Archives par mot-clé : histoire de l’art

Colloque international Gérard Titus-Carmel

L’épreuve et la nécessité

Du 7 novembre 2018 au 9 novembre 2018

Org. : S. Bédouret Larraburu, M.-A. Bissay, I. Chol, S. Forero Mendoza

Gérard Titus-Carmel, né en 1942, est un artiste (dessinateur, graveur, peintre) et poète contemporain de renommée internationale. Son œuvre plastique s’est progressivement construite depuis la fin des années 1960 et au cours des années 1970 (La Grande bananeraie culturelle ou, entre autres, The Pocket Slize Tlingit coffin qui a suscité un échange fécond avec Jacques Derrida). Elle interroge le rapport au modèle et à sa représentation, elle met en scène des jeux d’altération, de rupture et de ligature. En empruntant les voies du dessin, de la gravure et de la peinture, elle s’est poursuivie, de suites en séries, jusqu’aux œuvres récentes (La Bibliothèque d’Urcée, la série des Feuillées ou des Brisées, Viornes & Lichens, Ramures ou Labyrinthes) qui sont autant de variations autour d’un motif permettant d’explorer les « lieux de mémoire », l’espace du paysage et les cycles du temps, d’ « élucider le mystère de notre présence au monde » (Au Vif de la peinture, à l’ombre des mots, 2016, p. 725), et, notamment, de trouver prolongement dans un dialogue fructueux avec Yves Bonnefoy.

La démarche esthétique et philosophique de Gérard Titus-Carmel s’exprime également dans de très nombreux écrits sur l’art, dans des notes et commentaires. S’il a toujours mené de concert l’écriture et la poésie avec son activité de dessinateur, de graveur et de peintre, il accompagne aussi les œuvres d’écrivains avec lesquels il réalise des « livres de dialogue ». Gérard Titus-Carmel a ainsi publié une cinquantaine d’ouvrages parmi lesquels figurent une vingtaine de recueils de poésie, depuis La Tombée (1987) jusqu’au dernier, & Lointains (2016), qui l’inscrivent parmi les poètes majeurs de sa génération. Explorant la question du fragment et de l’éclat, de la mémoire et de l’oubli, de la présence au monde, ses livres de poésie témoignent du souci constant de leur agencement, comme en écho à cette expérience du jardin relatée dans L’ordre des jours (2008, p.70-71) : « Tu devenais chaque fois un peu plus la médusante figure géométrique de ce monde indéchiffrable et tu te reconnaissais dans l’ordre secret qu’ordonnançaient si innocemment toute sa complexité & sa violence cachée ».

Gérard Titus-Carmel est ainsi à la fois et pleinement plasticien et poète. C’est son activité aux multiples facettes que le colloque international et pluridisciplinaire Gérard Titus-Carmel, l’épreuve et la nécessité entend interroger, quant à sa cohérence et quant à ses enjeux esthétiques et éthiques. Cette manifestation scientifique d’envergure s’attachera à confronter les différentes pratiques de l’artiste, pour en montrer la spécificité et en explorer l’articulation. Deux mots-clés, régulièrement employés par Gérard Titus-Carmel, constituent le cadre d’un questionnement qui répond à la rigueur de composition de l’œuvre en sa diversité et qui favorise toutefois une investigation ouverte. L’épreuve renvoie à la fois à l’expérience (faire l’épreuve de, mettre à l’épreuve), susceptible de se construire par retouches et tentatives recommencées, mais elle désigne aussi, dans le domaine de la gravure, la feuille d’essai imprimée qui permet à l’artiste de juger de la qualité ou de l’avancement de son travail. La nécessité, quant à elle, dit l’indispensable mais aussi la privation, de sorte que le mot est apte à souligner l’exigence d’une œuvre conçue comme une quête de la beauté, autre terme cher à Gérard Titus-Carmel et qu’il associe, dans ses écrits, à celui de nécessité. Reliés par la simple coordination et, les deux mots épreuve et nécessité peuvent s’entendre séparément ou ensemble, qu’ils soient envisagés dans leur simple complémentarité ou dans leur dépendance réciproque. Ils permettent ainsi d’explorer une œuvre quantitativement et qualitativement fort importante et qui reste en continuelle évolution.

