Archives par mot-clé : histoire environnementale

Une histoire environnementale de l’hydroélectricité

Colloque international

Du 6 décembre 2023 au 7 décembre 2023

UPPA, Institut Claude Laugénie, Salle Chadefaud

Le colloque “Une Histoire environnementale de l’hydroélectricité”, organisé par le laboratoire ITEM de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA), avec le soutien de la Société française d’histoire politique (SFHPo) aura lieu les 6 et 7 décembre 2023 à Pau.

Comité d’organisation : Laurent Jalabert, Laurent Dornel, Sébastien Repaire

Comité scientifique : Anne Dalmasso, Laurent Dornel, Alexandre Fernandez, Steve Hagimont, Laurent Jalabert, Fabrizio Loreto, Javier Martinez, Jean-Michel Minovez, Sébastien Repaire, Alexis Vrignon

Argumentaire

L’hydroélectricité est l’une des premières filières de production d’énergie considérée comme renouvelable à avoir été développées à grande échelle en Europe. Depuis les premières centrales hydroélectriques à la fin du XIXe siècle jusqu’à nos jours, elle a joué un rôle clé dans la production d’électricité et a façonné les paysages là où s’implantaient les grands ouvrages. Ce faisant, le développement de l’hydroélectricité ne s’est pas réalisé sans impacts sur l’environnement, ceux-ci variant en fonction de l’ampleur et de la localisation des projets. La construction de barrages hydroélectriques a ainsi pu entraîner la submersion de vastes espaces et la modification d’habitats naturels, au risque de porter atteinte à la biodiversité et à la qualité de l’eau, tout en créant de nouveaux écosystèmes lacustres. De même, ces aménagements ont transformé les cours d’eau et leurs processus naturels (fluctuations du niveau de l’eau, accumulation des sédiments…), affectant ainsi les biotopes aquatiques. Enfin, au-delà des conséquences environnementales directes des ouvrages hydroélectriques, l’industrialisation permise par le développement de la « houille blanche » (scieries, papeteries, électrochimie, électrométallurgie, micro-centrales pour éclairage public et fourniture de force pour les ateliers et usines) a elle-même transformé les socio-écosystèmes à des échelles variables. 

Ces différents constats sont aujourd’hui à prendre en compte dans les choix qui président à l’élaboration du mix énergétique le plus décarboné possible. Ils justifient, s’il en était besoin, le recours à la perspective de l’histoire environnementale pour mieux comprendre le développement de l’hydroélectricité et son impact sur les territoires. S’inscrivant dans le sillage des nombreuses études qui interrogent les changements sociaux, économiques et techniques qui conditionnent et sont conditionnés par les énergies et leurs convertisseurs, ce colloque vise à répondre à plusieurs questions. Quelle histoire environnementale de l’hydroélectricité peut-on écrire ? Quels sont les apports de cette approche pour l’histoire des systèmes énergétiques, des politiques énergétiques et de leurs impacts économiques et sociaux ?

Ci-joint le lien Teams, valable pour assister aux 2 journées à distance :
Cliquez ici pour rejoindre la réunion

Programme 

Mercredi 6 décembre 2023 (après-midi)

UPPA, Institut Claude Laugénie, Salle Chadefaud

14h15. Ouverture du colloque

Accueil par Laurent Jalabert, directeur de l’unité de recherche ITEM

Introduction scientifique : Sébastien Repaire

Session 1 – Aspects industriels et technologiques

Présidence : Laurent Dornel

14h30. Marcela Efmertovà et Jan Mikeš (Université polytechnique de Prague). Vulnérabilité et limites techniques de l’hydroélectricité entre les deux guerres mondiales en Tchécoslovaquie : étude de cas de la centrale hydroélectrique « Hučák » dans la ville de Hradec Králové.

15h00. Isabelle Duval (Archéologue, Hydro-Québec). Site patrimonial, ethnohistoire et évolution technologique sur le site des aménagements hydroélectriques de Saint-Narcisse au Québec.

15h30. Philippe Pinet (Doctorant, Université du Québec, Montréal). La Direction Environnement d’Hydro-Québec : contexte, défi et orientations, 1970-1985.

16h00. Stéphanie Eveno (Anthropologue, Hydro-Québec). Appropriation des aménagements hydroélectriques par le milieu. Étude de cas au Québec.

