Archives par mot-clé : histoire immédiate

Appel à communications-Cahiers d’Histoire immédiate n°57

L’ Argentine, vingt-ans après la crise

Dossier coordonné par Damien Larrouqué (INAP-Université du Chile) & Dario Rodriguez (CRIMIC-Sorbonne Université)

Au cours du mois de décembre 2001, les Argentins sont descendus dans les rues des principales villes du pays aux cris du désormais célèbre slogan «Qu’ils s’en aillent tous!», adressé aux acteurs de la représentation politique. Latente depuis plusieurs années, cette colère citoyenne s’est rapidement muée en révolte populaire, laquelle a entraîné la chute du gouvernement et l’ouverture d’un nouveau cycle politique. À bien des égards, la crise a alimenté les espoirs d’un renouvellement de la démocratie dans sa nature représentative et permis d’entrevoir la mise en place d’un nouveau modèle macro-économique. De fait, l’arrivée circonstancielle de Néstor Kirchner au pouvoir en 2003, son bras de fer contre les institutions financières internationales et certaines prises de position emblématiques (en faveur des droits de l’homme notamment) ont marqué un consensus de rupture avec la décennie néolibérale précédente, qui a également été poursuivi par son épouse, Cristina Fernández de Kirchner (2007-2015). Toutefois, outre les soupçons de corruption qui ont pesé sur leurs mandats respectifs, l’un comme l’autre ont été accusés de reproduire les modalités traditionnelles d’exercice du pouvoir en Argentine. Quant au gouvernement de Mauricio Macri (2015-2019), il a renoué avec un certain nombre de préceptes néolibéraux, dont on peut tracer l’origine dans certaines mesures de libéralisation prises durant les années 1990. Malgré ses promesses de campagne, le pays n’a pas non plus connu de recomposition institutionnelle significative. Se pose donc la question de la continuité ou de la rupture qu’a pu incarner, dans une perspective historique de moyen terme, cette fameuse «crise de 2001».

Aujourd’hui, il nous semble non seulement possible mais également nécessaire de poser un regard neuf sur le cycle politique ouvert par les événements de décembre 2001 qui ont fait basculer le pays dans une soudaine acéphalie institutionnelle (succession de 5 présidents en 10 jours) et l’ont fait plonger dans une durable crise économique. Afin d’apporter de nouvelles clés de lecture sur ce passé immédiat, il nous paraît important de décloisonner les disciplines (science politique, histoire, droit, économie, sociologie, etc.) et de valoriser différentes méthodologies (analyses qualitative et/ou quantitative, approche ethnographie, analyse des discours, etc.). Pour la cohérence de ce dossier thématique, mais sans prétention d’exhaustivité et sans nier les interconnexions possibles, les propositions d’articles devront idéalement porter sur l’un de ces cinq axes :

  1. Les cycles électoraux: les leaderships et les partis politiques.
  2. Les acteurs de la protestation sociale et les nouvelles formes de présence citoyenne dans l’espace public.
  3. Les politiques publiques et les relations État-Société.
  4. Les pratiques discursives, les représentations et les imaginaires.
  5. La projection internationale du pays et sa place dans le monde.

Informations générales

En sus de l’introduction générale, ce numéro thématique comptera entre 6 et 7 articles.

Les articles doivent être rédigés en français et feront 30000 signes maximum, notes comprises. Les normes éditoriales seront communiquées ultérieurement aux auteurs des propositions retenues.

Des recensions de 5000 signes max. sur des ouvrages récents (moins de 4 ans à la date de publication, soit 2018) portant sur l’Argentine contemporaine sont les bienvenues. Merci de prendre contact préalablement avec les coordinateurs.

Suggestion d’ouvrages pour recension :

-Juan Manuel Abal Medina, La democracia argentina en el último siglo, Buenos Aires, EUDEBA 2019.

-Alejandro, Grimson,¿Qué es el peronismo? De Perón a los Kirchner, el movimiento que no deja de conmover la política argentina, Buenos Aires, Siglo XXI editores, 2019.

-Noam Lupu, Virginia Oliveros, Luis Schiumerini (Eds.), Campaigns and Voters in Developing Democracies: Argentina in Comparative Perspective, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2019.

-Mariana Gené, La rosca política. El oficio de los armadores delante y detrás de escena (o el discreto encanto del toma y daca),Buenos Aires, Edición Siglo XXI, 2019.

-Gabriel Vommaro,Mariana Gené (compiladores), Las élites políticas en el Sur. Un estado de la cuestión de los estudios sobre la Argentina, Brasil y Chile, Buenos Aires, Ediciones UNGS, 2018.

-Denis, Merklen, Étienne Tassin, La diagonale des conflits. Expériences de la démocratie en Argentine et en France, Paris, Editions de l’IHEAL, 2018.