Ce colloque, auquel Gérard Titus-Carmel nous fait l’honneur de prendre part, est organisé par l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (CRPHLL-ALTER, ITEM, Fédération de recherche EFM), en collaboration avec l’Ecole Supérieure d’Art des Pyrénées et l’EA CLARE de l’Université de Bordeaux Montaigne.

Il sera accompagné d’une exposition multi-site d’œuvres de Gérard Titus-Carmel et de tables rondes permettant un dialogue avec les éditeurs, écrivains et artistes qui lui sont proches.

Comité d’organisation

Sandrine Bédouret-Larraburu (Maître de Conférences, Université de Pau et des Pays de l’Adour, CRPHLL)

Marie-Antoinette Bissay (Membre associée CRPHLL)

Isabelle Chol (Professeur des Universités, Université de Pau et des Pays de l’Adour, Directrice du CRPHLL)

Jean-François Dumont (Directeur de l’ESAP)

Sabine Forero Mendoza (Professeur des Universités, Université de Pau et des Pays de l’Adour, ITEM, Directrice adjointe de la Fédération Espaces, Frontières, Métissages)

Jean Khalfa (Professeur, Université de Cambridge, Royaume-Uni)

Pierre Sauvanet (Professeur des Universités, Université Bordeaux Montaigne, Directeur adjoint de CLARE)

Comité de lecture

Béatrice Bonhomme (Professeur des Universités, Université de Nice Sophia Antipolis, France)

Giovanni Dotoli (Professeur des Universités, Université de Bari, Italie)

Jacques Dürrenmatt (Professeur des Universités, Université Paris-Sorbonne, France)

Denis Laoureux (Professeur des Universités, Université Libre de Bruxelles, Belgique)

Jérôme Thélot (Professeur des Universités, Université Lyon 3, France)

Emma Wagstaff (Maître de Conférences, Université de Birmingham, Royaume-Uni)

Télécharger   TITUS CARMEL programme

Contacts

isabelle.chol @ univ-pau.fr

sabine.forero-mendoza @ univ-pau.fr

Le miasme et l’oliban

Colloque international IMAGINES 2018   –   18-20 octobre 2018    –    Toulouse

Colloque international IMAGINES 2018
Le miasme et l’oliban. L’odeur et les sens dans la réception de l’Antiquité

L’Antiquité classique a longtemps été considérée comme étant « aseptisée », d’une blancheur immaculée : l’idéalisation dont elle a fait l’objet l’a dépouillée de sa dimension sensorielle, au profit du seul paradigme visuel. Le domaine olfactif, en particulier, a peu retenu l’intérêt des études sur la réception de l’Antiquité, en raison de son caractère évanescent et difficile à saisir. Pourtant, les odeurs que l’on prête à tel personnage ou à tel groupe social véhiculent tout un imaginaire riche et porteur de valeurs spécifiques : parfums et pestilences contribuent à façonner les façons de penser et d’agir d’une société. L’objectif du colloque sera d’explorer le rôle de l’olfaction, en relation avec les autres registres sensoriels, dans les processus de réception de l’Antiquité à l’époque moderne – que ces derniers se manifestent sous la forme d’un rejet, d’une réappropriation ou d’une idéalisation. Nous nous intéresserons de manière plus spécifique aux arts visuels et performatifs, lorsqu’ils cherchent à engager l’expérience sensorielle du lecteur ou du spectateur. Seront ainsi concernés non seulement peinture, littérature, théâtre, cinéma, mais également les nouveaux médias, dont la publicité, les jeux vidéos, les séries et comics qui renouvellent l’imaginaire lié à l’Antiquité, tout en profitant de nouveaux moyens techniques. Ce colloque international s’inscrit dans le cycle des conférences qui réunissent tous les deux ans le réseau de chercheurs européens IMAGINES, créé en 2007, dont les organisatrices du colloque sont membres. Le premier colloque, qui s’est tenu à La Rioja en 2007, portait de manière large sur la réception de l’antiquité dans les arts visuels. Depuis, les thématiques traitées se sont précisées en même temps que le champ des classical reception studies: ‘Seduction and Power’ (Bristol, 2010) ; ‘Ancient Magic and the Supernatural From the Ancient World’ (Mainz, 2012) ; ‘Sailing in Troubled Waters The Ancient Mediterranean and its Legacy in the Performing and Visual Arts’ (Faro, 2014) ; ‘The Fear and the Fury: Ancient Violence in Modern Imagination’ (Torino, 2016). Ces colloques internationaux ont donné lieu à deux publications majeures dans le champ des Classical reception studies (Knippschild et Garcia Morcillo 2013 ; Verti et Carla 2015). Ces publications sont elles-mêmes à l’origine de la création d’une collection chez Bloomsbury intitulée Bloomsbury Studies in Classical Reception. Les précédents colloques ont mis l’accent sur les processus de visualisation de l’Antiquité, laissant de côté les autres données sensorielles, qu’il s’agira donc de mettre en avant lors de la rencontre toulousaine.

