Archives par mot-clé : culture

Du terrain à l’archive

Du terrain à l’archive : les archives de folklore et d’ethnologie en tant que pôles de recherche, d’éducation et de culture

 

CENTRE DE RECHERCHES DU FOLKLORE HELLENIQUE DE L’ ACADEMIE D’ ATHENES  –  FER-EURETHNO

Groupe de Travail Francophone de la SIEF

XXXIème Atelier du réseau FER-EURETHNO du Conseil de l’Europe

Ière Conférence du Groupe de Travail Francophone de la SIEF

 

Voir le Programme et les Résumés des communications ici

Cet atelier se propose d’étudier de manière comparative, réflexive et critique les méthodes et les pratiques de collecte du matériel folklorique et de la recherche ethnographique sur le terrain européen depuis le XIXe siècle jusqu’à nos jours, ainsi que les pratiques d’archivage de divers types de matériel ethnographique (manuscrits, photos, son, film, objets).

La constitution d’inventaires thématiques concernant la culture matérielle, la vie sociale et les genres de l’oralité s’articule aujourd’hui à des processus nouveaux de transformation des données orales issues du terrain en texte ethnographique. Grâce à l’appui des technologies numériques, le rapport des chercheurs à leurs informateurs se transforme, de même que leur rapport aux sources écrites et aux résultats de la recherche. De plus la notion nouvelle de patrimoine culturel immatériel met en discussion la manière de traiter divers aspects de la culture traditionnelle. Dans la société contemporaine façonnée par les réseaux sociaux numériques, la perception et l’étude ethnographique par les scientifiques tente d’être en interaction avec le public (individus, associations, municipalités, etc.) en se réclamant de formes différentes de recherche appliquée.

Le but du colloque est non seulement épistémologique mais aussi pratique, puisqu’il s’agit d’une part de réaliser un état des lieux comparatif de la recherche européaniste en matière d’archivage ethnographique, et d’autre part de réfléchir au renouvellement possible et à l’utilité sociale des méthodes d’archivage. C’est-à-dire, en ce début de XXIe siècle marqué par des phénomènes nouveaux (globalisation, urbanisation, confrontation ou coexistence des cultures), qu’il s’agira d’examiner le rôle des archives en tant que pôles de recherche scientifique mais aussi d’éducation et de culture.

Les communications concernent les transformations et le renouvellement des méthodes de collecte, d’archivage et de diffusion des données folkloriques et ethnographiques dans différents pays européens.

 

Dans le cadre du projet TCV-PYR, communication de Mathilde Lamothe, le 14 septembre de 16:30 à 17:00   —   Regard sur les Pyrénées thermales du XIXe au XXIe siècle : de la collecte folklorique à la confluence des inventaires patrimoniaux nationaux

Symbolique et personnages du carnaval Biarnes par P. Heiniger-Casteret

Un entretien par Richard Le Coz tout en occitan avec Patricia Heiniger Castéret, maître de conférences à l’UPPA (Pau) sur la symbolique du Carnaval Béarnais et de ses personnages :

https://fr-fr.facebook.com/100008847760227/videos/1797381663900075/UzpfSTIwNDkyMDkxMjk3ODA0MjoxMTM5NTQwODg5NTE2MDM1/

 

Le citoyen dans tous ses états

Le citoyen dans tous ses états
Appel à communication

Université de Pau et des Pays de l’Adour

Le projet « L’art en partage citoyen » développé à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (laboratoires ITEM et ALTER dans le cadre de la Fédération EFM) prévoit plusieurs conférences, journées d’étude et tables rondes où chercheurs, artistes et représentants d’associations seront appelés à intervenir. Il vise à appréhender l’art dit « citoyen » à travers les aspirations qu’il porte, les partages qu’il génère et les transformations qu’il produit sur chacun des acteurs engagés dans le processus créatif.

S’inscrivant dans ce projet, les journées d’études « Le citoyen dans tous ses états » cherchent, plus largement, à interroger la notion même de citoyenneté et les formes qu’elle revêt sous l’angle juridique, historique, sociologique, géographique, anthropologique ou encore celui de la littérature et des arts. Il se trouve en effet que, depuis les années 1990, le terme « citoyen » est de plus en plus présent dans les discours. Signe probable d’un regain d’intérêt pour la notion, ce phénomène s’accompagne d’une évolution de l’extension du terme. Initialement employé comme substantif, il prend davantage une valeur adjectivale, une transformation qui conduit à s’interroger sur la déperdition éventuelle du sens de la notion, en raison, notamment, de sa nature de « construit social et politique, de fabrique en constante évolution » 1.

Mener des réflexions transdisciplinaires dans ce cadre permettrait d’analyser l’ensemble de ce processus, aussi bien dans ses formes passées que contemporaines. Il s’agirait de s’intéresser aux évolutions de la notion même de citoyen, entendu au sens de membre de la cité, c’est-à-dire tant dans ses dimensions quotidiennes ou privées que dans son acception politico-juridique traditionnelle.

Qu’en est-il de la place occupée par le citoyen dans l’État et de celle que l’État souhaitait ou souhaite lui attribuer ? Par-delà la faculté du citoyen à investir, voire conditionner, l’exercice du pouvoir politique, notamment par le droit de vote, n’a-t-il pas été ou n’est-il pas, dans le même temps, un instrument au service du politique ? Par ailleurs, les mouvements critiques qui ont su se développer depuis le début du XXIe siècle, en dehors des institutions, dans les milieux non seulement politiques mais aussi associatifs, culturels et artistiques, revêtent le plus souvent le qualificatif de citoyen. L’intérêt renouvelé pour les « citoyens ordinaires »2 semble découler de la crise contemporaine de la démocratie représentative. Plus encore, la citoyenneté ordinaire pourrait prévaloir sur la citoyenneté de type kantien et habermassien – transcendante et impersonnelle –, par le sens qu’elle donne à la notion de « vivre ensemble ». En témoignent le mouvement citoyen 15 M des Indignés qui dénonce, en Espagne et en Europe, le renoncement de la classe politique à défendre les idéaux des droits de l’homme ou, en France, le réseau de « l’Archipel citoyen » orienté vers des initiatives locales. Autant de facettes d’une citoyenneté « ordinaire » révélant les capacités des individus à formuler des jugements sur le bien commun, en marge des usages et des lieux « labellisés » par les approches classiques de la citoyenneté. « Citoyens » sont aussi des festivals (« Aux Arts citoyens », Villeneuve-sur-Lot), des séries télévisées ou les projets artistiques (« Les Arpenteurs – art citoyen ») réunissant des populations autour de thématiques emblématiques (la citoyenneté, l’écologie, les changements climatiques…) pour imaginer ensemble, co-créer, co-construire entre personnes de cultures et d’origines multiples, à l’échelle locale de la ville ou à plus grande échelle. Dans quelle mesure cette « citoyenneté ordinaire » constitue-t-elle un concept fécond dans un monde globalisé ? Si la citoyenneté démocratique se matérialise dans les pratiques par lesquelles les individus et les groupes formulent et revendiquent de nouveaux droits, ou luttent pour maintenir ou améliorer des droits existants, quelles modalités d’action celle-ci privilégie-t-elle ? Dans quelle mesure engendre-t-elle la nécessité de quitter les lieux conventionnels, de faire évoluer les espaces géographiques, intersubjectifs, sociaux ? Partant, les institutions et organismes publics se trouvent-ils évincés, si ce n’est exclus, des lieux où s’exerce et se pratique une telle citoyenneté ?

