Archives par mot-clé : histoire moderne

JE “La dynastie des Foix-Albret rois de Navarre et souverains de Béarn”

Cette journée d’étude, à l’initiative de la Commission Transfrontalière de la Mairie d’Oloron-Sainte-Marie et l’association Transmetem, vient clôturer l’exposition “L’art de régner” : Béarn et Navarre à la Renaissance” présentée du 02 au 24 février à la Villa Bedat à Oloron-Sainte-Marie.


Auditorium de la Villa Bedat

Oloron-Sainte-Marie

De 9h30 à 12h et de 14h30 à 17h30

PROGRAMME


9h30 > OUVERTURE DE LA JOURNÉE PAR M. BERNARD UTHURRY
Maire d’Oloron Ste-Marie et président de la Communauté de Communes du Haut-Béarn

9h45 > L E PROJET AcRoNavarre : LA RÉVÉLATION DES PRINCIPES DE GOUVERNEMENT DES ROIS DE NAVARRE
Durée 15mn – Philippe Chareyre, professeur d’histoire moderne, UPPA
Le programme de l’Agence nationale de la recherche « AcRoNavarre » (2016-2022) a eu pour ambition d’établir une base de données d’actes produits entre 1484 (avènement à la couronne de Navarre des Foix-Albret) et 1594 (deux ans après le départ de la régente Catherine de Bourbon pour rejoindre son frère Henri IV à la cour de France).
Le nombre d’actes recensés approche, actuellement, les 7000 et s’appuie sur une source peu exploitée : le Trésor des chartes de la maison de Navarre des Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.

10H > CATHERINE DE FOIX, UNE REINE DE NAVARRE ET DAMESOUVERAINE DE BÉARN SAUVÉE DE L’OUBLI (1470-1517)
Durée 45mn – Álvaro Adot Lerga, profesor Ayudante Doctor à l’Université Complutense de Madrid, docteur en Histoire par l’UPPA
Catherine de Foix est la dernière reine de Navarre et dame souveraine de Béarn, avant la conquête de la Navarre par Ferdinand le Catholique en 1512-1513, puis par Charles Quint en 1521-1522. Au cours de cet exposé, nous mettrons en évidence les principaux aspects qui ont caractérisé le profil de cette reine de la Renaissance -femme de convictions, comme sa mère Madeleine de France- qui a dû régner et défendre son droit à gouverner en tant que femme, face à de puissants ennemis, toujours avec le soutien de son mari Jean d’Albret.
Oubliée et/ou sous-estimée selon des critères étrangers à la connaissance scientifique de l’histoire, son importante œuvre politique, réalisée dans un contexte politique européen très complexe et changeant, comme celui de la Renaissance, a été sauvée et étudiée grâce au programme international AcRoNavarre (Actes royaux de Navarre, XVe et XVIe siècles), soutenu par l’Agence nationale de la recherche (ANR), entre 2017 et 2023.

11H > LA GUERRE DE NAVARRE ET BÉARN
Durée 50mn – Peio J. Monteano Sorbet, Técnico Superior del Archivo Real y General de Navarra, auteur de Amaiur 1522 et de La conquista de Hondarribia entre España, Navarra y Francia 1521-1524.
Intervention en espagnol et traduction simultanée
C’est en 1512 que commença la guerre entre la Castille et la Navarre qui allait entraîner la conquête et le partage du royaume de Navarre en deux parties : la Haute-Navarre intégrée à l’Espagne et la Basse-Navarre, après un siècle d’indépendance, intégrée à la France. Dans ce qu’on appelle la guerre de Navarre se mêlent, en réalité, deux conflits : un conflit navarrais de type médiéval où s’affrontèrent agramonteses et beamonteses, et une guerre internationale, déjà moderne, où s’affrontèrent la France et l’Espagne pour l’hégémonie européenne. Pendant 17 ans se succèdent des campagnes militaires et des négociations diplomatiques. C’est ainsi que l’on peut parler de deux conquêtes : la premièrese déroula de 1512 à 1520 et se termina par la brève récupération du royaume en 1521 ; la seconde, de 1521 à 1529, où les affrontements continuèrent, s’acheva par la conquête de la Haute-Navarre par la Castille. Les souverains navarrais, Jean III et Catherine I, et leur fils Henri II, dépouillés de la Haute-Navarre, étaient aussi seigneurs de Béarn et, bien qu’il s’agisse d’une institution différente, ils recoururent à ce territoire pour leurs besoins économiques et en soldats. Les Béarnais, qui devaient aussi faire face à la menace d’absorption par la France, se virent ainsi mêlés à une guerre qui concerna tous les pays pyrénéens.

