Archives par mot-clé : histoire contemporaine

Appel à communications-Cahiers d’Histoire immédiate n°57

L’ Argentine, vingt-ans après la crise

Dossier coordonné par Damien Larrouqué (INAP-Université du Chile) & Dario Rodriguez (CRIMIC-Sorbonne Université)

Au cours du mois de décembre 2001, les Argentins sont descendus dans les rues des principales villes du pays aux cris du désormais célèbre slogan «Qu’ils s’en aillent tous!», adressé aux acteurs de la représentation politique. Latente depuis plusieurs années, cette colère citoyenne s’est rapidement muée en révolte populaire, laquelle a entraîné la chute du gouvernement et l’ouverture d’un nouveau cycle politique. À bien des égards, la crise a alimenté les espoirs d’un renouvellement de la démocratie dans sa nature représentative et permis d’entrevoir la mise en place d’un nouveau modèle macro-économique. De fait, l’arrivée circonstancielle de Néstor Kirchner au pouvoir en 2003, son bras de fer contre les institutions financières internationales et certaines prises de position emblématiques (en faveur des droits de l’homme notamment) ont marqué un consensus de rupture avec la décennie néolibérale précédente, qui a également été poursuivi par son épouse, Cristina Fernández de Kirchner (2007-2015). Toutefois, outre les soupçons de corruption qui ont pesé sur leurs mandats respectifs, l’un comme l’autre ont été accusés de reproduire les modalités traditionnelles d’exercice du pouvoir en Argentine. Quant au gouvernement de Mauricio Macri (2015-2019), il a renoué avec un certain nombre de préceptes néolibéraux, dont on peut tracer l’origine dans certaines mesures de libéralisation prises durant les années 1990. Malgré ses promesses de campagne, le pays n’a pas non plus connu de recomposition institutionnelle significative. Se pose donc la question de la continuité ou de la rupture qu’a pu incarner, dans une perspective historique de moyen terme, cette fameuse «crise de 2001».

Aujourd’hui, il nous semble non seulement possible mais également nécessaire de poser un regard neuf sur le cycle politique ouvert par les événements de décembre 2001 qui ont fait basculer le pays dans une soudaine acéphalie institutionnelle (succession de 5 présidents en 10 jours) et l’ont fait plonger dans une durable crise économique. Afin d’apporter de nouvelles clés de lecture sur ce passé immédiat, il nous paraît important de décloisonner les disciplines (science politique, histoire, droit, économie, sociologie, etc.) et de valoriser différentes méthodologies (analyses qualitative et/ou quantitative, approche ethnographie, analyse des discours, etc.). Pour la cohérence de ce dossier thématique, mais sans prétention d’exhaustivité et sans nier les interconnexions possibles, les propositions d’articles devront idéalement porter sur l’un de ces cinq axes :

  1. Les cycles électoraux: les leaderships et les partis politiques.
  2. Les acteurs de la protestation sociale et les nouvelles formes de présence citoyenne dans l’espace public.
  3. Les politiques publiques et les relations État-Société.
  4. Les pratiques discursives, les représentations et les imaginaires.
  5. La projection internationale du pays et sa place dans le monde.

Informations générales

En sus de l’introduction générale, ce numéro thématique comptera entre 6 et 7 articles.

Les articles doivent être rédigés en français et feront 30000 signes maximum, notes comprises. Les normes éditoriales seront communiquées ultérieurement aux auteurs des propositions retenues.

Des recensions de 5000 signes max. sur des ouvrages récents (moins de 4 ans à la date de publication, soit 2018) portant sur l’Argentine contemporaine sont les bienvenues. Merci de prendre contact préalablement avec les coordinateurs.

Suggestion d’ouvrages pour recension :

-Juan Manuel Abal Medina, La democracia argentina en el último siglo, Buenos Aires, EUDEBA 2019.

-Alejandro, Grimson,¿Qué es el peronismo? De Perón a los Kirchner, el movimiento que no deja de conmover la política argentina, Buenos Aires, Siglo XXI editores, 2019.

-Noam Lupu, Virginia Oliveros, Luis Schiumerini (Eds.), Campaigns and Voters in Developing Democracies: Argentina in Comparative Perspective, Ann Arbor, University of Michigan Press, 2019.

-Mariana Gené, La rosca política. El oficio de los armadores delante y detrás de escena (o el discreto encanto del toma y daca),Buenos Aires, Edición Siglo XXI, 2019.

-Gabriel Vommaro,Mariana Gené (compiladores), Las élites políticas en el Sur. Un estado de la cuestión de los estudios sobre la Argentina, Brasil y Chile, Buenos Aires, Ediciones UNGS, 2018.

-Denis, Merklen, Étienne Tassin, La diagonale des conflits. Expériences de la démocratie en Argentine et en France, Paris, Editions de l’IHEAL, 2018.

