Archives par mot-clé : commémorations

Cahier d’Histoire Immédiate n° 53

Mémoire et histoires des camps : les musées mémoriaux et leurs visiteurs

 

Paru aux Editions CAIRN

C’est à partir des années 1980 qu’apparaissent de nombreuses formes de commémoration des camps d’internement et des camps d’extermination. Ce phénomène s’est tout d’abord manifesté par l’organisation de nombreuses célébrations, l’érection de stèles ou de monuments ainsi que la réalisation d’oeuvres d’artistes (Jochem et Esther Gertz, Boltanski, Dani Karavan…). Il se matérialise aussi à travers la construction ou le réaménagement d’un nombre croissant de « musées-mémoriaux », notamment au sein même des camps dispersés dans toute l’Europe durant la période de l’entre-deux-guerres et de la Seconde Guerre mondiale. Le mouvement s’est particulièrement accéléré au début des années 2000.
À Auschwitz, le pavillon rom du musée est né en 2001, en même temps que le Musée Juif de Berlin, tandis que le pavillon français, créé en 1979, a été doté d’une nouvelle scénographie en 2005. Le musée du camp d’extermination de Belzec a vu le jour en 2004 ; le musée de Yad Vashem, en Israël, a été refait en 2005, l’année même où fut créé le Mémorial de la Shoah à Paris et le Mémorial des Juifs d’Europe à Berlin. En 2007, a été édifié à Shangaï le Musée des réfugiés juifs de Shangaï. En 2009, à Lety, en République tchèque, fut construit le mémorial du camp pour Tsiganes et, l’année suivante, le Musée de l’Holocauste à Los Angeles. En France et en Belgique, le mémorial du Camp des Milles date de 2009, le Musée de la maternité d’Elne de 2011, le mémorial de Malines de 2012 et, enfin, celui de Rivesaltes de 2015. Le statut et la forme de ces productions matérielles de mémoire peuvent se montrer très variables, ce numéro des Cahiers d’histoire immédiate en présente une analyse par des regards pluridisciplinaires.

LES AUTEURS :


Dossier coordonné par Jean-Luc Poueyto et Sabine Forero-Mendoza
Evelyne Ribert
Yael Uzon Holvek Bastien Caumont
Dominique Chevalier
Sabine Forero-Mendoza,
Joëlle Le Marec
Jean-Yves Potel
Christel Venzal
Joëlle Zask

144 pages

Décembre 2019

Une ville de l’arrière pendant la Grande Guerre : Tarbes

arriere en guerre tarbes copie

Ce colloque est organisé par le laboratoire ITEM (Identités, Territoires , Expressions, Mobilités) de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour
Avec la collaboration des structures suivantes :
Archives départementales des Hautes-Pyrénées
Archives du diocèse de Tarbes et Lourdes
Archives municipales de Tarbes
Association Guillaume Mauran
Société Académique des Hautes-Pyrénées
Université du Temps libre de Tarbes et de Bigorre
et avec le concours de l’ONAC-VG 65

Label centenaire

PROGRAMME
8 h 30 Accueil des participants
9 h Ouverture du colloque et introduction

Matinée : Vie quotidienne et efforts de guerre
Monique Certiat, Les mesures d’exception pour faits de guerre dans les délibérations municipales de Tarbes
Thomas Ferrer, Manger pour vivre : l’approvisionnement à Tarbes durant la Première Guerre mondiale
Robert Vié, Tarbes et l’économie de guerre (1917-1918)
Jean Courtadet, La vie tarbaise à travers la presse

Après-midi : De quelques aspects socio-culturels
José Cubero, Les ouvrières de l’Arsenal : dépendantes et autonomes
Pascale Leroy-Castillo, Le Grand Séminaire dans la tourmente
Sylvaine Guinle-Lorinet, La disparition des soldats : souvenir et culte des morts

Le colloque se déroulera à l’amphithéâtre des STAPS-UPPA, dont les bâtiments se trouvent dans la zone de Bastillac, à proximité
du pôle universitaire tarbais et du centre de tri postal.