Communication de Tiphaine Besnard et Fabien Bievre-Perrin le jeudi 18 octobre:

L’odeur du marbre : chaleur et sensualité des corps antiquisants au XXIe siècle

Le recours à des corps antiquisants dans les arts visuels a souvent pour objectif de susciter chez le récepteur des émotions, notamment le désir. Les statues antiques, actualisées, sont parées par les artistes de phéromones et de sueur, engendrant le fantasme. En effet, la figuration d’un corps mêlant Antiquité et chair vivante dégage indéniablement chaleur et érotisme tant dans la publicité et le cinéma, que dans l’univers singulier de l’art contemporain. Les notions de virilité, de féminité et de sexualité sont au centre de ces constructions, liées à l‘histoire de la représentation du corps antique dans la culture contemporaine. Toutefois, les approches sont différentes selon qu’il s’agit du corps et de l’odeur de femmes, d’hommes ou bien même d’hommes homosexuels.

Ces représentations, fortement influencées par le fascisme, la culture sportive, le péplum et la publicité, seront au cœur de cette communication. Elle aura notamment pour objectif de voir comment ces divers éléments sont réinvestis par les artistes afin de diffuser visuellement et sensoriellement de(s) modèle(s) de virilité et de féminité. Elle visera aussi à appréhender le regard porté par les artistes sur le passé et le présent par l’intermédiaire des différents supports visuels cités précédemment.

Soutenance de thèse : Franck Delorme

AVIS de soutenance de Thèse
—-

Franck DELORME

 

soutiendra sa thèse de doctorat  en Histoire de l’Art

le  29 juin 2018 à 14h00

à L’UNIVERSITÉ DE PAU ET DES PAYS DE L’ADOUR
Salle du Conseil –
Bâtiment Lettres


Directeur de thèse :  M. Dominique DUSSOL

Laboratoire : ITEM

Sujet de la thèse :

« Édouard Bauhain et Raymond Barbaud, parcours croisés de deux architectes, de la Belle Époque à l’Entre-deux-guerres »

Exposer / Être exposée

Journée étude

Longtemps, les femmes artistes ont travaillé dans le secret des ateliers, le plus souvent anonymement. À partir des années 60, non sans efforts et provocations, elles ont commencé à gagner le devant de la scène ; aujourd’hui, elles sont au moins aussi nombreuses que les hommes à embrasser la carrière artistique et à y révéler leur talent, mais les relais institutionnels peinent encore à suivre le mouvement et à assurer leur visibilité…

La journée d’étude « Exposer/être exposée » vient clôturer le cycle de recherche Artistes-femmes : les formes de l’engagement mené par la Fédération Espaces-Frontières-Métissages de l’UPPA (laboratoires LLCAA/ALTER et ITEM) et par l’École d’Art des Pyrénées entre 2016 et 2018.

Faisant suite aux journées « Artistes-femmes : les formes de l’engagement » (4 février 2016) et « Femmes dans la cité » (17 mars 2017), ce dernier volet réunira des professionnels du monde de l’art (commissaires d’expositions, critiques d’art, responsables institutionnels), des enseignants-chercheurs et des artistes. Il mettra en regard le point de vue des commissaires et celui des artistes elles-mêmes, pour se concentrer sur les questions de la muséographie, de l’exposition et du collectionnisme, et évaluer plus largement la reconnaissance et la visibilité données aux créations des femmes par le monde de l’art.

