Archives par mot-clé : Jeudis d'ITEM

Jeudi d’ITEM – Adelphine Bonneau – mercredi 25 mai 2022

Perles Speaker : Jean Soulat

“De pacotilles à parures” : une vision contrastée des perles de verre de chaque côté de l’Atlantique : fabrication, usage, échanges

 

Mercredi 25 mai 2022 – 14h00

Salle Chadefaud, Institut Claude Laugénie – UPPA

 
 
 

Résumé :

Depuis l’invention du verre, il y a environ 5000 ans, les perles de verre participent à la parure des hommes et des femmes, ainsi qu’à la décoration de leurs bâtiments. Très rapidement, elles se révèlent être un objet privilégié pour les échanges.

Le XVIe siècle et la colonisation européenne intensifient leur production. Toute l’Europe produit des perles de verre dont trois grandes zones géographiques : la région de Venise (Italie), la Bohême et les Pays-Bas. Ces menus objets participant à la parure des Européens sous forme de bijoux, parures vestimentaires et objets religieux (chapelets) circulent en Afrique, en Asie et en Amérique. Ils sont particulièrement appréciés des populations autochtones pour leur solidité et leur diversité de formes, couleurs et décors. Ils revêtent également une importance particulière pour ces populations qui les utilisent comme marqueur social et spirituel.

En raison de leur emploi comme monnaie d’échange avec les populations autochtones, elles méritent très rapidement les termes de rassade et de pacotille. Pour autant, sont-elles des objets « de peu de valeur » ou de « faible qualité » ?

Cette conférence présentera les méthodes de fabrication en Europe et discutera la vision et l’utilisation de ces menus objets de part et d’autre de l’Atlantique à travers des exemples européens et québécois.

 

Biographie :

Adelphine Bonneau est archéologue, géochimiste et archéomètre de formation. Après un postdoctorat à l’Université Laval, Canada puis un 2e à l’Université d’Oxford, Royaume-Uni, elle a rejoint en Septembre 2021, l’Université de Sherbrooke en tant que professeure avec un poste bifacultaire entre le département de chimie et le département d’histoire. Elle se spécialise dans l’étude des matières colorantes et de l’art rupestre, du verre européen de l’époque moderne, notamment les perles de verre, et dans la datation des matériaux archéologiques par le radiocarbone.

Trier des perles : Katarina Batur

Jeudi d’ITEM – Tassadit Yacine – 19 mai 2022

Temporalité et pouvoir

Salle Chadefaud, Institut Claude Laugénie, UPPA

16H00

Il s’agira de faire de la genèse du concept de temporalité dans l’oeuvre de Bourdieu en partant des conditions de réalisation des enquêtes en Algérie auprès des populations regroupées dans des camps (1955-1961) qui, en changeant de lieu (espace) ont, du coup, perdu la notion du temps. D’autant que ce déplacement est voulu par l’armée pour accélérer les changements de culture (mode de vivre, de penser) pour soi-disant les moderniser. Le temps a été un élément constitutif de leur désorientation. Il en sera de même pour l’espace, imposer un habitat particulier (fontaine, maison sans cour, voisinage imposé, mélange des genres), etc. On retrouvera ce désarroi (à l’égard du temps) chez les  nomades, les citadins ou villageois pour avoir connu l’émigration qui ont une autre vision du temps. La guerre est étudiée par Pierre Bourdieu comme processus d’accélération des changements donc de la temporalité) et dans lesquelles il a fabriqué ce concept et mis en pratique en Algérie.

Ce Jeudi d’ITEM aura lieu en Salle Chadefaud de l’Institut Claude Laugénie à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour à partir de 16h00 et sera également retransmis via un dispositif de visioconférence :

Cliquez ici pour participer aux Jeudis d’ITEM en ligne

Tassadit Yacine, Directrice d’Etudes à l’EHESS, est membre du Laboratoire d’Anthropologie Sociale du Collège de France. Ses enseignements portent sur l’anthropologie de la domination, discours, pratiques et représentation dans les sociétés berbères, et le rapport de genre au Maghreb et au Machrek. Elle vient de publier en 2022 Pierre Bourdieu en Algérie (1956-1961) Témoignages, Paris, Collection Sociétés et Politique en Méditerranée, Editions du Croquant.

