Archives par mot-clé : culture

Si Bladé m’était conté

À la découverte du patrimoine oral de Gascogne, les 7 et 8 juin 2024  à Lectoure dans le Gers.

Explorant les arts du récit depuis plus de dix ans, la compagnie Vortex rend hommage à Jean-François Zéphyrin Bladé, l’un des plus grands collecteurs du patrimoine de littérature orale, né à Lectoure en 1827. La multitude de récits très divers collectés par Bladé et ses pairs à travers l’Europe a permis l’émergence de la notion de conte-type.

Au-delà des cultures, des géographies, des économies ou des croyances, tous les humains partagent les mêmes images archétypales, les mêmes mythes profonds. La découverte de cette facette du patrimoine oral, ancré dans la culture et dans la langue occitanes, ouvre aussi bien sur l’universel que sur des aspects particuliers de notre culture. Reconnu et étudié internationalement, Zéphyrin Bladé, enfant de Lectoure, a toujours été particulièrement attaché à sa ville et à ses racines.  

A noter

A 17h, conférence de Patricia Heiniger-Casteret sur le collecteur de conte du XIXe siècle : Jean-François Bladé.

Colloque Hybridations, porosités, polyvalences

Questionner les frontières en art

Du 2 mai au 3 mai 2024

Colloque international organisé par l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et Le Parvis centre d’art contemporain-CACIN, en collaboration avec l’Institut Heinrich Man.

 

Organisatrices

  • Sabine Forero Mendoza (Professeur des universités en Esthétique et Histoire de l’art contemporain, UPPA)
  • Magali Gentet (Directrice du Parvis centre d’art contemporain-CACIN)
  • Catherine Fontaine (Chargée des publics, Le Parvis centre d’art contemporain-CACIN)
  • Assistées de Matteo Gargiulo (doctorant en Histoire de l’art contemporain, UPPA)

Présentation

Caractérisé par la diversité des pratiques, des formes et des médiums, l’art actuel peut être très largement défini par la réfutation de toute clôture et placé sous le signe de l’hybridation. Son hétérogénéité constitutive, qui va au-delà du projet d’œuvre d’art totale et des logiques combinatoires déjà testées par les Modernes, se joue des partages instaurés entre les genres et les styles, brouille les hiérarchies et mêle les influences et héritages culturels. Bien loin du purisme greenbergien, qui voyait l’aboutissement de la modernité dans l’autarcie des arts « en sécurité à l’intérieur de leurs frontières » (Greenberg, 1940), les nouveaux régimes de la création se situent indiscutablement du côté de la transversalité, de l’échange et de « la prolifération de l’hybride » (Latour, 1991).
Ayant apprivoisé les nouvelles technologies, notamment numériques, les artistes expérimentent des modalités créatives inédites, en exploitant les possibilités de connexion, d’interrelation et de mixage qui leur sont offertes. Ils participent ainsi à la recomposition indéfinie des formules artistiques, en écho aux modifications profondes qui traversent les sociétés et à la mise en question généralisée  des affectations et des positions assignées.

L’élaboration de propositions intermédiales et transmédiales va de pair avec l’apparition d’une nouvelle identité artistique fondée sur la polyvalence : aujourd’hui, l’artiste se déclare rarement spécialiste et détenteur d’un unique savoir-faire. Se saisissant des divers moyens mis à sa disposition – techniques du son et de l’image, écriture, arts de la forme, de l’action et de la mise en espace –, il les utilise tour à tour ou les associe entre eux, en fonction de ses intentions et de ses volontés expressives.

Il lui arrive aussi d’endosser des rôles divers, se faisant, par exemple, commissaire d’exposition, metteur en scène, scénographe, organisateur d’événements culturels. Il s’aventure même en dehors du champ strictement artistique pour opérer des greffes avec d’autres disciplines proches (architecture, design, urbanisme, notamment) et favoriser des ensemencements féconds avec les sciences, qu’elles soient exactes, sociales ou humaines, trouvant dans « l’extra-disciplinarité » (Holmes, 2007) – qui n’est peut être qu’une in-discipline – de quoi revitaliser l’art, activer sa puissance signifiante et accroître ses effets sociaux.

Sabine Forero Mendoza

Programme

2 MAI
LE PARVIS CENTRE D’ART CONTEMPORAIN-CACIN – AU STUDIO

14h : Introduction Sabine Forero Mendoza et Magali Gentet

Paroles d’artistes

14h30 : Laurent Delom de Mézerac (artiste) : «diving in metaphors : stratégies et enjeux de la fabrique de l’hybride dans un projet de création de spectacle »
15h15 : Visite de l’exposition « Sweet Feast » d’Ulla von Brandenburg sous la conduite de Catherine Fontaine

[ Pause-café ]
16h45 : Conversation avec Olga Kisseleva (artiste, enseignante-chercheuse). Discutante Sabine Forero Mendoza
17h30 : Conversation avec Jean Bonichon (artiste). Discutante Corinne Melin (ESAD Pyrénées)
18h15 : Conversation avec Magali Daniaux et Cédric Pigot (artistes). Discutante Magali Gentet

[ 19h : Cocktail offert par Le Parvis ]

3 MAI
UPPA – SALLE DU CONSEIL LETTRES

Perspectives historiques
Médiatrice Delphine Trébosc (UPPA)

