Archives par mot-clé : identité

Appel à communications – Congrés AITS21

IV Congrès International de l’Asociación Internacional de Teatro Siglo 21
« Histoire, Patrimoine et Identité(s) dans le Théâtre du XXIème siècle« 


En hommage au Professeur José Romera Castillo , Président d’honneur de l’AITS21.

En l’honneur du 30ème anniversaire du SELITEN@T


Université de Pau et des Pays de l’Adour
12, 13, 14 octobre 2022

Les créateurs de théâtre puisent leur inspiration aussi bien dans l’actualité que dans les archives. Ils font renaître sur scène l’Histoire des sociétés et des civilisations tout en participant à sa construction et à sa rédaction. Ils se nourrissent de l’Histoire, ils la mettent en scène et contribuent au devoir de mémoire. Comme le souligne le Professeur José Romera Castillo, Directeur du SELITEN@T, «el teatro en su doble vertiente (textual y representada), además de constituir un patrimonio cultural inmaterial dentro de unas coordenadas sociales, es como un río en el que confluyen afluentes del pasado y del presente, con el fin de reforzar la identidad de uno mismo, así como la de los otros». Le texte et la mise en scène se nourrissent des évènements qui surviennent au cours de la représentation mais également au dehors car le Théâtre implique le public dans une expérience à la fois esthétique, éthique et politique. Il accomplit un acte mémoriel dont le spectateur est le témoin, parfois l’acteur. Il le pousse à renoncer à l’oubli, le plonge dans les souvenirs du passé et lui permet d’analyser le présent sous un nouvel angle, à partir de perspectives inattendues. Les montages répondent à un désir de découvrir de nouvelles formes d’expression et de se projeter vers l’avenir qui deviendra Histoire. Il s’agira, ici, d’appréhender cette portée historiographique des spectacles ainsi que son évolution.

Le Théâtre explore le patrimoine tout en faisant lui-même partie d’un héritage commun, transmis par les artistes et les architectes qui l’ont bâti. La diffusion des pièces, la réception du public, les réactions de la critique sont tout autant de témoignages qui permettent de reconstituer une époque, un évènement, une crise. Les archives des Théâtres, des créateurs, des chercheurs témoignent des bouleversements économiques, sociaux du XXIème siècle, qui ont parfois affecté les pratiques théâtrales. Certaines d’entre elles ont été sauvegardées et elles ont bénéficié d’un nouvel élan grâce à leur inscription au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO. Elles perdurent de nos jours et elles ont été reconnues par cette organisation comme représentatives de la tradition et de l’identité culturelle et linguistique d’une région. Citons parmi elles, le flamenco, Le Patum de Berga, Le mystère d’Elche, La fête de « La Mare de Déu de la Salut » d’Algemesí, La tradition du théâtre dansé Rabinal Achí au Guatemela, Le chamamé en Argentine, etc. Quels autres processus interviennent dans la patrimonialisation théâtrale du XXIème siècle ?

Les créateurs contemporains optent pour l’hybridité, ils sont en quête de nouveaux espaces de représentation et d’un rapport avec le public toujours plus étroit. Ils investissent des scènes inattendues, mélangent les arts, font appel, entre autres, aux nouvelles technologies, à la vidéo, aux arts plastiques, au cirque, au mime, à l’improvisation, pour mieux faire émerger une oeuvre théâtrale métissée, éloignée des codes de la représentation d’une pièce de théâtre nclassique. Les spectacles peuvent alors être appréhendés au prisme de l’intermédialité afin de mieux saisir les rapports et les pratiques que le Théâtre entretient avec les autres médias qui, de leur côté, jouent les vecteurs de transmissions du patrimoine théâtral. Les scènes conventionnelles ou non, les espaces publics, historiques, deviennent des lieux où les arts scéniques et visuels développent une réflexion. Ils font appel à la mémoire historique et collective, manifestent une contestation afin de monter, en collaboration directe ou indirecte avec les spectateurs, des pièces qui contribuent à l’affirmation et à la construction d’une identité humaine, artistique et théâtrale.

Les créations correspondent à un besoin de communication avec l’Autre et à une prise de conscience à la fois individuelle et collective. Le Théâtre étudie le rapport à l’Autre, il dénonce les discriminations et il se veut être un lieu d’union et de communion. Les créateurs contemporains explorent non seulement la notion d’identité mais ils l’interrogent, ils la bousculent et ils dérangent l’être social que nous sommes. Se pose ici la question du féminisme et des études de genre. Comment les stéréotypes de genre sont-ils abordés dans les spectacles et comment ont-ils évolués. En outre, il s’agira par ce biais, de mettre en lumière le travail dramaturgique et scénique des créatrices, leur apport et leur contribution dans le domaine des arts scéniques et visuels.

Ce IV Congrès International de l’AITS21 réunira des chercheurs spécialistes du théâtre du XXIème siècle, des professionnels des Arts Scéniques, des dramaturges, des metteurs en scène, des comédiens, des directeurs de Théâtre. Il s’inscrit dans une continuité scientifique, dans un travail de recherche sur les arts scéniques et visuels au XXIème siècle mené depuis la création de l’AITS21 et privilégiant l’axe hispanique et ibéro-américain. Le congrès rendra hommage au Professeur José Romera Castillo (Cofondateur, Président et Président d’honneur de l’AITS21) et en reconnaissance de son excellent et fructueux travail dans le cadre des études théâtrales du XXIème siècle, réalisé au sein du Centre de Recherche de Sémiotique Littéraire, Théâtrale et Nouvelles Technologies (SELITEN@T) dont il est le Directeur.

Le congrès s’articulera autour de cinq thématiques (au XXIème siècle uniquement) :
-L’Histoire dans le Théâtre.
-Le Théâtre et la Mémoire.
-Le Théâtre comme Patrimoine.
-Le Patrimoine comme Théâtre.
-Identité, altérité, discrimination, sur scène.


Inscription :
Pour participer au Congrès, il est nécessaire d’être membre de l’AITS21 (la cotisation triennale s’élève à 40 euros ou 20 euros pour les demandeurs d’emploi, bénéficiaires des minimas sociaux et les étudiants).

Pour adhérer, contacter : aiteatros21@gmail.com


Les propositions de communication (titre et résumé de 300 mots maximum) ainsi qu’une brève présentation biobibliographique sont à envoyer avant le 20 septembre 2021 à l’adresse suivante : beatrice.bottin@univ-pau.fr

Les réponses aux propositions seront communiquées le 4 octobre 2021 avec la feuille de style et les normes, ainsi que les frais et les modalités d’inscription.
Les communications se feront dans les langues des aires hispanique et ibéro-américaine.
Les articles retenus par le comité de lecture seront publiés dans un ouvrage monographique. Les autres articles seront publiés en ligne.
Le congrès fera l’objet d’une captation audiovisuelle. La cérémonie d’inauguration sera diffusée en direct.
Si les circonstances sanitaires le permettent, le congrès aura lieu en présentiel, à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour. Des modalités hybrides ou à distance seront adoptées si nécessaire.