16h30-17h00. Questions et débats.

Jeudi 7 décembre 2023

UPPA, Bâtiment des Lettres, Salle du Conseil

Session 2 – L’impact environnemental : enjeux écologiques, sociaux et culturels

Présidence : Laurent Jalabert et Julien Marchesi

9h00. Jo-Ansie Van Wyk (University of South Africa, Pretoria). A dam that does not exist: The Noordoewer/Viooldrift Dam on the lower Orange River between South Africa and Namibia.

9h30. Chiara Molinero (Doctorante, Université de Gênes). Le barrage de Brugneto (Italie) et ses effets temporels et spatiaux à plusieurs échelles.

10h00. Francesca Frisone (Université de Messine, Italie). The Dam of San Teodoro in Troina: emigration and the crisis of rural villages in post-war Sicily (1949-1953).

10h30. Questions et débats

10h45 : Pause café

11h00. Anna Safronova (ATER à l’Université Jean-Moulin Lyon 3). Peut-on critiquer un barrage quand il est la raison d’être d’une ville ? L’exemple de la station hydro-électrique la plus basse sur la Volga, à Voljski en Russie, 1958-années 1990.

11h30. Patrick Magloire Essomo Ngossia (Université de Douala, Cameroun). Le barrage hydroélectrique de Mekin au Cameroun : analyse des impacts d’activités sur la valeur universelle exceptionnelle de la réserve de faune du Dja au sud Cameroun

12h00. Questions et débats

12h30 : Pause déjeuner

Session 3 – Politiques publiques

Présidence : Sébastien Repaire

14h00. Pierre Manenti (Directeur adjoint du cabinet de Dominique Faure, secrétaire d’État chargée de la ruralité). La politique énergétique de Charles de Gaulle, de l’hydroélectrique au marémoteur.

14h30. Marie-Claude Prémont (École nationale d’administration publique, Montréal). La reconfiguration politique d’un vaste territoire du Québec pour le développement hydroélectrique de la région de la baie James.

15h. Williams Pokam Kamdem (Université de Dschang, Cameroun). Hydroélectricité, expropriation et mobilisation collective au Cameroun.

15h30. Questions et débats

16h00. Mariajosé Recalde (Mastérante, EHESS). Le barrage hydroélectrique Hidroituango et les conflits socio-économiques autour de la paix en Colombie.

16h30. Mathieu Roy (Doctorant à l’Université du Québec, Montréal). L’aménagement du territoire au cours du projet hydroélectrique de la baie James : territorialités, environnement et conflits politiques (1971-1984).

17h00. Stéphane Savard (Université du Québec, Montréal). Le patrimoine archéologique des Premières Nations comme mesure des impacts en « écologie humaine », 1972-1985.

17h30-18h00. Questions, débats et conclusions du colloque

Colloque “Une histoire environnementale de l’hydroélectricité”

Colloque scientifique, Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA), 6-7 décembre 2023.

L’hydroélectricité est l’une des premières filières de production d’énergie considérée comme renouvelable à avoir été développées à grande échelle en Europe. Depuis les premières centrales hydroélectriques à la fin du XIXe siècle jusqu’à nos jours, elle a joué un rôle clé dans la production d’électricité et a façonné les paysages là où s’implantaient les grands ouvrages. Ce faisant, le développement de l’hydroélectricité ne s’est pas réalisé sans impacts sur l’environnement, ceux-ci variant en fonction de l’ampleur et de la localisation des projets. La construction de barrages hydroélectriques a ainsi pu entraîner la submersion de vastes espaces et la modification d’habitats naturels, au risque de porter atteinte à la biodiversité et à la qualité de l’eau, tout en créant de nouveaux écosystèmes lacustres. De même, ces aménagements ont transformé les cours d’eau et leurs processus naturels (fluctuations du niveau de l’eau, accumulation des sédiments…), affectant ainsi les biotopes aquatiques. Enfin, au-delà des conséquences environnementales directes des ouvrages hydroélectriques, l’industrialisation permise par le développement de la « houille blanche » (scieries, papeteries, électrochimie, électrométallurgie, micro-centrales pour éclairage public et fourniture de force pour les ateliers et usines) a elle-même transformé les socio-écosystèmes à des échelles variables. 

