Archives par mot-clé : frontière

Jeudis d’ITEM – Benjamin François-Duinat, 17 mars 2022 – 14h30

Le 17 mars 2022

Les Jeudis d’ITEM se veulent une série de rencontres scientifiques sous forme de séminaire permettant aux chercheurs de présenter leurs thèmes, terrains et méthodes de recherche. Cette démarche vise à mettre en évidence les conditions de production des connaissances, la diversité des difficultés existant parfois dans le rapport au « terrain » ou aux « archives », les enjeux et les modalités de valorisation des recherches.

Institut Calude Laugénie – Salle Chadefaud – 17 mars 2022, 14h30

Cliquez ici pour rejoindre les Jeudis d’ITEM en ligne

Carte des montagnes d’Aldudes (1717) Archives départementales des Yvelines – Cartes et plans, A 405. Dimensions réelles : 31,55 cm x 41,97 cm La barre d’échelle correspond à 3 200 toises, soit approximativement 6 250 mètres

La lecture d’un compte-rendu du livre de Peter Sahlins, Frontières et identités nationales (1989), aura été un véritable déclic. L’ouvrage porte sur la formation des identités nationales dans une vallée frontalière de Catalogne, la Cerdagne, entre les XVIIe et XIXe siècles. Ce travail me touchait doublement : j’ai passé mon enfance dans l’espace frontalier du Pays Basque, à l’autre extrémité des Pyrénées ; et j’ai passé mon adolescence en Cerdagne, car on y envoyait encore dans les années 1990 les jeunes affectés par un asthme sévère. J’ai immédiatement pensé que je pouvais m’inspirer de ce beau travail pour étudier la frontière franco-espagnole au Pays Basque. Et, en même temps, j’avais la vague intuition que la ligne de faille autour de laquelle l’argumentaire était articulé méritait d’être discuté. Car prétendre que l’appropriation de la nation par les frontaliers se faisait sans action concertée de la part des États espagnol et français me semblait être une conclusion contestable. La thèse de Sahlins doit cependant être replacée dans le contexte de l’historiographie dominante à l’époque de sa publication et reconnue pour sa force d’innovation par rapport aux lectures stato-centrées de la construction de la frontière. À l’ombre de la Cerdagne, « La guerre des limites » secouant la vallée des Aldudes entre les années 1820 et 1850 forme une rampe de lancement propice au déploiement d’un dialogue avec les travaux de Sahlins.

Benjamin Duinat est PRAG à l’UPPA. Il a soutenu un doctorat en histoire moderne et contemporaine à l’Université Paris Sciences & Lettres, le 4 décembre 2021. Sa thèse est intitulée « Autour de la “ligne divisoire”. L’espace frontalier du Pays Basque à l’âge des États-nations (1780-1920) ».

La souveraineté monétaire au prisme des frontières

Journée d’Etude du master Histoire, Cultures et Patrimoine

Coordinateur : Olivier Caporossi (ITEM, UPPA)

Vendredi 18 février 2022

Salle du Conseil, bâtiment Lettres, Université de Pau et des pays de l’Adour

 

PROGRAMME

10H-12H

Présidence de séance : Olivier Caporossi

Olivier Caporossi (Maître de conférences en histoire moderne, UPPA), Présentation de la Journée d’Etude.

Bernard Traimond (Professeur émérite d’Anthropologie, Université de Bordeaux II), La fausse monnaie dans les campagnes landaises (1800-1830).

Frédéric Bidouze (Maitre de conférences en histoire moderne, UPPA), Le parlement de Navarre et la monnaie au XVIIIe siècle. La monnaie comme trace juridictionnelle, administrative et politique d’une province de l’Ancien régime.

14H-17H

Présidence de séance : Bernard Traimond

Mathieu Soula (Professeur d’histoire du droit, Université de Nanterre), Le prestige de punir. Notes sur un procès en sorcellerie et faux monnayage, Toulouse, 1614. (visio-conférence).

Olivier Caporossi (Maitre de conférences en histoire moderne, UPPA), Les faux monnayeurs des Pyrénées au sortir de la Guerre de Succession d’Espagne. Le rapport Jean Monicot (1713-1719).

