Archives par mot-clé : imaginaire

Appel à communication Voyage

Colloque international

“Voyages réels, voyages imaginaires”

Bucarest, 24-25 octobre 2019

La thématique du voyage parcourt les sciences humaines et sociales, les lettres et les langues depuis très longtemps. Il est intéressant néanmoins de constater que les approches peuvent parfois se révéler complémentaires et/ou contradictoires, en fonction des angles privilégiés par les chercheurs. De sorte que cette thématique, qui est fondamentalement interdisciplinaire et internationale, suppose des réflexions d’ordre épistémologique, conceptuel et thématique.

 La mobilité, l’errance, la rencontre, l’altérité, l’ailleurs, l’exotisme, etc. sont autant de notions qui sont mobilisées dans les différents travaux sans que pour autant elles soient pensées en lien entre chaque discipline. Comment ces dernières articulent-elles ainsi leurs réflexions, notamment au sein des catégories établies du réel et de l’imaginaire ?

Nous proposons au cours de ce colloque international et interdisciplinaire de nous appuyer plus spécifiquement sur les concepts heuristiques que sont le sujet, le lieu et le récit.

 Le sujet est l’individu autonome, réflexif, qui se co-construit avec son environnement, dans un lieu donné et qui est capable de mettre en récit son rapport au monde, à la nature et à la société.

 Le lieu est cette portion d’espace singulière où les hommes (l’anthropos) et les sociétés entretiennent des rapports privilégiés, où leurs identités se manifestent au sein de leur quotidien, de leur ordinaire.

 Le récit est la mise forme, notamment par l’écrit, de ces relations qui peuvent produire des fictions qu’elles soient romanesques, cinématographiques, artistiques et/ou culturelles.

Trois angles seront particulièrement privilégiés durant ce colloque:

Axe 1 / Épistémologie du voyage : comment les sciences humaines et sociales, les lettres et langues, appréhendent-elles la thématique du voyage, quelle qu’en soit sa forme, son contenu, sa temporalité, sa destination ?

 Axe 2 / Réel et imaginaire : comment les recherches sur les voyages articulent-elles les catégories du réel et de l’imaginaire ? Comment les récits mettent-ils en scène les dimensions du réel et de l’imaginaire ?

 Axe 3 / Sujet, récit et lieu : comment les lieux sont-ils mis en récit ? Comment s’organisent les relations entre sujet, récit et lieu dans les fictions romanesques et les récits de voyage ? Comment s’articulent les productions qui convoquent l’oral, l’écrit et l’image ?

Pour autant ces trois angles ne sont pas restrictifs et exclusifs des propositions qui pourront être faites et retenues dans le cadre de ce colloque. Les propositions de communications devront comporter un titre, un résumé d’une dizaine de lignes, 5/6 mots clefs et être adressées à :

Simona Corlan Ioan (Faculté d’Histoire, Université de Bucarest)

 simonacorlan1 @ yahoo.com et simona.corlanioan @ istorie.unibuc.ro

Ecaterina Lung (Faculté d’Histoire, Université de Bucarest)

ecaterina.lung@istorie.unibuc.ro

avant le lundi 16 septembre 2019.

Comité Scientifique :

Abel Kouvouama – ITEM –UPPA (France)

Ecaterina Lung (Faculté d’Histoire, Université de Bucarest)

Lionel Dupuy- chercheur au

Laboratoire PASSAGES – UMR 5319 CNRS, Pau, France

Simona Corlan – Ioan (Faculté d’Histoire, Université de Bucarest)

CPIM 2019

LES CULTURES POLITIQUES DANS LA PÉNINSULE IBÉRIQUE ET AU MAGHREB  (VIIIe-XVe siècle)

SESSION 2019 : Expériences impériales

Bielle (Pyrénées-Atlantiques)

Séminaire international de formation avancée

Inscriptions au séminaire closes au 23 mai 2019

Présentation générale

Ce séminaire vise à proposer un examen croisé des cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb au Moyen Âge (VIIIe-XVe siècle). Dans toute la mesure du possible, et sans jamais rien retirer aux singularités des contextes respectifs, l’étude sera fondée sur une démarche résolument comparatiste et pluridisciplinaire, associant historiens, archéologues, historiens de l’art et littéraires.

A l’encontre des approches essentialistes et différentialistes, fondées sur le mythe de l’existence de deux blocs homogènes et affrontés, il s’agira de mettre en regard différentes expériences politiques, de part et d’autre de la frontière islamo-chrétienne, afin de susciter des rapprochements, de relever des écarts, voire de révéler des situations d’interaction ou d’interdépendance, en matière de fonctionnement étatique et de culture politique, par-delà les antagonismes religieux. Certes la référence religieuse a valeur fondatrice et imprègne institutions et idéologies de combat (jihad, Reconquista, croisade), mais les acteurs de cette histoire, au travers de leurs pratiques de gouvernement et de leurs imaginaires politiques, mobilisent des répertoires bien plus vastes et plus divers qu’il s’agira d’identifier et de mieux appréhender.