Ce Jeudi d’ITEM fait partie de la 18ème édition des rencontres L’œuvre de Pierre Bourdieu en Pratiques coordonnée par Abel Kouvouama avec l’association PauSES et le laboratoire ITEM.

Veuillez trouver ci-dessous les principales autres publications de Tassadit Yacine :

  • 1988 L’Izli ou l’amour chanté en kabyle, Préface de Pierre Bourdieu, Paris, MSH.
  • 1988, Pierre Bourdieu. Esquisses algériennes. Textes édités et présentés par Tassadit Yacine.
  • 1993 Les Voleurs de feu. Éléments d’une anthropologie sociale et culturelle de l’Algérie, Paris, La Découverte.
  • 2001 Chacal ou la ruse des dominés. Aux origines du malaise des intellectuels algériens, Paris, La Découverte.
  • 2004 « Le verbe dans la relation entre le verbe et les affects en Kabylie », in F. Héritier & M. Xanthakou (éds.), Corps et affects, Paris, Odile Jacob.
  • 2005 « Bourdieu et l’Algérie », in : Le symbolique et le social. La réception internationale de la pensée de Pierre Bourdieu. Actes du colloque de Cerisy-la-Salle (11-19 juillet 2001), Liège, Les éditions de l’Université de Liège, p. 33-51.
  • 2011 Le retour de Jugurtha. Amrouche dans la lutte : du racisme de la colonisation, Tizi Ouzou, Passerelles Éditions

Jeudi d’ITEM – Eloísa Ramírez Vaquero , 05 mai 2022

Jeudi 5 mai 2022 à 16h,  en Salle Bulle de la  Bibliothèque Universitaire. Conférence ouverte aux chercheurs de l’UPPA, aux étudiants du Master HCP, de l’École doctorale SSH, MEEF et Licence

Trabajando con testamentos e inventarios de bienes: Navarra s. XIII-XIV

Présentiel ou distanciel via ce lien Teams

Résumé :

Testamentos e inventarios de bienes resultan fuentes bien conocidas, aunque utilizadas de manera desigual y diversa. Los primeros, sobre todo, desde un punto de vista jurídico o desde la perspectiva de las mentalidades y actitudes ante la muerte. Los segundos, en general como simples apéndices de otro tipo de acciones jurídicas (embargos, ejecuciones testamentarias). El objetivo aquí es presentarlos como instrumentos de trabajo relacionados con la vida de las personas (en este caso del mundo urbano), analizando los objetos y su relevancia para el dueño; o los espacios vitales que esos inventarios y testamentos muestran.

Les testaments et les inventaires de biens sont des sources bien connues, bien qu’elles soient exploitées de manière inégale et de différentes façons. Les premiers, surtout, d’un point de vue juridique ou dans la perspectives d’une histoire des mentalités et des attitudes face à la mort. Les seconds sont en général considérés comme de simples annexes à d’autres types d’actions en justice (saisies, exécutions testamentaires). L’objectif ici est de les présenter comme des instruments de travail liés à la vie des gens (dans ce cas dans le monde urbain), en analysant les objets et leur pertinence pour leur détenteur, ou pour les espaces de vie que ces inventaires et testaments révèlent.

Eloísa Ramírez Vaquero est Professeure (Profesora catedrática) en Histoire médiévale à l’UPNA. Elle enseigne en Licence Histoire et Patrimoine, en Master, dirige des doctorats, en particulier au sein du campus d’excellence international de la Vallée de l’Ebre, Campus Iberus, qui regroupe les universités de Saragosse, de Lleida, Publique de Navarre, de la Rioja (masters interuniversitaires, programme conjoint de doctorat) et dont l’UPPA est partenaire associé. Elle a récemment exercé deux mandats de vice-présidente de l’UPNA et est investie dans de nombreuses responsabilités administratives et académiques.

Ses champs de spécialité : l’histoire du royaume et des rois de Navarre, des groupes sociaux, l’histoire urbaine ; l’histoire politique et culturelle, les questions patrimoniales, le tout plutôt pour le second Moyen Âge (XIIe-XVe siècles).