Le colloque est en accès libre à tout public ; l’amphithéâtre sera ouvert à partir de 8 h 30 et les bâtiments fermeront leurs portes de
12 h 30 à 13 h 45.

 

Parution: La mémoire de la Première Guerre mondiale dans les Pyrénées-Atlantiques

Ouvrage publié sous la Direction de Laurent Jalabert (Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Pau et des pays de l’Adour, ITEM), avec la participation de Dominique Dussol (Professeur d’histoire de l’art contemporain à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, ITEM), Josette Pontet, (Professeur émérite d’histoire à l’Université Bordeaux Montaigne) et Jean-François Vergez (Directeur de l’ONAC-VG 64)

La Première Guerre mondiale est de tous les conflits contemporains, celle qui a laissé le plus de traces dans l’espace public.

Les Pyrénées-Atlantiques, département le plus éloigné des zones du conflit n’échappe pas à la règle. La mémoire de la Grande Guerre y est présente et recouvre bien des représentations qui se retrouvent à l’échelle nationale. Mais elle est aussi marquée par les fortes identités régionales qui s’y affichent, dans ses deux composantes, basques et béarnaises d’abord, mais aussi dans des micros sociétés, parfois très isolées, notamment dans les vallées pyrénéennes, où l’on retrouvera des traces originales du conflit. Des monuments aux morts reproduits en série, aux pierres gravées par les bergers de la vallée d’Ossau, en passant par quelques vitraux, noms de rues, plaques, ou célébrations mémorielles, la réflexion proposée par le collectif d’auteurs oscille entre analyses classiques qui recouperont les méthodologies et interprétations connues d’une mémoire nationale incontestable et spécificités locales, qui témoignent d’une approche plus originale.

Ces particularismes ne sont pas toujours liés aux cultures régionales, ils peuvent être le fait d’engagements individuels, d’élus, d’artistes, de représentants de l’État, ou de simples citoyens ayant cherché à marquer leur espace environnant d’une mémoire spécifique. Cet ouvrage a été publié avec l’aide du Conseil général des Pyrénées-Atlantiques et de La Mission du Centenaire 14-18.

Paru aux éditions Cairn

COUV ESPACES.indd

Dernière conférence dans le cadre du centenaire de la Grande guerre le 10 décembre 2014

La dernière conférence dans le cadre des manifestations du centenaire de la Grande guerre a eu lieu lieu le mercredi 10 décembre de 16h00 à 18h00, amphithéâtre de la présidence: « Génération Grande Guerre ? Expériences enfantines de la Première Guerre mondiale« , par Manon Pignot, maître de conférence à l’Université de Picardie.

noname
 

Manon Pignot, et al. La Guerre des Crayons: Quand les Petits Parisiens Dessinaient la Grande Guerre. Paris : Editions Parigramme, 2004

Couverture: Manon Pignot, et al. Paris dans la grande Guerre. Paris : Editions Parigramme, 2014,

Centenaire 14-18 : mise en ligne de la conférence de Dominique Dussol « Arts en guerre »

Le 15 octobre dernier, Dominique Dussol, Professeur d’Histoire de l’art contemporain à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour, a donné une conférence dans le cadre des manifestations du Centenaire de la Première Guerre Mondiale. Cette conférence intitulée « Arts en Guerre » est à présent mise en ligne et disponible sur Médiakiosque via ce lien.

Logo du centenaire 1914-1918

DDussol

Centenaire 14-18 : calendrier des manifestations prévues pour le mois de septembre 2014

Dans le cadre du Centenaire de la Première Guerre mondiale, deux nouvelles manifestations auront lieu à Pau durant le mois de septembre :

affiche-septembre-octobre-A3

  •  Conférence:

« Refuser le Grande guerre en France »
17 septembre 2014 – 16h00-18h00

Présentée par Rémi Fabre,  Professeur émérite d’histoire contemporaine Paris XIII
Université de Pau et des Pays de l’Adour – Amphithéâtre de la Présidence

 

  •  Cinéma:

Les Fragments d’Antonin
Film de Gabriel Le Bomin – France – 2006 – 1h30

17 septembre – 20h00
Cinéma Le Méliès

Venez nombreux!