C’est à l’exploration de ces cultures politiques, associant à la fois registres textuels et manifestations matérielles du pouvoir, que sont invités les jeunes chercheurs qui participeront au séminaire. Il permettra aux formateurs, doctorants et étudiants de master de se côtoyer plusieurs jours, dans le cadre de formats pédagogiques variés (conférences, présentations, ateliers).

Coordinateurs :

Daniel Baloup (Université Toulouse – Jean Jaurès), Yann Dejugnat (Université Bordeaux Montaigne) et Véronique Lamazou-Duplan (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

Comité d’organisation :

Amaia Arizaleta (Université Toulouse – Jean Jaurès), David Bramoullé (Université Toulouse – Jean Jaurès), Laurent Callegarin (EHEHI, Casa de Velázquez), Laurence Cabrero-Ravel (Université de Pau et des Pays de l’Adour), Anna Caiozzo (Université Bordeaux Montaigne), Isabelle Cartron (Université Bordeaux Montaigne), Martine Charageat (Université Bordeaux Montaigne), Florian Gallon (Université Toulouse – Jean Jaurès), Fabienne Guillén (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

Site Web : http://ausonius.u-bordeaux-montaigne.fr/sessions/session-2019

Renseignements pratiques

La troisième session du séminaire se tiendra à Bielle (Pyrénées-Atlantiques), du 1er au 4 octobre 2019. Elle réunira six formateurs, 12 doctorants ou jeunes docteurs, et des étudiants de Master (ces derniers étant issus des universités organisatrices). 

Le séminaire est gratuit. Les institutions organisatrices assument les frais d’hébergement des participants, à Bielle. Pour les doctorants et les jeunes docteurs dont la candidature aura été retenue, le voyage jusqu’au point de regroupement de Pau reste à leur charge.

Chaque journée de travail sera partagée entre la présentation de leurs travaux par quatre doctorants ou jeunes docteurs, et les interventions de deux formateurs qui prononceront une conférence et animeront un atelier pratique (sur les sources, la bibliographie, les notions, etc.). 

Les langues de travail seront le français, l’espagnol, le portugais et l’anglais.

Inscriptions au séminaire international jusqu’au 23 mai 2019 (minuit, heure de Madrid). Accéder au formulaire.

Publication des résultats : 7 juin

Pour tout renseignement concernant la logistique, veuillez contacter Ghizlane Bencheikh : ghizlane.bencheikh @ u-bordeaux-montaigne.fr +33 (0)5 57 12 45 55

Présentation de la session 2019

Pour l’histoire des empires, la péninsule Ibérique et le Maghreb constituent des laboratoires exceptionnels. En effet, ces deux régions furent les pôles d’impulsion majeurs d’une succession de trajectoires impériales qui se sont déployées dans les directions les plus diverses : des califats et des sultanats d’Occident aux différentes revendications impériales de la royauté castillano-léonaise, en passant par les configurations variées de la Couronne d’Aragon.

Les pionniers de cette histoire (Menéndez Pidal, Laroui) se sont longtemps focalisés sur l’ « idée impériale », dont ils soulignaient l’originalité, l’homogénéité et la continuité. Conçue comme un projet cohérent et unitaire, elle était envisagée comme l’émanation de la conscience que partageaient les peuples de former une unité « hispanique » ou « maghrébine ». Sans totalement disparaître, cette historiographie fut marginalisée par une autre, celle de la formation des Etats-nations, qui opposa les « réalités » de la construction des Etats territoriaux aux « mirages » impériaux.

Aujourd’hui, l’histoire des empires opère un retour en force, fondé sur de nouvelles approches. Tout en menant un travail de déconstruction des grands récits impériaux, les chercheurs conçoivent désormais les empires comme des entités politiques instables, hybrides et éminemment pragmatiques. Ils les abordent comme des expériences politiques, en se focalisant sur ce qui « fait » empire et sur la mise en évidence de cultures impériales, à la fois diverses et connectées, irréductibles à un modèle unique.

C’est à l’exploration de ces expériences impériales, dans leurs dimensions textuelles et matérielles, que sont invités les participants de cette session 2019. La réflexion s’articulera autour de trois grands thèmes :

–          Gouvernements impériaux. Dominant plusieurs entités politiques et des populations diverses, les empires se caractérisaient par une flexibilité, un pragmatisme et une adaptabilité, qui furent une des clés de leur longévité. Au delà du constat de la diversité des répertoires impériaux, on s’efforcera d’identifier des pratiques, des modes et des logiques de gouvernement qui relèveraient de fonctionnement impériaux.

–          Imaginaires politiques. Ces formations impériales engendrèrent-elles une conscience politique commune ? L’analyse des mots, des gestes, des lieux et des objets permettra d’appréhender les éléments susceptibles de structurer un imaginaire impérial commun mais aussi de révéler des identités contradictoires, reflétant les tensions entre les groupes sociaux sur lesquels les empires s’appuyaient et avec lesquels ils devaient composer.