Pourtant, l’Etat conserve toute sa place dans la réflexion. Les difficultés démocratiques que connaissent tous les régimes représentatifs en attestent. Cet aspect de l’analyse fait aussi ressortir certaines mutations. Il suffit pour s’en convaincre de songer à l’institution de la citoyenneté européenne par le Traité sur l’Union européenne (« TUE ») qui semble avoir servi une démarche de démocratisation et d’unification européennes destinée à contrer le déficit politique qui était reproché à l’Union. S’interroger en ce sens permet également de se pencher sur la question de la nationalité dont la citoyenneté présuppose l’acquisition. Puisqu’elle est définie selon la Cour internationale de justice (« CIJ ») comme « un lien juridique ayant à sa base un fait social de rattachement, une solidarité effective d’existence, d’intérêt, de sentiments, jointe à une réciprocité de droits et de devoirs. Elle est […] l’expression du fait que l’individu auquel elle est conférée soit directement par la loi, soit par un acte de l’autorité, est, en fait, plus étroitement rattaché à la population de l’État qui l’a conférée qu’à celle de tout autre État »3, elle soulève du même coup la question de l’identité commune entre ses représentants. Et si, selon un récent rapport de la Commission européenne, 87% des Européens sont conscients de leur statut de citoyen de l’Union européenne4, faut-il pour autant en déduire qu’ils disposent des moyens nécessaires leur permettant de participer efficacement à la vie démocratique de l’Union ? Par ailleurs, analyser la citoyenneté européenne conduit à questionner sa cohabitation avec la citoyenneté nationale qu’elle ne complète plus mais à laquelle elle « s’ajoute[rait] »5. En fonction de la dimension dans laquelle elle s’inscrit, la notion de citoyenneté devient plurale et concerne, du point de vue de l’Union européenne, tant le droit de circulation et de séjour et le droit de vote6 que la soumission d’une initiative citoyenne7 – cet instrument qui, selon la Commission européenne, permettrait aux citoyens « de mieux faire entendre leur voix »8 – ou que le droit à une bonne administration et à l’accès aux documents9. La citoyenneté sur le plan national se décline également à divers égards, comme en témoigne la récente instauration de la réserve civique en France10. L’existence et l’exercice de ces droits permettent-ils effectivement au citoyen de s’exprimer ?

Par conséquent, ces journées d’études permettraient d’explorer les perspectives suivantes:
– Le citoyen dans l’Etat, en tant que titulaire de droits politiques et/ou instrument de démocratisation,
– Le lien entre citoyenneté et acquisition de la nationalité,
– L’articulation des rapports entre citoyenneté européenne et citoyenneté nationale,
– Les rapports entre citoyenneté et identité,
– Les formes et finalités des initiatives citoyennes (au sens juridique et/ou ordinaire),
– Les manifestations associatives et locales de la citoyenneté dans un contexte globalisé,
– La fonction sociologique ou anthropologique d’une citoyenneté dite ordinaire,
– L’évolution du concept de citoyenneté sous l’angle historique, artistique, philosophique, sous celui de l’étude des civilisations, de la littérature française et étrangère,
– Les relations entre arts, littératures et citoyenneté,
– Le sujet citoyen à travers des représentations artistiques, littéraires, culturelles,
– Citoyenneté ordinaire et monde institutionnel : deux univers inconciliables ?

1 M. Carrel et C. Neveu (dirs.), Citoyennetés ordinaires: pour une approche renouvelée des pratiques citoyennes, Paris : Karthala, 2014, p. 6.
2 V. not. M. Carrel et C. Neveu (dirs.), Citoyennetés ordinaires: pour une approche renouvelée des pratiques citoyennes, op. cit.
3 CIJ, 6 avril 1955, Nottebohm, Rec. CIJ, p.4.
4 Commission européenne, Rapport sur la citoyenneté de l’Union 2017 – Renforcer les droits des citoyens dans une Union du changement démocratique, 2017, p.6.
5 Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (« TFUE »), article 20, 1.
6 TFUE, article 20, 2.
7 TUE, article 11 et TFUE, article 24.
8 Commission européenne, Livre vert sur une initiative citoyenne européenne, 11 novembre 2009, COM/2009/0622 final.
9 Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne, Titre V.
10 Loi n°2017-86 du 27 janvier 2017 relative à l’égalité et à la citoyenneté, JORF n°0024, 28 janvier 2017.

Appel à communication :

Les contributeurs sont invités à proposer leur communication (qui, après relecture critique, pourra faire l’objet d’une publication dans une revue universitaire) par l’envoi d’un résumé d’une longueur maximale de 2000 caractères espaces compris, hors bibliographie et comprenant un titre, ainsi qu’une courte biographie au comité d’organisation :
citoyendanstoussesetats@gmail.com.

Les propositions devront être transmises avant le 10 mars 2018.
Les textes finalisés devront, quant à eux, nous parvenir le 30 juin 2018, en vue de leur publication.

