Archives par mot-clé : histoire de l’art

Conférence “Étudier l’architecture thermale des Pyrénées”

A l’invitation de l’Association Guillaume Mauran, 

Viviane Delpech, chercheur en histoire de l’art et patrimoine au laboratoire ITEM de l’UPPA,

donnera une conférence le 03 mai 2024 à Tarbes (amphithéâtre de la Bourse du Travail),

sur le thème “Étudier l’architecture thermale pyrénéenne : sources, méthodes, concepts.

Colloque Hybridations, porosités, polyvalences

Questionner les frontières en art

Du 2 mai au 3 mai 2024

Colloque international organisé par l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et Le Parvis centre d’art contemporain-CACIN, en collaboration avec l’Institut Heinrich Man.

 

Organisatrices

  • Sabine Forero Mendoza (Professeur des universités en Esthétique et Histoire de l’art contemporain, UPPA)
  • Magali Gentet (Directrice du Parvis centre d’art contemporain-CACIN)
  • Catherine Fontaine (Chargée des publics, Le Parvis centre d’art contemporain-CACIN)
  • Assistées de Matteo Gargiulo (doctorant en Histoire de l’art contemporain, UPPA)

Présentation

Caractérisé par la diversité des pratiques, des formes et des médiums, l’art actuel peut être très largement défini par la réfutation de toute clôture et placé sous le signe de l’hybridation. Son hétérogénéité constitutive, qui va au-delà du projet d’œuvre d’art totale et des logiques combinatoires déjà testées par les Modernes, se joue des partages instaurés entre les genres et les styles, brouille les hiérarchies et mêle les influences et héritages culturels. Bien loin du purisme greenbergien, qui voyait l’aboutissement de la modernité dans l’autarcie des arts « en sécurité à l’intérieur de leurs frontières » (Greenberg, 1940), les nouveaux régimes de la création se situent indiscutablement du côté de la transversalité, de l’échange et de « la prolifération de l’hybride » (Latour, 1991).
Ayant apprivoisé les nouvelles technologies, notamment numériques, les artistes expérimentent des modalités créatives inédites, en exploitant les possibilités de connexion, d’interrelation et de mixage qui leur sont offertes. Ils participent ainsi à la recomposition indéfinie des formules artistiques, en écho aux modifications profondes qui traversent les sociétés et à la mise en question généralisée  des affectations et des positions assignées.

L’élaboration de propositions intermédiales et transmédiales va de pair avec l’apparition d’une nouvelle identité artistique fondée sur la polyvalence : aujourd’hui, l’artiste se déclare rarement spécialiste et détenteur d’un unique savoir-faire. Se saisissant des divers moyens mis à sa disposition – techniques du son et de l’image, écriture, arts de la forme, de l’action et de la mise en espace –, il les utilise tour à tour ou les associe entre eux, en fonction de ses intentions et de ses volontés expressives.

Il lui arrive aussi d’endosser des rôles divers, se faisant, par exemple, commissaire d’exposition, metteur en scène, scénographe, organisateur d’événements culturels. Il s’aventure même en dehors du champ strictement artistique pour opérer des greffes avec d’autres disciplines proches (architecture, design, urbanisme, notamment) et favoriser des ensemencements féconds avec les sciences, qu’elles soient exactes, sociales ou humaines, trouvant dans « l’extra-disciplinarité » (Holmes, 2007) – qui n’est peut être qu’une in-discipline – de quoi revitaliser l’art, activer sa puissance signifiante et accroître ses effets sociaux.

Sabine Forero Mendoza

Programme

2 MAI
LE PARVIS CENTRE D’ART CONTEMPORAIN-CACIN – AU STUDIO

14h : Introduction Sabine Forero Mendoza et Magali Gentet

Paroles d’artistes

14h30 : Laurent Delom de Mézerac (artiste) : «diving in metaphors : stratégies et enjeux de la fabrique de l’hybride dans un projet de création de spectacle »
15h15 : Visite de l’exposition « Sweet Feast » d’Ulla von Brandenburg sous la conduite de Catherine Fontaine

[ Pause-café ]
16h45 : Conversation avec Olga Kisseleva (artiste, enseignante-chercheuse). Discutante Sabine Forero Mendoza
17h30 : Conversation avec Jean Bonichon (artiste). Discutante Corinne Melin (ESAD Pyrénées)
18h15 : Conversation avec Magali Daniaux et Cédric Pigot (artistes). Discutante Magali Gentet

[ 19h : Cocktail offert par Le Parvis ]