Comité d’organisation :
Audrey Berniard, Université de Pau et des Pays de l’Adour.
Vanessa Biraghi, Université de Pau et des Pays de l’Adour.
Beatrice Bottin, Université de Pau et des Pays de l’Adour.
Émilien Caruso, Université de Pau et des Pays de l’Adour.
Stéphane Carrouché, Université de Pau et des Pays de l’Adour.
Nathalie Delorme, Université de Pau et des Pays de l’Adour.
Laurent Jalabert, Université de Pau et des Pays de l’Adour.
Miguel Ángel Jiménez Aguilar, SELITEN@T / UNED.
Aymeric Lesné, Université de Pau et des Pays de l’Adour.
Carmen Márquez Montes, Universidad de Las Palmas de Gran Canaria.
Dolores Thion-Soriano Mollà, Université de Pau et des Pays de l’Adour.


Comité scientifique :
Antonia Amo Sánchez, Université d’Avignon.
Susana Báez Ayala, Universidad Autónoma de Ciudad Juárez (México).
Beatrice Bottin, Université de Pau et des Pays de l’Adour.
Lourdes Bueno, Austin College Texas (USA).
Ana R. Calero, Universitat de València.
Ana Contreras Elvira, RESAD (Madrid).
Gabriela Cordone, Université de Lausanne.
Rosa de Diego, UPV/EHU.
Jorge Dubatti, Universidad de Buenos Aires (Argentine).
Francisco Gutiérrez Carbajo, SELITEN@T / UNED.
Laurent Jalabert, Université de Pau et des Pays de l’Adour.
Miguel Ángel Jiménez Aguilar, SELITEN@T / UNED.
Carmen Márquez Montes, Universidad de Las Palmas de Gran Canaria.
Nadia Mekouar, Université de Pau et des Pays de l’Adour.
Cristina Oñoro Otero, Universidad Complutense de Madrid.
Veronica Orazi, Università di Torino.
Eduardo Perez-Rasilla, Universidad Carlos III de Madrid
Isabelle Reck, Université de Strasbourg
Simone Trecca, Università degli Studi Roma Tre.
Julio Vélez Sainz, Instituto del Teatro de Madrid / UCM.

Les vignerons de Buzet, une aventure collective

Cairn Editions 2021

144 pages

ISBN :  9782350683799

L’histoire des Vignerons de Buzet est celle d’un pari coopératif, lancé en 1946 par une poignée de viticulteurs, qui a permis la renaissance d’un vignoble alliant recherche de la qualité, rentabilité, innovation et respect de l’environnement. Le cheminement a été complexe, fait d’avancées spectaculaires notamment par le biais des reconnaissances VDQS, AOC, ou labels environnementaux aujourd’hui. Chaque virage, chaque progrès a forgé l’identité d’un territoire autour de la viticulture, son travail dans la vigne, sa vinification dans ses chais ou encore son vin apprécié dans la région et à l’extérieur, en France comme à l’étranger. Les vins de Buzet se sont imposés par le biais coopératif dans un marché vitivinicole dur, âpre, concurrentiel et impitoyable, tandis que 95 % des viticulteurs de l’appellation restent fidèles à la coopération, un phénomène exceptionnel en ce début du XXIe siècle. La cave coopérative, désormais propriétaire du château de Buzet, ancre aussi sa jeune histoire cinquantenaire dans une histoire multiséculaire. Des vignerons qui, par ce dernier acte fort, viennent ici affirmer qu’ils sont attachés à leur passé, un socle, une identité dont ils sont les porteurs. C’est cette aventure humaine que raconte ce livre.

Les auteurs :

Pierre Courroux est docteur en histoire médiévale, enseignantchercheur à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (ITEM).

Laurent Jalabert est professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (ITEM), il a dirigé cet ouvrage.

Stéphane Le Bras est maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Clermont-Auvergne (CHEC).

Ce livre est le fruit d’un partenariat mené depuis 2014 entre l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (E2S) et son laboratoire de recherche ITEM via la Chaire partenariale Histoire, cultures et patrimoines et Nous les Vignerons de Buzet.

A l’ombre de la ligne de fuite Une alternative des possibles

Robert ZIAVOULA, Patrice YENGO, Abel KOUVOUAMA

Editions PAARI

2020 – 256 p.

ISBN : 978-2-84220-111-1

Les écrits qui sont rassemblés dans cet ouvrage ont fleuri patiemment pendant trois années consécutives à l’occasion des tables-rondes et séminaires co-organisés au sein de l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO) à Paris, par le Centre d’Études en Sciences Sociales sur les Mondes Africains, Américains et Asiatiques (CESSMA) ; cela en partenariat avec le Laboratoire Identités, Territoires, Expressions Mobilités (ITEM) de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et le Réseau Interdisciplinaire Afrique Monde (RIAM).
Les auteurs, Sonia Dayan-Herzbrun, Michèle Leclerc-Olive, Robert Ziavoula, Idrissa Mane, Lucette Labache, Abel Kouvouama, Régine Tchicaya-Oboa et Patrice Yengo ont entrepris individuellement et collectivement d’interroger ce que recouvrent entre autres les vocables suivants : clos, ouvert, ombre, ligne de fuite.


Certes, il y a plusieurs manières de les appréhender dans le domaine des sciences sociales et humaines. Cependant, en considérant les temporalités variées sous lesquelles on les appréhende, ainsi que les différents contextes socio-historiques et les multiples « foyers d’expériences » des individus, on est conduit à prendre en compte les manières de dire, de faire et de se représenter le monde, la nature, la culture, etc.
Ces mots et ces signes permettent implicitement, en tant que catégories de pensée et de pratique, d’analyser non seulement les concepts de frontière, de limite, de seuil, de transgressivité, mais également, d’identité, de subjectivité, de mémoire et de trace.
Quelles que soient les sociétés proches ou lointaines, le clos, l’ouvert, l’ombre, la ligne de fuite sont l’indice de traces laissées sur un espace donné (mur, tableau, rue, etc.), ou réfractant dans une zone soustraite au rayonnement lumineux. De même, parce qu’elle est marquée à la fois par des ombres, des lignes de fuite, la rue fascine, fait peur et attire tout à la fois. Elle donne à l’individu un sentiment de liberté et de plénitude. Identifier les différents acteurs qui occupent la rue, analyser les différents lieux où se déploient les notions de clos, d’ouvert, d’ombre, de ligne de fuite, telle est la matrice des textes réunis dans cet ouvrage collectif.

