVAIN DANS LE CADRE DES COMMÉMORATIONS NATIONALES 2018

Paris:

  • La Courneuve / Amphi. des Archives Diplomatiques (6 décembre)
  • Les Invalides / Auditorium Austerlitz (7 décembre)

Ce colloque international et interdisciplinaire prendra comme base de réflexion le corpus des œuvres de Joseph Peyré afin d’étudier la présence de la France dans le Nord de l’Afrique avant les années 50. Et ce, compte tenu du lien très étroit qui a toujours existé avec son frère, général médecin au Sahara durant cette période de l’Histoire de France. En effet, Joseph Peyré a écrit L’Escadron blanc (Prix de la Renaissance, 1931), sous les conseils avisés et très percutants de son frère Emile, lors d’un de ses séjours dans son village natal d’Aydie, d’où l’importance de cette union entre le littéraire et le militaire, le monde factuel et historique et l’univers des représentations.

Dans l’œuvre de Joseph Peyré, l’histoire de la France est transmise sous les grandes valeurs qui ont fait l’honneur de l’Armée française au Sahara, parmi lesquels, l’humanisme a joué un rôle prééminent. L’œuvre littéraire et journalistique de Joseph Peyré constitue assurément de nos jours un patrimoine digne d’être inventorié et remis en lumière. Et ceci, non seulement en tant que documents historiques, en tant que mémoire de la présence française en Afrique, et bien évidemment, en tant qu’objet littéraire et culturel.

Le colloque « Joseph Peyré l’Africain » entend aborder ces questions sous des différentes perspectives d’étude disciplinaires, entrecroisant les méthodologies, les corpus et les approches des historiens, des anthropologues, des militaires et des littéraires.

Il se donne également pour objectif de rassembler les différents acteurs, les personnes qui en représentent la mémoire historique et chercheurs de plusieurs disciplines et les membres de la société civile et les associations françaises et centres en contact avec le Maroc, l’Algérie et la Tunisie. Citons, entre autres, la Fondation pour la mémoire de la Guerre d’Algérie, des combats du Maroc et de Tunisie, l’Association La Khoumia, le Centre de Documentation pour la Mémoire de l’Algérie, la Fundación andaluza Gordion. Oriente y Occidente de l’Universidad de Sevilla et le Laboratoire Identités, Territoires, Expressions, Mobilités (ITEM, EA 3002) de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

La présence d’environ 30 communicants (dont la majorité des chercheurs de renommée internationale) de différentes disciplines et l’implication active des associations d’anciens méhariste et goumiers, entre autres, permettra, de diversifier les perspectives, ainsi que de nourrir des liens et des échanges constructifs.

Une table ronde clôturera le colloque.

Inscription obligatoire auprès de Mme. Fleur Duplantier
avant le 3 décembre

Colloque international Gérard Titus-Carmel

L’épreuve et la nécessité

Du 7 novembre 2018 au 9 novembre 2018

Org. : S. Bédouret Larraburu, M.-A. Bissay, I. Chol, S. Forero Mendoza

Gérard Titus-Carmel, né en 1942, est un artiste (dessinateur, graveur, peintre) et poète contemporain de renommée internationale. Son œuvre plastique s’est progressivement construite depuis la fin des années 1960 et au cours des années 1970 (La Grande bananeraie culturelle ou, entre autres, The Pocket Slize Tlingit coffin qui a suscité un échange fécond avec Jacques Derrida). Elle interroge le rapport au modèle et à sa représentation, elle met en scène des jeux d’altération, de rupture et de ligature. En empruntant les voies du dessin, de la gravure et de la peinture, elle s’est poursuivie, de suites en séries, jusqu’aux œuvres récentes (La Bibliothèque d’Urcée, la série des Feuillées ou des Brisées, Viornes & Lichens, Ramures ou Labyrinthes) qui sont autant de variations autour d’un motif permettant d’explorer les « lieux de mémoire », l’espace du paysage et les cycles du temps, d’ « élucider le mystère de notre présence au monde » (Au Vif de la peinture, à l’ombre des mots, 2016, p. 725), et, notamment, de trouver prolongement dans un dialogue fructueux avec Yves Bonnefoy.

La démarche esthétique et philosophique de Gérard Titus-Carmel s’exprime également dans de très nombreux écrits sur l’art, dans des notes et commentaires. S’il a toujours mené de concert l’écriture et la poésie avec son activité de dessinateur, de graveur et de peintre, il accompagne aussi les œuvres d’écrivains avec lesquels il réalise des « livres de dialogue ». Gérard Titus-Carmel a ainsi publié une cinquantaine d’ouvrages parmi lesquels figurent une vingtaine de recueils de poésie, depuis La Tombée (1987) jusqu’au dernier, & Lointains (2016), qui l’inscrivent parmi les poètes majeurs de sa génération. Explorant la question du fragment et de l’éclat, de la mémoire et de l’oubli, de la présence au monde, ses livres de poésie témoignent du souci constant de leur agencement, comme en écho à cette expérience du jardin relatée dans L’ordre des jours (2008, p.70-71) : « Tu devenais chaque fois un peu plus la médusante figure géométrique de ce monde indéchiffrable et tu te reconnaissais dans l’ordre secret qu’ordonnançaient si innocemment toute sa complexité & sa violence cachée ».

