Archives par mot-clé : genre

Les idées mènent le monde

Les sixièmes Rencontres Littéraires Les Idées mènent le Monde se dérouleront du 22 au 24 novembre 2019 au Palais Beaumont à Pau sur le thème « En quoi croire encore ? » .

Retrouvez les chercheurs d’ITEM aux « Idées mènent le Monde » :

http://www.lesideesmenentlemonde.fr/1560-les-rencontres-litteraires.htm

Vendredi 22 novembre 2019

Laurent Dissard, Dénes Harai, Mathilde Lamothe, Viviane Delpech, 17h30 Auditorium Lamartine, Palais Beaumont, Pau

Histoire d’y croire… encore

Théories du complot, négationnisme, fake news… nous vivons une crise profonde où tout semble être remis en cause, même notre Histoire qui semblait jusqu’à présent plus ou moins crédible. Un historien, une historienne de l’art, et une anthropologue discutent de cette question.

Samedi 23 novembre 2019

Frédéric Bidouze, 10h30 Auditorium Lamartine, Palais Beaumont, Pau

« Le ‘Croire en commun’ des Français et 1789. Le mythe de la liberté contre la réalité de la nécessité »

Maître de conférences en histoire moderne, spécialiste de l’Ancien Régime au XVIIIe siècle et des débuts de la Révolution française. C’est en se référant à 1789 que cette conférence invite à réfléchir sur la culture politique des Français. L’histoire comme répétition de scénario de la vie d’un peuple qui, parfois conscient de sa schizophrénie, n’en finit pourtant jamais de l’ignorer comme maladie infantile de sa démocratie.

Dimanche 24 novembre 2019

  • Maurice Daumas, 10h30 Auditorium Lamartine, Palais Beaumont, Pau

« Je crois en Dieu. L’Église et l’égalité des sexes. »

Professeur émérite d’histoire moderne, co-directeur du programme de recherche « Misogynie » à l’université de Pau. Dans l’Église catholique, les femmes sont écartées du pouvoir, qui ne peut être exercé que par ceux qui ont accès à l’ordination : les hommes. Comment l’Église peut-elle aller impunément à l’encontre de l’égalité des sexes, qui est aujourd’hui un droit fondamental de la personne ?

  • Christian Thibon 12h, Auditorium Lamartine, Palais Beaumont, Pau

« Rwanda, Burundi, RDC Kivu au lendemain de génocides et crimes de masse, que croire encore entre mémoires, oubli et pardon ? »

Professeur émérite de l’UPPA, agrégé d’histoire. La question du pardon est au coeur des sorties de crise dans la Région de Grands Lacs. Au regard de leur histoire immédiate, comment ces sociétés confrontées à des crimes de masse, et plus encore à des génocides perçus comme irréparables, peuvent–elles pardonner, peuvent-elles autant demander le pardon que donner le pardon, sans que l’ordre du pardon n’entache ni l’ordre de la justice, ni celui de la mémoire et de la vérité, encore moins inaugurer une amnésie.

Les institutions culturelles sont-elles misogynes ?

Université de Pau et des Pays de l’Adour
Fédération Espaces – Frontières – Métissages
Laboratoires ITEM et LLCAA
 
Les institutions culturelles sont-elles misogynes ?
 France-Espagne, regards croisés
Journée d’étude II
1er décembre 2017 – UPPA
Salle du Conseil – UFR LLSHS
9h/17h

Voir le programme

Cette journée d’étude fait partie du programme de recherche « Pouvoir(s) et misogynie » mené par les laboratoires ITEM et LLCAA de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour,  dans le cadre de la fédération EFM.

En partenariat avec l’Institut Cervantes de Bordeaux, la Mutuelle Générale de l’Éducation nationale (MGEN), et la Direction départementale de la cohésion sociale (DDCS) des Pyrénées-Atlantiques, ce programme a pour objet d’étude la misogynie dans ses rapports avec le(s) pouvoir(s) notamment au travers des institutions culturelles. Elle fait suite à une première journée d’étude sur la même thématique.

L’objectif de la rencontre sera d’aborder le fonctionnement des institutions culturelles actuelles en tenant compte des rapports de genre. Ce faisant, il s’agira également de croiser les constats, les réflexions et les conclusions à propos de deux situations différentes, mais comparables : celles de l’Espagne et de la France.

