Archives par mot-clé : historiographie

Appel à communications – Congrés AITS21

IV Congrès International de l’Asociación Internacional de Teatro Siglo 21
“Histoire, Patrimoine et Identité(s) dans le Théâtre du XXIème siècle


En hommage au Professeur José Romera Castillo , Président d’honneur de l’AITS21.

En l’honneur du 30ème anniversaire du SELITEN@T


Université de Pau et des Pays de l’Adour
12, 13, 14 octobre 2022

Les créateurs de théâtre puisent leur inspiration aussi bien dans l’actualité que dans les archives. Ils font renaître sur scène l’Histoire des sociétés et des civilisations tout en participant à sa construction et à sa rédaction. Ils se nourrissent de l’Histoire, ils la mettent en scène et contribuent au devoir de mémoire. Comme le souligne le Professeur José Romera Castillo, Directeur du SELITEN@T, «el teatro en su doble vertiente (textual y representada), además de constituir un patrimonio cultural inmaterial dentro de unas coordenadas sociales, es como un río en el que confluyen afluentes del pasado y del presente, con el fin de reforzar la identidad de uno mismo, así como la de los otros». Le texte et la mise en scène se nourrissent des évènements qui surviennent au cours de la représentation mais également au dehors car le Théâtre implique le public dans une expérience à la fois esthétique, éthique et politique. Il accomplit un acte mémoriel dont le spectateur est le témoin, parfois l’acteur. Il le pousse à renoncer à l’oubli, le plonge dans les souvenirs du passé et lui permet d’analyser le présent sous un nouvel angle, à partir de perspectives inattendues. Les montages répondent à un désir de découvrir de nouvelles formes d’expression et de se projeter vers l’avenir qui deviendra Histoire. Il s’agira, ici, d’appréhender cette portée historiographique des spectacles ainsi que son évolution.

Le Théâtre explore le patrimoine tout en faisant lui-même partie d’un héritage commun, transmis par les artistes et les architectes qui l’ont bâti. La diffusion des pièces, la réception du public, les réactions de la critique sont tout autant de témoignages qui permettent de reconstituer une époque, un évènement, une crise. Les archives des Théâtres, des créateurs, des chercheurs témoignent des bouleversements économiques, sociaux du XXIème siècle, qui ont parfois affecté les pratiques théâtrales. Certaines d’entre elles ont été sauvegardées et elles ont bénéficié d’un nouvel élan grâce à leur inscription au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO. Elles perdurent de nos jours et elles ont été reconnues par cette organisation comme représentatives de la tradition et de l’identité culturelle et linguistique d’une région. Citons parmi elles, le flamenco, Le Patum de Berga, Le mystère d’Elche, La fête de « La Mare de Déu de la Salut » d’Algemesí, La tradition du théâtre dansé Rabinal Achí au Guatemela, Le chamamé en Argentine, etc. Quels autres processus interviennent dans la patrimonialisation théâtrale du XXIème siècle ?

Les créateurs contemporains optent pour l’hybridité, ils sont en quête de nouveaux espaces de représentation et d’un rapport avec le public toujours plus étroit. Ils investissent des scènes inattendues, mélangent les arts, font appel, entre autres, aux nouvelles technologies, à la vidéo, aux arts plastiques, au cirque, au mime, à l’improvisation, pour mieux faire émerger une oeuvre théâtrale métissée, éloignée des codes de la représentation d’une pièce de théâtre nclassique. Les spectacles peuvent alors être appréhendés au prisme de l’intermédialité afin de mieux saisir les rapports et les pratiques que le Théâtre entretient avec les autres médias qui, de leur côté, jouent les vecteurs de transmissions du patrimoine théâtral. Les scènes conventionnelles ou non, les espaces publics, historiques, deviennent des lieux où les arts scéniques et visuels développent une réflexion. Ils font appel à la mémoire historique et collective, manifestent une contestation afin de monter, en collaboration directe ou indirecte avec les spectateurs, des pièces qui contribuent à l’affirmation et à la construction d’une identité humaine, artistique et théâtrale.

