Archives par mot-clé : Jeudis d'ITEM

Jeudi d’ITEM – Fadi El Hage, 15 février 2024

M. Fadi El Hage, chargé d’études documentaires aux Archives nationales, présentera son livre La guerre de Succession de France (Paris, Passés/Composés, 2023) lors de la prochaine séance des Jeudis d’ITEM.

La conférence aura lieu le 15 février 2024 en salle Chadefaud de l’Institut Claude Laugénie, à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Pour assister à la journée à distance, en visioconférence :
Cliquez ici pour rejoindre la réunion

Résumé

L’histoire est écrite par les vainqueurs. C’est ainsi que s’est imposée la figure d’Henri IV comme successeur logique des Valois. Sa légitimité aurait-elle donc été toujours incontestée? Le déroulé des événements de la guerre de Succession de France et la lecture d’une certaine littérature remettent en cause ce qui a pu paraître comme une évidence. En réalité, le premier roi Bourbon a dû s’imposer face à d’autres prétendants plus ou moins crédibles. Même après que Paris lui a ouvert ses portes, il a dû confirmer qu’il était le souverain de l’ensemble de ses sujets, nonobstant les difficultés militaires et les complots, jusqu’au couteau de Ravaillac qui a consacré définitivement sa légitimité.

Plus surprenant encore, au-delà de sa dimension militaire et religieuse, la guerre de Succession de France a incarné un véritable laboratoire politique, où l’inspiration était puisée autant dans l’histoire antique que l’histoire de France, fraîchement dévoilées à un plus large public grâce à l’imprimerie, le plus grand legs de l’humanisme.

Fadi El Hage nous invite à une relecture inédite d’événements que nous croyons bien connaître, mais qui prennent une autre ampleur dès lors que nous nous éloignons des légendes et des passions.

Jeudi d’ITEM – Emmanuelle Perez-Tisserant

23 novembre 2023, de 14h à 15h30

UPPA, Institut Claude Laugénie, Salle Chadefaud

Pour assister à la conférence à distance:
Cliquez ici pour rejoindre la réunion

Conférence autour de son ouvrage “Nuestra California. Une histoire politique de la Californie mexicaine. De Zorro à la ruée vers l’or (Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2023)”.

Résumé de l’ouvrage

De 1821 à 1848, la Haute-Californie fut un territoire du Mexique nouvellement indépendant avant d’être annexée par les États-Unis à la suite d’une guerre entre les deux pays. La période est certes brève, et souvent considérée comme un échec ou un simple prélude au «rêve californien» étatsunien. Elle tombe dans un angle mort des deux histoires nationales. Mais ce qui se passe en Haute-Californie permet de penser plus avant ce moment clé de réinvention des imaginaires et des pratiques politiques suite aux révolutions et indépendances du tournant du XVIIIe et du XIXe siècles: issu d’une colonisation récente (1769), ce territoire croise en effet des logiques impériales, coloniales, fédérales et nationales, dans un contexte de rivalités sur le continent nord-américain comme dans le Pacifique. On y lit un processus de politisation spécifique dans cette situation coloniale fait d’adaptation et d’invention et pas seulement de réception des idées et pratiques nouvelles.
Ce livre s’appuie sur des sources en espagnol et dans une moindre mesure en anglais, localisées dans des fonds en Californie et à Mexico. Il s’inscrit au croisement de l’historiographie mexicaine et étatsunienne, en particulier celle des Borderlands (zone frontière États-Unis Mexique et ses populations amérindiennes, hispanophones, francophones et anglophones) et de l’histoire sociale du politique.

La conférencière

Emmanuelle Perez Tisserant est agrégée, docteure en histoire et maîtresse de conférences à l’université Toulouse 2 Jean Jaurès (FRAMESPA). Sa recherche a été primée trois fois: par l’Institut des Amériques, la Chancellerie des Universités de Paris et l’Organization of American Historians.

