Archives par mot-clé : environnement

les cayolars de Larrau entre sources écrites et sources archéologiques

Conférence

“A la recherche des structures pastorales d’altitude : les cayolars de Larrau entre sources écrites et sources archéologiques”

Vendredi 22 novembre 2019, 21h, à Larrau (Pays Basque)

Par Alain Champagne et Mélanie Le Couédic (Archéologues, Laboratoire ITEM, Université de Pau et des Pays de l’Adour) dans le cadre du projet région Nouvelle-Aquitaine MARGES, Vivre et gérer les zones périphériques : estives et marais littoraux de Nouvelle-Aquitaine du Moyen Âge à nos jours

Projet MARGES

Journées d’étude “Vivre et gérer les zones périphériques. Estives et marais littoraux de Nouvelle-Aquitaine du Moyen-Age à nos jours”, 23 et 24 mai 2019

Cette journée d’étude portera sur le programme région « MARGES. Vivre et gérer les zones périphériques. Estives et marais littoraux de Nouvelle-Aquitaine du Moyen Âge à nos jours » (Criham (Poitiers-Limoges EA 4270), LienSs (Littoral, Environnement et Sociétés UMR 7266 La Rochelle), ITEM EA 3002 Pau).

Elle sera l’occasion d’un premier état des lieux sur les travaux sur la montagne en Soule et en Ossau, sur les marais littoraux en Charente et sur les données thématiques et spatiales disponibles. Une présentation sera consacrée aux missions du Parc National des Pyrénées en terme de patrimoine, et quatre communications porteront sur les thèses en cours en anthropologie, géographie et histoire.

23 mai 2019  Bâtiment DEG – Salle des Séminaires, université de Pau

9h30 Accueil des participants

10h Introduction

Modératrice: Christine Rendu – CR, CNRS, FRAMESPA UMR 5136

ETAT des LIEUX
  • Alain Champagne– MC – ITEM, Université de Pau et des Pays de l’Adour: Présentation du projet MARGES
  • Mélanie Le Couédic – IR– ITEM Université de Pau et des Pays de l’Adour; Historique des travaux sur la Soule et Ossau
PRÉSENTATION DES THÈSES EN COURS
  • en écologie historique, Dominique Cunchinabe (ITEM)
  • en anthropologie, Rémi Berdou (ITEM)
  • en géographie, Anaïs Lanass (Passages)
  • en histoire, Aurélien Woifflard (ITEM)
  • 12h Discussion
  • 14h Accueil des participants

 Modératrice: Patricia Heiniger-Castéret – MC – ITEM, Université de Pau et des Pays de l’Adour

Le Patrimoine au Parc National des Pyrénées
  • David Penin – Chargé de mission Culture – Parc National des Pyrénées: Les missions du parc en terme de patrimoine
  • Léa LaFourcade– Stagiaire – Parc National des Pyrénées: Le projet d’inventaire des savoir-faire en matière de patrimoine bâti
Etat des travaux sur les marais littoraux et données
  • Thierry Sauzeau– PR– Criham Poitiers-Limoges EA 4270): Les projets de recherche sur les marais littoraux
  • Alain Champagne– MC – ITEM, Université de Pau et des Pays de l’Adour: Le Programme Collectif de recherche  « marais charentais »
  • Discussion et pause
  • Mélanie Le Couédic – IR– Université de Pau et des Pays de l’Adour: L’état lieux des données spatiales : stockage, gestion, archivage, modélisation (Soule et Ossau)

• 16h30 Discussion

24 mai 2019, sortie de terrain en vallée d’Ossau

Plus d’information sur le programme 

Contacts : Alain Champagne & Mélanie Le Couédic

Au-delà des vestiges fauniques

Les divers marqueurs de l’élevage en archéologie

Le 28 novembre 2018

Séminaire des équipes GRENES et STEP et du Master PPA – Nice

Programme

9h15 Manon VUILLIEN (Université Côte d’Azur, CNRS, CEPAM, Nice), Lionel GOURICHON (Université Côte d’Azur, CNRS, CEPAM, Nice) et Cédric LEPÈRE (Université Côte d’Azur, CNRS, CEPAM et EVEHA)
Introduction

9h30 Mélanie LE COUÉDIC (Université de Pau et des Pays de l’Adour, CNRS, ITEM, Pau)
Des corrélats matériels aux partages de l’espace. Modélisation de parcours de troupeaux à partir de sources ethnographiques et historiques

10h15 Claire DELHON (Université Côte d’Azur, CNRS, CEPAM, Nice)
La chèvre et le chou : les végétaux dans l’élevage néolithique

11h15 Nicolas LAINE (Collège de France, CNRS, EHESS, LAS, Paris et IRASEC, Bangkok)
Repenser la domestication animale : les communautés homme-éléphant en Asie

14h15 Carlos TORNERO (IPHES, Tarragona)
Tracing life-stories from past herds: isotopic glints of light on pastoral herding systems

15h Léa DRIEU (BioArCh, Department of Archaeology, University of York)
Transformer, servir et consommer les graisses animales dans les céramiques: un exemple du Néolithique moyen bourguignon (Clairvaux XIV, Jura)

Affiche PDF du séminaire

Un monde en Transition(s) ?