–          Interactions impériales. Ces empires ne se sont pas construits de manière isolée. D’une part, les empires ont cherché à s’insérer dans les traditions impériales antérieures pour se légitimer. D’autre part, ils puisèrent des éléments dans d’autres modèles impériaux contemporains, par-delà les barrières religieuses et idéologiques. On s’intéressera aux processus de remploi, d’imitation et d’émulation, en étant attentif aux modalités d’appropriation, de recombinaison et au rôle des intermédiaires. Enfin, ces empires n’ont pas manqué de susciter, en réaction, des formes de contestation et de dissidence, qu’on analysera au miroir des modèles impériaux auxquels elles prétendaient s’opposer.

Coordinateur scientifique : Yann Dejugnat (Université Bordeaux Montaigne).

Formateurs : Yann Dejugnat (Université Bordeaux Montaigne, coordinateur), Flocel Sabaté (Universitat de Lleida), Tawfiq Ibrahim (Chercheur indépendant), Javier Domingo (Pontificia Università della Santa Croce, Rome), Marta Lacomba (Université Bordeaux Montaigne), Susana Calvo Capilla (Universidad Complutense de Madrid).

Presentacion de la sesión 2019

Littérature et Inférences anthropologiques

Auteur : Abel Kouvouama

Éditeur : Paari editeur

Collection / Série : GERMOD

Résumé :

Les sociétés contemporaines et les individus éprouvent au quotidien le besoin toujours croissant de comprendre la richesse de la diversité culturelle et sociale.  Avec l’intitulé donné à cet ouvrage, Littérature et inférences anthropologiques, ce sont des choses écrites et des choses dites ici et ailleurs touchant à l’anthropologie, à la sociologie, à la philosophie et à la littérature dont il est question. Ces inférences anthropologiques regroupent des textes d’âges différents à valeur épistémologique, interdisciplinaire et ayant non seulement une certaine unité thématique, méthodologique, mais concernent également de terrains proches et lointains, des mondes sociaux, des espaces géographiques du Congo-Brazzaville et de France compris entre 1978 et 2018.

L’imaginaire et le pouvoir sont explorés ici à travers la question de l’Etat et de l’identité culturelle ethnique. Et dans le rapport de l’anthropologie à la littérature dans l’espace d’Afrique centrale notamment, il s’agit de souligner l’importance des mots dans les textes écrits comme dans l’oralité chez les écrivains congolais. Ainsi, l’étude interdisciplinaire de la formation des subjectivités dans les sociétés d’Afrique centrale permet-elle d’appréhender aussi la question du rapport individu/communauté dans le champ littéraire ? De réfléchir sur les nouveaux contextes sociaux, économiques et politiques où se construisent les nouvelles formes de subjectivité littéraire à partir des vecteurs de la mondialisation.

La pratique anthropologique se situe aux interstices de l’altérité et de l’identité ; elle invite à une pédagogie de la différence construite dans l’unité de l’humain. Espace de réflexion sur l’Autre et sur soi, espace d’engagement et espace d’expérimentation du social, l’anthropologie dans son renouvellement tant du point de vue des méthodes que des thématiques se doit d’associer de plus en plus le regard éloigné et le regard proche dans la transversalité des situations, des imaginaires sociaux et des systèmes symboliques. Et les questions abordées ici, quel que soit le champ des sciences sociales et humaines dans lequel elles peuvent être rangées, s’inscrivent dans un même continuum de pensée réflexive et critique.

Date de parution
14/03/2019

160 pages ; 22 x 15 cm ; broché

ISBN 978-2-84220-100-5

Une histoire du messianisme

Une histoire du messianisme. Un monde “renversé”

Cet ouvrage est un essai sur le phénomène messianique dans les sociétés africaines contemporaines, et plus particulièrement dans la société congolaise. En appréhendant l’imaginaire religieux et politique comme des champs privilégiés d’observation, l’auteur met en évidence le double mouvement de révolte et d’attente qui a caractérisé la plupart des messianismes (mouvements religieux et politiques) en Afrique centrale.

En effet, les aspirations nationalistes qui accompagnaient ces mouvements politico-religieux s’inscrivaient plus généralement dans la dynamique des luttes et revendications des peuples opprimés. Néanmoins, rapidement l’ambivalence entre le désir de changement social d’une part et celui de retour vers le passé et les origines d’autre part, a amené à circonscrire les conditions universelles et spécifiques d’apparition des messianismes.

L’analyse de l’auteur navigue à travers des espaces de réflexion dans le champ complexe du messianisme, de l’imaginaire religieux et de l’imaginaire politique. Pour le messianisme matsouaniste en particulier, cette évasion vers l’imaginaire religieux et politique donne toute son importance aux systèmes clos de représentation, où le recours à l’image du « monde renversé » dévoile l’étroite relation qui existe entre l’idéologie mythique et l’idéologie utopique en tant que réservoirs d’actions. Telles sont les principales raisons de la permanence du Matsouanisme dans le Congo actuel, dont les figures inépuisables en tant que mouvement social, religieux et politique l’inscrivent dans la modernité sociale et politique congolaise.

Abel Kouvouama est Professeur à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et directeur de l’Unité de Formation et de Recherche des Lettres, langues, sciences humaines et sport. Il est l’auteur et le directeur scientifique de nombreux ouvrages, dont récemment aux Éditions Karthala, Les territoires du sacré. Images, discours, pratiques (2016).

