Archives par mot-clé : France

Inventaires du PCI de la France

Capture

Journées 2016

« Inventaires du patrimoine culturel immatériel de la France »
MMSH (salle 7) – Aix-en-Provence – 6 et 7 juillet 2016

Sur proposition du DPRPS (Ministère de la Culture et de la Communication), l’Institut d’Ethnologie Méditerranéenne, Européenne et Comparative (IDEMEC UMR 7307 CNRS et Aix-Marseille-Université) hébergera les journées 2016 « Inventaires du patrimoine culturel immatériel de la France » dans ses locaux à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, 5 rue du Château de l’Horloge, BP 647, 13094 Aix-en-Provence cedex 2.

 

Programme : ateliers de présentation des travaux en cours et réflexion sur les formes d’inventaires interactifs et collaboratifs, présentation de l’outil « semanticpedia » et attractivité des inventaires (de 10h30 à 17h le 6 juillet, de 10h à 16h le 7 juillet).

 

Organisation : partenariat INOC / DPRPS / IDEMEC

L’inscription aux journées est obligatoire auprès de laurent.fournier@univ-amu.fr

Programme :
Mercredi 6 juillet
10h30-11h Accueil, introduction des journées par Sylvie Grenet et Pascal Liévaux (DPRPS, Ministère de la Culture et de la Communication)
11h00-12h30 Intervention de J.-J. Casteret (INOC-Aquitaine), Nouvelles approches de l’inventaire du PCI en Aquitaine
Présentation du travail réalisé par l’INOC sur les inventaires, à savoir, d’un côté, l’insertion d’un échantillon de fiches et de leur contenu dans wikipedia, et, de l’autre, le travail réalisé avec un prestataire sur un site comportant trois volets : une présentation par moteur de recherche sémantisé, une présentation par entrée cartographique, et une approche participative.
12h30-14h Repas à la MMSH
14h-14h30 Intervention de Y. Leborgne (La Fabrique de Patrimoines en Normandie), Patrimoine culturel immatériel : un inventaire pour des résiliences
En utilisant l’exemple des rites et croyances associés aux arbres et celui le patrimoine culturel immatériel hospitalier, la communication articulera le sujet du patrimoine culturel immatériel avec la question de la résilience.
14h30-15h Intervention de P. Heiniger-Casteret (Université de Pau et des Pays de l’Adour), L’inventaire du PCI face à aux inventaires « classiques »
Compte-rendu d’une recherche réalisée avec le Service Régional à l’Inventaire d’Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes dans le cadre des labels Ville d’Art et d’Histoire et présentation de travaux d’étudiants et de stagiaires de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour. Il s’agit de confronter le PCI et son inventaire à l’inventaire « consacré » du mobilier et de l’immobilier, l’attendu des domaines et un dialogue à construire.
15h-17h Table-ronde 1 : inventaires interactifs et collaboratifs : outils informatiques, mise en réseau, enrichissement numérique et « crowdsourcing ».
Travail en commun sur les possibilités d’amélioration de l’outil expérimental proposé par l’INOC, en partant de l’expérience des équipes impliquées dans les inventaires du PCI en France. Avec la participation de Véronique Ginouvès (phonothèque de la MMSH et projet Europeana Sounds).

 

Jeudi 7 juillet
10h-10h30 Intervention de L. S. Fournier (IDEMEC UMR 7307 CNRS-AMU), Inventaires du PCI et anthropologie générale
En essayant de comprendre certaines critiques récurrentes adressées par les anthropologues à la catégorie du patrimoine culturel immatériel, cette communication montrera à la fois les enjeux et les limites d’une collaboration entre acteurs du PCI et anthropologues.
10h30-11h Intervention de P. Carlier (IDEMEC UMR 7307 CNRS-AMU), Inventaire collaboratif territorialisé et mobilisation des personnes-ressource à l’échelle locale
Présentation d’un travail de thèse en cours, méthodes de constitution d’un réseau de correspondants patrimoine dans un ensemble de communes du Gard, analyse sociologique de ce réseau, présentation des problèmes rencontrés dans le travail collaboratif de l’inventaire du PCI.
11h-12h30 Discussion générale – inventaires, attractivité et mobilisation des acteurs locaux
Témoignages d’acteurs impliqués dans les inventaires du PCI de la France : Gaizka Aranguren, Chloé Bour, Séverine Cachat, Perrine Chartreau, Marion Ficat, Mélanie Larché, Terexa Lekumberri, Pep Pastor, Charles Quimbert, Sandrine Ruef, Lucie Saban, Simone Tortoriello, Catherine Virassami… + invités surprise.
12h30-14h Repas à la MMSH
14h-15h30 Table ronde 2 : état des lieux de l’inventaire du PCI en France
Travail en commun sur les possibilités de développement de l’inventaire du PCI de la France, en partant de l’expérience des équipes impliquées dans les inventaires du PCI en France.
15h30-16h Conclusions

 

