Archives par mot-clé : esthétique

Colloque international Gérard Titus-Carmel

L’épreuve et la nécessité

Du 7 novembre 2018 au 9 novembre 2018

Org. : S. Bédouret Larraburu, M.-A. Bissay, I. Chol, S. Forero Mendoza

Gérard Titus-Carmel, né en 1942, est un artiste (dessinateur, graveur, peintre) et poète contemporain de renommée internationale. Son œuvre plastique s’est progressivement construite depuis la fin des années 1960 et au cours des années 1970 (La Grande bananeraie culturelle ou, entre autres, The Pocket Slize Tlingit coffin qui a suscité un échange fécond avec Jacques Derrida). Elle interroge le rapport au modèle et à sa représentation, elle met en scène des jeux d’altération, de rupture et de ligature. En empruntant les voies du dessin, de la gravure et de la peinture, elle s’est poursuivie, de suites en séries, jusqu’aux œuvres récentes (La Bibliothèque d’Urcée, la série des Feuillées ou des Brisées, Viornes & Lichens, Ramures ou Labyrinthes) qui sont autant de variations autour d’un motif permettant d’explorer les « lieux de mémoire », l’espace du paysage et les cycles du temps, d’ « élucider le mystère de notre présence au monde » (Au Vif de la peinture, à l’ombre des mots, 2016, p. 725), et, notamment, de trouver prolongement dans un dialogue fructueux avec Yves Bonnefoy.

La démarche esthétique et philosophique de Gérard Titus-Carmel s’exprime également dans de très nombreux écrits sur l’art, dans des notes et commentaires. S’il a toujours mené de concert l’écriture et la poésie avec son activité de dessinateur, de graveur et de peintre, il accompagne aussi les œuvres d’écrivains avec lesquels il réalise des « livres de dialogue ». Gérard Titus-Carmel a ainsi publié une cinquantaine d’ouvrages parmi lesquels figurent une vingtaine de recueils de poésie, depuis La Tombée (1987) jusqu’au dernier, & Lointains (2016), qui l’inscrivent parmi les poètes majeurs de sa génération. Explorant la question du fragment et de l’éclat, de la mémoire et de l’oubli, de la présence au monde, ses livres de poésie témoignent du souci constant de leur agencement, comme en écho à cette expérience du jardin relatée dans L’ordre des jours (2008, p.70-71) : « Tu devenais chaque fois un peu plus la médusante figure géométrique de ce monde indéchiffrable et tu te reconnaissais dans l’ordre secret qu’ordonnançaient si innocemment toute sa complexité & sa violence cachée ».

Gérard Titus-Carmel est ainsi à la fois et pleinement plasticien et poète. C’est son activité aux multiples facettes que le colloque international et pluridisciplinaire Gérard Titus-Carmel, l’épreuve et la nécessité entend interroger, quant à sa cohérence et quant à ses enjeux esthétiques et éthiques. Cette manifestation scientifique d’envergure s’attachera à confronter les différentes pratiques de l’artiste, pour en montrer la spécificité et en explorer l’articulation. Deux mots-clés, régulièrement employés par Gérard Titus-Carmel, constituent le cadre d’un questionnement qui répond à la rigueur de composition de l’œuvre en sa diversité et qui favorise toutefois une investigation ouverte. L’épreuve renvoie à la fois à l’expérience (faire l’épreuve de, mettre à l’épreuve), susceptible de se construire par retouches et tentatives recommencées, mais elle désigne aussi, dans le domaine de la gravure, la feuille d’essai imprimée qui permet à l’artiste de juger de la qualité ou de l’avancement de son travail. La nécessité, quant à elle, dit l’indispensable mais aussi la privation, de sorte que le mot est apte à souligner l’exigence d’une œuvre conçue comme une quête de la beauté, autre terme cher à Gérard Titus-Carmel et qu’il associe, dans ses écrits, à celui de nécessité. Reliés par la simple coordination et, les deux mots épreuve et nécessité peuvent s’entendre séparément ou ensemble, qu’ils soient envisagés dans leur simple complémentarité ou dans leur dépendance réciproque. Ils permettent ainsi d’explorer une œuvre quantitativement et qualitativement fort importante et qui reste en continuelle évolution.