14H30 > ANDRÉ DE FOIX, SEIGNEUR D’ASPARROS (1490-1547), DE GÉNÉRAL DE L’ARMÉE NAVARRAISE À MENDIANT
Durée 60mn – Diego Téllez Alarcia, maître de conférences, Département des Sciences de l’éducation, Université de la Rioja (Logroño)
Intervention en espagnol et traduction simultanée.André de Foix, seigneur d’Asparros est, toujours aujourd’hui, un personnage problématique, d’un point de vue historique. Son principal mérite qui l’a fait passer dans l’histoire de France (et d’Espagne et du Béarn), c’est d’avoir mené, sur le terrain, la dernière tentative de récupération du royaume de Navarre, par la dynastie des Albret, au printemps 1521. Cette expédition fut patronnée par François Ier de France, et profita de la conjoncture conflictuelle en Castille provoquée par la révolte des Communards. Cette circonstance lui permit de débuter brillamment. Aussi bien la Basse- Navarre que la Haute-Navarre furent récupérées en un temps record d’un mois. Cependant, au début de juin, se termina cette inertie positive qui coïncidait avec la tentative d’invasion de la Castille (échec du siège de Logroño). La vitesse avec laquelle on avait gagné du terrain fut la même avec laquelle on le perdit. Le 30 juin, un mois et demi à peine après le début des opérations à Saint-Jean-Pied-de-
Port, Asparros était en déroute, définitivement, à la bataille de Noáin. Son armée était défaite, et lui, blessé et fait prisonnier. C’en était fini de sa bonne étoile politique et citoyenne, de même que, vite après, celle de sa famille. Cependant, André de Foix survécut à ces malheurs pendant plus de 25 ans. Nous analyserons sa trajectoire pour essayer d’éclairer cette biographie qui, jusqu’à maintenant, reste pleine d’ombres, de distorsions et de mythes 

15H30 > L’ADMINISTRATION DES ROIS DE NAVARRE AU NORD DES PYRÉNÉES À LA RENAISSANCE
Durée 50mn – Dénes Harai, ingénieur d’études, Docteur en histoire moderne, UPPA
En s’appuyant sur les recherches menées dans le cadre du projet ANR AcRoNavarre (2017-2023), cette communication fera le point sur le système administratif mis en place par les rois de Navarre, pour gouverner leurs possessions souveraines
(Basse-Navarre, Béarn) ainsi que leurs possessions féodales, situées au nord des Pyrénées à la Renaissance.

16H30 > LES CONSEILLERS ECCLÉSIASTIQUES DES ROIS DE NAVARRE
Durée 50mn – Philippe Chareyre, professeur d’histoire moderne, UPPA
Le développement des États princiers à la Renaissance s’accompagne de la mise en place de conseils et d’une administration civile et judiciaire de plus en plus perfectionnés. Ces institutions politiques peuvent toutefois être amenées à traiter de questions relevant traditionnellement de l’ordre ecclésiastique. Pour cela les souverains de Navarre s’entourent de conseillers, membres du haut-clergé (les évêques de Lescar et d’Oloron notamment) comme la plupart des princes européens au cours de la première moitié du XVIe ; ils interviennent dans les champs de la moralité et de la bonne gestion de l’assistance charitable qui touchent au domaine de l’ordre public. La législation en ce domaine s’accroît au fur et à mesure de l’avancée dans le XVIe siècle et son volume prend une importance considérable sous le règne de Jeanne d’Albret, qui rompt avec Rome pour créer une nouvelle Église, inspirée du modèle calvinien. Elle recourt alors à des conseillers fidèles et compétents qui, n’étant plus désormais des clercs, interviennent directement dans la construction d’une nouvelle Église, en en définissant les contours institutionnels, et affirment sa légitimité de droit divin.

17H30 > CONCLUSION DE LA JOURNÉE INTERNATIONALE D’HISTOIRE

Gouverner et administrer les principautés des Alpes aux Pyrénées (XIIIe-XVIe siècle)

Parution chez Ausonius Éditions

Sous la direction de Dominique Bidot-Germa, Pierre Courroux, Véronique Lamazou-Duplan

 

Résumé •••

 

Si depuis longtemps les principautés du royaume de France ont suscité de nombreuses études sur leur relation à la monarchie, leur administration, les princes qui les incarnent, des recherches récentes ont renouvelé les approches, en particulier par l’attention portée à la culture et pratique de l’écrit, aux réseaux et entourages princiers, aux expressions matérielles et symboliques de la puissance du prince.