Jeudi d’ITEM – Dominique Taurisson-Mouret

Ce que la Norme fait aux pasteurs : Afrique & Métropole (XIXe-début XXe), ou Inventaire à la Prévert de la volonté de l’État

par Dominique Taurisson-Mouret (IR Geolab, UMR 6042, Univ. Limoges)

9 novembre 2023    /   14h-15h30

Université de Pau et des Pays de l’Adour

Institut Claude Laugénie

Salle Chadefaud


Pour accéder à la conférence en ligne (lien Teams) :
Cliquez ici pour rejoindre la réunion

 

Argumentaire

Il s’agira de passer en revue la longue liste des normes, directes et indirectes, et leurs impacts socio-environnementaux sur le pastoralisme ovin au XIXe siècle et au début du XXe siècle, en tentant une mise en parallèle, et pourquoi pas une comparaison, entre Afrique colonisée et milieux ruraux métropolitains : discours disqualifiants, injonctions amélioratives sur la sélection et les croisements, tentatives de conversion à la mécanisation, mise en place de formations et d’écoles de bergers, redistribution du foncier, adaptation de la fiscalité, sédentarisation des populations pastorales, application du Code forestier et mises en défens croissante des espaces forestiers, réduction des parcours et des communaux, etc, etc.

 

 

 

Jeudi d’ITEM / Table ronde PauSES-ITEM-ITS à l’UPPA

19ème session de l’œuvre de Pierre Bourdieu en Pratiques

Vivre et travailler à la campagne

Diversité des trajectoires, des représentations, des pratiques. Des natif-ve-s aux « néo-ruraux » ou « nouveaux » habitant-e-s


Jeudi 6 avril 2023, 14h – 16h

Salle Chadefaud, Institut Claude Laugénie – UPPA

Conférence également accessible à distance :
Cliquez ici pour rejoindre la réunion

Dans le cadre de la 19ème Session des Journées de « l’œuvre de Pierre Bourdieu en pratiques », l’Association PauSES, le Laboratoire ITEM de l’UPPA et l’ITS-Pierre Bourdieu organisent dans le cadre du Jeudi d’ITEM, une table-ronde le jeudi 6 avril 2023 de 14h à 16h sur le thème,

« Vivre (et travailler) à la campagne : diversité des trajectoires, des représentations, des pratiques. Des natif-ve-s aux « néo-ruraux» ou « nouveaux habitant-e-s… » 

Jusque dans les années 1980, en France, les travaux de sciences sociales portant sur les espaces ruraux ont surtout analysé les processus d’exode rural, de modernisation de la production agricole, de dépaysannisation, au sens socio-économique (Henri Mendras, « La fin des paysans », 1967), comme socio-culturel  (Pierre Bourdieu, « Le bal des célibataires »). Depuis lors, les recherches s’intéressent également aux processus concomitants, parfois alternatifs et peut-être accentués par les effets de la crise sanitaire de 2020-2022, de nouvelles installations d’habitant-es, venu-e-s de milieux urbains. L’importance relative des nouvelles installations et des nouvelles pratiques dans l’usage des espaces ruraux, et peut-être de nouveaux régimes de régulations socio-culturelles, peuvent-ils permettre d’aller jusqu’à repérer un processus de re-paysannisation ? Il s’agit alors au cours de la table-ronde de questionner entre autres ces processus, d’en mesurer, quantitativement et qualitativement, la portée et les enjeux afin de savoir, notamment quelle diversité sociologique observe-t-on en milieu rural ?Quels types d’activités, de pratiques et de représentations permettent d’appréhender dans les territoires étudiés et analysés par les chercheur-e-s, les différentes formes de capital culturel et de capital économique des habitant-e-s ?

 Ces questions sur le travail à la campagne, sur les productions agricoles, économiques, sur la famille, sur la jeunesse éducative, etc. serviront d’introduction aux échanges sur les objets de recherche respectifs des chercheur-e-s intervenant à cette table-ronde :

-Alice ANTON, ITS, Docteure en Sciences de l’Education, Directrice des formations à l’ITS-Pierre Bourdieu (Pau)

– Evelyne PONS, CEEC, Conseillère principale d’Education au Collège Jeanne d’Albret (Pau)

Clara Deville,  CSO, Docteure en sociologie, Sciences-Po (Paris)

Animateurs : Abel KOUVOUAMA, ITEM/PauSES et Dénes HARAI, ITEM



 

 

Jeudi d’ITEM – JM Portillo-Valdès – 30 mars 2023

ATTENTION, CONFERENCE ANNULEE

Desimperialización y nación en el mundo hispano

Université de Pau et des Pays de l’Adour

ICL, Salle Chadefaud

14h – 15h 30

L’invité

José María Portillo est professeur d’histoire contemporaine à l’Universidad del País Vasco / Euskal Herriko Unibertsitatea. Au cours d’une carrière riche, il a également été professeur au sein d’universités en Colombie, au Mexique et aux États-Unis. Son champ d’expertise porte sur les cultures politiques dans l’espace ibéro-américain du XIXe siècle.

