Archives par mot-clé : histoire

Un monde en Transition(s) ?

Dossier spécial : Un monde en Transition(s) ?

La revue Cahier d’Histoire Immédiate est rattachée depuis le 1er janvier 2017 au laboratoire Identités Territoires, Expressions, Mobilités de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (ITEM, EA 3002). Elle est publiée avec l’appui de l’éditeur Cairn.
Sous la direction de Laurent Jalabert

La notion de transition environnementale induite par les débats sur les changements climatiques est devenue un terme un peu fourre-tout, très médiatique, visant à intégrer des réflexions venues des différents champs de la recherche autour des mutations énergétiques planétaires. Cette focalisation ne doit pas masquer que l’usage du terme « transition(s) » a été très largement utilisé par la recherche notamment historique. Les transitions « démographiques », « démocratiques » etc., ont été
souvent évoquées comme des marqueurs forts et souvent pertinents de la réflexion scientifique. Aujourd’hui, la notion est omniprésente : transition citoyenne, transition touristique, transition urbaine (ou villes en transition), transition écologique, transition numérique, etc. La société civile s’empare avec la même force du terme. Ce numéro des Cahiers d’histoire immédiate, dont l’objectif est de comprendre le monde des trente dernières années par un regard historique, questionne donc les « transition(s) » au travers de quelques réflexions thématiques, tant sur les aspects environnementaux que politiques.

Format16 x 24 cm
Nombre de pages112
Date de parutionjuillet 2018
Type de brochurebroché

Colloque Joseph Peyré

Colloque international Joseph Peyré (1892-1968)

L’écriture d’un monde. Un monde d’écriture

DANS LE CADRE DES COMMÉMORATIONS NATIONALES
POUR LE 50e ANNIVERSAIRE DE SA MORT

Du 25 au 27 octobre 2018

Université de Pau et des Pays de l’Adour – Aydie

Journaliste et écrivain originaire des Basses Pyrénées, Joseph Peyré s’est profondément signalé par son regard d’humaniste. Attentif à son proche environnement  dont il tire maints principes directeurs, il n’a de cesse d’en conserver jalousement la quintessence lorsqu’il se lance à la découverte du monde qui lui est échu. Un monde notamment ébranlé par de nombreux conflits –nationaux comme internationaux- qui l’amènent tout naturellement à réagir. Un monde dont il ne peut se résoudre à voir disparaître un certain nombre de valeurs pour lesquelles il s’engage corps et âme : la personne humaine dans toute sa complexité ontologique tout autant que le milieu naturel dans l’intégrité de ses écosystèmes.

A l’écriture de ce monde, telle qu’il la largement développée tout au long de œuvre, il y a lieu d’associer l’approche de son propre monde d’écriture. En effet, ce regard pénétrant qu’il porte sur le monde se traduit stylistiquement par une écriture  que sa formation de juriste a considérablement aidé à fourbir. A ce propos l’exergue qu’il a apposé à l’ouverture de sa première œuvre de création, Sur la terrasse (1922), peut être perçue comme la matrice de la genèse de son écriture :

« Image exacte des paysages, images vaines de la rêverie,

Il n’y a entre elles que nuance d’âme ».

C’est donc dans cette voie que sont à rechercher les ressorts de son écriture tout en montrant qu’ils conviennent  parfaitement à exprimer chez Peyré une lucidité toute de générosité.

 Télécharger le programme

Bulletin d’inscription au repas à Aydie – Le temps des vendanges

Appel à Candidature – Bourse de recherche doctorale 3 ANS

Bourse de recherche doctorale 3 ANS (2018-2021)

CV à renvoyer avant le 24 août à alain.champagne@univ-pau.fr

Une audition des candidats est prévue fin aout ou début septembre (les candidats retenus pour l’audition recevront une convocation)

Projet région Nouvelle Aquitaine MARGES

Laboratoire ITEM EA 3002, Université de Pau et pays Adour

Intitulé de la thèse : Vivre et gérer les zones périphériques : estives et marais littoraux de Nouvelle-Aquitaine

Direction : Laurent Jalabert (PR histoire contemporaine, ITEM, Pau), Thierry Sauzeau (PR histoire moderne, laboratoire, CRIHAM Poitiers)

Acteurs associés à la direction du projet : Alain Champagne (MC archéologie médiévale), Mélanie Le Couédic (IR archéologie-SIG)

Conditions :

– Résidence administrative : résidence obligatoire à Pau, équipe ITEM EA 3002 (https://item.univ-pau.fr)

– Durée : contrat de 3 ans (1 octobre 2018 au 30 septembre 2021)

– Diplôme requis : titulaire d’un master, archéologie, histoire (sections 21, 22 du CNU)

– Compétences requises : formation en histoire moderne et/ou contemporaine, connaissances en Systèmes d’Information Géographique (SIG) et/ou cartographie

Résumé du sujet de thèse :

L’objectif général de la thèse est de saisir de manière comparative le passage des terres de marais littoraux et d’estives, qu’elles soient communes ou privées, aux syndicats entre l’époque moderne et la première moitié du XIXe siècle. Ce sujet de doctorat s’insère dans un projet qui vise à comparer plus largement la gouvernance de ces territoires et leur occupation sur une période assez récente (principalement du XVIIe au XXe s.). Le terrain d’étude comportera un ou deux territoires dans chaque secteur, c’est-à-dire un syndicat montagnard (Soule, Ossau) et un de marais littoral (Brouage, Rochefort, Seudre). Certains de ces territoires sont déjà au cœur de projets existants sur lesquels le doctorant pourra s’appuyer[1].

Il s’agira de s’interroger sur le statut foncier des terres, communautaires, indivises, privées, mais aussi de réfléchir sur les types d’accès et les usages de ces espaces aux différents statuts. La question de l’organisation de la gestion et du partage des ressources de ces terres souvent communes est au cœur du sujet. L’originalité de ce projet consiste à aborder ces questions à micro-échelle – celle du parcellaire et à l’échelle médiane des pays « vécus », en interrogeant de façon privilégiée l’articulation entre statut du sol, pratiques d’exploitation et bâti.

Ces éléments seront à mettre en perspective des évolutions environnementales qui génèrent de profonds bouleversements dans ces milieux et affectent donc aussi la vie économique de ces territoires.

Le doctorant devra ainsi spatialiser au sein d’un Système d’Information Géographique ces terrains en fonction de leur statut et de les suivre sur le long terme. Cette approche, par le biais d’une modélisation des données historiques et archéologiques a déjà été explorée sur les deux terrains d’études par les équipes associées ce qui servira de base au doctorant. Ce SIG rassemblera des données anciennes et actuelles sur les différents thèmes de recherche.