Sommaire

Littérature et Inférences anthropologiques

Auteur : Abel Kouvouama

Éditeur : Paari editeur

Collection / Série : GERMOD

Résumé :

Les sociétés contemporaines et les individus éprouvent au quotidien le besoin toujours croissant de comprendre la richesse de la diversité culturelle et sociale.  Avec l’intitulé donné à cet ouvrage, Littérature et inférences anthropologiques, ce sont des choses écrites et des choses dites ici et ailleurs touchant à l’anthropologie, à la sociologie, à la philosophie et à la littérature dont il est question. Ces inférences anthropologiques regroupent des textes d’âges différents à valeur épistémologique, interdisciplinaire et ayant non seulement une certaine unité thématique, méthodologique, mais concernent également de terrains proches et lointains, des mondes sociaux, des espaces géographiques du Congo-Brazzaville et de France compris entre 1978 et 2018.

L’imaginaire et le pouvoir sont explorés ici à travers la question de l’Etat et de l’identité culturelle ethnique. Et dans le rapport de l’anthropologie à la littérature dans l’espace d’Afrique centrale notamment, il s’agit de souligner l’importance des mots dans les textes écrits comme dans l’oralité chez les écrivains congolais. Ainsi, l’étude interdisciplinaire de la formation des subjectivités dans les sociétés d’Afrique centrale permet-elle d’appréhender aussi la question du rapport individu/communauté dans le champ littéraire ? De réfléchir sur les nouveaux contextes sociaux, économiques et politiques où se construisent les nouvelles formes de subjectivité littéraire à partir des vecteurs de la mondialisation.

La pratique anthropologique se situe aux interstices de l’altérité et de l’identité ; elle invite à une pédagogie de la différence construite dans l’unité de l’humain. Espace de réflexion sur l’Autre et sur soi, espace d’engagement et espace d’expérimentation du social, l’anthropologie dans son renouvellement tant du point de vue des méthodes que des thématiques se doit d’associer de plus en plus le regard éloigné et le regard proche dans la transversalité des situations, des imaginaires sociaux et des systèmes symboliques. Et les questions abordées ici, quel que soit le champ des sciences sociales et humaines dans lequel elles peuvent être rangées, s’inscrivent dans un même continuum de pensée réflexive et critique.

Date de parution
14/03/2019

160 pages ; 22 x 15 cm ; broché

ISBN 978-2-84220-100-5

Protestants et protestantisme

Protestants et protestantisme dans le sud aquitain au XIXe siècle. Une minorité plurielle

par Hélène Lanusse-Cazalé

À partir de l’exemple du Sud aquitain, véritable condensé des sensibilités protestantes de l’Europe du XIXe siècle, une analyse multi-scalaire permet d’appréhender les processus de réintégration et d’affirmation du protestantisme qui, au terme d’un siècle de persécutions et de clandestinité, devient une confession reconnue. De la promulgation des Articles organiques du 18 germinal an X à la Séparation des Églises et de l’État, l’étude du pluralisme protestant permet de définir de nouveaux espaces ainsi que de nouvelles et multiples formes de structuration institutionnelle. L’existence de lignes de partage externes, visibles au travers des modalités de coexistence, et internes, par les points de tension inhérents à cette pluralité, révèle, quant à elle, les différents traits d’une identité protestante qui ne se conçoit que dans la diversité. Au-delà de ses divergences, cette minorité active fait preuve d’une vision collective et spatiale : par la création d’un territoire concurrent de l’Église catholique, par sa reconstruction institutionnelle, par ses réseaux, par ses engagements politiques, par la relecture de son histoire, elle se forge une identité originale et prétend jouer un rôle moteur dans la société de son temps.

  • Editeur : PUR (Presses universitaires de Rennes)
  • Édition : 1 (8 novembre 2018)
  • Collection : Histoire
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2753575126


Les arts et la diaspora basque XIXe-XXIe siècle

Parution d’ouvrage :

Les arts et la diaspora basque XIXe-XXIe siècle

Par Viviane Delpech (dir.)
Préface Ismael Manterola

Phénomène essentiel de l’histoire contemporaine du Pays Basque, la diaspora basque fait ici l’objet d’une approche inexplorée à travers le prisme de l’histoire de l’art. Arboglyphes des bergers dans l’Ouest américain, stéréotypes du pastoralisme dans le cinéma hollywoodien et les monuments hommage, architecture vernaculaire exportée, mais aussi oeuvres d’art avant-gardistes et constructions modernistes, les témoignages diversifiés et diachroniques de l’émigration basque dans les arts soulèvent des questions identitaires, historiques et esthétiques.

Rassemblant treize contributions inédites, cet ouvrage vise à éclairer l’histoire des migrations d’un jour nouveau tout en faisant émerger les apparents paradoxes d’une communauté en exil partagée entre traditionalisme et quête de progrès. Au-delà du
régionalisme, cette étude artistique interroge les processus et les conditions de création, le rapport à l’altérité et au sol natal, la construction de l’identité et de la mémoire pour embrasser, en définitive, des questionnements à la portée universelle.

www.editions-kilika.fr

Prix : 25 €
ISBN : 979-10-94405-19-2

320 pages

Langues : La préface, l’introduction et
les résumés sont proposés en français,
basque, espagnol et anglais.
Les textes sont dans leur langue
d’origine.
Photographies : 160

Une présentation de l’ouvrage aura lieu le 10 juillet 2018 à 18h30 au Musée Basque à Bayonne en présence des auteurs.

Penser les identités dans la mondialisation

Séminaire doctoral interdisciplinaire

 9h 00 – 13h 00

Amphithéâtre de la Présidence

 

Ce séminaire doctoral interdisciplinaire est organisé sous l’égide de la Fédération de recherche Espaces, Frontières, Métissages et de l’Ecole doctorale des Sciences Sociales et Humanités, avec le soutien des Laboratoires ITEM et ALTER de l’UPPA.

Les questions introductives à ce séminaire doctoral s’entendent de la manière suivante : comment penser et repenser les identités et les appartenances culturelles dans la mondialisation, lorsque les disciplines des sciences sociales et humaines notamment sont calées sur la dimension nationale et étroitement liées à la construction des Etats-Nations ? Comment penser nos modes d’organisation à l’échelle globale à partir de micro-échelles ? Et quels liens établir entre identité et mondialisation ? De manière générale, l’identité est à la fois pour les individus, une catégorie de pratique et une catégorie distinctive d’analyse, de catégorisations des personnes et de classification des choses auxquelles chaque individu recourt pour catégoriser ; c’est-à-dire opérer des classements sociaux, soit de façon subjective, soit de manière objective selon ses représentations culturelles et sociales du monde. Or, le développement de nouvelles cultures planétaires portées par le cosmopolitisme et les divers métissages contemporains conduit par ailleurs à la production de nouvelles identités transnationales, transfrontalières et déterritorialisées. Cette connexion du local et du mondial[1] a des incidences sur les constructions identitaires dans le contexte de la mondialisation contemporaine.