Comité d’organisation:
  • Cecilia BEAUDOIN, Doctorante en études latino-américaines, laboratoire ALTER, UPPA.
  • Tiphaine-Annabelle BESNARD, Doctorante en histoire de l’art, laboratoire ITEM, EA 3002, UPPA.
  • Adrienne BONNET, Doctorante en droit privé, laboratoire CDRE, EA 3004, UPPA.
  • Quentin GIRAULT, Docteur en droit public, laboratoire PDP, EA 1926, UPPA.
Comité de lecture :
  • Philippe CHAREYRE, Professeur des universités en histoire moderne, laboratoire ITEM, EA 3002, UPPA.
  • Damien CONNIL, Chargé de recherche au CNRS, UMR 7318 DICE – IE2IA, UPPA.
  • Dimitri LOHRER, Maître de conférences en droit public, laboratoire IE2IA, UMR 7318, UPPA.
  • Julien MATTERN, Maître de conférences en sociologie, laboratoire PASSAGES, UMR 5319, UPPA.
  • Pascale PEYRAGA, Professeur des universités en littérature espagnole contemporaine, laboratoire ALTER, UPPA.
  • Jean-Yves PUYO, Professeur des universités en géographie, chargé de mission Coopération transfrontalière, directeur de l’Ecole doctorale Sciences sociales et Humanités 481, directeur adjoint de l’UFR LLSHS, laboratoire PASSAGES, UMR 5319, UPPA.
Bibliographie :

BALIBAR Étienne, Nous, citoyens d’Europe ? Les frontières, l’État, le peuple, Paris : Éd. La Découverte, 2001, 322 p.
BERGER Mathieu, CEFAÏ Daniel et GAYET-VIAUD Carole (dirs.), Du civil au politique: ethnographies du vivre-ensemble, Bruxelles, Bern, Berlin : Peter Lang, 2011, 603 p. BLONDIAUX Loïc, Le nouvel esprit de la démocratie: actualité de la démocratie participative, Paris : Seuil, 2008, 109 p.
CARREL Marion et FRANCE. PLAN URBANISME CONSTRUCTION ARCHITECTURE, La citoyenneté urbaine du point de vue des gouvernés: synthèse bibliographique, La Défense : Plan urbanisme construction architecture, 2007, 88 p.
CARREL Marion, NEVEU Catherine, ION Jacques et FRANCE. PLAN URBANISME CONSTRUCTION ARCHITECTURE (dirs.), Les intermittences de la démocratie: formes d’action et visibilités citoyennes dans la ville, Paris : l’Harmattan, 2009, 310 p.
CARREL Marion et NEVEU Catherine (dirs.), Citoyennetés ordinaires: pour une approche renouvelée des pratiques citoyennes, Paris : Karthala, 2014, 328 p.
CARTER April, The political theory of global citizenship, London, New York : Routledge, 2001, viii+277.
CEFAÏ Daniel, Pourquoi se mobilise-t-on ? Les théories de l’action collective, Paris : La Découverte : MAUSS, 2007, 727 p.
CEFAÏ Daniel, CARREL Marion, TALPIN Julien, ELIASOPH Nina et LICHTERMAN Paul, « Ethnographies de la participation, Ethnographies of participation », Participations, no 4, 11 décembre 2012, p. 7-48.
CENTRE UNIVERSITAIRE DE RECHERCHES SUR L’ACTION PUBLIQUE ET LE POLITIQUE, épistémologie et sciences sociales, et CENTRE PHILOSOPHIE CONTEMPORAINE, L’ordinaire et le politique, Paris : Presses universitaires de France, 2006, 252 p.
CLARKE John, « Parler de citoyenneté : discours gouvernementaux et vernaculaires », Anthropologie et Société, vol. 33, no 2, 2009, p. 43-62.
CLARKE John, COLL Kathleen, DAGNINO Evelina et NEVEU Catherine, Disputing citizenship, Bristol : Policy Press, 2014, viii+214.
DOUSSET Laurent, LA SELVE Élisabeth, ZASK Joëlle et GUYADER Frédérique, « Comment penser l’éthique dans la pratique en sciences sociales et humaines ? », Journal des anthropologues, no 136-137, 3 avril 2015, p. 253-271.
GAGNE Natacha et NEVEU Catherine, « Présentation : L’anthropologie et la « fabrique » des citoyennetés », Anthropologie et Sociétés, vol. 33, no 2, 2009, p. 7-24.
GARCÉS Marina, Un mundo común, Barcelona : Edicions Bellaterra, 2013 (Serie general universitaria, 131), 154 p.
GRAC (GROUPE RECHERCHE ACTION), ELIÇABE Rémi, GUILBERT Amandine, HAERINGER Anne-Sophie, LEMERY Yannis et OVERNEY Laetitia, Ressaisir la citoyenneté aux bords du politique: Expériences marginales et expériences instituées de participation politique à l’épreuve des projets de rénovation urbaine dans trois pays : Catalogne, France et Québec, [s.l.] : [s.n.], 2009.
ION Jacques, En finir avec l’intérêt général: l’expression démocratique au temps des ego, Vulaines sur Seine, Editions du Croquant, 2017, 88 p.
ION Jacques, S’engager dans une société d’individus, Paris : Armand Colin, 2012, 220 p.
ION Jacques (dir.), L’engagement au pluriel, Saint-Etienne : Publications de l’Université de Saint-Etienne, 2001, 228 p.
ISIN Engin Fahri (dir.), Democracy, citizenship and the global city, London : Routledge, 2000, x+319.
ISIN Engin Fahri, NYERS Peter et TURNER Bryan Stanley (dirs.), Citizenship between past and future, London, New York : Routledge, 2008, 165 p.
de MONTECLER Marie-Christine, « Vers l’adoption définitive du projet de loi Egalité citoyenneté », Dalloz actualité, 30 novembre 2016.
O’BYRNE Darren J., The dimensions of global citizenship: political identity beyond the nation-state, London, Portland : Frank Cass, 2003, x+282.
PLIAKOS Astéris, Citoyenneté, Répertoire droit européen, mars 2012 (actualisation août 2017).
POGGI Jérôme et HERS François, Faire art comme on fait société: les nouveaux commanditaires, Dijon : les Presses du Réel, 2013, 813 p.
ZASK Joëlle, Art et démocratie: peuples de l’art, Paris : Presses Universitaires de France, 2003, 220 p.
ZASK Joëlle, Participer : essai sur les formes démocratiques de la participation, Latresne : le Bord de l’eau, 2011, 326 p.

Les institutions culturelles sont-elles misogynes ?

Université de Pau et des Pays de l’Adour
Fédération Espaces – Frontières – Métissages
Laboratoires ITEM et LLCAA
 
Les institutions culturelles sont-elles misogynes ?
 France-Espagne, regards croisés
Journée d’étude II
1er décembre 2017 – UPPA
Salle du Conseil – UFR LLSHS
9h/17h

Voir le programme

Cette journée d’étude fait partie du programme de recherche « Pouvoir(s) et misogynie » mené par les laboratoires ITEM et LLCAA de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour,  dans le cadre de la fédération EFM.

En partenariat avec l’Institut Cervantes de Bordeaux, la Mutuelle Générale de l’Éducation nationale (MGEN), et la Direction départementale de la cohésion sociale (DDCS) des Pyrénées-Atlantiques, ce programme a pour objet d’étude la misogynie dans ses rapports avec le(s) pouvoir(s) notamment au travers des institutions culturelles. Elle fait suite à une première journée d’étude sur la même thématique.