Ces différents constats sont aujourd’hui à prendre en compte dans les choix qui président à l’élaboration du mix énergétique le plus décarboné possible. Ils justifient, s’il en était besoin, le recours à la perspective de l’histoire environnementale pour mieux comprendre le développement de l’hydroélectricité et son impact sur les territoires. S’inscrivant dans le sillage des nombreuses études qui interrogent les changements sociaux, économiques et techniques qui conditionnent et sont conditionnés par les énergies et leurs convertisseurs, ce colloque vise à répondre à plusieurs questions. Quelle histoire environnementale de l’hydroélectricité peut-on écrire ? Quels sont les apports de cette approche pour l’histoire des systèmes énergétiques, des politiques énergétiques et de leurs impacts économiques et sociaux ?

Pour répondre à ces questions, il conviendra tout d’abord de privilégier la longue durée, du XIXe siècle à nos jours. Il s’agira également d’envisager une approche multiscalaire ouverte aux études locales, nationales, européennes, mondiales, en encourageant les analyses inter- et trans-nationales. Les circulations de capitaux, de représentations, de conflits, de techniques ou de personnes, par exemple entre l’Amérique du Nord et l’Europe, pourront faire l’objet de communications. Une attention aux territoires sous domination coloniale sera particulièrement bienvenue, s’agissant notamment des transferts de pratiques et techniques entre colonies et métropoles. En outre, l’étude ne sera pas limitée aux espaces de montagne – bien que ceux-ci soient bien sûr au cœur du sujet –, car le déploiement hydroélectrique ne s’y limite pas. 

Trois axes sont proposés pour les communications. Ils sont davantage indicatifs que prescriptifs car ils se recoupent largement. Des propositions transversales seront donc possibles.

Axe 1 – L’impact environnemental : enjeux écologiques, sociaux et culturels

La question de l’impact environnemental permettra d’interroger les conséquences de la production hydroélectrique sur les milieux, la biodiversité, les pratiques pastorales, ou encore les autres activités, en soulignant les spécificités de ces implications environnementales au gré des différentes étapes de la « vie sociale » et de la trajectoire matérielle des barrages : construction (avec submersion), fonctionnement, fin de vie (Lopez, 2019). Ces effets directs ou indirects sur l’environnement pourront être mis en relation avec l’évolution de l’« opinion publique » et avec la manière de penser, à travers le temps, l’énergie, l’industrie, ou encore la croissance de la production. On s’interrogera aussi, dans cette partie, sur la notion de paysage hydroélectrique et sur les phénomènes de patrimonialisation de celui-ci, un processus à l’œuvre notamment en Suisse, où l’on observe une forme de construction identitaire autour de ces paysages anthropisés (Walter, 2004 et 2015 ; Bouvier et Varaschin, 2009). En outre, des communications pourront interroger en particulier la manière dont l’hydroélectricité participe de la composition et de la recomposition de collectifs, qui promeuvent ou s’opposent à l’hydroélectricité et peuvent fracturer les alliances préexistantes ou attendues. Par la diversité des acteurs qui se trouvent réunis par l’objet hydroélectrique, quelles « classes géo-sociales » – au sens de Nicolaj Schultz et Bruno Latour – peut-on identifier et comment évoluent-elles ? En s’intéressant au vocabulaire des luttes, quelle vision de la nature et du progrès portent les acteurs mobilisés par l’hydroélectricité ? Alors qu’elle a provoqué de grandes et longues luttes pour la défense de l’environnement, à partir de quand et selon quels processus l’énergie hydroélectrique devient-elle une énergie « verte » ?

Axe 2 – Aspects industriels et technologiques

Concernant la dimension industrielle et technologique du sujet, on pourra questionner, sous l’angle de l’histoire environnementale, la place de l’hydroélectricité dans la trajectoire économique et sociale des territoires et interroger les transformations intervenues dans différentes entreprises, considérées comme autant d’études de cas. Il s’agira, en outre, de questionner l’impact de la mise en place des innovations techniques sur les écosystèmes, que celles-ci accentuent leur dégradation ou, au contraire, atténuent l’impact des activités industrielles sur l’environnement. Ces innovations et leurs impacts sur les milieux posent la question de la valeur de l’énergie hydroélectrique : est-ce une énergie pertinente dans les mix énergétiques du XXIe siècle ? Ou bien une énergie vieillissante ? Dans tous les cas, il conviendra d’insister sur la notion de réseaux d’acteurs, combinant acteurs publics et privés à différentes échelles – la frontière entre les deux sphères se brouillant parfois, notamment lorsque des privatisations interviennent. Les propositions attentives aux changements qui s’opèrent dans le monde du travail, au sein du secteur et dans les entreprises hydroélectriques, seront également bienvenues.

