Archives par mot-clé : featured,

Une histoire des luttes pour l’environnement

18e – 20e Trois siècles de débats et de combats

Anne-Claude Ambroise-Rendu Steve Hagimont Charles-François Mathis Alexis Vrignon

Une première histoire des luttes environnementales en 100 focus illustrés.
 
Savez-vous que dès la fin du XVIIIe siècle, le grand naturaliste allemand Alexander von Humboldt accuse l’Occident de causer la ruine des civilisations en détruisant la nature ? Que la première enquête officielle sur le changement climatique est menée en France en 1821 ? Que dès 1888 à Ashio, au Japon, les agriculteurs se mobilisent contre les conséquences néfastes des produits toxiques dispersés dans l’atmosphère par l’activité minière ? Qu’en 1958, en Union soviétique, les menaces industrielles pesant sur le lac Baïkal suscitent une mobilisation de la société civile ? Ou encore que dès 1959 le biologiste Raoul Lemaire définit les bases de l’agrologie pour une agriculture sans engrais chimiques ni pesticides ?
Riche d’une documentation visuelle jamais encore rassemblée, cet ouvrage constitue le premier panorama des luttes environnementales à l’échelle mondiale, de la fin du XVIIIe aux dernières années du XXe siècle. Cette mise en perspective historique a été rendue possible par le partage des recherches des quatre historiens co-auteurs de ce livre.
À rebours du récit mythique d’une foi collective dans le progrès, ils présentent une histoire des voies et des voix divergentes, éclairent la façon dont elles ont été combattues ou domestiquées, mais montrent aussi combien elles constituent un socle précieux pour les combats d’aujourd’hui.

ISBN : 978-2-84597-865-2

18 x 24
relié
304 pages
100 récits – 250 images
45 €

Avec le soutien du Centre national du livre

Nuevos asedios a la novela entre fronteras. Aragón-Aquitania, relatos sin fronteras

Luis Beltrán Almería; Dolores Thion Soriano-Mollá (coords.)

Prensas de la Universidad de Zaragoza

  • 286 pages, 2021
  • Colección: Estudios
  • ISBN : 978-84-1340-242-0

Este volumen recoge estudios relacionados con la novela moderna y con la novelización de otros géneros literarios en el marco de las relaciones hispanofrancesas. La iniciativa se enmarca en los esfuerzos del grupo de investigación GENUS del Gobierno de Aragón, que dirige Luis Beltrán Almería, y del proyecto Patrimoine d’encre Transpyrénéens II de la Communauté d’agglomération Pau Béarn Pyrénées (CAPBP), que dirige Dolores Thion.

Sommaire

Prólogo

Sobre la narrativa francesa contemporánea
 Rosa de Diego

Venturas y desventuras de un ansotano en el Río de la Plata y su reflejo lingüístico
  José M.ª Enguita

Una traducción al aragonés de Julio Verne
  Francho Nagore Laín

El estudiante en el costumbrismo español: escenas, tipos y fisiologías (Vicente de la Fuente y Jaime Tió)
  Fermín Ezpeleta Aguilar

La voz femenina epistolar: de Heloísa a la narrativa actual
  Patricia Urraca de la Fuente

Lezama Lima, transcreador de Pluies de Saint-John Perse
  Alicia Silvestre Miralles

Dostoievski a través de los Pirineos
  Carlos Ginés Orta

Novela y compromiso: los soldados olvidados del ejército colonial. Bataillons noirs (1941) de Joseph Peyré
  Dolores Thion Soriano-Mollá

Joseph Peyré: una terraza para el Pirineo
  Christian Manso

Teoría de la novela durante el tardofranquismo y la transición: el caso de Ramón Gil Novales (1928-2018)
  José Domingo Dueñas Lorente

Novela e inmigración
  Oliwia Baginska

Distopía y fracaso en Un incendio invisible (2011, 2017) de Sara Mesa
  Blanca Ripoll Sintes

El lugar del autor moderno en la historia literaria: el caso de Manuel Vilas
  Antonio Viñuales Sánchez

Berlín/Sevilla. Punto de fuga. Una novela biográfico-familiar
  Laura Escartín Corral

