Archives par mot-clé : littérature

Espaces urbains & réalisme social. Antonio Ferres

Séminaire International

UNIVERSITÉ DE PAU
ET DES PAYS DE L’ADOUR
Collège SSH – Salle du Conseil
Bâtiment LLSH

 

 

 

 

 

 

 

 

PROGRAMME

21 MARS 2018

15h00-16h00 – Session 1
Luis Beltrán (Universidad de Zaragoza)
La ciudad simbólica. Notas sobre Ferres, Zúñiga y el realismo social
Christian Manso (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
La ciudad amenazante. Crónica de un fabricante de perfumesDébat. Pause café
16h30-17h30 – Session 2
Javier Feijoo (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
Antonio Ferres y Ramiro Pinilla: escritura y compromiso
Laura Palomo Alepuz (Universidad Católica de Murcia)
Simbolismo social en La piqueta de Antonio Ferres
Débat


22 MARS 2018

9h30-10h30 – Session 3
Leonardo Romero Tobar (Universidad de Zaragoza)
Los viajes de Antonio Ferres: ciudades y campos
Dolores Thion Soriano-Mollá (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
Cartografias urbanas en la obra de Antonio Ferres
Débat. Pause café
11h00-12h00 – Session 4
Fleur Duplantier (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
París y otras ciudades, de Antonio Ferres
José Antonio Escrig (Universidad de Zaragoza)
Antonio Ferres y el teatro para niños

 

Télécharger le programme

Plus d’information sur le programme de recherche

Organisé par :
Réseau TCT,
Projet Espaces urbains – Département 64,
Projet GENUS NOVEL 17-82.662-P
Gobierno de España (Universidad de Zaragoza

 

Le citoyen dans tous ses états

Le citoyen dans tous ses états
Appel à communication

Université de Pau et des Pays de l’Adour

Le projet « L’art en partage citoyen » développé à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (laboratoires ITEM et ALTER dans le cadre de la Fédération EFM) prévoit plusieurs conférences, journées d’étude et tables rondes où chercheurs, artistes et représentants d’associations seront appelés à intervenir. Il vise à appréhender l’art dit « citoyen » à travers les aspirations qu’il porte, les partages qu’il génère et les transformations qu’il produit sur chacun des acteurs engagés dans le processus créatif.

S’inscrivant dans ce projet, les journées d’études « Le citoyen dans tous ses états » cherchent, plus largement, à interroger la notion même de citoyenneté et les formes qu’elle revêt sous l’angle juridique, historique, sociologique, géographique, anthropologique ou encore celui de la littérature et des arts. Il se trouve en effet que, depuis les années 1990, le terme « citoyen » est de plus en plus présent dans les discours. Signe probable d’un regain d’intérêt pour la notion, ce phénomène s’accompagne d’une évolution de l’extension du terme. Initialement employé comme substantif, il prend davantage une valeur adjectivale, une transformation qui conduit à s’interroger sur la déperdition éventuelle du sens de la notion, en raison, notamment, de sa nature de « construit social et politique, de fabrique en constante évolution » 1.

Mener des réflexions transdisciplinaires dans ce cadre permettrait d’analyser l’ensemble de ce processus, aussi bien dans ses formes passées que contemporaines. Il s’agirait de s’intéresser aux évolutions de la notion même de citoyen, entendu au sens de membre de la cité, c’est-à-dire tant dans ses dimensions quotidiennes ou privées que dans son acception politico-juridique traditionnelle.

Qu’en est-il de la place occupée par le citoyen dans l’État et de celle que l’État souhaitait ou souhaite lui attribuer ? Par-delà la faculté du citoyen à investir, voire conditionner, l’exercice du pouvoir politique, notamment par le droit de vote, n’a-t-il pas été ou n’est-il pas, dans le même temps, un instrument au service du politique ? Par ailleurs, les mouvements critiques qui ont su se développer depuis le début du XXIe siècle, en dehors des institutions, dans les milieux non seulement politiques mais aussi associatifs, culturels et artistiques, revêtent le plus souvent le qualificatif de citoyen. L’intérêt renouvelé pour les « citoyens ordinaires »2 semble découler de la crise contemporaine de la démocratie représentative. Plus encore, la citoyenneté ordinaire pourrait prévaloir sur la citoyenneté de type kantien et habermassien – transcendante et impersonnelle –, par le sens qu’elle donne à la notion de « vivre ensemble ». En témoignent le mouvement citoyen 15 M des Indignés qui dénonce, en Espagne et en Europe, le renoncement de la classe politique à défendre les idéaux des droits de l’homme ou, en France, le réseau de « l’Archipel citoyen » orienté vers des initiatives locales. Autant de facettes d’une citoyenneté « ordinaire » révélant les capacités des individus à formuler des jugements sur le bien commun, en marge des usages et des lieux « labellisés » par les approches classiques de la citoyenneté. « Citoyens » sont aussi des festivals (« Aux Arts citoyens », Villeneuve-sur-Lot), des séries télévisées ou les projets artistiques (« Les Arpenteurs – art citoyen ») réunissant des populations autour de thématiques emblématiques (la citoyenneté, l’écologie, les changements climatiques…) pour imaginer ensemble, co-créer, co-construire entre personnes de cultures et d’origines multiples, à l’échelle locale de la ville ou à plus grande échelle. Dans quelle mesure cette « citoyenneté ordinaire » constitue-t-elle un concept fécond dans un monde globalisé ? Si la citoyenneté démocratique se matérialise dans les pratiques par lesquelles les individus et les groupes formulent et revendiquent de nouveaux droits, ou luttent pour maintenir ou améliorer des droits existants, quelles modalités d’action celle-ci privilégie-t-elle ? Dans quelle mesure engendre-t-elle la nécessité de quitter les lieux conventionnels, de faire évoluer les espaces géographiques, intersubjectifs, sociaux ? Partant, les institutions et organismes publics se trouvent-ils évincés, si ce n’est exclus, des lieux où s’exerce et se pratique une telle citoyenneté ?

Pourtant, l’Etat conserve toute sa place dans la réflexion. Les difficultés démocratiques que connaissent tous les régimes représentatifs en attestent. Cet aspect de l’analyse fait aussi ressortir certaines mutations. Il suffit pour s’en convaincre de songer à l’institution de la citoyenneté européenne par le Traité sur l’Union européenne (« TUE ») qui semble avoir servi une démarche de démocratisation et d’unification européennes destinée à contrer le déficit politique qui était reproché à l’Union. S’interroger en ce sens permet également de se pencher sur la question de la nationalité dont la citoyenneté présuppose l’acquisition. Puisqu’elle est définie selon la Cour internationale de justice (« CIJ ») comme « un lien juridique ayant à sa base un fait social de rattachement, une solidarité effective d’existence, d’intérêt, de sentiments, jointe à une réciprocité de droits et de devoirs. Elle est […] l’expression du fait que l’individu auquel elle est conférée soit directement par la loi, soit par un acte de l’autorité, est, en fait, plus étroitement rattaché à la population de l’État qui l’a conférée qu’à celle de tout autre État »3, elle soulève du même coup la question de l’identité commune entre ses représentants. Et si, selon un récent rapport de la Commission européenne, 87% des Européens sont conscients de leur statut de citoyen de l’Union européenne4, faut-il pour autant en déduire qu’ils disposent des moyens nécessaires leur permettant de participer efficacement à la vie démocratique de l’Union ? Par ailleurs, analyser la citoyenneté européenne conduit à questionner sa cohabitation avec la citoyenneté nationale qu’elle ne complète plus mais à laquelle elle « s’ajoute[rait] »5. En fonction de la dimension dans laquelle elle s’inscrit, la notion de citoyenneté devient plurale et concerne, du point de vue de l’Union européenne, tant le droit de circulation et de séjour et le droit de vote6 que la soumission d’une initiative citoyenne7 – cet instrument qui, selon la Commission européenne, permettrait aux citoyens « de mieux faire entendre leur voix »8 – ou que le droit à une bonne administration et à l’accès aux documents9. La citoyenneté sur le plan national se décline également à divers égards, comme en témoigne la récente instauration de la réserve civique en France10. L’existence et l’exercice de ces droits permettent-ils effectivement au citoyen de s’exprimer ?