Jillian Walshaw (Associate Professor Department of History, University of Victoria, Canada), Le spectre de l’étranger : les préoccupations des autorités du sud-ouest face au faux monnayage en région frontalière au XVIIIe siècle (visio-conférence).

Territoires pastoraux dans la longue durée

Mercredi 14 avril 2021

Séminaire du master HCP. Journée du programme TPAST. Territoires pastoraux dans la longue durée : approche comparée Alpes-Pyrénées, UPPA/USMB, MARGES

Amphithéâtre de la présidence sur inscription

PROGRAMME :

9h15 accueil

Modérateur: Sylvain Burri

9h30 Laurent Ripart, L’implantation monastique dans les Alpes occidentales (IXe-XIIe siècles)

10h15 Jean Pierre Derrier, Comptes de châtellenies : méthodologie de saisie et conception d’un outil numérique d’exploitation. Application à la châtellenie de Maurienne au XIIIe et au XIVe siècle.

11h pause

11h15 Fabrice Mouthon, Inventaires après décès des paysans de Megève, fin XIVe-milieu XVe siècle

Modératrice: Anne Berdoy

14h Dominique Bidot-Germa, Parcours, conflits et « paix » : la montagne béarnaise et le bas pays (XIIIe-XVe siècle)

14h45 Mélanie Le Couédic, Mise en série et en espace d’accords pastoraux pyrénéens de l’époque moderne – contemporaine

15h30 Marc Conesa, La Solana d’Andorra :  800 ans de conflit sur un territoire pastoral. Sources, acteurs, problèmes

16h15 pause

16h30 Alain Champagne, Archives modernes et la spatialisation des données historiques au Pays Basque

A l’ombre de la ligne de fuite Une alternative des possibles

Robert ZIAVOULA, Patrice YENGO, Abel KOUVOUAMA

Editions PAARI

2020 – 256 p.

ISBN : 978-2-84220-111-1

Les écrits qui sont rassemblés dans cet ouvrage ont fleuri patiemment pendant trois années consécutives à l’occasion des tables-rondes et séminaires co-organisés au sein de l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO) à Paris, par le Centre d’Études en Sciences Sociales sur les Mondes Africains, Américains et Asiatiques (CESSMA) ; cela en partenariat avec le Laboratoire Identités, Territoires, Expressions Mobilités (ITEM) de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et le Réseau Interdisciplinaire Afrique Monde (RIAM).
Les auteurs, Sonia Dayan-Herzbrun, Michèle Leclerc-Olive, Robert Ziavoula, Idrissa Mane, Lucette Labache, Abel Kouvouama, Régine Tchicaya-Oboa et Patrice Yengo ont entrepris individuellement et collectivement d’interroger ce que recouvrent entre autres les vocables suivants : clos, ouvert, ombre, ligne de fuite.


Certes, il y a plusieurs manières de les appréhender dans le domaine des sciences sociales et humaines. Cependant, en considérant les temporalités variées sous lesquelles on les appréhende, ainsi que les différents contextes socio-historiques et les multiples « foyers d’expériences » des individus, on est conduit à prendre en compte les manières de dire, de faire et de se représenter le monde, la nature, la culture, etc.
Ces mots et ces signes permettent implicitement, en tant que catégories de pensée et de pratique, d’analyser non seulement les concepts de frontière, de limite, de seuil, de transgressivité, mais également, d’identité, de subjectivité, de mémoire et de trace.
Quelles que soient les sociétés proches ou lointaines, le clos, l’ouvert, l’ombre, la ligne de fuite sont l’indice de traces laissées sur un espace donné (mur, tableau, rue, etc.), ou réfractant dans une zone soustraite au rayonnement lumineux. De même, parce qu’elle est marquée à la fois par des ombres, des lignes de fuite, la rue fascine, fait peur et attire tout à la fois. Elle donne à l’individu un sentiment de liberté et de plénitude. Identifier les différents acteurs qui occupent la rue, analyser les différents lieux où se déploient les notions de clos, d’ouvert, d’ombre, de ligne de fuite, telle est la matrice des textes réunis dans cet ouvrage collectif.

Sommaire

Vous avez dit communs ?

Pratiques, Patrimoines, Paysages, Liens sociaux et économiques.

