Archives par mot-clé : Jeudis d'ITEM

Jeudis d’ITEM – Pierre Courroux

01 avril 2021 – 13H30-15H00

Rejoindre la conférence

D’Hastings à Azincourt : Les motifs des chroniqueurs médiévaux et la bataille idéale

Résumé de la présentation : Comme tous les historiens depuis l’Antiquité, les chroniqueurs médiévaux sont très mal renseignés sur les batailles rangées. Quand bien même ils seraient présents en personne (ce qui est fort rare), et placés de manière idéale pour contempler tout le champ de bataille (ce qui n’arrive jamais), ils devraient encore savoir où regarder dans la mêlée et comment interpréter le chaos général. Heureusement, ces lacunes ne les ont jamais empêché de raconter malgré tout les batailles. A l’aide d’un index des motifs trouvés dans leurs chroniques, je souhaite montrer qu’ils racontent en général comment une bataille aurait dû se dérouler, et non ce qui s’est effectivement passé.
 
Biographie : Pierre Courroux est Enseignant chercheur contractuel à l’Université de Pau depuis 2019. Il y travaille sur l’histoire du château de Buzet et l’histoire des Albret à la fin du Moyen Âge. Il a soutenu en 2013 une thèse sur l’écriture de l’histoire dans les chroniques médiévales françaises. De 2017 à 2019, il a mené à bien un projet sur Les motifs dans les récits de bataille médiévaux, en tant que Newton Fellow de la British Academy. Il a récemment publié une biographie de Charles d’Albret, connétable d’Azincourt (Ausonius, 2019) et coédite avec A. Jamme le Roman de Sylvestre Budes, chronique d’un mercenaire du XIVe siècle (Belles Lettres, à paraître en 2021).

Jeudis d’ITEM – Jean-Luc Poueyto

Roms, Nomades, Tsiganes, un malentendu européen

25 mars 2021

13H30 – 15h00

Résumé :

Après avoir explicité les diverses dénominations, internes et externes, relatives à ces groupes humains que sont les Roms, Tsiganes, Gitans, Manouches, Gens du voyage… Jean-Luc   reviendra sur les questions et enjeux liés à l’historiographie de ces communautés.
Il présentera plus précisément son « terrain » de recherche, à savoir les Manouches de la région paloise, qu’il suit depuis trente ans, considérés ici à travers leur rapport à l’écrit, à l’histoire, à la chefferie, à l’habitat et à la propriété foncière.

Biographie :

Jean-Luc Poueyto, enseignant-chercheur à l’UPPA, est anthropologue des mondes tsiganes mais travaille également sur les musiques populaires et sur les musées-mémoriaux. Il a organisé pour l’ITEM divers colloques et séminaires dont « Nomades, Tsiganes, un malentendu européen »  (Paris et Pau 2012), manifestation qui a donné lieu à une publication aux éditions Karthala (dir. Coquio et Poueyto) et  « Tsiganes, travail, famille, habitat… » (Pau 2016) qui a été suivi de la publication (en codirection avec Olivera M.) de « Terrains tsiganes » dans la revue du CNRS Ethnologie Française (2018). Il est également auteur de Manouches et mondes de l’écrit (Karthala, 2012).

Jeudis d’ITEM – Laurent Dissard

Un passé submergé : mémoires (post-)ottomanes kurdes et arméniennes le long de l’Euphrate

​​​​​Séminaires inter-laboratoires | 2020-2021 Maison méditerranéenne des sciences de l’homme

De quoi les Ottomans sont-ils le nom ? La fabrique des mémoires collectives « ottomanes »

Pour en savoir plus

Visioconférence également retransmise dans le cadre des Jeudis d’ITEM 18 mars 2021

14h00

Lien vers la conférence

Résumé:

Turquie – 1934 : Atatürk annonce la transformation de Sainte-Sophie en musée. Juillet 2020: Erdoğan ordonne sa réouverture en mosquée. A près d’un siècle d’échéance, ces deux postures à l’égard de cet héritage patrimonial rappellent les enjeux identitaires qui animent les politiques mémorielles des États post-ottoman. Si les mémoires nationales ont fait l’objet de nombreuses études, le cas des mémoires d’Empire soulèvent de multiples difficultés d’appréhension : privées d’unité territoriale, linguistique et/ou communautaire, elle se retrouvent morcelées en multiples lieux et acteurs. Le cas de l’Empire ottoman s’avère exemplaire : suite à son démembrement en une multitude d’États – nations, le passé ottoman a longtemps été relégué hors/évacué des histoires nationales et communautaires concernées. Pourtant, depuis près d’une décennie, on assiste à une vive renaissance des usages du passé ottoman dans les sociétés post-ottomanes actuelles – renaissance qui prend des formes et des contours forts variables, dont on peine à comprendre les lignes force. Derrière cette pluralité inévitable, l’héritage ottoman se propose comme repère commun.