Axe 3 – Politiques publiques

Le volet consacré aux politiques publiques devra interroger les différents échelons de la prise de décision et du débat public : local, national, européen (avec éventuellement des focus sur les institutions européennes – Conseil, Commission, Parlement) et international. Il conviendra notamment de questionner ce paradoxe, de plus en plus présent chez les pouvoirs publics au cours de la période, entre, d’un côté, un désir d’industrialisation, et, de l’autre, la volonté de limiter les externalités négatives des activités énergétiques et industrielles et leur impact sur l’environnement. De cette tension intrinsèque résulte souvent la recherche d’un processus de régulation qui satisfasse tous les acteurs, ce qui n’est pas sans susciter parfois des conflits environnementaux entre initiateurs-promoteurs et opposants aux aménagements. L’étude de ces différents aspects supposera une prise en compte et une analyse des discours publics relatifs au développement de l’hydroélectricité. Les interactions entre entreprises du secteur et pouvoirs publics, y compris et en particulier lorsque les entreprises hydroélectriques sont publiques comme EDF (1946) ou la SHEM (après 1937), semblent intéressantes à documenter. Le rôle des organisations internationales en Europe et surtout hors d’Europe devra également être pris en considération, à l’instar de celui de la Banque mondiale dans le financement de la filière hydroélectrique (Grandi, 2020). On pourra également inclure dans cette partie l’analyse de la relation qui existe parfois entre le secteur hydroélectrique et l’armée ou les conflits, ou encore les différences entre contexte démocratique et contexte dictatorial dans la conduite des politiques énergétiques, par exemple à travers des approches comparatives incluant l’Espagne franquiste et l’Italie fasciste (Armiero et al., 2022 ; Coral Broto 2015).

Modalités de soumission et de sélection

La sélection des communications se fera sur la base d’un résumé n’excédant pas les 3 000 caractères (espaces compris). Chaque proposition doit inclure les nom, prénom et affiliation(s) de l’intervenant, ainsi qu’une brève biographie (500 caractères maximum), une bibliographie et cinq mots-clés. Elle doit également préciser l’axe (ou les axes) du colloque dans lequel elle s’inscrit.

Date limite d’envoi des propositions : le lundi 29 mai 2023.

Adresse électronique d’envoi : colloque.hydroelectricite @ gmail.com

Les résumés seront soumis à un comité scientifique pour évaluation. Une réponse sera donnée fin juin – début juillet.

Comité d’organisation

  • Laurent Jalabert
  • Laurent Dornel
  • Sébastien Repaire

Comité scientifique 

  • Anne Dalmasso
  • Laurent Dornel
  • Alexandre Fernandez
  • Steve Hagimont
  • Laurent Jalabert
  • Fabrizio Loreto
  • Javier Martinez
  • Jean-Michel Minovez
  • Sébastien Repaire
  • Alexis Vrignon

Bibliographie indicative

Ambroise-Rendu (Anne-Claude), Trespeuch-Berthelot (Anna), Vrignon (Alexis) (dir.), Une histoire des conflits environnementaux. Luttes locales, enjeu global (XIXe-XXIe siècles), Limoges, PULIM, 2019.

Armiero (Marco), Biasillo (Roberta), Graf von Hardenberg (Wilko), La natura del duce. Una storia ambientale del fascismo, Turin, Einaudi, 2022. 

Blanc (Nathalie), Genin Bonin (Sophie), Grands barrages et habitants : les risques sociaux du développement, Paris – Versailles, Éditions de la Maison des sciences de l’homme – Éditions Quae, 2008.

Bouneau (Christophe), Entre David et Goliath. La dynamique des réseaux régionaux. Réseaux ferroviaires, réseaux électriques et régionalisation économique en France du milieu du XIXe siècle au milieu du XXe siècle, Pessac, Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, 2008.