Vendredi 29 novembre

Salle 14 (matin) et 20 (après-midi)

Ex UFR LLSHS Université de Pau et des Pays de l’Adour

Journée d’étude coordonnée par Patricia Heiniger-Casteret (ITEM, 3002) et Rémy Berdou (CIRDOC – Institut Occitan de Cultura /ITEM EA 3002)

Dans le cadre du séminaire « Réseaux, pouvoirs, expressions et représentations » et du programme européen FEDER TCV-PYR « Thermalisme, culture, villégiature dans les Pyrénées »

PROGRAMME

9h30 Accueil et introduction à la journée

Patricia Heiniger-Castéret, Anthropologue, MCF, (ITEM EA 3002, UPPA) Jean-Jacques Castéret, Directeur de l’Ethnopôle Occitan, Centre international de recherche et documentation occitanes – Institut occitan de cultura.

Le cadre conceptuel

10h00 Les communs comme nouvelle catégorie patrimoniale ?

Marie Cornu, Directrice de recherches au CNRS, (Institut des Sciences sociales du politique, UMR 7220, ENS Paris Saclay, Université Paris X Nanterre)

Exemple de systèmes d’accès à la ressource pour les éleveurs pyrénéens

14h00 Les communs pastoraux au sein des systèmes de ressources indivises pyrénéens : comparaison transfrontalière et trans-valléenne

Anaïs Lanas, Doctorante en géographie (Univ. del País Vasco / Univ. Pau et des Pays de l’Adour, UMR 5319 Passages ; A.T.E.R., UPPA)

14h30 Le syndicat des habitants d’Assouste, une exception dans la gestion des communs pastoraux ossalois

Rémy Berdou, Ethnologue responsable des partenariats de l’Ethnopôle occitan et de l’action territoriale Gasconha-Pyrénèus, (CIRDOC – Institut occitan de cultura, doctorant en ethnologie, ITEM EA 3002, UPPA)

15h15 Se partager et accéder aux communs d’altitude. Études de cas dans les Pyrénées de l’ouest (XVIIIe– XXes.)

Mélanie Le Couédic, Ingénieure de recherche, archéologue (ITEM EA 3002, UPPA)

16h00 Le paysage des communs: histoire agraire d’une production culturelle en Iparralde

Dominique Cunchinabe, Chercheur indépendant en anthropologie et écologie historique

XXXIX Congrès de la Société des Hispanistes Français

Le 39ème Congrès de la Société des Hispanistes Français (Frontières dans le monde ibérique et ibéro-américain) se tiendra à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour du 5 au 7 juin 2019 (Amphithéâtre de la Présidence).

Isabel Ibañez et Olivier Caporossi (ITEM EA 3002) y coordonneront notamment un atelier sur les frontières dans la construction de l’Etat moderne hispanique.

En savoir plus

Exposition Refuges

Du 4 avril au 1er juin, la Médiathèque André Labarrère de Pau présentera l’exposition “Refuges” de l’artiste plasticienne Leila Sadel, précédemment installée au Musée d’Aquitaine à Bordeaux.

Ce projet artistique a été mis en place dans le cadre du programme de recherche Passages et frontières en Aquitaine : expériences migratoires et lieux de transit  mené par des chercheurs en France et en Espagne et associant l’UPPA (Laboratoire ITEM), le musée d’Aquitaine et le Rahmi (Réseau aquitaine pour l’histoire et la mémoire de l’immigration).
Pendant une année, l’artiste est partie à la rencontre de personnes migrantes installées dans l’agglomération bordelaise depuis quelques semaines ou plusieurs années, afin de faire leur connaissance et de comprendre leurs trajectoires. Puis, après avoir collecté leurs indications, elle a réalisé des photographies de lieux qui ont été significatifs dans leurs parcours, où ils ont reconstruit des repères, ainsi que des photographies d’objets qu’ils ont pu emporter avec eux quand ils ont quitté leur pays d’origine. Au travers de ces photographies de lieux et d’objets et de récits qui relatent les rencontres, Leila Sadel tente de révéler ces expériences individuelles de l’exil.

Chacun pourra se faire une première idée de cette exposition en consultant l’article paru dans Rue89 : https://rue89bordeaux.com/2019/01/musee-daquitaine-leila-sadel-expose-histoires-singulieres-migrants/?fbclid=IwAR3k7XVDbp2pzeqjSGGU_c4xMoX9EmMKIdkBQO5LU02uh-1qEL7DFX4AZD8

Cette exposition s’accompagne d’un cycle de conférences sur les migrations contemporaines (Médiathèque Labarrère). Le 17 avril, Catherine Wihtol de Wenden évoquera la question de l’asile aujourd’hui en France et en Europe.