Gérard Titus-Carmel est ainsi à la fois et pleinement plasticien et poète. C’est son activité aux multiples facettes que le colloque international et pluridisciplinaire Gérard Titus-Carmel, l’épreuve et la nécessité entend interroger, quant à sa cohérence et quant à ses enjeux esthétiques et éthiques. Cette manifestation scientifique d’envergure s’attachera à confronter les différentes pratiques de l’artiste, pour en montrer la spécificité et en explorer l’articulation. Deux mots-clés, régulièrement employés par Gérard Titus-Carmel, constituent le cadre d’un questionnement qui répond à la rigueur de composition de l’œuvre en sa diversité et qui favorise toutefois une investigation ouverte. L’épreuve renvoie à la fois à l’expérience (faire l’épreuve de, mettre à l’épreuve), susceptible de se construire par retouches et tentatives recommencées, mais elle désigne aussi, dans le domaine de la gravure, la feuille d’essai imprimée qui permet à l’artiste de juger de la qualité ou de l’avancement de son travail. La nécessité, quant à elle, dit l’indispensable mais aussi la privation, de sorte que le mot est apte à souligner l’exigence d’une œuvre conçue comme une quête de la beauté, autre terme cher à Gérard Titus-Carmel et qu’il associe, dans ses écrits, à celui de nécessité. Reliés par la simple coordination et, les deux mots épreuve et nécessité peuvent s’entendre séparément ou ensemble, qu’ils soient envisagés dans leur simple complémentarité ou dans leur dépendance réciproque. Ils permettent ainsi d’explorer une œuvre quantitativement et qualitativement fort importante et qui reste en continuelle évolution.

Ce colloque, auquel Gérard Titus-Carmel nous fait l’honneur de prendre part, est organisé par l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (CRPHLL-ALTER, ITEM, Fédération de recherche EFM), en collaboration avec l’Ecole Supérieure d’Art des Pyrénées et l’EA CLARE de l’Université de Bordeaux Montaigne.

Il sera accompagné d’une exposition multi-site d’œuvres de Gérard Titus-Carmel et de tables rondes permettant un dialogue avec les éditeurs, écrivains et artistes qui lui sont proches.

Comité d’organisation

Sandrine Bédouret-Larraburu (Maître de Conférences, Université de Pau et des Pays de l’Adour, CRPHLL)

Marie-Antoinette Bissay (Membre associée CRPHLL)

Isabelle Chol (Professeur des Universités, Université de Pau et des Pays de l’Adour, Directrice du CRPHLL)

Jean-François Dumont (Directeur de l’ESAP)

Sabine Forero Mendoza (Professeur des Universités, Université de Pau et des Pays de l’Adour, ITEM, Directrice adjointe de la Fédération Espaces, Frontières, Métissages)

Jean Khalfa (Professeur, Université de Cambridge, Royaume-Uni)

Pierre Sauvanet (Professeur des Universités, Université Bordeaux Montaigne, Directeur adjoint de CLARE)

Comité de lecture

Béatrice Bonhomme (Professeur des Universités, Université de Nice Sophia Antipolis, France)

Giovanni Dotoli (Professeur des Universités, Université de Bari, Italie)

Jacques Dürrenmatt (Professeur des Universités, Université Paris-Sorbonne, France)

Denis Laoureux (Professeur des Universités, Université Libre de Bruxelles, Belgique)

Jérôme Thélot (Professeur des Universités, Université Lyon 3, France)

Emma Wagstaff (Maître de Conférences, Université de Birmingham, Royaume-Uni)

Télécharger   TITUS CARMEL programme

Contacts

isabelle.chol @ univ-pau.fr

sabine.forero-mendoza @ univ-pau.fr

Colloque Joseph Peyré

Colloque international Joseph Peyré (1892-1968)

L’écriture d’un monde. Un monde d’écriture

DANS LE CADRE DES COMMÉMORATIONS NATIONALES
POUR LE 50e ANNIVERSAIRE DE SA MORT

Du 25 au 27 octobre 2018

Université de Pau et des Pays de l’Adour – Aydie

Journaliste et écrivain originaire des Basses Pyrénées, Joseph Peyré s’est profondément signalé par son regard d’humaniste. Attentif à son proche environnement  dont il tire maints principes directeurs, il n’a de cesse d’en conserver jalousement la quintessence lorsqu’il se lance à la découverte du monde qui lui est échu. Un monde notamment ébranlé par de nombreux conflits –nationaux comme internationaux- qui l’amènent tout naturellement à réagir. Un monde dont il ne peut se résoudre à voir disparaître un certain nombre de valeurs pour lesquelles il s’engage corps et âme : la personne humaine dans toute sa complexité ontologique tout autant que le milieu naturel dans l’intégrité de ses écosystèmes.