La novela según J. L. Rodríguez García
  Luis Beltrán Almería

L’UPPA, un demi-siècle d’Histoire

Presses universitaires de Pau et des Pays de l’Adour

Sous la direction de Victor Pereira

Dans le cadre des 50 ans de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour

Fille de mai 68, l’université de Pau et des Pays de l’Adour s’émancipe en 1970 de l’université de Bordeaux qui, depuis 1946, avait fondé dans la capitale du Béarn trois collèges universitaires. Soutenue par les collectivités locales, la jeune UPPA se déploie progressivement dans l’ensemble des Pays de l’Adour et multiplie sites, formations et laboratoires. Cet ouvrage retrace les différentes facettes de cette histoire, s’appuyant sur un solide corpus d’archives écrites, des témoignages de différents acteurs et une iconographie variée. La pluralité des angles et des points de vue offre un regard riche sur une histoire parfois mouvementée.

ISBN 2-35311-118-1

30 €

640 pages

Voir le sommaire

MATé La Science Ouverte !

Pour continuer la dynamique autour de l’ouverture des données lancée lors des Journées Annuelles de MATE-SHS (Bordeaux, 24 et 25 juin 2021),

le groupe thématique “Ouverture des données” et le groupe local SO MATé de votre réseau préféré MATE-SHS s’associent pour lancer un nouvel événement :

MATé La Science Ouverte !

Jeudi 23 septembre – 9h30-12h

La dynamique de l’ouverture des données : panorama d’outils

animation : Mélanie LE COUÉDIC et Florence REVELIN

La « Fabrique numérique du passé ». Vers une plateforme open data pour les données géohistoriques
Laurent Costa, ArScan

L’e-infrastructure DATA-DRIIHM, un aiguilleur de la Science Ouverte pour renforcer l’interdisciplinarité et le partage des données des Observatoires Hommes-Milieux
Émilie Lerigoleur, GEODE, Kristell Michel, EVS, Corinne Pardo, ECCOREV, Marie-Laure Trémélo, ESPACE, Pascal Dayre, IRIT

Données du patrimoine Culturel Immatériel : de la collecte à la publication, quelle sauvegarde ?
Patricia Heiniger-Casteret, Mélanie Le Couédic, ITEM UPPA

Contribuer directement dans l’open data : l’open science avec OpenStreetMap – Application avec le projet de recherche « Décisif »
Delphine Montagne, TREE

Télécharger le programme sur 4 matinées de septembre et octobre (23,30 sept et 7,14 oct) 

Lien vers le site web de l’événement : https://mateshs-od-2021.sciencesconf.org/  

(inscription obligatoire)

Navarra 1521-2021 Guerra, identidad y conflictividad

Jornadas de estudio internacionales

18 de septiembre 2021 (Jornada 1)

Casa de Cultura de Villava/Atarrabia 9:30-14:00


En esta jornada se presenta el caso del tercer intento de recuperación del reino, por parte de la dinastía
Albret contextualizado con las revoluciones o revueltas existentes en otros reinos peninsulares contra
Carlos V, como fue el caso de las comunidades de Castilla y las germanías de Valencia. Además, se presentan casos como el de Hungría en el que entran en guerra los partidarios de dos dinastías por la Corona de este reino, y el interesante caso de los reyes naturales de Navarra y las guerras de religión.

En el trasfondo de estas guerras se encuentran elementos identitarios en el ámbito político, religioso y social, que chocan dando lugar a varias guerras en toda Europa. Además, para el caso de Navarra se añade el componente de la guerra de independencia, iniciada en 1512 por la invasión y conquista del reino por Fernando el Católico.

Por la tarde se realizará una visita guiada a “la Pamplona de la época de la conquista de Navarra”.