Ce colloque, auquel Gérard Titus-Carmel nous fait l’honneur de prendre part, est organisé par l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (CRPHLL-ALTER, ITEM, Fédération de recherche EFM), en collaboration avec l’Ecole Supérieure d’Art des Pyrénées et l’EA CLARE de l’Université de Bordeaux Montaigne.

Il sera accompagné d’une exposition multi-site d’œuvres de Gérard Titus-Carmel et de tables rondes permettant un dialogue avec les éditeurs, écrivains et artistes qui lui sont proches.

Comité d’organisation

Sandrine Bédouret-Larraburu (Maître de Conférences, Université de Pau et des Pays de l’Adour, CRPHLL)

Marie-Antoinette Bissay (Membre associée CRPHLL)

Isabelle Chol (Professeur des Universités, Université de Pau et des Pays de l’Adour, Directrice du CRPHLL)

Jean-François Dumont (Directeur de l’ESAP)

Sabine Forero Mendoza (Professeur des Universités, Université de Pau et des Pays de l’Adour, ITEM, Directrice adjointe de la Fédération Espaces, Frontières, Métissages)

Jean Khalfa (Professeur, Université de Cambridge, Royaume-Uni)

Pierre Sauvanet (Professeur des Universités, Université Bordeaux Montaigne, Directeur adjoint de CLARE)

Comité de lecture

Béatrice Bonhomme (Professeur des Universités, Université de Nice Sophia Antipolis, France)

Giovanni Dotoli (Professeur des Universités, Université de Bari, Italie)

Jacques Dürrenmatt (Professeur des Universités, Université Paris-Sorbonne, France)

Denis Laoureux (Professeur des Universités, Université Libre de Bruxelles, Belgique)

Jérôme Thélot (Professeur des Universités, Université Lyon 3, France)

Emma Wagstaff (Maître de Conférences, Université de Birmingham, Royaume-Uni)

Télécharger   TITUS CARMEL programme

Contacts

isabelle.chol @ univ-pau.fr

sabine.forero-mendoza @ univ-pau.fr

Les arts et la diaspora basque XIXe-XXIe siècle

Parution d’ouvrage :

Les arts et la diaspora basque XIXe-XXIe siècle

Par Viviane Delpech (dir.)
Préface Ismael Manterola

Phénomène essentiel de l’histoire contemporaine du Pays Basque, la diaspora basque fait ici l’objet d’une approche inexplorée à travers le prisme de l’histoire de l’art. Arboglyphes des bergers dans l’Ouest américain, stéréotypes du pastoralisme dans le cinéma hollywoodien et les monuments hommage, architecture vernaculaire exportée, mais aussi oeuvres d’art avant-gardistes et constructions modernistes, les témoignages diversifiés et diachroniques de l’émigration basque dans les arts soulèvent des questions identitaires, historiques et esthétiques.

Rassemblant treize contributions inédites, cet ouvrage vise à éclairer l’histoire des migrations d’un jour nouveau tout en faisant émerger les apparents paradoxes d’une communauté en exil partagée entre traditionalisme et quête de progrès. Au-delà du
régionalisme, cette étude artistique interroge les processus et les conditions de création, le rapport à l’altérité et au sol natal, la construction de l’identité et de la mémoire pour embrasser, en définitive, des questionnements à la portée universelle.

www.editions-kilika.fr

Prix : 25 €
ISBN : 979-10-94405-19-2

320 pages

Langues : La préface, l’introduction et
les résumés sont proposés en français,
basque, espagnol et anglais.
Les textes sont dans leur langue
d’origine.
Photographies : 160

Une présentation de l’ouvrage aura lieu le 10 juillet 2018 à 18h30 au Musée Basque à Bayonne en présence des auteurs.