Le 11 mai, Victor Pereira et Laurent Dornel proposeront une conférence à deux voies sur la question des passages et des frontières en Aquitaine aux XIXe et XXe siècles. 

Passages et Frontières en Aquitaine

Expériences Migratoires
Lieux de Transit

Cultures, Arts et Sociétés – 8

sous la direction de Laurent Dornel

En France, l’histoire des migrations a été largement dominée par la question de l’« intégration » et s’est focalisée pour l’essentiel sur l’installation ou la fixation des migrants, ce qui a conduit à délaisser quelque peu les autres formes d’expériences migratoires moins linéaires et plus temporaires, transitaires.

Cet ouvrage, qui a mobilisé des chercheurs français et espagnols, un réseau associatif (le Rahmi) et le Musée d’Aquitaine, se propose de changer d’angle d’approche et d’aborder la question migratoire en Aquitaine à partir d’une histoire des passages et des frontières depuis le début du XIXe siècle jusqu’à nos jours. Tenter une histoire au long cours des expériences migratoires, des lieux de transit et des circulations permet aussi d’interroger notre rapport à l’Autre, en un temps où les sociétés européennes se ferment et laissent la Méditerranée devenir un cimetière.

Presses universitaires de Pau et des Pays de l’Adour

ISBN : 2-35311-095-9

Octobre 2018, 335 pages, 26 EUR

PASSAGES ET FRONTIÈRES EN AQUITAINE

COLLOQUE PASSAGES ET FRONTIÈRES EN AQUITAINE :
expériences migratoires et lieux de transit
22-23 mars 2018
UPPA, Amphithéâtre de la Présidence
JEUDI 22 MARS
9 h Accueil
9 h 30 Ouverture du colloque
               Mohamed Amara (Président de l’UPPA),
               Laurent Dornel (MCF histoire contemporaine, UPPA),
               Katia Kukawka (directrice adjointe du musée d’Aquitaine),
               Manuel Dias (Président du Rahmi)

 

9 h 45 Frontière
Présidence : Roberto Ceamanos
9 h 45 Benjamin Duinat (doctorant EPHE & Complutense Madrid, ATER, Université de Poitiers),
« À la fois séparative et imperceptible ? La frontière franco-espagnole et les populations bascophones au prisme de la mobilité nuptiale (1780-1920) »
10 h 15 Pablo Aguirre (doctorant, Université de Sarragosse), « Les sentiers du secours. Frontière, population et réseaux de désertion dans le département de Basses-Pyrénées (1914-1918) »
10 h 45 Diego Gaspar (post-doctorant, Université d’Alcalà, Madrid), « Contrebandiers, passeurs, espions et fugitifs : les Pyrénées, frontière perméable. 1939-1945 »
11 h 15 – 11 h 30 Pause
11 h 45 Rosa Arburua (docteure en Philosophie et Sciences de l’éducation, Université du Pays Basque), « Frontière du pays basque. Le passage clandestin des Portugais »
12 h 15 Alexandre Dupont (MCF, Université de Strasbourg),
« Frontière, illégalité et politique. La fortune littéraire et politique du contrebandier Ganich de Macaye »
12 h 15 – 12 h 45 : Discussion
13 h Déjeuner

 

14 h 15 Lieux
Présidence : Manuel Dias
14 h 20 Chabier Gimeno (chercheur en sociologie et travailleur social, Université de Saragosse),
« Lieux d’accueil et passage : les centres de protection de mineurs »
14 h 50 Victor Pereira (MCF, UPPA),
« Hendaye, porte d’entrée des Portugais en Aquitaine »
15 h 20 Emmanuel Filhol (MCF honoraire, Université de Bordeaux),
« Surveiller et contrôler. Prisonniers de guerre, civils et travailleurs étrangers en Gironde pendant la Grande Guerre »
15 h 20 – 15 h 40  Pause
Présidence : Victor Pereira
15 h 45 Leila Sadel (photographe),
« Un intérieur ailleurs : quelques lieux précis »
16 h 15 Katia Kukawka,
«Citoyen ? Militant ? Le musée d’Aquitaine et la question migratoire»
16 h 45 – 17 h 15 : Discussion