Ce livre se focalise sur les principautés méridionales, implantées au sud de la Loire dans le royaume de France, ou de part et d’autre des Alpes (Savoie), des Pyrénées (princes français rois de Navarre). Des médiévistes y font part des recherches actuelles, ouvrent des pistes de travail sur les liens entre monarchie et principautés, interrogent les modèles et influences, les expressions et relais du gouvernement princier, les pratiques de l’écrit, les manifestations de la puissance et de la culture du prince, de la seconde moitié du XIIIe siècle au début du XVIe siècle.

 

Sommaire •••

1 • Pierre Courroux, avec la collaboration de Véronique Lamazou-Duplan et Dominique Bidot-Germa,
Préface

Partie I. Historiographies croisées

2 • Olivier Mattéoni, Une “histoire française” ? Princes et principautés en France à la fin du Moyen Âge au prisme de l’historiographie

3 • Guido Castelnuovo, Une principauté entre France et Italie : un siècle de lectures de la Savoie médiévale, 1918-2018

Partie II. Le gouvernement princier : contextes et modèles

4 • Gaël Chenard, De Paris à Toulouse, les bases d’une principauté capétienne dans le Midi

5 • Eloísa Ramírez Vaquero, Los Evreux en el trono de Navarra: viejas y nuevas prácticas de gobierno

6 • Anne Curry et Guilhem Pépin, Les conséquences du traité de Troyes (21 mai 1420) sur le gouvernement du duché d’Aquitaine

Partie III.  Expressions et représentations du pouvoir princier

7 • Frédéric Boutoulle, Le prince en ville. Le Château-Vieux de Bayonne (XIIe-XVsiècles)

8 • Claudine Pailhès, L’administration du comté de Foix au temps des Foix-Béarn

9 • Erika Graham-Goering, Une principauté décentrée? Perspectives offertes par la vicomté de Limoges à partir de 1341

10 • Dominique Bidot-Germa, Distribuer et subdiviser le territoire pour l’administrer : des vegaraus aux vics et bailliages en Béarn (XIIe-XIVe siècles) 

11 • Laurent Hablot, L’emblématique des princes méridionaux, un outil de gouvernement

12 • Paul Mironneau, La maison de Foix et sa politique artistique de Gaston Fébus à Catherine de Foix : quelques caractères durables (fin du XIVe siècle-1517)

Partie IV. Écrits, comptabilités, archives : administrer et gouverner les principautés

13 • Roland Viader, Le domaine des comtes de Toulouse et son administration au XIIIe siècle : des Raimondins aux rois de France

14 • Anne Goulet, Enquêter pour réparer ? Étude de cas dans le domaine des Albret en 1374

15 • Anne Lemonde, Notaires des champs et administration princière en Dauphiné (XIIIe-XVe siècles) : quelques problèmes

16 • Guilhem Ferrand, Madama la comtessa”. Bonne de Berry, Bernard VII d’Armagnac, la gestion des domaines et la politique

17 • Véronique Lamazou-Duplan, Les chartriers des Foix-Béarn à la fin du Moyen Âge. Des inventaires au service du pouvoir et de la mémoire du Prince

Épilogue.
Quelques réflexions à partir d’une étude de cas

18 • Pierre Courroux, Peut-on parler d’une principauté d’Albret à la fin du Moyen Âge ?

 

Ausonius Éditions

doi.org/10.46608/primaluna20.9782356135438

Castilla y Navarra en la Baja Edad Media

Congreso internacional : Castilla y Navarra en la Baja Edad Media : Corte, guerra y diplomacia (1350-1525)

Du 26 octobre 2023 au 27 octobre 2023

Colloque international dans le cadre du programme ANR AcroNavarre co-organisé en partenariat avec l’université Complutense de Madrid (grupo de investigacion SPOCCAST).

Facultad de Geografía e Historia
Universidad Complutense de Madrid

Argumentaire

Este Congreso aborda importantes aspectos de la historia de Castilla y Navarra entre la segunda mitad del siglo XIV y el primer tercio del siglo XVI, que raramente han constituido el foco temático principal de reuniones científicas internacionales, siendo incompleto el conocimiento de la historia de ambos territorios si no se estudia de manera conjunta y comparada. Las diversas contribuciones abordan temas relativos a las guerras que enfrentaron a ambos territorios y a sus monarquías, así como aspectos de la prolífica diplomacia existente entre ambas partes. También se presentan ponencias sobre la Corte, concretamente en momentos de convivencia entre cortesanos castellanos y navarros. Finalmente, se presentan estudios relativos a la opinión de instituciones y cronistas del entorno de la monarquía navarra sobre las relaciones entre Castilla y Navarra a fines del período abordado.