3 MAI
UPPA – SALLE DU CONSEIL LETTRES

Perspectives historiques
Médiatrice Delphine Trébosc (UPPA)

9h : Federica Carta (U. Paris Sorbonne) : « Un matériel polymorphe : Luca della Robbia et la terre cuite émaillée, entre sculpture, peinture et architecture »
9h40 : Hélène Bouquerel (UPPA) : « De la peinture au théâtre. Alexandra Exter (1882-1949) : une artiste polyvalente »
10h20 : Hélène Laplace-Claverie (UPPA) : « Le ballet comme creuset des arts dans l’entre-deux-guerres. L’exemple de La Création du monde (1923) de Blaise Cendrars, Fernand Léger, Darius Milhaud et Jean Börlin »

[ 11h : Pause-café ]
11h20 : Thierry Davila (HEAD, Genève) : « La ligne dans tous ses états »
12h : Beatriz Martinez Sosa (UPPA) : « L’hybridation artistique en place : quand l’exposition devient l’œuvre »

[ 12h30 : Pause déjeuner ]

Expérimentations contemporaines
Médiatrice Laurence Roussillon-Constanty (UPPA)

14h : Aline Wiame (U. Toulouse 2) : « Le dispositif d’enquêtes citoyennes
“Où atterrir ?” Réflexions sur une expérimentation de médiation arts- sciences »
14h40 : Marie Escorne (U. Bordeaux Montaigne) : « L’art mutant de Fabrice
Hyber : au risque de l’indistinction ? »
15h20 : Virginia de la Cruz (U. de Lorraine) : « Quand l’art éveille tous nos sens. Les œuvres interactives et immersives de Clemencia Echeverri et
Oscar Muñoz »

[ 16h : Pause-café ]
16h20 : Anna Sieradzka-Kubacka (artiste, théoricienne de l’art) : « L’hybridité comme caractéristique de l’image contemporaine en tant qu’“image élargie” »
17h : Maëlle Bardet (U. Toulouse 2) : « Recomposition et hybridation
dans une pratique plastique contemporaine. La figure mariale à l’épreuve de l’éclectisme »

[ 17h30 : Cocktail offert par l’Institut Heinrich Mann ]

DROITS D’INSCRIPTION POUR LA JOURNÉE DU 3 MAI (pour les personnes extérieures à l’UPPA) : 10 €

Renseignements et réservations

Université de Pau et des Pays de l’Adour
Laboratoire ALTER
UR 7504 – Arts/Langages : Transitions & Relations
muriel.guyonneau @ univ-pau.fr
marie-manuelle.marcos @ univ-pau.fr

Le Parvis centre d’art contemporain-CACIN
Catherine Fontaine : centredart @ parvis.net

Patrimoine thermal : De la gloire au péril

Sous la direction de Viviane Delpech

À propos

Issu de pratiques ancestrales ayant conduit à son âge d’or au XIXe siècle, le thermalisme a produit un patrimoine bâti et paysager remarquable, qui témoigne des particularités de chaque période traversée mais qui, de nos jours, se trouve paradoxalement menacé.
Dans la continuité des travaux entrepris ces dernières années, ce volume, réalisé dans le cadre du programme de recherche PatrimPublic (Fonds commun de l’Euro-Région Nouvelle-Aquitaine/Aragon), vise de façon inédite à mettre en perspective les analyses architecturales et les appropriations culturelles de l’espace thermal avec la problématique de sa décadence.
À travers seize contributions portant principalement sur les Pyrénées françaises et ibériques mais aussi sur des exemples nationaux et internationaux, il s’agit d’explorer selon une approche diachronique les spécificités des diverses typologies architecturales générées par cette pratique devenue enjeu socioéconomique et politique majeur, ainsi que d’analyser les causes, souvent plurielles et complexes, de son alarmante situation actuelle.
L’ouvrage a pour objectif de susciter une prise de conscience de la valeur historique et matérielle de ce riche patrimoine en vue de sa sauvegarde pour les générations futures tout en faisant émerger son potentiel redynamisant pour des territoires ruraux et montagneux en contexte de dévitalisation économique et sociale.