Les créations correspondent à un besoin de communication avec l’Autre et à une prise de conscience à la fois individuelle et collective. Le Théâtre étudie le rapport à l’Autre, il dénonce les discriminations et il se veut être un lieu d’union et de communion. Les créateurs contemporains explorent non seulement la notion d’identité mais ils l’interrogent, ils la bousculent et ils dérangent l’être social que nous sommes. Se pose ici la question du féminisme et des études de genre. Comment les stéréotypes de genre sont-ils abordés dans les spectacles et comment ont-ils évolués. En outre, il s’agira par ce biais, de mettre en lumière le travail dramaturgique et scénique des créatrices, leur apport et leur contribution dans le domaine des arts scéniques et visuels.

Ce IV Congrès International de l’AITS21 réunira des chercheurs spécialistes du théâtre du XXIème siècle, des professionnels des Arts Scéniques, des dramaturges, des metteurs en scène, des comédiens, des directeurs de Théâtre. Il s’inscrit dans une continuité scientifique, dans un travail de recherche sur les arts scéniques et visuels au XXIème siècle mené depuis la création de l’AITS21 et privilégiant l’axe hispanique et ibéro-américain. Le congrès rendra hommage au Professeur José Romera Castillo (Cofondateur, Président et Président d’honneur de l’AITS21) et en reconnaissance de son excellent et fructueux travail dans le cadre des études théâtrales du XXIème siècle, réalisé au sein du Centre de Recherche de Sémiotique Littéraire, Théâtrale et Nouvelles Technologies (SELITEN@T) dont il est le Directeur.

Le congrès s’articulera autour de cinq thématiques (au XXIème siècle uniquement) :
-L’Histoire dans le Théâtre.
-Le Théâtre et la Mémoire.
-Le Théâtre comme Patrimoine.
-Le Patrimoine comme Théâtre.
-Identité, altérité, discrimination, sur scène.


Inscription :
Pour participer au Congrès, il est nécessaire d’être membre de l’AITS21 (la cotisation triennale s’élève à 40 euros ou 20 euros pour les demandeurs d’emploi, bénéficiaires des minimas sociaux et les étudiants).

Pour adhérer, contacter : aiteatros21@gmail.com


Les propositions de communication (titre et résumé de 300 mots maximum) ainsi qu’une brève présentation biobibliographique sont à envoyer avant le 20 septembre 2021 à l’adresse suivante : beatrice.bottin@univ-pau.fr

Les réponses aux propositions seront communiquées le 4 octobre 2021 avec la feuille de style et les normes, ainsi que les frais et les modalités d’inscription.
Les communications se feront dans les langues des aires hispanique et ibéro-américaine.
Les articles retenus par le comité de lecture seront publiés dans un ouvrage monographique. Les autres articles seront publiés en ligne.
Le congrès fera l’objet d’une captation audiovisuelle. La cérémonie d’inauguration sera diffusée en direct.
Si les circonstances sanitaires le permettent, le congrès aura lieu en présentiel, à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour. Des modalités hybrides ou à distance seront adoptées si nécessaire.


Comité d’organisation :
Audrey Berniard, Université de Pau et des Pays de l’Adour.
Vanessa Biraghi, Université de Pau et des Pays de l’Adour.
Beatrice Bottin, Université de Pau et des Pays de l’Adour.
Émilien Caruso, Université de Pau et des Pays de l’Adour.
Stéphane Carrouché, Université de Pau et des Pays de l’Adour.
Nathalie Delorme, Université de Pau et des Pays de l’Adour.
Laurent Jalabert, Université de Pau et des Pays de l’Adour.
Miguel Ángel Jiménez Aguilar, SELITEN@T / UNED.
Aymeric Lesné, Université de Pau et des Pays de l’Adour.
Carmen Márquez Montes, Universidad de Las Palmas de Gran Canaria.
Dolores Thion-Soriano Mollà, Université de Pau et des Pays de l’Adour.