Confrontación, acuerdo, discordia y entendimiento son términos que caracterizan los diferentes aspectos que son objeto de estudio de un congreso que aporta conocimiento y reflexión sobre temas interrelacionados de la historia de Castilla y de Navarra.

Programme

Descargar programa

Jueves 26 octubre
Apertura y presentación del congreso.
16h-16h15 José Manuel Nieto Soria (UCM):
Primera sesión: Corte, guerra y diplomacia (1350-1479)
• 16h20-16h45 Philippe Charon (ADL) : Guerre et diplomatie : la résistance navarraise à l’invasion castillane de 1378.
• 16h45-17h15 Pilar Carceller Cerviño, Óscar Villarroel González (UCM): Alianças e confederaçiones: los acuerdos de Salamanca entre Castilla y Navarra en 1414.
• 17h15-17h45 Francisco de Paula Cañas Gálvez (UCM): Viajar, servir, gobernar: Las estancias de Blanca de Navarra en Castilla (1420-1441)
• Debate (17h45-18h15)
• 18h30-19h Mikel Zuza Viniegra (BGN): “No sirváis”: Carlos, príncipe de Viana y los partidarios castellanos de Juan II en Navarra.
• 19h15-19h45 Juan Boix Salvador (SEEM): Ana y Felipe de Aragón y Navarra, ¿moneda de cambio de Juan II de Aragón, rey de Navarra?
• 19h45-20h15 Debate

Viernes 27 de octubre
Segunda sesión: Guerra, diplomacia y memoria (1479-1525)
• 10h30-11h Álvaro Adot Lerga (UCM): Actividad diplomática de los reyes y las Cortes de Navarra en busca de la “reintegración” en Navarra de territorios en poder de Castilla (1479-1518)
• 11h-11h30 Dénes Harai (UPPA): La Castille dans le livre des syndics des États de Béarn (1488-1521)
• Descanso
• 11h45-12h15 Fernando Serrano Larráyoz (UAH): Para Luys de Morales […] que fue quemado […]: medicinas y tratamientos médicos para las tropas castellanas tras la toma de Amaiur (1521)
• 12h15-12h45 Philippe Chareyre (UPPA): Les relations des rois Navarrais de la maison Foix-Béarn et des monarchies ibériques d’après la chronique de Nicolas de Bordenave.
• 12h45-13h15 Debate
• 13h15 Cierre

Contact

philippe.chareyre @ univ-pau.fr

denes.harai @ univ-pau.fr

Coordinador : Álvaro ADOT LERGA   e-mail para inscripción: aadot @ ucm.es

CONCESIÓN DE AYUDAS PARA LA FINANCIACIÓN DE ACCIONES ESPECIALES DE
INVESTIGACIÓN 2023. ORGANIZACIÓN DE CONGRESOS. Proyecto AEOC9/23-1

Le vin : du terroir à la table. Histoire d’un patrimoine de l’Antiquité à nos jours

Journée d’étude du Master Histoire Civilisations Patrimoine

Université de Pau et des Pays de l’Adour
Bâtiment droit, économie, gestion – Amphithéâtre 400
9h-17h15

S’il est des pratiques qui connaissent une spectaculaire persistance au cours de l’histoire, l’une des plus surprenantes est sans doute la production et la consommation de boissons fermentées par l’Homme. Quand il est aujourd’hui commun de boire un verre de bière ou de vin à la sortie du travail, on peine parfois à imaginer que nos lointains ancêtres aient pu avoir les mêmes habitudes. Et pourtant ! Du lointain Henan aux tombes des pharaons égyptiens, des cités mésoaméricaines aux vignobles français, que de boissons fermentées, et quelle variété ! Il y en a tant qu’on imagine désormais une production accidentelle à même les ruches du Paléolithique (Laubenheimer, 2015). Parmi ces milliers de boissons, il en est une qui prend une importance particulière dans l’histoire des civilisations occidentales : le vin.
De la carpologie à l’étude céramique, des textes littéraires aux pressoirs contemporains, les chercheurs convoquent désormais toute une palette de techniques, sources et disciplines afin de reconstituer l’histoire du vin, de ses origines à nos jours.

La journée d’étude organisée par les étudiants du master HCP de l’université de Pau et des Pays de l’Adour se propose de revisiter les différents aspects de la fabrication et de l’usage du vin, par le prisme croisé de l’histoire, de l’archéologie sensorielle, de l’histoire de l’art et de l’anthropologie. En effet, nous invitons à discuter du rapport entre qualité du produit, manières de consommer, représentations et différenciations sociales au sein d’une même société. En somme, le vin est-il un bon observatoire des dynamiques socioculturelles ?