L’objectif de la rencontre sera d’aborder le fonctionnement des institutions culturelles actuelles en tenant compte des rapports de genre. Ce faisant, il s’agira également de croiser les constats, les réflexions et les conclusions à propos de deux situations différentes, mais comparables : celles de l’Espagne et de la France.

Les « institutions culturelles » désignent toute structure collective publique ou privée promouvant la culture populaire ou savante, ses traditions et ses créations. Peuvent être englobés les services culturels tels que musées, patrimoines, spectacles vivants, les filières de l’écrit, du son, de l’image, les arts du spectacle, les arts audiovisuels, etc. Sachant que les institutions jouent par définition un rôle contraignant et normatif, dans quelles mesures exercent-elles une action réformatrice voire novatrice sur la question des relations de pouvoir(s) femmes/hommes dans ces deux pays ? En quoi les évolutions comportementales récentes, les politiques menées, les discours tenus et les mesures prises en matière d’égalité femmes/hommes dans ces deux pays impactent-ils les institutions culturelles et rénovent-ils les relations de pouvoirs femmes / hommes qui s’y nouent ? Ou, à rebours, ces mêmes institutions parviennent-elles à jouer un rôle moteur dans ce domaine, innovant une répartition plus homogène de l’exercice des pouvoirs, mais aussi des savoirs, entre les sexes ?

Il convient également d’accorder toute son importance à l’émergence de la figure de la femme artiste (auteure, sculptrice, cinéaste, peintre, etc.). De permanentes négociations avec les assignations sexuées leur permettent d’occuper les espaces institutionnels culturels. Quelle est la reconnaissance de leurs pairs (essentiellement masculins) ? Quels sont leur statut et la reconnaissance sociale dont elles bénéficient ? Quelle place occupe-t-elle dans les espaces institutionnalisés de la création et de la production culturelles ? Comment sont considérées leurs actions, leurs innovations et leurs créations en matière culturelle ?

Nous proposons 3 axes d’étude principaux :

  1. les « études de genre » et le concept de genre ont-ils permis une évolution des institutions culturelles ? Constituent-ils des contre-pouvoirs efficaces à la « domination masculine » et au sexisme ?
  2. Ces institutions et les créations (littéraires et artistiques) qu’elles « autorisent » contribuent-elles à faire évoluer les stéréotypes de genre ? Ou les reconduisent-elles ?
  3. Les relations de pouvoir(s) entre les femmes et les hommes, les inégalités femmes/hommes longtemps patentes dans les domaines de la production et de la gestion culturelles évoluent. Mais dans quel sens ? À quelles conditions ? Et pour quels effets dans les sociétés espagnoles et françaises ?

Lors de la journée d’étude seront également abordés quelques éléments de l’enquête « Egalité femmes-hommes à l’UPPA » menée au cours de l’année 2017 et en collaboration avec la charge de mission « Parité – Égalité – Laïcité » de l’UPPA.

Plus d’informations : http://frontieres-metissages.univ-pau.fr/fr/programmes-de-recherche/misogynie/pouvoir-et-misogynie.html

Contacts :

 

 

Patrimoine d’encre – Archives d’écrivains

2ème séminaire transpyrénéen

Université de Pau et des Pays de l’Adour

Bâtiment d’Alembert – 2ème étage – Salle 208

Les 15 et 16 novembre prochains se tiendra le deuxième séminaire transpyrénéen du programme Patrimoine d’encre transpyrénéen.

L’équipe interdisciplinaire internationale Patrimoines d’encre transpyrénéenne (28 chercheurs transfrontaliers, internationaux et professionnels extérieurs) s’est fédérée pour accomplir une mission de sauvegarde, d’étude et de valorisation de manuscrits et de textes tombés dans l’oubli et ainsi valoriser tout un patrimoine riche en contenus linguistiques, culturels et artistiques.

Voir le programme

Ouvert au grand public

Commons, environmental resources and cultural heritage

Commons, environmental resources and cultural heritage
Historical and archeological perspectives
I International Workshop on the Archaeology of Commons

Scuola di Scienze Umanistche
via Balbi 2, Aula Magna
Università di Genova

Commons are a cross-road theme. This is a topic of interest to social historians, historical geographers, archaeologists, anthropologists, lawyers and environmental scientists. At the workshop we aim at provide scholars and research groups from different countries with the opportunity to explore and debate various aspects and issues pertinent to the study of ‘commons’. These areas will be examined from different perspectives and in the context of more general themes relating to archaeology and social history. The objective of the papers and discussions is to highlight and examine how the investigation of a ‘commons’, as a specific theme, can “force” the modification of questions concerning the sources and, as a consequence, modify the diverse methodologies adopted in their employment.
The workshop is the conclusive event of the ARCHIMEDE project (“Archaeology of Commons: cultural Heritage and Material Evidence of a Disappearing Europe” Marie Curie IEF based at the University of the Basque Country UPV-EHU) and will be the occasion for the launch of the “European Network for the Archaeology
of Commons”.

A noter, le 25 septembre:

Melanie Le Couedic (Université de Pau), Marc Conesa (Université de Montpellier): Histoire et archéologie des communs : jeux d’échelles et étude de cas

Voir le programme complet

Parution: Universités et Territoires

Universités et Territoires
Université en transition
N° 1

Sous la direction de Laurent JALABERT

Les universités ne sont pas de simples lieux de formation ou de recherche, elles sont des institutions actrices du développement de leur territoire, en lien avec les acteurs économiques, culturels, loin d’être un vase clos, mais bien un espace ouvert. Pour autant, la France ne dispose pas de villes universitaires comme ses voisins européens, à savoir des villes qui se sont construits et continuent à se développer autour de leurs universités ; mais elle est composée d’une myriade de sites qui accueillent des universités… Au-delà d’un débat sur les mutations les plus contemporaines de la  structuration de l’université française dans ses liens au territoire (L. Jalabert), l’ouvrage, pluridisciplinaire, mêlant paroles de chercheurs et d’acteurs, évoque les cas d’Angers (Y. Dénéchère), Bordeaux (O. Ratouis), Toulouse (M. Grossetti), Savoie-Mont-Blanc (D. Varaschin) et Pau (G. Di Méo, F. Métras et G. Pijaudier-Cabot).

Laurent Jalabert est Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA) et membre du laboratoire ITEM (EA 3002).