La journée d’étude sera précédée, la veille à 19h, du vernissage de l’exposition Manière de faire, manière d’agir (Le Bel Ordinaire, Centre d’art contemporain), organisée conjointement au cycle de recherche.

Elle sera suivie, le mercredi 7 mars à 18h (Le Bel Ordinaire), d’une performance proposée par Aline Ribière : La Robe du Japon.

 

Télécharger le détail des manifestations

 

Responsables scientifiques du programme :

–        Sabine FORERO MENDOZA (UPPA, laboratoire ITEM, EA 3002) – sabine.forero-mendoza @ univ-pau.fr

–        Corinne MELIN (ESAP-site de Pau) – corimelin @ gmail.com

–        Pascale PEYRAGA (UPPA, laboratoires LLCAA, EA 1925 et ALTER) – pascale.peyraga @ univ-pau.fr

 

Un partenariat entre Le Bel Ordinaire et l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Avec le soutien du CNAP, des Fracs Franche-Comté, Normandie-Rouen, Lorraine, Pays de Loire, Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Modern Classicisms, London, 10/11/2017

Modern Classicisms: Classical Art and Contemporary Artists in Dialogue

Location
King’s College London – Great Hall King’s Building Strand Campus
When
10/11/2017 (09:00-17:00)
What is it about Greek and Roman art that still captivates the modern imagination? 
How can contemporary art help us to see the classical legacy with new eyes?
 And what can such modern-day responses – situated against the backdrop of others over the last two millennia – reveal about our own cultural preoccupations in the twenty-first century?The art of ancient Greece and Rome is not just a thing
 of the past, it also exists in the present day – whether 
as ideal, antitype or point of departure. During the 2017–2018 academic year, King’s College London is hosting a range of events exploring contemporary responses to classical visual traditions: these will include an exhibition at Bush House 
in in March/April 2018, organised in collaboration with the Musée d’Art Classique de Mougins, and designed to coincide with our co-hosting of the AAH Annual Conference.Our opening Modern Classicisms workshop on 10th November sets out to explore the contemporary relevance of classical visual traditions: by bringing together art historians, collectors, critics and artists, we aim to examine what the classical artistic legacy means from the vantage-point of contemporary artistic practice.
Confirmed artists, speakers and respondents include: Tiphaine Besnard, Bruce Boucher, Matthew Darbyshire, Brooke Holmes, Nick Hornby, Polina Kosmadaki, Lisa Le Feuvre, Christian Levett, Simon Martin, Minna Moore-Ede, Verity Platt, Elizabeth Prettejohn, Marc Quinn, Mary Reid Kelley and Caroline Vout.
For more information, please visit here.

The full programme – complete with biographies of speakers – can be downloaded here

Contact:

Registration for this event will open in August. Places will be limited, and early booking is advised; there will be a small charge for tickets (which will contribute to the costs of the provided refreshments, lunch and evening reception).

Timings are provisional and more detailed information will also be released on this website in August 2017. Alternatively, please get in touch with Dr Michael Squire directly (michael.squire@kcl.ac.uk).

Classical Antiquity & Memory

Intergenerational. Interdisciplinary. International Conference
28-29-30 September 2017 @ Bonn, Germany
what, why & how
we do re-member
Classical Antiquity
Come then, and let us pass a leisure hour in storytelling,
and our story shall be the education of our heroes.
Plato, Republic, Book II
I enquire now as to the genesis of a philologist and assert the following:
1. A young man cannot possibly know what Greeks and Romans are.
2. He does not know whether he is suited for finding out about them.
Nietzsche, Unzeitgemässe Betrachtungen

 

To remember is to deviate from the retrospective quest for any possible beginning, and critically focus on the remediated artefact within its new context. Apart from re-membering classical antiquity though, we aim at the establishment of a hub for students, researchers, artists, and anyone interested in the fascinating world of classical antiquities that keeps haunting our post-modernities in the most stunning ways.