 

9h45- 10h. Apertura. Unai Hualde Iglesias, Presidente del Parlamento de Navarra, Marian Pérez, miembro de la organización, Álvaro Adot, miembro del comité científico.
Moderador: Adot Lerga, Álvaro (ITEM, UPPA)
10h-10h30. Anchústegui, Esteban (UPV): Identidad y conflictividad político-social en la época de la conquista de Navarra.
10h30-11h. Vicente Blasco, Dámaso Vicente (UVA): Nacionalidad y extranjería en las Comunidades de Castilla.
11h-11h30. Valor Moncho, Pilar (UCH Cardenal Herrera): La revuelta de las germanías.
11h45-12h15 Monteano, Peio (historiador, técnico de archivos AGN): La participación de los navarros en la guerra de 1521.
12h15-12h45. Harai, Dénes (ITEM, UPPA): Una corona, dos reyes: identidad y conflictividad en Hungría.
12h45-13h15. Chareyre, Philippe (ITEM, UPPA): Los reyes de Navarra y las guerras de religión : implicaciones feudales e identitarias.
13h15-13h35. Monjo, Emilio (CIMPE): Identidad religiosa y lenguas “vulgares”: 450 aniversario de la edición del catecismo en euskera (Abc edo Christinoen instructionea) de Joanes Leizarraga.
13h35- 14h. Debate.

Fête de la Science 2021

Recherche & Occitan, quels enjeux?

Le 6 octobre 2021

Dans le cadre des 30 ans de la Fête de la Science, l’Office public de la langue occitane (OPLO) organise le 6 octobre prochain un événement hybride (en présentiel et à distance) sur les enjeux de la recherche sur l’occitan.
La Fête de la Science est un événement organisé par le Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation. Depuis 1991, elle se déroule tous les ans aux mois d’octobre et de novembre. Il s’agit d’un événement incontournable de culture scientifique qui propose dix jours de manifestations gratuites en France métropolitaine, outre- et à l’international.  
A cette occasion, des milliers d’acteurs scientifiques mais aussi culturels et pédagogiques se réunissent pour partager avec le leur enthousiasme pour les sciences, les techniques et les innovations.
 
Pour cette édition 2021, l’OPLO a souhaité inscrire l’occitan dans le programme officiel  en organisant un événement de vulgarisation de la recherche sur l’occitan auprès du grand public. Si la Fête de la science permet chaque année de sensibiliser le public à la science et à ses enjeux et de favoriser le partage des savoirs entre chercheurs et citoyens, elle permet également de valoriser le travail de la communauté scientifique et susciter des vocations chez les jeunes.

Rappeler que l’occitan est un objet scientifique… en Nouvelle-Aquitaine et au-delà  

En Nouvelle-Aquitaine, la langue occitane est un objet scientifique à part entière : elle est étudiée dans plusieurs universités, fait l’objet de publications, de projets de recherche, mobilise une communauté importante de chercheurs. C’est également le cas dans les autres régions de l’espace occitan et, au-delà, dans plusieurs pays du monde.  

La table ronde du 6 octobre (16h) (dans laquelle interviendra Patricia Heiniger-Casteret ITEM/UPPA) vise à présenter les différentes pratiques de recherche et à expliquer comment les conclusions de l’ensemble de ces travaux permettent d’affiner la stratégie de reconquête engagée pour faire en sorte que les habitants se réapproprient la langue occitane, pour qu’elle soit à nouveau parlée et transmise.  

S’inscrire

POUR UNE HISTOIRE TRANSNATIONALE ET COMPARÉE DES INSTALLATIONS ET DES ESSAIS NUCLÉAIRES

Cycle de séminaire

Programme 2021-2022 : nouvelles archives, nouveaux
chantiers

Vendredi 8 octobre 2021
« La table-ronde de juillet 2021 et ses suites. Les enjeux de la déclassification des archives relatives au fait nucléaire (France métropolitaine et PF) »

Renaud Meltz, Professeur d’histoire contemporaine – IUF, Université de Haute-Alsace
Alexis Vrignon, Enseignant-chercheur en histoire contemporaine, Université de Pau et des Pays de
l’Adour / ITEM

Les séminaires ont lieu de 17h00 à 19h00 sur l’un des deux sites de l’INALCO.
Une diffusion ou une retransmission en ligne est prévue.
2 rue de Lille
75007 Paris
65 rue des Grands
Moulins 75013 Paris