Bouvier (Yves), Varaschin (Denis) (dir.), Le patrimoine industriel de l’électricité et de l’hydroélectricité. Actes du colloque international de Divonne-les-Bains et de Genève, Chambéry, Presses Universitaires Savoie Mont Blanc, coll. « Patrimoines », 2009.

Briffaud (Serge), Heaulmé (Emmanuelle) et al., « The Nature of Resources. Conflicts of Landscape in the Pyrenees During the Rise of Hydroelectric Power », in Renewable Energies and European Landscapes, Dordrecht, Springer, 2015, pp. 135‑153.

Ciuffetti (Augusto), Luca Mocarelli (Luca) (dir.), Dighe, laghi artificiali e bacini idroelettrici nell’Italia contemporanea, Soveria Mannelli, Rubbettino Editore, 2021.

Corral Broto (Pablo), Protesta y ciudadanía. Conflictos ambientales durante el franquismo en Zaragoza (1939-1979), Saragosse, Publicaciones de Rolde de Estudios Aragoneses, coll. « Aragón Contemporáneo », 2015.

Dalmasso (Anne), « Barrages et développement dans les Alpes françaises de l’entre-deux-guerres », Revue de géographie alpine, n° 96, 2008, pp.45-54.

Debofle (Pierre), Sanchez (Jean-Christophe) (dir.), Pays pyrénéens et environnement, Bagnères-de-Bigorre, Société Ramond, 2016.

Evans (Bruno) « L’énergie hydraulique… et le développement d’un territoire industriel », in François Jarrige et Alexis Vrignon (dir.), Face à la puissanceop. cit., pp. 171-182.

Fernandez (Alexandre), « L’économie politique du gaz, de l’eau et de l’électricité en Espagne (vers 1840-vers 1950) : un observatoire européen », Histoire, économie & société, 2018/3, pp. 5-13.

Gouy-Gilbert (Cécile), Dalmasso (Anne), Jakob (Michael) (dir.), Alpes électriques. Paysages de la houille blanche, Renage, Éd. Dire l’entreprise, 2011.

Grandi (Elisa), « World Bank’s Missions in Colombia: Rojas’ Regime, Domestic Opposition, and International Economists (1949–1957) », Research in the History of Economic Thought and Methodology, vol. 38B, 2020, pp. 55-73.

Hagimont (Steve), Pyrénées. Une histoire environnementale du tourisme, Ceyzérieu, Champ Vallon, coll. « L’environnement a une histoire », 2022.

Heaulmé (Emmanuelle), « Hydroélectricité et conflits paysagers dans la montagne pyrénéenne du début du XXe siècle à la création du parc national », Projets de paysage, no 10, 2014, [en ligne] https://journals.openedition.org/paysage/pdf/11458.

Humair (Cédric), Gigase (Marc), Lapointe Guigoz (Julie) (dir.), Système touristique et culture technique dans l’Arc lémanique. Analyse d’une success story et de ses effets sur l’économie régionale (1852-1914), Neuchâtel, Alphil-Presses universitaires suisses, 2014.

Jarrige (François), Vrignon (Alexis), Face à la puissance. Une histoire des énergies alternatives à l’âge industriel, Paris, La Découverte, 2020.

Landry (Marc), Kupper (Patrick) (dir.), Austrian Environmental History, La Nouvelle-Orléans, University of New Orleans Press, 2018.

Lopez (Fanny), L’ordre électrique. Infrastructures énergétiques et territoires, Genève, MétisPresses, 2019.

Lorenzetti (Luigi), Valsangiacomo (Nelly) (dir.), Alpi e patrimonio industriale. Cultura e memoria, XIX-XX sec., Mendrisio, Mendrisio Academy Press, 2016, [en ligne] https://www.montagneinrete.it/uploads/tx_gorillary/patrimonio_industriale_book__1482484184.pdf.

Mathis (Charles-François), Massard-Guilbaud (Geneviève) (dir.), Sous le soleil. Systèmes et transitions énergétiques du Moyen Age à nos jours, Paris, Éditions de la Sorbonne, 2019.

Minovez (Jean-Michel), L’industrie invisible. Les draperies du Midi, XVIIe-XXe siècles. Essai sur l’originalité d’une trajectoire, Paris, CNRS Éditions, 2012.

Parrinello (Giacomo), « Systems of Power. A Spatial Envirotechnical Approach to Water Power and Industrialization in the Po Valley of Italy, ca.1880–1970 », Technology and Culture, vol.  59, n° 3, juillet 2018, pp. 652-688.