Cahier d’Histoire Immédiate N°51

La revue Cahier d’Histoire Immédiate est rattachée depuis le 1er janvier 2017 au laboratoire Identités Territoires, Expressions, Mobilités de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (ITEM, EA 3002). Elle est publiée avec l’appui de l’éditeur Cairn.


Sous la direction de Laurent Jalabert

La notion de transition environnementale induite par les débats sur les changements climatiques est devenue un terme un peu fourre-tout, très médiatique, visant à intégrer des réflexions venues des différents champs de la recherche autour des mutations énergétiques planétaires. Cette focalisation ne doit pas masquer que l’usage du terme « transition(s) » a été très largement utilisé par la recherche notamment historique. Les transitions « démographiques », « démocratiques » etc., ont été
souvent évoquées comme des marqueurs forts et souvent pertinents de la réflexion scientifique. Aujourd’hui, la notion est omniprésente : transition citoyenne, transition touristique, transition urbaine (ou villes en transition), transition écologique, transition numérique, etc. La société civile s’empare avec la même force du terme. Ce numéro des Cahiers d’histoire immédiate, dont l’objectif est de comprendre le monde des trente dernières années par un regard historique, questionne donc les « transition(s) » au travers de quelques réflexions thématiques, tant sur les aspects environnementaux que politiques.

Format16 x 24 cm
Nombre de pages112
Date de parutionjuillet 2018
Type de brochurebroché

Appel à Candidature – Bourse de recherche doctorale 3 ANS

Bourse de recherche doctorale 3 ANS (2018-2021)

CV à renvoyer avant le 24 août à alain.champagne@univ-pau.fr

Une audition des candidats est prévue fin aout ou début septembre (les candidats retenus pour l’audition recevront une convocation)

Projet région Nouvelle Aquitaine MARGES

Laboratoire ITEM EA 3002, Université de Pau et pays Adour

Intitulé de la thèse : Vivre et gérer les zones périphériques : estives et marais littoraux de Nouvelle-Aquitaine

Direction : Laurent Jalabert (PR histoire contemporaine, ITEM, Pau), Thierry Sauzeau (PR histoire moderne, laboratoire, CRIHAM Poitiers)

Acteurs associés à la direction du projet : Alain Champagne (MC archéologie médiévale), Mélanie Le Couédic (IR archéologie-SIG)

Conditions :

– Résidence administrative : résidence obligatoire à Pau, équipe ITEM EA 3002 (https://item.univ-pau.fr)

– Durée : contrat de 3 ans (1 octobre 2018 au 30 septembre 2021)

– Diplôme requis : titulaire d’un master, archéologie, histoire (sections 21, 22 du CNU)

– Compétences requises : formation en histoire moderne et/ou contemporaine, connaissances en Systèmes d’Information Géographique (SIG) et/ou cartographie

Résumé du sujet de thèse :

L’objectif général de la thèse est de saisir de manière comparative le passage des terres de marais littoraux et d’estives, qu’elles soient communes ou privées, aux syndicats entre l’époque moderne et la première moitié du XIXe siècle. Ce sujet de doctorat s’insère dans un projet qui vise à comparer plus largement la gouvernance de ces territoires et leur occupation sur une période assez récente (principalement du XVIIe au XXe s.). Le terrain d’étude comportera un ou deux territoires dans chaque secteur, c’est-à-dire un syndicat montagnard (Soule, Ossau) et un de marais littoral (Brouage, Rochefort, Seudre). Certains de ces territoires sont déjà au cœur de projets existants sur lesquels le doctorant pourra s’appuyer[1].

Il s’agira de s’interroger sur le statut foncier des terres, communautaires, indivises, privées, mais aussi de réfléchir sur les types d’accès et les usages de ces espaces aux différents statuts. La question de l’organisation de la gestion et du partage des ressources de ces terres souvent communes est au cœur du sujet. L’originalité de ce projet consiste à aborder ces questions à micro-échelle – celle du parcellaire et à l’échelle médiane des pays « vécus », en interrogeant de façon privilégiée l’articulation entre statut du sol, pratiques d’exploitation et bâti.

Ces éléments seront à mettre en perspective des évolutions environnementales qui génèrent de profonds bouleversements dans ces milieux et affectent donc aussi la vie économique de ces territoires.

Le doctorant devra ainsi spatialiser au sein d’un Système d’Information Géographique ces terrains en fonction de leur statut et de les suivre sur le long terme. Cette approche, par le biais d’une modélisation des données historiques et archéologiques a déjà été explorée sur les deux terrains d’études par les équipes associées ce qui servira de base au doctorant. Ce SIG rassemblera des données anciennes et actuelles sur les différents thèmes de recherche.