Les propositions d’article doivent être envoyées aux deux coordinateurs du dossier aux adresses suivantes :damien.larrouque@sciencespo.fr & dario.rodriguez @ paris-sorbonne.fr

avec copie au rédacteur en chef de la revue laurent.jalabert @ univ-pau.fr

Calendrier prévisionnel

  • Envoi des propositions : 15 septembre2020
  • Acceptation des propositions : 1er octobre 2020
  • Envoi des manuscrits : 15 janvier 2021
  • Processus d’évaluation et reprises : janvier-juin 2021
  • Envoi du dossier complet au comité de rédaction : 15 juin 2021
  • Processus éditorial (actualisation / ajustements éventuels) : septembre-octobre 2021
  • Publication : novembre 2021

La montagne explorée, étudiée et représentée

Le Congrès national des sociétés historiques et scientifiques rassemble chaque année universitaires, membres de sociétés savantes et jeunes chercheurs. Ce recueil est issu de travaux présentés lors du 142e Congrès sur le thème « Circulations montagnardes, circulations européennes ».

Le Siècle des lumières, qui consacre l’ouverture des élites européennes à la modernité scientifique, est aussi celui qui pousse les mêmes sociétés vers les sommets et les glaciers des montagnes. Objet de fascination et non plus de crainte, la montagne apparaît, à la suite de Rousseau et Senancour, dans toute sa majesté, à la fois vierge, mystérieuse, repliée sur elle-même et porteuse d’un message d’universalité. Après avoir longtemps suscité peur et préjugés depuis l’Antiquité, la montagne est devenue au xviiie siècle un territoire de conquête et de découverte générant toute une mythologie et un imaginaire qui vont modifier le rapport des sociétés européennes avec le milieu des sommets.

Contributions de Christel Venzal, Christian Manso, Laurence Espinosa et Viviane Delpech (ITEM – UPPA).

Éditeur : Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques

Collection : Actes des congrès nationaux des sociétés historiques et scientifiques

Année d’édition : 2020

EAN électronique : 9782735508877

DOI : 10.4000/books.cths.11252

Cahier d’Histoire Immédiate n° 53

Mémoire et histoires des camps : les musées mémoriaux et leurs visiteurs

 

Paru aux Editions CAIRN

C’est à partir des années 1980 qu’apparaissent de nombreuses formes de commémoration des camps d’internement et des camps d’extermination. Ce phénomène s’est tout d’abord manifesté par l’organisation de nombreuses célébrations, l’érection de stèles ou de monuments ainsi que la réalisation d’oeuvres d’artistes (Jochem et Esther Gertz, Boltanski, Dani Karavan…). Il se matérialise aussi à travers la construction ou le réaménagement d’un nombre croissant de « musées-mémoriaux », notamment au sein même des camps dispersés dans toute l’Europe durant la période de l’entre-deux-guerres et de la Seconde Guerre mondiale. Le mouvement s’est particulièrement accéléré au début des années 2000.
À Auschwitz, le pavillon rom du musée est né en 2001, en même temps que le Musée Juif de Berlin, tandis que le pavillon français, créé en 1979, a été doté d’une nouvelle scénographie en 2005. Le musée du camp d’extermination de Belzec a vu le jour en 2004 ; le musée de Yad Vashem, en Israël, a été refait en 2005, l’année même où fut créé le Mémorial de la Shoah à Paris et le Mémorial des Juifs d’Europe à Berlin. En 2007, a été édifié à Shangaï le Musée des réfugiés juifs de Shangaï. En 2009, à Lety, en République tchèque, fut construit le mémorial du camp pour Tsiganes et, l’année suivante, le Musée de l’Holocauste à Los Angeles. En France et en Belgique, le mémorial du Camp des Milles date de 2009, le Musée de la maternité d’Elne de 2011, le mémorial de Malines de 2012 et, enfin, celui de Rivesaltes de 2015. Le statut et la forme de ces productions matérielles de mémoire peuvent se montrer très variables, ce numéro des Cahiers d’histoire immédiate en présente une analyse par des regards pluridisciplinaires.

LES AUTEURS :


Dossier coordonné par Jean-Luc Poueyto et Sabine Forero-Mendoza
Evelyne Ribert
Yael Uzon Holvek Bastien Caumont
Dominique Chevalier
Sabine Forero-Mendoza,
Joëlle Le Marec
Jean-Yves Potel
Christel Venzal
Joëlle Zask

144 pages

Décembre 2019

Laurent Dornel dans le cours de l’histoire

Laurent Dornel est intervenu dans l’émission Le Cours de l’histoire du mercredi 08 janvier 2020, de 9h-10h, sur France Culture : Série Chine-Occident, comment l’affaire a mal tourné ?,  dans l’Épisode 2 : Les travailleurs chinois pendant la Grande Guerre

 
Références
Laurent Dornel et Céline Regnard, Les Chinois dans la Grande Guerre. Des bras au service de la France, Les Indes Savantes, 144 p.
 
 
 
 
Li Ma, La Chine et la Grande Guerre, CNRS éditions.
 
 
 
 
 

MARGES. Vivre et gérer les zones périphériques

13 décembre 2019. Journée d’étude coordonnée par Mélanie Le Couédic et Alain Champagne (Salle 220 – Bâtiment LLSH, Université de Pau et des Pays de l’Adour).