9h : Federica Carta (U. Paris Sorbonne) : « Un matériel polymorphe : Luca della Robbia et la terre cuite émaillée, entre sculpture, peinture et architecture »
9h40 : Hélène Bouquerel (UPPA) : « De la peinture au théâtre. Alexandra Exter (1882-1949) : une artiste polyvalente »
10h20 : Hélène Laplace-Claverie (UPPA) : « Le ballet comme creuset des arts dans l’entre-deux-guerres. L’exemple de La Création du monde (1923) de Blaise Cendrars, Fernand Léger, Darius Milhaud et Jean Börlin »

[ 11h : Pause-café ]
11h20 : Thierry Davila (HEAD, Genève) : « La ligne dans tous ses états »
12h : Beatriz Martinez Sosa (UPPA) : « L’hybridation artistique en place : quand l’exposition devient l’œuvre »

[ 12h30 : Pause déjeuner ]

Expérimentations contemporaines
Médiatrice Laurence Roussillon-Constanty (UPPA)

14h : Aline Wiame (U. Toulouse 2) : « Le dispositif d’enquêtes citoyennes
“Où atterrir ?” Réflexions sur une expérimentation de médiation arts- sciences »
14h40 : Marie Escorne (U. Bordeaux Montaigne) : « L’art mutant de Fabrice
Hyber : au risque de l’indistinction ? »
15h20 : Virginia de la Cruz (U. de Lorraine) : « Quand l’art éveille tous nos sens. Les œuvres interactives et immersives de Clemencia Echeverri et
Oscar Muñoz »

[ 16h : Pause-café ]
16h20 : Anna Sieradzka-Kubacka (artiste, théoricienne de l’art) : « L’hybridité comme caractéristique de l’image contemporaine en tant qu’“image élargie” »
17h : Maëlle Bardet (U. Toulouse 2) : « Recomposition et hybridation
dans une pratique plastique contemporaine. La figure mariale à l’épreuve de l’éclectisme »

[ 17h30 : Cocktail offert par l’Institut Heinrich Mann ]

DROITS D’INSCRIPTION POUR LA JOURNÉE DU 3 MAI (pour les personnes extérieures à l’UPPA) : 10 €

Renseignements et réservations

Université de Pau et des Pays de l’Adour
Laboratoire ALTER
UR 7504 – Arts/Langages : Transitions & Relations
muriel.guyonneau @ univ-pau.fr
marie-manuelle.marcos @ univ-pau.fr

Le Parvis centre d’art contemporain-CACIN
Catherine Fontaine : centredart @ parvis.net

Le genre à l’épreuve des institutions culturelles

Sous la direction de Maurice Daumas et Nadia Mékouar-Hertzberg

Collection : Espaces, Frontières, Métissages (EFM) (n°19)

Éditions : Presses Universitaires de Pau et des Pays de l’Adour (PUPPA)

Papier (broché) : 19€

Résumé

Cet ouvrage ne vise pas à qualifier le phénomène structurel de la misogynie et de ses dérivés (sexisme, androcentrie, machisme, etc.), mais à en mesurer l’ampleur, la permanence et les manifestations au sein des institutions culturelles. Comment les inégalités se déplacent-elles, se reconstituent-elles ? Quelle est la nature des forces qui œuvrent pour leur extinction comme de celles qui y font résistance ? Sachant que les institutions jouent par définition un rôle contraignant et normatif, dans quelle mesure exercent-elles une action réformatrice ou novatrice sur la question de la parité et des relations de pouvoir femmes/hommes ? Quelles sont les négociations de genre dans le cadre de ces institutions culturelles ? En somme, l’institution culturelle permet-elle de repenser l’une des articulations qui reste fondatrice de toutes sociétés : celle du masculin et du féminin ? Les contributions qui constituent le volume se concentrent notamment sur le croisement des analyses des institutions françaises et espagnoles ; elles s’inscrivent également dans une profondeur temporelle qui permet de mesurer les évolutions et les transformations des relations de genre au sein des institutions culturelles.

Caractéristiques détaillées
  • Nombre de pages : 266
  • Dimensions (l x p) : 24,7×17 cm
  • ISBN : 2-35311-106-8
  • ISSN : 2269-0778
  • EAN : 9782353111060
  • Parution : 1 février 2024

Distributeur(s) :

Mediating differences through food memory: Several approaches on Regional Cultural Identity


The Scientific Conference
of the Research Center for Heritage and Cultural Anthropology (RHeA)

5th edition, Timisoara, 30th June 2023, West University

A noter la participation de :

11:15 – 12:45 Negociating identity: migration and culinary heritage (Chair: Petko Hristov)

  • Amandine Leporc, West University of Timișoara / University of Pau, De
    l’immigration à l’intégration : une évolution des pratiques culinaires traditionnelles d’une
    famille italienne

18:00 – 19:30 Soups / Supe / Soupes / Супи (moderator: Mihaela Bucin)
• Patricia Heiniger – Casteret, University of Pau, La poule au pot du bon roi Henry

UNITA Days UPPA : CULTURAL HERITAGE SESSIONS

FRIDAY 28 APRIL 2023, MORNING
(with host speakers’ names and profiles)
[Provisional programme]
[Projects’ abstracts at the end of the document]


Venue: Rooms 20,21,22,23 Duboué building
Teas & biscuits provided in the hall – feel free to take your cup in the seminar rooms!