Contexte et justification :

Le territoire de la nouvelle Aquitaine est immense et très diversifié. Il comprend sur ses marges deux zones géographiques particulières, le littoral et la haute montagne. C’est la région de la façade Atlantique/Manche qui réunit le plus long linéaire côtier et les plus vastes zones humides. Si de nos jours, ces milieux sont parfois qualifiés d’« hostiles », les recherches interdisciplinaires récentes ont renouvelé l’histoire de ces territoires et montré qu’ils ont été parcourus, utilisés et vécus, de manière temporaire ou permanente, depuis la Préhistoire. Les résultats portent en germe un renouvellement complet des connaissances historiques, mais aussi la nécessité d’adapter les modes de gestion et de valorisation du patrimoine de ces espaces dits « naturels », longtemps considérés comme marginaux et incultes. À partir de là, notre projet propose d’observer les réponses apportées par les habitants pour occuper, exploiter et vivre dans ces milieux contraignants de la période moderne à l’époque contemporaine, sur deux espaces : les marais du littoral charentais et les estives des Pyrénées-Atlantiques.

La thématique retenue pour la thèse est la gouvernance de ces espaces (foncier, accès aux ressources, types de propriétés, instances de gouvernement – communautaires et supra-communautaires -, règlements), et enfin les transformations des milieux en relations aux pratiques et usages. Un dernier volet, transversal, permettra de valoriser les sources et de croiser, analyser et comparer les dynamiques de ces espaces grâce à l’analyse spatiale.

Ce projet de recherche vise d’abord à comparer la gouvernance de ces territoires et leur occupation sur une période assez récente (principalement du XVIIe au XXe s.). Ces territoires ont toujours été importants économiquement. Ce sont des zones de pâtures, très recherchées par les éleveurs et donc indispensables à la vie des populations montagnardes dans les estives, et des riverains de la mer dans les dunes et l’estran herbager (prés salés). En montagne, ces pâturages d’altitude ont connu différentes formes d’intensification ou de spécialisation des élevages, mais aussi de déprise et d’extensification, selon des rythmes rapides et saccadés, au cours des cinq derniers siècles. Au sein des zones littorales, ces espaces ont accueilli des mutations d’usages avec le développement des activités salicoles, très rémunératrices, et ostréicoles mais aussi la conversion des dunes en forêts domaniales dédiées à la production de résine. Leur richesse écologique est désormais reconnue par tous, alors que le fait que ces milieux soient totalement construits par l’homme, fragiles, mouvants et soumis aux aléas climatiques est moins établi. Leur équilibre ne tient qu’à la persévérance de leurs exploitants tant en terme d’entretien, que d’équilibre au niveau du prélèvement opéré. Face à ces défis, les hommes ont opté pour différentes stratégies sociales et différents types d’organisation. Le projet propose de les mettre en lumière, tout en gardant à l’esprit les grandes évolutions que la région, la France et l’Europe ont connues depuis plus de trois siècles.

En dehors du contenu de la thèse précédemment exposé, le projet se penchera aussi sur la présence d’un patrimoine bâti. Qu’ils soient établis sur des terres communes, collectives ou privées, les cabanes, enclos, ou fermes qui parsèment ces espaces constituent, en effet, la principale voie d’accès des usagers aux ressources naturelles. La concession ou le contrôle de ces bâtiments constituent alors, pour les différentes instances de gestion (de la commune à l’état), un instrument essentiel de partage social des ressources et de régulation de la pression sur le milieu.

[1] Exemples : Recherches en Soule https://item.univ-pau.fr/fr/programmes-de-recherche/programmes-en-cours/pour-une-histoire-environnementale-comparee-de-la-vallee-de-la-soule-a-la-chaine-pyreneenne.html

DEPART, https://item.univ-pau.fr/fr/programmes-de-recherche/programmes-acheves/depart-dynamique-des-espaces-pyreneens-d-altitude.html

 

Penser, traduire et transmettre l’artefact

Séminaire pluridisciplinaire
Penser, traduire et transmettre l’artefact dans ses
facettes multiples.
Production et échange interdisciplinaire et transfrontalier,
de l’Antiquité à nos jours
12 et 13 avril 2018, Université de Pau et des Pays de l’Adour, Amphithéâtre de la Présidence
Ce séminaire, interdisciplinaire et international, a pour ambition de réfléchir sur l’artefact, questionné dans ses multiples facettes. À ce titre, toutes les formes d’artefact feront l’objet d’une analyse croisant différentes approches. Qu’est-ce qu’un artefact pour un historien, un archéologue, un géographe, un sociologue, un économiste ? Comment chacun l’appréhende-t-il dans son domaine de recherche et d’action ? En quoi le questionnement de l’artefact éclaire-t-il des approches qui peuvent finalement se compléter et interagir ?Les exemples qui seront présentés tenteront ainsi d’illustrer ces différents questionnements.