Professeur invitée à l’UPPA/ITEM du 2 au 6 mai 2022 (org. Véronique Lamazou-Duplan), au sein d’un laboratoire ITEM.

Jeudi d’ITEM – Corinne Marache, 05 mai 2022

Les petites villes et le monde agricole dans la France du XIXe siècle

Les Jeudis d’ITEM se veulent une série de rencontres scientifiques sous forme de séminaire permettant aux chercheurs de présenter leurs thèmes, terrains et méthodes de recherche. Cette démarche vise à mettre en évidence les conditions de production des connaissances, la diversité des difficultés existant parfois dans le rapport au « terrain » ou aux « archives », les enjeux et les modalités de valorisation des recherches.

UPPA, Institut Claude Laugénie – Salle Bulle Bibliothèque Universitaire – 05 mai 2022, 14h15

Cliquez ici pour rejoindre les Jeudis d’ITEM en ligne

Résumé :

Les petites villes françaises du XIXe siècle, trop délaissées par l’historiographie, entretiennent des liens multiformes et souvent méconnus avec les territoires agricoles. L’ouvrage présenté dans ce séminaire propose de les mettre au jour.

Dans ce siècle de profondes mutations, les transformations du secteur agricole sont en effet étroitement liées à l’action menée par des acteurs et des structures des petites villes et contribuent à leur tour aux changements socioéconomiques et architecturaux qu’elles connaissent.

De nombreux artisans et commerçants, mais aussi les médecins, vétérinaires et pharmaciens, les notaires, juges de paix et percepteurs, participent du processus de modernisation agricole tout en vivant dans les petites villes. Points de rencontre entre différents représentants du monde agricole (notables agromanes, journaliers, domestiques…), elles hébergent maintes structures au service de sa modernisation (comices, syndicats, caisses d’assurance et de crédit, enseignement agricole, abattoirs…). Carrefours de communication et d’échanges, elles représentent des lieux stratégiques de consommation, de commercialisation, de transit, de transformation et de valorisation des productions agricoles – gares, entrepôts, foires, marchés, commerces de bouche… De fait, les petites villes du monde rural sont profondément marquées et imprégnées par le secteur agricole, qui rythme nombre de leurs activités, façonne leur morphologie, occupe une grande partie de leur population, à l’heure où elles connaissent pourtant des mutations importantes et se calquent sur un modèle urbain en plein essor.

Campagnes et petites villes sont bien les parties complémentaires d’un tout, d’un système productif inscrit dans un territoire composite et interdépendant, qui ne saurait être réduit à un rapport dominant-dominé.

Biographie

corinne.marache@u-bordeaux-montaigne.fr

Corinne Marache est professeur d’histoire contemporaine à l’Université Bordeaux Montaigne et membre du CEMMC (Centre d’Étude des Mondes Moderne et Contemporain).  Spécialiste des sociétés et des espaces ruraux dans la France contemporaine, elle travaille notamment sur les acteurs et processus de la modernisation agricole, sur l’histoire des petites villes, du petit commerce, des produits de la terre, de l’alimentation et de la consommation dans les sociétés rurales.

Jeudi d’ITEM – Julien Marchesi, 07 avril 2022

Réformer l’enseignement supérieur français après 1968 : le cas du groupe L’École et la Nation et des emprunts américains de la gauche française

Après 1968, c’est l’université à l’américaine qui avance ses pions en France dirais-je avec provocation. En 1968, la jeunesse étudiante française était en but avec une génération de dirigeants politiques et d’intellectuels qui lui témoignait une condescendance bienveillante. La révolte étudiante actée, l’ensemble des organisations politiques françaises, ou presque, essaya de reformuler ses propositions de réforme dans un sens favorisant l’autonomie de la jeunesse. Cela se traduit par un renouvellement du personnel intellectuel et militant participant à l’élaboration des programmes. Or, l’étudiant qui venait de descendre dans la rue, bien qu’on lui témoignait une plus grande attention, était encore trop tendre pour prendre la direction d’un important mouvement politique. Entre jeunesse turbulente et vieille garde, c’est donc une cohorte intermédiaire qui prit la parole. Aux intellectuels formés sous la IIIe République, succédèrent ceux formés durant l’Occupation et la Libération.