 

Presses Universitaires de Pau et des Pays de l’Adour

https://www.vrin.fr/livre/9782353111510/patrimoine-thermal

ISBN 978-2-35311-151-0

274 pages

Octobre 2023

 

Collectionner, classer, exposer. Le musée : dispositifs et procédures

Château de Pau

Journée d’étude, le 10 novembre 2023

Le séminaire pluridisciplinaire « Modernité et temps contemporains » du Master Histoire, Civilisations, Patrimoine de l’UPPA abordera cette année deux thématiques : l’une consacrée aux révoltes, l’autre tournée vers les études muséales. Cette dernière thématique, dont la responsabilité scientifique est assurée par Sabine Forero Mendoza (Professeur d’Histoire de l’art contemporain et d’Esthétique) et Delphine Trébosc (Maître de conférences en Histoire de l’art moderne) sera inaugurée par une journée d’étude intitulée « Collectionner, classer, exposer. Le musée : dispositifs et procédures », co-organisée avec Paul Mironneau (Directeur du musée national et domaine du château de Pau).

PROGRAMME

9h : ouverture Paul Mironneau (directeur du musée national et domaine du château de Pau), Sabine Forero Mendoza (professeur d’Histoire de l’art contemporain et d’Esthétique, UPPA, ALTER), Delphine Trébosc (maître de conférences en Histoire de l’art moderne, UPPA, ITEM).

9h30 : Isabelle Alzieu (professeur d’Histoire de l’art contemporain, université de Toulouse II, LLA-CREATIS), « Architecture muséale en question : archéologie d’un modèle entre âge classique et déconstruction ».

10h10 : Concepción Lomba Serrano (professeur d’Histoire de l’art, directrice de l’Institut du Patrimoine, université de Saragosse), « Les femmes dans les récits muséologiques ».

10h50 : pause.

11h10 : « Conserver et exposer des collections singulières », dialogue entre Vincent Briand (directeur du musée de la Résistance et de la Déportation à Besançon), Nicole Zapata (ancienne directrice des musées de Tarbes) et Sabine Forero Mendoza.

14h : Marie Domengès (doctorante UNITA, UPPA – ALTER / université de Turin), « L’inventaire et la gestion des collections : retour d’expérience au Musée Basque et de l’histoire de Bayonne ».

14h40 : Jonathan Jair López Muñoz (Post-doctorant, Institut du Patrimoine, université de Saragosse), « Exhibir el ayer para construir la nación. Identidades y museos del siglo XIX en España e Italia ».

15h20 : pause.

15h40 : Sabine Forero Mendoza, « Quand les artistes contemporains jouent avec les logiques et les dispositifs muséaux ».

16h20 : clôture Delphine Trébosc.

Réserver ici

Horaires : De 9h à 12h et de 14h à 17h

Gratuit

Soutenance de thèse – Thierry CASSOU

Le 8 décembre 2022 – 14h00

M. Thierry Cassou soutiendra sa thèse de doctorat en Histoire, Histoire de l’Art et Archéologie, sous la direction de Laurent Jalabert

La métamorphose et les pratiques urbaines à Pau : la fabrique de la ville du Second Empire au début de la Troisième République“,

à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, en salle Chadefaud de l’Institut Claude Laugénie.

Résumé

Du Second Empire aux débuts de la Troisième République, la ville de Pau connaît une série de transformations qui l’inscrivent dans le cadre du mouvement du siècle : les influences de la rénovation urbaine qu’enclenche le baron Haussmann et du mouvement de l’hygiénisme conduisent à opérer à l’échelle de la ville des actions qui visent la salubrité et le bien-être, le tout dans un contexte local singulier, celui de sa mise en tourisme.
En s’appuyant sur des législations nationales, les municipalités successives mènent une lutte contre les foyers de l’insalubre au niveau de l’Habiter : sont alors visées la qualité des logements, la gestion des fluides délétères ou encore les industries polluantes. C’est durant ce quart de siècle, que la construction d’un système général d’égouts met fin à des formes de gestion individuelles plus qu’imparfaites. De manière liée, le ruisseau Le Hédas, qui était devenu au fil du temps un dépotoir à ciel ouvert, est recouvert. Enfin le Conseil départemental d’hygiène et de salubrité, nouvellement nommé, mène aux côtés des élus la lutte contre toutes les formes de l’insalubrité, tout particulièrement celles des logements et des industries polluantes. Au nom des théories aériste et miasmatique, les conditions de vie des habitants sont observées et de nombreuses préconisations données. Ce n’est finalement qu’à la fin du siècle que les avancées de Pasteur se font sentir.
L’autorité municipale poursuit l’amélioration de l’état sanitaire de la ville. Avec l’aménagement d’une conduite depuis les sources du Néez, un premier réseau d’adduction d’eau est mis en place. Etape majeure dans l’histoire de la ville, il signe son entrée dans la modernité et offre le loisir aux municipalités de mettre en œuvre une première politique municipale de l’eau. L’hygiène des rues qui lui est directement liée constitue un second levier. Si la ferme des boues est une activité ancienne à Pau, le remaniement de cette entreprise durant le Second Empire traduit, avec des succès mitigés, des préoccupations autour du propre et du sale. Enfin les efforts portent sur les activités dégradantes. Un nouvel abattoir est construit dans le quartier de Jurançon annexé, en lieu et place de celui de la Basse-Ville, confirmant ainsi que son éloignement est indispensable au bien-être des habitants. La question du marché couvert est plus épineuse. Disséminés dans la ville, ce n’est qu’aux débuts de la Troisième République, et après moult difficultés, que les élus parviennent à rassembler ces activités dans deux lieux spécialement dédiés, créant ainsi de nouvelles centralités dans la ville.