PROGRAMME

-Pr. Christine LE QUELLEC COTTIER, Université de Lausanne (Suisse)

Identités et appartenances culturelles : repenser les jalons de l’histoire littéraire francophone africaine »

-Pr. Jacques JAUSSAUD, CATT- Université de Pau et des Pays de l’Adour (France)

Firmes multinationales et contraintes locales : quelques questions d’identité

-Pr. Abel KOUVOUAMA, ITEM – Université de Pau et des Pays de l’Adour (France)

Métamorphoses des identités : mondialisation et transnationalisation

 

[1]  Lire notamment Jean Copans, Développement mondial et mutations des sociétés contemporaines », Paris, Armand Colin, collection 128, 2006.

Le citoyen dans tous ses états

Le citoyen dans tous ses états
Appel à communication

Université de Pau et des Pays de l’Adour

Le projet « L’art en partage citoyen » développé à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (laboratoires ITEM et ALTER dans le cadre de la Fédération EFM) prévoit plusieurs conférences, journées d’étude et tables rondes où chercheurs, artistes et représentants d’associations seront appelés à intervenir. Il vise à appréhender l’art dit « citoyen » à travers les aspirations qu’il porte, les partages qu’il génère et les transformations qu’il produit sur chacun des acteurs engagés dans le processus créatif.

S’inscrivant dans ce projet, les journées d’études « Le citoyen dans tous ses états » cherchent, plus largement, à interroger la notion même de citoyenneté et les formes qu’elle revêt sous l’angle juridique, historique, sociologique, géographique, anthropologique ou encore celui de la littérature et des arts. Il se trouve en effet que, depuis les années 1990, le terme « citoyen » est de plus en plus présent dans les discours. Signe probable d’un regain d’intérêt pour la notion, ce phénomène s’accompagne d’une évolution de l’extension du terme. Initialement employé comme substantif, il prend davantage une valeur adjectivale, une transformation qui conduit à s’interroger sur la déperdition éventuelle du sens de la notion, en raison, notamment, de sa nature de « construit social et politique, de fabrique en constante évolution » 1.

Mener des réflexions transdisciplinaires dans ce cadre permettrait d’analyser l’ensemble de ce processus, aussi bien dans ses formes passées que contemporaines. Il s’agirait de s’intéresser aux évolutions de la notion même de citoyen, entendu au sens de membre de la cité, c’est-à-dire tant dans ses dimensions quotidiennes ou privées que dans son acception politico-juridique traditionnelle.

Qu’en est-il de la place occupée par le citoyen dans l’État et de celle que l’État souhaitait ou souhaite lui attribuer ? Par-delà la faculté du citoyen à investir, voire conditionner, l’exercice du pouvoir politique, notamment par le droit de vote, n’a-t-il pas été ou n’est-il pas, dans le même temps, un instrument au service du politique ? Par ailleurs, les mouvements critiques qui ont su se développer depuis le début du XXIe siècle, en dehors des institutions, dans les milieux non seulement politiques mais aussi associatifs, culturels et artistiques, revêtent le plus souvent le qualificatif de citoyen. L’intérêt renouvelé pour les « citoyens ordinaires »2 semble découler de la crise contemporaine de la démocratie représentative. Plus encore, la citoyenneté ordinaire pourrait prévaloir sur la citoyenneté de type kantien et habermassien – transcendante et impersonnelle –, par le sens qu’elle donne à la notion de « vivre ensemble ». En témoignent le mouvement citoyen 15 M des Indignés qui dénonce, en Espagne et en Europe, le renoncement de la classe politique à défendre les idéaux des droits de l’homme ou, en France, le réseau de « l’Archipel citoyen » orienté vers des initiatives locales. Autant de facettes d’une citoyenneté « ordinaire » révélant les capacités des individus à formuler des jugements sur le bien commun, en marge des usages et des lieux « labellisés » par les approches classiques de la citoyenneté. « Citoyens » sont aussi des festivals (« Aux Arts citoyens », Villeneuve-sur-Lot), des séries télévisées ou les projets artistiques (« Les Arpenteurs – art citoyen ») réunissant des populations autour de thématiques emblématiques (la citoyenneté, l’écologie, les changements climatiques…) pour imaginer ensemble, co-créer, co-construire entre personnes de cultures et d’origines multiples, à l’échelle locale de la ville ou à plus grande échelle. Dans quelle mesure cette « citoyenneté ordinaire » constitue-t-elle un concept fécond dans un monde globalisé ? Si la citoyenneté démocratique se matérialise dans les pratiques par lesquelles les individus et les groupes formulent et revendiquent de nouveaux droits, ou luttent pour maintenir ou améliorer des droits existants, quelles modalités d’action celle-ci privilégie-t-elle ? Dans quelle mesure engendre-t-elle la nécessité de quitter les lieux conventionnels, de faire évoluer les espaces géographiques, intersubjectifs, sociaux ? Partant, les institutions et organismes publics se trouvent-ils évincés, si ce n’est exclus, des lieux où s’exerce et se pratique une telle citoyenneté ?

Pourtant, l’Etat conserve toute sa place dans la réflexion. Les difficultés démocratiques que connaissent tous les régimes représentatifs en attestent. Cet aspect de l’analyse fait aussi ressortir certaines mutations. Il suffit pour s’en convaincre de songer à l’institution de la citoyenneté européenne par le Traité sur l’Union européenne (« TUE ») qui semble avoir servi une démarche de démocratisation et d’unification européennes destinée à contrer le déficit politique qui était reproché à l’Union. S’interroger en ce sens permet également de se pencher sur la question de la nationalité dont la citoyenneté présuppose l’acquisition. Puisqu’elle est définie selon la Cour internationale de justice (« CIJ ») comme « un lien juridique ayant à sa base un fait social de rattachement, une solidarité effective d’existence, d’intérêt, de sentiments, jointe à une réciprocité de droits et de devoirs. Elle est […] l’expression du fait que l’individu auquel elle est conférée soit directement par la loi, soit par un acte de l’autorité, est, en fait, plus étroitement rattaché à la population de l’État qui l’a conférée qu’à celle de tout autre État »3, elle soulève du même coup la question de l’identité commune entre ses représentants. Et si, selon un récent rapport de la Commission européenne, 87% des Européens sont conscients de leur statut de citoyen de l’Union européenne4, faut-il pour autant en déduire qu’ils disposent des moyens nécessaires leur permettant de participer efficacement à la vie démocratique de l’Union ? Par ailleurs, analyser la citoyenneté européenne conduit à questionner sa cohabitation avec la citoyenneté nationale qu’elle ne complète plus mais à laquelle elle « s’ajoute[rait] »5. En fonction de la dimension dans laquelle elle s’inscrit, la notion de citoyenneté devient plurale et concerne, du point de vue de l’Union européenne, tant le droit de circulation et de séjour et le droit de vote6 que la soumission d’une initiative citoyenne7 – cet instrument qui, selon la Commission européenne, permettrait aux citoyens « de mieux faire entendre leur voix »8 – ou que le droit à une bonne administration et à l’accès aux documents9. La citoyenneté sur le plan national se décline également à divers égards, comme en témoigne la récente instauration de la réserve civique en France10. L’existence et l’exercice de ces droits permettent-ils effectivement au citoyen de s’exprimer ?