Contexte et justification :

Le territoire de la nouvelle Aquitaine est immense et très diversifié. Il comprend sur ses marges deux zones géographiques particulières, le littoral et la haute montagne. C’est la région de la façade Atlantique/Manche qui réunit le plus long linéaire côtier et les plus vastes zones humides. Si de nos jours, ces milieux sont parfois qualifiés d’« hostiles », les recherches interdisciplinaires récentes ont renouvelé l’histoire de ces territoires et montré qu’ils ont été parcourus, utilisés et vécus, de manière temporaire ou permanente, depuis la Préhistoire. Les résultats portent en germe un renouvellement complet des connaissances historiques, mais aussi la nécessité d’adapter les modes de gestion et de valorisation du patrimoine de ces espaces dits « naturels », longtemps considérés comme marginaux et incultes. À partir de là, notre projet propose d’observer les réponses apportées par les habitants pour occuper, exploiter et vivre dans ces milieux contraignants de la période moderne à l’époque contemporaine, sur deux espaces : les marais du littoral charentais et les estives des Pyrénées-Atlantiques.

La thématique retenue pour la thèse est la gouvernance de ces espaces (foncier, accès aux ressources, types de propriétés, instances de gouvernement – communautaires et supra-communautaires -, règlements), et enfin les transformations des milieux en relations aux pratiques et usages. Un dernier volet, transversal, permettra de valoriser les sources et de croiser, analyser et comparer les dynamiques de ces espaces grâce à l’analyse spatiale.

Ce projet de recherche vise d’abord à comparer la gouvernance de ces territoires et leur occupation sur une période assez récente (principalement du XVIIe au XXe s.). Ces territoires ont toujours été importants économiquement. Ce sont des zones de pâtures, très recherchées par les éleveurs et donc indispensables à la vie des populations montagnardes dans les estives, et des riverains de la mer dans les dunes et l’estran herbager (prés salés). En montagne, ces pâturages d’altitude ont connu différentes formes d’intensification ou de spécialisation des élevages, mais aussi de déprise et d’extensification, selon des rythmes rapides et saccadés, au cours des cinq derniers siècles. Au sein des zones littorales, ces espaces ont accueilli des mutations d’usages avec le développement des activités salicoles, très rémunératrices, et ostréicoles mais aussi la conversion des dunes en forêts domaniales dédiées à la production de résine. Leur richesse écologique est désormais reconnue par tous, alors que le fait que ces milieux soient totalement construits par l’homme, fragiles, mouvants et soumis aux aléas climatiques est moins établi. Leur équilibre ne tient qu’à la persévérance de leurs exploitants tant en terme d’entretien, que d’équilibre au niveau du prélèvement opéré. Face à ces défis, les hommes ont opté pour différentes stratégies sociales et différents types d’organisation. Le projet propose de les mettre en lumière, tout en gardant à l’esprit les grandes évolutions que la région, la France et l’Europe ont connues depuis plus de trois siècles.

En dehors du contenu de la thèse précédemment exposé, le projet se penchera aussi sur la présence d’un patrimoine bâti. Qu’ils soient établis sur des terres communes, collectives ou privées, les cabanes, enclos, ou fermes qui parsèment ces espaces constituent, en effet, la principale voie d’accès des usagers aux ressources naturelles. La concession ou le contrôle de ces bâtiments constituent alors, pour les différentes instances de gestion (de la commune à l’état), un instrument essentiel de partage social des ressources et de régulation de la pression sur le milieu.

[1] Exemples : Recherches en Soule https://item.univ-pau.fr/fr/programmes-de-recherche/programmes-en-cours/pour-une-histoire-environnementale-comparee-de-la-vallee-de-la-soule-a-la-chaine-pyreneenne.html

DEPART, https://item.univ-pau.fr/fr/programmes-de-recherche/programmes-acheves/depart-dynamique-des-espaces-pyreneens-d-altitude.html

 

Parution : Le Livre noir de Salies (1517-1684)

Sous la direction de Jacques STAES, Benoît CURSENTE, Maurice ROMIEU et Jacques PONS

Publication intégrale annotée et commentée, éditée par la SSLA Pau Béarn

Le Livre noir n’est pas un document ordinaire en raison de la haute valeur, affective et identitaire, qu’il a revêtue et qu’il revêt encore pour la communauté de Salies-de-Béarn.

Ne comptant pas moins de 347 actes, il est riche d’une ample moisson d’informations inédites dont 86 actes de réception de « voisins » et la vivante évocation de la vie fébrile, au quotidien, d’une communauté protestante au temps de Jeanne d’Albret, entre 1564 et 1569.

Un long et patient travail a été nécessaire pour établir et présenter le texte, dans son intégralité, de façon à rendre accessible au plus grand nombre un document aux allures d’ésotérique grimoire.

On trouvera donc :

– la transcription scientifique du texte intégral du manuscrit, avec analyse détaillée du contenu de chacun des actes,

– une présentation liminaire du document, de son contexte et de sa langue,

– un ensemble d’annexes comprenant des repères chronologiques, des cartes de situation, un glossaire complet, une présentation des monnaies utilisées dans les actes, un index thématique et la reproduction en fac-similé de la première édition imprimée du règlement de la Fontaine salée, avec sa traduction en français.

Le Livre noir n’est pas un document ordinaire en raison de la haute valeur, affective et identitaire, qu’il a revêtue et qu’il revêt encore pour la communauté de Salies-de-Béarn.

Télécharger le bon de commande

 

Le citoyen dans tous ses états

Journées d’étude doctorale
Université de Pau et des Pays de l’Adour
Amphithéâtre de la Présidence
4 et 5 juin 2018

Les journées d’étude doctorales « Le citoyen dans tous ses états » cherchent à interroger la notion même de citoyenneté et les formes qu’elle revêt sous l’angle juridique, historique, sociologique, géographique, anthropologique ou encore celui de la littérature et des arts. Mener des réflexions transdisciplinaires dans ce cadre permet d’analyser l’ensemble de ce processus, aussi bien dans ses formes passées que contemporaines. Il s’agit de s’intéresser aux évolutions de la notion même de citoyen, tant dans ses dimensions quotidiennes ou privées que dans son acception politico-juridique traditionnelle.