Sa présentation

Contrairement à d’autres empires européens, l’Espagne a fait l’expérience d’un très long processus de désimpérialisation au XIXe siècle. Dans le cas espagnol, le temps de la construction des États-nations a aussi été une période de disparition progressive de sa présence impériale, alors que la France ou la Grande-Bretagne, à l’inverse, se renforcent dans ce domaine. Dans le cadre de cette séance des jeudis d’ITEM, l’enjeu sera de montrer combien le concept d’émancipation a été central dans le langage politique de légitimation de cette formation stato-nationale.

Jeudi d’ITEM – Steve Hagimont – 02 mars 2023

L’essor du tourisme dans les Pyrénées (XIXe-XXe siècles) : enjeux sociaux, politiques et écologiques

Université de Pau et des Pays de l’Adour

Institut Claude Laugénie,

Salle Chadefaud

14h-15h30

Conférence accessible à distance : Cliquez ici pour rejoindre la réunion

Résumé

L’esthétique des paysages, la diversité de la faune et de la flore, l’ampleur des panoramas, la sévérité des cimes et des parois, le calme des lacs et la vigueur des torrents, les bienfaits des eaux, du climat et de la lumière, l’éveil sensoriel et intellectuel suscité par l’effort dans l’ascension, par la contemplation et par la vitesse dans les descentes neigeuses, l’« authenticité » des rencontres : voilà autant de raretés désirables que des franges croissantes de la population sont venues consommer en montagne depuis le XVIIIe siècle. La montagne, offrant de communier avec la nature, présente dès lors une somme de ressources économiques que les promoteurs du tourisme s’attachent à faire fructifier. Ils étendent ainsi la marchandisation du monde aux espaces mêmes qui permettent d’y échapper. Le tourisme, dont l’importance culturelle, économique et politique est souvent négligée, éclaire l’attitude ambivalente des sociétés contemporaines face aux autres qu’humains, entre fascination quasi religieuse et appropriation commerciale. Suivons dès lors, sur le temps long, la transformation en produits touristiques des eaux, des paysages, du vivant, de la neige et des imaginaires, dans un espace pionnier du tourisme mondial : les Pyrénées.

Historien contemporanéiste, maître de conférences à l’université Paris-Saclay (UVSQ, CHCSC), Steve Hagimont s’inscrit dans le sillage des travaux du géographe Michel Chadefaud pour interroger à nouveau frais la manière dont le tourisme a été saisi par les populations pyrénéennes et ce qu’il a engendré de transformations des rapports sociaux et écologiques, dans un ouvrage paru en 2022 : Pyrénées. Une histoire environnementale du tourisme. Du thermalisme aux sports d’hiver, les activités s’emboîtent et s’opposent afin d’organiser la commercialisation d’une nature montagnarde insérée au cœur de la modernité économique et culturelle.

Jeudi d’ITEM – Sébastien Rozeaux – 02 février 2023

Letras Pátrias : les écrivains et la création d’une culture nationale au Brésil (1822-1889)

02 février 2023

UPPA, Bâtiment des lettres, salle du conseil

14h00 -15h30

Conférence accessible à distance via TEAMS : Cliquez ici pour rejoindre la réunion   (Attention, nouveau lien !)

Letras Pátrias, les lettres de la patrie : c’est ainsi que les écrivains brésiliens qualifient une littérature dont la mission première est de fonder l’identité nationale, dans les décennies qui suivent l’indépendance, proclamée en 1822. Au croisement d’une histoire sociale du « petit monde » des hommes et femmes de lettres du Brésil à l’époque impériale (1822-1889) et d’une histoire intellectuelle d’une littérature nationale en gestation, cet ouvrage dresse le portrait collectif des premières générations d’écrivains, dont les œuvres littéraires composent ce « grand monument national » qu’exalte déjà le romancier José de Alencar en 1875. 