Enfin la voirie urbaine devient un levier pour garantir la sécurité et le bien-être des usagers. A la faveur d’un nouveau plan d’alignement, des rues sont redressées, lissées et même percées. Deux nouveaux quartiers voient également le jour. Mais si bâtir sur de l’inexistant reste largement possible, les élus reculent devant des projets qui mèneraient à de trop grandes expropriations. Le pavage des rues, la construction des trottoirs et la mise en place de l’éclairage de la ville au gaz conduisent également à améliorer et garantir la circulation dans la ville. Enfin, c’est dans ce contexte de mise en tourisme, que la cité paloise, capitale administrative et judiciaire, voit se développer une nouvelle activité, l’urbanité de promenade. Les élus cherchent alors à la garantir en embellissant et en aménageant les places. La construction du boulevard du Midi signe l’exemple le plus abouti de réalisation au service de cette activité. De même la place Royale devient la vitrine de la ville.

Au total, durant ce quart de siècle, toutes ces transformations conduisent lentement la cité d’Henri IV vers une nouvelle modernité : elles visent le bien-être des populations et participent de la définition de nouvelles urbanités et de nouvelles citadinités en lien avec le Care. Elles offrent enfin aux habitants la possibilité d’exprimer de nouvelles sensibilités.

JE Figures pyrénéennes et Musées

Journée d’étude internationale

Figures pyrénéennes et musées. Entre collections artistiques et naturalistes

Sous la direction de Viviane Delpech.

Programme PatrimPublic (Fonds commun Nouvelle-Aquitaine/Aragon).

25 mars 2022, Salle Chadefaud, Institut Claude Laugénie, UPPA Pau.

Journée d’étude accessible en ligne via TEAMS: Cliquez ici pour participer à la réunion  

Programme

9h30    Introduction

9h40    Guillermo Juberías Gracia (Universidad de Zaragoza) De la collection privée à la muséalisation d’un héritage : le cas du Musée Goya de Saragosse

10h20  Laetitia Deloustal (Université de Perpignan-Via Domitia) Le Musée Petiet à Limoux : l’histoire singulière d’une artiste peintre au XIXe siècle dans les Pyrénées

11h      Pause

11h10  Mathilde Lamothe (Université de Pau et des Pays de l’Adour) Les collections volantes de Pierrine Gaston-Sacaze, berger-naturaliste ossalois (1797-1893)

11h 50 Alejandro Sanz Guillén (Universidad de Zaragoza) Gabinetes y colecciones de ‘maravillas’ en Aragón : desde Lastanosa a la actualidad

12h30 clôture

Soutenance de thèse – Tiphaine Besnard

Tiphaine Besnard

Le 6 décembre 2021

Melle Tiphaine Besnard soutiendra sa thèse L’odyssée de l’art néo-néo. Réceptions de l’Antiquité grecque et romaine dans l’art contemporain de 1980 à nos jours.

Elle se tiendra le lundi 6 décembre prochain, à partir de 9h, à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (salle du conseil des Lettres – collège SSH).

Les références à l’Antiquité grecque et romaine se font très présentes dans la création des artistes plasticiens. Le recensement que nous avons mené dans le cadre de cette recherche (et réuni dans une base de données) le prouve : il comporte plus d’un millier d’œuvres d’art contemporain produites par plus de cent cinquante artistes entre 1980 et 2017. Ce phénomène de reprise de l’Antiquité n’est pas seulement européen, comme pourrait a priori le laisser penser une longue tradition culturelle : il concerne aussi bon nombre d’artistes américains et extrême-orientaux. Assurément, l’Antiquité constitue aujourd’hui un univers référentiel riche et stimulant dans lequel les artistes viennent avec grande liberté puiser.