 

COMITÉ D’ORGANISATION :
Adrienne BONNET, Doctorante en droit privé, CDRE, EA 3004, UPPA
Quentin GIRAULT, Docteur en droit public, PDP, EA 1926, UPPA
Cecilia BEAUDOIN, Doctorante en études latino-américaines, ALTER, EA 7504,UPPA
Tiphaine-Annabelle BESNARD, Doctorante en histoire de l’art, ITEM, EA 3002, UPPA
citoyendanstoussesetats @ gmail.com
BÂT. PRÉSIDENCE
Amphithéâtre de la Présidence

RESPONSABLES SCIENTIFIQUES DU PROJET « L’ART EN PARTAGE CITOYEN » :
Pascale PEYRAGA, Professeur des universités en littérature espagnole contemporaine, ALTER, EA 7504 UPPA
Sabine FORERO MENDOZA, Professeur des universités en esthétique et
histoire de l’art contemporain, ITEM, EA 3002, UPPA

 

Télécharger le programme complet

 

Chantier d’Histoire

E2S UPPA Bourses d’innovation pédagogique 2017

E2S UPPA Fellowship for Innovation Teaching 2017

 

 Véronique Lamazou-Duplan (coord.)

(Identités, Territoires, Expressions, Mobilités – EA 3002 ITEM)

Sur le principe du chantier archéologique, Chantier d’Histoire est un atelier hors les murs qui intègre les étudiants à une équipe de recherche. L’immersion intensive d’une semaine en archives est préparée en amont puis suivie d’un travail d’exploitation des données scientifiques (rapports, base de données, préparation de l’édition, valorisation de la recherche). Encadrés par des enseignants et chercheurs de l’UPPA, par des professionnels des archives, 13 étudiants de 3e année de Licence d’Histoire (parcours Recherche et métiers de l’enseignement), 7 de Master 1 et 2 Histoire Civilisations Patrimoines et 2 Doctorants ont reçu une formation spécialisée et ont collaboré à un projet de recherche collectif adossé aux programmes et axes portés par le laboratoire ITEM EA 3002 : étudier la genèse, le contenu et les évolutions du chartrier (lieu et dépôt d’archives, de chartes) des comtes de Foix-Béarn-rois de Navarre, dont la majeure partie est conservée aux Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques (Pau) et de l’Ariège (Foix).

La semaine d’immersion en archives s’est déroulée du lundi 26 février au vendredi  2 mars 2018. Elle a été précédée d’une formation en paléographie et archivistique tout au long du premier semestre, ainsi que d’une campagne de préparation et de numérisation des documents à exploiter.

Durant cette semaine intensive (30h de formation), accueillis aux Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques à Pau, puis dans les locaux de celles de l’Ariège à Foix, les étudiants ont bénéficié de cinq conférences spécialisées données par les archivistes, les enseignants et chercheurs : elles ont porté sur l’histoire des fonds, leur conservation, sur l’histoire et les enjeux des chartriers des comtes de Foix, des vicomtes de Béarn puis des rois de Navarre, les façons dont ils ont été constitués, remaniés du XIVe siècle au XVIIIe siècle, dont on peut les interroger aujourd’hui, en particulier à partir d’une rare et belle série d’inventaires anciens (XVe-XVIIIe siècles).

Les étudiants ont travaillé en binômes, chacun prenant en charge un dossier thématique ou un lot de documents. Sous la houlette constante des formateurs, ils ont approfondi leurs compétences en paléographie, se sont initiés à une démarche de recherche au contact des originaux (pour certains sortis à titre exceptionnel), tout en travaillant sur les documents numérisés. Les séances de travail ont été agrémentées par la visite des dépôts d’archives à Pau et à Foix (les coulisses !) et donc par la découverte des métiers des archives et du patrimoine écrit. Une visite conférence du château comtal a clôturé le séjour à Foix : l’équipe a ainsi pu voir les lieux où certaines archives, étudiées par le projet, avaient d’abord été bien gardées du XVe au XVIIIe siècle parmi les autres Trésors des comtes des Foix. Les liens plus informels tissés tout au long de cette semaine, et en particulier lors du séjour fuxéen (cohabitation et repas en commun entre étudiants et formateurs), ont participé à la réussite de ce projet collectif.

Depuis, chaque binôme a rendu les matériaux récoltés (transcriptions, tableaux, données, premières pistes…). En mars et avril 2018, quatre étudiants de M2 HCP ont été accueillis en stage au laboratoire ITEM EA 3002 : ils ont vérifié des transcriptions, configuré des données, établi des cartes (préparation éditoriale) ; ils ont participé à une première exploitation et valorisation de la recherche : rédaction du rapport scientifique, conception d’un poster scientifique (en français, anglais et espagnol). Un court reportage (en partenariat avec ARTICE) donnera bientôt quelques aperçus de cette expérience. À l’automne prochain, une partie de ces résultats sera publiée dans la Revue de Pau et du Béarn (S.S.L.A. de Pau et du Béarn, affiliée au CTHS). À terme, les matériaux progressivement récoltés seront mis à disposition des chercheurs sous forme d’édition numérique.

 

Équipe de formateurs :

UPPA / EA 3002 ITEM (encadrement et en appui aux stages labo) : V. Lamazou-Duplan, MC en Histoire du Moyen Âge (responsable du projet), Ph. Chareyre, PR Histoire Moderne, D. Bidot-Germa, MC en Histoire du Moyen Âge, A. Adot, contractuel ANR AcroNavarre ; T. Van de Weghe, IGE Statistiques – Bases de données, M. Le Couédic, IGR, SIG – Archéologie, J. Saucès, IGE, aide à la rédaction et à la documentation scientifique.

 

Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques (Pau) : Jacques Pons (Directeur, diplômé de l’École nationale des Chartes), Mathilde Faure, Carine Freyssinet, Caroline Deleu, Georges-André Banguio-Mendibil.

 

Archives départementales de l’Ariège (Foix) : Claudine Pailhès (Directrice jusqu’au 1er déc 2017, diplômée de l’École nationale des Chartes), Marigeorges Allabert (Directrice, diplômée de l’École nationale des Chartes), Martine Portet.

 

 

Le citoyen dans tous ses états

Le citoyen dans tous ses états
Appel à communication

Université de Pau et des Pays de l’Adour

Le projet « L’art en partage citoyen » développé à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (laboratoires ITEM et ALTER dans le cadre de la Fédération EFM) prévoit plusieurs conférences, journées d’étude et tables rondes où chercheurs, artistes et représentants d’associations seront appelés à intervenir. Il vise à appréhender l’art dit « citoyen » à travers les aspirations qu’il porte, les partages qu’il génère et les transformations qu’il produit sur chacun des acteurs engagés dans le processus créatif.