 

Journée d’étude Relire l’histoire des Pyrénées

“Relire l’histoire des Pyrénées. Nouveaux objets, nouvelles recherches”

Journée d’étude organisée dans le cadre du Master HCP, coordonnée par Laurent Jalabert (ITEM/UPPA)

17 mars 2023

 

Journée hybride, accessible en présentiel à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (ICL- Salle Chadefaud) ou en visioconférence : Cliquez ici pour rejoindre la réunion

Jeudi d’ITEM – Jérôme Jambu – 24 novembre 2022

La souveraineté monétaire en question dans les Antilles françaises (XVIIe-XIXe siècle)

par Jérôme Jambu, Maître de conférences/HDR en histoire moderne à l’IRHIS (Université de Lille)

La monétarisation des échanges au sein des colonies françaises établies dans les îles des Antilles paraît de prime abord limitée et complexe. C’est d’abord la conséquence de la politique économique et financière du pouvoir central qui limite ses envois en numéraire au strict nécessaire (solde des troupes, construction et entretien des fortifications et de la flotte, etc.) et qui, longtemps pétri de mercantilisme et de bullionisme, y interdit toute exportation d’espèces. C’est aussi le résultat des échanges avec la métropole qui, lorsqu’ils sont au bénéfice de celle-ci, en retire des pièces d’or et d’argent en règlement des produits importés du Vieux Continent. Enfin, l’état de guerre récurrent sur cette façade de l’océan Atlantique accuserait le phénomène de fuite des espèces (course, blocus, recherche de nouveaux fournisseurs et augmentation des prix).

Si bien que les Français qui y sont établis doivent importer de la monnaie en fraude par rupture du monopole commercial et recourent ainsi aux monnaies étrangères des empires coloniaux producteurs voisins, l’Espagne et le Portugal. Il faut également, parfois, inventer et diffuser des moyens de paiement alternatifs à la monnaie traditionnelle, toujours trop rare pour satisfaire la totalité des échanges et qui peut présenter un pouvoir libératoire inadapté. D’autant qu’il est officiellement interdit de produire de la monnaie sur place, le droit régalien de battre monnaie étant jalousement réservé à l’hexagone. Ces monnaies étrangères ou nouvelles, parcellaires ou fiduciaires, font dès lors leur expérience avec des succès différents : piastres espagnoles et moëdes portugaises ; billets du Trésor colonial à Saint-Domingue et en Martinique ; flans monétaires de récupération en billon dont la valeur est augmentée au temps de la guerre d’Indépendance américaine ; pièces d’argent américano-espagnoles découpées artisanalement en mocos et renchéries ; etc.

En la matière, les autorités locales font preuve d’une grande imagination et sont à l’initiative, de concert avec les colons. Elles doivent cependant justifier leurs choix auprès d’un pouvoir central sceptique quand il n’est pas réticent. Essayant de pallier ses manques, voire de contrecarrer ce qu’il considère comme des solutions empruntes d’un certain esprit d’indépendance, celui-ci répond par des créations d’espèces spécifiques, corrige le prix de celles qui circulent, voire interdit des pratiques monétaires qui lui échappent. Mais c’est, au final, les usagers et la pratique locale qui font la crédibilité de la « monnaie coloniale » et lui permet de circuler. La souveraineté, en la matière, échappe souvent à l’état.

Conférence accessible à distance via TEAMS (sous réserve) : Cliquez ici pour participer à la réunion

Ou en présentiel à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour – Bâtiment DEG, salle D18 (accès du côté des Écoles doctorales)

16h00-17h30

La défense de la souveraineté monétaire en Espagne

Journée d’étude “La défense de la souveraineté monétaire en Espagne. Contrôles et représentations des échanges monétaires (XVIIe-XIXe siècle)”

Coordinateur : Olivier Caporossi (ITEM, UPPA)

Vendredi 7 octobre 2022
Salle Chadefaud, bâtiment Claude Laugénie,

Université de Pau et des pays de l’Adour

PROGRAMME

9H45-12H15
Présidence de séance : Olivier Caporossi
9H45 Olivier Caporossi (Maître de conférences en histoire moderne, UPPA), Présentation de la Journée d’Etude. 10H Blandine Daguerre (Maître de conférences en Espagnol, ALTER-UPPA), Le traitement littéraire du motif de la monnaie dans les oeuvres du siècle d’or.
10H40 Isabel Ibañez (Professeur émérite d’Espagnol, UPPA), Les manipulations monétaires et la comedia : un non-sujet théatral ?
11H15 Pause
11H30 Albert Estrada Rius (Conservador Jefe, Gabinet Numismàtic de Catalunya, Museu Nacional d’Art de Catalunya, Barcelona), La falsificación de moneda en una tierra de frontera : Cataluña 1808-1908 (Visio-conférence)