Soutenance de Thèse – Mathilde Lamothe

AVIS de soutenance de Thèse
en Cotutelle avec l’Université Laval, Québec (CANADA)
Madame Mathilde LAMOTHE

Soutiendra sa thèse en “Anthropologie / Ethnologie

le 29 juin 2016 à 14h00

à l’UPPA – Amphi de la Présidence
(en vision-conférence avec le Québec)

Directeurs de thèse:

Monsieur Abel KOUVOUAMA (UPPA)
Madame Patricia HEINIGER-CASTERET (UPPA)
Monsieur Laurier TURGEON (Université LAVAL)

  Sujet de la thèse :

  “De la neige à la terre battue : approche comparative ethnologique de pratiques sportives – raquettes à neige au Québec et quilles de 9 en France – au prisme du patrimoine culturel immatériel”

Quille de neuf

2013-01-20 11.57.49Reposant sur une apparente antinomie, les champs du patrimoine et du sport suscitent une réflexion sur les liens qu’ils entretiennent en dépassant le schéma binaire classique tradition/modernité. Aussi le repérage d’expressions sportives pouvant relever du patrimoine culturel immatériel (tel que défini par l’Unesco en 2003) permet de questionner les mécanismes de production de cette nouvelle forme patrimoniale, ainsi que les enjeux politiques, scientifiques et méthodologiques qui leur sont liés. L’hypothèse de cette étude repose sur le postulat que le concept de patrimoine culturel immatériel peut être opératoire pour saisir le vivant et apprécier la valeur patrimoniale des pratiques ou expressions culturelles. Sa vérification empirique, par l’entrée ethnographique des jeux et sports traditionnels, met en perspective ce champ patrimonial en confrontant deux terrains d’enquête différents : les raquettes à neige au Québec (Canada) et les quilles de 9 en Gascogne (Aquitaine, France). En effet l’étude comparée de ces activités sportives autorise une analyse des fondements et des évolutions des cultures québécoises et gasconnes, ainsi que la manière dont les acteurs locaux se positionnent par rapport à leur héritage culturel. Ce faisant, ils réinventent de nouveaux processus de transmission dans un syncrétisme singulier qui bouscule les définitions accordées au sport et au patrimoine.

 

Mots-clés : patrimoine culturel immatériel, Québec, France, jeux et sports traditionnels, patrimonialisation, sportivisation

Mathilde Lamothe
Doctorat en ethnologie en cotutelle internationale de thèse
ITEM EA 3002, Université de Pau et des Pays de l’Adour (France)
et CÉLAT, Université Laval (Québec, Canada)

Séminaire en ethnomusicologie de la France

BANDEAU SEMINAIRE INOC

Organisé par l’ethnopôle InOc Aquitaine

En collaboration avec le Centre international de recherches interdisciplinaires en ethnomusicologie de la France

Et en partenariat avec le Centre d’Etudes Supérieures Musique et Danse de Poitou-Charentes

Avec le soutien de la Direction générale des Patrimoines, Département du pilotage de la recherche et de la politique scientifique du Ministère de la Culture et de la Communication

seminairep 

Présentation

Dans le cadre de ses missions d’Ethnopôle – Pôle national de Recherches et de Ressources en Ethnologie, l’InOc Aquitaine met en place un « Séminaire annuel » dédié à l’ethnomusicologie de la France. Par la création de cette rencontre annuelle, la Direction générale des patrimoines – Direction de la recherche et de la politique scientifique du Ministère de la Culture a souhaité soutenir et valoriser la recherche sur les musiques et danses traditionnelles du domaine français et favoriser la rencontre professionnelle et la formation.

L’idée est de favoriser la rencontre de chercheurs institutionnels et de porteurs des expressions musicales etchorégraphiques dites traditionnelles, eux-mêmes investis dans la réflexion sur leur pratique et sa transmission.

Ce séminaire est envisagé comme un espace d’écoute, d’information, d’apprentissage, chaque participant : chercheur, praticien, apprenant de l’autre ; comme un espace favorisant la distanciation par rapport aux pratiques contemporaines, aux processus de transmission, de construction du domaine.

Cette première édition est ainsi tout naturellement organisée en collaboration avec le Cirief qui fédère depuis 2007 une trentaine de chercheurs et promeut l’ethnomusicologie de la France au plan national et international, par le biais de la recherche et de la valorisation des travaux scientifiques.

La thématique de ce Séminaire a par ailleurs rencontré les préoccupations et missions du Centre d’Etudes Supérieures Musique et Danse de Poitou-Charentes. Le « croisement des regards » s’organisera ainsi en deux temps :

 à Billère – Agglomération Pau-Pyrénées, les 11-12 novembre 2015

 à Poitiers, les 2-3 mai 2016.