 

VENDREDI 23 MARS
               9 h 30 Accueil

 

10 h Circulations
Présidence : Laurent Jalabert
10 h Adèle Sutre (docteure en géographie, EHESS, agrégée dans le secondaire),
« S’ancrer dans le passage. Circulations et inscriptions territoriales de familles tsiganes dans le sud-ouest français (1880-1950) »
10 h 30 Roberto Ceamanos (enseignant-chercheur, Université de Saragosse),
« En tránsito. El exilio revolucionario de Octubre de 1934 en los Pirineos Atlánticos »
11 h Javier Mur (doctorant, Université de Saragosse & UPPA), « L’Institut français de Saragosse et le rayonnement français au-delà des Pyrénées. Histoire d’un passage culturel »
11 h 30 Gabriela Ziakova (Département d’études germaniques et slaves, Université Bordeaux Montaigne, présidente de l’ Association Slovaquitaine à Bordeaux),
« Le visage multiple de l’immigration tchèque et slovaque ainsi que de son tracé en Aquitaine avant et après la Première guerre mondiale »
12 h – 12 h 30 : Discussion

12 h 45 Déjeuner

   14 h Migrantes
Présidence : Laurent Dornel
14 h Mathilde Belaval (masterante 2, Université Toulouse Jean Jaurès),
«L’émigration des Italiennes, Espagnoles et femmes d’Europe centrale vers le Sud-Ouest de l’entre-deux-guerres»
14 h 30 José Perales (enseignant-chercheur, Université Publique de Navarre),
« Le voyage des Hirondelles navarraises et aragonaises à Zuberoa »
15 h Thérèse Auclair (cofondatrice de la Maison des Femmes du Hédas, présidente du Réseau national, Femmes Inter Associations /Inter Service Migrants).
Présentation et projection du film de Bertille Bak, Figures imposées.
15 h 30 – 16 h : Discussion et conclusions du colloque

 

Télécharger le programme

Contact
laurent.dornel@univ-pau.fr
Université de Pau et des Pays de l’Adour
Avenue de l’Université
BP 576
64012 PAU cedex

 

Photographies de couverture : © Leila Sadel

Intime, vie privée, données à caractère personnel

Intime, vie privée, données à caractère personnel :
problématiques et enjeux actuels

Séminaire doctoral transdisciplinaire
8 mars 2018
Collège SHH – Salle du Conseil
Université de Pau et des Pays de l’Adour
Collège doctoral ED 481 / ED 211
Fédération Espaces – Frontières – Métissages
Master « Histoire, Civilisations, Patrimoine »

Laboratoires ALTER, IE2IA, ITEM, LIUPPA

Ce séminaire s’intègre dans le programme de recherche « Figures et frontières de l’intime » de la fédération EFM (laboratoires ALTER
et ITEM).


Les figures de l’intime sont variables d’une époque à l’autre, car les frontières entre l’intérieur et l’extérieur sont mouvantes et sujettes
à de constants déplacements. Ce programme s’intéresse à la redistribution des espaces privés et communs dans des pratiques
sociales profondément transformées par l’évolution de l’environnement médiatique et, plus particulièrement, par l’usage des outils numériques. En brouillant la distinction du public et du privé, notre temps multiplie ces redistributions dans des proportions inédites, ce qui pose avec une acuité particulière la question de la possibilité du retrait et du secret, face à une exigence de transparence jugée parfois tyrannique et à la réalité d’une surexposition susceptible de prendre des allures pornographiques et obscènes. Serions-nous les victimes autant que les acteurs d’une « privation de l’intime » (Michaël Foessel) par un excès d’exhibition même ?
Profondément transdisciplinaire, le programme privilégie par ailleurs une étude croisée Espagne/France des problématiques liées à l’intime, à ses représentations, ses évolutions et ses frontières.

M. Braud (PR, Littérature française – ALTER), S. Forero Mendoza (PR, Histoire de l’art, Esthétique – ITEM), N. Mékouar-Hertzberg
(PR, Littérature et civilisation espagnoles – ALTER) sont les responsables du projet recherche « Figures et frontières de l’intime».