Editeur : Karthala

Collection : Hommes et Sociétés

ISBN : 9782811119805

124 pages

La patrimonialisation des récits mythiques de tradition orale

Table ronde, Université de Corse Pasquale Paoli

Programme :

9h : Accueil des participants

9h30 : D.M. Santini, PR UCPP – Présentation de l’objectif de la Table ronde, du déroulement de la journée et des participants (tour de table / présentation des participants)
• Nous échangerons sur :
o l’objet (les récits mythiques de tradition orale) – inventaire – catégorisation
o les modalités de leur transmission (in vivo, à distance)
o Capter l’émotion et l’imaginaire mobilisés lors de leur énonciation
o Le storytelling transmédia comme outil de patrimonialisation
• 10h : P. Heiniger-Casteret, MCF Université de Pau : Approche des récits mythiques occitans
• 10h30 : Discussion
• 11h : D.M. Santini : Approche des récits mythiques corses
• 11h30 : Discussion
• 12h : Discussion avec la salle
(Pause déjeuner)
• 14h : A. Nicoli, DR UCPP / S. Battistelli, Doctorante UCPP : La captation dynamique des récits mythiques
• 14h30 : Discussion
• 15h : M. Bourdaa, MCF Université de Bordeaux : Le storytelling transmédia autour du patrimoine historique d’Aquitaine
• 15h30 : Discussion
• 16h : Synthèse : Penser l’univers du récit mythique dans une approche transdisciplinaire, de sa conception aux conditions de sa transmission, in vivo et à distance dans un but de patrimonialisation
• 16h30 : Discussion avec la salle

 

Télécharger l’affiche (242.2 KB)

 

 

Multiculturalité et plurilinguisme

Les manifestations scientifiques “Multiculturalité et plurilinguisme” (2017) prennent place dans les recherches de l’axe 2 « Les frontières en question(s) » de la Fédération Espaces, Frontières, Métissages, et elles s’inscrivent plus spécifiquement dans le programme « La déterritorialisation : vers une politique des frontières ».

Journée d’étude “Multiculturalité et plurilinguisme”
9 novembre 2017
Université de Pau et des Pays de l’Adour
Salle du Conseil de l’UFR LLSHS

Programme

9h30 : Accueil
9h50 : Ouverture de la journée d’études (Nadia Mekouar, Directrice de la Fédération EFM)

Présidente de séance :
Tanella Boni (Université Félix-Houphouët-Boigny, Abidjan, Côte d’Ivoire)
10h10 Hédia Abdelkéfi (Université Tunis El Manar, I2L, Tunisie), « La perception de la différence dans l’espace multiculturel »
10h40 Abel Kouvouama (Université de Pau et des Pays de l’Adour, ITEM, France), « Les techniques du récit romanesque dans Le commencement des douleurs de Sony Labou Tansi »
11h10 Hayet Ben Charrada (Université Tunis El Manar, I2L, Tunisie), « Affleurements biculturels dans le roman francophone tunisien de notre époque »

Présidente de séance :
Isabelle Chol (Université de Pau et des Pays de l’Adour, CRPHLL, France)
14h15 Jean Khalfa (Trinity College, Université de Cambridge, Royaume-Uni), « Comment cartographier un art sans territoire: les avant-gardes roumaines »
14h45 Galia Yanoshevsky (Bar-Ilan University, ADARR, Israël), « Les imaginaires du pays dans les guides touristiques »

 

Présidente de séance :
Hédia Abdelkéfi (Université de Tunis El Manar, I2L, Tunisie)
15h45 Françoise Hapel (Université de Pau et des Pays de l’Adour, CRPHLL, France), « La prise en compte du plurilinguisme dans l’enseignement du FLE à l’université : de la théorie à la pratique »
16h15 Michèle Haensel (Université de Pau et des Pays de l’Adour, EXPERICE, France), « Le langage sifflé, une ritournelle reterritorialisante »
Contacts :
Abel Kouvouama (ITEM) : abel.kouvouama@univ-pau.fr
Isabelle Chol (CRPHLL) : isabelle.chol@univ-pau.fr
CRPHLL – EA3003 Centre de Recherche en Poétique,
Histoire Littéraire et Linguistique

Dialogues France-Brésil

Représentations de l’ailleurs. Espaces, imaginaires, circulations

Du 15 novembre 2017 au 17 novembre 2017

Colloque organisé par l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (Fédération de Recherche « Espaces, Frontières, Métissages », laboratoires Arc Atlantique, CRPHLL, ITEM & UMR PASSAGES), en partenariat avec l’Université Fédérale Fluminense (Niterói, Brésil), et le Groupe de recherche H-57 T3 AXEL « Textes, Territoires, Technologies. Analyses Croisées Entre Langages » (UNIZAR, Espagne).

Argumentaire :

Centré autour des représentations de l’ici et de l’ailleurs, ce colloque interdisciplinaire, transculturel et international souhaite interroger la question des territoires, des sociétés, des imaginaires et des circulations entre la France et le Brésil, de l’Indépendance à nos jours.