Par conséquent, ces journées d’études permettraient d’explorer les perspectives suivantes:
– Le citoyen dans l’Etat, en tant que titulaire de droits politiques et/ou instrument de démocratisation,
– Le lien entre citoyenneté et acquisition de la nationalité,
– L’articulation des rapports entre citoyenneté européenne et citoyenneté nationale,
– Les rapports entre citoyenneté et identité,
– Les formes et finalités des initiatives citoyennes (au sens juridique et/ou ordinaire),
– Les manifestations associatives et locales de la citoyenneté dans un contexte globalisé,
– La fonction sociologique ou anthropologique d’une citoyenneté dite ordinaire,
– L’évolution du concept de citoyenneté sous l’angle historique, artistique, philosophique, sous celui de l’étude des civilisations, de la littérature française et étrangère,
– Les relations entre arts, littératures et citoyenneté,
– Le sujet citoyen à travers des représentations artistiques, littéraires, culturelles,
– Citoyenneté ordinaire et monde institutionnel : deux univers inconciliables ?

1 M. Carrel et C. Neveu (dirs.), Citoyennetés ordinaires: pour une approche renouvelée des pratiques citoyennes, Paris : Karthala, 2014, p. 6.
2 V. not. M. Carrel et C. Neveu (dirs.), Citoyennetés ordinaires: pour une approche renouvelée des pratiques citoyennes, op. cit.
3 CIJ, 6 avril 1955, Nottebohm, Rec. CIJ, p.4.
4 Commission européenne, Rapport sur la citoyenneté de l’Union 2017 – Renforcer les droits des citoyens dans une Union du changement démocratique, 2017, p.6.
5 Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (« TFUE »), article 20, 1.
6 TFUE, article 20, 2.
7 TUE, article 11 et TFUE, article 24.
8 Commission européenne, Livre vert sur une initiative citoyenne européenne, 11 novembre 2009, COM/2009/0622 final.
9 Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne, Titre V.
10 Loi n°2017-86 du 27 janvier 2017 relative à l’égalité et à la citoyenneté, JORF n°0024, 28 janvier 2017.

Appel à communication :

Les contributeurs sont invités à proposer leur communication (qui, après relecture critique, pourra faire l’objet d’une publication dans une revue universitaire) par l’envoi d’un résumé d’une longueur maximale de 2000 caractères espaces compris, hors bibliographie et comprenant un titre, ainsi qu’une courte biographie au comité d’organisation :
citoyendanstoussesetats@gmail.com.

Les propositions devront être transmises avant le 10 mars 2018.
Les textes finalisés devront, quant à eux, nous parvenir le 30 juin 2018, en vue de leur publication.

Comité d’organisation:
  • Cecilia BEAUDOIN, Doctorante en études latino-américaines, laboratoire ALTER, UPPA.
  • Tiphaine-Annabelle BESNARD, Doctorante en histoire de l’art, laboratoire ITEM, EA 3002, UPPA.
  • Adrienne BONNET, Doctorante en droit privé, laboratoire CDRE, EA 3004, UPPA.
  • Quentin GIRAULT, Docteur en droit public, laboratoire PDP, EA 1926, UPPA.
Comité de lecture :
  • Philippe CHAREYRE, Professeur des universités en histoire moderne, laboratoire ITEM, EA 3002, UPPA.
  • Damien CONNIL, Chargé de recherche au CNRS, UMR 7318 DICE – IE2IA, UPPA.
  • Dimitri LOHRER, Maître de conférences en droit public, laboratoire IE2IA, UMR 7318, UPPA.
  • Julien MATTERN, Maître de conférences en sociologie, laboratoire PASSAGES, UMR 5319, UPPA.
  • Pascale PEYRAGA, Professeur des universités en littérature espagnole contemporaine, laboratoire ALTER, UPPA.
  • Jean-Yves PUYO, Professeur des universités en géographie, chargé de mission Coopération transfrontalière, directeur de l’Ecole doctorale Sciences sociales et Humanités 481, directeur adjoint de l’UFR LLSHS, laboratoire PASSAGES, UMR 5319, UPPA.
Bibliographie :