Ce faisant, l’auteur répond aussi dans ce livre à la question essentielle formulée par Ernest Renan en 1882, « Qu’est-ce qu’une nation ? », dans la mesure où les Letras Pátrias offrent au lecteur un miroir déformant de la réalité socio-ethnique du pays (esclavagiste jusqu’en 1888), alors que l’Empire est engagé sur la voie de la “civilisation” et du “progrès”. 

 

Sébastien Rozeaux est maître de conférences en histoire à l’université Toulouse Jean-Jaurès et membre de l’UMR FRAMESPA. Il est l’auteur de Préhistoire de la lusophonie. Les relations culturelles luso-brésiliennes au XIXe siècle (2019). Il est membre des comités de rédaction des revues Caravelle et Brésil(s), membre du Conseil consultatif de la Revista do Instituto Histórico e Geográfico Brasileiro (Brésil), et dirige depuis 2019 la revue e-Storia – Les Cahiers de Framespa.

Jeudi d’ITEM – Mathieu Engerbeaud – 19 janvier 2023

Rome devant la défaite à l’époque républicaine : revers militaires, apprentissage de la victoire et naissance d’un discours idéologique

 

Salle Chadefaud, Institut Claude Laugénie, UPPA

14h – 15h30

Conférence accessible à distance via TEAMS : Cliquez ici pour participer à la réunion

Affirmer que les Romains ont appris de leurs défaites mieux que tout autre peuple est presque devenu un lieu commun dans l’Antiquité. Confrontés aux pires catastrophes militaires, les Romains n’auraient jamais baissé les bras et auraient toujours su identifier mieux que quiconque leurs faiblesses, avant de vaincre l’ennemi et de franchir, à chaque fois, une étape supplémentaire dans l’accroissement irréversible de la puissance militaire. Les exemples de Pyrrhus et d’Hannibal, tous deux vainqueurs lors de grandes batailles, sont devenus emblématiques d’une attitude attribuée aux Romains de façon intemporelle. Celle-ci consisterait à maintenir la posture de la victoire par-delà la défaite et à refuser de se considérer comme vaincu à un moment crucial : celui où d’autres peuples auraient abandonné devant l’ennemi. Ce discours sur la supériorité de Rome, prédominant dans l’historiographie ancienne, comporte une part de désinformation. Si la puissance romaine s’est bien nourrie, en partie, des échecs militaires, ceux-ci sont devenus l’objet d’un véritable discours idéologique sur le bien-fondé de la supériorité romaine.

Jeudi d’ITEM – Adelphine Bonneau – mercredi 25 mai 2022

Perles Speaker : Jean Soulat

“De pacotilles à parures” : une vision contrastée des perles de verre de chaque côté de l’Atlantique : fabrication, usage, échanges

 

Mercredi 25 mai 2022 – 14h00

Salle Chadefaud, Institut Claude Laugénie – UPPA

 
 
 

Résumé :

Depuis l’invention du verre, il y a environ 5000 ans, les perles de verre participent à la parure des hommes et des femmes, ainsi qu’à la décoration de leurs bâtiments. Très rapidement, elles se révèlent être un objet privilégié pour les échanges.

Le XVIe siècle et la colonisation européenne intensifient leur production. Toute l’Europe produit des perles de verre dont trois grandes zones géographiques : la région de Venise (Italie), la Bohême et les Pays-Bas. Ces menus objets participant à la parure des Européens sous forme de bijoux, parures vestimentaires et objets religieux (chapelets) circulent en Afrique, en Asie et en Amérique. Ils sont particulièrement appréciés des populations autochtones pour leur solidité et leur diversité de formes, couleurs et décors. Ils revêtent également une importance particulière pour ces populations qui les utilisent comme marqueur social et spirituel.

En raison de leur emploi comme monnaie d’échange avec les populations autochtones, elles méritent très rapidement les termes de rassade et de pacotille. Pour autant, sont-elles des objets « de peu de valeur » ou de « faible qualité » ?