Pour chaque séance, la salle, ainsi que les modalités de connexion sont indiquées à :
http://www.cresat.uha.fr/histoire-nucleaire-2021-2022

Le thermalisme pour tous

Etablissements de bains isolés des Pyrénées-Atlantiques (XVIè – XXè siècles)

Conférence donnée par Viviane Delpech

Casino des Eaux-Bonnes, 16 septembre 2021, 17h30


Parmi les dizaines de sources curatives répertoriées dans les Pyrénées-Atlantiques, certaines ont été dotées d’abris puis de bâtiments de bains dès le XVIe siècle. A travers une sélection de sept établissements (Bains de Secours, Rébénacq et Gan en vallée d’Ossau, Ogeu, Escot, Saint-Christau vers la vallée d’Aspe, Camou-Cihigue en Soule), Viviane Delpech, chercheuse dans le cadre du programme européen TCV-PYR (thermalisme, culture Villégiature Pyrénées) et de l’Inventaire du Patrimoine Nouvelle-Aquitaine, propose de faire émerger les traits saillants de ces établissements modestes, ensemble cohérent, entre la prégnance du paysage, le modèle de la construction locale et les références à l’architecture thermale officielle.


Gratuit. Réservation obligatoire auprès de l’Office de Tourisme des Eaux-Bonnes. Pass sanitaire obligatoire.

Etudes arméniennes contemporaines

Home(land)s. Place, Loss and Return in Contemporary Turkey

Études arméniennes contemporaines, n°13, 2021

Sous la direction de Yaşar Tolga Cora et Laurent Dissard

Ce numéro spécial d’Études arméniennes contemporaines examine les représentations et les usages qui s’attachent aux notions de home et homeland au sein des diverses communautés qui peuplent ou ont peuplé l’espace de la Turquie actuelle. Les articles présentés mettent en avant la multiplicité des représentations et des significations attachées à ces notions. Ils analysent la manière dont ces lieux d’identification, ces territoires d’attachement et ces géographies de la nostalgie et de l’appartenance sont construits et remémorés, mais aussi fantasmés et romancés, et finalement imaginés.

This new theme issue of Études arméniennes contemporaines examines the understanding and uses of the intertwined notions of home and homeland for various communities in past and present-day Turkey. The articles delve into the multiplicity of representations and meanings attached to home and homeland, and highlight the manner in which such places of identification, territories of attachment, and geographies of longing and belonging, are constructed and remembered, but also fantasized and romanticized, and ultimately imagined.

Voir le sommaire

Les archives familiales dans l’Occident médiéval et moderne

Les archives familiales dans l’Occident médiéval et moderne. Trésor, arsenal, mémorial

Edité par Véronique Lamazou-Duplan

Avec la collaboration de Maria Lurdes Rosa, Eloísa Ramírez Vaquero, Tünde Mikes, Arsenio Dacosta et José Ramón Diaz de Durana

Collection de la Casa de Velázquez n° 185

ISBN 9788490963340

Madrid, 2021, XII-555 p.

Au Moyen Âge et aux temps modernes, les familles aristocratiques, nobles, mais aussi marchandes et paysannes, conservent et transmettent les documents utiles pour défendre leurs droits, administrer, construire leur domination et leur mémoire. Centré sur la péninsule Ibérique, ouvert à des comparaisons dans l’Occident chrétien, ce livre étudie le phénomène de l’archivage touchant l’histoire, les droits et la mémoire des familles, la genèse de ces archives familiales, leur histoire au fil des générations, leur statut et leur rôle : trésor, arsenal, mémorial.

Ce volume rassemble les textes de 46 historiens et archivistes qui ont noué un dialogue original et fécond. Ils proposent une réflexion sur les archives dites de famille, confrontant regards, recherches et expériences, sur un sujet inscrit à la croisée de champs scientifiques largement renouvelés : pratiques de l’écrit, histoire des archives (archivistique historique – Archival Science), de la parenté. Dans une péninsule Ibérique ouverte à la comparaison avec d’autres aires géographiques, toutes les dimensions des archives familiales sont interrogées : archives des familles royales – ou du royaume ? –, nobles, dans leur diversité, mais aussi marchandes et paysannes ; entre genèse et remaniements, fabrique des archives de la « famille », du lignage, de la Maison. Dépassant la classique césure entre Moyen Âge et modernité, la production, la conservation, la transmission et réorganisation des archives familiales, désormais sujets d’étude per se, sont saisies en mouvement, dans leur historicité et dans la transversalité sociale des pratiques.