Les propositions d’article doivent être envoyées aux deux coordinateurs du dossier aux adresses suivantes :damien.larrouque@sciencespo.fr & dario.rodriguez @ paris-sorbonne.fr

avec copie au rédacteur en chef de la revue laurent.jalabert @ univ-pau.fr

Calendrier prévisionnel

  • Envoi des propositions : 15 septembre2020
  • Acceptation des propositions : 1er octobre 2020
  • Envoi des manuscrits : 15 janvier 2021
  • Processus d’évaluation et reprises : janvier-juin 2021
  • Envoi du dossier complet au comité de rédaction : 15 juin 2021
  • Processus éditorial (actualisation / ajustements éventuels) : septembre-octobre 2021
  • Publication : novembre 2021

Les politiques mémorielles et les modalités de sorties de crise

Les politiques mémorielles et les modalités de sorties de crise
(Europe, Afrique, Amériques)
9h00 – 17h30
UPPA- Salle du Conseil, Bâtiment Lettres SH
Avec le soutien de  la Fédération de recherche Espaces, Frontières, Métissages, de l’Ecole Doctorale des Sciences Sociales et Humanités, Identités, territoires, expressions, mobilités (ITEM), Les Afriques dans le monde (LAM) et ALTER.

Le séminaire du mardi 27 février 2018 fait suite à une série de trois séminaires de 2017 qui ont été consacrés aux questions d’identités et de discours dans les sociétés du Maghreb, d’Afrique centrale et de la région des Grands lacs. La réflexion nous avait  amené à penser sous un angle nouveau les situations extrêmes dans lesquelles la fragmentation des territoires et la désaffection du lien social ont affecté les acteurs politiques et la société civile. Les intervenants s’étaient interrogés de savoir quels sont les discours, les nouveaux dispositifs politiques et sociaux qui ont modelé les identités multiples d’acteurs anciens comme nouveaux ? Quelles sont les pesanteurs structurelles, cycliques et les nouvelles donnes observables ? Et comment le chercheur ou la chercheure des sciences sociales et humaines peut-elle ou peut-il contribuer à des analyses pertinentes des processus de délégitimation et de radicalisation sur les terrains étudiés?

Pour ce second séminaire, les intervenants seront amenés à analyser quelles sont les politiques mémorielles et les modalités de sorties de crise qui sont élaborées pour construire la paix et réinventer le lien social encore fragile, après de longues périodes de conflits et de violences guerrières.  En effet, les processus de « sorties de crises » de ces dernières années à travers par exemple la commission « Vérité et Réconciliation » en Afrique du Sud et les conférences nationales dans la plupart des sociétés africaines subsahariennes ont mobilisé l’attention de plusieurs analystes sur leur caractère inédit ; notamment du fait des procédés utilisés pour sortir de la crise, à savoir, le choix de l’espace de la négociation et de la médiation en vue de la réconciliation, le compromis nécessaire entre les acteurs concernés, l’accomplissement et l’observation des rites expiatoires pour conjurer la violence entre les individus, les groupes et les sociétés ; les modalités de gestion permanente des situations post-crises et post-conflits par l’articulation du traitement politique et judiciaire de la crise combinée avec son traitement religieux, selon le triptyque  énonciation de la vérité – reconnaissance de la faute commise par le ou les individus –  sollicitation du pardon ; enfin, l’institution de la parole dite pour exorciser le mal et le crime commis individuellement dans le champ social et le champ politique.

A travers des regards comparés et interdisciplinaires, les interventions programmées s’emploieront à apporter des éléments de réflexion nécessaires à la compréhension des questions étudiées.

Programme

8h45: Accueil

9h00-9h20: Mot d’accueil des organisateurs
– Mot du Directeur de l’Ecole Doctorale 481, Pr. Jean-Yves PUYO
– Mot de la Directrice de la Fédération de recherche, Pr. Nadia MEKOUAR
  • Session 1: Négocier est-ce possible?
9h20-9h40: Pr. Abel KOUVOUAMA, Politiques mémorielles, « régimes » de vérité et modalités de sortie de crise : quelques « foyers d’expériences »
9h40-10h00: Pr. Cyrille KONE, Comment croire encore à la réconciliation au Burkina-Faso?
Pause: 10h20- 10h30
  • Session 2: Les choix des institutions et du politique: entre justice et commémoration?
10h30-10h50 : Pr. Jean-Pierre ALLINNE, Commémorations, mémoriaux et pratiques différenciées de la mémoire au Rwanda
10h50-11h10 : Dr. Emilie MATIGNON, Approches restauratives et sorties de crise : quelles autres perspectives au-delà des CVR?
11h10-11h30 : Dr. Hervé MAUPEU,  Mémoire et génocide au Rwanda: à propos de quelques ouvrages récents
  • Session 3: Les pratiques sociales alternatives : entre pardon et guérison?
14h00-14h20: Pr. Christian THIBON, Mémoire, oubli et pardon: la résilience par la religion, le recours à Dieu,  entre Imana et Kubwanda dans la Région des Grands Lacs
14h20-14h40: Dr. Alain CAZENAVE-PIARROT, Pratiques sorcellaires au Burundi: sortir de la mémoire de la crise
14h40-15h00: Pr. Patrice YENGO, Prophétismes et thérapeutiques des mémoires improbables
  • 15h45 : Session 4: Table-ronde : Ré-inventer le lien social ?