Programme

9h Alain Champagne : accueil et introduction

Les marais littoraux

9h30 Eric Normand : Les cabanes de marais de Brouage, un des axes d’étude du PCR marais charentais

10h30 Julien Grellier : Micro-histoire du marais de Brouage à travers l’étude des cabanes du XIXe siècle à nos jours

11h30 Thierry Sauzeau : Faire reculer la mer, gagner de nouvelles terres: marais charentais aux XVIIe-XIXe siècles

La montagne

14h Aurélien Woifflard : Administrer l’indivision en Soule au XIXe siècle: source, méthode et données spatiales

15h Mélanie Le Couédic : Approche spatio-temporelle des accords pastoraux pyrénéens

16h Patricia Heiniger-Castéret : Enquête ethnographique sur les lies et passeriesRoncal/Barrétous, Jaca/Aspe

Plus d’information sur le programme: https://item.univ-pau.fr/fr/programmes-de-recherche/programmes-en-cours-2/programmes-en-cours/marges.html

Frontera Pirineos

Congreso internacional de historia de las migraciones transfronterizas contemporáneas

Canfranc – Du 25 octobre 2019 au 26 octobre 2019

Tanto en Francia como en España, la historia de la migración, ha estado dominada, en gran medida, por la cuestión de la « integración ». De hecho, el análisis de la seguridad y asentamiento de los migrantes, ha descuidado el estudio de otras formas y experiencias migratorias, más temporales y menos lineales, como, por ejemplo, la primera acogida en destino y/o las vías y lugares a través de los cuales los principales flujos migratorios consiguieron atravesar la frontera. Con el objetivo de continuar trabajando en la línea de estudios recientes que han dedicado sus esfuerzos a implementar un análisis interdisciplinar del paso de fronteras, el proyecto SUM-PORT organiza este congreso internacional en torno al estudio en profundidad de dos puntos: las experiencias migratorias y los lugares de tránsito que fueron protagonistas, en época contemporánea, del paso de la frontera franco-española que separa las regiones de Aquitania y Aragón. Un periodo de tiempo en el que diferentes flujos de carácter político, económico y cultural atravesaron la cordillera pirenaica en ambas direcciones. No en vano, entre 1931 y 1976, además de los grandes flujos que conducen a la sedentarización, al asentamiento casi permanente de migrantes, observamos movimientos temporales, numéricamente más pequeños.
Centrado en el análisis de las experiencias migratorias desde una perspectiva interdisciplinar, este congreso internacional abordará temas como el control de los migrantes en tránsito, la memoria de las migraciones, las experiencias de contrabandistas, refugiados, pasadores y/o traficantes; así como la historia de las relaciones internacionales entre ambas regiones, sus contactos culturales y la forma en que la línea de Ferrocarril Zaragoza-Canfranc-Pau ha contribuido a modificar la historia de estos movimientos y de sus protagonistas. Mientras que, atendiendo a los lugares de tránsito, ya sea de grandes flujos migratorios o de migraciones de tránsito, este coloquio pretende reflexionar también sobre el análisis de su diversidad morfológica y funcional, así como de su topografía específica.
No obstante, más allá de estas dos problemáticas principales, emerge el tema de una economía general del tránsito que está llamada a implementar una metodología interdisciplinar en la que los análisis de historia, geografía, política, sociología, antropología y literatura se combinen en beneficio de una perspectiva original, novedosa y completa. En este sentido, este coloquio plantea diferentes cuestiones de memoria, patrimonialización de los lugares de paso y, finalmente, de la gestión de estos espacios por parte de los actores de los territorios. De modo que, si bien el área geográfica que define la cordillera Pirenaica y sus estribaciones no se ha considerado, en época contemporánea, como una gran región inmigratoria, la frontera pirenaica constituye un terreno de estudio relevante y original para analizar diferentes experiencias migratorias en un contexto histórico (1914-1976) que resulta especialmente rico en acontecimientos socio-políticos a uno y otro lado del límite fronterizo.

El programa

25 octobre à 17h45 : Intervention de M. Javier Mur Royo (ITEM/Unizar) – « Dos destinos cruzados: la escuela francesa de Canfranc y la escuela española de Pau (1933-1952) »

Sauvegarder le Passé dans la Turquie des années 60

Jeudis d’ITEM

Le jeudi 10 octobre 2019 à 14h00
Salle 6, Institut Claude Laugénie, UPPA Pau

Le laboratoire ITEM (Identités, Territoires, Expressions, Mobilités) EA 3002 de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour a le plaisir de vous convier au premier Jeudi d’ITEM de l’année universitaire 2019-2020

« Sauvegarder le Passé dans la Turquie des années 60 »
par Laurent Dissard

Entrée libre, dans la limite des places disponibles

La seconde guerre mondiale en Haut-Béarn

À l’occasion des 80 ans du début du deuxième conflit mondial, trois temps de découverte autour de la Seconde Guerre Mondiale en Haut Béarn sont proposés depuis mai 2019 par la Communauté de Communes du Haut-Béarn en partenariat avec plusieurs acteurs du territoire et l’Office National des Anciens Combattants et du laboratoire ITEM de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Labellisé par Le Ministère des Armées dans le cadre des opérations de mémoire liées au 75ème anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’acte III de ces manifestations se poursuit en octobre.