Veitl (Philippe), L’invention d’une région : les Alpes françaises, Grenoble, PUG, 2013.

Walter (François), Les figures paysagères de la nation. Territoire et paysage en Europe (16e-20e siècle), Paris, Éditions de l’EHESS, 2004.

Walter (François), Planzi (Lorenzo), Steinauer (Jean), Paysages sous tension. Électricité et politique en Suisse occidentale, Neuchâtel, Alphil-Presses universitaires suisses, 2015.

Appel à communication “BD et environnement “

Appel à communication “BD et environnement : les temps enfiévrés (1960-2010)”

Organisée dans le cadre du Réseau Régional de Recherche sur la Bande Dessinée de Nouvelle Aquitaine « 3RBD »

Depuis plus de trente ans, la question climatique, débattue sur la scène internationale, a conduit à l’émergence d’un vaste champ de recherche en transition studies (encore appelées en France transitions écologiques) se consacrant à l’étude des dynamiques de restructuration des systèmes liées aux politiques de transition durable de type « post-crise ». Ainsi, les recherches scientifiques couplant les effets de la transition physique de la planète consécutifs au changement climatique avec ses conséquences sociales se multiplient-elles, interrogeant notamment tous les grands champs des sciences humaines et sociales. Si l’étude des changements globaux sur le temps long est très sollicitée par les sciences dites exactes, la capacité à prévoir le futur et donc à anticiper les changements sociaux devient cruciale pour les décideurs politiques. La constitution en 2019, sous les auspices du ministère des Armées d’un groupe de « réflexion » du nom de Red Team Défense participe alors de ces efforts de prospective : réunissant une dizaine d’auteurs et de scénaristes de science-fiction travaillant avec des scientifiques et des experts militaires, il a pour objectif de faire émerger des scénarios s’attachant à anticiper des risques environnementaux, technologiques, économiques et sociétaux susceptibles, à l’horizon 2030-2060, d’engendrer différents types de conflictualités potentielles. Et parmi les « experts » de la société civile réunis, le monde de la bande dessinée est représenté par le scénariste Xavier Dorison (Le Troisième Testament, Long John Silver, Le Château des animaux, Undertaker, entre autres) et le dessinateur François Schuiten (Les Terres creuses, Les Cités obscures). En effet, la BD constitue un vaste réservoir d’univers, de conceptions du monde et de la société, de visions du présent et de l’avenir, souvent construits sur la base d’éléments existants ou en émergence.


Les préoccupations « naturalistes » incorporent progressivement le champ de la BD dans les années 1960, sous le biais de deux facteurs : d’une part, la sensibilisation aux questions de préservation (et gestion) de la Nature s’ouvre à un plus large public, par le biais notamment de la médiatisation des catastrophes majeures d’origine anthropique provoquant alors de fortes répercussions sur les milieux dits naturels et la société2 ; d’autre part, l’apparition puis le renforcement d’une nouvelle offre éditoriale en direction d’un public adulte3 favorisent de nouveaux thèmes traités par la BD, dont le grand domaine de l’environnement. Comme le soulignait en 1982 Louis Gérard (alors directeur d’édition chez Casterman), les hebdomadaires illustrés « jeunesse » qui s’étaient multipliés en France après 1945 avaient « légué » des lecteurs adultes, engendrant « une première explosion de la BD vers 1969-1970 » 4 , suivie d’une décennie faste pour ce champ de l’édition.


Cet appel à communication vise plus particulièrement à étudier le traitement des questions environnementales par le grand domaine de la Bande Dessinée durant les temps pré transition studies « toutes puissantes », à savoir avant 2010. En effet, de nos jours et pour le cas français, nombreuses sont les controverses environnementalistes traitées par le support BD : citons entre autres le développement « inexorable » des algues vertes nappant les plages bretonnes (Inés Léraud, Pierre Van Hove, Algues vertes – l’histoire interdite, la revue dessinée/Delcourt, 2019), les ravages sanitaires découlant des épandages massif dans les Antilles françaises de chlordécone entre 1973 et 1992 (Jessica Oublié, Vinciane Lebrun, Katherine Avraam et Nicola Gobbi, Tropiques toxiques – le scandale du chlordécone, Les Escales, 2020) ou encore le projet d’enfouissement des déchets nucléaires à Bure (Gaspard d’Allens, Pierre Bonneau, Cécile Guillard, Cent mille ans – Bure ou le scandale enfoui des déchets nucléaires, la revue dessinée/Seuil, 2021 ; Étienne Davodeau, Le Droit du sol – journal d’un vertige, Futuropolis, 2021).