Voir le programme

Contacts :
Michel Braud : michel.braud@univ-pau.fr
Sabine Forero Mendoza : sabine.forero-mendoza@univ-pau.fr
Nadia Mékouar-Hertzberg : nadia.mekouar@univ-pau.fr

Figures et frontières de l’intime à l’époque contemporaine

Figures et frontières de l’intime à l’époque contemporaine

Conférence et 2ème journée d’étude

 

Les 14 et 15 décembre 2017, le programme de recherche Figures et frontières de l’intime à l’époque contemporaine de la fédération EFM (Espaces, frontières,métissages), laboratoires CRPHLL, ITEM et LLCAA, donnera lieu à une conférence et à une deuxième journée d’étude franco-espagnole. Ce programme repose sur un partenariat avec le laboratoire Lenguajes (HUM 224) de l’université de Cordoue (Espagne) et le laboratoire “Arts Plastiques” (EA 7472) de l’université de Rennes 2 (France).

Les figures de l’intime sont variables d’une époque à l’autre, car les frontières entre l’intérieur et l’extérieur sont mouvantes et sujettes à de constants déplacements. En brouillant la distinction du public et du privé, notre temps multiplie ces redistributions dans des proportions inédites, ce qui pose avec une acuité particulière la question de la possibilité du retrait et du secret, face à une exigence de transparence jugée parfois tyrannique et à la réalité d’une surexposition susceptible de prendre des allures pornographiques et obscènes. Bien des artistes contemporains s’emparent du thème en repoussant, non sans provocation, les limites de l’exposable et en jouant à inverser les rapports du dedans et du dehors. Serions-nous les victimes autant que les acteurs d’une « privation de l’intime » (Michaël Foessel) par un excès d’exhibition même ? Le développement des talk shows et de la téléréalité, de même que le succès et expansion des réseaux sociaux semblent aller dans ce sens. Mais que montre-t-on de soi quand on prétend tout montrer ? Et que peut-on encore réserver quand on est sommé de tout dévoiler ?

Foncièrement pluridisciplinaire, ce programme s’intéresse à la redistribution des espaces privé et commun dans des pratiques sociales profondément transformées par l’évolution de l’environnement médiatique et, plus particulièrement, par l’usage des outils numériques. Il est ouvert aux spécialistes des champs littéraire, artistique, psychologique et psychanalytique, sociologique, anthropologique et philosophique, qui s’interrogent sur les formes et enjeux actuels de la représentation de l’intime, autrement dit sur les manières de penser, de vivre, de figurer le soi et la relation à l’autre. Il privilégie une étude croisée Espagne/France des problématiques liées à l’intime, à ses représentations, ses évolutions et ses frontières.

La journée d’étude du 15 décembre sera précédée d’une conférence prononcée à la médiathèque André Labarrère de Pau, le jeudi 14 décembre à 18h15 par José Morel Cinq Mars Éloge de la pudeur. José Morel Cinq Mars est psychanalyste et psychologue auteure, entre autres, des deux essais Du côté de chez soi. Défendre l’intime, défier la transparence (Le Seuil, 2013) et Quand la pudeur prend corps (PUF, 2002).

Programme

Contacts :

Multiculturalité et plurilinguisme

Les manifestations scientifiques “Multiculturalité et plurilinguisme” (2017) prennent place dans les recherches de l’axe 2 « Les frontières en question(s) » de la Fédération Espaces, Frontières, Métissages, et elles s’inscrivent plus spécifiquement dans le programme « La déterritorialisation : vers une politique des frontières ».

Journée d’étude “Multiculturalité et plurilinguisme”
9 novembre 2017
Université de Pau et des Pays de l’Adour
Salle du Conseil de l’UFR LLSHS

Programme

9h30 : Accueil
9h50 : Ouverture de la journée d’études (Nadia Mekouar, Directrice de la Fédération EFM)

Présidente de séance :
Tanella Boni (Université Félix-Houphouët-Boigny, Abidjan, Côte d’Ivoire)
10h10 Hédia Abdelkéfi (Université Tunis El Manar, I2L, Tunisie), « La perception de la différence dans l’espace multiculturel »
10h40 Abel Kouvouama (Université de Pau et des Pays de l’Adour, ITEM, France), « Les techniques du récit romanesque dans Le commencement des douleurs de Sony Labou Tansi »
11h10 Hayet Ben Charrada (Université Tunis El Manar, I2L, Tunisie), « Affleurements biculturels dans le roman francophone tunisien de notre époque »