Jeudi 12 avril, matin

– François Réchin (professeur d’archéologie antique, UPPA ITEM), Introduction de la journée
-Javier Mur Royo (Doctorant en Histoire Contemporaine UPPA ITEM, Saragosse), L’Institut français de Saragosse de 1919 à 1939 : deux décennies de l’histoire d’une institution presque centenaire
-Marie-Josée Kandou (Doctorante en Anthropologie UPPA ITEM), De L’artefact à l’objet de collection dans une exposition du Patrimoine Culturel Immatériel
– Giuseppe Indino (Doctorant en Archéologie UPPA ITEM, Ca’ Foscari Venise), Jacques Jaussaud, (Professeur en Sciences de Gestion UPPA CATT), La gestion à distance des ateliers céramiques antiques : quelques cas en Italie et en Gaule au vu des théories modernes du management international

Vidéos:

Jeudi 12 avril, après-midi

– Alain Champagne (Maître de Conférences en Histoire et Archéologie médiévale UPPA, ITEM), Textes et artefacts en archéologie moderne
-Eleni Schindler Kaudelka (Archéologue, Chercheuse indépendante), Le Magdalensberg, économie, commerce, céramiques, métaux dans la province du Noricum (Autriche)
-Cécile Lagane (enseignante-chercheure contractuelle en Histoire médiévale UPPA ITEM, Caen CRAHAM), Les meubles médiévaux étudiés par l’archéologie, l’iconographie et les textes : le difficile croisement des sources
– Eleni Schindler Kaudelka (Archéologue, Chercheuse indépendante), Céramiques et contextes, plus qu’une simple histoire de chronologie

Vidéos:

Vendredi 23 avril, matin

-Véronique Lamazou-Duplan (Maître de Conférences en histoire médiévale UPPA ITEM), introduction
-Carmiña Dovale (Architecte, enseignante à l’Université de Navarre, École des Ingénieurs Tecnun de Donostia), Le Peigne du Vent d’Eduardo Chillida : une œuvre frontière entre l’architecture de la place et l’horizon
-Naiara Gorraiz Gonzalo (Doctorante en Histoire Moderne UPPA / UPV – EHU), Dossier de mérites : la construction des réseaux sociaux entre les serviteurs du roi
-Mélanie Le Couédic (Ingénieur de recherche UPPA / ITEM), Artefacts et écofacts de l’occupation pastorale pyrénéenne dans la très longue durée
-Maria-Teresa Izquierdo Marculeta (Archéologue auprès du Gouvernement basque), Conservation, mise en valeur, muséalisation des artefacts au Pays Basque
-Aubin Kombila (Doctorant en Géographie UPPA  Passages), Rivel Moumbongoyo (Doctorant en Géographie, Université d’Orléans), Le patrimoine culturel gabonais (masques et figures de reliquaires) : représentation et potentialité
– Sara Maldonado Muñoz (Archéologue indépendante) Site d’El Cerro de la Mesa (Alcolea de Tajo, Tolède). El vidrio en el yacimiento carpetano de palomar de pintado durante la II edad del hierro

Vidéos :

Vendredi 23 après-midi: visite du musée gallo-romain de Claracq- villa de Lalonquette

Télécharger le programme en pdf

Liens mediakiosque des vidéos:
Artefact, jeudi 12 avril matin
Artefacts, jeudi 12 avril après-midi
Artefacts, vendredi 13 avril matin

Contacts :
giuseppe.indino@univ-pau.fr
joelle.sauces@univ-pau.fr

L’exploitation du sel de Salies-de-Béarn

L’exploitation du sel de Salies-de-Béarn de la Protohistoire à l’époque médiévale

Approches croisées de la Géologie, de l’Histoire et de l’Archéologie

Séminaire
(Contextes d’émergence des eaux salifères sur l’anticlinal de Léren,
et leurs modalités d’exploitation).

 

18 et 19 janvier 2018,
Salon Bleu et salle de la Rotonde,
centre des Congrès de Salies de Béarn

 

Un programme collectif de recherches a été mené entre 2013 et 2015 (dir. P. Marticorena, TRACES UMR 5608), avec pour objectif l’identification d’indices d’exploitations saunières les plus anciens possibles sur la commune de Salies-de-Béarn. Le postulat initial supposait, par la concentration remarquable d’outils lithiques socialement valorisées (haches allochtones en fibrolite notamment), les prémisses d’exploitations des eaux salées dès le Néolithique final et la mise en place de circuits d’échanges de biens à fortes valeurs ajoutées. Des sondages manuels, ponctués de sondages mécanisés plus profonds, ont surtout concerné les sites archéologiques déjà identifiés et leurs abords, en recherchant des restes d’activités saunières par horizons sédimentaires distincts.

Un second programme collectif de recherches se concentre désormais sur les conditions d’émergences des eaux salifères et sur les modalités techniques de leur exploitation.

La zone d’étude est cette fois élargie, concernant l’ensemble des communes recouvrant l’anticlinal de Léren (Auterrive, Carresse-Cassaber, Leren, Saint-Dos, Saint-Pé-de-Léren, Salies-de-Béarn). C’est en effet sur toute la surface de cet ancien diapir perçant que les différentes composantes de l’horizon triasique (ophites, gypses, argiles, sels…) sont faiblement enfouies, en fonction de la topographie et des épaisseurs des dépôts fluviatiles qui les recouvrent. Cette histoire géologique complexe concourt à des remontées d’eaux parfois fortement chargées en chlorures de sodium sur toute la superficie de 45 km² environ sur lesquels s’étend cet anticlinal. Seuls les taux de salinités peuvent varier.