Ainsi, par exemple, si le rôle fondateur joué en France par le dessinateur Pierre Fournier (1956-1973) a été déjà étudié5 , beaucoup reste à faire. Par exemple, les scénarios des BD publiées dans les années 1970 (« albums » comme « illustrés » reflètent-ils les thématiques interrogées par la toute jeune écologie politique, incarnée par la candidature de René Dumont aux élections présidentielles du printemps 1974 ? Retrouve-t-on dans leurs pages la contestation de l’extension du camp militaire du Larzac, du « tout voiture », des habitats collectifs de type « grands ensembles », le traumatisme réel engendré en Bretagne par le naufrage de l’Amoco-Cadiz (1978) ou encore les mobilisations populaires contre la construction des centrales nucléaires (Fessenheim, 1971 ; Bugey, 1971 ; Plogoff, 1978-1981 ; Port-de-Lanne, 1980 ; Golfech, 1980-1981 ; etc.) ? Et ces événements, alors largement médiatisés, sont-ils à l’origine de nouvelles fictions ?


De même, le I er Sommet de Terre tenu à Stockholm (juin 1972) initiant une première collaboration internationale dédiée à l’amélioration des conditions de vie (« Une seule
Terre ») et aboutissant au lancement du Programme des Nations Unies pour l’Environnement a-t-il eu un retentissement direct sur les productions de bandes dessinées ? Et quelque vingt ans plus tard, quels furent sur ce même plan les effets du Sommet de la Terre de Rio-de- Janeiro qui assura une promotion formidable à la notion de sustainable development (développement durable « en français de France » vs développement soutenable pour les Québécois) ?


Au final, les organisateurs ne souhaitent pas restreindre le type éditorial des bandes dessinées étudiées (des albums traditionnels aux mangas en passant par la grande diversité
des « illustrés » : hebdomadaires, mensuels et autres fumetti – « BD de hall de gare »), ni les genres visés (SF, anticipation, « réaliste », westerns, super-héros, etc.) et encore moins les pays d’édition et/ou d’origine des auteurs.

Comité d’organisation


Julie Gallego, maîtresse de conférences de latin à l’UPPA (laboratoire ALTER)
Laurent Jalabert, professeur d’histoire contemporaine à l’UPPA (laboratoire ITEM)
Jean-Yves Puyo, professeur de géographie à l’UPPA (laboratoire TREE)

Calendrier


Ouverture de l’appel à participation : I er juin 2022


Les propositions de communications sont à envoyer aux adresses suivantes :


julie.gallego @ univ-pau.fr

laurent.jalabert @ univ-pau.fr

jean-yves.puyo @ univ-pau.fr


Le résumé (fichier .doc, .docx, .odt ou pdf) sera présenté en 500 mots +/-10%, en Times New Roman, taille 12, avec maximum trois illustrations. Le corpus retenu sera indiqué avec précision.
Les propositions feront figurer les coordonnées précises du ou des auteur(e)s (nom, prénom, université, adresse électronique et numéro de téléphone), ainsi qu’une courte bio-bibliographie de 10 lignes maximum présentant l’auteur et ses principales recherches en lien avec la bande dessinée.


Appel prolongé jusqu’au 20/09/2022

Réception des propositions jusqu’au 20/09/ 2022

Retour aux participant(e)s vers le 30 septembre 2022


Journée d’étude : 2 décembre 2022 à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (campus de
Pau)

 

Comité scientifique :

Duplan-Lamazou Véronique, MCF en histoire médiévale (UPPA)

Chauvaud Frédéric PR en histoire contemporaine (Université de Poitiers)

Laffage-Cosnier Sébastien, MCF HDR en STAPS (Université de Franche-Comté)

Meunier Christophe, PRCE en géographie, INSPÉ centre Val-de-Loire

Venayre Sylvain, PR en histoire contemporaine (Université de Grenoble-Alpes)

Vrignon Alexis, MCF contractuel (UPPA)