Cette conférence présentera les méthodes de fabrication en Europe et discutera la vision et l’utilisation de ces menus objets de part et d’autre de l’Atlantique à travers des exemples européens et québécois.

 

Biographie :

Adelphine Bonneau est archéologue, géochimiste et archéomètre de formation. Après un postdoctorat à l’Université Laval, Canada puis un 2e à l’Université d’Oxford, Royaume-Uni, elle a rejoint en Septembre 2021, l’Université de Sherbrooke en tant que professeure avec un poste bifacultaire entre le département de chimie et le département d’histoire. Elle se spécialise dans l’étude des matières colorantes et de l’art rupestre, du verre européen de l’époque moderne, notamment les perles de verre, et dans la datation des matériaux archéologiques par le radiocarbone.

Trier des perles : Katarina Batur

Jeudi d’ITEM – Tassadit Yacine – 19 mai 2022

Temporalité et pouvoir

Salle Chadefaud, Institut Claude Laugénie, UPPA

16H00

Il s’agira de faire de la genèse du concept de temporalité dans l’oeuvre de Bourdieu en partant des conditions de réalisation des enquêtes en Algérie auprès des populations regroupées dans des camps (1955-1961) qui, en changeant de lieu (espace) ont, du coup, perdu la notion du temps. D’autant que ce déplacement est voulu par l’armée pour accélérer les changements de culture (mode de vivre, de penser) pour soi-disant les moderniser. Le temps a été un élément constitutif de leur désorientation. Il en sera de même pour l’espace, imposer un habitat particulier (fontaine, maison sans cour, voisinage imposé, mélange des genres), etc. On retrouvera ce désarroi (à l’égard du temps) chez les  nomades, les citadins ou villageois pour avoir connu l’émigration qui ont une autre vision du temps. La guerre est étudiée par Pierre Bourdieu comme processus d’accélération des changements donc de la temporalité) et dans lesquelles il a fabriqué ce concept et mis en pratique en Algérie.

Ce Jeudi d’ITEM aura lieu en Salle Chadefaud de l’Institut Claude Laugénie à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour à partir de 16h00 et sera également retransmis via un dispositif de visioconférence :

Cliquez ici pour participer aux Jeudis d’ITEM en ligne

Tassadit Yacine, Directrice d’Etudes à l’EHESS, est membre du Laboratoire d’Anthropologie Sociale du Collège de France. Ses enseignements portent sur l’anthropologie de la domination, discours, pratiques et représentation dans les sociétés berbères, et le rapport de genre au Maghreb et au Machrek. Elle vient de publier en 2022 Pierre Bourdieu en Algérie (1956-1961) Témoignages, Paris, Collection Sociétés et Politique en Méditerranée, Editions du Croquant.

Ce Jeudi d’ITEM fait partie de la 18ème édition des rencontres L’œuvre de Pierre Bourdieu en Pratiques coordonnée par Abel Kouvouama avec l’association PauSES et le laboratoire ITEM.

Veuillez trouver ci-dessous les principales autres publications de Tassadit Yacine :

  • 1988 L’Izli ou l’amour chanté en kabyle, Préface de Pierre Bourdieu, Paris, MSH.
  • 1988, Pierre Bourdieu. Esquisses algériennes. Textes édités et présentés par Tassadit Yacine.
  • 1993 Les Voleurs de feu. Éléments d’une anthropologie sociale et culturelle de l’Algérie, Paris, La Découverte.
  • 2001 Chacal ou la ruse des dominés. Aux origines du malaise des intellectuels algériens, Paris, La Découverte.
  • 2004 « Le verbe dans la relation entre le verbe et les affects en Kabylie », in F. Héritier & M. Xanthakou (éds.), Corps et affects, Paris, Odile Jacob.
  • 2005 « Bourdieu et l’Algérie », in : Le symbolique et le social. La réception internationale de la pensée de Pierre Bourdieu. Actes du colloque de Cerisy-la-Salle (11-19 juillet 2001), Liège, Les éditions de l’Université de Liège, p. 33-51.
  • 2011 Le retour de Jugurtha. Amrouche dans la lutte : du racisme de la colonisation, Tizi Ouzou, Passerelles Éditions