Par conséquent, ces journées d’études permettraient d’explorer les perspectives suivantes:
– Le citoyen dans l’Etat, en tant que titulaire de droits politiques et/ou instrument de démocratisation,
– Le lien entre citoyenneté et acquisition de la nationalité,
– L’articulation des rapports entre citoyenneté européenne et citoyenneté nationale,
– Les rapports entre citoyenneté et identité,
– Les formes et finalités des initiatives citoyennes (au sens juridique et/ou ordinaire),
– Les manifestations associatives et locales de la citoyenneté dans un contexte globalisé,
– La fonction sociologique ou anthropologique d’une citoyenneté dite ordinaire,
– L’évolution du concept de citoyenneté sous l’angle historique, artistique, philosophique, sous celui de l’étude des civilisations, de la littérature française et étrangère,
– Les relations entre arts, littératures et citoyenneté,
– Le sujet citoyen à travers des représentations artistiques, littéraires, culturelles,
– Citoyenneté ordinaire et monde institutionnel : deux univers inconciliables ?

1 M. Carrel et C. Neveu (dirs.), Citoyennetés ordinaires: pour une approche renouvelée des pratiques citoyennes, Paris : Karthala, 2014, p. 6.
2 V. not. M. Carrel et C. Neveu (dirs.), Citoyennetés ordinaires: pour une approche renouvelée des pratiques citoyennes, op. cit.
3 CIJ, 6 avril 1955, Nottebohm, Rec. CIJ, p.4.
4 Commission européenne, Rapport sur la citoyenneté de l’Union 2017 – Renforcer les droits des citoyens dans une Union du changement démocratique, 2017, p.6.
5 Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (« TFUE »), article 20, 1.
6 TFUE, article 20, 2.
7 TUE, article 11 et TFUE, article 24.
8 Commission européenne, Livre vert sur une initiative citoyenne européenne, 11 novembre 2009, COM/2009/0622 final.
9 Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne, Titre V.
10 Loi n°2017-86 du 27 janvier 2017 relative à l’égalité et à la citoyenneté, JORF n°0024, 28 janvier 2017.

Appel à communication :

Les contributeurs sont invités à proposer leur communication (qui, après relecture critique, pourra faire l’objet d’une publication dans une revue universitaire) par l’envoi d’un résumé d’une longueur maximale de 2000 caractères espaces compris, hors bibliographie et comprenant un titre, ainsi qu’une courte biographie au comité d’organisation :
citoyendanstoussesetats@gmail.com.

Les propositions devront être transmises avant le 10 mars 2018.
Les textes finalisés devront, quant à eux, nous parvenir le 30 juin 2018, en vue de leur publication.

Comité d’organisation:
  • Cecilia BEAUDOIN, Doctorante en études latino-américaines, laboratoire ALTER, UPPA.
  • Tiphaine-Annabelle BESNARD, Doctorante en histoire de l’art, laboratoire ITEM, EA 3002, UPPA.
  • Adrienne BONNET, Doctorante en droit privé, laboratoire CDRE, EA 3004, UPPA.
  • Quentin GIRAULT, Docteur en droit public, laboratoire PDP, EA 1926, UPPA.
Comité de lecture :
  • Philippe CHAREYRE, Professeur des universités en histoire moderne, laboratoire ITEM, EA 3002, UPPA.
  • Damien CONNIL, Chargé de recherche au CNRS, UMR 7318 DICE – IE2IA, UPPA.
  • Dimitri LOHRER, Maître de conférences en droit public, laboratoire IE2IA, UMR 7318, UPPA.
  • Julien MATTERN, Maître de conférences en sociologie, laboratoire PASSAGES, UMR 5319, UPPA.
  • Pascale PEYRAGA, Professeur des universités en littérature espagnole contemporaine, laboratoire ALTER, UPPA.
  • Jean-Yves PUYO, Professeur des universités en géographie, chargé de mission Coopération transfrontalière, directeur de l’Ecole doctorale Sciences sociales et Humanités 481, directeur adjoint de l’UFR LLSHS, laboratoire PASSAGES, UMR 5319, UPPA.
Bibliographie :