L’auteur

Véronique Lamazou-Duplan est maître de conférences en Histoire du Moyen Âge à l’université de Pau et des Pays de l’Adour/ ITEM EA 3002. Ses recherches portent sur le monde urbain, la vie familiale, les pratiques de l’écrit aux XIVe et XVe siècles. Elle a dirigé les publications suivantes : Le cartulaire dit de Charles II roi de Navarre (2010, co-édition Principe de Viana-UPPA), Signé Fébus, comte de Foix, prince de Béarn. Marques personnelles, écrits et pouvoir autour de Gaston Fébus (2014, co-édition Somogy Editions d’art – UPPA), Écritures du pouvoir, coll. « Les cultures politiques dans la péninsule Ibérique et au Maghreb (VIIIe-XVe siècle) », vol. 2 (2019, éditions Ausonius). La Casa de Velázquez lui a confié la coordination scientifique du programme ARCHIFAM (2013-2015) qui a conduit à la publication de ce volume sur Les archives familiales dans l’Occident médiéval et moderne. Trésor, arsenal, mémorial dont elle a été l’éditrice principale et coordinatrice.

Intérêt et originalité de l’ouvrage

Cet ouvrage présente une triple originalité.

La première est de rapprocher les regards et les travaux d’historiens et d’archivistes. Professionnels des archives et historiens spécialistes d’archivistique et plus largement des pratiques de l’écrit, nouent dans ce livre un dialogue fécond, dans le cadre de champs de recherche renouvelés et très dynamiques.

Ce livre centré sur la péninsule Ibérique (Portugal, domaines insulaires et marges pyrénéennes inclus) et ouvert à des comparaisons dans l’Occident chrétien (France, Flandre, Italie…), propose, non pas une classique histoire des familles à partir des archives, mais étudie en soi le phénomène de l’archivage touchant l’histoire, les droits et la mémoire des familles. Il révèle les liens complexes entre archives et familles lors de la genèse de ces fonds puis dans l’histoire de leur accroissement et de leur conservation, au fil des générations et des évolutions familiales. On mesure alors le statut et le rôle de ces archives familiales, à la fois trésor, arsenal, mémorial.

Ce faisant, troisième originalité, ce livre dépasse les périodisations classiques de l’histoire, en inscrivant sa démarche dans la longue durée, entre Moyen Âge et Modernité.

Ce livre, tant par la méthode suivie que par les résultats présentés, est donc un point d’étape important dans un champ renouvelé de la recherche et peut également servir de guide aux chercheurs.

Public concerné

Enseignants-chercheurs, étudiants, professionnels (professionnels des services d’archives, des bibliothèques, du patrimoine écrit…), grand public curieux d’histoire et fréquentant les archives, propriétaires d’archives privées…

Diffusion

Disponible à la vente sous forme papier auprès de la Casa de Velázquez et de nombreuses librairies.

Accessible via un lien vers la version en accès libre sur Open Edition Books, sur le site des éditions de la Casa de Velázquez

Les zones critiques d’une anthropologie du contemporain

Hommage à Jean Copans

 
  • Jean-Bernard Ouédraogo, Benoît Hazard, Abel Kouvouama (eds.)
  • Éditeur: Ibidem
  • Date de parution: mars, 2021
  • ISBN 13 : 978-3-8382-1571-6