Let this conference inaugurate a hub of people, networks, projects, ideas, who love to… remember and/or forget our most mythical pasts (sic)!

Best Wishes!

Penelope Kolovou & Efstathia Athanasopoulou

http://memory.strikingly.com/

CONF Memory Final Programme 15.09.017

Intervention de Tiphaine Besnard :
The odyssey of the Ancient references: When contemporary artists are inspired by Homeric and Ovidian poems

Figures et frontières de l’intime à l’époque contemporaine

Journée d’étude
4-5 mai 2017
Université de Pau et des Pays de l’Adour
UFR LLSHS – Salle du Conseil

Il s’agit d’envisager les figures contemporaines du paradigme duel dedans/dehors dans nos sociétés, telles qu’elles prennent forme dans les productions artistiques et culturelles. L’ abolition des frontières, la démultiplication des réseaux en tout genre, la globalisation et la mondialisation, tous ces faits semblent constituer les raisons autant que les effets des agissements, des discours et des comportements. Le principe même de réseau, hérité entre autres de la prodigieuse révolution informatique et du développement des moyens de communication en général, n’assure pas seulement une transmission et une transition constante : il tend à pondérer – si ce n’est invalider – la dialectique dedans/dehors pour lui substituer une logique d’homogénéisation, de prolifération aléatoire. Comment se manifeste cette nouvelle logique ? Comment évaluer et interpréter, en dépit de cette remise en question, la prégnance des motifs du dedans/dehors et de l’intimité dans les créations littéraires et artistiques actuelles ? L’ on approfondira plus particulièrement, dans cet axe, l’étude de l’espace et des frontières de l’intime. Quels sont les nouveaux espaces de l’intimité ? Quels sont les nouveaux espaces de publication de cette intimité ?

Parution « Pays pyrénéens et environnement »

Les actes du colloque « Pays pyrénéens et environnement » dont les Carnets avaient relayé l’appel viennent de paraître sous la direction de Pierre Debofle et Jean-Christophe Sanchez. Ils sont édités par la Fédération historique Midi Pyrénées et la société Ramond.

Vous y retrouverez plusieurs articles des membres d’ITEM.

Dans le chapitre occupation de l’espace, deux articles émanant du groupe de recherche POEM:

Benoît Pace et al., Les « campements de piémonts pyrénéens » de la Protohistoire à l’Antiquité: apports de Systèmes d’Informations Géographiques (SIG) et perspectives spatiales, https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01438490

Alain Campo et al., L’étude de la fréquentation romaine des grottes: nouvelles perspectives de recherche dans la partie occidentales des Pyrénées.

Histoire et archéologie, forêt et pâturages

Le Couédic et al. , Comparer et modéliser les sites, les territoires et les systèmes pastoraux pyrénéens dans la diachronie: présentation et premiers résultats du projet collaboratif DEPART. https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01399071

Découvertes et représentations

Françoise Saliou-Pedegert, « Cauç » et « cauceta » ou la légitimation par nature d’un ordre social.

Viviane Delpech, Viollet-le-duc à la découverte des Pyrénées en 1833. Une science romantique.

Pour plus d’informations :

Fédération historique de Midi-Pyrénées http://archives.haute-garonne.fr/histoire_patrimoine/associations/federation/fhmp_adherent.html#top

Image de couverture: « Bagnères-de-Bigorre et la Vallée de Campan, lithographie de Oliver William, 1ère moitié du XIXe siècle »

Soutenance de thèse: Vanessa Rodrigues

AVIS de soutenance de Thèse

—-

Madame Vanessa RODRIGUES

 

Soutiendra sa thèse en Histoire, Histoire de l’Art et Archéologie

le 16 décembre 2016 à 14h00  à l’UFR LLSHSSalle du Conseil
Directeurs de thèse :
Monsieur François RECHIN
Madame Hélène LE MEAUX
Laboratoire :ITEM 
Sujet de la thèse :
  « Parures et échanges au premier âge du Fer, des Pyrénées à l’Atlantique (VIIIe-Ve siècles av. J.C.) »

Parution d’ouvrage : Viollet-le-Duc

Viollet-le-Duc

Villégiature et architecture domestique

A l’occasion des célébrations du bicentenaire de Viollet-le-Duc dans le cadre des Commémorations nationales de 2014, ce volume rassemble les actes du colloque international organisé par l’EA 3002 ITEM (Université de Pau et des Pays de l’Adour) à Hendaye les 9 et 10 octobre 2014.

actes-vld-couv
Viollet le Duc. Villégiature et architecture domestique. Presses Universitaires du Septentrion, 2016.