Or un rapide état des lieux archéologique traduit une forte densité d’activités saunières protohistoriques et antiques à l’est de la zone d’étude, en contradiction avec l’étendue potentielle des ressources salifères réparties sur tout l’anticlinal.

Il est donc fondamental d’évaluer les possibilités passées d’accès à l’eau salée. Ce n’est qu’à cette condition que nous interpréterons les interactions entre les ressources directes (émergences naturelles de surface), les zones favorables à la mise en place de systèmes plus élaborés (puits, adductions etc…) et les implantations archéologiques réellement avérées à ce jour.

C’est donc un projet ambitieux fondé sur des approches géologiques, géophysiques, pédologiques, hydrogéologiques qui se met en place. Une meilleure connaissance des couvertures sédimentaires, de la géométrie des dépôts et ses évolutions, des circulations hydrographiques permettra de tenter un zonage des secteurs les plus propices.

Enfin, la réalisation récente d’opérations d’archéologie préventive (INRAP), a permis d’exploiter une partie des données mises au jour anciennement mais restées inédites. Les connaissances acquises nous orientent vers deux problématiques :

–                      Une clarification des chaines opératoires et de leur évolution sur plus d’un millénaire (âge du Bronze/Epoque Antique)

–                      Une recherche sur les débouchés possibles de la production de sel. Des liens étroits avec l’élevage et la fabrique de salaisons sont ainsi supposés.

Ces travaux permettront d’inscrire le site de Salies-de-Béarn dans une dynamique globale reliée au nord de la péninsule Ibérique avec laquelle des liens semblent pouvoir être établis.

Télécharger le programme

Zones humides et archéologie

Colloque international “Zones humides et archéologie”
9, 10 et 11 novembre 2017 – Saint-Léger-sous-Beuvray

Le colloque international “Zones humides et archéologie”, organisé par le Groupe d’Histoire des Zones Humides (GHZH), avec le concours du Centre archéologique européen du Mont-Beuvray et du Parc naturel régional du Morvan, les 9, 10 et 11 novembre 2017, a pour objectif d’appréhender les zones humides au prisme de l’archéologie. Si les recherches sur les zones humides se sont développées ces dernières décennies, ce fut le fait des historiens, des sociologues, des juristes et surtout des géographes dans le cadre de grandes monographies régionales (Bresse, Dombes, etc.) ; l’archéologie n’est pourtant pas en reste. En effet, le développement spectaculaire de l’archéologie préventive en France à partir du début des années 1980 a multiplié les zones étudiées en nombre et en surface tout comme les données brutes et les informations “hors sites” de nouvelle nature : structures en creux naturelles (paléomarais, paléoméandres) ou anthropiques (mares, etc.). Cela a impliqué l’élaboration de marqueurs spécifiques – bio-indicateurs végétaux et animaux, sédiments – par les disciplines des archéosciences (palynologie, dendrologie, macro-restes végétaux).

Ces “productions du sol”, ces nouveaux objets qui n’étaient pas support de questionnement pour l’archéologie “classique” deviennent alors des vecteurs de reconstitutions paysagères et paléoécologiques de reconnaissance de milieux humides. Et loin de les considérer comme des milieux uniformément répulsifs qui n’auraient d’intérêt que drainés et aménagés, les exemples archéologiques qui se sont multipliés un peu partout pointent au contraire la diversité de leurs modes de valorisation et, ce, de façon diachronique, mettent l’accent en somme sur la complexité de ces espaces qu’il s’agisse de tourbières, de zones humides littorales, de vallées alluviales ou encore de plaines.

Ce colloque souhaite également développer une approche comparatiste en portant une attention particulière aux expériences archéologiques menées ailleurs dans les pays européens – Pays-Bas, îles britanniques (“Wetland Archaeology Research Project” mené depuis plus de 30 ans par l’université de Bradford), Italie… – et extra-européens.

Le colloque a choisi de mettre l’accent sur les thématiques suivantes:
1° Méthodologie : une approche résolument interdisciplinaire
2° Apparition/disparition, extension/rétraction des zones humides
3° Habiter en zones humides
4° Exploitation des produits issus des zones humides
5° Les enjeux de la gestion contemporaine en prenant en compte la longue durée

A noter : 10 NOVEMBRE

15h00-15h30 E. Normand (SRA-DRAC de Poitou-Charentes, UMR CESCM), A. Champagne (Université de Pau et des Pays de l’Adour, EA ITEM), B. Clavel (Muséum national d’histoire naturelle), C. Dupont (Université de Rennes 1, UMR CREAAH), L. Le Goff (Université de Rennes 2, LHAM), O. Robin (INRAP, CRAVO) : Le projet Collectif de Recherche « les marais charentais au Moyen Âge et à l’époque moderne : peuplement, environnement, économie.