14H30-17H15
Présidence de séance : Isabel Ibañez
14H40 Olivier Caporossi (ITEM, UPPA), La Navarre espagnole face aux faux billons (1598-1635).
15H30 Susana Truchuelo Garcia (Profesor titúlar de historia moderna, Universidad de Cantabria), Intercambios monetarios: mecanismos de fraude y agentes de control en el País Vasco en la Alta Edad Moderna.
16H15 Pause
16H30 Tomas Antonio Mantecón Movellan, (Catedrático de historia moderna, Universidad de Cantabria) Redes y agentes de contrabando de moneda y metales preciosos en la España del siglo XVII, crimen organizado? (Visio-conférence).


Si vous voulez suivre la Journée d’Etude à distance : Cliquez ici pour participer à la réunion

La mémoire de Jeanne d’Albert

Histoire et patrimoine protestants des Pays de l’Adour

A l’occasion du 450ème anniversaire de la mort de Jeanne d’Albert (1572 – 2022)

Bulletin du Centre d’étude du protestantisme béarnais – n° 70

15 Eur

ISSN : 1270-0932

Ce numéro spécial consacré à la mémoire de Jeanne d’Albret s’inscrit dans le cadre des commémorations du 450ème anniversaire de sa mort en juin 1572. C’est aussi celui de la Saint-Barthélemy, beaucoup plus célèbre nationalement mais qui n’a pas eu lieu dans l’état protestant du Béarn créé  par Jeanne d’Albret, même si quelques béarnais  et non des moindres ont été pris dans la tourmente. En laissant le renouvellement de l’historiographie sur cette dernière reine de Navarre aux éventuelles grandes commémorations du cinquième centenaire de sa naissance en 2028, nous avons donc choisi de consacrer la plupart des contributions à sa mémoire, très souvent malmenée parce que reine de plein exercice et de par ses choix religieux bien affirmés. Ces contributions s’attacheront à ses interprétations historiques, à ses représentations, à son inscription dans le roman national français, aux lieux qui témoignent de son existence ou de ses actions.

SOMMAIRE

Philippe Chareyre “Les traces mémorielles de Jeanne d’Albret” p. 1

Didier-Poton de Xaintrailles “Jeanne d’Albret et La Rochelle. Entre histoire et mémoire” p 19

Hélène Lanusse-Cazalé “La mémoire de Jeanne d’Albret aux XIVe te XXesiècles : entre dmiration et controverses” p. 21

Isabelle Pébay-Clottes “La chambre de Jeanne d’Albret au Château de Pau” p. 33

Claude Menges-Mironneau “Le grand portrait de Jeanne d’Albret” p. 39

Isabelle Pébay-Clottes “L’écran dit de Jeanne d’Albret” p. 42

Alvaro Adot “La légende de Jeanne d’Albret dans la forêt d’Iraty” p. 43

Etienne Moussiegt “Jeanne d’Albert en Afrique et en Espagne” p. 45

Dénes Harai “La Saint-Barthélemy et les Béarnais des compagnies d’ordonnance du roi de France (1572) p. 49

Elisabeth Rodes “Acquisition d’une lettre autographe de Jeanne d’Albret par le musée Jeanne d’Albret” p.63

Philippe Chareyre “L’ exposition L’ Art de régner. les rois de Navarre à la Renaissance p. 66 – “Le CEPB lauréat du Prix Bertrand Gille 2020” p. 67

Samuel Pozzi et Paul Reclus

Médecins protestants à la Belle époque

Actes du cycle de conférences organisé par le Musée Jeanne d’Albret, 7 oct-26 nov 2021

Centre d’étude du Protestantisme Béarnais (CEPB)Bertrand Gibert

Auteurs

  • Bertrand Gibert
  • Gabrielle Cadier-Rey
  • Louis-Charles Barnier
  • Viviane Delpech
  • Gérard Fauconnier

Préface par Elisabeth Rodes et Philippe Chareyre

ISBN : 978-2-919375-14-1

10 EUR

Les conférences rassemblées dans ce recueil ont été données à Orthez à l’occasion de l’exposition Samuel Pozzi et Paul Reclus, médecins protestants à la Belle Époque, exposition conçue par Bernard Gibert et le Musée Jeanne d’Albret, histoire du protestantisme béarnais, et exposée dans ses locaux,du 9 juin au 27 novembre 2021. Elles ont permis de replacer les deux personnalités dans un mouvement plus large.