L’activité d’architecte-bâtisseur contemporain de Viollet-le-Duc est souvent occultée par son action de restaurateur du patrimoine médiéval. Les chantiers, les projets et les écrits à ce sujet sont pourtant prolifiques, ce qui justifie pleinement une réflexion renouvelée sur ses travaux.

De ses chantiers à ses projets avortés, de ses théories à la transmission de ses enseignements en la matière, cet ouvrage présente l’apport de Viollet-le-Duc à l’architecture domestique, à l’habitation de son temps, par le biais de treize contributions inédites abordant un aspect souvent oublié de son œuvre. Enrichissant la connaissance de l’architecture civile du XIXe siècle, cette réflexion dépasse les problématiques esthétiques pour faire valoir son esprit réformateur et témoigne définitivement, et contrairement à ce que ses restaurations diocésaines laissent présager, de ses préoccupations modernes et de son ancrage dans la société contemporaine.

Viviane Delpech est docteur en histoire de l’art, spécialiste de l’architecture et des arts décoratifs du XIXe siècle. Elle enseigne à l’Université de Pau et s’intéresse entre autres à l’architecture privée, aux villégiatures et à « l’école » viollet-le-ducienne.

Collection Architecture et urbanisme
234 pages – octobre 2016
ISBN-10 2757413902
ISBN-13 978-2-7574-1390-6

Antiquipop, Lyon, mai 2016

Colloque

« Antiquipop : la référence à l’Antiquité dans la culture populaire contemporaine »

Grand amphithéâtre de l’Université Lyon 2

Antiquipop

 

Tiphaine-Annabelle Besnard, doctorante au laboratoire ITEM, présentera le jeudi 26 mai 2016 une communication intitulée:

« l’Empire des citations : vers un art contemporain néo-néo-classique ? »

 

Résumé de son intervention:
« Certes, l’idée du retour à l’Antique, est, en un sens, omniprésente dans l’histoire de l’art occidentale au point qu’elle peut sembler en rythmer les principaux temps forts – pensons aux moments Raphaël, Poussin, David, Ingres, voire le retour à l’ordre des années 1920. Les modalités du retour à l’Antique dans l’histoire de l’art ont donc certes été amplement étudiées, mais ce n’est pas le cas pour la période contemporaine, voire très contemporaine (à partir des années 1980).

Comment doit-on envisager la survivance de la référence gréco-latine ? S’agit-il de pastiche, de détournement ? In fine, le questionnement sur le lien entre art contemporain et Antiquité mène à la réflexion suivante : peut-on définitivement caractériser l’histoire de l’art occidentale comme un éternel retour à l’Antiquité classique ?

Les approches théoriques de l’art et l’esthétique seront mises à profit afin d’embrasser un sujet qui touche à la fois à l’histoire sociale de l’art, à l’histoire du goût mais aussi à l’histoire de l’histoire de l’art à travers une réflexion sur les modes d’écriture de l’histoire de l’art. Ainsi, nous serons amenés à évoquer une « post-modernité » où la rupture avec l’utilisation de l’antique comme référence vivifiante est certaine. Effectivement, à de rares exceptions près, les artistes ne cherchent pas à imiter les Anciens. Aussi, nous envisagerons deux notions clés que sont la « basse » et la « haute culture » : la première, à l’origine d’une Antiquité transposée et pastichée, la deuxième, à l’origine d’un art antiquisant intellectuel.