Juifs fuyant la France occupée, réfractaires au STO, évadés du camp de Gurs, résistants se soustrayant à la répression, des hommes et de femmes cherchent à échapper à leur situation, souvent précaire, au risque de périls parfois plus importants encore.

Ces manifestations visent à questionner ce qui pousse des individus à partir, à s’évader, et selon quelles modalités, par quels biais ces mobilités ont lieu. Pour ce faire, plusieurs études de cas régionales, s’inscrivant dans une perspective de micro-histoire et d’histoire sociale, seront présentées, avec un focus particulier sur le franchissement des Pyrénées :

  • Les 10 et 11 octobre > Auditorium Bedat à Oloron Sainte-Marie

LA SECONDE GUERRE AU PIED DES PYRENEES – Conférences

Pendant la Seconde Guerre mondiale, au pied des Pyrénées, les évasions de France vers l’Espagne ont constitué un moyen de sauver des pourchassés et un acte de Résistance à l’occupation. Elles reposaient sur des organisations clandestines, actives mais extrêmement menacées.

L’Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre et l’Université de Pau et des Pays de l’Adour proposent d’en redécouvrir l’histoire et les mémoires conservées des Pyrénées-Orientales aux Pyrénées-Atlantiques.

  • Du sam. 28 sept. 2019 au sam. 19 oct. 2019 > Médiathèque des Gaves – Oloron Sainte-Marie

Exposition du Service Départemental des Pyrénées Atlantiques de l’ONACVG

Origines, construction et développement d’un mouvement qui, né de rien en Juin 1940, incarnera, quatre ans plus tard, l’honneur de la France et garantira sa place aux côtés des nations victorieuses. Pour illustrer cette page de l’histoire de la Seconde Guerre Mondiale, découvrez le destin de quelques Basques et Béarnais, membres des Forces Françaises Libres et le rôle des ports basques de Bayonne et Saint Jean-de-Luz en Juin 1940.

  • 13 octobre > BEDOUS

LES PYRÉNÉES DE LA LIBERTÉ – Randonnée transfrontalière entre Aumet, plateau de Lhers, et le refuge de la Mina, val de Hecho, Anso, par le col de la Cuarde.

Sur les sentiers du Plan Local de Randonnée de la Communauté de Communes du Haut-Béarn Juifs fuyant les persécutions, aviateurs devant rentrer en Angleterre, jeunes voulant rejoindre la France libre ou échapper au STO, des milliers de personnes ont tenté, parfois au péril de leur vie, de passer les Pyrénées. Pour les aider, des Aspois devenus passeurs ont pris des risques considérables.

 

Renseignements : Pays d’art et d’histoire Pyrénées béarnaises 0687946429

Télécharger le programme (875.6 KB)

Projet MARGES

Journées d’étude « Vivre et gérer les zones périphériques. Estives et marais littoraux de Nouvelle-Aquitaine du Moyen-Age à nos jours », 23 et 24 mai 2019

Cette journée d’étude portera sur le programme région « MARGES. Vivre et gérer les zones périphériques. Estives et marais littoraux de Nouvelle-Aquitaine du Moyen Âge à nos jours » (Criham (Poitiers-Limoges EA 4270), LienSs (Littoral, Environnement et Sociétés UMR 7266 La Rochelle), ITEM EA 3002 Pau).

Elle sera l’occasion d’un premier état des lieux sur les travaux sur la montagne en Soule et en Ossau, sur les marais littoraux en Charente et sur les données thématiques et spatiales disponibles. Une présentation sera consacrée aux missions du Parc National des Pyrénées en terme de patrimoine, et quatre communications porteront sur les thèses en cours en anthropologie, géographie et histoire.

23 mai 2019  Bâtiment DEG – Salle des Séminaires, université de Pau

9h30 Accueil des participants

10h Introduction

Modératrice: Christine Rendu – CR, CNRS, FRAMESPA UMR 5136

ETAT des LIEUX
  • Alain Champagne– MC – ITEM, Université de Pau et des Pays de l’Adour: Présentation du projet MARGES
  • Mélanie Le Couédic – IR– ITEM Université de Pau et des Pays de l’Adour; Historique des travaux sur la Soule et Ossau
PRÉSENTATION DES THÈSES EN COURS
  • en écologie historique, Dominique Cunchinabe (ITEM)
  • en anthropologie, Rémi Berdou (ITEM)
  • en géographie, Anaïs Lanass (Passages)
  • en histoire, Aurélien Woifflard (ITEM)
  • 12h Discussion
  • 14h Accueil des participants

 Modératrice: Patricia Heiniger-Castéret – MC – ITEM, Université de Pau et des Pays de l’Adour