Jeudi d’ITEM – Eloísa Ramírez Vaquero , 05 mai 2022

Jeudi 5 mai 2022 à 16h,  en Salle Bulle de la  Bibliothèque Universitaire. Conférence ouverte aux chercheurs de l’UPPA, aux étudiants du Master HCP, de l’École doctorale SSH, MEEF et Licence

Trabajando con testamentos e inventarios de bienes: Navarra s. XIII-XIV

Présentiel ou distanciel via ce lien Teams

Résumé :

Testamentos e inventarios de bienes resultan fuentes bien conocidas, aunque utilizadas de manera desigual y diversa. Los primeros, sobre todo, desde un punto de vista jurídico o desde la perspectiva de las mentalidades y actitudes ante la muerte. Los segundos, en general como simples apéndices de otro tipo de acciones jurídicas (embargos, ejecuciones testamentarias). El objetivo aquí es presentarlos como instrumentos de trabajo relacionados con la vida de las personas (en este caso del mundo urbano), analizando los objetos y su relevancia para el dueño; o los espacios vitales que esos inventarios y testamentos muestran.

Les testaments et les inventaires de biens sont des sources bien connues, bien qu’elles soient exploitées de manière inégale et de différentes façons. Les premiers, surtout, d’un point de vue juridique ou dans la perspectives d’une histoire des mentalités et des attitudes face à la mort. Les seconds sont en général considérés comme de simples annexes à d’autres types d’actions en justice (saisies, exécutions testamentaires). L’objectif ici est de les présenter comme des instruments de travail liés à la vie des gens (dans ce cas dans le monde urbain), en analysant les objets et leur pertinence pour leur détenteur, ou pour les espaces de vie que ces inventaires et testaments révèlent.

Eloísa Ramírez Vaquero est Professeure (Profesora catedrática) en Histoire médiévale à l’UPNA. Elle enseigne en Licence Histoire et Patrimoine, en Master, dirige des doctorats, en particulier au sein du campus d’excellence international de la Vallée de l’Ebre, Campus Iberus, qui regroupe les universités de Saragosse, de Lleida, Publique de Navarre, de la Rioja (masters interuniversitaires, programme conjoint de doctorat) et dont l’UPPA est partenaire associé. Elle a récemment exercé deux mandats de vice-présidente de l’UPNA et est investie dans de nombreuses responsabilités administratives et académiques.

Ses champs de spécialité : l’histoire du royaume et des rois de Navarre, des groupes sociaux, l’histoire urbaine ; l’histoire politique et culturelle, les questions patrimoniales, le tout plutôt pour le second Moyen Âge (XIIe-XVe siècles).

Professeur invitée à l’UPPA/ITEM du 2 au 6 mai 2022 (org. Véronique Lamazou-Duplan), au sein d’un laboratoire ITEM.

Jeudi d’ITEM – Corinne Marache, 05 mai 2022

Les petites villes et le monde agricole dans la France du XIXe siècle

Les Jeudis d’ITEM se veulent une série de rencontres scientifiques sous forme de séminaire permettant aux chercheurs de présenter leurs thèmes, terrains et méthodes de recherche. Cette démarche vise à mettre en évidence les conditions de production des connaissances, la diversité des difficultés existant parfois dans le rapport au « terrain » ou aux « archives », les enjeux et les modalités de valorisation des recherches.

UPPA, Institut Claude Laugénie – Salle Bulle Bibliothèque Universitaire – 05 mai 2022, 14h15

Cliquez ici pour rejoindre les Jeudis d’ITEM en ligne

Résumé :

Les petites villes françaises du XIXe siècle, trop délaissées par l’historiographie, entretiennent des liens multiformes et souvent méconnus avec les territoires agricoles. L’ouvrage présenté dans ce séminaire propose de les mettre au jour.

Dans ce siècle de profondes mutations, les transformations du secteur agricole sont en effet étroitement liées à l’action menée par des acteurs et des structures des petites villes et contribuent à leur tour aux changements socioéconomiques et architecturaux qu’elles connaissent.