Les exemples d’œuvres seront choisis judicieusement, issus de ma base de données. Pour ne citer qu’eux, je pense aux artistes Eleanor Antin, Pierre & Gilles ou bien encore Meekyoung Shin. Ce projet de communication s’inscrit effectivement pleinement dans la thèse de doctorat que je mène depuis octobre 2014 à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (L’éternel retour à l’Antique : survivances grecque et romaine dans l’art contemporain à partir des années 1980, sous la direction de Madame Sabine Forero Mendoza, Professeure d’Esthétique et d’Histoire de l’art contemporain). »

Plus de renseignements : http://antiquipop.sciencesconf.org/resource/page/id/5

« Viollet-le-Duc, à la découverte des Pyrénées en 1833 »

La Société des Sciences des Lettres et Arts de Pau et du Béarn
a le plaisir de vous inviter à la conférence de
Viviane DELPECH
docteur en histoire de l’art
Université de Pau et des Pays de l’Adour/Société d’Études Basques
« Viollet-le-Duc à la découverte des Pyrénées en 1833 »
le samedi 5 mars à 11 heures
à l’auditorium de la médiathèque André-Labarrère,
place Marguerite Laborde à Pau

Affiche conf. V. Delpech

Leader charismatique du mouvement néogothique et restaurateur de nombreux édifices médiévaux au XIXe siècle, Viollet-le-Duc se distingua de ses confrères par sa formation anti académique. Issu d’un milieu engagé dans la réhabilitation du patrimoine médiéval, il fut rapidement sensibilisé à la vogue élitiste du voyage pittoresque invitant à découvrir les confins de la France à travers ses paysages, son architecture et ses populations rurales. Encouragé par son père et son oncle, il prit la route des Pyrénées, en 1833, dans le but de découvrir une altérité proche, incarnée par une nature dépaysante et des identités locales fortes souvent bien étrangères à celle, mondaine, de la capitale. Ce voyage de plusieurs mois donna lieu à plus d’une centaine de représentations paysagères, depuis le Pays basque jusqu’à la frontière aragonaise, complétées, dans son journal, par les descriptions pittoresques de la population locale. Ces oeuvres richissimes proposent un apport notable en termes de géographie historique et d’histoire de l’art. Dressant un état des lieux de l’environnement pyrénéen en 1833, elles dévoilent la vision ambiguë du jeune Viollet-le-Duc à propos du paysage, mu, comme son époque, entre scientisme et le romantisme.

Couverture: Cauterets, cascade au dessus du pont d’Espagne, Viollet-le-Duc, aquarelle, 1833. Conservé à Charenton-le-Pont, Médiathèque de l’Architecture et du Patrimoine. ©Ministère de la Culture – Médiathèque du Patrimoine, Dist. RMN-Grand Palais / image Médiathèque du Patrimoine

Parution d’ouvrage : « Caudéran », Editions Le Festin

Dominique Dossol est l’auteur d’un nouvel ouvrage paru aux Editions Le Festin.

Cinquante ans après son rattachement à Bordeaux, Caudéran, ancienne « banlieue » de villégiature bien souvent qualifiée « Neuilly bordelais », n’a rien perdu de son identité, malgré les importantes transformations urbanistiques, architecturales et paysagères de ces dernières décennies. Il reste, ici ou là, de superbes traces (chartreuses, bourdieux) de ce prestigieux passé, de même que des lieux de distractions populaires (comme l’American Park) qui y firent florès à partir du 18 ème siècle. C’est aussi un quartier où l’on trouve de superbes témoignages de l’Art nouveau, de l’Art déco et des architectures contemporaines de premier plan (notamment dues aux groupe Salier Courtois-Lajus, comme la Villa Morton ou la résidence Les Buissionnets).

Dans ce livre richement illustré de photographies contemporaines et de cartes postales anciennes, Dominique Dussol propose de redécouvrir l’histoire et le patrimoine extraordinairement riche et varié de ce vaste quartier, à travers une sélection d’une trentaine de sites emblématiques (Tivoli, Grand Lebrun, le Parc Bordelais, La Pergola, les architectures contemporaines des architectes Salier-Courtois-Lajus, etc.). Un livre qui fera référence et rendra justice à ce joyau méconnu.