Au-delà du devoir de mémoire

Au-delà du devoir de mémoire:
Enjeux politiques, esthétiques et touristiques de la muséographie des camps en Europe
Université de Pau et des Pays de l’Adour
Salle du Conseil, UFR LETTRES

 

Dans le cadre du projet de recherche pluridisciplinaire (PIR) « La Mémoire des camps d’internement des années de la Seconde Guerre mondiale : études et analyse des muséologies /muséographies européennes », sont organisées deux journées d’études intitulées « Au-delà du devoir de mémoire : enjeux politiques, esthétiques et touristiques de la muséographie des camps en Europe ».

La journée du 15 sera consacrée à l’exposé de comptes-rendus d’études menées dans plusieurs pays d’Europe centrale (Pologne, Autriche, Tchéquie, Hongrie…) ; la matinée du 16, elle, sera centrée sur l’examen d’exemples de mémoriaux situés en France (Le Camp des Milles, Rivesaltes, Gurs) et donnera alternativement la parole à des universitaires et des artistes.

Ces journées seront présentées et animées par Sabine Forero Mendoza (Professeur d’esthétique) et Jean-Luc Poueyto (Anthropologue), tous deux membres du laboratoire ITEM.

Programme
Jeudi 15 février
  • 9h. Sabine Forero et Jean-Luc Poueyto : Accueil et présentation des deux journées
  • 9h. 45  Jean-Yves Potel, Historien, auteur et ancien conseiller culturel à Varsovie : Musées, commémorations et « politique historique » dans la Pologne contemporaine
  • 10h. 45 : Pause
  • 11h. Ewa Maczek, Directrice adjointe de l’OCIM, Dijon : Quelles mises en mots dans les lieux de mémoire ? 
  • 12h Joëlle Le Marec, Professeur de Sciences de l’Information et de la Communication, GRIPIC, Université Paris 4 : Musées et médiation de la disparition 
  • 14h. 15 Christel Venzal, Maître de conférences en Aménagement-géographie, PASSAGES, UPPA : Interrogations sur la valorisation des lieux de mémoire
  • 15 h. 15  Yaël Uzan Holveck, Auteure : Un dimanche à Auschwitz, du devoir au désir de mémoire
  • 16h. 15 : pause
  • 16h. 30 Peter Kuon, Professeur d’études romanes, université de Salzbourg (Autriche) : Politiques et esthétiques mémorielles en Autriche : le complexe concentrationnaire de Mauthausen
  • 17h. 30 Dominique Chevalier, Maître de conférences-HDR en Géographie, EVS (UMR 5600), Université Claude Bernard-ESPÉ, Lyon : Les musées-mémoriaux consacrés à la Shoah comme espace-temps mémoriels collectifs et singuliers
Vendredi 16 février
  • 9h Bastien Caumont, doctorant CIFRE en géographie au Mémorial de Rivesaltes :  Entre histoire et mémoire, la convergence mémorielle au cœur de la muséographie au Mémorial du Camp de Rivesaltes
  • 9h. 45 h. Anne-Laure Boyer, artiste plasticienne : Etude de cas d’un projet artistique participatif « Lettres de Rivesaltes » : du récit individuel au récit national, dérives et usages politiques de la mémoire collective
  • 10h. 45 Stéphane Garin, artiste, musicien : Gurs. Drancy. Gare de Bobigny. Auschwitz. Birkenau. Chelmo-Kulmhof. Majdaneck. Sobibor. Treblinka, Non-lieux, fragments d’Ukraine
  • 11 h. 30  Claude Laharie, historien : Présentation du projet du mémorial de Gurs
  • 12h Sabine Forero, Synthèse des journées d’étude.
  • 14h. 17h Visite guidée du camp de Gurs (40 mn. de Pau) 
Partenariat
Laboratoire ITEM
Laboratoire PASSAGES
Laboratoire GRIPIC
Fédération de recherche
Chaire Histoire, cultures et patrimoine
Office National des Anciens Combattants et Victimes de la Guerre
Amicale du Camp de Gurs
Association Terre de Mémoire et de Lutte
Association Les Basses Pyrénées dans la Seconde Guerre Mondiale
Union départementale des anciens combattants et victimes de la guerre

