Archives par mot-clé : Famille d'Albret

Exposition “L’art de régner” : Béarn et Navarre à la Renaissance

Villa Bedat – Oloron Sainte Marie

Du 2 février 2024 au 24 février 2024

Béarn et Navarre à la Renaissance

C’est sous ce titre que le Comité organisateur a choisi de présenter une documentation provenant de Pau, d’Irissarry et d’Oloron Sainte-Marie.

L’Art de régner

Exposition organisée par le Musée national et domaine du château de Pau, l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et les Archives départementales, dans le cadre du projet AcRoNavarre, avec le concours de la Casa Velázquez de Madrid. L’exposition est constituée de 15 kakémonos présentant des textes bilingues (français et espagnol).
Au cours du XVIe siècle, les souverains de Navarre gouvernent leurs terres en repensant et modernisant les structures et la pratique administrative dans l’esprit de la Renaissance. Les fac-similés d’actes royaux provenant des Archives départementales apportent un éclairage renouvelé. Certains de ces actes ont un rapport avec Oloron.

Iconographie de l’exposition 1620 Loraldia La Renaissance navarraise

Provenant du Centre départemental d’Éducation au Patrimoine d’Irissarry, elle a été réalisée en partenariat avec l’association Zabalik de Saint-Palais, l’association Hernani Errotzen de Gipuzkoa et la fondation Nabarralde de Pampelune.
Elle comprend, en particulier, une chronologie de l’histoire de la Navarre, l’arbre généalogique de la dynastie des Foix-Albret et des reproductions iconographiques

Manuscrits issus des Archives municipales d’Oloron Sainte-Marie.

Le cartulaire d’Oloron

Ce monument de l’histoire de la ville regroupe les libertés et privilèges accordés aux habitants d’Oloron, par les seigneurs de Béarn pendant près de cinq siècles.
Rédigé au XVIe siècle, c’est un document linguistique de premier ordre.

La coutume de la cité épiscopale de Sainte-Marie d’Oloron

Texte béarnais de 1502 réglementant la vie agricole, pastorale et commerciale. Ce feuillet de moins de dix pages a été rédigé ou recopié sous l’épiscopat d’Amanieu d’Albret, évêque d’Oloron.

Exposition présentée du 2 au 24 février 2024 à la Villa Bedat – Oloron-Stainte-Marie,
du mercredi au samedi de 10h à 13h et de 14h à 17h30

JE “La dynastie des Foix-Albret rois de Navarre et souverains de Béarn”

Cette journée d’étude, à l’initiative de la Commission Transfrontalière de la Mairie d’Oloron-Sainte-Marie et l’association Transmetem, vient clôturer l’exposition “L’art de régner” : Béarn et Navarre à la Renaissance” présentée du 02 au 24 février à la Villa Bedat à Oloron-Sainte-Marie.


Auditorium de la Villa Bedat

Oloron-Sainte-Marie

De 9h30 à 12h et de 14h30 à 17h30

PROGRAMME


9h30 > OUVERTURE DE LA JOURNÉE PAR M. BERNARD UTHURRY
Maire d’Oloron Ste-Marie et président de la Communauté de Communes du Haut-Béarn

9h45 > L E PROJET AcRoNavarre : LA RÉVÉLATION DES PRINCIPES DE GOUVERNEMENT DES ROIS DE NAVARRE
Durée 15mn – Philippe Chareyre, professeur d’histoire moderne, UPPA
Le programme de l’Agence nationale de la recherche « AcRoNavarre » (2016-2022) a eu pour ambition d’établir une base de données d’actes produits entre 1484 (avènement à la couronne de Navarre des Foix-Albret) et 1594 (deux ans après le départ de la régente Catherine de Bourbon pour rejoindre son frère Henri IV à la cour de France).
Le nombre d’actes recensés approche, actuellement, les 7000 et s’appuie sur une source peu exploitée : le Trésor des chartes de la maison de Navarre des Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques.