Présidente de séance :
Isabelle Chol (Université de Pau et des Pays de l’Adour, CRPHLL, France)
14h15 Jean Khalfa (Trinity College, Université de Cambridge, Royaume-Uni), « Comment cartographier un art sans territoire: les avant-gardes roumaines »
14h45 Galia Yanoshevsky (Bar-Ilan University, ADARR, Israël), « Les imaginaires du pays dans les guides touristiques »

 

Présidente de séance :
Hédia Abdelkéfi (Université de Tunis El Manar, I2L, Tunisie)
15h45 Françoise Hapel (Université de Pau et des Pays de l’Adour, CRPHLL, France), « La prise en compte du plurilinguisme dans l’enseignement du FLE à l’université : de la théorie à la pratique »
16h15 Michèle Haensel (Université de Pau et des Pays de l’Adour, EXPERICE, France), « Le langage sifflé, une ritournelle reterritorialisante »
Contacts :
Abel Kouvouama (ITEM) : abel.kouvouama@univ-pau.fr
Isabelle Chol (CRPHLL) : isabelle.chol@univ-pau.fr
CRPHLL – EA3003 Centre de Recherche en Poétique,
Histoire Littéraire et Linguistique

Commons, environmental resources and cultural heritage

Commons, environmental resources and cultural heritage
Historical and archeological perspectives
I International Workshop on the Archaeology of Commons

Scuola di Scienze Umanistche
via Balbi 2, Aula Magna
Università di Genova

Commons are a cross-road theme. This is a topic of interest to social historians, historical geographers, archaeologists, anthropologists, lawyers and environmental scientists. At the workshop we aim at provide scholars and research groups from different countries with the opportunity to explore and debate various aspects and issues pertinent to the study of ‘commons’. These areas will be examined from different perspectives and in the context of more general themes relating to archaeology and social history. The objective of the papers and discussions is to highlight and examine how the investigation of a ‘commons’, as a specific theme, can “force” the modification of questions concerning the sources and, as a consequence, modify the diverse methodologies adopted in their employment.
The workshop is the conclusive event of the ARCHIMEDE project (“Archaeology of Commons: cultural Heritage and Material Evidence of a Disappearing Europe” Marie Curie IEF based at the University of the Basque Country UPV-EHU) and will be the occasion for the launch of the “European Network for the Archaeology
of Commons”.

A noter, le 25 septembre:

Melanie Le Couedic (Université de Pau), Marc Conesa (Université de Montpellier): Histoire et archéologie des communs : jeux d’échelles et étude de cas

Voir le programme complet

Revisiter les frontières

Collection Cultures, Arts et Sociétés – 7

Presses universitaires de Pau et des Pays de l’Adour

Sous la direction de Laurent Jalabert et Sylvaine Guinle-Lorinet

Du mois de septembre 2011 au mois de mars 2016, le laboratoire ITEM de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, en lien avec le master Cultures Arts et Sociétés a organisé une série de séminaires pluridisciplinaires autour du thème de la Frontière. Chaque année, sous la forme de journées d’études, il a réuni sous la coordination d’abord de Laurent Jalabert et Évelyne Toussaint ; puis Laurent Jalabert et Sylvaine Guinle-Lorinet étudiants, doctorants, chercheurs de tous horizons disciplinaires afin de dynamiser une recherche sur cette thématique. Au total, pendant cinq années universitaires, 25 journées d’études ont été réunies. Certaines seront publiées intégralement par leurs organisateurs, d’autres contributions ont été réunies dans ce volume de la collection Cultures Arts et Sociétés.

Avec les contributions de Françoise Des Boscs, Julie Gallego, Michel Catala, Éric Schnakenbourg, Bertrand Vayssière, Sylvaine Guinle-Lorinet, Évelyne Toussaint.

Directeurs de la publication:
Sylvaine Guinle-Lorinet est Maître de conférences, HDR, en histoire contemporaine à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (ITEM EA3002)
Laurent Jalabert est Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (ITEM EA3002)