Télécharger le programme

142e congrès national du CTHS

Le Comité des Travaux Historiques et Scientifiques se réunit chaque année dans une ville universitaire francophone. Interdisciplinaire, il a pour mission de favoriser les échanges entre la recherche associative, les études doctorales et la recherche universitaire.
Il rassemble plus de 700 participants et entend chaque année plus de 400 communications.

Cette année, le 142e Congrès du CTHS aura lieu à l’université de Pau du 24 au 29 avril sur le thème « Circulations montagnardes, circulations européennes ».

Les montagnes sont des obstacles majeurs, hostiles et austères et pourtant elles ont été habitées, parcourues, représentées et cartographiées en permanence. Elles ont toujours laissé passer les migrants. Pourquoi cette attirance vers l’autre versant, celui qu’on ne voit pas mais qui est imaginé comme un ailleurs plus favorable ?

Par leur hostilité même, les montagnes poussent à  des adaptations communautaires et économiques spécifiques, variées et complémentaires, depuis d’étranges coutumes d’éleveurs, -aux yeux de ceux de la plaine et des touristes du moins-, jusqu’aux industries dynamiques et flexibles de l’agroalimentaire aujourd’hui « naturel » à l’hydraulique et à l’informatique.

Tant qu’ils stimulent les échanges avec les villes des piémonts et résistent aux sirènes de l’émigration, ces milieux génèrent des entités politiques qui peuvent jouer le rôle de gardiens des cols et des frontières, dans des modalités diverses qui les autorisent ou non à la construction d’un Etat et les prédisposent ou non à l’accueil des refuges en tout genre, y compris religieux.

Lieux de franchissement et de passage ; il ne faut pas s’étonner d’observer des vallées, des chemins et des routes structurés par des forteresses, parcourus de douaniers et de contrebandiers…

La montagne reste un objet d’étude et de représentations ; elle véhicule le long de ses routes, hommes, bêtes de somme et marchandises matérielles et immatérielles. Des styles, des modèles artistiques, architecturaux, des livres, des idées religieuses transitent malgré les censures et les dangers. Des littératures chantent le décor, les voyages et le dépassement de soi en cheminant dans ces lieux tour à tour effrayants ou purs. Bien avant de devenir le terrain de jeu de l’Europe avec un tourisme avide de sensations, les montagnes sont répulsives puis héroïques et parfois attractives selon les écritures multiples sur les lieux de ceux qui les arpentent.

Le congrès conjuguera ses analyses érudites et discussions communes en quatre thèmes généraux, multidisciplinaires et aux périodisations larges, deux ateliers et un colloque sur les monastères de montagnes qui correspond plus particulièrement à la mise au net de recherches en cours depuis quelques années.

Retrouvez le programme complet sur : http://cths.fr/

Inscription obligatoire : http://cths.fr/co/details.php?sc=in

Parution d’ouvrage : Viollet-le-Duc

Viollet-le-Duc

Villégiature et architecture domestique

A l’occasion des célébrations du bicentenaire de Viollet-le-Duc dans le cadre des Commémorations nationales de 2014, ce volume rassemble les actes du colloque international organisé par l’EA 3002 ITEM (Université de Pau et des Pays de l’Adour) à Hendaye les 9 et 10 octobre 2014.

actes-vld-couv
Viollet le Duc. Villégiature et architecture domestique. Presses Universitaires du Septentrion, 2016.