BALIBAR Étienne, Nous, citoyens d’Europe ? Les frontières, l’État, le peuple, Paris : Éd. La Découverte, 2001, 322 p.
BERGER Mathieu, CEFAÏ Daniel et GAYET-VIAUD Carole (dirs.), Du civil au politique: ethnographies du vivre-ensemble, Bruxelles, Bern, Berlin : Peter Lang, 2011, 603 p. BLONDIAUX Loïc, Le nouvel esprit de la démocratie: actualité de la démocratie participative, Paris : Seuil, 2008, 109 p.
CARREL Marion et FRANCE. PLAN URBANISME CONSTRUCTION ARCHITECTURE, La citoyenneté urbaine du point de vue des gouvernés: synthèse bibliographique, La Défense : Plan urbanisme construction architecture, 2007, 88 p.
CARREL Marion, NEVEU Catherine, ION Jacques et FRANCE. PLAN URBANISME CONSTRUCTION ARCHITECTURE (dirs.), Les intermittences de la démocratie: formes d’action et visibilités citoyennes dans la ville, Paris : l’Harmattan, 2009, 310 p.
CARREL Marion et NEVEU Catherine (dirs.), Citoyennetés ordinaires: pour une approche renouvelée des pratiques citoyennes, Paris : Karthala, 2014, 328 p.
CARTER April, The political theory of global citizenship, London, New York : Routledge, 2001, viii+277.
CEFAÏ Daniel, Pourquoi se mobilise-t-on ? Les théories de l’action collective, Paris : La Découverte : MAUSS, 2007, 727 p.
CEFAÏ Daniel, CARREL Marion, TALPIN Julien, ELIASOPH Nina et LICHTERMAN Paul, « Ethnographies de la participation, Ethnographies of participation », Participations, no 4, 11 décembre 2012, p. 7-48.
CENTRE UNIVERSITAIRE DE RECHERCHES SUR L’ACTION PUBLIQUE ET LE POLITIQUE, épistémologie et sciences sociales, et CENTRE PHILOSOPHIE CONTEMPORAINE, L’ordinaire et le politique, Paris : Presses universitaires de France, 2006, 252 p.
CLARKE John, « Parler de citoyenneté : discours gouvernementaux et vernaculaires », Anthropologie et Société, vol. 33, no 2, 2009, p. 43-62.
CLARKE John, COLL Kathleen, DAGNINO Evelina et NEVEU Catherine, Disputing citizenship, Bristol : Policy Press, 2014, viii+214.
DOUSSET Laurent, LA SELVE Élisabeth, ZASK Joëlle et GUYADER Frédérique, « Comment penser l’éthique dans la pratique en sciences sociales et humaines ? », Journal des anthropologues, no 136-137, 3 avril 2015, p. 253-271.
GAGNE Natacha et NEVEU Catherine, « Présentation : L’anthropologie et la « fabrique » des citoyennetés », Anthropologie et Sociétés, vol. 33, no 2, 2009, p. 7-24.
GARCÉS Marina, Un mundo común, Barcelona : Edicions Bellaterra, 2013 (Serie general universitaria, 131), 154 p.
GRAC (GROUPE RECHERCHE ACTION), ELIÇABE Rémi, GUILBERT Amandine, HAERINGER Anne-Sophie, LEMERY Yannis et OVERNEY Laetitia, Ressaisir la citoyenneté aux bords du politique: Expériences marginales et expériences instituées de participation politique à l’épreuve des projets de rénovation urbaine dans trois pays : Catalogne, France et Québec, [s.l.] : [s.n.], 2009.
ION Jacques, En finir avec l’intérêt général: l’expression démocratique au temps des ego, Vulaines sur Seine, Editions du Croquant, 2017, 88 p.
ION Jacques, S’engager dans une société d’individus, Paris : Armand Colin, 2012, 220 p.
ION Jacques (dir.), L’engagement au pluriel, Saint-Etienne : Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2001, 228 p.
ISIN Engin Fahri (dir.), Democracy, citizenship and the global city, London : Routledge, 2000, x+319.
ISIN Engin Fahri, NYERS Peter et TURNER Bryan Stanley (dirs.), Citizenship between past and future, London, New York : Routledge, 2008, 165 p.
de MONTECLER Marie-Christine, « Vers l’adoption définitive du projet de loi Egalité citoyenneté », Dalloz actualité, 30 novembre 2016.
O’BYRNE Darren J., The dimensions of global citizenship: political identity beyond the nation-state, London, Portland : Frank Cass, 2003, x+282.
PLIAKOS Astéris, Citoyenneté, Répertoire droit européen, mars 2012 (actualisation août 2017).
POGGI Jérôme et HERS François, Faire art comme on fait société: les nouveaux commanditaires, Dijon : les Presses du Réel, 2013, 813 p.
ZASK Joëlle, Art et démocratie: peuples de l’art, Paris : Presses Universitaires de France, 2003, 220 p.
ZASK Joëlle, Participer : essai sur les formes démocratiques de la participation, Latresne : le Bord de l’eau, 2011, 326 p.

Être manouche, une histoire de famille

Séminaire EHESS

Anthropologie historique Identités tsiganes

Sous la responsabilité de Jean-Pierre Cavaillé

Université Toulouse 2 Jean Jaurès, Olympe de Gouges, salle GH 134, 16h – 18h

prochaine séance :

jeudi 18 janvier 2018 : Jean Luc Poueyto : Être manouche, une histoire de famille

lecture conseillée:

« Un patrimoine culturel très discret : le cas des Manouches », Terrain [En ligne], 58 | mars 2012, mis en ligne le 01 janvier 2014.

http://journals.openedition.org/terrain/14707

Le « petit » dans le monde vitivinicole

Colloque international
Le « petit » dans le monde vitivinicole
Université de Pau et des Pays de l’Adour – 27-29 septembre
Amphithéâtre de la Présidence

Ce colloque interdisciplinaire et international a pour objectif d’interroger la notion de « petit » dans le monde vitivinicole. Il s’agira de réfléchir à la définition et aux contours de ce concept, ainsi qu’aux différentes opportunités qu’il ouvre pour appréhender et étudier la filière vitivinicole. Il vient conclure une première étape dans un programme de recherche décennal sur « La vigne et le vin dans le Midi aquitain à la lumière d’autres territoires : histoire, cultures et patrimoines de petits vignobles » porté par le laboratoire de recherche ITEM. Ainsi, cette manifestation s’inscrit dans la continuité des séminaires tenus entre 2014 et 2016 ayant abouti à la publication des Petits vignobles : des territoires en question sous la direction de Stéphane Le Bras, paru aux PUR en 2017.

Dans une conjoncture agro-alimentaire actuelle où la mise en valeur du naturel, du sain, des circuits directs, associée à la dénonciation du gigantisme et de l’industrialisation des processus de production offrent un terrain favorable à des travaux sur ces thématiques, la problématique du « petit », recoupant ces préoccupations-là, trouve tout son sens.En réunissant ainsi plus d’une trentaine de chercheurs français et internationaux, l’intention des organisateurs de ce colloque (Laurent Jalabert, Stéphane Le Bras et Guilhem Ferrand) est de mettre en perspective la notion de « petit », de réfléchir à ses significations dans le cadre vitivinicole et de chercher à appréhender cette filière par un biais nouveau, en décentrant le regard des entrées classiques (les « grands » vignobles, les « grands » crus, les « grandes » propriétés, etc.).  Au croisement des études en sciences sociales sur les marchés, les questions de représentations, la construction des identités ou la valorisation des produits et des territoires, il sera dès lors question d’une remise à plat et d’une réinterprétation des schémas classiques d’analyses d’un secteur en constante transformation. Enfin, comme cela fut le cas lors des séminaires depuis 2014, de nombreux professionnels de la filière locale et nationale viendront éclairer les débats de leur expérience et de leurs retours. Dans ce cadre, les participants au colloque seront par ailleurs invités dans une propriété viticole en Jurançon (domaine Camin Larredya de Jean-Marc Grussaute (http://www.caminlarredya.fr/) où seront offertes une visite et une dégustation, permettant de mettre en relief les enjeux et les aboutissements d’une production dans un « petit » vignoble.