Cette recherche doctorale, qui s’inscrit dans le champ des études portant sur la réception de l’Antiquité, s’intéresse tant aux œuvres artistiques produites ces quarante dernières années qu’aux artistes qui les façonnent et aux publics qui les reçoivent.

Elle se compose de trois parties. Une première partie porte ainsi sur les artistes récepteurs de la « matière antique ». Sont alors explorées les modalités de reprise et de transformations de l’Antiquité grecque et romaine. Nous avons voulu ensuite, dans notre deuxième partie, définir plus précisément les œuvres de notre corpus et fixer le vocabulaire. En ce sens, faire du spectateur le récepteur des œuvres produites nous a permis de remettre en question, notamment, les notions de kitsch et de beauté. Enfin, la troisième partie a consisté, en décentrant notre regard, à analyser ce qui se révèle être un phénomène artistique global. Il s’est agi, dans le même temps, de considérer les créations sous l’angle d’un syncrétisme entre les notions de culture élitiste et de culture populaire.

Interpréter l’interprétation

11 février 2021

Master HCP Séminaire transversal 2

Cycle: «L’interprétation des images»

Organisé par Sabine Forero Mendozaet Delphine Trébosc

Pierre SAUVANET : «Interpréter l’interprétation»

Pour vous connecter sur Teams code: cvue2a0

14 h -15 h 30

Pierre Sauvanet est Professeur d’esthétique et de philosophie de l’art à l’université de Bordeaux Montaigne. Il est directeur du centre de recherches ARTES au sein de l’équipe CLARE (EA 4593), et de deux collections aux PUB (Presses Universitaires de Bordeaux). Ses recherches portent sur l’approchephilosophique des phénomènes rythmiques, dans des contextes aussi différents que la penséegrecque, l’histoire de l’esthétique, la survivance des images, les relations entre les arts, le jazz etles musiques improvisées.Parallèlement, il est percussionniste, auteur-compositeur SACEM (depuis 1989, musiques pour Radio-France) et compositeur SACD (depuis 1998, musiques pour la scène professionnelle).

Principales publications:

–A. G. Baumgarten, L’invention de l’esthétique:méditations philosophiques sur quelques sujetsse rapportant au poème(préfacede P. Sauvanet, traduction de Jean-Yves Pranchère), Presses universitaires de Paris Ouest, 2017.

–Devant les images: penser l’art et l’histoire avec Georges Didi-Huberman(dir. avec ThierryDavila), Les presses du réel, 2011

–L’insu: une pensée en suspens, Arléa, 2011

–Éléments d’esthétique, Ellipses, 2000–Le Rythme et la raison, T. 1: Rythmologiques, T.2: Rythmanalyses, Kimé, 2000–Le Rythme grec, PUF, 1999–Les philosophes et l’amour, Ellipses,1998

Les idées mènent le monde

Les sixièmes Rencontres Littéraires Les Idées mènent le Monde se dérouleront du 22 au 24 novembre 2019 au Palais Beaumont à Pau sur le thème “En quoi croire encore ?” .

Retrouvez les chercheurs d’ITEM aux “Idées mènent le Monde” :

http://www.lesideesmenentlemonde.fr/1560-les-rencontres-litteraires.htm

Vendredi 22 novembre 2019

Laurent Dissard, Dénes Harai, Mathilde Lamothe, Viviane Delpech, 17h30 Auditorium Lamartine, Palais Beaumont, Pau

Histoire d’y croire… encore

Théories du complot, négationnisme, fake news… nous vivons une crise profonde où tout semble être remis en cause, même notre Histoire qui semblait jusqu’à présent plus ou moins crédible. Un historien, une historienne de l’art, et une anthropologue discutent de cette question.

Samedi 23 novembre 2019

Frédéric Bidouze, 10h30 Auditorium Lamartine, Palais Beaumont, Pau

“Le ‘Croire en commun’ des Français et 1789. Le mythe de la liberté contre la réalité de la nécessité”

Maître de conférences en histoire moderne, spécialiste de l’Ancien Régime au XVIIIe siècle et des débuts de la Révolution française. C’est en se référant à 1789 que cette conférence invite à réfléchir sur la culture politique des Français. L’histoire comme répétition de scénario de la vie d’un peuple qui, parfois conscient de sa schizophrénie, n’en finit pourtant jamais de l’ignorer comme maladie infantile de sa démocratie.