BALIBAR Étienne, Nous, citoyens d’Europe ? Les frontières, l’État, le peuple, Paris : Éd. La Découverte, 2001, 322 p.
BERGER Mathieu, CEFAÏ Daniel et GAYET-VIAUD Carole (dirs.), Du civil au politique: ethnographies du vivre-ensemble, Bruxelles, Bern, Berlin : Peter Lang, 2011, 603 p. BLONDIAUX Loïc, Le nouvel esprit de la démocratie: actualité de la démocratie participative, Paris : Seuil, 2008, 109 p.
CARREL Marion et FRANCE. PLAN URBANISME CONSTRUCTION ARCHITECTURE, La citoyenneté urbaine du point de vue des gouvernés: synthèse bibliographique, La Défense : Plan urbanisme construction architecture, 2007, 88 p.
CARREL Marion, NEVEU Catherine, ION Jacques et FRANCE. PLAN URBANISME CONSTRUCTION ARCHITECTURE (dirs.), Les intermittences de la démocratie: formes d’action et visibilités citoyennes dans la ville, Paris : l’Harmattan, 2009, 310 p.
CARREL Marion et NEVEU Catherine (dirs.), Citoyennetés ordinaires: pour une approche renouvelée des pratiques citoyennes, Paris : Karthala, 2014, 328 p.
CARTER April, The political theory of global citizenship, London, New York : Routledge, 2001, viii+277.
CEFAÏ Daniel, Pourquoi se mobilise-t-on ? Les théories de l’action collective, Paris : La Découverte : MAUSS, 2007, 727 p.
CEFAÏ Daniel, CARREL Marion, TALPIN Julien, ELIASOPH Nina et LICHTERMAN Paul, « Ethnographies de la participation, Ethnographies of participation », Participations, no 4, 11 décembre 2012, p. 7-48.
CENTRE UNIVERSITAIRE DE RECHERCHES SUR L’ACTION PUBLIQUE ET LE POLITIQUE, épistémologie et sciences sociales, et CENTRE PHILOSOPHIE CONTEMPORAINE, L’ordinaire et le politique, Paris : Presses universitaires de France, 2006, 252 p.
CLARKE John, « Parler de citoyenneté : discours gouvernementaux et vernaculaires », Anthropologie et Société, vol. 33, no 2, 2009, p. 43-62.
CLARKE John, COLL Kathleen, DAGNINO Evelina et NEVEU Catherine, Disputing citizenship, Bristol : Policy Press, 2014, viii+214.
DOUSSET Laurent, LA SELVE Élisabeth, ZASK Joëlle et GUYADER Frédérique, « Comment penser l’éthique dans la pratique en sciences sociales et humaines ? », Journal des anthropologues, no 136-137, 3 avril 2015, p. 253-271.
GAGNE Natacha et NEVEU Catherine, « Présentation : L’anthropologie et la « fabrique » des citoyennetés », Anthropologie et Sociétés, vol. 33, no 2, 2009, p. 7-24.
GARCÉS Marina, Un mundo común, Barcelona : Edicions Bellaterra, 2013 (Serie general universitaria, 131), 154 p.
GRAC (GROUPE RECHERCHE ACTION), ELIÇABE Rémi, GUILBERT Amandine, HAERINGER Anne-Sophie, LEMERY Yannis et OVERNEY Laetitia, Ressaisir la citoyenneté aux bords du politique: Expériences marginales et expériences instituées de participation politique à l’épreuve des projets de rénovation urbaine dans trois pays : Catalogne, France et Québec, [s.l.] : [s.n.], 2009.
ION Jacques, En finir avec l’intérêt général: l’expression démocratique au temps des ego, Vulaines sur Seine, Editions du Croquant, 2017, 88 p.
ION Jacques, S’engager dans une société d’individus, Paris : Armand Colin, 2012, 220 p.
ION Jacques (dir.), L’engagement au pluriel, Saint-Etienne : Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2001, 228 p.
ISIN Engin Fahri (dir.), Democracy, citizenship and the global city, London : Routledge, 2000, x+319.
ISIN Engin Fahri, NYERS Peter et TURNER Bryan Stanley (dirs.), Citizenship between past and future, London, New York : Routledge, 2008, 165 p.
de MONTECLER Marie-Christine, « Vers l’adoption définitive du projet de loi Egalité citoyenneté », Dalloz actualité, 30 novembre 2016.
O’BYRNE Darren J., The dimensions of global citizenship: political identity beyond the nation-state, London, Portland : Frank Cass, 2003, x+282.
PLIAKOS Astéris, Citoyenneté, Répertoire droit européen, mars 2012 (actualisation août 2017).
POGGI Jérôme et HERS François, Faire art comme on fait société: les nouveaux commanditaires, Dijon : les Presses du Réel, 2013, 813 p.
ZASK Joëlle, Art et démocratie: peuples de l’art, Paris : Presses Universitaires de France, 2003, 220 p.
ZASK Joëlle, Participer : essai sur les formes démocratiques de la participation, Latresne : le Bord de l’eau, 2011, 326 p.

Colloque international Joseph Peyré

 
APPEL A COMMUNICATIONS –  COLLOQUE INTERNATIONAL

 

 Joseph Peyré (1892-1968) : L’écriture d’un monde. Un monde d’écriture
 Hommage à Joseph Peyré au 50e anniversaire de sa mort

 

Université de Pau et des Pays de l’Adour,  les 25-27 octobre 2018

Journaliste et écrivain originaire des Basses Pyrénées, Joseph Peyré s’est profondément signalé par son regard d’humaniste. Attentif à son proche environnement  dont il tire maints principes directeurs, il n’a de cesse d’en conserver jalousement la quintessence lorsqu’il se lance à la découverte du monde qui lui est échu. Un monde notamment ébranlé par de nombreux conflits–nationaux comme internationaux- qui l’amènent tout naturellement à réagir. Un monde dont il ne peut se résoudre à voir disparaître un certain nombre de valeurs pour lesquelles il s’engage corps et âme : la personne humaine dans toute sa complexité ontologique tout autant que le milieu naturel dans l’intégrité de ses écosystèmes.

A l’écriture de ce monde, telle qu’il la largement développée tout au long de œuvre, il y a lieu d’associer l’approche de son propre monde d’écriture. En effet, ce regard pénétrant qu’il porte sur le monde se traduit stylistiquement par une écriture  que sa formation de juriste a considérablement aidé à fourbir. A ce propos l’exergue qu’il a apposé à l’ouverture de sa première œuvre de création, Sur la terrasse (1922), peut être perçue comme la matrice de la genèse de son écriture :

« Image exacte des paysages,
  images vaines de la rêverie,
         Il n’y a entre elles que nuance d’âme »

 

C’est donc dans cette voie que sont à rechercher les ressorts de son écriture tout en montrant qu’ils conviennent  parfaitement à exprimer chez Peyré une lucidité toute de générosité.

Les langues du colloque seront le français et l’espagnol.

 

Modalités de soumission

Date limite de soumission des résumés : 30 mars 2018.

Nous vous invitons à soumettre un résumé en français ou en espagnol d’une page maximum (environ 3000 signes), exemples et références bibliographiques compris.

Les propositions seront examinées anonymement par le comité scientifique.

Elles sont à envoyer, sans mention du nom de l’auteur ou des auteurs, par courriel en fichier attaché (.doc ou .pdf) aux adresses suivantes :

lola.thion@univ-pau.fr et  duplantierf@yahoo.fr>

Préciser dans l’objet du message : « Colloque Joseph Peyré». Indiquer dans le corps du message le nom de l’auteur ou des auteurs, le titre de la communication, l’affiliation et l’adresse électronique.

 

Comité scientifique :

Aurélie Arcocha-Scarcia (Université de Bordeaux-Montaigne)
Luis Beltrán Almería (U. de Zaragoza)
Michel Braud, PR, (U. de Pau et des Pays de l’Adour)
Jesús Camarero (U. País Vasco)
Rosa de Diego   (U. País Vasco)
Christian Manso,   (U. de Pau et des Pays de l’Adour)
Henri-Daniel Pageaux (U. Sorbonne Nouvelle, Paris III)
Pierre Peyré (U. de Pau et des Pays de l’Adour)
Alain Tassel  (U. Nice  Sophia Antipolis)
Dolores Thion (U. de Pau et des Pays de l’Adour)

 

Programme de Recherche :
Patrimoine d’encre transpyrénéen. Archives d’écrivain, coordonné par le Laboratoire  Identités, Territoires, Expressions, Mobilités (ITEM,  EA 3002).

 

Colloque organisé avec le soutien du Service des Commémorations Nationales

Ministère de la Culture et de la Communication

Direction générale des patrimoines / Archives de France 

 

 

 

Patrimoine d’encre – Archives d’écrivains

2ème séminaire transpyrénéen

Université de Pau et des Pays de l’Adour

Bâtiment d’Alembert – 2ème étage – Salle 208

Les 15 et 16 novembre prochains se tiendra le deuxième séminaire transpyrénéen du programme Patrimoine d’encre transpyrénéen.

L’équipe interdisciplinaire internationale Patrimoines d’encre transpyrénéenne (28 chercheurs transfrontaliers, internationaux et professionnels extérieurs) s’est fédérée pour accomplir une mission de sauvegarde, d’étude et de valorisation de manuscrits et de textes tombés dans l’oubli et ainsi valoriser tout un patrimoine riche en contenus linguistiques, culturels et artistiques.