Des bombes en Polynésie. Les essais nucléaires français dans le Pacifique

Sous la présidence du général de Gaulle, la France se dote de la force de dissuasion convoitée depuis le début de la Ve République : des bombes bien plus puissantes que celle déployée à Hiroshima. À quel prix ? Les 193 essais nucléaires réalisés de 1966 à 1996 en Polynésie dans les atolls de Fangataufa et Moruroa ont bouleversé l’existence de l’ensemble des Polynésiens, contaminant certains par les retombées toxiques, dégradant des écosystèmes fragiles dans lesquels des déchets radioactifs ont été hâtivement jetés à la mer. Au long de cette gigantesque entreprise qui a mobilisé une centaine de milliers d’hommes et des milliards de francs, le mode de vie des habitants s’est trouvé transformé, des Marquises à Bora-Bora.
Depuis les hésitations des décideurs politiques métropolitains sur le choix du lieu – on a envisagé la Corse ou le Massif central pour les tirs souterrains, la Réunion et la Nouvelle-Calédonie pour les essais aériens – jusqu’aux conséquences sanitaires, environnementales et socio-économiques, en passant par le récit des oppositions, des contestations mais aussi des cohabitations et des rencontres, cet ouvrage, fruit de la collaboration de 15 chercheurs, historiens, géographes et anthropologues, lève le voile sur une période de l’histoire polynésienne et de l’histoire post-coloniale française trop longtemps demeurée sous le signe du secret.

Sous la direction de Renaud MELTZ et Alexis VRIGNON

Editions Vendémiaire

ISBN : 978-2-36358-381-9

COLLECTION CHRONIQUES

28 €
720 pages
Parution le 7 avril 2022

Des essais au désert ?

Pour une histoire comparée et transnationale des sites d’essais nucléaires – Paris

Du 19 janvier 2022 au 21 janvier 2022

Colloque international de Paris
(CRESAT, MSHP, INALCO)

Argumentaire

Depuis l’automne 2019, l’équipe « Écrire l’histoire du Centre d’Expérimentation du Pacifique (CEP) », qui réunit une quinzaine de chercheurs en histoire, histoire de l’art, géographie, sociologie, littérature et anthropologie, organise un séminaire « Pour une histoire transnationale et comparée des installations et des essais nucléaires » (MSH du Pacifique-CRESAT-INALCO). Le séminaire prend en compte les circulations et les transferts d’expériences autour des essais, qu’il s’agisse des décideurs, des militants ou de l’ensemble des populations concernées par un régime de nucléarité qu’on peut définir comme la conscience de prendre part à la vie de sites et d’installations nucléaires.

L’audience de ce séminaire, les contacts noués avec les intervenants et auditeurs français et étrangers, le souhait de communiquer les fruits de nos recherches sur le CEP mais aussi de les confronter à des situations comparables ou imbriquées, nous conduisent à organiser un colloque international consacré aux sites d’essais nucléaires dans le monde, envisagés sous l’angle du territoire, du politique et de l’environnement. Le colloque se propose d’interroger le choix des sites, la construction et le fonctionnement des installations, leurs acteurs et les relations qui se nouent entre eux, les héritages enfin, de lieux perçus comme marginaux, aux déserts, steppes, et océans, mais qui occupent une place centrale dans la mémoire des sociétés humaines, tout en demeurant très peu documentés.

Modalités pratiques

Le colloque se tiendra du 19 au 21 janvier 2022 à Paris, successivement aux Invalides, au Centre de Paris de l’Université de Chicago et à l’INALCO.

Télécharger le programme

COMITÉ D’ORGANISATION
Benjamin Furst (UHA- CRESAT)
Renaud Meltz (UHA-CRESAT, IUF)
Teva Meyer (UHA- CRESAT)
Sarah Mohamed-Gaillard
(INALCO-CESSMA)
Alexis Vrignon (UPPA-ITEM)

CONSEIL SCIENTIFIQUE
Robert Aldrich (University of Sydney)
Eric Conte (MSH du Pacifique)
Pierre Fournier (MESOPOLHIS)
Hugh Gusterson
(University of British Columbia)
Claire Laux (IEP Bordeaux)
Claude Martin (Ambassadeur de France)
Georges-Henri Soutou (Institut de France)

CONTACTS
renaud.meltz@gmail.com
alexis.vrignon1@gmail.com