L’École et la Nation est exemplaire de cette dynamique. La revue commença de paraître en 1951 comme la revue du PCF à destination des instituteurs français. En moins d’une décennie, elle devint l’une des revues les plus diffusées et influentes dans les milieux enseignants de tous les degrés. Après 1968, elle accorda une part plus grande aux problèmes de l’enseignement supérieur et ouvrit ses colonnes à une nouvelle génération de dirigeants et d’intellectuels. En apparence, leur volonté semble claire, et simple, tenir compte des aspirations de Mai tout en défendant l’héritage des propositions portées par la gauche depuis la Libération. Or, il y a un troisième élément au tableau. L’université qu’ils dessinent a quelque chose d’américain dans la façon dont elle articule les rapports entre enseignement, recherche et culture. En quoi ? Pourquoi ? et surtout comment est-ce arrivé ?

Cliquez ici pour rejoindre les Jeudis d’ITEM en ligne le 7 avril 2022 à 14h00

Julien Marchesi est ATER en Histoire contemporaine à l’UPPA, il prépare une thèse sur Les gauches socialistes et communistes et l’enseignement supérieur des années 1940 aux années 1980 au sein de l’école doctorale Bordeaux Montaigne.

Cette présentation est organisée avec la Société Française d’Histoire Politique (SFHPo) Nouvelle-Aquitaine.

 

Jeudi d’ITEM – Alexis Vrignon, 31 mars 2022

Le fait nucléaire en Polynésie après la fin des essais. Mémoires conflictuelles et patrimonialisation

Cliquez ici pour rejoindre les Jeudis d’ITEM en ligne le 31 mars 2022 à 14h00

Entre 1966 et 1996, la France procède à 193 essais en Polynésie française sur les atolls de Moruroa et Fangataufa. Cette présentation analysera la manière dont la fin officielle des expérimentations ne met pas fin au fait nucléaire en Polynésie mais inaugure une nouvelle phase, conflictuelle, où les enjeux mémoriels, environnementaux et sanitaires sont en débat. Après avoir analysé le processus inachevé de constitution d’une mémoire collective consensuelle, cette communication étudiera les ambivalences des mémoires individuelles chez les Polynésiens ayant travaillé pour le Centre d’Expérimentation du Pacifique. Enfin, les difficultés à mettre en oeuvre une patrimonialisation des sites seront abordées”. 

Agrégé et docteur en histoire, Alexis Vrignon est enseignant-chercheur à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour. Il s’intéresse à l’histoire environnementale en Europe et dans le Pacifique. Il a notamment travaillé pendant deux ans en tant que chercheur post-doctorant dans le cadre du programme “Histoire et mémoires des essais nucléaires dans le Pacifique”. 

Cette présentation est organisée avec la Société Française d’Histoire Politique (SFHPo) Nouvelle-Aquitaine.

Jeudi d’ITEM – Christophe Batardy, 24 mars 2022

Les Jeudis d’ITEM se veulent une série de rencontres scientifiques sous forme de séminaire permettant aux chercheurs de présenter leurs thèmes, terrains et méthodes de recherche. Cette démarche vise à mettre en évidence les conditions de production des connaissances, la diversité des difficultés existant parfois dans le rapport au « terrain » ou aux « archives », les enjeux et les modalités de valorisation des recherches.

UPPA, Institut Claude Laugénie – Salle Chadefaud –  24 mars 2022, 14h30

“Le programme commun de la gauche (1972 1978) : C’était le temps de l’Union de la gauche”

Cliquez ici pour rejoindre les Jeudis d’ITEM en ligne

Le 12 juillet 1972, le PCF le PS et les radicaux de gauche s’entendent sur le contenu d’un programme politique en vue de gouverner ensemble. C’est le Programme commun. Ce texte a imprégné de manière significative la vie politique française. Pourtant, sa portée a été relativement négligée par l’historiographie et la mémoire militante qui retiennent surtout la victoire de François Mitterrand en mai 1981, oubliant que les 110 propositions du candidat socialiste reprennent la plupart des mesures énoncées dans le programme de 1972. Il apparaissait donc nécessaire d’écrire une histoire programmatique de cette période de la vie politique française pour redonner sa place à ce texte fondateur de l’Union de la gauche. C’était en effet à gauche le temps des programmes, pour « changer la vie », et pas seulement celui de la fameuse phrase de Georges Marchais « Fais les valises, on rentre à Paris. »