Voir le programme

Ouvert au grand public

Rencontre littéraire. « Pratiques d’écriture »

Rencontre littéraire

Pratiques d’écriture. Des murales de la Sardaigne aux écritures urbaines de MaputoDes murales de la Sardaigne aux écritures urbaines de Maputo

 

À l’occasion de la parution de l’ouvrage « Peindre pour agir. Muralisme et politique en Sardaigne » de Francesca Cozzolino, aux éditions Karthala, une rencontre autour des pratiques d’écriture est proposée à la librairie l’Escampette ( 10 rue des Cordeliers à Pau) le 29 juin prochain à 19h00.

L’auteure présentera son ouvrage accompagnée de Jean-Luc Poueyto et Eden Viana Martin.

Cette rencontre sera également l’occasion d’un dialogue autour des pratiques d’écriture en référence à deux autres ouvrages :
– Manouches et mondes de l’écrit, de Jean-Luc Poueyto, aux éditions Karthala, Paris, 2011
– Les écritures urbaines de Maputo : Lire, écrire, agir dans la ville, de Francesca Cozzolino, César Cumbe, Béatrice Fraenkel, aux éditions Alcance, Maputo, 2016.

À l’occasion de cette rencontre, plusieurs reproductions des peintures murales de Sardaigne seront exposées à la librairie l’Escampette.

Littérature et sociétés coloniales

Littérature et sociétés coloniales

(1850-1960)

Sous la direction de Laurent Jalabert
Editeur : Les Indes Savantes
 

L’ ouvrage est la restitution d’une journée d’études proposée par les centres de recherche en histoire (ITEM) et en lettres (CRPHL) de l’Université de Pau et des pays de l’Adour. Il explore le regard des écrivains qui ont utilisé le monde colonial comme sujet d’écriture. L’objectif de cette journée a été de croiser les regards, les expériences en étudiant et comparant les grandes régions colonisées (Indochine, Algérie, Afrique portugaise, Afrique francophone, Caraïbe, Guyane) afin de faire émerger les représentations, ou imaginaires autour de ces mondes par des approches pluridisciplinaires : littéraires, historiens, géographes… ont ici croisé leurs analyses.
La littérature est en effet rarement neutre sur les colonies, engagée dans un sens colonialiste ou d’autres fois anticolonialiste ; et elle est parfois ambiguë. Les auteurs étudiés sont issus de divers mondes : un gouverneur, des écrivains issus des colonies, des regards venus de la littérature coloniale, des essayistes anticoloniaux.

Nombre de pages : 106 – Format : 158 x 240 mm – Dos carré collé | Date de publication : 2017 | ISBN : 978-2-84654-469-6 |

Prix : 19,00 €

http://www.lesindessavantes.com/ouvrages/24668

Espaces, Identités au temps présent : les Transitions

Colloque international
Espaces, Identités au temps présent : les Transitions
Du 02 au 04 mai 2017
Université de Pau et des Pays de l’Adour

 

Les 3 et 4 mai se tiendra le colloque international Espaces, Identités au temps présent : les Transitions. Ce colloque est réalisé dans le cadre d’un partenariat entre la Fédération Espaces – Frontières- Métissages de l’UPPA (Axe « Espaces et identités »), le laboratoire ITEM de l’UPPA (projet Espaces Urbains, Espaces de vie sociale et de création), et le laboratoire Histoire du temps présent de l’Université d’Estrémadure.

Il s’agira d’explorer le potentiel des tensions et des conflits dans la société espagnole contemporaine en tant que formes d’échange et que ciment identitaire dans les espaces urbains. L’accent sera mis sur les notions de complexité, pacte et mémoire qui, à elles seules, tissent un lien entre espace et identité au sein du territoire européen pendant la période de Transition politique et sociale.

L’approche sera transdisciplinaire et sera organisée autour de deux questions : la distance historique peut-elle être considérée comme un élément décisif ? Mémoire et histoire sont-elles, dès lors, deux notions antinomiques ou concordantes ?

En hommage à Francisco Umbral à l’occasion du Xème anniversaire de sa mort, une Table Ronde « Fransisco Umbral et la Transition » aura lieu avec la participation exceptionnelle de chercheurs reconnus et professionnels acteurs à l’image d’Umbral lors de cette période si complexe vers la démocratie.

OUVERT AU GRAND PUBLIC

PROGRAMME

Mercredi 03 mai 2017

9h15 OUVERTURE
Nadia Mekouar, responsable de la Fédération Espaces, Frontières, Métissages
Philippe Chareyre, directeur du Laboratoire ITEM (EA 3002)
Mario Díaz Barrado, directeur du Laboratoire Historia del tiempo presente, Université d’Estrémadure.

SESSION N°1 – Modérateur : Bénédicte de Buron-Brun

9h30 Alberto Sabio Alcutén (Université de Saragosse)
La Transición española en espacios urbanos: ni modélica ni responsable última
10h00 Rafael Quirosa-Cheyrouze (Université d’Almería)
La democratización del poder local en la Transición: las izquierdas gobiernan las ciudades
10h30 Pause
10h45 Mélanie Trédez-Lopez (Université d’Arras)
La Transition et le pacte du silence : la loi d’amnistie du 15 octobre 1977
11h15 David Felipe Arranz Lago (Université Carlos III, Madrid)
Daniel Sueiro, Basilio Martín Patino y el Arte de matar: investigación sobre el garrote vil
11h45 Débat
12h30 Pause-déjeuner

SESSION N°2 – Modérateur : Christian Manso

14h30 Eurico Campano (Journaliste, Conseiller politique)
Umbral, el relator de la Transición
15h00 Víctor Gutiérrez Sanz (Université de Valladolid)
Francisco Umbral ante el 23-F: villanos esperpénticos y caballeros andantes heroicos
15h30 Eva Díaz Pérez (Ecrivaine et Journaliste)
Umbral, un vigía de la Transición
16h00 Bénédicte de Buron-Brun (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
Galería de retratos umbralianos: De «la calle es mía» al transicional Manuel Fraga
16h30 Pause

17h00 TABLE RONDE « Francisco Umbral et la Transition »
Hommage à Francisco Umbral à l’occasion du Xe anniversaire de sa mort
Modératrice : Dolores Thion
Avec la participation de David Felipe Arranz (Journaliste, U. Carlos III), Bénédicte de Buron-Brun (UPPA), Eurico Campano (Journaliste, Conseiller politique), Eva Díaz Pérez (Ecrivaine et Journaliste), Alfonso Pinilla (Université d’Estrémadure)

Jeudi 04 mai 2017

SESSION N°3 – Modérateur : Mario Díaz Barrado

9h00 Alfonso Pinilla (Université d’Estrémadure)
«Sitios y lugares». Madrid como espacio simbólico de la Transición
9h30 Mónica Fernández Amador (Université d’Almería)
El movimiento vecinal en las ciudades españolas durante el proceso de transición a la democracia
10h00 Mario Díaz Barrado (Université d’Estrémadure)
Madrid: de poblachón manchego a ciudad multicultural. Imágenes del cambio social en la España de la Transición
10h30 Pause
10h45 Eneko Lorente (Université du Pays basque)
Ciudad en transición. Narrativa fílmica de la ciudad convulsa. A propósito de Bilbao
11h15 Pilar Martínez-Vasseur (Université de Nantes)
El cine de la Transición: ciudad, espacios de identidad y de vida social
11h45 Christian Manso (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
Una lectura erótico-política de la Transición: Los amores prohibidos (1980) de Leopoldo Azancot
12h15 Débat
13h00 Pause-déjeuner