Bertrand Gibert, par sa recherche de “Pozzi dans le(s) texte(s)” restitue l’homme à travers le regard de ses contemporains, tant dans la presse que dans la littérature.

Gabrielle Cadier-Rey présente la professionnalisation et la laïcisation des métiers du soin avec “Les origines protestantes de la profession d’infirmière”.

Louis-Charles Barnier, brosse dans son intervention, “L’émergence de la médecine au XIXe siècle”, un panorama des grandes dates comme des noms et des travaux à retenir dans cette aventure médicale.

Viviane Delpech se penche sur “Le thermalisme au temps de la découverte des Pyrénées : mise en image d’un phénomène sanitaire et touristique”.

Gérard Fauconnier, mémorialiste et généalogiste passionné par le “génie des Frères Reclus” est venu parler du “Professeur Paul Reclus, chirurgien et philanthrope”.

JE “Processus de modernisation/ “réformation” des institutions à la renaissance

Journée d’étude dans le cadre de l’inauguration de l’exposition L’art de régner du programme ANR AcRoNavarre, actes royaux de Navarre

Jeudi 23 juin 2022

Casa de Velazquez, Madrid

Coordination

Álvaro ADOT LERGA Universidad Complutense de Madrid
Philippe CHAREYRE Université de Pau et des Pays de l’Adour -ITEM-
Dénes HARAI Université de Pau et des Pays de l’Adour -ITEM-

Organisation
École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), Université de Pau et des Pays de l’Adour

Collaboration
Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques, Universidad Complutense de Madrid, Musée national et Domaine du Château de Pau

PROGRAMME

11h Ouverture
Jean-Michel CASA Embajador de Francia en España
(por confirmar), Laurent BORDES Presidente de la UPPA (o representante), Nancy BERTHIER Directora de la Casa de Velázquez

11h15-13h30 Processus de modernisation/réformation des institutions à la Renaissance

Presidencia
Oscar VILLARROEL Universidad Complutense de Madrid

José Manuel NIETO Universidad Complutense de Madrid
La “reformación” de los Reyes Católicos

Manuel RIVERO Universidad Autónoma de Madrid
La monarquía de Fernando el Católico, modelo de gobierno para Carlos V

Álvaro ADOT  Universidad Complutense de Madrid
Le cas de la Navarre et le Béarn sous les Albret entre 1484 et 1555 (« institutions civiles »)

Dénes HARAI Université de Pau et des Pays de l’Adour
Le cas de la Navarre et des domaines des Albret-Bourbon entre 1555-1594 (« institutions civiles »)

Philippe CHAREYRE Université de Pau et des Pays de l’Adour
Le cas de la Navarre et du Béarn sous les Albret-Bourbon entre 1484-1594 (« institutions religieuses »)

15h30-17h Projet ANR – AcRoNavarre. Exposition L’art de régner. Les rois de Navarre à la Renaissance

Presidencia
Véronique LAMAZOU-DUPLAN Université de Pau et des Pays de l’Adour

Philippe CHAREYRE Université de Pau et des Pays de l’Adour
Bilan du programme

Dénes HARAI Université de Pau et des Pays de l’Adour
La base de données AcRoNavarre

Conclusion

Carmén SÁNZ AYÁN
Universidad Complutense de Madrid
Real Academia de la Historia

Ils étaient députés aux États Généraux de 1789

Conférence – Frédéric Bidouze

Cycle Sur les pas des révolutionnaires

9 juin 2022, 15h00 – Château de Versailles, Auditorium, Pavillon Dufour

Mounier, Barnave, Mirabeau, Sieyès, La Fayette, Robespierre : ils siégeaient tous aux États Généraux de 1789 à Versailles. Qui étaient-ils ? Que sont-ils devenus après le 20 juin 1789 ? Frédéric Bidouze, maître de conférences en histoire moderne à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et auteur notamment De Versailles à Versailles, 1789 (en deux volumes, Périégète édition), vous ouvre les portes de la Révolution Française, une aventure entre enthousiasme collectif et ambitions personnelles, théâtre de grandes divergences.