Télécharger le programme

Renseignements :

Centre archéologique européen du Mont-Beuvray
Mont Beuvray – Saint-Léger-sous-Beuvray (71) – France

Contacts

Corinne Beck

Commons, environmental resources and cultural heritage

Commons, environmental resources and cultural heritage
Historical and archeological perspectives
I International Workshop on the Archaeology of Commons

Scuola di Scienze Umanistche
via Balbi 2, Aula Magna
Università di Genova

Commons are a cross-road theme. This is a topic of interest to social historians, historical geographers, archaeologists, anthropologists, lawyers and environmental scientists. At the workshop we aim at provide scholars and research groups from different countries with the opportunity to explore and debate various aspects and issues pertinent to the study of ‘commons’. These areas will be examined from different perspectives and in the context of more general themes relating to archaeology and social history. The objective of the papers and discussions is to highlight and examine how the investigation of a ‘commons’, as a specific theme, can “force” the modification of questions concerning the sources and, as a consequence, modify the diverse methodologies adopted in their employment.
The workshop is the conclusive event of the ARCHIMEDE project (“Archaeology of Commons: cultural Heritage and Material Evidence of a Disappearing Europe” Marie Curie IEF based at the University of the Basque Country UPV-EHU) and will be the occasion for the launch of the “European Network for the Archaeology
of Commons”.

A noter, le 25 septembre:

Melanie Le Couedic (Université de Pau), Marc Conesa (Université de Montpellier): Histoire et archéologie des communs : jeux d’échelles et étude de cas

Voir le programme complet

Rencontre au Sommet, 22 septembre 2017

La Maison de la Montagne, la Médiathèque de la Montagne Henri Barrio, le Salon du Livre Pyrénéen de Bagnères-de-Bigorre, le Parc National des Pyrénées et Le Pas d’Oiseau Editions ont le plaisir de vous inviter à une nouvelle Rencontre au Sommet :

Estives d’Ossau 7 000 ans de pastoralisme dans les Pyrénées
Rencontre avec Mélanie Le Couédic et Patrice Dumontier

Vendredi 22 septembre à 18 heures
Médiathèque de la Montagne Henri Barrio (Cité des Pyrénées, 29 bis rue Berlioz à Pau)

Voir le programme

Fouilles archéologiques – site de Broue, Charente-Maritime

Le site de Broue (Commune de Saint-Sornin, Charente-Maritime) sera en fouille du 3 au 22 juillet 2017.

Dirigées par E.  Normand (SRA nouvelle Aquitaine) et A. Champagne (UPPA/ITEM), les fouilles du promontoire de Broue s’insèrent dans le PCR intitulé « les marais charentais au Moyen-Age et à l’époque moderne : peuplement, environnement, économie ».

Depuis 2011, il associe des archéologues, historiens, géographes et environnementalistes venant d’horizons institutionnels divers. La pluridisciplinarité est au cœur du projet. Tous partagent en point commun le territoire du marais charentais entre les estuaires de la Seudre et de la Charente.

Les thèmes de recherche se structurent autour de trois axes : « peuplement et territoires », « marais salants et économie d’un territoire » et « modes de vie et sociétés littorales ». Il s’appuie sur un web SIG qui a fait l’objet d’une refonte totale cette année.

L’axe 1 concerne principalement l’exploration archéologique de la presqu’île de Broue, occupée principalement du XIe au XVe siècle. L’exploration est centrée sur une plateforme situé en extrémité de promontoire et au pied du donjon à l’emplacement supposé de la haute ou basse-cour du site castral. Les sondages ont commencé en 2016, sous forme de tranchées.

La fouille s’accompagne, dans le cadre du PCR, d’un volet paléoenvionnemental comprenant la réalisation et l’étude de carottes réalisées dans le marais au pied du site mais aussi des études archéozoologiques qui vise à comprendre l’évolution de ce milieu marécageux.

Broue, un site archéologique au cœur des Marais

Conférence
Mercredi 31 mai 2017
Broue, un site archéologique au cœur des Marais

Présentation historique et archéologique du promontoire de la Tour de Broue à Saint-Sornin, au cœur du marais de Brouage. Conférence dans le cadre du programme de fouilles archéologiques en cours sur le site.

Conférenciers : Alain Champagne (UPPA) et Éric Normand (Service Régional de l’Archéologie – DRAC Aquitaine Limousin Poitou-Charentes) –

http://www.brouage.fr/animations-et-spectacles/

Les petits vignobles

Les petits vignobles

Stéphane Le Bras (dir.)

Coédition Presses universitaires de Rennes

Avec une préface de Laurent Jalabert

Dans cet ouvrage, les petits vignobles sont appréhendés par des historiens et géographes depuis la période médiévale jusqu’à l’ultra-contemporain. Il s’agit ici de saisir les évolutions, les permanences et les mutations de territoires dont la définition varie sur le temps long. De même, l’approche plurielle permet, par le biais du « petit » de réinterroger et réévaluer le « grand », qu’il s’agisse de la viticulture nationale dans son ensemble ou des grands territoires régionaux (Bourgogne, Bordelais, Languedoc, etc.).