Historien et Géographe-Cartographe de formation, Christophe Batardy a été Ingénieur-Géomaticien au Ministère de la Culture avant d’être détaché en tant qu’enseignant à l’Education Nationale (2014-2016) puis mis à disposition au CNRS au laboratoire ESO à Nantes en tant que spécialiste de cartographie et de statistiques. Il collabore alors à un projet d’analyse socio-électorale portant sur la métropole nantaise pour les années 1974-2017 et participe à la coordination de l’Atlas en ligne (Atlas de la métropole nantaise). Depuis février 2021, Christophe Batardy est en poste au CNRS au Laboratoire AOROC (Archéologie/Philologie)  de l’ENS où il collabore à des recherches avec des archéologues et des historiens. Christophe Batardy est également Docteur en Histoire contemporaine. La thèse a été soutenue sous la direction de M Jalabert (Université de Pau) en 2016. Une version remaniée de la thèse vient d’être publiée aux Presses Universitaires de Bordeaux sous le titre « Le Programme commun de la gauche 1972 1977. C’était le temps des programmes ». Il est chercheur associé au laboratoire ARENES et expert auprès de la fondation Jean Jaurès (en Histoire contemporaine). Christophe Batardy est par ailleurs chargé de formation à l’Université de Nantes, et il intervient en milieu carcéral auprès des détenus dans le cadre du Diplôme d’Accès aux Etudes Universitaires.

Jeudis d’ITEM – Benjamin François-Duinat, 17 mars 2022 – 14h30

Le 17 mars 2022

Les Jeudis d’ITEM se veulent une série de rencontres scientifiques sous forme de séminaire permettant aux chercheurs de présenter leurs thèmes, terrains et méthodes de recherche. Cette démarche vise à mettre en évidence les conditions de production des connaissances, la diversité des difficultés existant parfois dans le rapport au « terrain » ou aux « archives », les enjeux et les modalités de valorisation des recherches.

Institut Calude Laugénie – Salle Chadefaud – 17 mars 2022, 14h30

Cliquez ici pour rejoindre les Jeudis d’ITEM en ligne

Carte des montagnes d’Aldudes (1717) Archives départementales des Yvelines – Cartes et plans, A 405. Dimensions réelles : 31,55 cm x 41,97 cm La barre d’échelle correspond à 3 200 toises, soit approximativement 6 250 mètres

La lecture d’un compte-rendu du livre de Peter Sahlins, Frontières et identités nationales (1989), aura été un véritable déclic. L’ouvrage porte sur la formation des identités nationales dans une vallée frontalière de Catalogne, la Cerdagne, entre les XVIIe et XIXe siècles. Ce travail me touchait doublement : j’ai passé mon enfance dans l’espace frontalier du Pays Basque, à l’autre extrémité des Pyrénées ; et j’ai passé mon adolescence en Cerdagne, car on y envoyait encore dans les années 1990 les jeunes affectés par un asthme sévère. J’ai immédiatement pensé que je pouvais m’inspirer de ce beau travail pour étudier la frontière franco-espagnole au Pays Basque. Et, en même temps, j’avais la vague intuition que la ligne de faille autour de laquelle l’argumentaire était articulé méritait d’être discuté. Car prétendre que l’appropriation de la nation par les frontaliers se faisait sans action concertée de la part des États espagnol et français me semblait être une conclusion contestable. La thèse de Sahlins doit cependant être replacée dans le contexte de l’historiographie dominante à l’époque de sa publication et reconnue pour sa force d’innovation par rapport aux lectures stato-centrées de la construction de la frontière. À l’ombre de la Cerdagne, « La guerre des limites » secouant la vallée des Aldudes entre les années 1820 et 1850 forme une rampe de lancement propice au déploiement d’un dialogue avec les travaux de Sahlins.