Comité scientifique :
Antonia Amo Sánchez, Université d’Avignon.
Susana Báez Ayala, Universidad Autónoma de Ciudad Juárez (México).
Beatrice Bottin, Université de Pau et des Pays de l’Adour.
Lourdes Bueno, Austin College Texas (USA).
Ana R. Calero, Universitat de València.
Ana Contreras Elvira, RESAD (Madrid).
Gabriela Cordone, Université de Lausanne.
Rosa de Diego, UPV/EHU.
Jorge Dubatti, Universidad de Buenos Aires (Argentine).
Francisco Gutiérrez Carbajo, SELITEN@T / UNED.
Laurent Jalabert, Université de Pau et des Pays de l’Adour.
Miguel Ángel Jiménez Aguilar, SELITEN@T / UNED.
Carmen Márquez Montes, Universidad de Las Palmas de Gran Canaria.
Nadia Mekouar, Université de Pau et des Pays de l’Adour.
Cristina Oñoro Otero, Universidad Complutense de Madrid.
Veronica Orazi, Università di Torino.
Eduardo Perez-Rasilla, Universidad Carlos III de Madrid
Isabelle Reck, Université de Strasbourg
Simone Trecca, Università degli Studi Roma Tre.
Julio Vélez Sainz, Instituto del Teatro de Madrid / UCM.

CPIM 2019

LES CULTURES POLITIQUES DANS LA PÉNINSULE IBÉRIQUE ET AU MAGHREB  (VIIIe-XVe siècle)

SESSION 2019 : Expériences impériales

Bielle (Pyrénées-Atlantiques)

Séminaire international de formation avancée

Inscriptions au séminaire closes au 23 mai 2019

Présentation générale

Ce séminaire vise à proposer un examen croisé des cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb au Moyen Âge (VIIIe-XVe siècle). Dans toute la mesure du possible, et sans jamais rien retirer aux singularités des contextes respectifs, l’étude sera fondée sur une démarche résolument comparatiste et pluridisciplinaire, associant historiens, archéologues, historiens de l’art et littéraires.

A l’encontre des approches essentialistes et différentialistes, fondées sur le mythe de l’existence de deux blocs homogènes et affrontés, il s’agira de mettre en regard différentes expériences politiques, de part et d’autre de la frontière islamo-chrétienne, afin de susciter des rapprochements, de relever des écarts, voire de révéler des situations d’interaction ou d’interdépendance, en matière de fonctionnement étatique et de culture politique, par-delà les antagonismes religieux. Certes la référence religieuse a valeur fondatrice et imprègne institutions et idéologies de combat (jihad, Reconquista, croisade), mais les acteurs de cette histoire, au travers de leurs pratiques de gouvernement et de leurs imaginaires politiques, mobilisent des répertoires bien plus vastes et plus divers qu’il s’agira d’identifier et de mieux appréhender.

C’est à l’exploration de ces cultures politiques, associant à la fois registres textuels et manifestations matérielles du pouvoir, que sont invités les jeunes chercheurs qui participeront au séminaire. Il permettra aux formateurs, doctorants et étudiants de master de se côtoyer plusieurs jours, dans le cadre de formats pédagogiques variés (conférences, présentations, ateliers).

Coordinateurs :

Daniel Baloup (Université Toulouse – Jean Jaurès), Yann Dejugnat (Université Bordeaux Montaigne) et Véronique Lamazou-Duplan (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

Comité d’organisation :

Amaia Arizaleta (Université Toulouse – Jean Jaurès), David Bramoullé (Université Toulouse – Jean Jaurès), Laurent Callegarin (EHEHI, Casa de Velázquez), Laurence Cabrero-Ravel (Université de Pau et des Pays de l’Adour), Anna Caiozzo (Université Bordeaux Montaigne), Isabelle Cartron (Université Bordeaux Montaigne), Martine Charageat (Université Bordeaux Montaigne), Florian Gallon (Université Toulouse – Jean Jaurès), Fabienne Guillén (Université de Pau et des Pays de l’Adour).