10H > CATHERINE DE FOIX, UNE REINE DE NAVARRE ET DAMESOUVERAINE DE BÉARN SAUVÉE DE L’OUBLI (1470-1517)
Durée 45mn – Álvaro Adot Lerga, profesor Ayudante Doctor à l’Université Complutense de Madrid, docteur en Histoire par l’UPPA
Catherine de Foix est la dernière reine de Navarre et dame souveraine de Béarn, avant la conquête de la Navarre par Ferdinand le Catholique en 1512-1513, puis par Charles Quint en 1521-1522. Au cours de cet exposé, nous mettrons en évidence les principaux aspects qui ont caractérisé le profil de cette reine de la Renaissance -femme de convictions, comme sa mère Madeleine de France- qui a dû régner et défendre son droit à gouverner en tant que femme, face à de puissants ennemis, toujours avec le soutien de son mari Jean d’Albret.
Oubliée et/ou sous-estimée selon des critères étrangers à la connaissance scientifique de l’histoire, son importante œuvre politique, réalisée dans un contexte politique européen très complexe et changeant, comme celui de la Renaissance, a été sauvée et étudiée grâce au programme international AcRoNavarre (Actes royaux de Navarre, XVe et XVIe siècles), soutenu par l’Agence nationale de la recherche (ANR), entre 2017 et 2023.

11H > LA GUERRE DE NAVARRE ET BÉARN
Durée 50mn – Peio J. Monteano Sorbet, Técnico Superior del Archivo Real y General de Navarra, auteur de Amaiur 1522 et de La conquista de Hondarribia entre España, Navarra y Francia 1521-1524.
Intervention en espagnol et traduction simultanée
C’est en 1512 que commença la guerre entre la Castille et la Navarre qui allait entraîner la conquête et le partage du royaume de Navarre en deux parties : la Haute-Navarre intégrée à l’Espagne et la Basse-Navarre, après un siècle d’indépendance, intégrée à la France. Dans ce qu’on appelle la guerre de Navarre se mêlent, en réalité, deux conflits : un conflit navarrais de type médiéval où s’affrontèrent agramonteses et beamonteses, et une guerre internationale, déjà moderne, où s’affrontèrent la France et l’Espagne pour l’hégémonie européenne. Pendant 17 ans se succèdent des campagnes militaires et des négociations diplomatiques. C’est ainsi que l’on peut parler de deux conquêtes : la premièrese déroula de 1512 à 1520 et se termina par la brève récupération du royaume en 1521 ; la seconde, de 1521 à 1529, où les affrontements continuèrent, s’acheva par la conquête de la Haute-Navarre par la Castille. Les souverains navarrais, Jean III et Catherine I, et leur fils Henri II, dépouillés de la Haute-Navarre, étaient aussi seigneurs de Béarn et, bien qu’il s’agisse d’une institution différente, ils recoururent à ce territoire pour leurs besoins économiques et en soldats. Les Béarnais, qui devaient aussi faire face à la menace d’absorption par la France, se virent ainsi mêlés à une guerre qui concerna tous les pays pyrénéens.

14H30 > ANDRÉ DE FOIX, SEIGNEUR D’ASPARROS (1490-1547), DE GÉNÉRAL DE L’ARMÉE NAVARRAISE À MENDIANT
Durée 60mn – Diego Téllez Alarcia, maître de conférences, Département des Sciences de l’éducation, Université de la Rioja (Logroño)
Intervention en espagnol et traduction simultanée.André de Foix, seigneur d’Asparros est, toujours aujourd’hui, un personnage problématique, d’un point de vue historique. Son principal mérite qui l’a fait passer dans l’histoire de France (et d’Espagne et du Béarn), c’est d’avoir mené, sur le terrain, la dernière tentative de récupération du royaume de Navarre, par la dynastie des Albret, au printemps 1521. Cette expédition fut patronnée par François Ier de France, et profita de la conjoncture conflictuelle en Castille provoquée par la révolte des Communards. Cette circonstance lui permit de débuter brillamment. Aussi bien la Basse- Navarre que la Haute-Navarre furent récupérées en un temps record d’un mois. Cependant, au début de juin, se termina cette inertie positive qui coïncidait avec la tentative d’invasion de la Castille (échec du siège de Logroño). La vitesse avec laquelle on avait gagné du terrain fut la même avec laquelle on le perdit. Le 30 juin, un mois et demi à peine après le début des opérations à Saint-Jean-Pied-de-
Port, Asparros était en déroute, définitivement, à la bataille de Noáin. Son armée était défaite, et lui, blessé et fait prisonnier. C’en était fini de sa bonne étoile politique et citoyenne, de même que, vite après, celle de sa famille. Cependant, André de Foix survécut à ces malheurs pendant plus de 25 ans. Nous analyserons sa trajectoire pour essayer d’éclairer cette biographie qui, jusqu’à maintenant, reste pleine d’ombres, de distorsions et de mythes 

