Archives par mot-clé : conflit

Appel à Communications – Cahier d’Histoire immédiate

Dossier spécial du Cahier d’histoire immédiate (2021)

« La crise syrienne et la question kurde (2011-2021) »

La révolution syrienne qui éclate en mars 2011 et le conflit internationalisé qui s’en suit tendent à reconfigurer les données d’un Moyen-Orient qu’on pensait déjà complexe. Au fil des événements qui secouent la région, on trouve notamment les Kurdes de Syrie, visibilisés progressivement comme des acteurs à part entière dans le conflit. Finalement, diabolisés ou héroïsés, volontairement ou malgré eux, les Kurdes de Syrie, de Turquie et d’Irak, se retrouvent ainsi pris, à divers degrés, dans la tourmente à la fois syrienne et internationale. Notre recherche se situe donc d’emblée à deux échelles : celle du terrain, des groupes en présence et de l’évolution du conflit, et celle du discours façonnant une grille de lecture sur les Kurdes et le conflit auquel ils prennent part.

Car dans cette révolution, devenue guerre civile puis guerre internationalisée, on perçoit surtout les acteurs visibles et visibilisés du conflit. Or, notre regard doit aussi porter sur ceux qui définissent la grammaire du conflit en cours pour mieux en orienter les lectures. Parmi les chercheurs également, la question kurde tend à déchaîner les passions. Or, il s’agit pour nous ici, selon la formule de l’historien et politologue Hamit Bozarslan, de « rompre avec l’hypothèse de la singularité kurde  » et d’éclairer le lecteur en faisant part des imbrications avec les thématiques nationales des différents États concernés. Les 10 ans du conflit « syrien » sont donc l’occasion de faire un état des lieux des usages de cette « question kurde ». D’ailleurs, la guerre en Syrie en a-t-elle dévoilé de nouveaux usages ? 

Une réflexion multiscalaire et multidisciplinaire permettra d’interroger le contenu effectif de cette rhétorique. Revendiquer une spécificité kurde, c’est aussi l’occasion de présenter une grille de lecture ethnicisée du conflit en cours, reléguant à l’arrière-plan les premiers slogans de dignité et de démocratie brandis par les Syriens. Rien d’étonnant en soi, l’instrumentalisation de la fameuse question kurde à des fins politiques reprend de plus belle entre les acteurs régionaux et internationaux. Alors que les tractations se font dans les sommets internationaux, du côté des intéressés, on subit surtout l’exode, la destruction et la radicalisation, parallèlement au renforcement des luttes entre les élites locales et de la construction des pouvoirs respectifs. C’est pourquoi il est nécessaire d’opérer un désenclavement de la question kurde pour mieux saisir certaines logiques en cours.

Il s’agira de définir les différentes utilisations de la question kurde dans l’interprétation du conflit : à quel moment cette grille de lecture s’est imposée ? Pour quels buts politiques ou militaro-stratégiques ? Afin de mieux interroger le concept de question kurde, qui s’avère en fait plurielle, nous souhaitons décrypter les différentes réalités sociales et politiques observables sur le terrain. Comment le conflit a-t-il été vécu par les acteurs dits kurdes ? Après l’élan d’ethnicisation, une fois l’illusion retombée, comment re-fabriquer le tissu sociétal ? Dans une situation post-conflit, quel sens donne-t-on à cette question kurde ? Qui se considère partie de cette « question » ? Cela peut nous amener à nous pencher sur les Kurdes « à la marge », qui ne s’identifient pas aux mouvements kurdes – ou n’y sont plus identifiés – et sont touchés par la paupérisation ambiante. Ces regards en marge peuvent nourrir des approches plus inclusives nous mettant à l’abri des biais ethnicisant et nationalistes. L’objectif sera ici de montrer à partir d’articles de terrain la diversité des socialisations kurdes en dehors des étiquettes habituelles et traditionnelles, notamment imposées par les élites politiques, qui prennent le dessus dans les analyses et écrasent les sociétés civiles et les individus. 

Les coordinateurs de ce numéro spécial encouragent une recherche qui se libère du poids du politique et des différents nationalismes pour mieux observer les réalités du terrain et les utilisations récentes de la question kurde dans le contexte syrien. Les articles de terrain récents qui montrent la diversité des réalités sociales et politiques dites kurdes ainsi que toute autre approche innovante, collaborative ou multidisciplinaire (sciences politiques, histoire, anthropologie, géographie, histoire de l’art, sociologie, etc.) seront particulièrement appréciés.

Modalités de soumission

Les collègues intéressé(e)s par cet appel à contributions sont prié(e)s d’envoyer dans un premier temps une proposition d’article résumée d’environ 250 mots, ainsi qu’un titre et une courte notice bibliographique, avant le 15 juin 2020 aux coordinateurs de ce numéro spécial : 

Laurent Dissard (laurent.dissard@univ-pau.fr)

Solène Poyraz (solene.poyraz@gmail.com)

Les articles choisis (max. 45 000 signes espaces, notes et bibliographie compris) seront à envoyer avant le 1er octobre 2020. Ils feront l’objet d’une double évaluation anonyme et de demandes de modifications éventuelles avant acceptation définitive. La publication est envisagée en février 2021.