De nombreux artisans et commerçants, mais aussi les médecins, vétérinaires et pharmaciens, les notaires, juges de paix et percepteurs, participent du processus de modernisation agricole tout en vivant dans les petites villes. Points de rencontre entre différents représentants du monde agricole (notables agromanes, journaliers, domestiques…), elles hébergent maintes structures au service de sa modernisation (comices, syndicats, caisses d’assurance et de crédit, enseignement agricole, abattoirs…). Carrefours de communication et d’échanges, elles représentent des lieux stratégiques de consommation, de commercialisation, de transit, de transformation et de valorisation des productions agricoles – gares, entrepôts, foires, marchés, commerces de bouche… De fait, les petites villes du monde rural sont profondément marquées et imprégnées par le secteur agricole, qui rythme nombre de leurs activités, façonne leur morphologie, occupe une grande partie de leur population, à l’heure où elles connaissent pourtant des mutations importantes et se calquent sur un modèle urbain en plein essor.

Campagnes et petites villes sont bien les parties complémentaires d’un tout, d’un système productif inscrit dans un territoire composite et interdépendant, qui ne saurait être réduit à un rapport dominant-dominé.

Biographie

corinne.marache@u-bordeaux-montaigne.fr

Corinne Marache est professeur d’histoire contemporaine à l’Université Bordeaux Montaigne et membre du CEMMC (Centre d’Étude des Mondes Moderne et Contemporain).  Spécialiste des sociétés et des espaces ruraux dans la France contemporaine, elle travaille notamment sur les acteurs et processus de la modernisation agricole, sur l’histoire des petites villes, du petit commerce, des produits de la terre, de l’alimentation et de la consommation dans les sociétés rurales.

Jeudi d’ITEM – Julien Marchesi, 07 avril 2022

Réformer l’enseignement supérieur français après 1968 : le cas du groupe L’École et la Nation et des emprunts américains de la gauche française

Après 1968, c’est l’université à l’américaine qui avance ses pions en France dirais-je avec provocation. En 1968, la jeunesse étudiante française était en but avec une génération de dirigeants politiques et d’intellectuels qui lui témoignait une condescendance bienveillante. La révolte étudiante actée, l’ensemble des organisations politiques françaises, ou presque, essaya de reformuler ses propositions de réforme dans un sens favorisant l’autonomie de la jeunesse. Cela se traduit par un renouvellement du personnel intellectuel et militant participant à l’élaboration des programmes. Or, l’étudiant qui venait de descendre dans la rue, bien qu’on lui témoignait une plus grande attention, était encore trop tendre pour prendre la direction d’un important mouvement politique. Entre jeunesse turbulente et vieille garde, c’est donc une cohorte intermédiaire qui prit la parole. Aux intellectuels formés sous la IIIe République, succédèrent ceux formés durant l’Occupation et la Libération.

L’École et la Nation est exemplaire de cette dynamique. La revue commença de paraître en 1951 comme la revue du PCF à destination des instituteurs français. En moins d’une décennie, elle devint l’une des revues les plus diffusées et influentes dans les milieux enseignants de tous les degrés. Après 1968, elle accorda une part plus grande aux problèmes de l’enseignement supérieur et ouvrit ses colonnes à une nouvelle génération de dirigeants et d’intellectuels. En apparence, leur volonté semble claire, et simple, tenir compte des aspirations de Mai tout en défendant l’héritage des propositions portées par la gauche depuis la Libération. Or, il y a un troisième élément au tableau. L’université qu’ils dessinent a quelque chose d’américain dans la façon dont elle articule les rapports entre enseignement, recherche et culture. En quoi ? Pourquoi ? et surtout comment est-ce arrivé ?

Cliquez ici pour rejoindre les Jeudis d’ITEM en ligne le 7 avril 2022 à 14h00

Julien Marchesi est ATER en Histoire contemporaine à l’UPPA, il prépare une thèse sur Les gauches socialistes et communistes et l’enseignement supérieur des années 1940 aux années 1980 au sein de l’école doctorale Bordeaux Montaigne.

Cette présentation est organisée avec la Société Française d’Histoire Politique (SFHPo) Nouvelle-Aquitaine.