SESSION N°4 – Modérateur : Pilar Martínez-Vasseur

14h30 Carmen Pineira-Tresmontant (Université d’Artois)
Los discursos de la Transición: dinámicas y rupturas
15h00 José Antonio Rubio Caballero (Université d’Estrémadure)
¿Adhesión, acatamiento o rechazo? Los nacionalismos vasco y catalán ante el modelo territorial de la Transición (1980-2016)
15h30 José Luis Calvo Carilla (Université de Saragosse)
Transición, nacimiento de las autonomías y auge de una nueva historiografía literaria
16h00 Pause
16h30 Béatrice Bottin (Université de Pau et des Pays de l’Adour) José Martín Recuerda, la memoria histórica en escena
17h00 Fleur Duplantier (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
Una ciudad y un libro, símbolos de memoria histórica en la Transición
17h30 Dolores Thion Soriano Mollá (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
La cultura española de la Transición en las ciudades europeas
18h00 Débat et Clôture

Télécharger le programme

142e congrès national du CTHS

Le Comité des Travaux Historiques et Scientifiques se réunit chaque année dans une ville universitaire francophone. Interdisciplinaire, il a pour mission de favoriser les échanges entre la recherche associative, les études doctorales et la recherche universitaire.
Il rassemble plus de 700 participants et entend chaque année plus de 400 communications.

Cette année, le 142e Congrès du CTHS aura lieu à l’université de Pau du 24 au 29 avril sur le thème « Circulations montagnardes, circulations européennes ».

Les montagnes sont des obstacles majeurs, hostiles et austères et pourtant elles ont été habitées, parcourues, représentées et cartographiées en permanence. Elles ont toujours laissé passer les migrants. Pourquoi cette attirance vers l’autre versant, celui qu’on ne voit pas mais qui est imaginé comme un ailleurs plus favorable ?

Par leur hostilité même, les montagnes poussent à  des adaptations communautaires et économiques spécifiques, variées et complémentaires, depuis d’étranges coutumes d’éleveurs, -aux yeux de ceux de la plaine et des touristes du moins-, jusqu’aux industries dynamiques et flexibles de l’agroalimentaire aujourd’hui « naturel » à l’hydraulique et à l’informatique.

Tant qu’ils stimulent les échanges avec les villes des piémonts et résistent aux sirènes de l’émigration, ces milieux génèrent des entités politiques qui peuvent jouer le rôle de gardiens des cols et des frontières, dans des modalités diverses qui les autorisent ou non à la construction d’un Etat et les prédisposent ou non à l’accueil des refuges en tout genre, y compris religieux.

Lieux de franchissement et de passage ; il ne faut pas s’étonner d’observer des vallées, des chemins et des routes structurés par des forteresses, parcourus de douaniers et de contrebandiers…

La montagne reste un objet d’étude et de représentations ; elle véhicule le long de ses routes, hommes, bêtes de somme et marchandises matérielles et immatérielles. Des styles, des modèles artistiques, architecturaux, des livres, des idées religieuses transitent malgré les censures et les dangers. Des littératures chantent le décor, les voyages et le dépassement de soi en cheminant dans ces lieux tour à tour effrayants ou purs. Bien avant de devenir le terrain de jeu de l’Europe avec un tourisme avide de sensations, les montagnes sont répulsives puis héroïques et parfois attractives selon les écritures multiples sur les lieux de ceux qui les arpentent.

Le congrès conjuguera ses analyses érudites et discussions communes en quatre thèmes généraux, multidisciplinaires et aux périodisations larges, deux ateliers et un colloque sur les monastères de montagnes qui correspond plus particulièrement à la mise au net de recherches en cours depuis quelques années.

Retrouvez le programme complet sur : http://cths.fr/

Inscription obligatoire : http://cths.fr/co/details.php?sc=in

Congreso internacional Azorín

EUROPA Y LA INVENCIÓN DE LA LITERATURA NACIONAL
Alicante (1-3 de marzo de 2017)
 

Turner, The Evening Star (ca. 1830)
«Levanta la vista y contempla la estrella de la tarde que da nombre al cuadro; la estrella es la misma; pero él no es
idéntico a como era antes. La estrella perdurará siglos y más siglos, y él pasará rápido en la corriente universal»
Azorín, La isla sin aurora (1944)

Miércoles 1

Auditorio de la Diputación de Alicante (sala de conferencias)

9h Saludo
César Augusto Asencio Adsuar – Vicepresidente 2º de la Diputación de Alicante
Juan F. Mesa Sanz – Decano de la Facultad de Filosofía y Letras de la Universidad de Alicante
Manuel Palomar Sanz – Rector Magnífico de la Universidad de Alicante
César Sánchez Pérez – Presidente de la Diputación de Alicante
10h-11h Conferencia inaugural
Christian Manso (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
Azorín. De la fecundación extraña
Pausa
11h30-13h. Preside Prof. Manso
Antonio Robles Egea (Universidad de Granada)  –  La idea de nación en Azorín: Carácter y voluntad
Manuel Menéndez Alzamora (Universidad de Alicante)  –  La idea de nación en Azorín: Historia y tradición
Béatrice Fonck (Université Catholique de París)  –  La ejemplaridad política en Azorín y Ortega: el caso de Antonio Maura
13h-14h15 Debate
16h30-17h30. Preside Prof. Rubio Cremades
Renata Londero (Università degli Studi di Udine)  –  Don Quijote según Azorín: los cuentos-ensayos de Con Cervantes (1947)
Ana L. Baquero (Universidad de Murcia)  –  Cervantes en la obra de Azorín
Pausa
18h-19h30. Preside Prof.ª Baquero
Francisco Javier Díez de Revenga (Universidad de Murcia)  –  Azorín, corresponsal en la Gran Guerra (1914-1918)
Enrique Selva Roca de Togores  –  Azorín y la preocupación del lector
José Ferrándiz Lozano (Universidad de Alicante)  –  Política y periodismo al alimón: la Europa azoriniana
19h30-20h30 Debate

 

Jueves 2

Auditorio de la Diputación de Alicante (sala de conferencias)

10h -11h30. Preside Prof.ª Bottin
José María Ferri Coll (Universidad de Alicante)  –  Azorín y la literatura nacional
Francisco Fuster (Universidad de Valencia)  –  Historia y literatura nacional: a propósito de Una hora de España (entre 1560 y 1590)
Leonardo Romero Tobar (Universidad de Zaragoza)  –  La literatura nacional en El alma castellana y Los pueblos (1900-1905)
Pausa
12h-13h30. Preside Profª. Thion