Le petit est à la mode. Renvoyant à des conceptions et à des considérations qui rejoignent les préoccupations contemporaines de souci du bien-être, du respect de l’équilibre environnemental ou de la valorisation des circuits courts, il s’apparente à une recherche de l’authentique et du sain. Pourtant, dans la filière vitivinicole, l’adjectif « petit » a pendant longtemps été associé à une image dépréciée, celle des petits vins, des petits propriétaires, des petits vignobles. Jusqu’à il y a encore peu de temps, immanquablement et invariablement, ils se heurtaient à la renommée des grands territoires viticoles, la puissance des grands propriétaires et surtout la qualité des grands crus. Ainsi, alors qu’actuellement dans le sillage d’une partie des acteurs de la filière tenants du Small is beautiful, le petit se voit réhabilité, cet ouvrage vise à réévaluer, à travers les sciences sociales, la perception, la place et les mutations des petits vignobles.
Première étape dans une réflexion plus globale, il investit et questionne la notion même de « petit » pour proposer d’appréhender le monde vitivinicole par le biais des petits vignobles français. En en montrant les discontinuités conceptuelles et la permanence des singularités de l’époque médiévale à nos jours, il met en lumière les spécificités de territoires qui permettent de mieux cerner l’organisation du marché, les logiques spatiales et la diversité des pratiques viticoles en France. Au total, en décentrant le regard, les petits vignobles assurent une relecture de la viticulture nationale sur le temps long.

Ouvrage rédigé dans le cadre du programme de Recherche de la chaire HCP autour du Programme “Les petits vignobles”.

ISBN : 978-2-86906-430-0

200 pages

Prix : 20 EUR

Entre utilité(s) et bien commun

 Entre utilité(s) et bien commun: “la nature” à l’épreuve de la société

Terres et territoire du bord de l’Adour

Vendredi 3 Février 2017.Saint Maurice. Salle municipale

L’Université de Pau et des Pays de l’Adour en partenariat avec la Région et la Communauté de Communes du Pays Grenadois organise un séminaire sur le lieu même de nos recherches et ouvert à tous.
C’est à l’heure où s’affirme partout la biodiversité accompagnée de son corollaire, qui est celui de la transition écologique, que le Pays Grenadois se retrouve confronté à de nouvelles règles qui vont peser durablement sur son avenir. Ainsi, les saligues du bord de l’Adour deviennent milieu naturel et l’écologisation de l’agriculture provoque des changements de pratiques et d’usage. Lors de ce séminaire, nous nous poserons un ensemble de questions, notamment celles de la place et de la participation des populations locales dans les prises de décision concernant l’écologie de leur territoire, ainsi que celles de l’identité et du bien commun ou encore du modèle économique dominant et de son émancipation comme autant d’enjeux.
Nous porterons aussi un regard sur les utilités passées des écosystèmes aujourd’hui convoités et sur la possible réactivation de pratiques et usages les concernant. Nous conclurons ce séminaire par une table ronde sur le fait éducatif en écoutant et, nous
l’espérons, en discutant des approches de l’éducation à l’environnement qui est aussi un objet de médiation entre l’homme et la nature.

Contenu et déroulement :

8h45. Accueil par M. Jacques Chopin maire de Saint Maurice. Présentation: MM. Pierre Dufourcq, président de la communauté de commune et Abel Kouvouama, professeur des Université. Anthropologue. Directeur de recherche et de l’UFR Lettres, Langues, Sciences Humaines et Sports.

9h15-9h45. Mme Maria del Mar González Dueñas. UPPA / UMR-PASSAGES, France et UPV/EHU / Institute HEGOA, Espagne.
Les sociétés et leurs milieux à travers l’aménagement : une approche de la question de “l’Intégration”
« “L’intégration” des populations dans les processus d’aménagement apparaît comme une préoccupation bien présente dans nos sociétés, mais aussi comme un concept plein de potentialités. Elle nous oblige à repenser les liens de cohésion entre territoire-environnement et homme, mais aussi les liens sociaux et les liens entre territoires. Ces derniers nous reconnectent avec d’autres notions telles que : ordre social, coopération, participation, identité, commun, adaptation-renouvellement ».
10h-10h30. Mme Mara Sierra Jimenez. UPPA / PASSAGES UMR 5319 – CNRS.
Communautés d’habitants et gestion environnementale : l’exemple du parc amazonien de Guyane (Fr).
« La gestion territoriale des parcs met souvent en évidence des conflits économiques et d’usage qui découlent de la superposition d’un label international de protection sur des territoires socioculturels endogènes à l’échelle locale. Le territoire communautaire se voit confronté à l’application de normes et de dynamiques exogènes dont les impacts sur les populations permettent de questionner la notion de communauté. Le parc amazonien de la Guyane française, créé en 2007, est un exemple parlant des difficultés de gestion et de gouvernance rencontrées sur ce type de territoires de conservation habités… »
11h-11h30. M. Rémy Berdou. UPPA / ITEM. EA 3002.
Une idée du bien commun : entre conscience et utopie !
« Si certaines ressources peuvent être l’objet de luttes pour être clairement identifiées en tant que Communs, garantissant alors une utilisation durable et équitable, d’autres sont légalement considérées comme communes/collectives par essence. C’est le cas par exemple de la quasi totalité des estives des montagnes béarnaises qui composent un élément primordial de l’élevage valléen. Elles représentent environ 95% de la surface du Haut-Béarn, et assurent l’alimentation du bétail entre 2 et 5 mois par an. Ces communs pastoraux sont gérés par différents organismes communautaires représentant les propriétaires : des communes, des groupes de communes ou d’habitants ».