 

Jeudi d’ITEM – Alexis Vrignon, 31 mars 2022

Le fait nucléaire en Polynésie après la fin des essais. Mémoires conflictuelles et patrimonialisation

Cliquez ici pour rejoindre les Jeudis d’ITEM en ligne le 31 mars 2022 à 14h00

Entre 1966 et 1996, la France procède à 193 essais en Polynésie française sur les atolls de Moruroa et Fangataufa. Cette présentation analysera la manière dont la fin officielle des expérimentations ne met pas fin au fait nucléaire en Polynésie mais inaugure une nouvelle phase, conflictuelle, où les enjeux mémoriels, environnementaux et sanitaires sont en débat. Après avoir analysé le processus inachevé de constitution d’une mémoire collective consensuelle, cette communication étudiera les ambivalences des mémoires individuelles chez les Polynésiens ayant travaillé pour le Centre d’Expérimentation du Pacifique. Enfin, les difficultés à mettre en oeuvre une patrimonialisation des sites seront abordées”. 

Agrégé et docteur en histoire, Alexis Vrignon est enseignant-chercheur à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour. Il s’intéresse à l’histoire environnementale en Europe et dans le Pacifique. Il a notamment travaillé pendant deux ans en tant que chercheur post-doctorant dans le cadre du programme “Histoire et mémoires des essais nucléaires dans le Pacifique”. 

Cette présentation est organisée avec la Société Française d’Histoire Politique (SFHPo) Nouvelle-Aquitaine.

Jeudi d’ITEM – Christophe Batardy, 24 mars 2022

Les Jeudis d’ITEM se veulent une série de rencontres scientifiques sous forme de séminaire permettant aux chercheurs de présenter leurs thèmes, terrains et méthodes de recherche. Cette démarche vise à mettre en évidence les conditions de production des connaissances, la diversité des difficultés existant parfois dans le rapport au « terrain » ou aux « archives », les enjeux et les modalités de valorisation des recherches.

UPPA, Institut Claude Laugénie – Salle Chadefaud –  24 mars 2022, 14h30

“Le programme commun de la gauche (1972 1978) : C’était le temps de l’Union de la gauche”

Cliquez ici pour rejoindre les Jeudis d’ITEM en ligne

Le 12 juillet 1972, le PCF le PS et les radicaux de gauche s’entendent sur le contenu d’un programme politique en vue de gouverner ensemble. C’est le Programme commun. Ce texte a imprégné de manière significative la vie politique française. Pourtant, sa portée a été relativement négligée par l’historiographie et la mémoire militante qui retiennent surtout la victoire de François Mitterrand en mai 1981, oubliant que les 110 propositions du candidat socialiste reprennent la plupart des mesures énoncées dans le programme de 1972. Il apparaissait donc nécessaire d’écrire une histoire programmatique de cette période de la vie politique française pour redonner sa place à ce texte fondateur de l’Union de la gauche. C’était en effet à gauche le temps des programmes, pour « changer la vie », et pas seulement celui de la fameuse phrase de Georges Marchais « Fais les valises, on rentre à Paris. »

Historien et Géographe-Cartographe de formation, Christophe Batardy a été Ingénieur-Géomaticien au Ministère de la Culture avant d’être détaché en tant qu’enseignant à l’Education Nationale (2014-2016) puis mis à disposition au CNRS au laboratoire ESO à Nantes en tant que spécialiste de cartographie et de statistiques. Il collabore alors à un projet d’analyse socio-électorale portant sur la métropole nantaise pour les années 1974-2017 et participe à la coordination de l’Atlas en ligne (Atlas de la métropole nantaise). Depuis février 2021, Christophe Batardy est en poste au CNRS au Laboratoire AOROC (Archéologie/Philologie)  de l’ENS où il collabore à des recherches avec des archéologues et des historiens. Christophe Batardy est également Docteur en Histoire contemporaine. La thèse a été soutenue sous la direction de M Jalabert (Université de Pau) en 2016. Une version remaniée de la thèse vient d’être publiée aux Presses Universitaires de Bordeaux sous le titre « Le Programme commun de la gauche 1972 1977. C’était le temps des programmes ». Il est chercheur associé au laboratoire ARENES et expert auprès de la fondation Jean Jaurès (en Histoire contemporaine). Christophe Batardy est par ailleurs chargé de formation à l’Université de Nantes, et il intervient en milieu carcéral auprès des détenus dans le cadre du Diplôme d’Accès aux Etudes Universitaires.