Benjamin Duinat est PRAG à l’UPPA. Il a soutenu un doctorat en histoire moderne et contemporaine à l’Université Paris Sciences & Lettres, le 4 décembre 2021. Sa thèse est intitulée « Autour de la “ligne divisoire”. L’espace frontalier du Pays Basque à l’âge des États-nations (1780-1920) ».

Jeudis d’ITEM – Pierre Courroux

01 avril 2021 – 13H30-15H00

Rejoindre la conférence

D’Hastings à Azincourt : Les motifs des chroniqueurs médiévaux et la bataille idéale

Résumé de la présentation : Comme tous les historiens depuis l’Antiquité, les chroniqueurs médiévaux sont très mal renseignés sur les batailles rangées. Quand bien même ils seraient présents en personne (ce qui est fort rare), et placés de manière idéale pour contempler tout le champ de bataille (ce qui n’arrive jamais), ils devraient encore savoir où regarder dans la mêlée et comment interpréter le chaos général. Heureusement, ces lacunes ne les ont jamais empêché de raconter malgré tout les batailles. A l’aide d’un index des motifs trouvés dans leurs chroniques, je souhaite montrer qu’ils racontent en général comment une bataille aurait dû se dérouler, et non ce qui s’est effectivement passé.
 
Biographie : Pierre Courroux est Enseignant chercheur contractuel à l’Université de Pau depuis 2019. Il y travaille sur l’histoire du château de Buzet et l’histoire des Albret à la fin du Moyen Âge. Il a soutenu en 2013 une thèse sur l’écriture de l’histoire dans les chroniques médiévales françaises. De 2017 à 2019, il a mené à bien un projet sur Les motifs dans les récits de bataille médiévaux, en tant que Newton Fellow de la British Academy. Il a récemment publié une biographie de Charles d’Albret, connétable d’Azincourt (Ausonius, 2019) et coédite avec A. Jamme le Roman de Sylvestre Budes, chronique d’un mercenaire du XIVe siècle (Belles Lettres, à paraître en 2021).

Jeudis d’ITEM – Jean-Luc Poueyto

Roms, Nomades, Tsiganes, un malentendu européen

25 mars 2021

13H30 – 15h00

Résumé :

Après avoir explicité les diverses dénominations, internes et externes, relatives à ces groupes humains que sont les Roms, Tsiganes, Gitans, Manouches, Gens du voyage… Jean-Luc   reviendra sur les questions et enjeux liés à l’historiographie de ces communautés.
Il présentera plus précisément son « terrain » de recherche, à savoir les Manouches de la région paloise, qu’il suit depuis trente ans, considérés ici à travers leur rapport à l’écrit, à l’histoire, à la chefferie, à l’habitat et à la propriété foncière.

Biographie :

Jean-Luc Poueyto, enseignant-chercheur à l’UPPA, est anthropologue des mondes tsiganes mais travaille également sur les musiques populaires et sur les musées-mémoriaux. Il a organisé pour l’ITEM divers colloques et séminaires dont « Nomades, Tsiganes, un malentendu européen »  (Paris et Pau 2012), manifestation qui a donné lieu à une publication aux éditions Karthala (dir. Coquio et Poueyto) et  « Tsiganes, travail, famille, habitat… » (Pau 2016) qui a été suivi de la publication (en codirection avec Olivera M.) de « Terrains tsiganes » dans la revue du CNRS Ethnologie Française (2018). Il est également auteur de Manouches et mondes de l’écrit (Karthala, 2012).

Jeudis d’ITEM – Laurent Dissard

Un passé submergé : mémoires (post-)ottomanes kurdes et arméniennes le long de l’Euphrate

​​​​​Séminaires inter-laboratoires | 2020-2021 Maison méditerranéenne des sciences de l’homme

De quoi les Ottomans sont-ils le nom ? La fabrique des mémoires collectives « ottomanes »

Pour en savoir plus

Visioconférence également retransmise dans le cadre des Jeudis d’ITEM 18 mars 2021

14h00

Lien vers la conférence

Résumé:

Turquie – 1934 : Atatürk annonce la transformation de Sainte-Sophie en musée. Juillet 2020: Erdoğan ordonne sa réouverture en mosquée. A près d’un siècle d’échéance, ces deux postures à l’égard de cet héritage patrimonial rappellent les enjeux identitaires qui animent les politiques mémorielles des États post-ottoman. Si les mémoires nationales ont fait l’objet de nombreuses études, le cas des mémoires d’Empire soulèvent de multiples difficultés d’appréhension : privées d’unité territoriale, linguistique et/ou communautaire, elle se retrouvent morcelées en multiples lieux et acteurs. Le cas de l’Empire ottoman s’avère exemplaire : suite à son démembrement en une multitude d’États – nations, le passé ottoman a longtemps été relégué hors/évacué des histoires nationales et communautaires concernées. Pourtant, depuis près d’une décennie, on assiste à une vive renaissance des usages du passé ottoman dans les sociétés post-ottomanes actuelles – renaissance qui prend des formes et des contours forts variables, dont on peine à comprendre les lignes force. Derrière cette pluralité inévitable, l’héritage ottoman se propose comme repère commun.

Laurent Dissard est chercheur en anthropologie de la Turquie et du Moyen-Orient au sein du groupe Identités, Mémoires, Expressions, Mobilités (ITEM) à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA). Il a obtenu son doctorat à l’Université de Berkeley, en Californie ; une bourse Andrew W. Mellon post-doctorale au Wolf Humanities Center de l’Université de Pennsylvanie ;  un Junior Research Fellowship à l’Institute of Advanced Studies de l’University College London. Il a été affilié à l’Université Koç et à l’Institut Français d’Études Anatoliennes (IFEA) à Istanbul. Il rédige actuellement un premier livre, Submerged: Archaeological Rescue and Historical Erasure in Eastern Turkey (Stanford University Press), sur les enjeux politiques de la patrimonialisation dans l’est de la Turquie.

Jeudis d’ITEM – Olivier Caporossi

04 mars 2021 – 13H30-15h00

Voir la conférence

Comprendre le système judiciaire de l’Espagne d’Ancien Régime : le cas de Madrid au XVIIe siècle

L’ambition de cette présentation est de contribuer à comprendre les enjeux des rapports entre juridiction et société sous l’Ancien Régime. Le cas d’une ville de cour comme Madrid au XVIIe siècle et plus particulièrement pendant le règne de Philippe IV (1621-1665) représente un objet idéal pour observer l’exercice de la justice royale à partir d’un croisement de sources historiques complexes qui relie doctrine juridique et pratiques judiciaires et policières.

Après une rapide description du paysage juridictionnel de la capitale madrilène, on s’attachera à comprendre la mécanique du conflit de juridiction et les réponses institutionnelles apportées par le roi-justicier pour maintenir sa suprématie, sans oublier le rôle de la grâce et de l’arbitraire dans la politique pénale de Philippe IV. Enfin, une place sera faîte dans l’exposé à la complexité des sources judiciaires et extrajudiciaires que l’historien doit utiliser pour réfléchir sur le rôle social du système judiciaire espagnol et ses représentations.

Olivier Caporossi est maître de conférences en histoire moderne à l’UPPA et ancien membre de la Casa de Velázquez à Madrid (EHEHI). Ses travaux sur le fait judiciaire dans l’Espagne et l’Amérique espagnole de l’Ancien Régime (XVIe-XVIIIe siècles) portent sur le conflit de juridiction, la police, la répression des contrebandes, et le faux monnayage. Il a notamment dirigé Douanes et contrebandes dans les Pyrénées occidentales (du XVIe au XXe siècle) en 2010, l’Histoire de la police des étrangers : les expériences atlantiques XIVe-XXe siècles en 2015etLa fabrique du faux monétaire (du Moyen Âge à nos jours) en 2012, puis coordonné en 2011 le 6e dossier thématique de Criminocorpus la revue   hypermedia, le portail sur l’histoire de la justice, des crimes et des peines (http://www.criminocorpus.cnrs.fr), consacré aux Figures de faux monnayeurs du Moyen Âge à nos jours. Plus récemment il a publié Exercer la justice du roi à Madrid. La juridiction royale d’une ville de cour pendant le règne de Philippe IV (1621-1665), Bordeaux, PUB, 2020 (https : //afhj.fr/olivier-caporossi/).[1]