9:30-10:30 am – PLENARY SESSION: GUEST SPEAKERS’ PRESENTATIONS
Including: Jorge Goncalves (UBI), Adrian Mosoi (UBTV), Emilie-Anne Pépy (USMB), Marius-Mircea Crișan (WUT)


10:30-11:30 am – PARALLEL SESSIONS

Session 1. ‘Travelling and migrating to the Pyrenees’
Project 1.1 ‘Les Anglophones à Pau’ / Simona Tobia, Joana Etchart, Andrew Milne.
Project 1.2 ‘RESPYR, paysages et patrimoines en partage’ / Laurence Roussillon-Constanty, Tracey Simpson.

Session 2. Early Modern History
Project 2.1 16th century / Philippe Chareyre, Dénes Harai.
Project 2.2 17th century / Olivier Caporossi.
Project 2.3 18th century / Frédéric Bidouze.

Session 3. CH alumni providing examples of their careers in CH institutions, in particular in rural areas / Christel Venzal (Chair), Anais Bucciarelli (Etudiante en M2 valorisation et médiation des patrimoines UPPA et Apprenti chargée de mission valorisation des patrimoines
à la Régie d’Artouste), Elodie Rivière (Responsable de la recherche scientifique, Château de Lavardens et Doctorante en Histoire et Archéologie du bâti), Cécile Tizon (Responsable Ville d’art et d’histoire, Ville de Pau)


11:30-12:30 PARALLEL SESSIONS

Session 4. Plurilinguisme et situations de migration / Françoise Hapel, Nathalie Tucou-Blanquet

Session 5. Middle Ages + Projet ‘Littérature et Ruralité’
Project 5.1 Pierre Courroux
Project 5.2 ‘Littérature et Ruralité’ / Cécile Rochelois
Project 5.3 ‘Écrits patrimoniaux et corpus d’archives, périodes médiévale et moderne, en particulier dans ce que l’on appelle le « Trésor des chartes de Pau »’ / Véronique Lamazou-Duplan.

Session 6 InSite project: possible connections with CH Villages project / Marie Herreyre (InSite), Giovanna Hendel.

Project 1.1 Les anglophones à Pau : Life stories, migration and place / Simona Tobia, Joana ,Etchart, Andrew Milne.
The project Les Anglophones à Pau aims to explore the presence of the community of English- speakers in the area of Pau and the Pyrénées-Atlantiques. This community includes residents from English-speaking countries such as the United Kingdom, Ireland, the United States,
Canada as well as Australia and New Zealand and the project focuses on the contemporary reality of this unknown presence: who are these migrants? What is their “migratory route”? What are their experiences of living together with local communities?
The project is based on a series of interviews with English-speaking narrators, conducted with the methodology of oral history, which focus on the elements constituting the experience of migration, integration and the construction of identity for this rather invisible group.
In addition, the interviews will be documented so that they can be stored in the local archives thus contributing to the construction of the region’s cultural heritage.

Project 1.2. ‘RESPYR’, paysages et patrimoines en partage: Reviewing the Pyrenees in text and image. Laurence Roussillon-Constanty, Tracey Simpson.
The “RESPYR” project aims to study the mountain landscape by crossing several approaches and several views and by proposing a dialogue between specialists of different eras and disciplines. The starting point of the project is anchored in the nineteenth century and focuses
on the study of accounts, poems and drawings by British travellers in the Pyrenees and on the representation of the mountains by major writers of the time, such as John Ruskin. It also includes a translation of the travellers’ writings (English/French).
Its originality lies in the way it combines hands-on approaches to research – through translation seminars for Master students and field-trip to connect today’s landscapes with historical archives – and digital dissemination through the use of the academic platform, Cove (https://studio.covecollective.org/).
Initially based on a Franco-British collaboration (with Manchester Metropolitan), the project also aims to develop on a European scale thanks to projects with the University of Savoie Mont Blanc in Chambéry, and by starting collaboration with universities in the UNITA consortium. It has received funding from the UPPA (AAP incitative research scheme, 2021).
The scientific challenge of this project is twofold: to carry out research on a very local scale on the British presence in the Pyrenees and to participate in larger-scale projects on the literary and artistic representation of European mountain landscapes.

Project 2.2 The counterfeiting and the Spanish monarchy (XVII & XVIII centuries) /Olivier Caporossi.
My project investigation was funded by PIR programme (2021-2022) and gave rise to several scientific publications.
Main problematic(s) : The different stages of repression and criminalisation of counterfeiting in Spain and Spanish America (XVII-XVIII centuries). The problematics concerning counterfeiters imply bringing out evolutions which run over two centuries.
Working hypothesis. The unbalanced and discontinuous aspects of the repression of forgery are at the heart of the construction of Spanish monarchy followed by that of the nation-state. Thus does the questioning tackle the historic challenges linked to the darkness of this sort of crime.
Field of research. The approach being resolutely that of comparative history, it gives a greater importance to the Iberian entities, in order to observe the different geographical levels -jurisdictions, state boarders, diverse territories – and their insertion in Europe seen as a whole.
Subject of study. This research is set out to describe the variety of strategies, practices and discourse which counterfeiting conveys in the societies we propose to study, from Ancient Regime so as to understand the dynamic of this polysemic issue within the construction of the
State and its political or normative models, such as the notion of sovereignty for instance.
Methods. Matching micro social studies with the comparative analysis of the points of view concerning counterfeiting, we wish to bring to light the dynamics of this form of delinquency, between judicial repression and socio economic interpretation. Studying the periods of transition will allow us to assess the relevance of the Hispanic policies towards counterfeiters and their operating techniques. By questioning the different approaches of historical, sociological and anthropological analysis of counterfeiting, we shall propose a critique of the
methodological tools and concepts used in these disciplines.
Keywords: Sovereignty monetary, Spanish Monarchy, counterfeiting, XVII and XVIII centuries.

