Archives par mot-clé : écrits

Colloque PODESCRIT, octobre 2015

Le premier colloque du programme PODESCRIT « Poderes, espacios y escrituras en los reinos occidentales hispánicos (siglos XI-XIV) » aura lieu à Valladolid, les 16 et 17 octobre 2015.

Tríptico PodescritCe programme vise à étudier l’écrit comme instrument de pouvoir dans une perspective spatiale, en particulier dans les zones frontalières, entre les puissants de différents espaces. Il s’agit aussi de saisir l’écrit comme instrument et expression du pouvoir dans sa projection spatiale (en distinguant espaces et territoires). Deux chercheurs d’ITEM font partie de ce programme qui sera actif jusqu’en 2016 : D. Bidot-Germa et V. Lamazou-Duplan.

Le programme du colloque PODESCRIT I

Parution : « Signé Fébus, comte de Foix et prince de Béarn. Marques personnelles, écrits et pouvoir autour de Gaston Fébus »

 Parution

Signé Fébus, comte de Foix et prince de Béarn

Marques personnelles, écrits et pouvoir autour de Gaston Fébus

sous la direction de Véronique Lamazou-Duplan

Gaston III, comte de Foix, vicomte de Béarn, surnommé Fébus, a forgé lui-même sa propre renommée. Il a choisi ce surnom emblématique, Fébus, l’a intégré à son cri de guerre (Febus avant !), l’a apposé sur ses manuscrits, l’a tracé dans sa signature autographe, l’a fait graver sur ses florins d’or (Febus comes) ou dans la pierre de ses châteaux (Febus me fe).

Utilisées seules ou combinées, ces marques personnelles ainsi que les pièces poétiques chantées, les documents d’archives, les chroniques, ont fabriqué et relayé la gloire fébusienne, participant à la fascination des contemporains pour ce prince à la personnalité ambivalente.

Document1

 

Vingt auteurs ont croisé leurs disciplines et réuni leurs compétences pour décrypter la façon dont le comte de Foix a fait résonner son surnom à travers tous les médias de son temps, selon les principes mêmes d’une communication politique, mais aussi à travers les siècles, jusqu’à nous.

Accompagné d’une très riche iconographie, cet ouvrage plonge le lecteur au cœur des domaines, des archives et de documents, certains inédits ou très rarement montrés au public, d’un des plus captivants princes du XIVe siècle, révélé par l’universitaire palois Pierre Tucoo-Chala et réexaminé ici par les chercheurs d’aujourd’hui à travers une thématique originale et une démarche innovante.

Ce beau livre de 224 pages, abondamment illustré, destiné aux chercheurs mais aussi au grand public amateur d’histoire, d’art et de patrimoine, valorise un programme de recherche porté par l’université de Pau et des Pays de l’Adour (ITEM EA 3002). Il a été soutenu par les Conseils généraux des Pyrénées-Atlantiques, de l’Ariège, par l’Agglomération de Pau Porte des Pyrénées. Il est coédité par l’université de Pau et des Pays de l’Adour et Somogy Éditions d’art, en partenariat étroit avec les archives nationales (Paris), les Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques et de l’Ariège, le Musée national du Château de Pau.

Date de parution : 24/09/2014

24,6 x 28 cm

Broché avec rabats, 224 pages, 150 illustrations couleur

978-2-7572-0864-9

Prix public 38 €

Présentation et sommaire du livre sur le site Somogy Éditions d’art.

Parution de l’ouvrage « L’amitié dans les écrits du for privé et les correspondances de la fin du moyen âge à 1914 »

L’ouvrage intitulé « L’amitié dans les écrits du for privé et les correspondances de la fin du moyen âge à 1914 » et dirigé par Maurice Daumas, vient de paraître aux Presses de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour. PUPPA, 343 pages, septembre 2014.
ISBN 2.35311.058.4

 

La querelle de l’amitié et de l’amour est un vieux débat, dont Charles Perrault a donné une interprétation d’une grande finesse, qu’on ne saurait trop conseiller à celles et ceux qui hésitent entre l’un et l’autre. Aujourd’hui, où l’amour a tous les droits, on peine à imaginer que jusqu’au XVIIIe siècle on a voué un culte à l’amitié, parée des vertus les plus élevées. C’était un devoir de la cultiver sous toutes ses formes, depuis la philia antique, sur laquelle repose le groupe social, jusqu’à l’amitié « véritable », dont la qualité est telle que les femmes, dit Montaigne, ne peuvent y accéder.
Le colloque de Pau s’est penché sur la pratique de l’amitié, à travers les mémoires, les journaux intimes et les correspondances, du XVIe au XIXe siècle. Une première partie (« Évocations de l’amitié parfaite ») est consacrée à ce modèle idéal, qui s’est épanoui à la Renaissance, mais que Montaigne et La Boétie n’ont commencé à incarner qu’à partir des Lumières. La deuxième partie (« Au cœur des relations sociales ») s’intéresse aux diverses formes de liens sociaux que génère l’amitié, depuis l’amitié duelle jusqu’aux associations fraternelles. La troisième partie (« Le sentiment et le sacré ») se penche sur les relations d’une grande diversité qu’entretient l’amitié, ce « feu sacré », avec le divin. Enfin, la dernière partie (« Amitié et écriture ») concerne ce vecteur essentiel de l’amitié que sont les correspondances, en examinant notamment celles de quelques grands écrivains.