[1] Arnaud Exbalin, « Olivier Caporossi, Exercer la justice du roi à Madrid. La juridiction royale d’une ville de cour pendant le règne de Philippe IV (1621-1665) », Criminocorpus [En ligne], 2020, mis en ligne le 21 septembre 2020, consulté le 03 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/7657


Jeudis d’ITEM – Alfonso Pinilla

14 janvier 2021 – 13H30 – 15H00

La Transición española: un jardín de senderos que se bifurcan  (conférence en espagnol)

Voir la conférence

Résumé :

En el curso analizaremos la transición española a la democracia desde una perspectiva teórica novedosa, atendiendo a las siguientes cuestiones: las causas que generan el cambio político, los actores que en él intervinieron, sus respectivas interacciones -dictadas por la correlación de fuerzas presentada- y, por último, la naturaleza de la mutación política que resultó: un cambio gradual, pero real, de la dictadura franquista en democracia, homologable al occidente europeo. Veremos las principales encrucijadas del proceso, la violencia ejercida, las negociaciones desarrolladas y las propias contradicciones de una época que aún es objeto de debate en la actualidad política española.

 

Jeudis d’ITEM – Viviane Delpech

Le 10 décembre 2020

Alerte sur le patrimoine thermal. Bilan patrimonial du projet FEDER TCV-PYR

Résumé

Dans le cadre du programme européen FEDER TCV-PYR (Thermalisme Culture Villégiature Pyrénées), le patrimoine thermal des Pyrénées a fait l’objet d’une étude matérielle précise durant trois ans. Si elles ont connu leur heure de gloire au XIXe siècle, les grandes stations du Béarn et de Bigorre (Eaux-Bonnes, Eaux-Chaudes, Bagnères-de-Bigorre, Cauterets, Luz-Saint-Sauveur, entre autres) ont aussi subi les crises économiques, sociales voire géopolitiques touchant le secteur du thermalisme à partir de la IIIe République. Cette communication, proposant une synthèse de l’évolution sociale et architecturale de ces villes d’eaux, fera émerger la richesse autant que la vulnérabilité et la situation alarmante de leur patrimoine bâti. Des actions concrètes de sauvegarde sont désormais urgentes en vue de la transmission de tout un pan de l’histoire participant de façon essentielle à la construction identitaire et mémorielle de ces territoires de montagne.

Docteur en histoire de l’art, Viviane Delpech spécialiste de l’architecture du XIXe siècle. Après la publication de sa thèse doctorale Abbadia, le monument idéal d’Antoine d’Abbadie (PU Rennes, 2014), elle a dirigé les ouvrages collectifs Viollet-le-Duc, villégiature et architecture domestique (PU Septentrion, 2016) et Les arts et la diaspora basque (XIXe-XXIe siècle) (Kilika, 2018). Chercheur et enseignante à l’Université de Pau, ses travaux actuels portent sur le patrimoine thermal dans les Pyrénées au sein du projet TCV-PYR ainsi que sur Viollet-le-Duc.

Jeudis d’ITEM – Emmanuel Plat

Le 3 décembre 2020

Grèves et organisations ouvrières dans la construction du mouvement social local, Landes et Basses-Pyrénées, 1870-1914

Voir la conférence

Résumé

Aux marges du territoire national, la mise en forme du mouvement social dans le Midi aquitain (Basses-Pyrénées et Landes) présente des caractéristiques singulières. L’étude des grèves, en tant que fait social total, survenues dans ces départements permet de mettre en relief l’architecture des organisations ouvrières locales. Il apparaît ainsi que les conflits du travail s’intègrent parfaitement dans leur époque et se placent dans un système complexe de régulation des rapports sociaux.

Venant d’achever et de soutenir un travail de thèse intitulé ” La naissance du mouvement social dans le Midi aquitain 1870-1914″, Emmanuel Plat souhaite poursuivre des recherches sur l’histoire sociale locale afin de contribuer à l’enrichissement historiographique d’un thème encore peu exploré. Mené en parallèle d’études médicales, l’histoire de la médecine au XIXe siècle représente pour lui un de ses autres pôles d’intérêt.