couv1cauderan

Dominique Dussol est professeur d’histoire de l’art contemporain à l’université de Pau et des Pays de l’Adour. Longtemps critique d’art pour le journal Sud-Ouest, à Bordeaux, il collabore depuis de nombreuses années à la revue Le Festin, dont il est le président du comité scientifique. Il est l’auteur d’ Art et Bourgeoisie.
En novembre 2011, paraît le résultat de ses recherches sur le Pau de l’Entre-deux guerres, Pau Art déco. Il assure également des commissariats d’expositions, parmi lesquelles Bordeaux, entre le ciel et l’eau (capc, Bordeaux/Munich, musée du Lenbachhaus), Bégaud…(musée des beaux-arts de Bordeaux)

Photographie d’en tête: Rue de Mexico © M. DUBAU

Viviane Delpech : Prix Second Empire 2015

Viviane Delpech, chercheur associée à l’EA 3002 ITEM et chargée de cours au département Histoire de l’art et Archéologie, vient de recevoir le Prix Second Empire 2015 de la Fondation Napoléon pour son ouvrage Abbadia, le monument idéal d’Antoine d’Abbadie, édité par les Presses Universitaires de Rennes dans la collection de beaux livres Art et Société.

abadia

Issu de sa thèse de doctorat d’histoire de l’art, soutenue à l’UPPA en 2012 sous la direction de Dominique Dussol, cet ouvrage doit sa publication au concours de la Société d’Études Basques, de la Fondation Initiatives Jeunes du Crédit Agricole, de la Ville d’Hendaye, de la Banque Michel Inchauspé, de l’UPPA et de l’Institut Culturel Basque. Le Service régional du Patrimoine et de l’Inventaire d’Aquitaine en a assuré l’ensemble de la couverture photographique en missionnant le talentueux photographe Alban Gilbert.

A la lumière de 25 000 documents d’archives, ces travaux révèlent les secrets de la construction de l’extravagant château d’Abbadia (1864-1884), édifié par les architectes Eugène-E. Viollet-le-Duc et Edmond Duthoit sur un promontoire spectaculaire de la corniche basque, en retraçant la vie extraordinaire de ses commanditaires, l’explorateur savant basco-irlandais Antoine d’Abbadie et son épouse Virginie. Cette thèse se fonde sur le postulat qu’Abbadia, fait à l’image de ses ordonnateurs, est le catalyseur de leurs expériences et de leur vision du monde. Remarquable exemple de l’Éclectisme du Second Empire et du mouvement néogothique, cet édifice superbement restauré et conservé dans son état originel constitue une richissime source d’information pour l’étude de l’histoire de l’architecture, des arts décoratifs et des arts paysagers du XIXe siècle.

Le Prix Second Empire est attribué par un jury prestigieux composé de professeurs d’université, de spécialistes et de membres de l’Institut de France. La Fondation Napoléon attribue ainsi, chaque année, trois prix, récompensant des chercheurs pour leurs ouvrages, et plusieurs bourses, octroyées à des doctorants afin d’encourager les recherches sur le Premier et le Second Empire. Cette année, la cérémonie de remise des prix et des bourses a lieu à l’hôtel de Beauharnais le 9 décembre en présence de S.A.I. la princesse Napoléon et du président de la Fondation Napoléon, Victor-André Masséna, prince d’Essling.

Exposition Mauméjean, 9 septembre – 11 octobre 2015, Pau.

Illuminez votre rentrée !

Pour sa rentrée, le service du Patrimoine culturel – Ville d’art et d’histoire de la ville de Pau choisit de mettre à l’honneur la dynastie Mauméjean et le savoir exigeant des fabricants de vitraux.
L’exposition propose une inédite réhabilitation de la production de cette famille d’artistes originaires de Pau, qui réussirent à développer une firme internationale aux multiples ramifications. De nombreux documents d’archives illustreront les temps forts de cette saga encore largement méconnue du grand public.

afficheLa manufacture de vitrail et mosaïque d’art MAUMÉJEAN
Flambe ! Illumine ! Embrase !

Exposition, conférence et ateliers pédagogiques
9 septembre -11 octobre 2015
Chapelle de la Persévérance
3 rue Gontaut Biron – 64000 – Pau

Entrée Libre et gratuite.