L’activité d’architecte-bâtisseur contemporain de Viollet-le-Duc est souvent occultée par son action de restaurateur du patrimoine médiéval. Les chantiers, les projets et les écrits à ce sujet sont pourtant prolifiques, ce qui justifie pleinement une réflexion renouvelée sur ses travaux.

De ses chantiers à ses projets avortés, de ses théories à la transmission de ses enseignements en la matière, cet ouvrage présente l’apport de Viollet-le-Duc à l’architecture domestique, à l’habitation de son temps, par le biais de treize contributions inédites abordant un aspect souvent oublié de son œuvre. Enrichissant la connaissance de l’architecture civile du XIXe siècle, cette réflexion dépasse les problématiques esthétiques pour faire valoir son esprit réformateur et témoigne définitivement, et contrairement à ce que ses restaurations diocésaines laissent présager, de ses préoccupations modernes et de son ancrage dans la société contemporaine.

Viviane Delpech est docteur en histoire de l’art, spécialiste de l’architecture et des arts décoratifs du XIXe siècle. Elle enseigne à l’Université de Pau et s’intéresse entre autres à l’architecture privée, aux villégiatures et à « l’école » viollet-le-ducienne.

Collection Architecture et urbanisme
234 pages – octobre 2016
ISBN-10 2757413902
ISBN-13 978-2-7574-1390-6

Antiquipop, Lyon, mai 2016

Colloque

« Antiquipop : la référence à l’Antiquité dans la culture populaire contemporaine »

Grand amphithéâtre de l’Université Lyon 2

Antiquipop

 

Tiphaine-Annabelle Besnard, doctorante au laboratoire ITEM, présentera le jeudi 26 mai 2016 une communication intitulée:

« l’Empire des citations : vers un art contemporain néo-néo-classique ? »

 

Résumé de son intervention:
« Certes, l’idée du retour à l’Antique, est, en un sens, omniprésente dans l’histoire de l’art occidentale au point qu’elle peut sembler en rythmer les principaux temps forts – pensons aux moments Raphaël, Poussin, David, Ingres, voire le retour à l’ordre des années 1920. Les modalités du retour à l’Antique dans l’histoire de l’art ont donc certes été amplement étudiées, mais ce n’est pas le cas pour la période contemporaine, voire très contemporaine (à partir des années 1980).

Comment doit-on envisager la survivance de la référence gréco-latine ? S’agit-il de pastiche, de détournement ? In fine, le questionnement sur le lien entre art contemporain et Antiquité mène à la réflexion suivante : peut-on définitivement caractériser l’histoire de l’art occidentale comme un éternel retour à l’Antiquité classique ?

Les approches théoriques de l’art et l’esthétique seront mises à profit afin d’embrasser un sujet qui touche à la fois à l’histoire sociale de l’art, à l’histoire du goût mais aussi à l’histoire de l’histoire de l’art à travers une réflexion sur les modes d’écriture de l’histoire de l’art. Ainsi, nous serons amenés à évoquer une « post-modernité » où la rupture avec l’utilisation de l’antique comme référence vivifiante est certaine. Effectivement, à de rares exceptions près, les artistes ne cherchent pas à imiter les Anciens. Aussi, nous envisagerons deux notions clés que sont la « basse » et la « haute culture » : la première, à l’origine d’une Antiquité transposée et pastichée, la deuxième, à l’origine d’un art antiquisant intellectuel.