CONTACT : federationefm@univ-pau.fr et  lam-uppa @ univ-pau.fr

Télécharger le programme

Quelle coupure entre histoire contemporaine et histoire immédiate ?

 

L. Jalabert, professeur d’histoire contemporaine à l’UPPA (ITEM EA3002) participera à l’occasion de l’AG de l’Association des Historiens Contemporanéistes de l’Enseignement supérieur et de la recherche à la Table ronde sur le thème : « Quelle coupure entre histoire contemporaine et histoire immédiate ? »   qui aura lieu vendredi 10 novembre 2017, de 14h à 17h30, à la Maison de la Recherche, 28 rue Serpente, 75006 Paris, salle D040 (rez-de-chaussée à gauche en entrant).

1/ 14h-15h30 – Rencontre de l’AHCESR sur le thème : « Quelle coupure entre histoire contemporaine et histoire immédiate ? »

Avec les interventions de :

Anne Boitel, Aix-Marseille Université, TELEMME, auteure d’une thèse, soutenue en 2016, intitulée « Des camps de réfugiés aux centres de rétention administrative: la Cimade, analyse d’une action dans les lieux d’enfermement et de relégation (de la fin des années 1930 au début du XXIe siècle) ».

Françoise Daucé, EHESS, CERCEC, qui abordera le sujet à partir de ses travaux sur l’histoire immédiate de la Russie post-soviétique.

Armelle Enders, Université Paris 8, IHTP, qui relatera son expérience de rédaction d’une histoire du Brésil « jusqu’à nos jours » au cours d’une crise politique majeure.

Laurent Jalabert, Université de Pau, ITEM, qui évoquera son expérience à la rédaction de Cahier d’histoire immédiate.

La discussion sera animée par Julie d’Andurain et Clément Thibaud, pour le bureau de l’AHCESR.

https://ahcesr.hypotheses.org/777

Cahier d’Histoire Immédiate

Les Cahiers d’Histoire Immédiate est une revue semestrielle consacrée à l’histoire la plus contemporaine.
Après deux ans d’interruption, la publication de la revue reprend
aux éditions Cairn sous la direction scientifique de l’UPPA et du laboratoire ITEM EA 3002.

Le numéro 49 composé d’un dossier thématique intitulé « Lectures de la Révolution cubaine dans l’espace atlantique » et  de varias vient de paraître :

« La fascination pour Cuba est ancienne. Le dossier invite à réfléchir aux lectures, aux résonances et aux réceptions de la Révolution, dans la Caraïbe et, au-delà, dans l’espace atlantique. En d’autres termes, il s’agit de voir de quelle façon la Révolution cubaine, notamment à ses débuts, a engendré, tout un cortège de représentations, romantiques ou pragmatiques, et de montrer que celle-ci s’ est diffusée à la fois comme une source d’inspiration
théorique féconde et un modèle d’action auprès d’une génération de
militants et d’activistes anti-impérialistes. De plus, il s’agit d’examiner comment, par l’intermédiaire d’organismes paragouvernementaux tels que l’Organisation de solidarité des peuples d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine (OSPAAL), plus connue sous le nom de Tricontinentale, le régime révolutionnaire cubain a ouvertement pratiqué une politique anti-impérialiste de soutien à des mouvements révolutionnaires, surtout jusqu’en 1968, date à partir de laquelle il avait tempéré son activisme internationaliste au profit d’un alignement croissant sur la politique prudente pratiquée par l’URSS à destination du tiers-monde. En conséquence, différents types d’impacts de cet activisme cubain au plan géopolitique, notamment sur les relations bilatérales franco-cubaines dans les Caraïbes, au Mexique, en Afrique de l’Ouest, sont ici analysés. »

Plus d’informations

Le numéro 50 qui sera publié à l’automne 2017 comportera un Dossier intitulé « Une histoire en chantier: l’histoire de la Vème République » et des varias.

Les chercheurs, notamment de jeunes chercheurs, peuvent soumettre des articles au comité de rédaction.  Ceux-ci sont à expédier pour le prochain numéro (50) qui paraitra à l’automne 2017 avant le 15 août sous un format word (30 000 signes espaces compris) à laurent.jalabert@univ-pau.fr  ou Joëlle Saucès joelle.sauces@univ-pau.fr

Les articles sont soumis et expertisé à un membre du comité de lecture avant d’être discuté en comité de rédaction.

Pour les numéros suivants (51 et 52) qui paraitront fin 2017 et au printemps 2018, les propositions d’articles sont à expédier avant le 15 octobre 2017 ou le 15 janvier 2018.