Béatrice Bottin (Université de Pau et des Pays de l’Adour)  –  Clásicos de allende el Pirineo (1924)
Laura Palomo Alepuz (Universidad Católica San Antonio de Murcia)  –  La reivindicación de la cultura hispánica en los ensayos crítico-literarios de Azorín (1912-1914)
Elisabeth Delrue (Université d’Université de Picardie Jules Verne)  –  La narrativa de Azorín anterior a 1928 a la luz del contraste España/Europa
13h30-14h30 Debate
16h30- 17h30. Preside Profª. Sotelo

Sylvie Juillac (Université de Pau et des Pays de l’Adour)  –  Azorín, escritor y pintor, ¿levantino o europeo?
Blanca Ripoll (Universidad de Barcelona)  –  Azorín, colaborador literario insignia del Destino de los años 40
Pausa
18h-19h. Preside Profª Ripoll

Marisa Sotelo (Universidad de Barcelona)  –  Azorín, maestro de críticos y novelistas durante el primer Franquismo
Dolores Thion Soriano-Mollá (Université de Pau et des Pays de l’Adour)  –  Azorín, la nación literaria que acabó en nacionalismo
19h-20h Debate

 

Viernes 3

Centro de Estudios Iberoamericanos Mario Benedetti de la Universidad de Alicante

9h30 -11h30. Preside Prof. Ferri
María Martínez Cachero Rojo (Universidad de Oviedo)  –  Reflexiones de Azorín sobre literatura
Gemma Márquez Fernández (Universidad de Barcelona)  –  De Velázquez al Persiles: fugas de la imaginación española en la cultura europea
José Manuel Vidal Ortuño (IES José Luis Castillo-Puche de Yecla)  –  Literatura y exilio en Españoles en París
Enrique Rubio Cremades (Universidad de Alicante)  –  Azorín memorialista: París (1945)
11h30-12h15 Debate
Pausa
12h30-13h30 Conferencia de clausura

Miguel Ángel Lozano Marco (Universidad de Alicante)  –  Al margen de dos novelas ejemplares: La fuerza de la sangre y El licenciado Vidriera
13h30 Clausura
Christian Manso
Université de Pau et des Pays de l’Adour
Real Orden de Isabel la Católica
César Augusto Asencio Adsuar
Vicepresidente 2º de la Diputación de Alicante

 

Organizan


 

Con la colaboración de

Dirección académica

José María FERRI COLL (U. Alicante)
Miguel Ángel LOZANO MARCO (U. Alicante)
Christian MANSO (U. Pau et des Pays de l’Adour)
Enrique RUBIO CREMADES (U. Alicante)
Dolores THION SORIANO-MOLLÁ (U. Pau et des Pays de l’Adour)

Inscripción y asistencia
La asistencia a las sesiones será libre.
Quienes acrediten una asistencia mínima del 80% recibirán el correspondiente diploma. Asimismo, para obtener el certificado del ICE (23 horas lectivas) será necesario realizar una reseña del congreso (equivalente a 5 horas de trabajo del alumno).
La inscripción es gratuita.
Envíe nombre, apellidos y DNI a centro.benedetti@ua.es indicando en el asunto Congreso Azorín.

 

155448_programa_impreso

 

« Autofiction, métafiction » 13-14 décembre 2016

JOURNÉES D’ÉTUDE DU RÉSEAU
Tendances Culturelles Transpyrénéennes
En coopération avec le projet GENVS Mineco-FFI2013
de l’Université de Saragosse
AUTOFICTION METAFICTION
ET LES GENRES LITTÉRAIRES
Focus sur Antagonía de Luis Goytisolo
Université de Pau et des Pays de l’Adour
13-14 DÉCEMBRE 2016
PAU – Salle du conseil – UFR Lettres
affiche
Autofiction, métafiction, Pau, 13-14 décembre 2016

Programme:

13 de diciembre 2016

9h00 Acogida
SESIÓN 1
Autoficción, metaficción I
9h30 Luis Beltrán
“Una aproximación para las escrituras del yo”
10h00 Eneko Lorente
“Metaficción y reflexividad en el fake o falso documental”
10h30 Pausa café
11h00 Rosa de Diego
“ L’autobiographie contemporaine comme fiction de soi.
Un roman français de Beigbeder”
11h30 J. A. Escrig
“Escritura y vida para Juan Eduardo Zúñiga”
12h00 Lisa Barrere
“Los intertextos en las novelas de Dulce Chacón”
SESIÓN 2
Taller sobre Antagonía de Luis Goytisolo I
15h00 Mª Antonia Martín Zorraquino
“Comentario estilístico de un fragmento de Antagonía de Luis Goytisolo”
15h30 José María Enguita
“Algunas observaciones lingüísticas a través de Antagonía”
16h00 Dolores Thion
“Antagonia, de escritores y lectores”
16h30 Marta Giné
“La presencia de la cultura francesa en Recuento y en La cólera de Aquiles”

14 de diciembre 2016

SESIÓN 3
Autoficción, metaficción II
9h30 Leonardo Romero
« Inquietud en el Paraíso, historia y ficción en el Burgos de 1936 »
10h00 Fleur Duplantier
“¿Autoficción en la poesía de Carlota O’Neill?”
10h30 Pausa café
11h00 Javier Feijoo
“Metaficción e intertextualidad en la narrativa policiaca de Ramiro Pinilla”
11h30 Blanca Ripoll
“Estrategias de ficción, material autobiográfico: La lección de anatomía de Marta Sanz”
SESIÓN 4
Taller sobre Antagonía de Luis Goytisolo II
12h00 Laura Palomo
“La reflexión metaliteraria en Los verdes de mayo hasta el mar de Luis Goytisolo”
12h30 Christian Manso
“Sobre el ‘caganer’ en Recuento de Goytisolo”

 

Archives d’écrivain, archives de créateurs, 12 décembre 2016

TABLE RONDE
« Archives d’écrivain, archives de créateurs »
Usine des Tramways, Pau

12 décembre 2016, 14H30 – 16H30

Archives d’écrivain, archives de créateurs, Pau, 12 décembre 2016

Modératrice Dolores Thion

Avec la participation de :
• Nathalie Martin
Les archives de l’Usine de Tramways
• Pierre Peyré
A propos des documents personnels sur la vie de Joseph Peyré en Espagne
• Natalia Vara
El archivo de Pedro Salinas: las huellas de la escritura
• Eneko Lorente
Archivo vivo e investigación performativa. De la tinta al cuerpo

RÉUNION DE L’ÉQUIPE DE RECHERCHE
16H45 – 18H30
SÉMINAIRE INTERNATIONAL

Séminaire doctoral « L’écrivain face à la société »

Le VIIIème séminaire doctoral  « L’écrivain face à la société III »aura lieu le 29 juin 2016 à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (salle 204  – UFR Lettres, Langues, Sciences Humaines).