S’inscrivant dans ce projet, les journées d’études « Le citoyen dans tous ses états » cherchent, plus largement, à interroger la notion même de citoyenneté et les formes qu’elle revêt sous l’angle juridique, historique, sociologique, géographique, anthropologique ou encore celui de la littérature et des arts. Il se trouve en effet que, depuis les années 1990, le terme « citoyen » est de plus en plus présent dans les discours. Signe probable d’un regain d’intérêt pour la notion, ce phénomène s’accompagne d’une évolution de l’extension du terme. Initialement employé comme substantif, il prend davantage une valeur adjectivale, une transformation qui conduit à s’interroger sur la déperdition éventuelle du sens de la notion, en raison, notamment, de sa nature de « construit social et politique, de fabrique en constante évolution » 1.

Mener des réflexions transdisciplinaires dans ce cadre permettrait d’analyser l’ensemble de ce processus, aussi bien dans ses formes passées que contemporaines. Il s’agirait de s’intéresser aux évolutions de la notion même de citoyen, entendu au sens de membre de la cité, c’est-à-dire tant dans ses dimensions quotidiennes ou privées que dans son acception politico-juridique traditionnelle.

Qu’en est-il de la place occupée par le citoyen dans l’État et de celle que l’État souhaitait ou souhaite lui attribuer ? Par-delà la faculté du citoyen à investir, voire conditionner, l’exercice du pouvoir politique, notamment par le droit de vote, n’a-t-il pas été ou n’est-il pas, dans le même temps, un instrument au service du politique ? Par ailleurs, les mouvements critiques qui ont su se développer depuis le début du XXIe siècle, en dehors des institutions, dans les milieux non seulement politiques mais aussi associatifs, culturels et artistiques, revêtent le plus souvent le qualificatif de citoyen. L’intérêt renouvelé pour les « citoyens ordinaires »2 semble découler de la crise contemporaine de la démocratie représentative. Plus encore, la citoyenneté ordinaire pourrait prévaloir sur la citoyenneté de type kantien et habermassien – transcendante et impersonnelle –, par le sens qu’elle donne à la notion de « vivre ensemble ». En témoignent le mouvement citoyen 15 M des Indignés qui dénonce, en Espagne et en Europe, le renoncement de la classe politique à défendre les idéaux des droits de l’homme ou, en France, le réseau de « l’Archipel citoyen » orienté vers des initiatives locales. Autant de facettes d’une citoyenneté « ordinaire » révélant les capacités des individus à formuler des jugements sur le bien commun, en marge des usages et des lieux « labellisés » par les approches classiques de la citoyenneté. « Citoyens » sont aussi des festivals (« Aux Arts citoyens », Villeneuve-sur-Lot), des séries télévisées ou les projets artistiques (« Les Arpenteurs – art citoyen ») réunissant des populations autour de thématiques emblématiques (la citoyenneté, l’écologie, les changements climatiques…) pour imaginer ensemble, co-créer, co-construire entre personnes de cultures et d’origines multiples, à l’échelle locale de la ville ou à plus grande échelle. Dans quelle mesure cette « citoyenneté ordinaire » constitue-t-elle un concept fécond dans un monde globalisé ? Si la citoyenneté démocratique se matérialise dans les pratiques par lesquelles les individus et les groupes formulent et revendiquent de nouveaux droits, ou luttent pour maintenir ou améliorer des droits existants, quelles modalités d’action celle-ci privilégie-t-elle ? Dans quelle mesure engendre-t-elle la nécessité de quitter les lieux conventionnels, de faire évoluer les espaces géographiques, intersubjectifs, sociaux ? Partant, les institutions et organismes publics se trouvent-ils évincés, si ce n’est exclus, des lieux où s’exerce et se pratique une telle citoyenneté ?

Pourtant, l’Etat conserve toute sa place dans la réflexion. Les difficultés démocratiques que connaissent tous les régimes représentatifs en attestent. Cet aspect de l’analyse fait aussi ressortir certaines mutations. Il suffit pour s’en convaincre de songer à l’institution de la citoyenneté européenne par le Traité sur l’Union européenne (« TUE ») qui semble avoir servi une démarche de démocratisation et d’unification européennes destinée à contrer le déficit politique qui était reproché à l’Union. S’interroger en ce sens permet également de se pencher sur la question de la nationalité dont la citoyenneté présuppose l’acquisition. Puisqu’elle est définie selon la Cour internationale de justice (« CIJ ») comme « un lien juridique ayant à sa base un fait social de rattachement, une solidarité effective d’existence, d’intérêt, de sentiments, jointe à une réciprocité de droits et de devoirs. Elle est […] l’expression du fait que l’individu auquel elle est conférée soit directement par la loi, soit par un acte de l’autorité, est, en fait, plus étroitement rattaché à la population de l’État qui l’a conférée qu’à celle de tout autre État »3, elle soulève du même coup la question de l’identité commune entre ses représentants. Et si, selon un récent rapport de la Commission européenne, 87% des Européens sont conscients de leur statut de citoyen de l’Union européenne4, faut-il pour autant en déduire qu’ils disposent des moyens nécessaires leur permettant de participer efficacement à la vie démocratique de l’Union ? Par ailleurs, analyser la citoyenneté européenne conduit à questionner sa cohabitation avec la citoyenneté nationale qu’elle ne complète plus mais à laquelle elle « s’ajoute[rait] »5. En fonction de la dimension dans laquelle elle s’inscrit, la notion de citoyenneté devient plurale et concerne, du point de vue de l’Union européenne, tant le droit de circulation et de séjour et le droit de vote6 que la soumission d’une initiative citoyenne7 – cet instrument qui, selon la Commission européenne, permettrait aux citoyens « de mieux faire entendre leur voix »8 – ou que le droit à une bonne administration et à l’accès aux documents9. La citoyenneté sur le plan national se décline également à divers égards, comme en témoigne la récente instauration de la réserve civique en France10. L’existence et l’exercice de ces droits permettent-ils effectivement au citoyen de s’exprimer ?

Par conséquent, ces journées d’études permettraient d’explorer les perspectives suivantes:
– Le citoyen dans l’Etat, en tant que titulaire de droits politiques et/ou instrument de démocratisation,
– Le lien entre citoyenneté et acquisition de la nationalité,
– L’articulation des rapports entre citoyenneté européenne et citoyenneté nationale,
– Les rapports entre citoyenneté et identité,
– Les formes et finalités des initiatives citoyennes (au sens juridique et/ou ordinaire),
– Les manifestations associatives et locales de la citoyenneté dans un contexte globalisé,
– La fonction sociologique ou anthropologique d’une citoyenneté dite ordinaire,
– L’évolution du concept de citoyenneté sous l’angle historique, artistique, philosophique, sous celui de l’étude des civilisations, de la littérature française et étrangère,
– Les relations entre arts, littératures et citoyenneté,
– Le sujet citoyen à travers des représentations artistiques, littéraires, culturelles,
– Citoyenneté ordinaire et monde institutionnel : deux univers inconciliables ?