Project 4 Plurilinguisme et situations de migration. Françoise Hapel, Nathalie Tucou-Blanquet
L’intercompréhension (IC) est « la capacité de comprendre une langue étrangère sur la base d’une autre langue sans l’avoir apprise » (Meissner 2003) . L’IC peut se faire entre langues d’une même famille (les langues romanes, germaniques, slaves, scandinaves) ou entre langues
de familles distinctes.
En didactique des langues, la tendance est de demander aux apprenants de faire abstraction de leurs connaissances linguistiques autres que celles de la langue cible. Or, les recherches en psycholinguistique démontrent que c’est une erreur. S’appuyer sur l’ensemble de son répertoire linguistique favorise l’apprentissage d’une nouvelle langue. Dans le cas des jeunes collégiens allophones en situation de migration, qui doivent apprendre la langue du pays d’accueil, prendre en compte l’ensemble de leur répertoire linguistique est une piste que nous avons choisi d’explorer. Nous vous proposons donc d’échanger sur cette recherche action en cours et sur l’accueil des élèves migrants dans les différents pays de l’Alliance.

Projet 5.2 Littérature et Ruralité / Cécile Rochelois.
Un programme de recherche pluri-annuel “Littérature et ruralité” est développé au sein du laboratoire ALTER à Pau depuis 2016, en partenariat avec l’université Rennes 2. https://alter.univ-pau.fr/fr/activites-scientifiques/projets-de-recherche/litterature-et-
ruralite.html
Il a donné lieu en 2022 à un double colloque qui s’est déroulé à Pau les 31 mars et 1er avril et à Rennes les 13 et 14 octobre. La publication des actes de ce colloque est en cours. Dans le prolongement de ce travail déjà avancé et afin de profiter de l’expertise acquise au sein
d’ALTER sur cette thématique, un projet sur les mots de la ruralité pourrait être développé dans le cadre du consortium UNITA et impliquer différentes disciplines représentées dans nos universités.

Project 5.3 Écrits patrimoniaux et corpus d’archives, périodes médiévale et moderne, enparticulier dans ce que l’on appelle le « Trésor des chartes de Pau » / Véronique Lamazou-Duplan, Maître de conférences en Histoire médiévale, laboratoire ITEM UR 3002.
Il s’agit des titres et archives de la famille royale de Navarre, résultat de l’agrégation de multiples chartriers seigneuriaux, princiers et finalement royaux, du Moyen Âge au XVIIe siècle. Les comtes de Foix-Béarn (unis en 1290), alliés à la puissante famille des Albret au XVe siècle, sont devenus rois de Navarre dans la seconde moitié du XVe siècle. Héritiers génération après génération de divers lignages et domaines, dont les archives se sont progressivement sédimentées et agrégées au fil des alliances et des successions (Foix, Béarn, Albret, Navarre). Depuis le XIXe siècle, il est d’usage de nommer ce fonds « Trésor des chartes de Pau ».
L’intérêt de ce fonds est d’autant plus grand que le chartrier des comtes de Foix à Foix a été détruit (Révolution, incendie en 1802) et que l’on peut le connecter à des archives conservées en Languedoc, en Navarre (Archivo General de Navara), dans l’ancienne Couronne d’Aragon (possessions du versant sud-pyrénéen, Castelbon, Moncade…Archivo de la Corona de Aragon) et dans d’autres lieux propres aux diverses branches de la famille royale de Navarre (Montauban, Périgueux, Limoges…), sans oublier les titres transférés à Paris, aujourd’hui
conservés aux Archives nationales et à la BnF.
Depuis près de 20 ans, des programmes de recherche ont été menés, sur le principat de Gaston III dit Fébus, prenant le relais des travaux fondateurs de P. Tucoo-Chala, mais aussi sur d’autres princes des Foix-Béarn et Grailly, des Albret. Les pistes de recherche, renouvelées par
l’historiographie récente, ont porté sur
– Le pouvoir princier à la fin du Moyen Âge et ses multiples facettes, en particulier les pratiques de gouvernement, les composantes de la société politique, l’idéologie politique…
– La société béarnaise, pyrénéenne
– Archives et chartriers à la fin du Moyen Âge et au début de l’âge moderne
– Les pratiques et la culture de l’écrit, la monumentalisation de l’écrit (des cartulaires aux inventaires, fabrique des archives, fabrique de l’histoire)
– Edition de documents
Si des partenariats réguliers ont lieu avec l’UPNA, il serait intéressant de nouer des contacts sur ces thématiques avec d’autres universités, en particulier Savoie Mont-Blanc, Saragosse et Turin.