Dimanche 24 novembre 2019

  • Maurice Daumas, 10h30 Auditorium Lamartine, Palais Beaumont, Pau

« Je crois en Dieu. L’Église et l’égalité des sexes. »

Professeur émérite d’histoire moderne, co-directeur du programme de recherche “Misogynie” à l’université de Pau. Dans l’Église catholique, les femmes sont écartées du pouvoir, qui ne peut être exercé que par ceux qui ont accès à l’ordination : les hommes. Comment l’Église peut-elle aller impunément à l’encontre de l’égalité des sexes, qui est aujourd’hui un droit fondamental de la personne ?

  • Christian Thibon 12h, Auditorium Lamartine, Palais Beaumont, Pau

“Rwanda, Burundi, RDC Kivu au lendemain de génocides et crimes de masse, que croire encore entre mémoires, oubli et pardon ?”

Professeur émérite de l’UPPA, agrégé d’histoire. La question du pardon est au coeur des sorties de crise dans la Région de Grands Lacs. Au regard de leur histoire immédiate, comment ces sociétés confrontées à des crimes de masse, et plus encore à des génocides perçus comme irréparables, peuvent–elles pardonner, peuvent-elles autant demander le pardon que donner le pardon, sans que l’ordre du pardon n’entache ni l’ordre de la justice, ni celui de la mémoire et de la vérité, encore moins inaugurer une amnésie.

Les arts étrusques et romains

Regard actuel

Exposition de posters

Du 4 au 26 avril 2019

Bibliothèque universitaire de Pau

8h – 20h

À travers cette exposition, les étudiants en 3e année de Licence d’Histoire de l’art et archéologie (UPPA) proposent de revisiter les arts étrusques et romains. Leurs réflexions, menées au semestre dernier dans le cadre de l’Unité d’Enseignement « Arts et sociétés dans le monde italique de la protohistoire à la fin de l’époque romaine », portent sur les conditions d’apparition et de développement de l’art italique antique entre le VIIIe siècle av. J.-C. et le Ve siècle ap. J.-C.. Leur regard questionne non seulement l’influence stylistique de l’art grec sur ces productions artistiques, mais aussi les discours identitaires et politiques qui leur sont associés. Au fil des posters, le visiteur découvrira la diversité matérielle (architecture, sculpture, mosaïque, fresque, peinture) et géographique (Italie, Turquie, Égypte) des œuvres étudiées.

Coordination : Vanessa Rodrigues, docteure et enseignante en histoire de l’art et archéologie (UPPA)

Vernissage

Mercredi 10 avril à 17h30

L’exposition des posters sera associée à des cafés conférences qui permettront aux étudiants de présenter oralement leurs recherches :

Cafés conférences

Programme

Mercredi 10 avril à 18h30

Sinahi Czeckmany

La Chimère d’Arezzo

Jeudi 11 avril à 17h30

Julie Fesentieu

Le visage de la mater domina dans la représentation des mystères dionysiaques pompéiens

Mercredi 17 avril à 17h30

Matteo Gargiulo et Alexandre Rodrigues

Art et souveraineté : l’art impérial romain au service du citoyen

Colloque international Gérard Titus-Carmel

L’épreuve et la nécessité

Du 7 novembre 2018 au 9 novembre 2018

Org. : S. Bédouret Larraburu, M.-A. Bissay, I. Chol, S. Forero Mendoza

Gérard Titus-Carmel, né en 1942, est un artiste (dessinateur, graveur, peintre) et poète contemporain de renommée internationale. Son œuvre plastique s’est progressivement construite depuis la fin des années 1960 et au cours des années 1970 (La Grande bananeraie culturelle ou, entre autres, The Pocket Slize Tlingit coffin qui a suscité un échange fécond avec Jacques Derrida). Elle interroge le rapport au modèle et à sa représentation, elle met en scène des jeux d’altération, de rupture et de ligature. En empruntant les voies du dessin, de la gravure et de la peinture, elle s’est poursuivie, de suites en séries, jusqu’aux œuvres récentes (La Bibliothèque d’Urcée, la série des Feuillées ou des Brisées, Viornes & Lichens, Ramures ou Labyrinthes) qui sont autant de variations autour d’un motif permettant d’explorer les « lieux de mémoire », l’espace du paysage et les cycles du temps, d’ « élucider le mystère de notre présence au monde » (Au Vif de la peinture, à l’ombre des mots, 2016, p. 725), et, notamment, de trouver prolongement dans un dialogue fructueux avec Yves Bonnefoy.