Thématiques privilégiées :
– Territoires : espaces, limites, frontières, imaginaires géographiques.
Pourquoi et comment l’histoire et la géographie respectives du Brésil et de la France interrogent-elles la question des imaginaires géographiques, et notamment celle des frontières ? Comment ces imaginaires géographiques dialoguent-ils entre eux ?

– Circulations : récits de voyageurs, explorations, migrations, diasporas, diffusion des textes et des idées, traduction, communication.
Comment la littérature inscrit-elle et traduit-elle l’ici et l’ailleurs dans ce dialogue France-Brésil ? Quelles interactions, quels croisements, quelles oppositions peut-on observer et analyser dans les représentations romanesques et poétiques de ces notions ? Comment les idées et les textes circulent-ils dans ces paysages géographique, textuel et linguistique ? Quels moyens et supports emploient-ils ? – Quelles traductions en découlent, peuvent les porter ?

– Sociétés : histoires, métissages, identités, mémoires, représentations.
Ici seront favorisées les approches interdisciplinaires autour des identités et mémoires (locales, régionales, nationales et transnationales). Quelles identités se sont construites, au fil du temps, dans les territoires de ces pays ? Quelles mémoires portent ces identités ?

Télécharger le programme (851.9 KB)

 

Espaces urbains, espaces de vie sociale et de création

Colloque “Espaces urbains, espaces de vie sociale et de création”
Du 26 au 28 juin 2017

Le colloque Espaces urbains, espaces de vie sociale et de création se propose d’étudier la question de la fragmentation du tissu urbain et de cohésion sociale.

Pour des raisons d’ordre économique/sociologique afférentes aux phénomènes de migration et eu égard à la finalisation de certaines politiques urbaines, s’est produite à la fin du XX° siècle une fragmentation du tissu urbain générant l’apparition/l’émergence de ghettos. S’impose, par voie de conséquence, la recherche de pratiques urbaines et environnementales appropriées afin d’instaurer une meilleure cohésion sociale.

Nous considérons l’espace urbain comme la résultante issue d’une double perspective associant consubstantiellement construction et symbole. Semblable dualité reflète les caractéristiques de notre époque actuelle. Son organisation physique est le résultat d’un constant processus de construction et de destruction à travers lequel la ville acquiert l’originalité de son aspect urbain. La ville se présente comme le résultat de la planification et de l’intervention urbanistiques; elle est le produit d’une conceptualisation, d’une certaine forme de pensée et d’élaboration, de projection et d’action, dont la variable est ajustée à son histoire.
L’ espace urbain est constitué de ses rues, de ses espaces inoccupés, de ses constructions, de ses aménagements et de ses ambiances où se manifestent les marques du temps ainsi que celles d’un intense travail de transformation. Cet espace s’offre au citadin comme une série d’interventions dans les strates desquelles l’on peut lire l’histoire urbaine. Mais en même temps, la ville est le résultat d’une élaboration symbolique, conventionnelle, arbitraire et intersubjective, à travers laquelle les sujets construisent le sens de l’espace urbain tout en donnant du sens à leur propre status de citadins. Le sujet urbain s’approprie de manière significative l’expérience de la ville et la partage dans ces lieux construits. Planifier, édifier, organiser, urbaniser la ville consiste alors à lui attribuer un sens urbain et à tout mettre en œuvre pour que ce sens circule moyennant des pratiques culturelles diverses.
Depuis la crise structurelle des années 70, le dispositif urbain se projette à travers l’idée d’espaces d’opportunité qui affichent pour objectif de régénérer et de resignifier la ville. Cependant, l’on observe deux degrés d’action : l’un à l’échelle globale, l’autre à l’échelle locale. A partir des années 90, l’on perçoit un abandon de l’observation globale de la ville au bénéfice de l’identification d’espaces d’opportunité. Au niveau local, l’on privilégie une logique de valorisation et de rendement du sol, tandis qu’au niveau global l’on essaie de resituer la ville ou de rechercher un lieu pour celle-ci au sein de la dimension internationale (internationalisation) moyennant la promotion de certains espaces urbains.

Le récit de la ville en reconstruction avait généré un imaginaire de significations partagées. Toutefois, ce discours a peu à peu écarté et a occulté la perception des espaces urbains fragmentés. En fait, il a opéré tel un simulacre. Il a eu comme conséquence immédiate de produire un effet mosaïque dans la ville d’où découlent isolement et frustration chez les individus en raison des rêves promis et jamais réalisés, configurant un imaginaire qui dans le fond n’est qu’un regard kaléidoscopique de la mosaïque précédemment évoquée.

Tout au long de ce processus la ville a perdu de sa cohésion et ses habitants ont perdu leur valeur citadine entendue comme cette capacité à gérer leur rencontre avec l’Autreté. Cette perte se manifeste de façon insidieuse dans les différentes spéculations, constructions, proclamations, créations, de l’imaginaire qui donnent forme à l’espace urbain actuel. Ainsi la décadence s’installe-t-elle dans notre quotidien, nostalgique des typologies des siècles passés (styles néo-traditionnels) et récupérant des modèles thématiques spécifiques conçus comme scénographies (Seaside, Célébration).