Patrimoine industriel, culture et économie en zones rurales et montagneuses

Journée d’étude, vendredi 3 mars 2023

Université de Pau et des Pays de l’Adour

Organisé par le laboratoire ITEM (UPPA)

et le Pavillon de l’Architecture de Pau

Journée hybride, en présentiel et en visioconférence (lien TEAMS) : Cliquez ici pour rejoindre la réunion

Inscrite dans le cadre du programme national « Petites villes de demain », cette journée d’étude s’intéresse à la problématique intemporelle du patrimoine industriel et de son influence socioéconomique dans la structuration des territoires, en particulier dans les zones rurales et montagneuses, de l’ère moderne à nos jours. En plus de constituer des marqueurs visuels de l’identité locale, les infrastructures générées par l’industrie, nombreuses dans ces aires géographiques, représentent en effet un patrimoine matériel considérable, dont l’immense valeur et le potentiel bien réel peuvent parfois être ignorés pour diverses raisons sociales, culturelles, historiques, voire politiques.

Dans le but de contribuer à la réflexion sur la valorisation de ce type de patrimoine (réhabilitations, reconversions, adaptabilité etc.) en tant qu’atout à la fois social, culturel et économique, le propos portera dans un premier temps sur une approche historique et théorique, visant à démontrer la valeur intrinsèque de ces architectures, puis sur des études de cas et des retours d’expérience, proposant des exemples de réalisations concrètes ou de projets non exécutés dans des territoires faiblement peuplés aux questionnements similaires. La mise en contexte nationale voire internationale permettra ainsi d’éclairer les situations rencontrées à l’échelle régionale et locale, notamment dans les Pyrénées occidentales.

La complexité du patrimoine industriel et de ses enjeux vis-à-vis de la société implique une approche multidisciplinaire fondamentale, réunissant aussi bien des chercheurs spécialistes d’histoire et d’histoire de l’art que des acteurs de terrain, professionnels des collectivités territoriales, entrepreneurs, architectes et élus. Ces présentations et ces échanges viseront à enrichir la réflexion actuelle sur des typologies architecturales, qui, s’adaptant de tous temps aux évolutions de la société par le principe inhérent de la reconversion des espaces et des usages, relèvent de l’histoire et du legs des générations, mais s’ancrent également, encore et toujours, dans le système socioéconomique contemporain.

Programme

9h45 Accueil (Laboratoire ITEM-UPPA et Pavillon de l’Architecture de
Pau)
Introduction – Viviane Delpech (Histoire de l’art contemporain et
patrimoine, Université de Pau et des Pays de l’Adour)

Session 1
Approches historiques et théoriques

10h Conférence inaugurale
Paul Smith (Secrétaire général du CILAC)
A la ville… et à la campagne. Le patrimoine industriel dans tous ses
états

10h30 Dénes Harai (Histoire moderne, Université de Pau et des Pays de
l’Adour)
D’une ressource à exploiter à un patrimoine à explorer: les mines
pyrénéennes des souverains de Navarre (XVIe siècle)

11h Pause

11h15 Jean-Loup Gazzurrelli (Histoire contemporaine, Université
Toulouse-Jean Jaurès)
Une émanation de fortes traditions industrielles et rurales dans la
campagne béarnaise: le Tissage Larrousse de Coarraze (64)

11h45 Erwan Irachilo (Histoire contemporaine, Université de Pau et des Pays de l’Adour)
La gestion des entreprises aéronautiques sud-aquitaines sous le
prisme de l’architecture usinière: un patrimoine au cœur de
l’organisation du travail

12h15 Déjeuner

Session 2
Valorisation culturelle et économique du patrimoine industriel. Études de cas et retours d’expérience

14h15 Michel Oçafrain (maire de Banca) et Mikel Indo (animateur du
Centre d’interprétation du Patrimoine Minier et Métallurgique
d’Olhaberri)
Les mines de Banca et le centre Olhaberri, près de Baïgorry (64)
Projet réalisé par V2S architectes

14h45 Paul Canet et Nathalie Torrejon (architectes, Cabinet Thal.archi)
L’urbanisme durable selon Thal.archi. Création d’un écoquartier:
l’exemple de Rontignon (64)

15h15 Roberto de Uña (Agence A6a) et Philippe Jolivet (AAPJ)
Le projet de l’Atelier de l’espadrille à Mauléon (64)
15h45 Fernando Tabuenca (architecte, Tabuenca & Leache)
Au-delà de l’industrie : la réhabilitation du Palacio del Condestable
à Pampelune

16h15 Pause

16h30 Table-ronde : La reconversion des sites industriels
En présence de: Maryse Larrousse (Tissage Larrousse, Coar-
raze), Michel Oçafrain (maire de Banca), Paul Smith (CILAC),
Nathalie Torrejon (Cabinet Thal.archi), Fernando Tabuenca
(Cabinet Tabuenca & Leache)

17h Conclusion/Clôture

Le laboratoire ITEM dans le projet Interreg BODAH


Limplication du laboratoire ITEM (Université de Pau et des Pays de l’Adour) dans le projet européen Interreg BODAH (Big and Open Data for Atlantic Heritage)