Les exemples d’œuvres seront choisis judicieusement, issus de ma base de données. Pour ne citer qu’eux, je pense aux artistes Eleanor Antin, Pierre & Gilles ou bien encore Meekyoung Shin. Ce projet de communication s’inscrit effectivement pleinement dans la thèse de doctorat que je mène depuis octobre 2014 à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (L’éternel retour à l’Antique : survivances grecque et romaine dans l’art contemporain à partir des années 1980, sous la direction de Madame Sabine Forero Mendoza, Professeure d’Esthétique et d’Histoire de l’art contemporain). »

Plus de renseignements : http://antiquipop.sciencesconf.org/resource/page/id/5

Journée d’étude « Femmes artistes : les formes de l’engagement »

Dans le cadre de la Fédération Espaces-Frontières-Métissages, les laboratoires de recherche ITEM (EA 3002) et LLC-Arc Atlantique (EA 1925) organisent, en collaboration avec l’École d’Art des Pyrénées Pau-Tarbes, la journée d’étude « Femmes artistes : les formes de l’engagement ».Aline RibierePremière d’un cycle de trois journées, cette manifestation prend place dans le projet « Autonomie/Hétéronomie des créations littéraires et artistiques » de la Fédération EFM. Elle réunira des critiques d’art, des artistes et des enseignants-chercheurs en histoire de l’art, et sera l’occasion d’évaluer les résonances actuelles des réalisations pionnières des années 60 et 70 et, tout à la fois, de s’interroger sur les formes actuelles de l’engagement artistique des femmes.

Les interdits et tabous socio-culturels et artistiques jadis dénoncés sont-ils dépassés ? Alors que la scène artistique prend désormais les dimensions de la planète, au travers de quels choix, plastiques et esthétiques, les artistes femmes élaborent-elles des formes de résistance et confèrent-elles à l’art la fonction critique de « changer le spectateur en acteur conscient de la transformation du monde » (J. Rancière, Malaise dans l’esthétique, 2004, p. 65) ? Le propos voudrait éviter une double réduction interprétative, féministe, d’une part, essentialiste de l’autre.

« Femmes artistes : les formes de l’engagement » : jeudi 4 février 2016, Université de Pau et des Pays de l’Adour, amphithéâtre de la Présidence, de 9 h à 17 h. Entrée libre.

Le programme de la journée d’étude peut être consulté sur le site de la Fédération EFM, ainsi que le détail du projet « Autonomie/Hétéronomie des créations littéraires et artistiques ».

Auteurs : FORERO MENDOZA Sabine – PEYRAGA Pascale
Légende de la photo : Aline Ribière, photographie de Karl Harancot.

Parution de l’ouvrage « Partages d’espaces. Regards croisés sur l’Art et la Géopolitique », PUPPA.

L’ouvrage « Partages d’espaces. Regards croisés sur l’Art et la Géopolitique » sous la direction d’Evelyne Toussaint (Aix Marseille Université) et Michael Parsons (UPPA – Fédération de recherche « Espaces, Frontières, Métissages ») vient de paraître aux Presses de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

Partages d’espaces

Faut-il, aujourd’hui, faire encore « l’éloge des frontières » ? La mondialisation actuelle relève-t-elle, comme l’espérait Edward Said, d’un « globalisme salutaire que l’on trouve, par exemple, dans les mouvements pour l’environnement, la coopération scientifique, le souci universel des droits de l’homme, des concepts de pensée globale qui font prévaloir la communauté et le partage sur une domination de race, de sexe et de classe », ou bien est-elle le symptôme d’une idéologie annonciatrice de tous les replis identitaires narcissiques et meurtriers ? Le partage d’espaces physiques et virtuels est-il la voie de l’émancipation ou, au contraire, la marque de l’assujettissement à un « Empire » totalisant, annonciateur d’un illettrisme généralisé cyniquement orchestré par des réseaux de communication inféodés aux cotations boursières ?
Que font les artistes de ces questions portant sur l’actualité de notre monde ? Quelles sont les théorisations élaborées en histoire de l’art, en philosophie, en histoire, en littérature et en esthétique au sujet de ces mutations géopolitiques, de leurs fondements et des productions artistiques qui s’y rapportent ?

http://www.presses-univ-pau.fr/cart/Details/131/4/sciences-humaines/partages-drsquoespaces.html