Le Patrimoine au Parc National des Pyrénées
  • David Penin – Chargé de mission Culture – Parc National des Pyrénées: Les missions du parc en terme de patrimoine
  • Léa LaFourcade– Stagiaire – Parc National des Pyrénées: Le projet d’inventaire des savoir-faire en matière de patrimoine bâti
Etat des travaux sur les marais littoraux et données
  • Thierry Sauzeau– PR– Criham Poitiers-Limoges EA 4270): Les projets de recherche sur les marais littoraux
  • Alain Champagne– MC – ITEM, Université de Pau et des Pays de l’Adour: Le Programme Collectif de recherche  « marais charentais »
  • Discussion et pause
  • Mélanie Le Couédic – IR– Université de Pau et des Pays de l’Adour: L’état lieux des données spatiales : stockage, gestion, archivage, modélisation (Soule et Ossau)

• 16h30 Discussion

24 mai 2019, sortie de terrain en vallée d’Ossau

Plus d’information sur le programme 

Contacts : Alain Champagne & Mélanie Le Couédic

Un Béarnais, peintre de l’horreur de Buchenwald

Conférence SSLA

Le 11 avril 2019

La Société des Sciences Lettres et Arts de Pau et du Béarn

a le plaisir de vous inviter à la conférence de

Laurent JALABERT
Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour

aux Archives Départementales, boulevard Tourasse à Pau

Georges Despaux est un artiste peintre originaire de Salies-de-Béarn. Fils de pépiniéristes, malheureux dans la gestion de l’entreprise familiale, il vit au Pays basque pendant la Deuxième Guerre mondiale. Arrêté à Bayonne le 1er février 1944, puis déporté comme prisonnier politique à Buchenwald de mai 1944 à avril 1945, il parvient comme d’autres artistes à se procurer le minimum nécessaire pour dessiner quelques scènes de la vie du camp, dans des conditions précaires, sur des feuilles de documents administratifs qu’il récupère et dont certains ont été conservées depuis sa sortie du camp au printemps 1945. Ces dessins sont un témoignage de l’horreur concentrationnaire. La conférence reviendra sur le parcours atypique de G. Despaux, et présentera sa vision de l’internement à Buchenwald.

L’oeuvre de Jean Copans

Appel à contributions « L’ oeuvre de Jean Copans et les zones critiques d’une anthropologie du contemporain »

Journées d’études internationales
Paris, 15-16 Mai 2019


Date limite de soumission : samedi 20 avril 2019


Auteur prolifique, engagé dans la vie de multiples institutions, pédagogue hors pair, les recherches de Jean Copans restent à l’écart des débats et des hommages qui alimentent tant l’anthropologie que les études africaines, ou encore la sociologie politique. Alors que l’anthropologie du contemporain est toujours en quête d’un épistème, l’œuvre de Jean Copans est curieusement restée un angle mort de cette quête. Paradoxalement, l’un des fils conducteurs du travail revendiqué par Jean Copans est celui « Des crises d’identité de l’anthropologie » dans lesquelles il n’a cessé de souligner les tensions entre la nécessaire unité théorique de la discipline face à l’éclatement des objets, des terrains et des définitions revendiquées par les auteurs. Ces journées d’études se proposent de prendre le temps d’examiner les multiples facettes d’une œuvre protéiforme.


Collaborateur assidu et prolifique des Cahiers d’études africaines et de la revue Politique africaine, le nombre de recensions d’ouvrages signées de sa plume témoigne d’une intense activité de lecture du travail des autres. Peut-être est-ce d’ailleurs cette ouverture et cette capacité à recevoir la pensée de ses collègues qui constitue l’une des facettes importantes de sa démarche de chercheur ? Impliqué dans la recherche en train de se faire, ses lectures et ses commentaires en font à la fois un chroniqueur, un observateur et un analyste du temps présent. Et si ses traductions de l’ouvrage F.G. Bailey Stratagems and Spoils (1969) – traduit sous le titre Les règles du jeu politique (1971) -, et de l’ouvrage de Mahmood Mamdani, Citizen and Subject (1996) (Citoyen et Sujet. L’Afrique contemporaine et l’héritage du colonialisme tardif, 2004), font dorénavant partie du corpus incontournable des sciences sociales, et notamment de l’anthropologie politique, ses retours critiques sur ces mêmes ouvrages sont restés moins connus.


Comment qualifier son itinéraire et sa trajectoire dans des jeux de catégories qui, à peine énoncés, procèdent d’un réductionnisme ? Car de lecteur assidu, Jean Copans est aussi de ces passeurs et traducteurs lorsqu’il introduit les débats et les controverses de la revue Current anthropology dans le milieu des anthropologues français, et qu’il y prend une part active. Jean Copans a formé un bon nombre de jeunes collègues, africains ou pas, en poste pour un bon nombre d’entre eux, en Europe ou en Afrique. Quant à ses travaux, de la classe ouvrière en Afrique (noire) à ses engagements sur les sécheresses de 1973, en passant par ses réflexions sur les intellectuels en Afrique (La longue marche de la modernité africaine. Savoirs, intellectuels, démocratie), sur les nationalismes (voire le séminaire de Balandier 1964 et sa note sur le nationalisme Gikuyu au Kenya), sur la mouridologie dans ses échanges avec Cruise O’Brian, ou encore, la sociologie politique de l’Afrique et l’aventure Politique Africaine (il en fut l’un des piliers fondateurs, et ultérieurement, l’un de ses critiques) ; ils présentent tous une actualité surprenante, tant au regard de la multiplicité des objets et des terrains, que des résonances avec une vision de l’anthropologie du contemporain qui, étrangement, l’a maintenu à l’écart, ou tout au moins, l’a posé dans une altérité, disons « académique.