PROGRAMME

SÉANCE I
PARCOURS INITIATIQUES
• 15h30
Esther Saldaña
L’oeuvre de jeunesse de Concha Espina
• 16h00
Claire Lafaille
Une approche de Andrés Garcia, 19 años de edad, premier roman de Lourdes
Ortiz
• 16h30
Fleur Duplantier
L’exil artistique de Carlota O’Neill de 1949 à 1979 au Venezuela et au Mexique
• 17h00
Marème Dir Bachir
Emilia Pardo Bazan. La composition de Destripador de antaño

SÉANCE II
TÉMOIGNAGES D’ÉCRIVAIN
• 17h30
Clarisse Fontaine
Dictature et démocratie dans la trilogie de Rafael Chirbes
• 18h00
Lisa Barrere
Les femmes dans l’oeuvre de Dulce Chacón
• 18h30
Marie Carassus
Historie et mémoire dans Inés et l’alegría de Almudena
Grandes
• 19h00
Fabienne Toux
Benjamín Prado, roman et témoignage
• 19h30
Dominique Castells
Parcours dans la ville

 

Organisatrice :
L. Thion Soriano-Mollá : lola.thion (at) univ-pau.fr

Séminaire international « Espaces urbains XXI » 10-11 mars

« Espaces urbains, espaces de vie et de création »
10 et 11 mars 2016
 affiche A3-web

JEUDI 10 MARS

Université de Pau et des Pays de l’Adour
Salle du Conseil – UFR Lettres – Pau

Séance 1
9h00 – 11h00
VILLES, RÉALITÉS ET IMAGINAIRES
• Christian Manso – Université de Pau et des Pays de l’Adour
Cocaine Nights de J. G. Ballard
• Bénédicte de Buron-Brun – Université de Pau et des Pays de l’Adour
Madrid en imágenes por Francisco Umbral
• Claire Lafaille – Université de Pau et des Pays de l’Adour
Les espaces urbains dans La fuente de la vida de Lourdes Ortiz : entre mémoire et transition
• Lisa Barrère – Université de Pau et des Pays de l’Adour
La ville de Zafra selon Dulce Chacón

Séance 2
11h30 – 13h00
EXPÉRIENCES URBAINES
• Dominique Castells – Université de Pau et des Pays de l’Adour
La ville : espace perçu et vécu par les citadins
• Dolores Thion Soriano-Mollá – Université de Pau et des Pays de l’Adour
Metamorfosis efímeras de la ciudad
• Eneko Lorente – Universidad del País Vasco
El cine piensa la ciudad. Imaginarios y representaciones de la ciudad en transformación

Séance 3
14h30 – 16h00
VILLE ET CRÉATION
• Rosa de Diego – Universidad del País Vasco
La literatura en la ciudad
• Béatrice Bottin – Université de Pau et des Pays de l’Adour
Banksy, un escenógrafo del espacio urbano
• Hélène Larralde – Urbaniste et créatrice
Urumetopia

Séance 4
16h30 – 18h30
POLITIQUES DE LA VILLE
• Manolo Ménendez Alzamora – Universidad de Alicante
La ciudad, espacio de la modernidad política
• Nathalie Lemarchand – Université de Paris 8
Politique publique et espaces commerçants : des lieux au service de la ville ?
• Fernando Bajo – Universidad del País Vasco
Políticas urbanas hoy
• Agence d’Urbanisme Atlantiques-Pyrénées
Le projet urbain
• Jesús Cañada Merino – Architecte, COAVN Bizkaia
Les villes d’eau, nouveaux projets urbains

VENDREDI 11 MARS

CONSEIL D’ARCHITECTURE D’URBANISME
ET DE L’ENVIRONNEMENT
4 place Reine Marguerite – Pau

Table Ronde
9h00 – 12h00
LA VILLE EN CONSTRUCTION : ARCHITECTURE DURABLE,
CHANGEMENT CLIMATIQUE ET NOUVEAUX DÉFIS
Moderatrices :
Dolores Thion – Université de Pau et des Pays de l’Adour
Rosa de Diego – Universidad del País Vasco
• Régine Chauvet – CAUE 64
• Fernando Bajo – Architecte, Universidad del País Vasco
Arquitectura y sostenibilidad.
• e – Bearchitecture0.com
Elementos para la actualización del espacio público
• Pía Léibae Enciondo – Bilbao Architecture Team, LWS
rehabilitación de la piel de los edificios
• Eneko Lorente – Universidad del País Vasco
Sensibilizar al ciudadano. Sostenibilidad y comunicación
Avec la présence de : Marc Tillous – Architecte, Jesús Cañada Merino – Architecte, président du Colegio Oficial de Arquitectos Vasco-Navarro, Alain Franck – AUDAP, Marc Delanne – Architecte (sous-réserve)

Réunion de travail
14h00 – 17h00
ESPACES URBAINS XXI
Animée par Miguel Angel Ayllón
Université de Pau et des Pays de l’Adour

Contacts : dolores.thionsoriano-molla@univ-pau.fr

Comprendre l’univers concentrationnaire de la Seconde Guerre mondiale

« Comprendre l’univers concentrationnaire de la Seconde Guerre mondiale« 

Vendredi 04 mars 2016
Séminaire de recherche Master CAS / ITEM du vendredi 4 mars 2016 (9h30-12h00)
Salle Chadefaud, Institut Claude Laugénie.
Coordination, S. Forero, L. Jalabert
contacts :

mastercas@univ-pau.fr

item@univ-pau.fr

Programme :

9h30 : Ecrire l’histoire des camps au travers des récits / témoignages : dialogue entre Peter Kuon (professeur de philologie à l’Université de Salzbourg) et Catherine Coquio (Professeur de littérature comparée à l’Université de Paris Diderot).

10h30 : Débat

11h00 Pause

11h15 : Image des camps : les dessins de Georges Despaux (Buchenwald 1944-45) : Ph. Chareyre (UPPA), L. Jalabert (UPPA)

11h45 : Débat

12h00 : Fin du séminaire.

Pe61-3H3zAzWL._SX341_BO1,204,203,200_ter Kuon est l’auteur de : L’écriture des revenants. Lecture de témoignages de la déportation politique, Kimé, 2014, 456 p. P. Kuon est professeur invité à l’UPPA (ITEM).

 

 

9782200271749-X_0Catherine Coquio est l’auteur de nombreux ouvrages sur l’univers concentrationnaire, les génocides et leurs mémoires, son dernier ouvrage, « Le mal de vérité ou l’utopie de la mémoire », A. Colin, 2015

 

Colloque international : Les arts et la diaspora basque

Colloque international
Les arts et la diaspora basque (XIXe-XXIe siècles)
Coloquio internacional
Las artes y la diáspora vasca (Siglos XIX-XXI)
25-26 février 2016/25-26 febrero 2016
(Musée Basque et de l’Histoire de Bayonne/Museo San Telmo, Donostia-San Sebastián)

Organisé par la Société d’Études Basques (Eusko Ikaskuntza)

Avec le soutien de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (EA 3002 ITEM), de la Universidad del País Vasco (Equipo País Vasco y América, vínculos y relaciones atlánticas) et de Donostia-San Sebastián 2016  Capitale Européenne de la Culture

 Microsoft Word - PROGRAMME COM ART ET DIASPORA.doc

JOUR 1/DÍA 1. MUSEE BASQUE ET D’HISTOIRE DE BAYONNE

9h. Accueil des participants/Bienvenida
9h30. Présentation/Presentaciones generales
Jean-Claude Larronde (Eusko Ikaskuntza/Musée Basque), Jean-Michel Larrasquet (Euko Ikaskuntza)
9h45. Introduction générale/Introducción general
Viviane Delpech (Université de Pau/Eusko Ikaskuntza)