15H30 > L’ADMINISTRATION DES ROIS DE NAVARRE AU NORD DES PYRÉNÉES À LA RENAISSANCE
Durée 50mn – Dénes Harai, ingénieur d’études, Docteur en histoire moderne, UPPA
En s’appuyant sur les recherches menées dans le cadre du projet ANR AcRoNavarre (2017-2023), cette communication fera le point sur le système administratif mis en place par les rois de Navarre, pour gouverner leurs possessions souveraines
(Basse-Navarre, Béarn) ainsi que leurs possessions féodales, situées au nord des Pyrénées à la Renaissance.

16H30 > LES CONSEILLERS ECCLÉSIASTIQUES DES ROIS DE NAVARRE
Durée 50mn – Philippe Chareyre, professeur d’histoire moderne, UPPA
Le développement des États princiers à la Renaissance s’accompagne de la mise en place de conseils et d’une administration civile et judiciaire de plus en plus perfectionnés. Ces institutions politiques peuvent toutefois être amenées à traiter de questions relevant traditionnellement de l’ordre ecclésiastique. Pour cela les souverains de Navarre s’entourent de conseillers, membres du haut-clergé (les évêques de Lescar et d’Oloron notamment) comme la plupart des princes européens au cours de la première moitié du XVIe ; ils interviennent dans les champs de la moralité et de la bonne gestion de l’assistance charitable qui touchent au domaine de l’ordre public. La législation en ce domaine s’accroît au fur et à mesure de l’avancée dans le XVIe siècle et son volume prend une importance considérable sous le règne de Jeanne d’Albret, qui rompt avec Rome pour créer une nouvelle Église, inspirée du modèle calvinien. Elle recourt alors à des conseillers fidèles et compétents qui, n’étant plus désormais des clercs, interviennent directement dans la construction d’une nouvelle Église, en en définissant les contours institutionnels, et affirment sa légitimité de droit divin.

17H30 > CONCLUSION DE LA JOURNÉE INTERNATIONALE D’HISTOIRE

La mémoire de Jeanne d’Albert

Histoire et patrimoine protestants des Pays de l’Adour

A l’occasion du 450ème anniversaire de la mort de Jeanne d’Albert (1572 – 2022)

Bulletin du Centre d’étude du protestantisme béarnais – n° 70

15 Eur

ISSN : 1270-0932

Ce numéro spécial consacré à la mémoire de Jeanne d’Albret s’inscrit dans le cadre des commémorations du 450ème anniversaire de sa mort en juin 1572. C’est aussi celui de la Saint-Barthélemy, beaucoup plus célèbre nationalement mais qui n’a pas eu lieu dans l’état protestant du Béarn créé  par Jeanne d’Albret, même si quelques béarnais  et non des moindres ont été pris dans la tourmente. En laissant le renouvellement de l’historiographie sur cette dernière reine de Navarre aux éventuelles grandes commémorations du cinquième centenaire de sa naissance en 2028, nous avons donc choisi de consacrer la plupart des contributions à sa mémoire, très souvent malmenée parce que reine de plein exercice et de par ses choix religieux bien affirmés. Ces contributions s’attacheront à ses interprétations historiques, à ses représentations, à son inscription dans le roman national français, aux lieux qui témoignent de son existence ou de ses actions.