Télécharger le programme

Pour toute information : stephane.lebras@yahoo.fr

La influencia de la frontera en las sociedades del sur de Europa

La influencia de la frontera en las sociedades del sur de Europa (siglos XVI-XX)

El seminario está organizado por el proyecto de investigación HAR2016-75899-P y por la Université de Pau et des Pays de l’Adour, y cuenta con la imprescindible colaboración de los proyectos HAR2013-48901-C6-5-R, HAR2013-48901-C6-6-R y HAR2015-64348-P, de las Universidades de Castilla-La Mancha, de Extremadura, Universidade do Minho y Universidad de Zaragoza.

 


PROGRAMA
JUEVES 25 de mayo 2017
9 h. El “francés” en el imaginario hispánico del Antiguo Régimen.
Drª Encarna Jarque Martínez, Universidad de Zaragoza.
9,45 h. Universos compartidos. Migraciones y mercado matrimonial en la frontera central hispano portuguesa en la Edad Moderna (s. XVI-XIX).
Dr. José Pablo Blanco Carrasco, Universidad de Extremadura.
10,30 h. Descanso
10,45 h. El laberinto pirenaico: fronteras, aduanas y legislación (siglos XVIII y XIX).
Dr. Fco. J. Alfaro Pérez, Universidad de Zaragoza.
11.30. Mesa redonda.
15,30 h. Mercado matrimonial de los inmigrantes franceses en la España de la Edad Moderna.
Dr. José Antonio Salas Auséns, Universidad de Zaragoza.
16,15 h. En los límites del oro rojo. Azafrán y población en España, Siglos XVIII-XIX.
Dr. Fco. García González, Universidad de Castilla La Mancha.
17 h. Descanso
17,15 h. La monarquía hispánica y la policía de los extranjeros en el Antiguo Régimen. Perspectivas de investigaciones.
Dr. Olivier Caporosi, Université de Pau.
17,45 h. Las fronteras del Derecho. Las presuntas bases jurídicas del proceso de castellanización de la España Moderna.
Dr. Guillermo Vicente Guerrero, Universidad de Zaragoza.

 

VIERNES 26 de mayo
9 h. Passages et frontières en Aquitaine XIX-XXIe siècle: jalons pour un programme de recherche transfrontalier.
Dr. Laurent Dornel, Université de Pau.
9,45 h. O papel económico-social das feiras e dos comerciantes de gado na região transfronteiriça do Norte de Portugal: importação, criação e exportação de gado
bovino no Noroeste português (século XIX).
Drª Margarida Durães, Universidade do Minho.
10,30 h. Descanso
10,45 h. Las relaciones entre aragoneses y bearneses durante la alcaldía de Louis Sallenave (1947-1971).
D. Javier Mur, Universidad de Zaragoza.
11,30 h. Pirineos frontera permeable. Migrantes en tránsito 1936-1945.
Dr. Diego Gaspar, Universidad de Zaragoza.
12,15 h. El exilio durante la segunda República española (1931-1936).
Dr. Roberto Ceamanos Llorens, Universidad de Zaragoza.
13 h. Mesa redonda y clausura

 

Littérature et sociétés coloniales

Littérature et sociétés coloniales

(1850-1960)

Sous la direction de Laurent Jalabert
Editeur : Les Indes Savantes
 

L’ ouvrage est la restitution d’une journée d’études proposée par les centres de recherche en histoire (ITEM) et en lettres (CRPHL) de l’Université de Pau et des pays de l’Adour. Il explore le regard des écrivains qui ont utilisé le monde colonial comme sujet d’écriture. L’objectif de cette journée a été de croiser les regards, les expériences en étudiant et comparant les grandes régions colonisées (Indochine, Algérie, Afrique portugaise, Afrique francophone, Caraïbe, Guyane) afin de faire émerger les représentations, ou imaginaires autour de ces mondes par des approches pluridisciplinaires : littéraires, historiens, géographes… ont ici croisé leurs analyses.
La littérature est en effet rarement neutre sur les colonies, engagée dans un sens colonialiste ou d’autres fois anticolonialiste ; et elle est parfois ambiguë. Les auteurs étudiés sont issus de divers mondes : un gouverneur, des écrivains issus des colonies, des regards venus de la littérature coloniale, des essayistes anticoloniaux.

Nombre de pages : 106 – Format : 158 x 240 mm – Dos carré collé | Date de publication : 2017 | ISBN : 978-2-84654-469-6 |

Prix : 19,00 €

http://www.lesindessavantes.com/ouvrages/24668

Dialogues France-Brésil : représentations de l’ailleurs. Espaces, imaginaires, circulations

Colloque organisé par l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (Fédération de Recherche « Espaces, Frontières, Métissages », laboratoires Arc Atlantique, CRPHLL, ITEM & UMR PASSAGES), en partenariat avec l’Université Fédérale Fluminense (Niterói, Brésil), et le Groupe de recherche H-57 T3 AXEL « Textes, Territoires, Technologies. Analyses Croisées Entre Langages » (UNIZAR, Espagne).

Argumentaire :

Centré autour des représentations de l’ici et de l’ailleurs, ce colloque interdisciplinaire, transculturel et international souhaite interroger la question des territoires, des sociétés, des imaginaires et des circulations entre la France et le Brésil, de l’Indépendance à nos jours.

Thématiques privilégiées :

Territoires : espaces, limites, frontières, imaginaires géographiques.
Pourquoi et comment l’histoire et la géographie respectives du Brésil et de la France interrogent-elles la question des imaginaires géographiques, et notamment celle des frontières ? Comment ces imaginaires géographiques dialoguent-ils entre eux ?

Circulations : récits de voyageurs, explorations, migrations, diasporas, diffusion des textes et des idées, traduction, communication.
Comment la littérature inscrit-elle et traduit-elle l’ici et l’ailleurs dans ce dialogue France-Brésil ? Quelles interactions, quels croisements, quelles oppositions peut-on observer et analyser dans les représentations romanesques et poétiques de ces notions ? Comment les idées et les textes circulent-ils dans ces paysages géographique, textuel et linguistique ? Quels moyens et supports emploient-ils ? – Quelles traductions en découlent, peuvent les porter ?

Sociétés : histoires, métissages, identités, mémoires, représentations.
Ici seront favorisées les approches interdisciplinaires autour des identités et mémoires (locales, régionales, nationales et transnationales). Quelles identités se sont construites, au fil du temps, dans les territoires de ces pays ? Quelles mémoires portent ces identités ?

Calendrier et modalités de soumission :

Les propositions – titre et résumé (entre 2000 et 3000 signes) – accompagnées d’une brève présentation de l’auteur, sont à envoyer au plus tard le 1er juin 2017 aux adresses électroniques : eden.martin@univ-pau.fr et lionel.dupuy@univ-pau.fr

Télécharger l’appel à communication

 

Espaces, Identités au temps présent : les Transitions

Colloque international
Espaces, Identités au temps présent : les Transitions
Du 02 au 04 mai 2017
Université de Pau et des Pays de l’Adour

 

Les 3 et 4 mai se tiendra le colloque international Espaces, Identités au temps présent : les Transitions. Ce colloque est réalisé dans le cadre d’un partenariat entre la Fédération Espaces – Frontières- Métissages de l’UPPA (Axe « Espaces et identités »), le laboratoire ITEM de l’UPPA (projet Espaces Urbains, Espaces de vie sociale et de création), et le laboratoire Histoire du temps présent de l’Université d’Estrémadure.