Presses Universitaires de Pau et des Pays de l’Adour

€14.00

Sommaire

Image relation

Colloque « Image relation »
Du 27 au 28 mars 2017
Université Catholique de l’Ouest Angers

 

L’image est un objet de dynamique culturelle et anthropologique dont la prégnance s’est démultipliée dans nos sociétés hypermodernes (Belting, 2001)

L’origine, le statut, la nature et la plasticité même de l’image demeurent des questionnements sans cesse renouvelés car l’image vit, circule, performe, se renouvelle, et fait face à une révolution du regard comme du visible.
Mais que donne-t-elle à voir, à subir et à éprouver ?
Quelles formes nouvelles d’interactions, d’identification, de distanciation, de vénération et de célébration convoque-t-elle ?
Quelle sensibilité nous inspire-t-elle ?
À quelle trivialité nous assigne-t-elle ?
Et enfin dans quel rapport au temps nous inscrit-elle ?
Nous proposons de circonscrire l’image, en tant qu’objet d’études, au prisme de trois paradigmes, trivialité, sensibilité et visibilité, qui marquent une modernité certes tardive (Rosa, 2010) mais dont la dynamique ne cesse de déployer des dispositifs de confrontation à l’image.

 

Lundi 27 mars 2017

8h15-9h00 Accueil [Amphi Diès | bâtiment E-Bazin]
9h00-9h30 Présentation du colloque Dominique Vermersch, Recteur de l’UCO – Anne Pauzet, Responsable de l’équipe de recherche LICIA [Amphi Diès]
9h30-10h30 Conférence d’ouvertureSimon RICHIR | Laval Virtual – EVI, Laboratoire Arts et Métiers Paris Tech Angers (LAMPA) [Amphi Diès]
Vers un monde d’images virtuelles et augmentées ? Quand la technologie 3D jaillit des réseaux pour inonder notre quotidien et nous téléporter dans de nouveaux espaces.
10h30-10h45  Pause

SESSION 1

ATELIER 1 [Amphi Diès] ATELIER 2 [Salle E203]
10h45-11h15 Abir ABID | École Nationale d’Ingénieurs de Sfax – Tunisie
La trivialité de l’image publicitaire : un concept à construire
Marie-Laure DELAPORTE | Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Entre image-temps et image-perception
11h15-11h45 Fateh MELAKHESSOU | Université de Sétif 2, Alger – Algérie
Pour une exploration de la paratopie dans la scénographie de l’image publicitaire
Tatiana SENKEVITCH | Université de Rice et Fondation Sarah Blaffer à Houston, USA
Et in Pictura Ego : les élégies visuelles d’Alexander Sokurov
11h45-12h15 Anne-Sophie JURION | Université Paris 13
Du Colorama Kodak à la publication Facebook : D’une proposition à une réappropriation idéale du monde
Amandine TURRI HOELKEN | Université de Strasbourg
Analyse anthropologique et esthétique de l’image dans la photographie documentaire dialogique
12h15-14h00 Déjeuner

SESSION 2

ATELIER 1 [Amphi Diès] ATELIER 2 [salle E203]
14h00-14h30 Marie KONDRAT | Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3. Université de Genève
Le visible, l’invisible, le regard. L’image selon Marie-José Mondzain
Delphine RABIER | Université François-Rabelais, Tours, CESR
Visibilité et sensibilité de l’image : le cas des portraits de dévotion dans la peinture des Anciens Pays-Bas (XVe siècle)
14h30-15h00 Thiphaine Annabelle BESNARD | Université de Pau et des Pays de l’Adour
Circulations et rencontres d’images « antiquisantes » : arrêts sur quelques œuvres de Xu Zhen et de Jeff Koons, entre Orient et Occident
Jean-François SAVANG | Université de Nantes
La bande dessinée à la croisée de la théorie entre image et langage
15h00-15h30 Chiara VECCHIARELLI | École Normale Supérieure, Paris
Le visible et l’invisible
L’imaginal, ou sur la fonction relationnelle de l’image dans la pensée de Gilbert Simondon et d’Henri Corbin
15h30-15h45 Pause

Congreso internacional Azorín

EUROPA Y LA INVENCIÓN DE LA LITERATURA NACIONAL
Alicante (1-3 de marzo de 2017)
 

Turner, The Evening Star (ca. 1830)
«Levanta la vista y contempla la estrella de la tarde que da nombre al cuadro; la estrella es la misma; pero él no es
idéntico a como era antes. La estrella perdurará siglos y más siglos, y él pasará rápido en la corriente universal»
Azorín, La isla sin aurora (1944)

Miércoles 1

Auditorio de la Diputación de Alicante (sala de conferencias)

9h Saludo
César Augusto Asencio Adsuar – Vicepresidente 2º de la Diputación de Alicante
Juan F. Mesa Sanz – Decano de la Facultad de Filosofía y Letras de la Universidad de Alicante
Manuel Palomar Sanz – Rector Magnífico de la Universidad de Alicante
César Sánchez Pérez – Presidente de la Diputación de Alicante
10h-11h Conferencia inaugural
Christian Manso (Université de Pau et des Pays de l’Adour)
Azorín. De la fecundación extraña
Pausa
11h30-13h. Preside Prof. Manso
Antonio Robles Egea (Universidad de Granada)  –  La idea de nación en Azorín: Carácter y voluntad
Manuel Menéndez Alzamora (Universidad de Alicante)  –  La idea de nación en Azorín: Historia y tradición
Béatrice Fonck (Université Catholique de París)  –  La ejemplaridad política en Azorín y Ortega: el caso de Antonio Maura
13h-14h15 Debate
16h30-17h30. Preside Prof. Rubio Cremades
Renata Londero (Università degli Studi di Udine)  –  Don Quijote según Azorín: los cuentos-ensayos de Con Cervantes (1947)
Ana L. Baquero (Universidad de Murcia)  –  Cervantes en la obra de Azorín
Pausa
18h-19h30. Preside Prof.ª Baquero
Francisco Javier Díez de Revenga (Universidad de Murcia)  –  Azorín, corresponsal en la Gran Guerra (1914-1918)
Enrique Selva Roca de Togores  –  Azorín y la preocupación del lector
José Ferrándiz Lozano (Universidad de Alicante)  –  Política y periodismo al alimón: la Europa azoriniana
19h30-20h30 Debate

 

Jueves 2

Auditorio de la Diputación de Alicante (sala de conferencias)

10h -11h30. Preside Prof.ª Bottin
José María Ferri Coll (Universidad de Alicante)  –  Azorín y la literatura nacional
Francisco Fuster (Universidad de Valencia)  –  Historia y literatura nacional: a propósito de Una hora de España (entre 1560 y 1590)
Leonardo Romero Tobar (Universidad de Zaragoza)  –  La literatura nacional en El alma castellana y Los pueblos (1900-1905)
Pausa
12h-13h30. Preside Profª. Thion

Béatrice Bottin (Université de Pau et des Pays de l’Adour)  –  Clásicos de allende el Pirineo (1924)
Laura Palomo Alepuz (Universidad Católica San Antonio de Murcia)  –  La reivindicación de la cultura hispánica en los ensayos crítico-literarios de Azorín (1912-1914)
Elisabeth Delrue (Université d’Université de Picardie Jules Verne)  –  La narrativa de Azorín anterior a 1928 a la luz del contraste España/Europa
13h30-14h30 Debate
16h30- 17h30. Preside Profª. Sotelo