L’hologramme Jean Copans motive les initiateurs à consacrer deux journées d’études permettant de donner une juste place à l’anthropologue. Ces journées visent à scruter son oeuvre dans une histoire du temps présent (sans céder au présentisme), et ce faisant, à comprendre ce qu’il nous dit de l’anthropologie du contemporain, de l’actualité d’une science de l’Homme. De plus, les liens mentionnés entre l’auteur, son oeuvre et l’anthropologie du contemporain invitent aussi à articuler ce projet à un retour réflexif sur l’anthropologie de l’Afrique contemporaine, et à inscrire celle-ci dans une perspective internationale. Pour ce faire, les organisateurs lancent un appel à communication autour de 4 axes de réflexion, non exclusifs.


1-L’Afrique comme paradigme des sciences sociales chez Jean Copans : questionnements théorique et épistémologique


Selon Jean Copans, « la fonction épistémologique, rhétorique, voire décorative de l’exemplification africaine semble bien plus qu’un problème historique de voisinage et de fréquentation, d’expérience personnelle ou professionnelle de terrain. L’exemple africain (organisation villageoise, solidarité, misère encore digne, respect de l’État malgré les corruptions, culture « world » avant la lettre) propose un modèle sociopolitique qui correspond encore, en creux, à celui d’un « État-providence de proximité ». Le domaine de l‘expertise, incarné par les institutions internationales, les O.N.G., a modelé les expériences sociopolitiques contemporaines. Elles demeurent peu intégrées, presque confidentielles, dans la réflexion méthodologique générale des sciences sociales. La réflexivité portant sur les constructions de l’objet ou sur la faisabilité des politiques, des programmes et des opérations de développement, parfois analytique et critique, reste l’apanage d’un très faible nombre de chercheurs et de praticiens. Or, dans ses séminaires et ses interventions publiques, Jean Copans n’a jamais cessé de promouvoir une réflexion collective sur les sciences sociales au sens large (y compris l’économie politique), sur les manières de faire, des plus abstraites aux plus concrètes, en matière d’enquête de terrain, de recueil des données, de recherche documentaire, de construction et d’écriture à la fois des données et des résultats. On pourra interroger les rapports entre anthropologie théorique, politique et anthropologie appliquée.


2-Constructions nationales, mouvements sociaux et « ethniques » et sociétés civiles en Afrique noire


Dans son oeuvre, Jean Copans n’a cessé de souligner le décalage temporel quasi-permanent entre la rapidité et la violence des changements sociaux des sociétés africaines et les descriptions produites par les observateurs et les analystes spécialistes des sciences sociales. La variété des cas interdit toute généralisation hâtive. Il note la contraction entre les dynamiques de transformations inscrites dans la longue durée et leur réduction en situation de conjonction ; d’où la nécessite de faire des distinctions entre les « mutations » et les « crises » ; d’interroger les rapports entre les institutions politiques et les stratégies immédiates des acteurs. Il s’agira aussi de décrire les configurations du politique depuis les mouvements sociaux et politiques de la période des « ouvertures démocratiques » du début des années 1990 aux
« sociétés d’émergence » des années 2000.


3-Sciences sociales africaines et anthropologie du développement et de l’humanitaire


Dans ses travaux, Jean Copans montre comment les sciences sociales se sont penchées dès les années 1950 sur la question du développement. De nombreux facteurs ont contribué à la construction d’une dynamique tout à fait spécifique dans la construction de leur champ d’étude. Cette trajectoire
historique disciplinaire conduit à s’interroger sur l’existence ou non d’une science experte et coloniale autant que sur la diversité des traditions nationales induisant des rapports spécifiques entre sociologie et anthropologie. Cette historicité explique-t-elle les évolutions propres au champ du développement qui voit les ONG, et ultérieurement les tâches dites humanitaires, s’imposer progressivement (1980-90), dans les programmes de développement. Comment les travaux de Jean Copans réinterrogent-ils les méthodologies et les fonctions politiques des savoirs sur le développement ?