Il s’agira d’explorer le potentiel des tensions et des conflits dans la société espagnole contemporaine en tant que formes d’échange et que ciment identitaire dans les espaces urbains. L’accent sera mis sur les notions de complexité, pacte et mémoire qui, à elles seules, tissent un lien entre espace et identité au sein du territoire européen pendant la période de Transition politique et sociale.

L’approche sera transdisciplinaire et sera organisée autour de deux questions : la distance historique peut-elle être considérée comme un élément décisif ? Mémoire et histoire sont-elles, dès lors, deux notions antinomiques ou concordantes ?

En hommage à Francisco Umbral à l’occasion du Xème anniversaire de sa mort, une Table Ronde « Fransisco Umbral et la Transition » aura lieu avec la participation exceptionnelle de chercheurs reconnus et professionnels acteurs à l’image d’Umbral lors de cette période si complexe vers la démocratie.

OUVERT AU GRAND PUBLIC

PROGRAMME

Mercredi 03 mai 2017

9h15 OUVERTURE
Nadia Mekouar, responsable de la Fédération Espaces, Frontières, Métissages
Philippe Chareyre, directeur du Laboratoire ITEM (EA 3002)
Mario Díaz Barrado, directeur du Laboratoire Historia del tiempo presente, Université d’Estrémadure.

SESSION N°1 – Modérateur : Bénédicte de Buron-Brun

9h30 Alberto Sabio Alcutén (Université de Saragosse)
La Transición española en espacios urbanos: ni modélica ni responsable última
10h00 Rafael Quirosa-Cheyrouze (Université d’Almería)
La democratización del poder local en la Transición: las izquierdas gobiernan las ciudades
10h30 Pause
10h45 Mélanie Trédez-Lopez (Université d’Arras)
La Transition et le pacte du silence : la loi d’amnistie du 15 octobre 1977
11h15 David Felipe Arranz Lago (Université Carlos III, Madrid)
Daniel Sueiro, Basilio Martín Patino y el Arte de matar: investigación sobre el garrote vil
11h45 Débat
12h30 Pause-déjeuner

SESSION N°2 – Modérateur : Christian Manso

14h30 Eurico Campano (Journaliste, Conseiller politique)
Umbral, el relator de la Transición
15h00 Víctor Gutiérrez Sanz (Université de Valladolid)
Francisco Umbral ante el 23-F: villanos esperpénticos y caballeros andantes heroicos
15h30 Eva Díaz Pérez (Ecrivaine et Journaliste)
Umbral, un vigía de la Transición
16h00 Bénédicte de Buron-Brun (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
Galería de retratos umbralianos: De «la calle es mía» al transicional Manuel Fraga
16h30 Pause

17h00 TABLE RONDE « Francisco Umbral et la Transition »
Hommage à Francisco Umbral à l’occasion du Xe anniversaire de sa mort
Modératrice : Dolores Thion
Avec la participation de David Felipe Arranz (Journaliste, U. Carlos III), Bénédicte de Buron-Brun (UPPA), Eurico Campano (Journaliste, Conseiller politique), Eva Díaz Pérez (Ecrivaine et Journaliste), Alfonso Pinilla (Université d’Estrémadure)

Jeudi 04 mai 2017

SESSION N°3 – Modérateur : Mario Díaz Barrado

9h00 Alfonso Pinilla (Université d’Estrémadure)
«Sitios y lugares». Madrid como espacio simbólico de la Transición
9h30 Mónica Fernández Amador (Université d’Almería)
El movimiento vecinal en las ciudades españolas durante el proceso de transición a la democracia
10h00 Mario Díaz Barrado (Université d’Estrémadure)
Madrid: de poblachón manchego a ciudad multicultural. Imágenes del cambio social en la España de la Transición
10h30 Pause
10h45 Eneko Lorente (Université du Pays basque)
Ciudad en transición. Narrativa fílmica de la ciudad convulsa. A propósito de Bilbao
11h15 Pilar Martínez-Vasseur (Université de Nantes)
El cine de la Transición: ciudad, espacios de identidad y de vida social
11h45 Christian Manso (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
Una lectura erótico-política de la Transición: Los amores prohibidos (1980) de Leopoldo Azancot
12h15 Débat
13h00 Pause-déjeuner

SESSION N°4 – Modérateur : Pilar Martínez-Vasseur

14h30 Carmen Pineira-Tresmontant (Université d’Artois)
Los discursos de la Transición: dinámicas y rupturas
15h00 José Antonio Rubio Caballero (Université d’Estrémadure)
¿Adhesión, acatamiento o rechazo? Los nacionalismos vasco y catalán ante el modelo territorial de la Transición (1980-2016)
15h30 José Luis Calvo Carilla (Université de Saragosse)
Transición, nacimiento de las autonomías y auge de una nueva historiografía literaria
16h00 Pause
16h30 Béatrice Bottin (Université de Pau et des Pays de l’Adour) José Martín Recuerda, la memoria histórica en escena
17h00 Fleur Duplantier (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
Una ciudad y un libro, símbolos de memoria histórica en la Transición
17h30 Dolores Thion Soriano Mollá (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
La cultura española de la Transición en las ciudades europeas
18h00 Débat et Clôture

Télécharger le programme

Parution d’ouvrage : Le Retour

Le Retour
Espaces, Frontières, Métissages
N° 8, PUPPA.
Sous la direction de Laurent Dornel
 

Parabole dans la Bible (le retour du fils prodigue), paradigme matriciel dans la littérature (le retour d’Ulysse) comme dans la religion (le mythe de l’éternel retour), rituel militaire (le retour des combattants), horizon d’attente chez bien des exilés ou des migrants (le retour au pays, réalisé ou toujours repoussé), motif dramaturgique majeur au cinéma, le retour est un motif très riche dans ses formes comme dans ses très nombreuses significations. Ce qui est en jeu – et que cet ouvrage collectif et pluridisciplinaire entend analyser – ce sont notamment les questions de l’identité et de ses transformations, celle du parcours initiatique (l’errance, la guerre, l’exil) et de ses enjeux territoriaux. Générateur d’un « tiers-espace », le retour est une traversée du temps qui brouille et renouvelle les repères spatiaux mais aussi culturels, politiques et sociaux.

Voir le sommaire sur le site de l’éditeur