11h30-12h. M Pr Robert Ziavoula. INALCO et Centre d’études en sciences sociales sur les mondes africains, américains et asiatiques Territoire et territorialité : une question d’identité ?

14h-14h30. M Idrissa Mané. UPPA / ITEM. EA 3002.
Faire de nos campagnes des villes ?
«L’introduction de la modernité, l’infiltration du capitalisme libéral, l’attrait exercé par les villes sur les campagnes et l’encadrement institutionnel qui fait intervenir de multiples acteurs ont transformé aussi bien l’économie, les pratiques, les identités et les représentations dans et sur les campagnes. En partant de rationalités économiques qui apparaissent au travers des données d’enquêtes recueillies en Pays Grenadois, j’envisage d’interroger les représentations et le modèle de développement qui semblent destiner les campagnes à se transformer en villes ou à disparaître. Ce faisant, il me semble important de montrer en quoi il est possible de satisfaire au développement tout en gardant son identité de territoire rural».
14h30-15h. M Dominique Cunchinabe. UPPA / ITEM. EA 3002.
Communautés paysannes et émancipation: co-construire une écologie locale.
«Dans la montagne basque, la plaine béarnaise ou encore le long de l’Adour dans les Landes, des groupes d’interlocution critiquent et finissent parfois par s’opposer ouvertement au projet politique de la biodiversité s’insinuant dans leurs territoires. Comprendre ces groupes, c’est revenir sur la notion de communautés paysannes et rurales qui s’ancrent dans l’histoire et fournissent aujourd’hui des exemples de résilience culturelle. Se posent alors les questions de l’ajustement, de l’entendement et du changement nécessaires pour que les communautés locales et scientifiques ainsi que les collectivités puissent oeuvrer vers une convergence écologique comme étant le fruit de l’émancipation de schémas convenus et structurels qui s’imposent sans suffisamment de concertation sur les territoires ».
15h30-16h30. Table ronde.
GRAINE Aquitaine. Réseau d’Education à l’Environnement- Ecole et Nature.
CPIE Seignanx-Adour. Centre Permanent des Initiatives à l’Environnement.
Association Lagrange. Association locale d’éducation populaire.
CG 40. Conseil Général des Landes. Service Environnement. Gestion des sites naturels.
Apprendre l’écologie – apprendre le territoire.
« Il n’y aura pas de développement durable sans éducation : Ce constat implique une volonté forte des pouvoirs publics pour que toutes les politiques territoriales intègrent l’indispensable volet éducatif, sans lequel toute action serait vaine sur le long terme. En ce sens, la responsabilité citoyenne engage les acteurs de l’EE à aller de l’avant et à entrer en dialogue avec toutes les sphères d’influence de la société et à se positionner encore plus ouvertement sur le plan politique. C’est aussi le couple partenariat/confiance qui est au coeur des processus de changement. A partir de ce postulat, comment s’organiser pour être efficace, comment travailler avec les élus, les collectivités? Comment avancer avec l’autre sans renier ses valeurs et ses principes ? » (reseauecoleetnature.org / 2016).

Selon les principes d’une table ronde chaque partenaire sera amené à présenter sa structure, ses objectifs et les moyens pédagogiques mis en oeuvre pour y parvenir. Cette présentation n’excède pas 10mn puis après le tour de table, le modérateur engage une discussion plutôt centrée sur les thèmes du séminaire.

16h30-17h15. MM Pr. Abel Kouvouama et Pr. Robert Ziavoula.
Conclusion offerte au débat

17h15. Clôture du séminaire et petite collation de départ.

Contacts :
M Dominique Cunchinabe. Coordination du projet de recherche en Pays- Grenadois.
UPPA/ITEM. EA 3002. Bâtiment Institut Claude Laugénie. Avenue du Doyen Poplawski.
Pau 64 000. dominique.cunchinabe@univ-pau.fr
Tel : 06 88 12 05 19.
Mme Marylis Duluc. Coordinatrice tourisme, Culture et Patrimoine de la Communauté de
Communes du Pays Grenadois.
Grenade sur l’Adour 40 270.
tcp@cc-paysgrenadois.fr
Tel : 05 58 45 45 98.