1 M. Carrel et C. Neveu (dirs.), Citoyennetés ordinaires: pour une approche renouvelée des pratiques citoyennes, Paris : Karthala, 2014, p. 6.
2 V. not. M. Carrel et C. Neveu (dirs.), Citoyennetés ordinaires: pour une approche renouvelée des pratiques citoyennes, op. cit.
3 CIJ, 6 avril 1955, Nottebohm, Rec. CIJ, p.4.
4 Commission européenne, Rapport sur la citoyenneté de l’Union 2017 – Renforcer les droits des citoyens dans une Union du changement démocratique, 2017, p.6.
5 Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (« TFUE »), article 20, 1.
6 TFUE, article 20, 2.
7 TUE, article 11 et TFUE, article 24.
8 Commission européenne, Livre vert sur une initiative citoyenne européenne, 11 novembre 2009, COM/2009/0622 final.
9 Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne, Titre V.
10 Loi n°2017-86 du 27 janvier 2017 relative à l’égalité et à la citoyenneté, JORF n°0024, 28 janvier 2017.

Appel à communication :

Les contributeurs sont invités à proposer leur communication (qui, après relecture critique, pourra faire l’objet d’une publication dans une revue universitaire) par l’envoi d’un résumé d’une longueur maximale de 2000 caractères espaces compris, hors bibliographie et comprenant un titre, ainsi qu’une courte biographie au comité d’organisation :
citoyendanstoussesetats@gmail.com.

Les propositions devront être transmises avant le 10 mars 2018.
Les textes finalisés devront, quant à eux, nous parvenir le 30 juin 2018, en vue de leur publication.

Comité d’organisation:
  • Cecilia BEAUDOIN, Doctorante en études latino-américaines, laboratoire ALTER, UPPA.
  • Tiphaine-Annabelle BESNARD, Doctorante en histoire de l’art, laboratoire ITEM, EA 3002, UPPA.
  • Adrienne BONNET, Doctorante en droit privé, laboratoire CDRE, EA 3004, UPPA.
  • Quentin GIRAULT, Docteur en droit public, laboratoire PDP, EA 1926, UPPA.
Comité de lecture :
  • Philippe CHAREYRE, Professeur des universités en histoire moderne, laboratoire ITEM, EA 3002, UPPA.
  • Damien CONNIL, Chargé de recherche au CNRS, UMR 7318 DICE – IE2IA, UPPA.
  • Dimitri LOHRER, Maître de conférences en droit public, laboratoire IE2IA, UMR 7318, UPPA.
  • Julien MATTERN, Maître de conférences en sociologie, laboratoire PASSAGES, UMR 5319, UPPA.
  • Pascale PEYRAGA, Professeur des universités en littérature espagnole contemporaine, laboratoire ALTER, UPPA.
  • Jean-Yves PUYO, Professeur des universités en géographie, chargé de mission Coopération transfrontalière, directeur de l’Ecole doctorale Sciences sociales et Humanités 481, directeur adjoint de l’UFR LLSHS, laboratoire PASSAGES, UMR 5319, UPPA.
Bibliographie :

BALIBAR Étienne, Nous, citoyens d’Europe ? Les frontières, l’État, le peuple, Paris : Éd. La Découverte, 2001, 322 p.
BERGER Mathieu, CEFAÏ Daniel et GAYET-VIAUD Carole (dirs.), Du civil au politique: ethnographies du vivre-ensemble, Bruxelles, Bern, Berlin : Peter Lang, 2011, 603 p. BLONDIAUX Loïc, Le nouvel esprit de la démocratie: actualité de la démocratie participative, Paris : Seuil, 2008, 109 p.
CARREL Marion et FRANCE. PLAN URBANISME CONSTRUCTION ARCHITECTURE, La citoyenneté urbaine du point de vue des gouvernés: synthèse bibliographique, La Défense : Plan urbanisme construction architecture, 2007, 88 p.
CARREL Marion, NEVEU Catherine, ION Jacques et FRANCE. PLAN URBANISME CONSTRUCTION ARCHITECTURE (dirs.), Les intermittences de la démocratie: formes d’action et visibilités citoyennes dans la ville, Paris : l’Harmattan, 2009, 310 p.
CARREL Marion et NEVEU Catherine (dirs.), Citoyennetés ordinaires: pour une approche renouvelée des pratiques citoyennes, Paris : Karthala, 2014, 328 p.
CARTER April, The political theory of global citizenship, London, New York : Routledge, 2001, viii+277.
CEFAÏ Daniel, Pourquoi se mobilise-t-on ? Les théories de l’action collective, Paris : La Découverte : MAUSS, 2007, 727 p.
CEFAÏ Daniel, CARREL Marion, TALPIN Julien, ELIASOPH Nina et LICHTERMAN Paul, « Ethnographies de la participation, Ethnographies of participation », Participations, no 4, 11 décembre 2012, p. 7-48.
CENTRE UNIVERSITAIRE DE RECHERCHES SUR L’ACTION PUBLIQUE ET LE POLITIQUE, épistémologie et sciences sociales, et CENTRE PHILOSOPHIE CONTEMPORAINE, L’ordinaire et le politique, Paris : Presses universitaires de France, 2006, 252 p.
CLARKE John, « Parler de citoyenneté : discours gouvernementaux et vernaculaires », Anthropologie et Société, vol. 33, no 2, 2009, p. 43-62.
CLARKE John, COLL Kathleen, DAGNINO Evelina et NEVEU Catherine, Disputing citizenship, Bristol : Policy Press, 2014, viii+214.
DOUSSET Laurent, LA SELVE Élisabeth, ZASK Joëlle et GUYADER Frédérique, « Comment penser l’éthique dans la pratique en sciences sociales et humaines ? », Journal des anthropologues, no 136-137, 3 avril 2015, p. 253-271.
GAGNE Natacha et NEVEU Catherine, « Présentation : L’anthropologie et la « fabrique » des citoyennetés », Anthropologie et Sociétés, vol. 33, no 2, 2009, p. 7-24.
GARCÉS Marina, Un mundo común, Barcelona : Edicions Bellaterra, 2013 (Serie general universitaria, 131), 154 p.
GRAC (GROUPE RECHERCHE ACTION), ELIÇABE Rémi, GUILBERT Amandine, HAERINGER Anne-Sophie, LEMERY Yannis et OVERNEY Laetitia, Ressaisir la citoyenneté aux bords du politique: Expériences marginales et expériences instituées de participation politique à l’épreuve des projets de rénovation urbaine dans trois pays : Catalogne, France et Québec, [s.l.] : [s.n.], 2009.
ION Jacques, En finir avec l’intérêt général: l’expression démocratique au temps des ego, Vulaines sur Seine, Editions du Croquant, 2017, 88 p.
ION Jacques, S’engager dans une société d’individus, Paris : Armand Colin, 2012, 220 p.
ION Jacques (dir.), L’engagement au pluriel, Saint-Etienne : Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2001, 228 p.
ISIN Engin Fahri (dir.), Democracy, citizenship and the global city, London : Routledge, 2000, x+319.
ISIN Engin Fahri, NYERS Peter et TURNER Bryan Stanley (dirs.), Citizenship between past and future, London, New York : Routledge, 2008, 165 p.
de MONTECLER Marie-Christine, « Vers l’adoption définitive du projet de loi Egalité citoyenneté », Dalloz actualité, 30 novembre 2016.
O’BYRNE Darren J., The dimensions of global citizenship: political identity beyond the nation-state, London, Portland : Frank Cass, 2003, x+282.
PLIAKOS Astéris, Citoyenneté, Répertoire droit européen, mars 2012 (actualisation août 2017).
POGGI Jérôme et HERS François, Faire art comme on fait société: les nouveaux commanditaires, Dijon : les Presses du Réel, 2013, 813 p.
ZASK Joëlle, Art et démocratie: peuples de l’art, Paris : Presses Universitaires de France, 2003, 220 p.
ZASK Joëlle, Participer : essai sur les formes démocratiques de la participation, Latresne : le Bord de l’eau, 2011, 326 p.

