Archives par mot-clé : famille

Parution « Être Prisonnier civil au camp de Garaison »

Être Prisonnier civil au camp de Garaison
(Hautes-Pyrénées) 1914-1919

Durant la Première Guerre mondiale, la France considéra les Allemands, les Austro-Hongrois, les Ottomans, les Bulgares présents sur son sol comme ennemis : ils furent concentrés dans des camps, dont celui de Garaison (Hautes-Pyrénées), installé dans l’ancien couvent et établissement scolaire des Missionnaires de l’Immaculée Conception.

Il existe sur ce camp un fonds photographique tout à fait exceptionnel et très peu connu, que cet ouvrage présente en partie. Les clichés évoquent les conditions de vie au quotidien ; ils mettent en scène les internés eux-mêmes, souvent accompagnés d’une épouse, d’une compagne, d’enfants ou de parents : Garaison est un camp de familles. Un témoignage très émouvant est ainsi livré.

Des archivistes et des historiens travaillent ensemble et croisent leurs regards pour mettre en lumière l’histoire de ce lieu d’enfermement et tenter de cerner ce que la photographie peut apporter à la compréhension de cette histoire. Ils rendent ainsi hommage à ces femmes, à ces enfants, à ces hommes, dont la Guerre bouleverse la vie en raison de leur nationalité.

Une introduction générale (traduite en allemand comme la conclusion) présente le fonds photographique et les conditions de sa création, le contexte général du camp. Les photographies sont ensuite exploitées par thèmes, avec une introduction pour chaque thème, et des légendes nourries. Sont ainsi abordés : la vie quotidienne, les travaux et métiers, la sociabilité et la vie culturelle, les femmes et les enfants, les cultes, les nationalités, les échanges, les traces et lieux et un thème intitulé « sous la neige » ; un portrait-parcours d’interné complète chaque thème.
Les sources utilisées font également appel aux journaux d’internés, déjà traduits et publiés ou non ainsi qu’à des fonds complémentaires publics et privés.
Cet ouvrage résulte de la collaboration d’une équipe d’archivistes, de chercheurs et d’enseignants, très au fait de l’histoire du département (François Giustiniani, Cédric Broët, José Cubero, Thomas Ferrer, Jean-Michel Delavault,) élargie à des spécialistes (Jean-Noël Grandhomme, professeur d’histoire contemporaine à
l’Université de Nancy ; Ronan Richard, chercheur associé du laboratoire de sciences historiques Tempora (EA7468), de l’Université de Rennes 2 , Elisabeth Parinet, professeur émérite à l’Ecole Nationale des Chartes, spécialiste de la photographie) et Linde Rachel, petite fille d’internée. Cette équipe est coordonnée par Pascale Leroy-Castillo, responsable des archives du diocèse de Tarbes et Lourdes, et Sylvaine Guinle-Lorinet, maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Editeur : Cairn
Pages : 245 pages
Prix public : 30 €

ISBN :  9782350686431

Commande de l’ouvrage à adresser à:
Mme Pascale Leroy-Castillo
51, rue de Traynès
65000 TARBES
30 € (frais de port à rajouter) par chèque à l’ordre de Association Maris Stella

Être manouche, une histoire de famille

Séminaire EHESS

Anthropologie historique Identités tsiganes

Sous la responsabilité de Jean-Pierre Cavaillé

Université Toulouse 2 Jean Jaurès, Olympe de Gouges, salle GH 134, 16h – 18h

prochaine séance :

jeudi 18 janvier 2018 : Jean Luc Poueyto : Être manouche, une histoire de famille

lecture conseillée:

« Un patrimoine culturel très discret : le cas des Manouches », Terrain [En ligne], 58 | mars 2012, mis en ligne le 01 janvier 2014.

http://journals.openedition.org/terrain/14707

« Tsiganes, travail, famille, habitat… » 20 et 21 mai 2016

Séminaire  « Tsiganes, travail, famille, habitat… »,

Université de Pau et des Pays de l’Adour, 20 et 21 mai 2016.

Dans le cadre du projet de recherche « Etude de la présence de « Bohèmes », « Tsiganes », « nomades »…  en Béarn et Pays Basque », le laboratoire ITEM de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, en partenariat avec le laboratoire IDEMEC (MMSH, Université Aix Marseille), organise deux journées d’étude qui interrogeront les topoï du travail, de la famille et de l’habitat comme éléments récurrents du rejet des Tsiganes en Europe

Vendredi 20 mai, salle Chadefaud, Institut Claude Laugénie,

  • Accueil et ouverture du séminaire
  • 9h30 Alexandra Clavé-Mercier, docteur en anthropologie, centre Emile Durkheim UMR 5116 Université de Bordeaux
    Famille et habitat au cœur des expériences d’ « intégration » de Roms bulgares en France
  • 10h15 Norah Benarrosh-Orsoni, docteur en anthropologie, Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative (LESC) de Nanterre : Domestiquer la ville par la débrouille. Une analyse des pratiques d’approvisionnement et de récupération  chez les Roms roumains de Montreuil
  • 11h15 Yoanna Rubio, docteur en anthropologie, LISST, Toulouse
    « T’es bien un Meunier toi ! » : Famille(s), espaces, frontières et identités gitanes »  (l’exemple de Carcassonne)
  • 12h Lise Foisneau, Doctorante Université Aix-Marseille, IDEMEC : Tisser l’espace. Interprétation spatiale des dynamiques familiales chez les Roms dits « Hongrois » : l’exemple de Marseille.