 

Session 1/Sesión 1
Réception des arts basques à l’étranger
Recepción de las artes vascas en el extranjero
Président de session/Presidente de sesión : Viviane Delpech (UPPA)
10h. Juan Luis Blanco Mozo, profesor ayudante (UA Madrid)
La nueva iglesia de la Real Congregación de Loyola en Madrid : neomedievalismo y significación nacional
La nouvelle église de la Congrégation Royale de Loyola à Madrid : néomédiévalisme et signification nationale
10h30. Laura Martínez de Guereñu, profesora de arquitectura (IE University, Madrid-Segovia)
La villa Ocampo (1928) y la Maison Errázuriz (1930) : dos proyectos sudamericanos con lazos con Euskadi
La villa Ocampo (1928) et la maison Errázuriz (1930) : deux projets sud-américains liés au Pays basque
11h. Pause. Receso
11h15. Argitxu Camus Etxecopar, docteur en Etudes Basques (University of Nevada Reno/Office Public de la Langue Basque)
Les arts au service de l’identité basque de la diaspora : entre tradition et modernité
Las artes al servicio de la identidad vasca de la diáspora : entre tradición y modernidad
11h45. Eric Dicharry, docteur en Anthropologie (EHESS/Eusko Ikaskuntza)
New-York City, Eldorado des artistes basques (XXe-XXIe siècles)
New-York City, El Dorado de los artistas vascos (Siglos XX-XXI)
12h15. Déjeuner. Almuerzo

 

Session 2/Sesión 2
Perception et identité des Basques à travers les arts
Percepción e identidad de los vascos por las artes
Président de session/Presidente de sesión : Jean-Claude Larronde (Musée Basque)
14h. Claude Mehats, docteur en histoire contemporaine (Université Bordeaux 3/Eusko Ikaskuntza)
Déambulation dans les littératures écrites et orales et la peinture autour de la diaspora basque au XIXe siècle
Deambulación en las literaturas escritas y orales y la pintura en torno a la diáspora vasca en el siglo XIX
14h30. Edurne Arostegui, doctorante en historia de las Américas (Universidad del País Vasco-EHU)
La imagen de los vascos en las novelas de Harry Sinclair Drago
L’image des Basques dans les romans de Harry Sinclair Drago
 
15h. Oscar Álvarez Gila, profesor de historia de las Américas (Universidad del País Vasco-EHU)
Los estereotipos del emigrado vasco en el cine americano de las orígenes hasta hoy en día
Les stéréotypes de l’émigré basque dans le cinéma américain des origines à nos jours
15h30. Pause. Receso
15h45. Matteo Manfredi, profesor visitante (Universidad Andina Simón Bolivar, Ecuador)
Fotografía y emigración : el caso de los vascos en Uruguay
Photographie et émigration : le cas des Basques en Uruguay
16h15. Zoe Bray, artiste-peintre et visiting scholar (Hebrew University of Jerusalem)
Peindre les artistes basques de la diaspora
Pintar a los artistas vascos de la diáspora
18h. Vernissage de l’exposition Regards d’artistes sur la diaspora basque/Remise des prix
Inauguración de la exposición Miradas de artistas sobre la diáspora vasca/Entrega de premios
20h. Dîner. Cena

JOUR 2/DÍA 2. MUSEO SAN TELMO (DONOSTIA-SAN SEBASTIÁN)

Sesión 3/ Session 3
Artes vascas y exilio anti-franquista
Arts basques et exil anti-franquiste
Presidente de sesión/ Président de session : Oscar Álvarez Gila (UPV-EHU)
9h30. Miriam Alzuri (Museo de las Bellas Artes de Bilbao/Musée des Beaux-arts de Bilbao)
El crítico de arte Juan de la Encina durante la Guerra civil
Le critique d’art Juan de la Encina durant la Guerre civile espagnole
 
10h. Maddalen Narbaits-Fritschi (Archives d’Architecture de la Côte Basque)
L’exil de l’architecte Isidro de Monzón au Venezuela
El exilio del arquitecto Isidro de Monzón en Venezuela
10h30. Receso. Pause
10h45. Francisco Javier Muñoz, profesor de historia del arte (Universidad del País Vasco-EHU)
El museo ausente. La evacuación del Museo de Arte Moderno de Bilbao a Francia durante la Guerra Civil
Le musée absent. L’évacuation du musée d’Art Moderne de Bilbao vers la France durant la Guerre Civile
11h15. Nausica Sánchez, documentaliste/documentalista (Chillida Leku).
Los exilios de Chillida
Les exils de Chillida
11h45. Receso. Pause
Sesión 4/ Session 4
El dilema del retorno
Le dilemme du retour
Presidenta de sesión/ Présidente de session : Zoe Bray (Hebrew University of Jerusalem)
12h. Anthony Geist, professor of Spanish and Comparative Litterature (University of Washington, Seattle)
El imposible retorno del pintor Miguel Marina
L’impossible retour du peintre Miguel Marina
12h30. José Javier Azanza López, profesor de historia del arte (Universidad de Navarra)
Jorge Oteiza, 1948 : claves de un retorno
Jorge Oteiza, 1948 : clés d’un retour
13h. Viviane Delpech, docteur en histoire de l’art-chercheur (Université de Pau)
La arquitectura de los retornados en Iparralde (País Vasco Norte) (1800-1939)
L’architecture des retornados en Iparralde (Pays basque nord) (1800-1939)
13h30. Almuerzo/Déjeuner
Sesión de clausura/Session de clôture
15h30. Proyección de la película/Projection du film Thunder in the sun/El desfiladero de la muerte/La caravane vers le soleil (1959) de Russel Rouse, 81 min.
17h. Intercambios en torno a la película, animados por Oscar Álvarez Gila/Echanges autour du film, animés par Oscar Álvarez Gila
17h30. Conclusiones generales/Conclusion générale
Ismael Manterola, profesor de historia del arte contemporáneo (Universidad del País Vasco-EHU)

Comité scientifique/Comité científico:
Oscar Álvarez Gila, profesor de historia de las Américas (UPV-EHU)
Zoe Bray, profesor of anthropology (Hebrew University of Jerusalem)
Viviane Delpech, chercheur (UPPA/Société d’Etudes Basques)
Dominique Dussol, professeur d’histoire de l’art contemporain (UPPA)
Ismael Manterola, profesor de historia del arte contemporáneo (UPV-EHU)
Olivier Ribeton, conservateur en chef (Musée Basque et de l’Histoire de Bayonne)
Comité d’organisation/Comité de organización:
Viviane Delpech (UPPA/Société d’Etudes Basques)
Jean-Michel Larrasquet (président de la Société d’Etudes Basques)
Jean-Claude Larronde (Président du musée Basque et de l’Histoire de Bayonne)
Nausica Sánchez (Ezmugak, Irun)
Susana Soto (directrice du Museo San Telmo, Donostia-San Sebastián)
Maialen Zamponi (Chef du projet Eusko Diaspora, Société d’Etudes Basques)
 
Coordination, direction scientifique/Coordinación, dirección científica :
Viviane Delpech (UPPA/Société d’Etudes Basques)
Renseignements/Informaciones : viviane_delpech@yahoo.fr