 Le premier événement se centrera sur les processus de transmission des musiques traditionnelles d’un point de vue essentiellement anthropologique et historique là où le second s’orientera davantage sur les aspects pédagogiques. Il s’agira, dans le cadre de ces deux rencontres, de s’interroger de manière complémentaire sur la difficile et complexe question de la transmission concernant des musiques qui, en quelques décennies, ont connu des changements radicaux quant aux processus qui leur permettent de défier leur passage sur les échelles espace/temps.

« Regards croisés sur les processus de transmission

des musiques traditionnelles en France »

Si la question de la transmission est, pour suivre David Berliner (Berliner), « un impensé » de la discipline anthropologique, elle est en revanche, aujourd’hui comme tout au long des cinquante dernières années, au coeur des préoccupations, explicites ou implicites, des acteurs des musiques traditionnelles. Ce domaine a connu – connaît toujours – une prolifération d’entreprises et de dispositifs de transmission qu’ils soient associatifs subventionnés (ateliers…), publics (conservatoires, schémas d’éducation artistique…) ou « sauvages » (rassemblements festifs, organisation locale d’une sociabilité musicienne…) (Cf. Isnart, Castéret).

Le séminaire souhaite ainsi interroger la transmission musicale en tant que processus : processus passés et présents dessinant un « patrimoine en action » (Tornatore). Non spécifiquement l’acte pédagogique de la transmission d’une technique mais ce qui se trouve au-delà : les modalités de transmission des savoirs stylistiques, des savoir-être, de la sociabilité musicienne, des contextes anciens ou nouveaux de la musique. Plus largement ce qui fait – ou non – des apprenants des hommes « culturés ». Ce qui contribue à faire de la musique un « fait social total » selon l’expression de Marcel Mauss ; à inscrire les praticiens dans une communauté sans cesse réinventée ; à faire des répertoires et des esthétiques des valeurs partagées.

Le séminaire souhaite par ailleurs interroger les usages et les modalités de la transmission : hérités ou créés et, dans tous les cas, construits. Quels sont-ils, comment sont-ils apparus, de quelle façon se construisent-ils ? Il s’agira notamment d’identifier les institutions de transfert d’hier et d’aujourd’hui : mettant en perspective les dispositifs des « anciens milieux ruraux français » (Guilcher), ceux nés à la fin du XIXe siècle avec l’apparition du mouvement folklorique ou régionaliste, ou avec les revivalismes du XXe siècle ; abordant, le cas échéant, pour certains territoires ou pratiques, la dialectique ou la dialogique à l’oeuvre entre diverses institutions de transfert ou dispositifs.

L’analyse et la mise en regard des grands jalons du renouveau paraît plus largement souhaitable, à savoir : la période des « redécouvreurs » des années 1970-1980, celui de « l’institutionnalisation » de la musique traditionnelle dans les 1980-2000 et probablement celui, en cours, qui voit le départ en retraite – pour les enseignants – des acteurs du renouveau et la professionnalisation d’une troisième génération d’acteurs. Cela conduira plus particulièrement à aborder les contextes et représentations politiques, culturelles, esthétiques qui sous-tendent les processus de transmission, que ce soit à travers le discours – et, au cours du séminaire, le témoignage – des enseignants, des praticiens, des artistes, des responsables institutionnels…

La notion de groupes ou de communautés, notamment de « communautés symboliques » ou « communautés de pratiques » (Molino) pourra ainsi être posée au regard des esthétiques et des modalités de transmission.

Nous pourrons enfin nous interroger sur les conséquences des représentations, usages – la « pédagogisation » des pratiques par exemple –, dispositifs, en termes de lutherie ou de facture instrumentale, de répertoires, de styles… Les nouvelles façons de poser l’acte de transmission, ses contextes, la question des contenus à transmettre feront, également débats. Par le biais de témoignages, d’expériences mais aussi à l’écoute des jeunes générations, le domaine de la formation en musiques traditionnelles et plus particulièrement celui des formations professionnalisantes seront abordés. Esquissés dans le cadre de ce séminaire, ces aspects seront plus précisément développés dans le cadre des rencontres du CESMD de Poitou-Charentes.
 

Télécharger le Programme

Comité scientifique
Jean-Jacques Castéret, Ethnopôle InOc Aquitaine.
Luc Charles-Dominique, Université de Nice-Sophia-Antipolis, Institut Universitaire de France.
Cyril Isnart, Idemec CNRS.
Marlène Belly, Université de Poitiers.
Ouvert au public sur inscription (obligatoire) : m.larche@in-oc.org
Lieu
Institut Occitan Aquitaine
Château d’Este
Avenue de la Pléiade – 64140 Billère Cedex
Tél. : +33 (0)5 59 13 06 40
Comment venir ?
En transport en commun
– Train : Arrêt à la gare de Pau
– Avion : Aéroport Pau Pyrénées
– En bus (le jeudi 12.11.15) : Ligne P6, arrêt Château d’Este
En voiture
– Conducteurs : proposez vos places libres !
– Passagers : trouvez un covoiturage !
– Parkings : Parking gratuit de la Médiathèque d’Este