Sylvie Juillac (Université de Pau et des Pays de l’Adour)  –  Azorín, escritor y pintor, ¿levantino o europeo?
Blanca Ripoll (Universidad de Barcelona)  –  Azorín, colaborador literario insignia del Destino de los años 40
Pausa
18h-19h. Preside Profª Ripoll

Marisa Sotelo (Universidad de Barcelona)  –  Azorín, maestro de críticos y novelistas durante el primer Franquismo
Dolores Thion Soriano-Mollá (Université de Pau et des Pays de l’Adour)  –  Azorín, la nación literaria que acabó en nacionalismo
19h-20h Debate

 

Viernes 3

Centro de Estudios Iberoamericanos Mario Benedetti de la Universidad de Alicante

9h30 -11h30. Preside Prof. Ferri
María Martínez Cachero Rojo (Universidad de Oviedo)  –  Reflexiones de Azorín sobre literatura
Gemma Márquez Fernández (Universidad de Barcelona)  –  De Velázquez al Persiles: fugas de la imaginación española en la cultura europea
José Manuel Vidal Ortuño (IES José Luis Castillo-Puche de Yecla)  –  Literatura y exilio en Españoles en París
Enrique Rubio Cremades (Universidad de Alicante)  –  Azorín memorialista: París (1945)
11h30-12h15 Debate
Pausa
12h30-13h30 Conferencia de clausura

Miguel Ángel Lozano Marco (Universidad de Alicante)  –  Al margen de dos novelas ejemplares: La fuerza de la sangre y El licenciado Vidriera
13h30 Clausura
Christian Manso
Université de Pau et des Pays de l’Adour
Real Orden de Isabel la Católica
César Augusto Asencio Adsuar
Vicepresidente 2º de la Diputación de Alicante

 

Organizan


 

Con la colaboración de

Dirección académica

José María FERRI COLL (U. Alicante)
Miguel Ángel LOZANO MARCO (U. Alicante)
Christian MANSO (U. Pau et des Pays de l’Adour)
Enrique RUBIO CREMADES (U. Alicante)
Dolores THION SORIANO-MOLLÁ (U. Pau et des Pays de l’Adour)

Inscripción y asistencia
La asistencia a las sesiones será libre.
Quienes acrediten una asistencia mínima del 80% recibirán el correspondiente diploma. Asimismo, para obtener el certificado del ICE (23 horas lectivas) será necesario realizar una reseña del congreso (equivalente a 5 horas de trabajo del alumno).
La inscripción es gratuita.
Envíe nombre, apellidos y DNI a centro.benedetti@ua.es indicando en el asunto Congreso Azorín.

 

155448_programa_impreso

 

Parution d’ouvrage : Le Retour

Le Retour
Espaces, Frontières, Métissages
N° 8, PUPPA.
Sous la direction de Laurent Dornel
 

Parabole dans la Bible (le retour du fils prodigue), paradigme matriciel dans la littérature (le retour d’Ulysse) comme dans la religion (le mythe de l’éternel retour), rituel militaire (le retour des combattants), horizon d’attente chez bien des exilés ou des migrants (le retour au pays, réalisé ou toujours repoussé), motif dramaturgique majeur au cinéma, le retour est un motif très riche dans ses formes comme dans ses très nombreuses significations. Ce qui est en jeu – et que cet ouvrage collectif et pluridisciplinaire entend analyser – ce sont notamment les questions de l’identité et de ses transformations, celle du parcours initiatique (l’errance, la guerre, l’exil) et de ses enjeux territoriaux. Générateur d’un « tiers-espace », le retour est une traversée du temps qui brouille et renouvelle les repères spatiaux mais aussi culturels, politiques et sociaux.

Voir le sommaire sur le site de l’éditeur

Le PCI en Bretagne. Brest, 8-9 décembre 2016

Rencontres internationales du Patrimoine Culturel Immatériel en Bretagne

Brest, 8-9 décembre 2016

rencontres-pci-brest-decembre-2016

PROGRAMME:

JEUDI 8 DÉCEMBRE 2016

09h30 – 10h00  Accueil
10h00 – 10h45 Discours d’ouverture
  • 10h45 – 12h30 Ouverture des Rencontres Parcours introductif pour resituer les Rencontres du PCI de 2016 : dynamique et objectifs, Charles QUIMBERT, Directeur de BCD/Sevenadurioù Breizh
  • La France et le PCI : les relations équivoques, Chérif KHAZNADAR, Président de la Maison des cultures du monde/Centre français du PCI.
  • Dix ans après : heurs et malheurs d’une Convention internationale, Cécile DUVELLE, ancienne Secrétaire de la Convention pour la sauvegarde du PCI, Unesco.
12h30 – 14h00 Pause déjeuner
14h00 – 16h00 Inscription sur les listes de la Convention pour la sauvegarde du PCI… et après ?
* Président de séance : Pierre BOIS, ethnomusicologue, conseiller artistique de la Maison des cultures du monde/Centre français du PCI.
  • Le fest-noz à l’Unesco : premier bilan, Ronan GUÉBLEZ, président de Dastum.
  • Mise en place d’un observatoire pour un état des lieux du fest-noz, Jérôme FLOURY, Président de Tamm-Kreiz & Aurélie HESS-MIGLIORETTI, ingénieure d’études, CERHIO, Rennes2, CNRS.
  • Après l’inscription du gwoka sur la liste représentative du PCI de l’humanité : les enjeux de territoire et les perspectives, Félix COTELLON, Président de Répriz.
  • La sauvegarde de la samba de Roda, Carlos SANDRONI, ethnomusicologue, université fédérale du Pernambouc, Brésil.
  • 3 questions à Johanni CURTET (ethnomusicologue), Nomindari SHAGDARSUREN (spécialiste du PCI de Mongolie) et un musicien du groupe Khusugtun sur l’Anthologie du khöömii mongol.
16h00 – 16h15 Pause
16H15 – 18H00 Diffusion en avant-première du documentaire sur le fest-noz Une nuit en Bretagne
Rencontre et débat avec le réalisateur Sébastien LE GUILLOU.