 

 

Une table ronde, sur le thème « Espace naturel et frontalier, patrimoine et identité », clôturera le colloque le mercredi 28 juin à Bayonne, Conseil Départemental 64 – Grande caserne – Salle Bakia
4 allée des Platanes.

Lola Thion, modératrice
Christian Manso, Bénédicte de Buron-Brun et Béatrice Bottin, traducteurs

9h30 Accueil – Présentation par le CAUE 64
Introduction par un représentant du Département des Pyrénées-Atlantiques
Philippe Arretz – Conseil de Développement du Pays Basque Patrimoine naturel, un défi pour la société basque
Fernando Bajo – architecte, professeur École d’Architecture de l’UPV
Infrastructuras verdes : unites, corredores y conexions naturales
Xabina Iturburua – EHMEB, Commissions Syndicales du Pays Basque
Une réflexion autour d’un Parc National Régional de la Montagne Basque
Frederico Fillat – IPE-CSIC, Jaca
Los pastos de altitud y los prados, dos recursos tradicionales de montaña sobre los que desarrollar futuras relaciones franco-españolas
Régine Chauvet – Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement 64
Le col du Soulor, valorisation d’une station hivernale par le paysage
Alfredo Asiáin Ansorena – enseignant chercheur Universidad Publica de Navarra
Patrimonio Cultural Inmaterial y la cultura tradicional
Vincent Candau – architecte – agence V2S à Bayonne
Le Centre d’Interprétation du Patrimoine de Banca, l’architecture contemporaine dans un village de montagne basque
Jesús Cañada Merino – architecte, Président del COAVN Biskaia
Marta González Cavia – architecte COAVN
Bilbao paisajes emergentes
Ángel Garí – Directeur de la section de Sciences Sociales de l’Instituto de Estudios Alto-aragoneses
Mapa interactivo de las piedras sagradas en la provincia de Huesca. Propuesta del coloquio internacional Sacra Saxa

En présence de Akaitze Kamiruaga Garitaonandia, Labayru Fundazioa et La Communauté d’agglomération Pau Béarn Pyrénées (sous réserve).

Voir l’argumentaire

 

 

 

Littérature et sociétés coloniales

Littérature et sociétés coloniales

(1850-1960)

Sous la direction de Laurent Jalabert
Editeur : Les Indes Savantes
 

L’ ouvrage est la restitution d’une journée d’études proposée par les centres de recherche en histoire (ITEM) et en lettres (CRPHL) de l’Université de Pau et des pays de l’Adour. Il explore le regard des écrivains qui ont utilisé le monde colonial comme sujet d’écriture. L’objectif de cette journée a été de croiser les regards, les expériences en étudiant et comparant les grandes régions colonisées (Indochine, Algérie, Afrique portugaise, Afrique francophone, Caraïbe, Guyane) afin de faire émerger les représentations, ou imaginaires autour de ces mondes par des approches pluridisciplinaires : littéraires, historiens, géographes… ont ici croisé leurs analyses.
La littérature est en effet rarement neutre sur les colonies, engagée dans un sens colonialiste ou d’autres fois anticolonialiste ; et elle est parfois ambiguë. Les auteurs étudiés sont issus de divers mondes : un gouverneur, des écrivains issus des colonies, des regards venus de la littérature coloniale, des essayistes anticoloniaux.

Nombre de pages : 106 – Format : 158 x 240 mm – Dos carré collé | Date de publication : 2017 | ISBN : 978-2-84654-469-6 |

Prix : 19,00 €

http://www.lesindessavantes.com/ouvrages/24668

Dialogues France-Brésil : représentations de l’ailleurs. Espaces, imaginaires, circulations

Colloque organisé par l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (Fédération de Recherche « Espaces, Frontières, Métissages », laboratoires Arc Atlantique, CRPHLL, ITEM & UMR PASSAGES), en partenariat avec l’Université Fédérale Fluminense (Niterói, Brésil), et le Groupe de recherche H-57 T3 AXEL « Textes, Territoires, Technologies. Analyses Croisées Entre Langages » (UNIZAR, Espagne).

Argumentaire :

Centré autour des représentations de l’ici et de l’ailleurs, ce colloque interdisciplinaire, transculturel et international souhaite interroger la question des territoires, des sociétés, des imaginaires et des circulations entre la France et le Brésil, de l’Indépendance à nos jours.

Thématiques privilégiées :

Territoires : espaces, limites, frontières, imaginaires géographiques.
Pourquoi et comment l’histoire et la géographie respectives du Brésil et de la France interrogent-elles la question des imaginaires géographiques, et notamment celle des frontières ? Comment ces imaginaires géographiques dialoguent-ils entre eux ?