Être manouche, une histoire de famille

Séminaire EHESS

Anthropologie historique Identités tsiganes

Sous la responsabilité de Jean-Pierre Cavaillé

Université Toulouse 2 Jean Jaurès, Olympe de Gouges, salle GH 134, 16h – 18h

prochaine séance :

jeudi 18 janvier 2018 : Jean Luc Poueyto : Être manouche, une histoire de famille

lecture conseillée:

« Un patrimoine culturel très discret : le cas des Manouches », Terrain [En ligne], 58 | mars 2012, mis en ligne le 01 janvier 2014.

http://journals.openedition.org/terrain/14707

Chantier d’histoire

Chantier d’histoire. Un projet d’innovation pédagogique

 

Présentation du projet

Sur le principe des chantiers archéologiques, qui font participer des étudiants à la vie d’une équipe de recherche, le chantier d’histoire est un stage d’une huitaine de jours qui permettra

–          une formation en paléographie de l’époque médiévale au XIXe siècle
–          la formation par la pratique à la confection de bases de données, à la mise en application des SIG
–          un travail collectif de dépouillement qui s’intègre à une recherche pluridisciplinaire alliant le travail des textes, une pratique du terrain, des visites de sites ou de fonds remarquables
–          Initiation aux humanités numériques

Lancé en 2017-2018, ce mode de formation par la recherche, expérimenté ici dès la Licence, en lien avec le Master, pourra être pérennisé si l’évaluation est concluante.

 

Public visé

 L3 Licence Histoire / M1 et M2 de deux Master (HCP et Patrimoine et Musée)

Cette formation est proposée aux étudiants de L3 inscrits à l’Atelier de l’historien (L3 Parcours Enseignement et Recherche, aux étudiants de M1 et M2 du Master HCP, parcours Histoire-Anthropologie, sur la base du volontariat (en fonction de leur sujet), aux étudiants de M1 et M2 Master Patrimoine et Musée, sur la base du volontariat (en fonction de leur projet).

 

Cadre pratique

Le stage est organisé et encadré par les enseignants-chercheurs et les chercheurs du département d’Histoire, du laboratoire ITEM, en collaboration avec des fonds d’archives et des collectivités, Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques et de l’Ariège. Celles-ci accueillent matériellement les stagiaires.

L’un des intérêts majeurs du chantier d’histoire sera donc de faire découvrir ce qu’est la recherche en L3, de former par la recherche en L3 et en Master (ici une recherche collective, active, intensive, pratique et encadrée).

D’autre part, alors que la nouvelle organisation de l’établissement vise à séparer administrativement les niveaux undergraduate et graduate, ce projet vise à établir des passerelles, par un projet pédagogique et innovant, pour permettre la cohésion disciplinaire et humaine, en rapprochant les étudiants de 3e année de Licence, souhaitant se tourner vers la recherche, des étudiants de Master déjà engagés dans cette voie, ou engagés dans la formation aux métiers du patrimoine. Au-delà du côtoiement, les étudiants apprendront à travailler sur un projet en équipe, au contact de professionnels.

 

Le projet, validé, est porté par Véronique Lamazou-Duplan, Maître de conférences en histoire du Moyen Âge. Tel. (secrétariat du département Histoire, Licence) : 05 59 40 73 14

Table-ronde des sociétés savantes, 11/12/17

Table-ronde des sociétés savantes et associations

Lundi 11 décembre 2017, de 9h à 12h
Salle du conseil de l’UFR LLSHS, UPPA, Pau.

 

Cette table-ronde vise à présenter le rôle des sociétés savantes et des associations dans la diffusion de la recherche (à travers une revue, des publications, des conférences, expositions…), voire dans l’animation de la recherche.

Seront présentes :

– la Société des Sciences Lettres et Arts de Pau et du Béarn, représentée par Ricardo Saez son Président, V. Lamazou-Duplan, l’une des vice-présidentes, Francis Théau, trésorier adjoint mais aussi doctorant à l’UPPA,

– l’Office National des Anciens Combattants (ONAC), représenté par Jean-François Vergez, son Directeur, Maxime Saint-Germes, ancien étudiant à l’UPPA.

– la Société des Etudes Basques (Eusko Ikaskuntza),représentée par Viviane Delpech, membre du CA et post-doc à l’UPPA.

– le Groupe Archéologique des Pyrénées Occidentales (GAPO), représenté par Alain Campo (doctorant à l’UPPA) et la revue APOL, présentée par Jean-Claude Merlet

 

 

Modélisation conceptuelle et bases de données

Modélisation conceptuelle et élaboration de bases de données à référence spatiale en archéologie et en histoire

 

Argumentaire

Suite à l’ANF Mosaïque à Bibracte[1], plusieurs personnes ont évoqué l’idée de reconduire un séminaire ou atelier de travail sur la modélisation des données en amont des analyses spatiales. En effet, nous travaillons avec les SIG (Systèmes d’Information Géographique) et réalisons des analyses spatiales mais rarement nous accédons aux modèles des données sous-jacents ainsi qu’à la réflexion conceptuelle et théorique derrière toute base de données spatiale.