Laurent Dissard est chercheur en anthropologie de la Turquie et du Moyen-Orient au sein du groupe Identités, Mémoires, Expressions, Mobilités (ITEM) à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA). Il a obtenu son doctorat à l’Université de Berkeley, en Californie ; une bourse Andrew W. Mellon post-doctorale au Wolf Humanities Center de l’Université de Pennsylvanie ;  un Junior Research Fellowship à l’Institute of Advanced Studies de l’University College London. Il a été affilié à l’Université Koç et à l’Institut Français d’Études Anatoliennes (IFEA) à Istanbul. Il rédige actuellement un premier livre, Submerged: Archaeological Rescue and Historical Erasure in Eastern Turkey (Stanford University Press), sur les enjeux politiques de la patrimonialisation dans l’est de la Turquie.

Jeudis d’ITEM – Olivier Caporossi

04 mars 2021 – 13H30-15h00

Voir la conférence

Comprendre le système judiciaire de l’Espagne d’Ancien Régime : le cas de Madrid au XVIIe siècle

L’ambition de cette présentation est de contribuer à comprendre les enjeux des rapports entre juridiction et société sous l’Ancien Régime. Le cas d’une ville de cour comme Madrid au XVIIe siècle et plus particulièrement pendant le règne de Philippe IV (1621-1665) représente un objet idéal pour observer l’exercice de la justice royale à partir d’un croisement de sources historiques complexes qui relie doctrine juridique et pratiques judiciaires et policières.

Après une rapide description du paysage juridictionnel de la capitale madrilène, on s’attachera à comprendre la mécanique du conflit de juridiction et les réponses institutionnelles apportées par le roi-justicier pour maintenir sa suprématie, sans oublier le rôle de la grâce et de l’arbitraire dans la politique pénale de Philippe IV. Enfin, une place sera faîte dans l’exposé à la complexité des sources judiciaires et extrajudiciaires que l’historien doit utiliser pour réfléchir sur le rôle social du système judiciaire espagnol et ses représentations.

Olivier Caporossi est maître de conférences en histoire moderne à l’UPPA et ancien membre de la Casa de Velázquez à Madrid (EHEHI). Ses travaux sur le fait judiciaire dans l’Espagne et l’Amérique espagnole de l’Ancien Régime (XVIe-XVIIIe siècles) portent sur le conflit de juridiction, la police, la répression des contrebandes, et le faux monnayage. Il a notamment dirigé Douanes et contrebandes dans les Pyrénées occidentales (du XVIe au XXe siècle) en 2010, l’Histoire de la police des étrangers : les expériences atlantiques XIVe-XXe siècles en 2015etLa fabrique du faux monétaire (du Moyen Âge à nos jours) en 2012, puis coordonné en 2011 le 6e dossier thématique de Criminocorpus la revue   hypermedia, le portail sur l’histoire de la justice, des crimes et des peines (http://www.criminocorpus.cnrs.fr), consacré aux Figures de faux monnayeurs du Moyen Âge à nos jours. Plus récemment il a publié Exercer la justice du roi à Madrid. La juridiction royale d’une ville de cour pendant le règne de Philippe IV (1621-1665), Bordeaux, PUB, 2020 (https : //afhj.fr/olivier-caporossi/).[1]


[1] Arnaud Exbalin, « Olivier Caporossi, Exercer la justice du roi à Madrid. La juridiction royale d’une ville de cour pendant le règne de Philippe IV (1621-1665) », Criminocorpus [En ligne], 2020, mis en ligne le 21 septembre 2020, consulté le 03 février 2021. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/7657


Jeudis d’ITEM – Alfonso Pinilla

14 janvier 2021 – 13H30 – 15H00

La Transición española: un jardín de senderos que se bifurcan  (conférence en espagnol)

Voir la conférence

Résumé :

En el curso analizaremos la transición española a la democracia desde una perspectiva teórica novedosa, atendiendo a las siguientes cuestiones: las causas que generan el cambio político, los actores que en él intervinieron, sus respectivas interacciones -dictadas por la correlación de fuerzas presentada- y, por último, la naturaleza de la mutación política que resultó: un cambio gradual, pero real, de la dictadura franquista en democracia, homologable al occidente europeo. Veremos las principales encrucijadas del proceso, la violencia ejercida, las negociaciones desarrolladas y las propias contradicciones de una época que aún es objeto de debate en la actualidad política española.