Depuis 2019, le
laboratoire ITEM (Identités, Territoires, Expressions, Mobilités) de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour est partenaire dans le projet européen Interreg BODAH (Big and Open Data for Atlantic Heritage). Coordonnée par l’office de tourisme de Saint-Jacques
de Compostelle, ce projet contribue à la réflexion sur le tourisme durable en analysant les flux de visiteurs des sites patrimoniaux et en proposant des modèles conceptuels et des outils techniques pour les mieux prévoir et gérer. Sous la direction du professeur Laurent Jalabert, le laboratoire ITEM a travaillé plus particulièrement sur l’usage des Nouvelles Technologies de l’information et de la Communication dans l’Arc Atlantique pour la mise en tourisme et la valorisation des patrimoines culturels, notamment sur l’historique de la fréquentation du Musée
national et domaine du château de Pau et sur la place des Nouvelles Technologies en lien avec la visite de cet établissement, choisi comme « site pilote » en France. Toujours actuels, ces thèmes et la relation qu’ils entretiennent revêtent une importance capitale au temps des pratiques touristiques modifiées depuis la pandémie du COVID.


L’équipe d’ITEM a mené des recherches en bibliothèque et archives, notamment au Centre de documentation et de recherche Jacques de Laprade du Musée national et domaine du château de Pau, pour collecter toutes les sources utiles que complètent les statistiques fournies
par les services du site pilote. Apportant une meilleure connaissance sur l’usage de l’internet et des réseaux sociaux ainsi que sur l’impact de certaines émissions de télévision (comme Secrets d’Histoire) sur la fréquentation de ce haut lieu de l’histoire et de la culture, les résultats des recherches menées ont été présentés lors de l’atelier du projet BODAH à Glasgow le 18 novembre 2022 et dans un atelier à Pau, au Musée national et domaine du château de Pau, le 29 novembre 2022. La région Nouvelle-Aquitaine, le département des Pyrénées-Atlantiques et
l’université européenne UNITA étaient représentés à ce second événement.


Avec le concours du service ARTICE de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et la participation du Musée national et domaine du château de Pau, le laboratoire ITEM a réalisé un clip vidéo de présentation du projet qui est en ligne depuis septembre 2022 sur la chaîne Youtube de la Fundación Santa María la Real, partenaire coordonnant la communication du projet BODAH. Pour rappel, le projet Interreg BODAH, faisant partie du programme de l’Arc Atlantique, a été mis en œuvre entre 2019 et 2022 par un consortium européen, composé de
Turismo de Santiago, Fundación Santa María la Real del Patrimonio Histórico, Fomento de San Sebastián, Universidade Nova de Lisboa, Université de Pau et des Pays de l’Adour, Munster Technological University, Glasgow Caledonian University et Bangor University, avec un budget total de 1 573 373 euros dont 75% provient du Fonds Européen de Développement Régional (FEDER).

Ce communiqué est téléchargeable en français et en anglais :

Press Release – ITEM (UPPA) – December 2022

Communiqué de presse – ITEM (UPPA) – Décembre 2022

Projection du clip de vidéo du projet BODAH lors de l’atelier BODAH au château de Pau (29/11/2022) © Joëlle Saucès (ITEM, UPPA)
 

Les médias : le Quatrième pouvoir?

Congrès international du réseau réseau MEMITÀ (Memory&Identity and Media Studies)

Les médias : le Quatrième pouvoir? Identité, mémoire et patrimoine

Pau, du 7 au 9 décembre 2022


Le réseau international MEMITÀ (Memory&Identity and Media Studies) organisera son prochain Congrès en France, avec ses partenaires les Universités de Rennes 2, de Pau et des Pays de l’Adour, sur une base hybride.
Pour cette nouvelle édition, la question retenue a été: “Identité et mémoire dans les médias : configurations et recompositions du quatrième pouvoir”. À vocation interdisciplinaire, le Congrès
Memità se propose d’organiser des panels et des communications portant sur les représentations culturelles, les ancrages sociaux, les valeurs, les codes et les modes de fonctionnement selon les approches des différentes disciplines participant au réseau : littérature, langues, didactiques, édition, communication, histoire, sociologie, arts visuels, cinéma et documentaires, etc.


Axes de recherche envisagés:
– Les médias en tant que Quatrième pouvoir : configurations et recompositions.
– Les médias et l’opinion publique : des fabriques d’identité ?
– Les médias et la face cachée de la réalité.
– Les médias et la fabrique des marques culturelles, signes d’identité.
– Les médias, la mémoire et le patrimoine : récupération, transmission, et valorisation.

Le Congrès aura lieu sur le Campus de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (Amphithéâtre de la présidence), en collaboration avec l’Université Rennes 2.

Les journées seront également retransmises en visioconférence via TEAMS : Cliquez ici pour participer à la réunion

Les langues officielles sont le français, l’espagnol et l’anglais.

Programme

Frais d’inscription:
– Présentiels: 80 €; on-line: 45 €
– Universités partenaires du réseau présentiel : 50 €; on-line: 30 €


Comité d’organisation:
– Dolores Thion Soriano-Mollá (cellam, Université Rennes 2 et Laboratoire Item, Université de Pauet des Pays de L’Adour, Francia)
– Juliette Richaud (Université de Pau et des Pays de l’Adour, Francia)
– Rafael Esquinas (Université de Pau et des Pays de l’Adour, Francia)
– Nathalie Brillant Rannou (cellam, Université Rennes 2)
– Floriana Di Gesù (Università degli Studi di Palermo, Italia)
– Assunta Polizzi (Università degli Studi di Palermo, Italia)
– Ambra Pinello (Università degli Studi di Palermo, Italia).