Traditionnellement, les chercheurs se sont fondés exclusivement sur une description thématique des objets étudiés pour décrire les phénomènes étudiés. Les chercheurs en sciences humaines utilisent désormais couramment les SIG pour modéliser les différentes problématiques (réseaux de transports, peuplement, ressources, etc.), mais malgré cela, peu sont ceux qui montrent les processus à l’œuvre derrière les modèles finaux, c’est-à-dire les modèles conceptuels des données.

Ainsi, à la suite de deux séminaires ISA[2] (Dijon 2006, Tours 2008) et de la formation de Bibracte, nous proposons une manifestation centrée sur la modélisation conceptuelle et la mise en œuvre des bases de données. L’objectif est non seulement de présenter et discuter des modèles créés par les chercheurs et jeunes chercheurs mais aussi de promouvoir les échanges entre chercheurs et étudiants.

Afin de rendre cette manifestation la plus complète possible, nous proposons une journée de présentation couplée à une matinée d’atelier pratique. L’un de point fort de cette manifestation est son caractère transfrontalier (Espagne-France) et la participation de différents niveaux de formation (étudiants de master, doctorants, chercheurs) ce qui permettra d’enrichir encore plus les échanges. Plutôt focalisée sur l’archéologie et l’histoire, elle est aussi ouverte autres disciplines (anthropologie, géographie, histoire de l’art) car ces méthodologies novatrices peuvent leur permettre un meilleur traitement de leurs données. Cette rencontre permettra autant aux chercheurs qu’aux étudiants échanger des méthodologies, des idées et d’approfondir sur un sujet d’actualité : la mise en œuvre de modèles conceptuels et de bases des données pour la recherche dans les humanités.

[1] Réalisée en octobre 2016. Voir: https://anf2016mosaique.sciencesconf.org/

[2] Notamment, sur le même thème, Dijon 2006 (http://isa.univ-tours.fr/spip.php?article146&from=69) et Tours 2008 (http://isa.univ-tours.fr/spip.php?article150&from=68)


Journée d’étude – atelier du réseau ISA, Information Spatiale et Archéologie

8 h 30 Accueil
9 h Présentation : Mélanie Le Couédic et Leticia Tobalina
9 h 30 Dynamiques de peuplement dans l’Antiquité Tardive entre l’Èbre moyen et les Pyrénées : une proposition de base de données spatiale dans un contexte d’hétérogénéité des données, Leticia Tobalina Pulido (Doctorante ITEM, Université de Pau et des pays de l’Adour/ UNAV)
10 h Organisation et usages des espaces dans les Pyrénées occidentales durant la période gallo-romaines : construction d’une modélisation des sociétés antiques dans la province d’Aquitaine méridionale, Benoît Pace (Doctorant ITEM, Université de Pau et des pays de l’Adour),
10 h 30 Pause-café
11 h Peuplement et terroirs du haut Moyen Âge de part et d’autre des Pyrénées : présentation d’une base de données comparative en construction, Noémie Luault (Doctorante TRACES, UMR 5608, Université de Toulouse – Jean Jaurès),
11 h 30 Modéliser les dynamiques d’occupation du sol dans la vallée supérieure de la Seille (57), Bastien Gouhier (Doctorant, LAT-CITERES, UMR 7324, Université François Rabelais de Tours)
12 h Discussion
12 h 30 buffet offert par le programme EXTRA/ITEM
14 h Du modèle conceptuel ethnoarchéologique de l’estive Anéou à la base « DEPART » (Dynamiques des Espaces Pyrénéens d’Altitude), Mélanie Le Couédic (ingénieur, ITEM, Université de Pau et des pays de l’Adour)
14 h 30 Modelización de los datos arqueológicos de superficie: La Base de datos espacial d’Aigüestortes – Ordino, Joan Nunes, Guillem Salvador, Ermengol Gassiot et David Garcia (Université autonome de Barcelone)
15 h Propositions méthodologiques pour contribuer à la détermination de la fonction des structures pastorales archéologiques de montagne, Roxanne Cesarini (Master 2, Université de Franche-Comté), Laure Nuninger (chercheur, chrono-environnement, UMR 6249, Université de Franche-Comté)
15 h 30 Constitution d’un SIG pour l’étude du patrimoine archéologique en milieu forestier (Loir-et-Cher), Aude Crozet (Doctorante, LAT-CITERES, UMR 7324, Université François Rabelais de Tours)
16 h Discussion
16 h 30 Pause-Café
17 h Modélisation de données descriptives et spatiales sur les silex pour des projets de recherche collectifs en préhistoire. L’expérience en cours de plusieurs réseaux de lithothèques, Christophe Tuffery (INRAP), Paul Fernandes, Vincent Delvigne, André Morala, Geneviève Pinçon, Stéphane Konik
17 h 30 Aplicaciones del Modelo de Referencia Abstracto del Patrimonio Cultural (CHARM) en Arqueología, César Gonzalez (INCIPIT-CSIC)
18 h Discussion et Conclusions
Vendredi 1er décembre – Salle de séminaire du Restaurant Inter-administratif, Pau
8 h 30 accueil des participants
9 h-12 h 30 atelier CHARM/ travail en petits groupes sur les modèles conceptuels
12 h 30 repas offert par le programme EXTRA/ITEM

En savoir plus :

http://www.charminfo.org/

Appel à communication: Modélisation des données

Dans le cadre du réseau ISA (Information Spatiale et Archéologie),  un séminaire-atelier intitulé

« Modélisation et élaboration conceptuelle de bases de données spatiales en archéologie et en histoire »

aura lieu les 30 novembre et 1er décembre 2017 à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, avec une journée de présentations et débats le 30 et un atelier pratique le 1er.

L’inscription est gratuite mais obligatoire. Les jeunes chercheurs sont bienvenus ainsi que les chercheurs confirmés. Les repas de midi seront pris en charge.

Argumentaire:

Suite à l’ANF Mosaïque à Bibracte[1], plusieurs personnes ont évoqué l’idée de reconduire un séminaire ou atelier de travail sur la modélisation des données en amont des analyses spatiales. En effet, nous travaillons avec les SIG (Systèmes d’Information Géographique) et réalisons des analyses spatiales mais rarement nous accédons aux modèles des données sous-jacents ainsi qu’à la réflexion conceptuelle et théorique derrière toute base de données spatiale.