4- Anthropologie, sociologie, modernité africaine


La modernité, on en parle, ici et là, on en célèbre la valeur exemplaire et les prodigieuses réalisations en tant qu’activité rationnelle du sujet libéré des entraves de la nature. Tout bouge, tout est remis en question sous le règne de la modernité agissante. Les structures familiales se recomposent. Dans l’hypermodernité, l’Afrique intègre les flux d’informations désormais planétaires ; les configurations politiques émergent réactivant le religieux et l’ethnicité. En somme, tout est placé sous le signe de la recherche de la nouveauté et de la présentification de l’ancien. La modernité a été parfois perçue comme une « réinvention de la tradition ». Dans le même temps, comment dater cette modernité ?
Dans la « longue marche de la modernité africaine », Jean Copans interroge tour à tour la modernité occidentale et la modernité africaine en posant l’hypothèse qu’il « existe une série de relations entre la production (et la reproduction) de la société et l’élaboration des connaissances à propos de et à destination de cette société ». A partir de la distinction entre modernisation et modernité, sous-jacente à une construction historique de la démocratie, l’anthropologue distingue, « d’une part, les légitimités invisibles de l’Etat, c’est-à-dire le contenu proprement politique d’une éventuelle modernité en gestation et de l’autre la question de la démocratie ». Jean Copans montre comment « Le processus de construction de cette modernité (européenne) », est le résultat d’une double formalisation juridico-idéologique d’une part, intellectuelle et scientifique de l’autre. Cette formalisation du champ social s’exprime de manière synthétique au niveau politique sous l’énoncé de « modernité ». Aussi soutient-il l’idée que la pensée des intellectuels africains doit se libérer des tutelles occidentales et des contraintes idéologiques de la modernisation. Face aux turbulences de la modernité, qu’en est-il de cette émancipation intellectuelle et politique ?


Comité d’organisation :
Benoit Hazard,(IIAC & co-rédacteur en chef des Cahiers d’études africaines) ; Jean Bernard Ouédraogo (IIAC Laios) ; Ricardo Ciavolella (IIAC), Abel Kouvouama (ITEM, Université de Pau et des Pays de l’Adour), Gérald Gaillard (Université de Lille), Patrice Yengo (IMAF-EHESS), Tarik Dahou (DR IRD, Paloc), Franck Beuvier (IIAC).


Les propositions de contribution doivent comporter le nom de l’auteur, son affiliation professionnelle et son courriel. Elles doivent être envoyées à l’adresse suivante : copans2019@gmail.com

Un monde en Transition(s) ?

Cahier d’Histoire Immédiate N°51

La revue Cahier d’Histoire Immédiate est rattachée depuis le 1er janvier 2017 au laboratoire Identités Territoires, Expressions, Mobilités de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (ITEM, EA 3002). Elle est publiée avec l’appui de l’éditeur Cairn.


Sous la direction de Laurent Jalabert

La notion de transition environnementale induite par les débats sur les changements climatiques est devenue un terme un peu fourre-tout, très médiatique, visant à intégrer des réflexions venues des différents champs de la recherche autour des mutations énergétiques planétaires. Cette focalisation ne doit pas masquer que l’usage du terme « transition(s) » a été très largement utilisé par la recherche notamment historique. Les transitions « démographiques », « démocratiques » etc., ont été
souvent évoquées comme des marqueurs forts et souvent pertinents de la réflexion scientifique. Aujourd’hui, la notion est omniprésente : transition citoyenne, transition touristique, transition urbaine (ou villes en transition), transition écologique, transition numérique, etc. La société civile s’empare avec la même force du terme. Ce numéro des Cahiers d’histoire immédiate, dont l’objectif est de comprendre le monde des trente dernières années par un regard historique, questionne donc les « transition(s) » au travers de quelques réflexions thématiques, tant sur les aspects environnementaux que politiques.

Format16 x 24 cm
Nombre de pages112
Date de parutionjuillet 2018
Type de brochurebroché

Appel à Candidature – Bourse de recherche doctorale 3 ANS

Bourse de recherche doctorale 3 ANS (2018-2021)

CV à renvoyer avant le 24 août à alain.champagne@univ-pau.fr

Une audition des candidats est prévue fin aout ou début septembre (les candidats retenus pour l’audition recevront une convocation)

Projet région Nouvelle Aquitaine MARGES

Laboratoire ITEM EA 3002, Université de Pau et pays Adour

Intitulé de la thèse : Vivre et gérer les zones périphériques : estives et marais littoraux de Nouvelle-Aquitaine

Direction : Laurent Jalabert (PR histoire contemporaine, ITEM, Pau), Thierry Sauzeau (PR histoire moderne, laboratoire, CRIHAM Poitiers)

Acteurs associés à la direction du projet : Alain Champagne (MC archéologie médiévale), Mélanie Le Couédic (IR archéologie-SIG)

Conditions :

– Résidence administrative : résidence obligatoire à Pau, équipe ITEM EA 3002 (https://item.univ-pau.fr)

– Durée : contrat de 3 ans (1 octobre 2018 au 30 septembre 2021)

– Diplôme requis : titulaire d’un master, archéologie, histoire (sections 21, 22 du CNU)

– Compétences requises : formation en histoire moderne et/ou contemporaine, connaissances en Systèmes d’Information Géographique (SIG) et/ou cartographie

Résumé du sujet de thèse :

L’objectif général de la thèse est de saisir de manière comparative le passage des terres de marais littoraux et d’estives, qu’elles soient communes ou privées, aux syndicats entre l’époque moderne et la première moitié du XIXe siècle. Ce sujet de doctorat s’insère dans un projet qui vise à comparer plus largement la gouvernance de ces territoires et leur occupation sur une période assez récente (principalement du XVIIe au XXe s.). Le terrain d’étude comportera un ou deux territoires dans chaque secteur, c’est-à-dire un syndicat montagnard (Soule, Ossau) et un de marais littoral (Brouage, Rochefort, Seudre). Certains de ces territoires sont déjà au cœur de projets existants sur lesquels le doctorant pourra s’appuyer[1].