Site Web : http://ausonius.u-bordeaux-montaigne.fr/sessions/session-2019

Renseignements pratiques

La troisième session du séminaire se tiendra à Bielle (Pyrénées-Atlantiques), du 1er au 4 octobre 2019. Elle réunira six formateurs, 12 doctorants ou jeunes docteurs, et des étudiants de Master (ces derniers étant issus des universités organisatrices). 

Le séminaire est gratuit. Les institutions organisatrices assument les frais d’hébergement des participants, à Bielle. Pour les doctorants et les jeunes docteurs dont la candidature aura été retenue, le voyage jusqu’au point de regroupement de Pau reste à leur charge.

Chaque journée de travail sera partagée entre la présentation de leurs travaux par quatre doctorants ou jeunes docteurs, et les interventions de deux formateurs qui prononceront une conférence et animeront un atelier pratique (sur les sources, la bibliographie, les notions, etc.). 

Les langues de travail seront le français, l’espagnol, le portugais et l’anglais.

Inscriptions au séminaire international jusqu’au 23 mai 2019 (minuit, heure de Madrid). Accéder au formulaire.

Publication des résultats : 7 juin

Pour tout renseignement concernant la logistique, veuillez contacter Ghizlane Bencheikh : ghizlane.bencheikh @ u-bordeaux-montaigne.fr +33 (0)5 57 12 45 55

Présentation de la session 2019

Pour l’histoire des empires, la péninsule Ibérique et le Maghreb constituent des laboratoires exceptionnels. En effet, ces deux régions furent les pôles d’impulsion majeurs d’une succession de trajectoires impériales qui se sont déployées dans les directions les plus diverses : des califats et des sultanats d’Occident aux différentes revendications impériales de la royauté castillano-léonaise, en passant par les configurations variées de la Couronne d’Aragon.

Les pionniers de cette histoire (Menéndez Pidal, Laroui) se sont longtemps focalisés sur l’ « idée impériale », dont ils soulignaient l’originalité, l’homogénéité et la continuité. Conçue comme un projet cohérent et unitaire, elle était envisagée comme l’émanation de la conscience que partageaient les peuples de former une unité « hispanique » ou « maghrébine ». Sans totalement disparaître, cette historiographie fut marginalisée par une autre, celle de la formation des Etats-nations, qui opposa les « réalités » de la construction des Etats territoriaux aux « mirages » impériaux.

Aujourd’hui, l’histoire des empires opère un retour en force, fondé sur de nouvelles approches. Tout en menant un travail de déconstruction des grands récits impériaux, les chercheurs conçoivent désormais les empires comme des entités politiques instables, hybrides et éminemment pragmatiques. Ils les abordent comme des expériences politiques, en se focalisant sur ce qui « fait » empire et sur la mise en évidence de cultures impériales, à la fois diverses et connectées, irréductibles à un modèle unique.

C’est à l’exploration de ces expériences impériales, dans leurs dimensions textuelles et matérielles, que sont invités les participants de cette session 2019. La réflexion s’articulera autour de trois grands thèmes :

–          Gouvernements impériaux. Dominant plusieurs entités politiques et des populations diverses, les empires se caractérisaient par une flexibilité, un pragmatisme et une adaptabilité, qui furent une des clés de leur longévité. Au delà du constat de la diversité des répertoires impériaux, on s’efforcera d’identifier des pratiques, des modes et des logiques de gouvernement qui relèveraient de fonctionnement impériaux.

–          Imaginaires politiques. Ces formations impériales engendrèrent-elles une conscience politique commune ? L’analyse des mots, des gestes, des lieux et des objets permettra d’appréhender les éléments susceptibles de structurer un imaginaire impérial commun mais aussi de révéler des identités contradictoires, reflétant les tensions entre les groupes sociaux sur lesquels les empires s’appuyaient et avec lesquels ils devaient composer.