Chroniques du Foirail. De la nature à la culture

Exposition

Dans le cadre du cours de Médiation culturelle, les étudiants de 1ère année du master Patrimoine et musées ont conçu et réalisé une exposition, intitulée Chroniques du Foirail. De la nature à la culture, qui sera présentée à l’Espace de rencontre du Foirail, situé au 45 rue Carnot.

Destinée à accompagner l’ouverture du nouveau Pôle culturel du Foirail, cette exposition retrace l’histoire d’un quartier qui a toujours joué un rôle important dans la vie des Palois. Elle est le fruit d’un projet pédagogique et participatif associant le master Patrimoine et musées de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, la mission Ville d’art et d’histoire de la Ville de Pau, les Archives et la Bibliothèque Patrimoniale de l’agglomération Pau-Béarn-Pyrénées et les habitants du quartier du Foirail.

L’exposition sera visible du 12 septembre au 15 octobre
Lundi, mardi et vendredi : de 14h à 17h30 
Jeudi : de 14h à 19h
Mercredi : de 10h à 12h30

Bretagne Culture Diversité

Bretagne Culture Diversité fête ses dix ans cette année. L’association organise cet anniversaire à Pontivy, nous vous en proposons le programme

https://www.bcd.bzh/fr/10-ans-de-bcd-demandez-le-programme/

Le samedi 24 septembre, rendez-vous au Palais des congrès à partir de 9h30. Cette journée sera l’occasion, en compagnie de nos partenaires, d’invités et du public présent, de faire le point sur la décennie de travail qui s’achève, plus encore de se projeter dans celle qui arrive, et plus largement de réfléchir tous ensemble aux grands enjeux de la culture en Bretagne.

Jean-Jacques Castéret participera le matin à une table ronde générale.
Patricia Heiniger-Casteret sera l’après-midi dans l’atelier 3
“Inventorier pour sauvegarder ? Les enjeux du PCI en Bretagne” :
 
 

La Bretagne est la deuxième région de France en matière d’éléments inscrits à l’inventaire national du patrimoine culturel immatériel (PCI) avec 109 pratiques immatérielles (sur 488 au début de l’année 2021). Si ce dynamisme régional est à souligner, il invite cependant à réinterroger sans cesse le rôle des inventaires dans la sauvegarde du PCI. Effet d’annonce ? Ou véritable dynamique locale ? Que se passe-t-il après qu’un élément ait été inscrit à l’inventaire national ?

Cette table-ronde réunit différents acteurs investis dans la réalisation d’inventaires du PCI pour un partage méthodologique et un retour d’expériences : méthode d’enquêtes et accompagnement, participation des communautés et coopération, politiques de restitution et de diffusion des résultats de l’inventaire, mise en place du plan de sauvegarde, etc. Autant de sujets abordés afin de repenser la place des inventaires dans la sauvegarde du PCI.

Eloísa RAMIREZ VAQUERO, Professeur invitée

ATTENTION, SÉJOUR REPORTÉ EN MAI 2022

Eloísa Ramírez Vaquero est Professeur catedrática en Histoire médiévale à l’UPNA, elle enseigne en Licence Histoire et Patrimoine, dans le Master d’histoire médiévale et moderne, dirige des doctorats.

Ses champs de spécialités : l’histoire du royaume de Navarre, plutôt le Moyen Âge tardif (XIIIe-XVe siècles), l’histoire politique et culturelle.

Professeur invitée à l’UPPA/ITEM du 4 au 8 avril 2022 (org. Véronique Lamazou-Duplan), elle participera à plusieurs réunions de travail et de recherche et interviendra 3 fois dans la semaine :

  • mardi 5 avril, 17h30-18h30 Amphithéâtre II (Bâtiment des Lettres): conférence pour les étudiants de Master HCP, de l’École doctorale SSH, MEEF et Licence.

Memoria y representación femenina en la Navarra medieval – Mémoire et représentation féminine en Navarre au Moyen Âge

  • mercredi 6 avril, 16h-18h, salle 23 : intervention dans le cours de 2e année de Licence, Mondes ibériques médiévaux, ouvert aux étudiants de Master HCP, de l’ED SSH et MEEF.

El reino de Navarra en la Edad Media: expansión y organización – Le royaume de Navarre au Moyen Âge : expansion et organisation

(bref panorama sur la Navarre et intervention centrée sur l’expansion et l’organisation du royaume, le territoire, les réseaux urbains, les Fueros…)

  •  jeudi 7 avril, 14h-16h, salle 23 : intervention dans le cours de 3e année de Licence, Histoire médiévale, ouvert aux étudiants de Master HCP, MEEF, de l’ED SSH.