La démarche esthétique et philosophique de Gérard Titus-Carmel s’exprime également dans de très nombreux écrits sur l’art, dans des notes et commentaires. S’il a toujours mené de concert l’écriture et la poésie avec son activité de dessinateur, de graveur et de peintre, il accompagne aussi les œuvres d’écrivains avec lesquels il réalise des « livres de dialogue ». Gérard Titus-Carmel a ainsi publié une cinquantaine d’ouvrages parmi lesquels figurent une vingtaine de recueils de poésie, depuis La Tombée (1987) jusqu’au dernier, & Lointains (2016), qui l’inscrivent parmi les poètes majeurs de sa génération. Explorant la question du fragment et de l’éclat, de la mémoire et de l’oubli, de la présence au monde, ses livres de poésie témoignent du souci constant de leur agencement, comme en écho à cette expérience du jardin relatée dans L’ordre des jours (2008, p.70-71) : « Tu devenais chaque fois un peu plus la médusante figure géométrique de ce monde indéchiffrable et tu te reconnaissais dans l’ordre secret qu’ordonnançaient si innocemment toute sa complexité & sa violence cachée ».

Gérard Titus-Carmel est ainsi à la fois et pleinement plasticien et poète. C’est son activité aux multiples facettes que le colloque international et pluridisciplinaire Gérard Titus-Carmel, l’épreuve et la nécessité entend interroger, quant à sa cohérence et quant à ses enjeux esthétiques et éthiques. Cette manifestation scientifique d’envergure s’attachera à confronter les différentes pratiques de l’artiste, pour en montrer la spécificité et en explorer l’articulation. Deux mots-clés, régulièrement employés par Gérard Titus-Carmel, constituent le cadre d’un questionnement qui répond à la rigueur de composition de l’œuvre en sa diversité et qui favorise toutefois une investigation ouverte. L’épreuve renvoie à la fois à l’expérience (faire l’épreuve de, mettre à l’épreuve), susceptible de se construire par retouches et tentatives recommencées, mais elle désigne aussi, dans le domaine de la gravure, la feuille d’essai imprimée qui permet à l’artiste de juger de la qualité ou de l’avancement de son travail. La nécessité, quant à elle, dit l’indispensable mais aussi la privation, de sorte que le mot est apte à souligner l’exigence d’une œuvre conçue comme une quête de la beauté, autre terme cher à Gérard Titus-Carmel et qu’il associe, dans ses écrits, à celui de nécessité. Reliés par la simple coordination et, les deux mots épreuve et nécessité peuvent s’entendre séparément ou ensemble, qu’ils soient envisagés dans leur simple complémentarité ou dans leur dépendance réciproque. Ils permettent ainsi d’explorer une œuvre quantitativement et qualitativement fort importante et qui reste en continuelle évolution.

Ce colloque, auquel Gérard Titus-Carmel nous fait l’honneur de prendre part, est organisé par l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (CRPHLL-ALTER, ITEM, Fédération de recherche EFM), en collaboration avec l’Ecole Supérieure d’Art des Pyrénées et l’EA CLARE de l’Université de Bordeaux Montaigne.

Il sera accompagné d’une exposition multi-site d’œuvres de Gérard Titus-Carmel et de tables rondes permettant un dialogue avec les éditeurs, écrivains et artistes qui lui sont proches.

Comité d’organisation

Sandrine Bédouret-Larraburu (Maître de Conférences, Université de Pau et des Pays de l’Adour, CRPHLL)

Marie-Antoinette Bissay (Membre associée CRPHLL)

Isabelle Chol (Professeur des Universités, Université de Pau et des Pays de l’Adour, Directrice du CRPHLL)

Jean-François Dumont (Directeur de l’ESAP)

Sabine Forero Mendoza (Professeur des Universités, Université de Pau et des Pays de l’Adour, ITEM, Directrice adjointe de la Fédération Espaces, Frontières, Métissages)

Jean Khalfa (Professeur, Université de Cambridge, Royaume-Uni)

Pierre Sauvanet (Professeur des Universités, Université Bordeaux Montaigne, Directeur adjoint de CLARE)

Comité de lecture

Béatrice Bonhomme (Professeur des Universités, Université de Nice Sophia Antipolis, France)

Giovanni Dotoli (Professeur des Universités, Université de Bari, Italie)

Jacques Dürrenmatt (Professeur des Universités, Université Paris-Sorbonne, France)

Denis Laoureux (Professeur des Universités, Université Libre de Bruxelles, Belgique)

Jérôme Thélot (Professeur des Universités, Université Lyon 3, France)

Emma Wagstaff (Maître de Conférences, Université de Birmingham, Royaume-Uni)