–          Interactions impériales. Ces empires ne se sont pas construits de manière isolée. D’une part, les empires ont cherché à s’insérer dans les traditions impériales antérieures pour se légitimer. D’autre part, ils puisèrent des éléments dans d’autres modèles impériaux contemporains, par-delà les barrières religieuses et idéologiques. On s’intéressera aux processus de remploi, d’imitation et d’émulation, en étant attentif aux modalités d’appropriation, de recombinaison et au rôle des intermédiaires. Enfin, ces empires n’ont pas manqué de susciter, en réaction, des formes de contestation et de dissidence, qu’on analysera au miroir des modèles impériaux auxquels elles prétendaient s’opposer.

Coordinateur scientifique : Yann Dejugnat (Université Bordeaux Montaigne).

Formateurs : Yann Dejugnat (Université Bordeaux Montaigne, coordinateur), Flocel Sabaté (Universitat de Lleida), Tawfiq Ibrahim (Chercheur indépendant), Javier Domingo (Pontificia Università della Santa Croce, Rome), Marta Lacomba (Université Bordeaux Montaigne), Susana Calvo Capilla (Universidad Complutense de Madrid).

Presentacion de la sesión 2019

Semaine internationale d’études médiévales d’Estella

 

Rostros judíos del Occidente medieval

45 semana internacional de estudios medievales de Estella

Centro Cultural Los LLanos – Paseo los Llanos
Estella, Espagne (31200)

17-20 juillet 2018

La semaine internationale des études médiévales d’Estella traite pour la première fois le sujet des communautés juives au Moyen-âge en Occident, dont l’étude a été à l’origine d’une vaste production historiographique liée à la vie sociale, culturelle, économique et politique de toute l’Europe. Les profils, les lumières et les ombres, les visages de ces communautés articulent cette nouvelle édition à partir de l’histoire de la culture juive, son insertion physique et mentale dans les mondes médiévaux, sa présence dans les modes de vie de la période et les images qui y ont été produites et qui ont intégré le patrimoine culturel collectif. Un exercice d’histoire et de mémoire sur le récit de l’exile séfarade ouvre les séances, dédiées aux modes d’intégration ou d’exclusion de ces communautés et leurs manifestations matérielles et culturelles.

https://www.navarra.es/home_es/especial/SemanaEstudiosMedievales/

Programa SIME2018-ENG-FR-v2

La mort des Princes au Moyen Âge

COLLOQUE INTERNATIONAL
La mort des Princes au Moyen Âge
Bilan et perspectives historiographiques


Projet MIGRAVIT-SEPULTUS

Coordination:
Véronique LAMAZOU-DUPLAN (Université de Pau et des Pays de l’Adour),

María Teresa LÓPEZ DE GUEREÑO (Universidad Autónoma de Madrid),

Fermín MIRANDA (Universidad Autónoma de Madrid)

Organisation:
École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid),
Universidad Autónoma de Madrid

Analyser la mort des élites dirigeantes de la société médiévale demande comme point de départ méthodologique de mettre à jour nos connaissances tant sur le plan historiographique que sur celui des sources disponibles.

Postulant de son utilisation en tant qu’instrument de pouvoir et de représentation pour la monarchie et la haute aristocratie laïque et ecclésiastique, on s’attachera à démontrer la valeur de la mort dans l’articulation des idéaux collectifs politiques et culturels. La mise en commun d’approches pluridisciplinaires permettra de renouveler les perspectives de recherche et d’analyser, dans le temps et dans
l’espace, différentes facettes telles que la mémoire, la liturgie, la légitimité, les discours de représentation et de propagande, sans oublier les espaces privilégiés de sépulture. Il sera ainsi possible de comparer les questions posées dans les différents domaines d’étude (histoire, histoire de l’art, compositions musicales, récits littéraires et moraux, inscriptions funéraires ou anthropologie) et les divers
territoires qui composent la réalité sociopolitique de la France et de la péninsule Ibérique, al-Andalus compris, entre le XIe et le XVe siècle.

Télécharger le programme