 

VENDREDI 9 DÉCEMBRE 2016

09h00 – 09h30 Accueil
09h30 – 11h00 PCI et Tourisme
* Président de séance : Xavier DEBONTRIDE, journaliste.
  • Les problématiques et enjeux de la mise en tourisme du PCI en Amazonie, Vladimir MEJIA AYALA, docteur en géographie, Ingénieur agroforestier, Université de Nariño, Colombie.
  • Pratiques touristiques et PCI : entre uniformisation et particularisation culturelle, Aurélie CONDEVAUX, anthropologue du tourisme, EIREST/ Paris 1 Panthéon Sorbonne.
  • Débat avec Anne GALLO, Vice-présidente chargée du tourisme, du patrimoine et des voies navigables, Conseil régional de Bretagne, et des professionnels du tourisme.
11h00 – 11h15 Pause
11h15 – 12h45 Inventorier le PCI
*Présidente de séance : Séverine CACHAT, directrice du Centre français du PCI.
  • Réflexion sur la notion de participation dans les champs culturels et patrimoniaux, Geneviève GOUTOULY-PAQUIN & Claude PAQUIN, Agence Tertius.
  • La participation des communautés : les étudiants entre praticiens et « experts », Patricia HEINIGER-CASTERET, maître de conférences en anthropologie sociale à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.
  • Expérimenter un inventaire participatif du PCI en centre-ouest Bretagne, Marie-Hélène COSQUERIC, coordinatrice culture du Pays du Centre Ouest Bretagne & Julie LÉONARD, responsable des inventaires du PCI, Bretagne Culture Diversité
12h45 – 14h00 Pause déjeuner
14h00 – 16h00 Diversité culturelle & Droits culturels
*Président de séance : Jean-Claude QUENTEL, professeur émérite, université européenne de Bretagne – Rennes 2.
  • La notion de patrimoine au regard des droits culturels, Johanne BOUCHARD, collaboratrice scientifique, Institut interdisciplinaire d’éthique et des droits de l’homme de l’Université de Fribourg, programme Observatoire de la diversité et des droits culturels.
  • Présentation du Réseau Culture 21, Christelle BLOUET, coordinatrice du Réseau Culture 21.
  • De l’importance du pain perdu au porto… ou quand les patrimoines singuliers nous nourrissent, Caroline TROIN, coordinatrice de l’association Rhizomes.
16h00 – 16h30 Conclusion des 3e Rencontres « 2016 -2020 », Philippe RAMEL, Président de Bretagne Culture Diversité.

 

EXPOSITIONS

« Jeunes et Bretons, Portrait de la jeunesse afro-armoricaine »
Vincent Paulic nous propose un regard différent sur l’identité bretonne, à travers le ressenti de ceux qu’il nomme les Afro-armoricains. Ces jeunes dotés d’un parent d’origine africaine voient leur entourage retenir plus souvent leur ascendance africaine que leur identité bretonne, et ce, même s’ils sont nés sur le territoire, malgré une éducation française, voire très centrée sur
la culture bretonne. Vincent Paulic traite ce paradoxe en noir et blanc « à l’image du drapeau breton », pour apporter son interprétation et sa sensibilité aux questions de l’identité, l’appartenance et le regard des autres.

« À la découverte du PCI en Bretagne »
L’association Bretagne culture diversité, en partenariat avec le collectif PCI-Bretagne, propose une exposition itinérante consacrée au patrimoine culturel immatériel (PCI) tels que la musique, la danse, les contes, les jeux et sports traditionnels, les usages populaires des plantes ou encore le fest-noz… à travers ces éléments, véritable
patrimoines vivants en perpétuel renouvellement, venez (re)découvrir la richesse et la diversité culturelles de la Bretagne. Cette exposition offre l’occasion d’aborder la Bretagne et son patrimoine à travers une réflexion sur les pratiques culturelles qui y sont présentes : leur vitalité, leur ancrage dans le quotidien, leur transmission et adaptation à la société contemporaine.

INSCRIPTIONS ET RENSEIGNEMENTS
COMPLÉMENTAIRES SUR WWW.BCD.BZH
OU AU 02 97 35 48 77

Nouvelle Aquitaine / Amérique du Nord francophone

Patrimoines documentaires communs et analyses des cultures en mouvement : Nouvelle Aquitaine, Amérique du Nord francophone

16-19 novembre 2016

map-illustration_affiche_applatie

Adresse : Maison des Sciences de l’Homme et de la Société de Poitiers , Bâtiment A5 – 5, rue Théodore LEFEBVRE – TSA 21103 86073 POITIERS Cedex 9A5 – 5
Organisé par les laboratoires Mimmoc, (administrateur du colloque) et Criham, université de Poitiers en collaboration avec le Crhia, université de La Rochelle.
Avec le soutien financier de : la Région Nouvelle Aquitaine, l’Université de Poitiers, Grand Poitiers, l’Institut des Amériques, l’Association française d’études canadiennes,

En partenariat avec :
• la Maison des Sciences de l’Homme et de la Société, université de Poitiers,
• l’Espace Mendès France
• les Services communs de documentation des universités de Poitiers, La Rochelle et Limoges,
• la Chaire de recherche, Comue Léonard de Vinci, sur le Canada,
• l’Institut d’études acadiennes et québécoises, université de Poitiers,
• l’Ethnopôle InOc-Aquitaine
et au plan international :
• l’Institut d’études acadiennes de l’université de Moncton, Canada
• la chaire de recherche du Canada sur les migrations, les transferts et les communautés francophones, Université Saint-Boniface
• la chaire de recherche en études acadiennes et transnationales et la Chaire de recherche en études acadiennes et francophones de l’université Sainte-Anne, Canada
• le Centre franco-ontarien de folklore, Université de Sudbury, Canada
• le Centre d’études franco-terreneuviennes, Munfla, Memorial university of Newfoundland, Canada
• les Archives de folklore et d’ethnologie de l’Université Laval, Québec, Canada
• le Beaton Institute, Cape Breton University
• le “Louisiana Research Collection”, Tulane University, Louisiane
• le Centre d’études louisianaises, Université de Louisiane à Lafayette
avec le soutien de :
• le CREM (Centre de Recherche en Ethnomusicologie), CNRS, Université de Nanterre

Dans le contexte du développement des humanités numériques, on constate un renouveau des études scientifiques à partir de fonds documentaires spécifiques et de fonds d’archives écrites, sonores et visuelles, de corpus linguistiques, de collections. Cette dynamique, qui se situe souvent dans un cadre régional, s’appuie sur des techniques de numérisation de plus en plus avancées, sur des méthodes de valorisation qui rejoignent des domaines d’application dans les secteurs de la patrimonialisation, du tourisme, de la création artistique et de la participation des populations locales par la mise en place de plateformes collaboratives. L’intérêt de ce renouveau porte également sur le croisement, la réactivation et l’actualisation de connaissances en termes d’environnement, de climat, entre autres.
Dans le contexte de la francophonie internationale et des liens spécifiques développés entre la France et l’Amérique du Nord, l’étude des transferts culturels à partir de bases de données systématisées permet par ailleurs des éclairages inédits sur le fonctionnement des cultures en mouvement, notamment en contexte diasporique.
Ce colloque s’articulera sur deux volets d’activités scientifiques très complémentaires : d’une part la présentation de collections de fonds patrimoniaux et de leurs modes et politiques de valorisation (notamment en ce qui concerne les projets numériques collaboratifs et la mise en place de base de données numériques communes interopérables) ; d’autre part les analyses scientifiques menées à partir de ces fonds et qui visent à redonner une dynamique de valorisation à des ensembles patrimoniaux avec des applications au plan régional (en termes de développement local et de valorisation culturelle) ainsi que sur le plan de la compréhension interculturelle en contexte de francophonie internationale et de mondialisation.