Les « institutions culturelles » désignent toute structure collective publique ou privée promouvant la culture populaire ou savante, ses traditions et ses créations. Peuvent être englobés les services culturels tels que musées, patrimoines, spectacles vivants, les filières de l’écrit, du son, de l’image, les arts du spectacle, les arts audiovisuels, etc. Sachant que les institutions jouent par définition un rôle contraignant et normatif, dans quelles mesures exercent-elles une action réformatrice voire novatrice sur la question des relations de pouvoir(s) femmes/hommes dans ces deux pays ? En quoi les évolutions comportementales récentes, les politiques menées, les discours tenus et les mesures prises en matière d’égalité femmes/hommes dans ces deux pays impactent-ils les institutions culturelles et rénovent-ils les relations de pouvoirs femmes / hommes qui s’y nouent ? Ou, à rebours, ces mêmes institutions parviennent-elles à jouer un rôle moteur dans ce domaine, innovant une répartition plus homogène de l’exercice des pouvoirs, mais aussi des savoirs, entre les sexes ?

Il convient également d’accorder toute son importance à l’émergence de la figure de la femme artiste (auteure, sculptrice, cinéaste, peintre, etc.). De permanentes négociations avec les assignations sexuées leur permettent d’occuper les espaces institutionnels culturels. Quelle est la reconnaissance de leurs pairs (essentiellement masculins) ? Quels sont leur statut et la reconnaissance sociale dont elles bénéficient ? Quelle place occupe-t-elle dans les espaces institutionnalisés de la création et de la production culturelles ? Comment sont considérées leurs actions, leurs innovations et leurs créations en matière culturelle ?

Nous proposons 3 axes d’étude principaux :

  1. les « études de genre » et le concept de genre ont-ils permis une évolution des institutions culturelles ? Constituent-ils des contre-pouvoirs efficaces à la « domination masculine » et au sexisme ?
  2. Ces institutions et les créations (littéraires et artistiques) qu’elles « autorisent » contribuent-elles à faire évoluer les stéréotypes de genre ? Ou les reconduisent-elles ?
  3. Les relations de pouvoir(s) entre les femmes et les hommes, les inégalités femmes/hommes longtemps patentes dans les domaines de la production et de la gestion culturelles évoluent. Mais dans quel sens ? À quelles conditions ? Et pour quels effets dans les sociétés espagnoles et françaises ?

Lors de la journée d’étude seront également abordés quelques éléments de l’enquête « Egalité femmes-hommes à l’UPPA » menée au cours de l’année 2017 et en collaboration avec la charge de mission « Parité – Égalité – Laïcité » de l’UPPA.

Plus d’informations : http://frontieres-metissages.univ-pau.fr/fr/programmes-de-recherche/misogynie/pouvoir-et-misogynie.html

Contacts :

 

 

Misogynie et discriminations sexuelles, 24-26/09/2015

Colloque
Misogynie et discriminations sexuelles

Université de Pau et des Pays de l’Adour

24-25-26 septembre 2015

Ce colloque fait partie du projet « Figures et fondements de la misogynie » de la fédération de recherche (FR 4153) Espaces-Frontières Métissages, de l’UPPA. Le programme complet du projet peut être consulté sur le lien suivant : http://frontieres-metissages.univ-pau.fr/live/recherche/misogynie
Le projet est mis en œuvre par les laboratoires ITEM et LLCAA de l’UPPA avec le soutien de l’Institut Cervantes de Bordeaux.

Programme

Jeudi 24 septembre 2015
Matin – Amphithéâtre de la Présidence – UPPA – modérateur : Maurice Daumas

8h30 : Accueil des participants
8h45 : Ouverture du colloque par

  • Mohamed Amara, Président UPPA
  • Véronique Lazzeri, chargée de mission Parité UPPA,
  • Juan Pedro de Basterrechea, directeur de l’Institut Cervantes de Bordeaux.

9h15 : Présentation par Maurice Daumas, Professeur en Histoire moderne, UPPA

L’héritage
  • 9h30 : Adeline Gargam, Docteure en littérature française, Université de Nouvelle Calédonie : « La République des Lettres et des Sciences, un territoire misogyne au siècle des Lumières ».
  • 9h55 : Ana Armenta-Lamant Deu, Agrégée d’espagnol, Doctorante en Littérature espagnole, UPPA : « Peut-on parler de misogynie dans le Siècle des Lumières espagnol ? »

10h20 : Discussion-Pause

  • 10h45 : Nicole Pellegrin, PR d’Histoire moderne, CNRS : « Entre fascination et misogynie : « juger » Jeanne des Anges, ursuline ensorceleuse, sainte putative et hystérique brevetée (XVIIe-XXe siècles) ».
  • 11h10 : Yohann Chanoir, Agrégé d’histoire, doctorant à l’EHESS : « Ces mégères que l’écran a su apprivoiser… Histoire, images et espaces de la misogynie dans le cinéma occidental ».
  • 11h 35 : Bernard Nominé, psychanalyste : « La peur du féminin ».