A l’écriture de ce monde, telle qu’il la largement développée tout au long de œuvre, il y a lieu d’associer l’approche de son propre monde d’écriture. En effet, ce regard pénétrant qu’il porte sur le monde se traduit stylistiquement par une écriture  que sa formation de juriste a considérablement aidé à fourbir. A ce propos l’exergue qu’il a apposé à l’ouverture de sa première œuvre de création, Sur la terrasse (1922), peut être perçue comme la matrice de la genèse de son écriture :

« Image exacte des paysages, images vaines de la rêverie,

Il n’y a entre elles que nuance d’âme ».

C’est donc dans cette voie que sont à rechercher les ressorts de son écriture tout en montrant qu’ils conviennent  parfaitement à exprimer chez Peyré une lucidité toute de générosité.

 Télécharger le programme

Bulletin d’inscription au repas à Aydie – Le temps des vendanges

Le citoyen dans tous ses états

Journées d’étude doctorale
Université de Pau et des Pays de l’Adour
Amphithéâtre de la Présidence
4 et 5 juin 2018

Les journées d’étude doctorales « Le citoyen dans tous ses états » cherchent à interroger la notion même de citoyenneté et les formes qu’elle revêt sous l’angle juridique, historique, sociologique, géographique, anthropologique ou encore celui de la littérature et des arts. Mener des réflexions transdisciplinaires dans ce cadre permet d’analyser l’ensemble de ce processus, aussi bien dans ses formes passées que contemporaines. Il s’agit de s’intéresser aux évolutions de la notion même de citoyen, tant dans ses dimensions quotidiennes ou privées que dans son acception politico-juridique traditionnelle.

 

COMITÉ D’ORGANISATION :
Adrienne BONNET, Doctorante en droit privé, CDRE, EA 3004, UPPA
Quentin GIRAULT, Docteur en droit public, PDP, EA 1926, UPPA
Cecilia BEAUDOIN, Doctorante en études latino-américaines, ALTER, EA 7504,UPPA
Tiphaine-Annabelle BESNARD, Doctorante en histoire de l’art, ITEM, EA 3002, UPPA
citoyendanstoussesetats @ gmail.com
BÂT. PRÉSIDENCE
Amphithéâtre de la Présidence

RESPONSABLES SCIENTIFIQUES DU PROJET « L’ART EN PARTAGE CITOYEN » :
Pascale PEYRAGA, Professeur des universités en littérature espagnole contemporaine, ALTER, EA 7504 UPPA
Sabine FORERO MENDOZA, Professeur des universités en esthétique et
histoire de l’art contemporain, ITEM, EA 3002, UPPA

 

Télécharger le programme complet

 

Espaces urbains & réalisme social. Antonio Ferres

Séminaire International

UNIVERSITÉ DE PAU
ET DES PAYS DE L’ADOUR
Collège SSH – Salle du Conseil
Bâtiment LLSH

 

 

 

 

 

 

 

 

PROGRAMME

21 MARS 2018

15h00-16h00 – Session 1
Luis Beltrán (Universidad de Zaragoza)
La ciudad simbólica. Notas sobre Ferres, Zúñiga y el realismo social
Christian Manso (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
La ciudad amenazante. Crónica de un fabricante de perfumesDébat. Pause café
16h30-17h30 – Session 2
Javier Feijoo (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
Antonio Ferres y Ramiro Pinilla: escritura y compromiso
Laura Palomo Alepuz (Universidad Católica de Murcia)
Simbolismo social en La piqueta de Antonio Ferres
Débat


22 MARS 2018

9h30-10h30 – Session 3
Leonardo Romero Tobar (Universidad de Zaragoza)
Los viajes de Antonio Ferres: ciudades y campos
Dolores Thion Soriano-Mollá (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
Cartografias urbanas en la obra de Antonio Ferres
Débat. Pause café
11h00-12h00 – Session 4
Fleur Duplantier (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
París y otras ciudades, de Antonio Ferres
José Antonio Escrig (Universidad de Zaragoza)
Antonio Ferres y el teatro para niños

 

Télécharger le programme

Plus d’information sur le programme de recherche

Organisé par :
Réseau TCT,
Projet Espaces urbains – Département 64,
Projet GENUS NOVEL 17-82.662-P
Gobierno de España (Universidad de Zaragoza