Télécharger   TITUS CARMEL programme

Contacts

isabelle.chol @ univ-pau.fr

sabine.forero-mendoza @ univ-pau.fr

Le miasme et l’oliban

Colloque international IMAGINES 2018   –   18-20 octobre 2018    –    Toulouse

Colloque international IMAGINES 2018
Le miasme et l’oliban. L’odeur et les sens dans la réception de l’Antiquité

L’Antiquité classique a longtemps été considérée comme étant « aseptisée », d’une blancheur immaculée : l’idéalisation dont elle a fait l’objet l’a dépouillée de sa dimension sensorielle, au profit du seul paradigme visuel. Le domaine olfactif, en particulier, a peu retenu l’intérêt des études sur la réception de l’Antiquité, en raison de son caractère évanescent et difficile à saisir. Pourtant, les odeurs que l’on prête à tel personnage ou à tel groupe social véhiculent tout un imaginaire riche et porteur de valeurs spécifiques : parfums et pestilences contribuent à façonner les façons de penser et d’agir d’une société. L’objectif du colloque sera d’explorer le rôle de l’olfaction, en relation avec les autres registres sensoriels, dans les processus de réception de l’Antiquité à l’époque moderne – que ces derniers se manifestent sous la forme d’un rejet, d’une réappropriation ou d’une idéalisation. Nous nous intéresserons de manière plus spécifique aux arts visuels et performatifs, lorsqu’ils cherchent à engager l’expérience sensorielle du lecteur ou du spectateur. Seront ainsi concernés non seulement peinture, littérature, théâtre, cinéma, mais également les nouveaux médias, dont la publicité, les jeux vidéos, les séries et comics qui renouvellent l’imaginaire lié à l’Antiquité, tout en profitant de nouveaux moyens techniques. Ce colloque international s’inscrit dans le cycle des conférences qui réunissent tous les deux ans le réseau de chercheurs européens IMAGINES, créé en 2007, dont les organisatrices du colloque sont membres. Le premier colloque, qui s’est tenu à La Rioja en 2007, portait de manière large sur la réception de l’antiquité dans les arts visuels. Depuis, les thématiques traitées se sont précisées en même temps que le champ des classical reception studies: ‘Seduction and Power’ (Bristol, 2010) ; ‘Ancient Magic and the Supernatural From the Ancient World’ (Mainz, 2012) ; ‘Sailing in Troubled Waters The Ancient Mediterranean and its Legacy in the Performing and Visual Arts’ (Faro, 2014) ; ‘The Fear and the Fury: Ancient Violence in Modern Imagination’ (Torino, 2016). Ces colloques internationaux ont donné lieu à deux publications majeures dans le champ des Classical reception studies (Knippschild et Garcia Morcillo 2013 ; Verti et Carla 2015). Ces publications sont elles-mêmes à l’origine de la création d’une collection chez Bloomsbury intitulée Bloomsbury Studies in Classical Reception. Les précédents colloques ont mis l’accent sur les processus de visualisation de l’Antiquité, laissant de côté les autres données sensorielles, qu’il s’agira donc de mettre en avant lors de la rencontre toulousaine.

Communication de Tiphaine Besnard et Fabien Bievre-Perrin le jeudi 18 octobre:

L’odeur du marbre : chaleur et sensualité des corps antiquisants au XXIe siècle

Le recours à des corps antiquisants dans les arts visuels a souvent pour objectif de susciter chez le récepteur des émotions, notamment le désir. Les statues antiques, actualisées, sont parées par les artistes de phéromones et de sueur, engendrant le fantasme. En effet, la figuration d’un corps mêlant Antiquité et chair vivante dégage indéniablement chaleur et érotisme tant dans la publicité et le cinéma, que dans l’univers singulier de l’art contemporain. Les notions de virilité, de féminité et de sexualité sont au centre de ces constructions, liées à l‘histoire de la représentation du corps antique dans la culture contemporaine. Toutefois, les approches sont différentes selon qu’il s’agit du corps et de l’odeur de femmes, d’hommes ou bien même d’hommes homosexuels.

Ces représentations, fortement influencées par le fascisme, la culture sportive, le péplum et la publicité, seront au cœur de cette communication. Elle aura notamment pour objectif de voir comment ces divers éléments sont réinvestis par les artistes afin de diffuser visuellement et sensoriellement de(s) modèle(s) de virilité et de féminité. Elle visera aussi à appréhender le regard porté par les artistes sur le passé et le présent par l’intermédiaire des différents supports visuels cités précédemment.