Traditionnellement, les chercheurs se sont fondés exclusivement sur une description thématique des objets étudiés pour décrire les phénomènes étudiés. Les chercheurs en sciences humaines utilisent désormais couramment les SIG pour modéliser les différentes problématiques (réseaux de transports, peuplement, ressources, etc.), mais malgré cela, peu sont ceux qui montrent les processus à l’œuvre derrière les modèles finaux, c’est-à-dire les modèles conceptuels des données.

Ainsi, à la suite de deux séminaires ISA[2] (Dijon 2006, Tours 2008) et de la formation de Bibracte, nous proposons une manifestation centrée sur la modélisation conceptuelle et la mise en œuvre des bases de données. L’objectif est non seulement de présenter et discuter des modèles créés par les chercheurs et jeunes chercheurs mais aussi de promouvoir les échanges entre chercheurs et étudiants.

Afin de rendre cette manifestation la plus complète possible, nous proposons une journée de présentation couplée à une matinée d’atelier pratique. L’un de point fort de cette manifestation est son caractère transfrontalier (Espagne-France) et la participation de différents niveaux de formation (étudiants de master, doctorants, chercheurs) ce qui permettra d’enrichir encore plus les échanges. Plutôt focalisée sur l’archéologie et l’histoire, elle est aussi ouverte autres disciplines (anthropologie, géographie, histoire de l’art) car ces méthodologies novatrices peuvent leur permettre un meilleur traitement de leurs données. Cette rencontre permettra autant aux chercheurs qu’aux étudiants échanger des méthodologies, des idées et d’approfondir sur un sujet d’actualité : la mise en œuvre de modèles conceptuels et de bases des données pour la recherche dans les humanités.

[1] Réalisée en octobre 2016. Voir: https://anf2016mosaique.sciencesconf.org/

[2] Notamment, sur le même thème, Dijon 2006 (http://isa.univ-tours.fr/spip.php?article146&from=69) et Tours 2008 (http://isa.univ-tours.fr/spip.php?article150&from=68)

Téléchargez le Résumé et le formulaire d’inscription à renvoyer le 31 octobre au plus tard à: leticia.tobalina-pulido@univ-pau.fr ou melanie.lecouedic@univ-pau.fr

Atlas historique de Pau

Ce mois d’octobre 2017 paraît l’Atlas historique de Pau, fruit du travail inédit d’une quinzaine de chercheurs issus de divers horizons (Inventaire général du patrimoine, Université, Archives communautaires Pau Béarn Pyrénées, archéologie, etc).
Cet ouvrage, deuxième d’une série de cinq à paraître en Nouvelle Aquitaine, invite à mieux comprendre et faire comprendre le développement de la ville de Pau. La démarche scientifique, l’iconographie exceptionnelle et la cartographie basée sur une analyse fine du cadastre napoléonien montrent Pau et le Béarn sous un jour résolument nouveau.

Parution aux Editions Ausonius

Mardi 17 octobre 2017 à 18h à l’Usine des tramways.

Un atlas, une démarche, des connaissances
Les coordinateurs de cette publication des éditions Ausonius (collection Atlas historique des villes de France), Dominique Bidot-Germa, Cécile Devos et Christine Juliat, vous invitent à découvrir le contenu de cet atlas, précieux pour mieux appréhender l’histoire, le développement de la ville et ses arcanes, des origines à nos jours..

Gratuit sur inscription au 05 59 98 78 23 ou mission.vah@ville-pau.fr

Jeunesse et sports : l’invention d’un ministère (1928 – 1948)

par Marianne Lassus

En 2016, Jeunesse et Sports a fêté dans la plus grande discrétion ses soixante-dix ans tandis que la figure de Léo Lagrange, même modestement, était célébrée en même temps que les quatre-vingts ans du Front populaire. Du sous-secrétariat d’État à l’Éducation physique d’Henry Paté en 1928 à la direction des Sports de Gaston Roux en 1948, ce sont les ruptures politiques, le Front populaire, Vichy, la Libération, et les continuités administratives au cours de ces vingt années qui ont fondé ce nouveau segment ministériel.

Interrogeant l’évolution des labels (éducation physique, sports, jeunesse, loisirs, éducation populaire) significative d’affichage ou de programme politique et les rattachements successifs souvent en accordéon (l’Armée, l’Éducation nationale, la Santé), l’ouvrage accorde également une place essentielle aux hommes qui « ont fait » Jeunesse et Sports : les ministres ou secrétaires d’État (parfois très connus comme Léo Lagrange ou Jean Borotra, souvent oubliés, comme Pierre Dézarnaulds ou Joseph Pascot) et leurs entourages, les directeurs d’administration centrale mais aussi « sur le terrain », les inspecteurs de la Jeunesse et des Sports.

Cet ouvrage, issu de la publication d’une thèse, rend accessible à tous cette histoire mouvementée d’un ministère en construction et permet de mieux comprendre l’identité et la genèse de Jeunesse et Sports.

Éditeur : INSEP-Editions / Collection : Hors collection
Auteur : Marianne Lassus
Prix public : 25 €
Date de parution : juin 2017
ISBN : 978-2-86580-230-2

Commons, environmental resources and cultural heritage

Commons, environmental resources and cultural heritage
Historical and archeological perspectives
I International Workshop on the Archaeology of Commons

Scuola di Scienze Umanistche
via Balbi 2, Aula Magna
Università di Genova

Commons are a cross-road theme. This is a topic of interest to social historians, historical geographers, archaeologists, anthropologists, lawyers and environmental scientists. At the workshop we aim at provide scholars and research groups from different countries with the opportunity to explore and debate various aspects and issues pertinent to the study of ‘commons’. These areas will be examined from different perspectives and in the context of more general themes relating to archaeology and social history. The objective of the papers and discussions is to highlight and examine how the investigation of a ‘commons’, as a specific theme, can “force” the modification of questions concerning the sources and, as a consequence, modify the diverse methodologies adopted in their employment.
The workshop is the conclusive event of the ARCHIMEDE project (“Archaeology of Commons: cultural Heritage and Material Evidence of a Disappearing Europe” Marie Curie IEF based at the University of the Basque Country UPV-EHU) and will be the occasion for the launch of the “European Network for the Archaeology
of Commons”.

A noter, le 25 septembre:

Melanie Le Couedic (Université de Pau), Marc Conesa (Université de Montpellier): Histoire et archéologie des communs : jeux d’échelles et étude de cas

Voir le programme complet