12h45, pause

  • 14h Iula hasdeu, Anthropologue HETS -Ge (Haute école de travail social de Genève) et Institut des études genre -Université de Genève Travail, argent et famille des migrants rom roumains dans la lutte transnationale contre les pauvres. Vue de Genève 2009-2015
  • 14h45 Martine Segalen, anthropologue, professeur émérite et directrice de la revue Ethnologie française, interviendra sur le thème de la famille en France
  • 15h45 Michael Stewart, anthropologue, professeur à l’University College of London : « Tsiganes – la famille gênante et la démocratie sexuelle »
  • 16h30 Cécile Canut, sociolinguiste et cinéaste, professeure en sciences du langage à l’Université Paris Descartes: Mise en scène des Roms en Bulgarie. Petites manipulations médiatiques ordinaires
  • 17h15 Emmanuel Filhol, Université de Bordeaux, laboratoire SPH, Sciences, Philosophie, Humanités. Du discours républicain sur le triptyque  » famille-travail-habitat  » appliqué aux  » nomades  » : les cas d’Etienne Flandin et de Marc Réville (1908-1912)

Samedi 21 mai, salle Chadefaud, Institut Claude Laugénie,

  • 9 h Julie Gallego, maître de conférences à l’UPPA, CRPHL, « La littérature de jeunesse contre les préjugés: Katitzi la Tzigane ou les souvenirs d’enfance de la Suédoise Katarina Taïkon »
  • 9h45 Catherine Coquio, professeur de littérature comparée, Paris 7, « Hors de quel temps? Un autre rapport à l’histoire ».
  • 10h30 Martin Olivera, anthropologue, Paris 8, L’anti-tsiganisme, l’ethnologie des Tsiganes… et des Roms: quelques dilemmes à résoudre? Réflexions ouvertes sur le potentiel (et les limites) de l’ethnographie.
  • 11h15 Jean-Luc Poueyto, anthropologue, laboratoire ITEM, UPPA, La tactique comme mode discret de résistance : l’exemple des Manouches

Pause 12h.

  • 13h Ilsen About, historien, CNRS, Paris Les archives du contact. Traces de l’échange et fragments d’amitié entre Paul Bataillard et les Bohémiens en France, des années 1840 aux années 1880.
  • 13h.45 Adèle Sutre, doctorante à l’EHESS en géographie, « L’entrelacement des régimes de mobilité tsigane : le cas du sud-ouest français (années 1880-1950) »
  • 14h30 Cendrine Lagoueyte, docteur en anthropologie laboratoire ITEM, Buhameak, récit d’une enquête (presque) impossible
  • 15h15 Thierry Truffaut, anthropologue, Institut Culturel Basque fera une présentation les figures des Bohémiens dans les carnavals en Pays Basque
  • 16h Patricia Heininger anthropologue et MC à l’UPPA, laboratoire ITEM, « La figure du « Bouhème » dans les histoires à faire peur en Béarn »

Séminaire « Les archives de famille » (4 mars, 15 avril, 06 mai 2013)

« Les archives de famille. Formes, histoires et sens d’une genèse (XIVe-XVIIe siècle) »

  • Coord. : Véronique LAMAZOU-DUPLAN
  • Org. : École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez, Madrid), Université de Pau et des Pays de l’Adour, Universidade Nova de Lisboa, Universidad del País Vasco, Universidad Pública de Navarra

Présentation

Le programme « Archives de famille en péninsule Ibérique (fin du XIIIe  siècle-début du XVIIe siècle) », marges pyrénéennes et Portugal inclus, étudie le phénomène de mise en archive des documents touchant l’histoire, les droits et la mémoire des familles nobles et aristocratiques, et si les sources le permettent, des familles marchandes voire paysannes. L’objectif n’est donc pas de restituer une histoire des familles à partir des archives, ou de retracer seulement une histoire de ces archives, mais bien de mettre en évidence les liens complexes entre ces archives et ces familles au moment de la genèse de ces fonds, en envisageant le statut et le rôle d’archives familiales constituées dans la construction des histoires, des identités et des mémoires familiales.

Programme et détails