Les écrits réunis dans cet ouvrage visent à scruter l’œuvre de Jean Copans dans une histoire du temps présent (sans présentisme aucun), à comprendre ce qu’il nous dit de l’anthropologie du contemporain, de l’actualité d’une science de l’Homme. Auteur, engagé dans la vie de multiples institutions, pédagogue reconnu, collaborateur, lecteur et contributeur dans la vie des revues (L’Homme, Cahiers d’études africaines ; Politique africaine, Current Anthropology), chercheur français présent sur les lignes de fronts du dialogue avec l’anthropologie nord-américaine, la contribution scientifique de Jean Copans, élève de Georges Balandier et disciple intellectuel de Paul Mercier, est remarquable aussi bien par son implication dans la recherche en train de se faire que par ses lectures et par ses commentaires qui en font à la fois un chroniqueur, un observateur et un analyste du temps présent. Alors que l’anthropologie du contemporain est toujours en quête d’un épistème, l’œuvre de Jean Copans ouvre parfaitement une voie originale et durable, pour comprendre le sens du contemporain en anthropologie. Les contributeurs au volume, auteurs internationalement reconnus, Maurice Aymard, Momar-Coumba Diop, David B. Coplan, Gérald Gaillard, Ingolf Diener, Laurence Espinosa, Frederick Cooper, Paul Diedhiou, Gaye Daffé, Nicolas Monteillet, Cheikh Anta Babou, Pascal Depoorter, Patrice Yengo, Julien Bondaz, Laurence Boutinot, Christophe Baticle, Jean-Bernard Ouédraogo, Benoît Hazard, Abel Kouvouama et Pierre Bouvier proviennent de disciplines variées, de différentes générations de chercheurs et d’horizons géographiques multiples. Au fil des pages se dévoile l’étendue des travaux de Jean Copans, depuis ses premières recherches sur les nationalismes et la « mouridologie », en passant par la classe ouvrière en Afrique (noire), ses engagements sur les sécheresses de 1973, jusqu’à ses réflexions sur la sociologie politique et sur les intellectuels en Afrique. Sans céder au tropisme de l’inventaire, l’ouvrage reprend les observations de ce chroniqueur avisé et analyste pertinent des tumultes du temps présent pour comprendre ses prises de position, parfois hétérodoxes, dans l’exercice d’une anthropologie attentive aux tensions entre l’unité théorique de la discipline, l’éclatement des objets, des terrains, et de ses définitions.

Cahiers d’Histoire Immédiate – n°55

Le travail en Europe (XIXe – XXe siècles)

Une revue très complète qui présente de nombreux enjeux des XIXe siècle et XXe siècle. Le travail des femmes et le travail immigré y sont traités, ainsi que des spécificités de pays d’Europe, comme le textile d’Allemagne, la soie italienne, les mines dans les Asturies… et nombre de sujet politiques et sociaux marquants de cette période. Pour en apprendre davantage sur cette époque de mutations, d’industrialisation, et mieux comprendre les mutations contemporaines.

Ce nouveau numéro des Cahiers d’histoire immédiate est consacré à l’histoire du travail depuis le début du vingtième siècle. Dans une période où la pandémie du COVID 19 a totalement bouleversé la relation des actifs à leur métier, la mise en perspective historique permet de mieux comprendre les mutations plus contemporaines et les difficiles adaptations qui ont été en oeuvre durant cette dernière année. Car le travail dans les sociétés industrialisées est incontestablement au coeur de l’organisation de la vie quotidienne de chacun : il est le marqueur du temps quotidien, hebdomadaire, annuel, défini par la Loi, mais aussi des rythmes collectifs et des périodes dites du « hors travail », moments de divertissements ou de loisirs. La pandémie a montré toute la complexité d’une organisation du travail qui ne peut se comprendre sans ce regard rétrospectif. Envisagée par la longue durée dans un dossier coordonné par Laurent Dornel au travers d’analyses essentiellement historiques, cette histoire du travail est complétée par des approches plus contemporaines.

Les auteurs, coordonnés par Laurent Dornel

Fabrice Bensimon, Bastien Cabot-Bru, Yves Denéchère, Frédérique Letourneux, Manuela Martini, Jorge Muniz-Sanchez, Christophe Patillon, Rémy Pech, Michel Pigenet, Emmanuel Plat, Gabrielle Schutz, Marie-Bénédicte Vincent, Michelle Zancarini-Fournel

Cairn Editions

172 pages

Mai 2021ISBN :  9782350689791