“Identités et discours : vivre et penser les situations extrêmes »

Les 16, 23 et 30 novembre 2016 dans l’amphithéâtre de la présidence, le laboratoire Les Afriques dans le monde (LAM), le laboratoire Identités, territoires, expressions, mobilités (ITEM) et le master « Histoire, civilisations, patrimoines » (HCP) de l’UFR LLSHS, proposent trois séminaires sur le thème Identités et discours : vivre et penser les situations extrêmes (Afrique centrale, Afrique des Grands lacs et Pays du Maghreb).

L’état de guerre dans les sociétés africaines conduit à penser sous un angle nouveau les situations extrêmes dans lesquelles la fragmentation des territoires et la désaffection du lien social affectent les acteurs politiques et la société civile. Quels sont les discours, les nouveaux dispositifs sociaux qui modèlent les identités multiples d’acteurs ? Il s’agit pour les intervenants, à partir des études de cas et des approches interdisciplinaires de voir, de quelle manière, les sciences sociales et humaines sont-elles aptes à appréhender « les situations extrêmes », cet objet inédit.

Les séminaires :

  • Mercredi 16 novembre 2016, Afrique centrale :
    • Abel Kouvouama, ITEM-EFM/UPPA, Ce que vivre et penser les situations extrêmes veut dire : esquisses d’analyse anthropologique et philosophique,
    • Patrice Yengo, IMAF-EHESS/ RIAM-FMSH (Paris), Anthropologie de la violence politique et guerrière au Congo-Brazzaville.

Programme – séminaire du 16 novembre 2016

  • Mercredi 23 novembre 2016, La région des grands lacs africains Burundi et République démocratique du Congo les kivu :
    • Christian Thibon, LAM, Pesanteurs structurelles, cycliques et nouvelle donne dans la Région des Grands lacs,
    • D. Banshimiyubusa,  LAM, Le Kivu, la crise burundaise et les crispations identitaires dans la crise actuelle 2015-16,
    • Libère TUMBA, LAM, Le Kivu, étude comparée des territoires Uvira Masisi Rushuru,
    • Thibault  Morelle, LAM, Le Kivu une région martyr, un état des conflits,
    • Matthieu Boloquy,  Impunity Watch, Crises, opinions publiques et perceptions des conflits dans la Région des Grands Lacs,
    • G. Gerold et M. Merino , FRS, Les échéances politiques en république démocratique du Congo,
    • Christian Thibon, LAM, Burundi une crise sans sortie ?,
    • Hervé Maupeu LAM, Retour sur déligitimation et radicalisation.

Programme-seminaire-du-23-novembre-2016

  • Mercredi 30 novembre 2016, Pays du Maghreb :
    • Abel Kouvouama ITEM-EFM/UPPA, Politique, religions et violences armées : crise  du lien social ?,
    • Abderhamanne Moussaoui, Université Lyon2, Violence meurtrière dans l’Algérie des années 1990 : enjeux, angoisses et motivations du chercheur.

Programme-seminaire-du-30-novembre-2016

Ce projet rentre dans le cadre de la fédération de recherche Espaces, frontières, métissages (FR 4153) (axe : Espaces et identités), du master « Histoire, civilisations, patrimoines » (séminaire Identités et discours) ; il est soutenu par Les Afriques dans le monde (LAM) et par l’école doctorale Sciences sociales et humanités (ED 481) de l’UPPA.

 


Parution d’ouvrage « Fins d’empires »

FINS D’EMPIRES –  ENDS OF EMPIRES
Sous la direction de Laurent Dornel et Michael Parsons
ISBN : 2-35311-077-0
ISSN : 2269-0778
17 €
Espaces Frontières Métissages
Fédération de recherche
Université de Pau et des Pays de l’Adour
Presses Universitaires de Pau et des Pays de l’Adour
2016

Cet ouvrage se propose d’explorer les dynamiques à l’ œuvre dans les fins d’empires, dynamiques qui expliquent par exemple que les empires ne finissent pas de finir, que les projets impériaux puissent être poursuivis par d’autres moyens ou encore, que la fin formelle d’un empire – pour autant qu’elle puisse être très précisément fixée – ne scelle pas un divorce radical entre les deux parties impliquées ni ne mette un terme à l’ordre.

Fins d'empires
Fins d’Empires, PUPPA, 2016

SOMMAIRE
Laurent Dornel
Introduction
Après l’empire

Robert Mankin (Université Paris Diderot)
Quelques modèles de fin d’empire chez Edward Gibbon

— Regards croisés sur les fins d’empires britannique et français
Jean-Pierre Bat & Vincent Hiribarren
Les décolonisations britannique et française de l’Afrique ou la création de l’étalon pour l’impérialisme
Denis Leroux
L’armée française et l’émergence d’une nouvelle technicité politico-militaire : regards croisés sur les guerres d’Algérie et du Cameroun

— Diplomatie culturelle / « soft power »
Nazirah Zein
L’influence culturelle de la France au Maroc (1956-1969)
Mélanie Torrent
“But always as friends”: British cultural diplomacy, decolonisation and the Cold War in West Africa (1957-1964)
Alice Byrne
The British Council in India, 1945-1955: Preserving “old relationships under new forms”
Virginie Roiron
Defending sovereignty or principles? The Commonwealth of Nations and the dilemmas of the post-Cold War consensus

— Séquelles/aftermaths
Joana Etchart
Parallels between Decolonisation and Peace Interventions in Northern Ireland in the early 1970s
Roberto Ceamanos
L’Algérie française et la présence espagnole
Histoire et mémoire
Présentation des auteur(e)s