Carlos II rey de Navarra – Charles II, roi de Navarre

(des Evreux-Navarre au royaume de Navarre, de l’absence à la présence du roi en Navarre, réorganisation institutionnelle, résidence, panthéon en Navarre, idéologie royale…)

Rencontre Lexique Amoureux de Pau

Médiathèque André Labarrère, Pau,

Samedi 18 décembre 2021 à 11H00

L’équipe ayant composé le Lexique amoureux de Pau propose une première présentation au public samedi 18 décembre à 11h, dans l’auditorium de la médiathèque André-Labarrère, à Pau

Charlotte Abadie-Laborde, Jean-Jacques Castéret, Cécile Devos, Mathilde Lamothe, Jean-Louis Maffre et Renée Mourgues dévoileront la genèse de cet ouvrage paru aux éditions Cairn, ainsi qu’une partie de son contenu.

Né sous la bonne étoile de l’Usine des tramways, ce livre décortique Pau par le menu : béret, poule au pot, Section Paloise et évidemment de la culture et du patrimoine, en belles images, clins d’œil et hommages amoureux à découvrir, lire et relire. 

En savoir plus

Jeudis d’ITEM – Emilie Sentucq

04 février 2021

L’évolution du rôle des femmes dans la pastorale en Soule

Voir la conférence

Résumé

La pastorale est l’héritière du théâtre des mystères (Moyen Age). Elle a pour  particularités : d’être jouée en Souletin (dialecte basque) en Soule (la plus petite province du Pays Basque), de plein air, par des amateurs, … . Elle est organisée par un village différent, et a un thème ou un sujet (personnage) nouveau chaque année. Il y a  2 à 3 représentations par an.

Les ouvrages fondamentaux sont écrits uniquement par des hommes, cela peut expliquer pourquoi la présence des femmes y est aussi discrète. Pourtant des archives photographiques et sonores illustrent l’inverse.

Quelle est donc la proportion de femmes qui pratique une activité culturelle traditionnelle au Pays Basque? Quelle(s) place(s) et quel(s) rôles sont réservés ou donnés aux femmes?

Après un BTS audiovisuel, une licence CIAN, un master Art et Technologies Numériques, Emilie Sentucq opère depuis plus de 13 ans dans l’audiovisuel en tant que technicienne vidéo, spécialisée dans les ralentis en sport. Actuellement en 4 éme année de thèse, elle est également formatrice pour un constructeur présent à l’international et chef de projet .

Contre-cultures en Europe et aux États-Unis (1945-1991)

Le numéro 52 des Cahiers d’histoire immédiate vient de paraître chez Cairn Editions.

Qu’apporte le concept de contre-culture? En quoi, malgré ses limites, est-il pertinent ? Les différentes contributions présentées ici proposent des réponses nuancées mais argumentées. Certes, la contre-culture désigne des mouvements par essence transnationaux et constitue le pendant obligé de la culture de masse née comme elle au cours des sixties. Aux Trente Glorieuses correspond ainsi, selon Arthur Marwick, une « révolution culturelle » caractérisée à la fois par l’affirmation d’une consommation culturelle de masse et par sa critique radicale. Mais tous les mouvements contre-culturels présentent des spécificités. 

Caroline Moine (“Médias et contre-cultures en Allemagne de l’Ouest: logiques nationales et dynamiques transnationales”) souligne la précocité du mouvement contestataire en Allemagne, ses emprunts au répertoire anglo-saxon, mais en montre la spécificité. En effet, la contre-culture allemande s’affirme dans un pays encore tourmenté par les fantômes du nazisme qui refuse parfois de manière ambiguë le modèle américain ; sous l’effet notamment de la répression d’État, elle se radicalise à partir de 1967 jusqu’à faire siennes les méthodes du terrorisme, avant d’éclore en une multitude de propositions culturelles, sociales et politiques alternatives. 

Claude Chastagner (“Atlantic Crossings: les circulations contre-culturelles au sein de l’aire anglophone, 1960-1970″), insiste sur les circulations contre-culturelles au sein de l’aire anglophone. S’il est communément admis que l’impulsion contre-culturelle fut étatsunienne, il ne faut pas oublier que certains mouvements contre-culturels sont antérieurs au grand mouvement américain, tel cet acte majeur de désobéissance civile en 1958, à Trafalgar Square, à Londres, au cours duquel 60 000 à 100 000 manifestants composés d’étudiants et de pacifistes convergent dans l’une des premières manifestations anti-nucléaires contre la bombe atomique. Claude Chastagner s’attache ainsi à analyser les circulations théoriques entre les États-Unis et la Grande-Bretagne mais également des pratiques politiques, sociales et artistiques contre-culturelles entre ces deux pays qu’unissait une « relation spéciale ». 

La Movida, analysée par Magali Dumousseau Lesquer (“La transition culturelle du Madrid de l’après-franquisme. De la contre-culture du Rrollo au “label” Movida), revêt elle aussi une dimension politique originale : véritable transition culturelle, elle accompagne, dans les années qui suivent la mort de Franco, un double processus de transition démocratique et d’intégration économique dans la Communauté économique européenne. 

Jean-Luc Poueyto (“Contre-Culture ou industrie culturelle ?”), à partir de l’exemple du rock, propose quant à lui une réflexion sur les liens complexes entre contre-culture et industrie culturelle, soulignant notamment que la première peut s’affirmer comme le lieu de nouvelles pratiques culturelles populaires. 

Pour finir, Stève Bessac-Vaure (“Le théâtre anarchisant d’Armand Gatti (1956-1969), une contre-culture?”), à partir de l’exemple du théâtre d’Armand Gatti, propose une réflexion sur la distinction entre contre-culture et avant-garde.