Circulations : récits de voyageurs, explorations, migrations, diasporas, diffusion des textes et des idées, traduction, communication.
Comment la littérature inscrit-elle et traduit-elle l’ici et l’ailleurs dans ce dialogue France-Brésil ? Quelles interactions, quels croisements, quelles oppositions peut-on observer et analyser dans les représentations romanesques et poétiques de ces notions ? Comment les idées et les textes circulent-ils dans ces paysages géographique, textuel et linguistique ? Quels moyens et supports emploient-ils ? – Quelles traductions en découlent, peuvent les porter ?

Sociétés : histoires, métissages, identités, mémoires, représentations.
Ici seront favorisées les approches interdisciplinaires autour des identités et mémoires (locales, régionales, nationales et transnationales). Quelles identités se sont construites, au fil du temps, dans les territoires de ces pays ? Quelles mémoires portent ces identités ?

Calendrier et modalités de soumission :

Les propositions – titre et résumé (entre 2000 et 3000 signes) – accompagnées d’une brève présentation de l’auteur, sont à envoyer au plus tard le 1er juin 2017 aux adresses électroniques : eden.martin@univ-pau.fr et lionel.dupuy@univ-pau.fr

Télécharger l’appel à communication

 

Séminaire international “Espaces urbains XXI” 10-11 mars

“Espaces urbains, espaces de vie et de création”
10 et 11 mars 2016
 affiche A3-web

JEUDI 10 MARS

Université de Pau et des Pays de l’Adour
Salle du Conseil – UFR Lettres – Pau

Séance 1
9h00 – 11h00
VILLES, RÉALITÉS ET IMAGINAIRES
• Christian Manso – Université de Pau et des Pays de l’Adour
Cocaine Nights de J. G. Ballard
• Bénédicte de Buron-Brun – Université de Pau et des Pays de l’Adour
Madrid en imágenes por Francisco Umbral
• Claire Lafaille – Université de Pau et des Pays de l’Adour
Les espaces urbains dans La fuente de la vida de Lourdes Ortiz : entre mémoire et transition
• Lisa Barrère – Université de Pau et des Pays de l’Adour
La ville de Zafra selon Dulce Chacón

Séance 2
11h30 – 13h00
EXPÉRIENCES URBAINES
• Dominique Castells – Université de Pau et des Pays de l’Adour
La ville : espace perçu et vécu par les citadins
• Dolores Thion Soriano-Mollá – Université de Pau et des Pays de l’Adour
Metamorfosis efímeras de la ciudad
• Eneko Lorente – Universidad del País Vasco
El cine piensa la ciudad. Imaginarios y representaciones de la ciudad en transformación

Séance 3
14h30 – 16h00
VILLE ET CRÉATION
• Rosa de Diego – Universidad del País Vasco
La literatura en la ciudad
• Béatrice Bottin – Université de Pau et des Pays de l’Adour
Banksy, un escenógrafo del espacio urbano
• Hélène Larralde – Urbaniste et créatrice
Urumetopia

Séance 4
16h30 – 18h30
POLITIQUES DE LA VILLE
• Manolo Ménendez Alzamora – Universidad de Alicante
La ciudad, espacio de la modernidad política
• Nathalie Lemarchand – Université de Paris 8
Politique publique et espaces commerçants : des lieux au service de la ville ?
• Fernando Bajo – Universidad del País Vasco
Políticas urbanas hoy
• Agence d’Urbanisme Atlantiques-Pyrénées
Le projet urbain
• Jesús Cañada Merino – Architecte, COAVN Bizkaia
Les villes d’eau, nouveaux projets urbains

VENDREDI 11 MARS

CONSEIL D’ARCHITECTURE D’URBANISME
ET DE L’ENVIRONNEMENT
4 place Reine Marguerite – Pau

Table Ronde
9h00 – 12h00
LA VILLE EN CONSTRUCTION : ARCHITECTURE DURABLE,
CHANGEMENT CLIMATIQUE ET NOUVEAUX DÉFIS
Moderatrices :
Dolores Thion – Université de Pau et des Pays de l’Adour
Rosa de Diego – Universidad del País Vasco
• Régine Chauvet – CAUE 64
• Fernando Bajo – Architecte, Universidad del País Vasco
Arquitectura y sostenibilidad.
• e – Bearchitecture0.com
Elementos para la actualización del espacio público
• Pía Léibae Enciondo – Bilbao Architecture Team, LWS
rehabilitación de la piel de los edificios
• Eneko Lorente – Universidad del País Vasco
Sensibilizar al ciudadano. Sostenibilidad y comunicación
Avec la présence de : Marc Tillous – Architecte, Jesús Cañada Merino – Architecte, président du Colegio Oficial de Arquitectos Vasco-Navarro, Alain Franck – AUDAP, Marc Delanne – Architecte (sous-réserve)

Réunion de travail
14h00 – 17h00
ESPACES URBAINS XXI
Animée par Miguel Angel Ayllón
Université de Pau et des Pays de l’Adour

Contacts : dolores.thionsoriano-molla@univ-pau.fr

Appel à communication : Troisième rencontre des jeunes chercheur.e.s en études africaines, Paris, 14, 15 et 16 janvier 2016

Les 14, 15 et 16 janvier 2016 se tiendra à Paris la troisième rencontre des Jeunes Chercheur.e.s en Etudes Africaines (JCEA).

