Archives par mot-clé : enquête

Quelle autonomie pour le chercheur : enquête de liberté?

Journée d’Étude organisée  par les étudiant.e.s du master Histoire,  Cultures, Patrimoines
Sous la direction de Philippe Chareyre

Vendredi 02 Avril 2021 – 9h à 17h

Université de Pau et des Pays de l’Adour – Amphithéâtre de la Présidence

Cliquez ici pour rejoindre la réunion

PROGRAMME

Matin

9h00: Introduction

9h15: Anouk Bertaux Mémoires troubles: le chercheur face aux « passés qui ne passent pas« 

10h05: Caroline Le Mao Traite négrière, esclavage et Nouvelle-Aquitaine: une histoire sensible

10H55 : pause

11h05: Laurent Jolly Censures et autocensures en situation coloniale et postcoloniale: retour d’expérience historienne de la Corne de l’Afrique

Après-midi

13h30: Mathilde Lamothe L’éthique dans les enquêtes de terrain: entre confidentialité des données et diffusion des savoirs

14h20: Laurent Jalabert La posture du chercheur dans la recherche en histoire très contemporaine: accès aux sources et autocensure

15h10: Philippe Pujo Chercheur créateur: la liberté n’est pas toujours là où l’on croit

16h00: TABLE RONDE – CONCLUSION DE LA JOURNÉE D’ÉTUDE (modération Laurent Dissard)

17h00 fin de la journée

Terrains tsiganes

Revue Ethnologie française

Ethnologie française 2018/4 (N° 172)

Coordinateurs du dossier : Martin Olivera (Université de Paris VIII) et Jean-Luc Poueyto (Université de Pau et des Pays de l’Adour, ITEM EA 3002)

Pages : 192

Éditeur : Presses Universitaires de France

Mise en ligne : 05/10/2018

ISBN : 9782130802150

Sommaire

Depuis le milieu des années 1970, l’ethnologie des Tsiganes a produit un certain nombre de monographies qui, toutes, ont en commun de montrer comment les x (nom de la communauté spécifiquement étudiée : Rom KalderashSlovensko RomaRom GaboriGadjkene Manouches, etc.) construisent, matériellement et symboliquement, leur différence au sein d’une société. La rencontre (la fameuse rencontre ethnographique) se fait en effet avec une communauté particulière, et non avec les Tsiganes (ou les Gitans, les Roms… tout autre terme générique), c’est-à-dire la totalité. L’ethnologue observe les Tsiganes entre eux, et les Tsiganes entre eux ne s’appellent pas « Tsiganes ». Une affirmation, parfois explicite, le plus souvent implicite, ressort de l’ensemble de ces travaux : le niveau de la totalité n’est pas celui de la réalité des rapports sociaux. Autrement dit : les Tsiganes n’existent pas. Ils sont une invention des sociétés au milieu desquelles ils vivent, en l’occurrence les sociétés européennes. D’ailleurs, les travaux qui s’intéressent à l’« image des Tsiganes » nous en apprennent plus sur les fantasmes de ces sociétés que sur la réalité de ceux auxquels cette étiquette est attribuée.

Une ethnologie des Tsiganes est-elle dès lors possible ? C’est à ce défi que s’attelle ce numéro important de la revue Ethnologie française.

Terrain, méthode et théorie

Séminaire doctoral du 26 mars 2018 « terrain, méthode et théorie »
 
Salle du Conseil de l’UFR LLSH (9h00-12h30)
 
Accueil à 8h45 : café offert

Anaïs Lanas (doctorante en géographie, Passages, UPPA-UPV) : « Entre intercommunalité et foncier communal: méthodologie pour l’analyse des Structures historiques de gestion communautaire pyrénéennes.»

Michèle Pédezert (doctorante en anthropologie, Passages-Bordeaux): « Les situations du terrain ethnographique comme performance, une question de méthode. »

Joadel Elongo (doctorant en anthropologie, ITEM, UPPA) : « Analyse socio-anthropologique de la corruption en Afrique noire francophone: le cas du Congo »

Discutant : Jacques Jassaud, professeur en sciences de gestion, laboratoire Centre d’Analyse Théorique et de Traitement des données économiques (CATT), UPPA

Séminaire ouvert à tou.te.s !