SOMMAIRE

Philippe Chareyre “Les traces mémorielles de Jeanne d’Albret” p. 1

Didier-Poton de Xaintrailles “Jeanne d’Albret et La Rochelle. Entre histoire et mémoire” p 19

Hélène Lanusse-Cazalé “La mémoire de Jeanne d’Albret aux XIVe te XXesiècles : entre dmiration et controverses” p. 21

Isabelle Pébay-Clottes “La chambre de Jeanne d’Albret au Château de Pau” p. 33

Claude Menges-Mironneau “Le grand portrait de Jeanne d’Albret” p. 39

Isabelle Pébay-Clottes “L’écran dit de Jeanne d’Albret” p. 42

Alvaro Adot “La légende de Jeanne d’Albret dans la forêt d’Iraty” p. 43

Etienne Moussiegt “Jeanne d’Albert en Afrique et en Espagne” p. 45

Dénes Harai “La Saint-Barthélemy et les Béarnais des compagnies d’ordonnance du roi de France (1572) p. 49

Elisabeth Rodes “Acquisition d’une lettre autographe de Jeanne d’Albret par le musée Jeanne d’Albret” p.63

Philippe Chareyre “L’ exposition L’ Art de régner. les rois de Navarre à la Renaissance p. 66 – “Le CEPB lauréat du Prix Bertrand Gille 2020” p. 67

Soutenance de thèse – Quentin Maillard

Le 8 décembre 2021

M. Quentin Maillard soutiendra sa thèse en histoire moderne le 08 décembre 2021 à 14h00 en salle du conseil du collège SSH.

Sous la direction de Philippe Chareyre, elle est intitulée :

Les officiers des Albret-Bourbon à la Renaissance en Aquitaine.

Résumé

Mots clés : Béarn, Navarre, Renaissance, Officier, Elite, Administration, Finance.

Cette recherche s’inscrit dans le programme EANAR (Les Elites Administratives en Nouvelle Aquitaine à la Renaissance sur les territoires de la maison d’Albret-Bourbon), elle a pour objectif de constituer le corpus prosopographique des élites administratives des territoires de la maison d’Albret-Bourbon à la Renaissance. Il s’agit principalement des territoires souverains de Navarre et Béarn ainsi que des territoires féodaux d’Angoumois, d’Albret, Périgord et Limousin auxquels on peut rajouter La Rochelle où la cour de Navarre a établi son siège durant une partie des guerres de religion. À partir de ce corpus, il s’agit de voir l’établissement, la mise en place et le développement d’un réseau administratif et familial des serviteurs de cette maison dans une grande partie du territoire de la Nouvelle-Aquitaine. Il s’agit donc d’inventorier les noms de ces serviteurs que l’on peut qualifier d’« officiers secondaires » de la monarchie navarraise dans ses territoires aquitains ; puis d’en étudier les liens familiaux et professionnels afin d’appréhender la constitution d’un véritable réseau au niveau régional. C’est en effet au moment où l’administration de l’État moderne se met en place, que l’on voit se constituer un véritable corps d’administrateurs au service des Albret-Bourbons qui œuvrent pour la défense de leurs intérêts.

Key Words: Béarn, Navarre, Renaissance, Officer, Elite, Administration, Financial

            This research is part of the EANAR program (Les Elites Administratives en Nouvelle Aquitaine à la Renaissance on the territories of the house of Albret-Bourbon), it aims to constitute the prosopographic corpus of the administrative elites of the territories of the house of Albret-Bourbon in the Renaissance. These are mainly the sovereign territories of Navarre and Béarn as well as the feudal territories of Angoumois, Albret, Périgord and Limousin to which we can add La Rochelle where the court of Navarre established its seat during part of the wars of religion. From this corpus, it is a question of seeing the establishment, the establishment and the development of an administrative and family network of the servants of this house in a large part of the territory of Nouvelle-Aquitaine. It is therefore a question of making an inventory of the names of these servants who can be qualified as “secondary officers” of the Navarrese monarchy in its Aquitaine territories; then to study the family and professional links in order to understand the constitution of a real network at the regional level. It is in fact when the administration of the modern state is set up that we see the formation of a veritable body of administrators at the service of the Albret-Bourbons who work to defend their interests.