Appel à communication 3ème rencontre des Jeunes Chercheurs en Etudes Africaines 2016

Ces journées visent à stimuler et renforcer les échanges entre jeunes chercheur.e.s (doctorant.e.s, jeunes docteur.e.s, post-doctorant.e.s), au-delà des écoles et courants intellectuels ou des clivages géographiques et institutionnels. Elles se positionnent également à la charnière de nombreuses disciplines (histoire, géographie, sociologie, économie, démographie, sciences politiques, anthropologie, littérature, sociolinguistique, démographie, musique, histoire des arts, sciences du vivant), afin de susciter des dialogues entre questionnements et pratiques de recherche. Dans la continuité des rencontres précédentes, il s’agira de favoriser le croisement des problématiques abordées par les jeunes chercheur.e.s travaillant sur les Afriques sans exclusive, Caraïbes et Afrique du Nord comprises.

Cet événement scientifique permettra de réfléchir à la place des études académiques sur les mondes africains dans le champ de la recherche, en s’ouvrant à diverses approches et en valorisant leurs apports empiriques et théoriques. Il permettra également d’interroger les conditions de réalisation de la recherche (accès au terrain, place de l’observateur, etc.), ou encore les paradigmes et apports théoriques postcoloniaux dans l’analyse de réalités africaines plurielles. Aussi, parallèlement aux sessions de communications, des tables-rondes privilégiant des réflexions d’ordre méthodologique et épistémologique seront organisées afin d’inviter chercheurs confirmés et jeunes chercheur.e.s à échanger sur leurs pratiques et questionnements scientifiques.

Les réflexions proposées pour cette troisième édition des JCEA permettront d’analyser l’Afrique dans sa pluralité et son hétérogénéité, en tant qu’imaginaire, espace, objet ou concept à géométrie variable, au regard de la diversité des approches linguistiques, géographiques, culturelles, historiques ou disciplinaires dont elle fait l’objet dans la production des savoirs. Cette ligne directrice dessine un vaste panorama et appelle un large état des lieux des travaux de jeunes chercheur.e.s en cours.

Aussi, les propositions de communication (en français ou en anglais) s’inscriront dans l’un des vingt-deux panels proposés. Chaque panel fait l’objet d’une présentation détaillée sur le site des JCEA 2016.

Axe A : Un continent au cœur des mondialisations

Panel 1 : Mobilités et migrations
Panel 2 : Dynamiques circulatoires des arts et des artistes
Panel 3 : Le religieux et ses réseaux
Panel 4: Musique(s) d’Afrique(s) ?
Panel 5 : Les arènes de la santé, du local au transnational
Panel 6 : Géopolitiques globalisées

Axe B : Gouvernance et jeux de pouvoir

Panel 7 : Intervenir en Afrique
Panel 8 : Sociétés et environnement
Panel 9 : Les espaces de citoyenneté critique
Panel 10 : Gestion foncière : modes d’accès et d’appropriation du sol en milieux ruraux et urbains
Panel 11 : Enfermer, contrôler, marginaliser

Axe C : Identités et modes de socialisation

Panel 12 : Corps, genre(s) et sexualité(s)
Panel 13 : Espaces du rire et formes de la dérision politique
Panel 14 : Economie : jeux d’échelles
Panel 15 : Lieux de sociabilité et “jeux de société” dans l’espace urbain
Panel 16 : Identités et constructions diasporiques

Axe D : Entre passés et présents

Panel 17 : États, nations et frontières
Panel 18 : Imaginaires, pratiques et connexions linguistiques
Panel 19 : Fabriques mémorielles
Panel 20 : Diversifier et articuler les sources
Panel 21 : Patrimoine, patrimonialisation, tourisme
Panel 22 : Mutations des discours panafricains

Modalités de soumission

Les postulants sont invités à prendre connaissance des présentations et thématiques des panels, afin de pouvoir soumettre une proposition.

Les propositions de communication (en français ou en anglais) d’un maximum de 500 mots doivent être déposées sur la plateforme suivante :http://jcea2016.sciencesconf.org/
avant le 15 juillet 2015.

L’acceptation sera notifiée le 15 septembre 2015 au plus tard.

Les textes définitifs des communications devront parvenir au comité d’organisation le 15 décembre 2015.

Appel à documentaires

Nous lançons également un appel à documentaires. Les thématiques sont ouvertes, mais sont attendus des documentaires (ou extraits) d’un maximum de 26 mn, permettant d’interroger la pratique scientifique de jeunes chercheurs. La projection sera suivie d’un débat autour des films et de leurs liens avec les travaux d’étude des réalisateurs. Les propositions de films ou d’extraits peuvent être soumises selon le support choisi par les réalisateurs (numérique, CD, etc.) et accompagnées d’une description du projet d’environ 500 mots.

Les propositions de films ou d’extraits peuvent être soumises selon le support choisi par les réalisateurs/trices (numérique, CD, etc.)
accompagnées d’une description du projet d’environ 500 mots envoyée à l’adresse suivante : jcea2016@gmail.com
avant le 15 juillet 2015.