 

 

Conférence Frédéric Bidouze

RENCONTRES DÉBATS – entrée libre

Jeudi 19 mai 2022 – 18h30

Parvis Espace Culturel Leclerc Pau

Résumé

Avant d’être le moment de la colère populaire et d’une réorganisation
totale de la France, la Révolution s’est préparée dans les discours, dans
le verbe haut et dans le dépassement des rôles et des fonctions des élites
du royaume de France. Les états généraux convoqués à contrecœur
par Louis XVI et réunis le 5 mai 1789 ont été le catalyseur d’émotions
et de revendications et la campagne électorale qui les a précédés avait
déjà fait basculer le royaume dans la servitude de l’exclusion de l’autre
comme système de pensée. Pour le bonheur d’une espérance sans fin
de progrès et de liberté, clergé, noblesse et tiers état se sont affrontés
par des personnalités interposées, bientôt les héros heureux puis
malheureux d’une aventure sans pareille.
De la salle des Menus Plaisirs au Jeu de Paume, c’est toute une culture
politique française à huit-clos qui s’ébauche, témoignage oublié du
bonheur d’être libre et des angoisses pour le demeurer.

Frédéric Bidouze est historien et maître de conférences à l’Université
de Pau et des Pays de l’Adour. Il est l’auteur dans la même collection
de Versailles à Versailles, 1789 (vol. 1). Les états généraux : concorde,
discorde et révolution, 2018, De Versailles à Versailles, 1789 (vol. 2). Le
peuple de Paris en marche : la nation, la loi et le roi, 2019, Massacre
d’une rive à l’autre, vers la Saint-Barthélémy (18-26 août 1572), 2017
(1ère ed. 2011) et de La Commune de Paris (18 mars-28 mai 1871), une
tragédie franco-française, 2014 ; avec Fabienne Coudin de Le Sac de
Rome, 6 mai 1527 : « Les Lansquenets ont fait courir le Pape … », 2012
et de Florence, La Conjuration des Pazzi, 26 avril 1478. Vengeance et
liberté, 2017.



 

JE Figures pyrénéennes et Musées

Journée d’étude internationale

Figures pyrénéennes et musées. Entre collections artistiques et naturalistes

Sous la direction de Viviane Delpech.

Programme PatrimPublic (Fonds commun Nouvelle-Aquitaine/Aragon).

25 mars 2022, Salle Chadefaud, Institut Claude Laugénie, UPPA Pau.

Journée d’étude accessible en ligne via TEAMS: Cliquez ici pour participer à la réunion  

Programme

9h30    Introduction

9h40    Guillermo Juberías Gracia (Universidad de Zaragoza) De la collection privée à la muséalisation d’un héritage : le cas du Musée Goya de Saragosse

10h20  Laetitia Deloustal (Université de Perpignan-Via Domitia) Le Musée Petiet à Limoux : l’histoire singulière d’une artiste peintre au XIXe siècle dans les Pyrénées

11h      Pause

11h10  Mathilde Lamothe (Université de Pau et des Pays de l’Adour) Les collections volantes de Pierrine Gaston-Sacaze, berger-naturaliste ossalois (1797-1893)

11h 50 Alejandro Sanz Guillén (Universidad de Zaragoza) Gabinetes y colecciones de ‘maravillas’ en Aragón : desde Lastanosa a la actualidad

12h30 clôture

La souveraineté monétaire au prisme des frontières

Journée d’Etude du master Histoire, Cultures et Patrimoine

Coordinateur : Olivier Caporossi (ITEM, UPPA)

Vendredi 18 février 2022

Salle du Conseil, bâtiment Lettres, Université de Pau et des pays de l’Adour

 

PROGRAMME

10H-12H

Présidence de séance : Olivier Caporossi

Olivier Caporossi (Maître de conférences en histoire moderne, UPPA), Présentation de la Journée d’Etude.

Bernard Traimond (Professeur émérite d’Anthropologie, Université de Bordeaux II), La fausse monnaie dans les campagnes landaises (1800-1830).

Frédéric Bidouze (Maitre de conférences en histoire moderne, UPPA), Le parlement de Navarre et la monnaie au XVIIIe siècle. La monnaie comme trace juridictionnelle, administrative et politique d’une province de l’Ancien régime.

14H-17H

Présidence de séance : Bernard Traimond

Mathieu Soula (Professeur d’histoire du droit, Université de Nanterre), Le prestige de punir. Notes sur un procès en sorcellerie et faux monnayage, Toulouse, 1614. (visio-conférence).

Olivier Caporossi (Maitre de conférences en histoire moderne, UPPA), Les faux monnayeurs des Pyrénées au sortir de la Guerre de Succession d’Espagne. Le rapport Jean Monicot (1713-1719).

Jillian Walshaw (Associate Professor Department of History, University of Victoria, Canada), Le spectre de l’étranger : les préoccupations des autorités du sud-ouest face au faux monnayage en région frontalière au XVIIIe siècle (visio-conférence).