 

Jeudis d’ITEM – Viviane Delpech

Le 10 décembre 2020

Alerte sur le patrimoine thermal. Bilan patrimonial du projet FEDER TCV-PYR

Résumé

Dans le cadre du programme européen FEDER TCV-PYR (Thermalisme Culture Villégiature Pyrénées), le patrimoine thermal des Pyrénées a fait l’objet d’une étude matérielle précise durant trois ans. Si elles ont connu leur heure de gloire au XIXe siècle, les grandes stations du Béarn et de Bigorre (Eaux-Bonnes, Eaux-Chaudes, Bagnères-de-Bigorre, Cauterets, Luz-Saint-Sauveur, entre autres) ont aussi subi les crises économiques, sociales voire géopolitiques touchant le secteur du thermalisme à partir de la IIIe République. Cette communication, proposant une synthèse de l’évolution sociale et architecturale de ces villes d’eaux, fera émerger la richesse autant que la vulnérabilité et la situation alarmante de leur patrimoine bâti. Des actions concrètes de sauvegarde sont désormais urgentes en vue de la transmission de tout un pan de l’histoire participant de façon essentielle à la construction identitaire et mémorielle de ces territoires de montagne.

Docteur en histoire de l’art, Viviane Delpech spécialiste de l’architecture du XIXe siècle. Après la publication de sa thèse doctorale Abbadia, le monument idéal d’Antoine d’Abbadie (PU Rennes, 2014), elle a dirigé les ouvrages collectifs Viollet-le-Duc, villégiature et architecture domestique (PU Septentrion, 2016) et Les arts et la diaspora basque (XIXe-XXIe siècle) (Kilika, 2018). Chercheur et enseignante à l’Université de Pau, ses travaux actuels portent sur le patrimoine thermal dans les Pyrénées au sein du projet TCV-PYR ainsi que sur Viollet-le-Duc.

Jeudis d’ITEM – Emmanuel Plat

Le 3 décembre 2020

Grèves et organisations ouvrières dans la construction du mouvement social local, Landes et Basses-Pyrénées, 1870-1914

Voir la conférence

Résumé

Aux marges du territoire national, la mise en forme du mouvement social dans le Midi aquitain (Basses-Pyrénées et Landes) présente des caractéristiques singulières. L’étude des grèves, en tant que fait social total, survenues dans ces départements permet de mettre en relief l’architecture des organisations ouvrières locales. Il apparaît ainsi que les conflits du travail s’intègrent parfaitement dans leur époque et se placent dans un système complexe de régulation des rapports sociaux.

Venant d’achever et de soutenir un travail de thèse intitulé ” La naissance du mouvement social dans le Midi aquitain 1870-1914″, Emmanuel Plat souhaite poursuivre des recherches sur l’histoire sociale locale afin de contribuer à l’enrichissement historiographique d’un thème encore peu exploré. Mené en parallèle d’études médicales, l’histoire de la médecine au XIXe siècle représente pour lui un de ses autres pôles d’intérêt.

Jeudis d’ITEM – Jean-Jacques Castéret

Le 26 novembre 2020

De la chanson à l’hymne : la patrimonialisation d’Aqueras montanhas / Se canti

13h30-15h

Résumé

La chanson Aqueras montanhas autrement nommée Se canti est une évidence pour tous, tout autant considérée comme l’hymne du Béarn que de l’ensemble occitan : de Bordeaux aux vallées occitanes d’Italie où elle fut hymne co-officiel des Jeux Olympiques d’hiver de Turin en 2006, en passant par le Val d’Aran en Espagne et la Haute-Loire. Par ailleurs, même si elle ne possède aucun des traits stylistiques d’une œuvre médiévale, une tradition tenace toujours très vivace la désigne comme “la chanson de Gaston Fébus”. Nous tenterons ainsi d’identifier les jalons qui, entre patrimonialisation et emblématisation, font en 250 ans de cette simple chanson de tradition orale un hymne des pays occitans.

Jean-Jacques Castéret est directeur de l’Ethnopôle occitan au Centre international de recherches et documentation occitanes – Institut occitan de cultura, responsable du Séminaire annuel en ethnomusicologie de la France (CIRDOC-InOC/Direction générale des patrimoines du ministère de la Culture). Il est membre associé au Laboratoire ITEM de l’UPPA.