Il s’agira de s’interroger sur le statut foncier des terres, communautaires, indivises, privées, mais aussi de réfléchir sur les types d’accès et les usages de ces espaces aux différents statuts. La question de l’organisation de la gestion et du partage des ressources de ces terres souvent communes est au cœur du sujet. L’originalité de ce projet consiste à aborder ces questions à micro-échelle – celle du parcellaire et à l’échelle médiane des pays « vécus », en interrogeant de façon privilégiée l’articulation entre statut du sol, pratiques d’exploitation et bâti.

Ces éléments seront à mettre en perspective des évolutions environnementales qui génèrent de profonds bouleversements dans ces milieux et affectent donc aussi la vie économique de ces territoires.

Le doctorant devra ainsi spatialiser au sein d’un Système d’Information Géographique ces terrains en fonction de leur statut et de les suivre sur le long terme. Cette approche, par le biais d’une modélisation des données historiques et archéologiques a déjà été explorée sur les deux terrains d’études par les équipes associées ce qui servira de base au doctorant. Ce SIG rassemblera des données anciennes et actuelles sur les différents thèmes de recherche.

Contexte et justification :

Le territoire de la nouvelle Aquitaine est immense et très diversifié. Il comprend sur ses marges deux zones géographiques particulières, le littoral et la haute montagne. C’est la région de la façade Atlantique/Manche qui réunit le plus long linéaire côtier et les plus vastes zones humides. Si de nos jours, ces milieux sont parfois qualifiés d’« hostiles », les recherches interdisciplinaires récentes ont renouvelé l’histoire de ces territoires et montré qu’ils ont été parcourus, utilisés et vécus, de manière temporaire ou permanente, depuis la Préhistoire. Les résultats portent en germe un renouvellement complet des connaissances historiques, mais aussi la nécessité d’adapter les modes de gestion et de valorisation du patrimoine de ces espaces dits « naturels », longtemps considérés comme marginaux et incultes. À partir de là, notre projet propose d’observer les réponses apportées par les habitants pour occuper, exploiter et vivre dans ces milieux contraignants de la période moderne à l’époque contemporaine, sur deux espaces : les marais du littoral charentais et les estives des Pyrénées-Atlantiques.

La thématique retenue pour la thèse est la gouvernance de ces espaces (foncier, accès aux ressources, types de propriétés, instances de gouvernement – communautaires et supra-communautaires -, règlements), et enfin les transformations des milieux en relations aux pratiques et usages. Un dernier volet, transversal, permettra de valoriser les sources et de croiser, analyser et comparer les dynamiques de ces espaces grâce à l’analyse spatiale.

Ce projet de recherche vise d’abord à comparer la gouvernance de ces territoires et leur occupation sur une période assez récente (principalement du XVIIe au XXe s.). Ces territoires ont toujours été importants économiquement. Ce sont des zones de pâtures, très recherchées par les éleveurs et donc indispensables à la vie des populations montagnardes dans les estives, et des riverains de la mer dans les dunes et l’estran herbager (prés salés). En montagne, ces pâturages d’altitude ont connu différentes formes d’intensification ou de spécialisation des élevages, mais aussi de déprise et d’extensification, selon des rythmes rapides et saccadés, au cours des cinq derniers siècles. Au sein des zones littorales, ces espaces ont accueilli des mutations d’usages avec le développement des activités salicoles, très rémunératrices, et ostréicoles mais aussi la conversion des dunes en forêts domaniales dédiées à la production de résine. Leur richesse écologique est désormais reconnue par tous, alors que le fait que ces milieux soient totalement construits par l’homme, fragiles, mouvants et soumis aux aléas climatiques est moins établi. Leur équilibre ne tient qu’à la persévérance de leurs exploitants tant en terme d’entretien, que d’équilibre au niveau du prélèvement opéré. Face à ces défis, les hommes ont opté pour différentes stratégies sociales et différents types d’organisation. Le projet propose de les mettre en lumière, tout en gardant à l’esprit les grandes évolutions que la région, la France et l’Europe ont connues depuis plus de trois siècles.

En dehors du contenu de la thèse précédemment exposé, le projet se penchera aussi sur la présence d’un patrimoine bâti. Qu’ils soient établis sur des terres communes, collectives ou privées, les cabanes, enclos, ou fermes qui parsèment ces espaces constituent, en effet, la principale voie d’accès des usagers aux ressources naturelles. La concession ou le contrôle de ces bâtiments constituent alors, pour les différentes instances de gestion (de la commune à l’état), un instrument essentiel de partage social des ressources et de régulation de la pression sur le milieu.

[1] Exemples : Recherches en Soule https://item.univ-pau.fr/fr/programmes-de-recherche/programmes-en-cours/pour-une-histoire-environnementale-comparee-de-la-vallee-de-la-soule-a-la-chaine-pyreneenne.html

DEPART, https://item.univ-pau.fr/fr/programmes-de-recherche/programmes-acheves/depart-dynamique-des-espaces-pyreneens-d-altitude.html