A noter, interventions de :
  • Patricia HEINIGER-CASTERET, MCF Anthropologie, UPPA-Laboratoire ITEM, Mathilde LAMOTHE, doctorante en ethnologie, Université de Pau et des Pays de l’Adour (France) / Université Laval (Québec), « Du canot à glace sur le fleuve du Saint-Laurent au parapluie de berger des Pyrénées : les projets d’inventaires (du patrimoine culturel) immatériels et virtuels en Aquitaine et au Québec »
  • Jean-Jacques CASTÉRET, directeur PhD. de l’ethnopôle Institut Occitan Aquitaine, chercheur associé au Laboratoire ITEM (EA 3002) de l’UPPA, « Recherche à facette & Web sémantique : restituer les systèmes culturels à l’ère du Web 3.0 »
À télécharger

Séminaire Frontières, UPPA, 25 mars 2016

« Frontières culturelles durant la Protohistoire et l’Antiquité :
enjeux méthodologiques et disciplinaires »

Vendredi 25 mars
Institut Claude Laugénie, salle Chadefaud
UNIVERSITÉ DE PAU ET DES PAYS DE L’ADOUR
UFR de LLSH (laboratoires IRAA et ITEM)
Licence Histoire de l’Art et Archéologie
Master CAS

 

seminaire frontières 25 mars

10 h :
M. Bats (Centre Camille Jullian, univ. d‘Aix-en-Provence) : Espaces emboîtés et frontières en Gaule méditerranéenne protohistorique (VIe – IIe s. av. J.-C.).
M. Kasprzyk (INRAP / ArTeHiS, univ. de Dijon) : De part et d’autre des frontières de l’Empire romain : l’Est de la Gaule et le barbaricum durant l’Antiquité tardive (IIIe-Ves.).
Limestor_Dalkingen,_Wp_12-81,_Phase_6
14 h 15 :
Ariane Bodin (ArScan, univ. de Paris-Nanterre) : Païens et chrétiens en Italie et en Afrique romaines tardo-antiques (IVe-Ve s). Frontières culturelles et sociales ou religieuses ?
Gabriel de Bruyn (CRAHAM, univ. de Caen) : Des images païennes aux frontières d’un espace civique profane ? Les déplacements de statues dans les cités africaines et italiennes aux IVe et Ve s.

Séminaire : « Anthropologie, territoire, environnement »

Atelier de recherche :
Anthropologie, territoire, environnement
Jeudi 21 Janvier 2016
Salle 6– Institut Claude Laugénie
Université de Pau et des Pays de l’Adour, Pau

Première partie: 9h – 10h
Introduction
Abel Kouvouama 
Pour une anthropologie des territoires : l’anthropologue, la collectivité, la communauté
Dominique Cunchinabe, Idrissa Mané :
Présentation de l’atelier :
– Etat des lieux de la recherche : évolution et contexte 
– Les méthodologies :
*Rappel méthodologique global : un processus au long cours
* La méthodologie du terrain : Contraintes, adaptabilité et réflexivité
– Présentation du questionnement :
*De la communauté paysanne à la projection urbaine
*La représentation qu’ont les agriculteurs d’eux même
*La religiosité : anthropologie du religieux, syncrétisme et pratiques sportives
Deuxième partie: 10h15 – 12h30
Dominique Cunchinabe
Anthropologie de la « saligue » : Communauté paysanne et urbanisation de la campagne
Idrissa Mané
La représentation qu’ont les agriculteurs d’eux même
Laurence Espinosa
De la présence à l’expérience : le catholicisme en Pays Grenadois, explorations d’une identité
Mathilde Lamothe
Un curieux syncrétisme sportivo-religieux : la chapelle Notre-Dame du Rugby et autres chapelles sportives landaises
 
Troisième partie: 12h30 – 13h00
Discussion ouverte sur les perspectives :
– Organisation du colloque de Grenade sur l’Adour
– Restitution des travaux de la campagne de 2015 auprès des élus dans les villages
– Écriture du rapport d’étape 2015-Proposition du plan

Signature Chaire HCP et remise de prix Bourse J.P. Hugot

 logo univ                            index

L’Université de Pau et des Pays de l’Adour et  la Fondation du Patrimoine, en présence de plusieurs élus et acteurs locaux, ont officialisé le 18 juin 2015 la création de la chaire « Histoire Cultures et Patrimoines » (HCP).

Rappelons que cette chaire thématique d’enseignement supérieur a pour but de soutenir et de favoriser le développement des programmes d’enseignements et de recherche ayant trait aux patrimoines.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Rattachée au laboratoire Identités Territoires Expressions Mobilités (ITEM, EA3002) et à l’UFR des Lettres, Langues et Sciences Humaines et Sport, elle se fixe trois objectifs prioritaires :

1. Soutenir la création de projets de recherche autour des patrimoines, axe de recherche structurant de l’UPPA
2. Soutenir ou créer des formations autour des patrimoines et des politiques culturelles
3. Faciliter les liens entre la recherche / l’enseignement et le secteur professionnel du patrimoine, notamment les entreprises cherchant à valoriser leurs propres patrimoines.

 

Cette journée du 18 juin  2015 fut également l’occasion de primer Alice Guerville-Ballé, lauréate de l’allocation de recherche J. P. Hugot.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’allocation J.P. Hugot, dans le cadre de la Chaire HCP, portera sur un projet de recherche ayant trait à l’histoire des politiques culturelles ou aux problématiques liées aux patrimoines notamment aux politiques de valorisation des patrimoines. L’accent sera particulièrement marqué sur les nouveaux modes de valorisation des patrimoines, par le biais des nouvelles technologies de l’information et de la communication, sans exclure d’autres domaines. Les approches comparatives aux échelles régionales, nationales ou internationales sont recommandées dans le cadre du projet.

La bourse, attribuée sur présentation des dossiers, par un comité d’experts désigné par le Comité scientifique de la Chaire est financée pour trois ans à hauteur de 90 000 € pour toute la durée de l’allocation.