12h00 : Discussion
12h20 : Déjeuner

Après-midi – Amphithéâtre de la Présidence- UPPA – modératrice : Pascale Peyraga
Du côté de l’Espagne
  • 14h00 : Projection du film d’Icíar Bollaín, Te doy mis ojos (Ne dis rien), 2003, suivi d’un débat animé par Pascale Thibaudeau, PR d’Espagnol, Université Paris VIII.
  • 17h00 : Allison Taillot, MCF d’Espagnol, Université Paris 10 : « Antifascisme et misogynie : Sylvia Townsend Warner et Valentine Ackland au Congrès de Valence de 1937 ».
  • 17h25 : Elise Martos, Doctorante en littérature espagnole, UPPA : « Approches misogynes de l’œuvre d’Isabel Alvarez de Toledo, femme engagée ».

18h00 : Discussion

 Vendredi 25 septembre 2015
Matin – Amphithéâtre de la Présidence – UPPA – modératrice : Nicole Pellegrin
« Tout est politique »
  • 9h00 : Christine Bard, PR Histoire Contemporaine, Université d’Angers : « L’antiféminisme au prisme du déclinisme : une misogynie politiquement assumée ? »
  • 9h25 : Michèle Riot-Sarcey, PR d’Histoire contemporaine, Université Paris VIII : « La misogynie est-elle la cause des interdits prononcés à l’encontre des femmes au XIXe siècle ?»
  • 9h50 : Christine Guionnet, MCF Sciences politiques, Faculté de droit et sciences politiques, Rennes I: « Intérêts et limites du concept de misogynie en politique ».
  • 10h15 : Réjane Sénac, chargée de recherche CNRS au CEVIPOF : « Dévoilement et persistance de l’ “hétérosexisme racialisé constituant” d’un contrat social fraternel : une égalité sous conditions ».

10h35 : Discussion – Pause

  • 10h45 : Marlène Coulomb-Gully, PR en Sciences politiques, Université de Toulouse 2 Jean Jaurès : « Le sexisme bien tempéré du Canard enchaîné ».
  • 11h10 : Elsa Dorlin, PR Philosophie politique et sociale, Université Paris VIII : « Être ou ne pas être Charlie : Féminisme, misogynie et liberté d’expression ».
  • 11h35 : Marie-Laure Déroff, MCF Sociologie, Université de Bretagne occidentale : « Presse féminine et sexualités : une émancipation féminine sous conditions ».

12h00 : Discussion
12h20 : Déjeuner

Après-midi – Parlement de Navarre – Pau – modératrice : Christine Bard
Comportements mâliques
  • 14h30 : Marie-Carmen Garcia, PR Sociologie, Université de Toulouse P.Sabatier : « La misogynie : norme cachée des amours clandestines ».
  • 14h55 : Mélanie Gourarier, Docteure en Anthropologie sociale : « La « Communauté de la séduction » et le renouvellement du masculinisme ».
  • 15h25 : Yves Raibaud, MC HDR de Géographie, CNRS, « Désirs de ville, peurs urbaines. Le harcèlement des étudiantes à Bordeaux ».

16h00 : Discussion – Pause

Combats pour l’égalité (1)
  • 16h15 : Emilie Teyssedre, Osez le féminisme 31 : « Féminisme 2.0 Nouvelles formes de militantisme ».
  • 16h40 : Sandrine Heckmann, Planning familial : « Assignations et normes de sexualité à l’adolescence ».
  • 17h05 : Thérèse Auclair, Maison des Femmes de Pau : « En route pour l’égalité avec la Maison des Femmes du Hédas ».

16h00 : Discussion – Déplacement au Château de Pau

  • 18h00 : Conférence par Sabine Forero, PR histoire de l’art, UPPA : « Ceci est mon corps : femmes artistes à l’assaut des stéréotypes misogynes et sexistes 1970-1990 ».

19h Visite du château de Pau
20h00 : Cocktail dînatoire

Samedi 26 septembre 2015
Matin – Commanderie de Lacommande – modératrice : Nadia Mekouar-Hertzberg
Combats pour l’égalité (2)
  • 9h30 : Anne Saouter, Docteure en Anthropologie, Université de Pau et des Pays de l’Adour : « Le geste de l’imposture. Quand la performance revêt le mauvais sexe ».
  • 09h55 : Hélène Marquié, MCF, Centre d’études féminines et d’études de genres, Université Paris 8 : « L’assignation de la danse au féminin : ressorts misogynes et conséquences discriminantes ».
  • 10h20 : Patricia Mercader, PR de psychologie sociale, Université Lumière – Lyon 2: « L’école : un lieu où se transmet la misogynie ? »

10h45 : Discussion
11h00 : Conclusions par Nadia Mekouar-Hertzberg, PR à Université de Pau et des Pays de l’Adour.
11h30 : Visite de l’église de Lacommande.
12h30 : Dégustation à l’office de la Route des Vins du Jurançon et buffet.
14h00 : Retour à Pau.